POLITIQUE DE PLACEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE DE PLACEMENT"

Transcription

1 BANQUE PRIVÉE - MAI 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT

2 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

3 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations... 6 Actions... 7 Devises... 8 Grilles de placement... 9 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 3/12

4 SYNTHÈSE! Le dynamisme de l activité économique américaine a quelque peu déçu au premier trimestre, à l image de la confiance industrielle et des chiffres de l emploi du mois de mars. Les mauvaises conditions climatiques et la force du dollar ont pénalisé la croissance. Malgré cela, les ménages se portent bien. Leur niveau de confiance se maintient à un niveau élevé, les salaires et les prix immobiliers sont en hausse, tandis que l inflation demeure faible.! Dans cet environnement économique, la Réserve Fédérale américaine devrait décider de ne pas accroître ses taux directeurs dès le mois de juin, mais en septembre au plus tôt.! Les autres grandes banques centrales sont plus accommodantes encore. La BCE, la BoJ et la BNS continuent d imprimer de la monnaie tandis que la Banque Populaire de Chine prévoit d assouplir davantage sa politique monétaire. Elle souhaite ainsi venir en soutien à son économie qui ne progresse plus que de 7% par an, un trop faible taux pour une économie émergente de ce type. Les marchés boursiers continuent de profiter des soutiens monétaires exceptionnels! Les marchés financiers, notamment boursiers, continuent de profiter de ces soutiens monétaires exceptionnels. Les actions se sont appréciées d environ 4% au cours du mois écoulé. Les indices émergents reviennent en force, avec une progression de plus de 10% sur la période.! En Zone Euro, les sociétés cotées se portent d autant mieux qu elles profitent de la faiblesse de la monnaie unique. La croissance annuelle des bénéfices dépassera très prochainement la barre des 10%. Ce n était plus arrivé depuis des lustres. Sous cet angle de vue, la décision du Comité d Investissement, de surpondérer les actions européennes, se révèle très rémunératrice. La pondération reste inchangée, bien qu une protection de court terme puisse être envisagée pour se prémunir d un trou d air passager.! Les actifs obligataires sont sous forte pression. La très récente hausse des taux souverains conforte notre stratégie de diversification vers les obligations d entreprises et émergentes.! Sur le marché des devises, les fondamentaux économiques et financiers continueront de favoriser l appréciation du dollar à long terme. En revanche, le risque d une correction technique, lors des prochains jours, gagne en crédibilité. Les positions spéculatives accumulées par les traders, actuellement acheteurs nets de dollar, semblent se déboucler. Le comité préfère laisser passer cette phase de consolidation avant d accroître la position en billets verts. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 4/12

5 CONJONCTURE INTERNATIONALE! La publication du Produit Intérieur Brut américain du premier trimestre a quelque peu déçu, à l image de la confiance industrielle et des chiffres de l emploi du mois de mars. Les mauvaises conditions climatiques hivernales et la force du dollar des 10 derniers mois ont fini par pénaliser les entreprises américaines. Malgré cela, la pérennité de la croissance demeure, car les ménages se portent bien. Leur niveau de confiance se maintient à un niveau élevé, les salaires et les prix immobiliers sont en hausse, tandis que l inflation reste faible.! En Europe, les surprises économiques sont globalement très bonnes (cf. graphique). Les entreprises profitent pleinement de la faiblesse de l euro pour gagner des parts de marchés. L Allemagne, notamment, assoit un peu plus encore son statut de premier exportateur mondial. Les pays périphériques qui ont fait d importantes réformes au cours des dernières années, comme l Espagne, commencent à récolter les fruits de leurs efforts. Madrid enregistre une croissance de 3.6% en rythme trimestriel annualisé.! L agence de notation Fitch vient de dégrader la note japonaise, de A+ à A, en considérant le manque d effort fourni par les autorités nippones pour réduire leur déficit budgétaire. Ces dernières ont reporté la deuxième hausse de TVA sans prévoir de substitut en termes de rentrées fiscales. Les taux d imposition des sociétés demeurent élevés et pourraient être baissés dans les prochains mois. Cela viendrait soutenir les velléités de progressions salariales des grands groupes japonais. À plus long terme, l avancée dans les discussions au sujet d un Partenariat Trans- Pacifique (TPP) incluant le Japon et les États-Unis devrait également bénéficier aux entreprises japonaises, bien qu il pénaliserait les agriculteurs.! En Chine, la détérioration des indicateurs d activité cristallise les risques entourant la croissance. Les foyers de ralentissement sont concentrés autour du secteur industriel et de l immobilier. Malgré la correction des prix énergétiques et l effet de richesse induit par la hausse des actions chinoises, la consommation privée ne progresse que faiblement, affectée par la hausse mitigée des salaires réels et un marché immobilier à la traîne. INDICATEURS DE SURPRISES ÉCONOMIQUES : ÉTATS-UNIS VS ZONE EURO (SOURCES : DATASTREAM, EDMOND DE ROTHSCHILD) EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 5/12

6 OBLIGATIONS! Malgré la piètre performance du Produit Intérieur Brut américain au premier trimestre, la Réserve Fédérale américaine ne se montre pas inquiète. Elle prend acte du ralentissement de la croissance cet hiver, mais l attribue essentiellement à des facteurs temporaires. Le Comité de politique monétaire continue de prévoir que l activité économique va croître à un rythme modéré cette année et l an prochain. Janet Yellen devrait donc implémenter sa première hausse de taux à partir du mois de septembre. Le rythme des créations d emploi et celui de la hausse des salaires (cf. graphique) continuent d être de bons indicateurs avancés pour valider ce scénario d un durcissement de politique monétaire.! Ailleurs dans le monde, les banques centrales continuent d assouplir les conditions d octroi du crédit et d injecter des liquidités dans le système. C est le cas, notamment, pour la Banque Centrale Européenne, la Banque du Japon ou la Banque Nationale Suisse. Ce rythme ne devrait pas être modifié au cours des prochains mois, ou alors pour être accentué. La Banque Populaire de Chine, par exemple, prévoit d assouplir davantage sa politique monétaire. Elle souhaite ainsi venir en soutien à son économie qui ne progresse plus que de 7% par an, un trop faible taux pour une économie émergente de ce type.! Malgré cet environnement très porteur, les actifs obligataires sont sous forte pression depuis une dizaine de jours. La très récente hausse des taux souverains à long terme conforte notre stratégie de diversification vers les obligations d entreprises et émergentes, dont les rendements plus rémunérateurs permettent d amortir le choc. CROISSANCE DES SALAIRES AUX ÉTATS-UNIS (SOURCES : BLOOMBERG, EDMOND DE ROTHSCHILD) US Wages & Salaries : Private Industry (R.H.S.) Companies Planning to Raise Worker Compensation (L.H.S.) I II III IV I II III IV I II III IV I II III IV I II III IV I II III IV I II III IV I II III IV EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 6/12

7 ACTIONS! Malgré des valorisations qui commencent à devenir élevées, les marchés boursiers profitent pleinement de l environnement de confiance pour franchir des sommets. Les actions se sont appréciées d environ 4% au cours du mois écoulé. Ce climat favorable est généré par le report de la première hausse de taux directeurs de la Fed, ainsi que par la création monétaire en Zone Euro et au Japon. Même dans les pays émergents où tout n est pas si facile, la possibilité d action des autorités budgétaires et monétaires chinoises, pour soutenir l activité économique, est perçue comme rassurante. Les indices émergents reviennent en force, avec une progression de plus de 10% sur un mois.! En Zone Euro, les sociétés cotées se portent d autant mieux qu elles profitent de la faiblesse de la monnaie unique. La dynamique conjoncturelle s améliore principalement en Allemagne, mais également dans certains pays périphériques, comme l Espagne. La chute des rendements favorise la reprise économique, les réformes structurelles du passé commencent à porter leurs fruits, et le cycle des fusions et acquisitions semble vouloir repartir quelque peu. Techniquement, des résistances importantes ont lâché sur certains indices, comme l IBEX espagnol. La croissance annuelle des bénéfices européens dépassera très prochainement la barre des 10%. Ce n était plus arrivé depuis des lustres. Sous cet angle de vue, la surpondération des actions européennes se révèle très rémunératrice. Une protection de court terme peut toutefois être envisagée pour se prémunir d un trou d air passager.! Les titres japonais tentent de bénéficier de la troisième flèche des Abenomics, à savoir la progression des salaires. Lors du shunt, c est-à-dire lors des négociations salariales de printemps, les grands groupes nippons ont enfin répondu à l appel du gouvernement. Les salaires progressent de plus de 3% chez Toyota par exemple. Ce n était pas arrivé depuis Il reste, désormais, à voir si les petites entreprises suivront ce mouvement. Les investisseurs jugent de plus en plus crédible une sortie de récession et de déflation de l économie nippone. Ainsi, les actions japonaises ne progressent plus seulement grâce à la dépréciation du yen, comme ce fut le cas en 2014, mais également de manière intrinsèque (cf. graphique). ÉVOLUTION DES ACTIONS JAPONAISES, EN DOLLARS (SOURCES : BLOOMBERG, EDMOND DE ROTHSCHILD) Japan Equities (Nikkei) in USD EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 7/12

8 DEVISES! Les fondamentaux économiques et financiers continueront de favoriser l appréciation du dollar à long terme. En revanche, le risque d une correction technique, lors des prochains jours, gagne en crédibilité. Après s être très fortement apprécié entre mai 2014 et avril 2015, le dollar montre enfin des signes d essoufflement. Les positions spéculatives accumulées par les traders, actuellement acheteurs nets de dollar, commencent à être débouclées (cf. graphique). Il semble sage de laisser passer cette phase de consolidation avant d escompter une nouvelle vague haussière du billet vert.! À l inverse, la monnaie unique tente un rebond. Elle progresse clairement par défaut. Preuve s il en faut, elle ne s apprécie pas contre le franc suisse, qui continue de briller de mille feux malgré les interventions répétées de la Banque Nationale Suisse sur le marché des changes. Pour que l euro progresse de son propre chef, il faudrait davantage de bonnes nouvelles sur le front de la dette grecque. Cela pourrait être le cas, si le gouvernement d Alexis Tsipras parvenait à obtenir un accord avec ses créanciers, Union Européenne et Fonds Monétaire International, en vue d assurer le déblocage de prêts nécessaires au financement de sa dette.! Le Président de la direction de la Banque Nationale Suisse, Thomas Jordan, a beau déclarer que le franc est nettement surévalué, ce dernier n en finit pas de s apprécier. Pour éviter qu il ne dérape à nouveau, la banque centrale n a donc pas d autre choix que d accroître ses réserves de change. Elles ont déjà augmenté de 27 milliards depuis le 15 janvier et pourraient s être accrues de 5 à 10 milliards supplémentaires au cours du mois écoulé. Le franc suisse est cher, certes, mais il reste attractif, malheureusement. 40% POSITIONS SPÉCULATIVES SUR LE DOLLAR (SOURCES : DATASTREAM, EDMOND DE ROTHSCHILD) 30% USD Net Speculative Positions (% Open Interest) 20% 10% 0% -10% -20% -30% -40% EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 8/12

9 GRILLES DE PLACEMENT Aucun changement tactique n a été apporté aux grilles de placement équilibrées : Portfolio with hedge funds EUR USD CHF % % % CASH Sovereign BONDS Corporate Investment Grade High Yield Emerging Euro Zone EQUITIES HEDGE FUNDS Swiss Germany US Japan Emerging Long / Short Non-directional REAL ESTATE GOLD TOTAL EUR USD CHF EUR CURRENCIES USD CHF EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 9/12

10 AVERTISSEMENT La présente brochure a été élaborée par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., 18 rue de Hesse, 1204 Genève, Suisse. Edmond de Rothschild (Europe), établie au 20 boulevard Emmanuel Servais, 2535 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg et placée sous la supervision de la Commission de Surveillance du Secteur Financier à Luxembourg, ainsi que Edmond de Rothschild (France), Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros, soumise au contrôle de L Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le siège social est situé 47, rue du Faubourg Saint-Honoré PARIS, se contentent de mettre à disposition de leurs clients ladite brochure dans leurs propres locaux ou dans les locaux de leurs succursales. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure reflètent le sentiment d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à ce jour. Les données chiffrées, commentaires, analyses les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure peuvent s avérer ne plus être actuels ou pertinents au moment où l investisseur prend connaissance de la brochure, notamment eu égard à la date de publication de cette dernière ou encore en raison de l évolution des marchés. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée par une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses. Par ailleurs, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée en raison d un dommage subi par un investisseur et résultant du contenu ou de la mise à disposition de cette brochure. En effet, cette brochure a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux investisseurs qui la consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation. Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser son risque et forger sa propre opinion indépendamment, en s entourant au besoin, de l avis de tous les conseils spécialisés dans ces questions afin de s assurer de l adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Ces données ne peuvent être reproduites ni utilisées en tout ou partie. Copyright EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 10/12

11 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 11/12

12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz LAUSANNE Suisse T Rue de Morat FRIBOURG Suisse T EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 12/12

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE JANVIER 2016 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT AOUT 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale...

Plus en détail

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015 STRATEGIE D INVESTISSEMENT COMMENTAIRES A PROPOS DE LA GRECE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/8 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/8 SYNTHÈSE Une fois

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MARS 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITE D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels La patience de la Fed bientôt à bout? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients A lors que la grande majorité

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Les Web Conférences Cortal Consors

Les Web Conférences Cortal Consors Les Web Conférences Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts un large choix de formations accessibles et interactives tout au long de l'année Comment diversifier ses

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Le site www.regardbtp.com s est enrichi en 2015 d une rubrique

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Le site www.regardbtp.com s est enrichi en 2015 d une rubrique LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE JANVIER 2016 www.probtp.com PARTICULIERS RBTP 0001 V5 01/2016 Document non contractuel Édito Découvrez dans cette lettre annuelle, les nouveautés de l épargne salariale du BTP.

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

GT Opportunités RAPPORT 2014

GT Opportunités RAPPORT 2014 GT Opportunités RAPPORT 2014 Code ISIN : FR0010308783 (Parts A) Dénomination : GT Opportunités Forme juridique : Fonds commun de placement de droit français Classification : OPCVM de fonds alternatif Objectif

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded?

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded? 16 Septembre 211 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu 14 Europe: indice du secteur bancaire européen

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement Stratégie d investissement SG Private Banking Lettre de la Stratégie d Investissement AVRIL 2009. N 26 Éditorial Il est désormais acquis que l activité connaît dans les pays développés une récession sans

Plus en détail

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Février 2015 INFORMATION La Lettre TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Dans les pays développés, la conjoncture a semblé se normaliser avec une affirmation de la croissance aux Etats-Unis

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce Taux: quatre idées d investissement après la Grèce La crise grecque est passée du stade aigu au stade chronique et les investisseurs obligataires européens repartent à la chasse au rendement, avec à la

Plus en détail

Is small beautiful?* Petites capitalisations

Is small beautiful?* Petites capitalisations Petites Is small beautiful?* Six années après l éclatement de la crise financière, et en dépit de perspectives de croissance qui restent au mieux modérées, l économie mondiale semble enfin sortir la tête

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

BAROMETER. La Fed ouvre la voie à un rallye des actions. Asset Management

BAROMETER. La Fed ouvre la voie à un rallye des actions. Asset Management Asset Management perspectives d investissement mensuelles à trois mois Janvier 2016 BAROMETER La Fed ouvre la voie à un rallye des actions classes d actifs Nous relevons l exposition aux actions à surpondérée,

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - FÉVRIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 27 JUIN 2016 CONCLUSIONS : Marchés : Brexit la voie de l incertitude La persistance de l incertitude politique devrait favoriser les comportements d aversion

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

CONJONCTURE INTERNATIONALE

CONJONCTURE INTERNATIONALE CONJONCTURE INTERNATIONALE Chute des cours des matières premières Le marché boursier chinois a plongé de façon spectaculaire ces dernières semaines. Cette correction fait suite à plusieurs trimestres d

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui!

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! Point de vue macroéconomique Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! par Bruno Jacquier Bonne surprise pour l économie Suisse! Alors que nous redoutions une stagnation, le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT FMOQ

FONDS DE PLACEMENT FMOQ RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS DE PLACEMENT FMOQ AU 30 JUIN 2014 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds de placement FMOQ (le «Fonds»)

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Fonds Rainbow Commentaires de gestion sur l activité économique et les marchés financiers 31/03/2015

Fonds Rainbow Commentaires de gestion sur l activité économique et les marchés financiers 31/03/2015 Fonds Rainbow Commentaires de gestion sur l activité économique et les marchés financiers 31/03/2015 Introduction Au premier trimestre, les investisseurs ont redécouvert les actions européennes grâce à

Plus en détail

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA)

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Bruxelles, le 15 mars 2012. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Résultat net avant activités abandonnées d EUR 585 millions (*), après dépréciation des

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement #14 août/septembre 2007 Stratégie d investissement Comité du 27/07 et comités exceptionnels des 10 & 17/08/2007 Tendances n En dépit de la crise actuelle sur les crédits subprime américains qui secoue

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Lettre hebdomadaire OFP

Lettre hebdomadaire OFP Lettre hebdomadaire OFP 17/10/ - 24/10/ Octobre - Semaine 333 Performances des Fonds et Grandes classes d'actifs 1 sem 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Creation Valeur Fonds OFP et Indices de Référence OFP 150

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Guide de la nouvelle classification AMF des fonds monétaires

Guide de la nouvelle classification AMF des fonds monétaires Guide de la nouvelle classification AMF des fonds monétaires Juillet 2011 Ce document est destiné à être remis exclusivement aux investisseurs «professionnels» (cf. Détails et définitions en fin de document).

Plus en détail

La lettre trimestrielle de la gestion d actifs

La lettre trimestrielle de la gestion d actifs La lettre trimestrielle de la gestion d actifs Sicav et FCP Entreprises et Institutionnels CONJONCTURE ET MARCHÉS Avril 2015 Zone euro : après une croissance économique légèrement supérieure aux attentes

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

SAINT-HONORE SIGNATURES PLUS

SAINT-HONORE SIGNATURES PLUS PROSPECTUS SIMPLIFIE FONDS COMMUN DE PLACEMENT CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES 23 avril 2007 MB/MaM Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 BulletinMensuel n 3 1 M a r s 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais et russe http://www.aft.gouv.fr

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en avril 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES : Quel potentiel pour la classe d'actifs?

LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES : Quel potentiel pour la classe d'actifs? LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES : Quel potentiel pour la classe d'actifs? ECLAIRAGE Novembre 3 Le contexte de taux bas et la volonté de reprendre du risque incitent depuis plusieurs mois les investisseurs

Plus en détail

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL LES PERFORMANCES L année 2013 va sans doute s achever par une performance boursière de l indice CAC 40 d environ 17,90% après un plus haut à 4356,28 pts et

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Janvier 2008 Philipp Vorndran Senior Investment Strategist, Multi-Asset

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail