Conférence-débat ADEME/Syndicat de la Mesure 12 juin Individualisation des frais de chauffage = 20% d économies d énergie DOSSIER DE PRESSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence-débat ADEME/Syndicat de la Mesure 12 juin 2007. Individualisation des frais de chauffage = 20% d économies d énergie DOSSIER DE PRESSE"

Transcription

1 Conférence-débat ADEME/Syndicat de la Mesure 12 juin 2007 Individualisation des frais de chauffage = 20% d économies d énergie DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE - Volet technique de l étude menée par René Cyssau et Marie-Hélène Huzé, COSTIC, avec le soutien de l ADEME : «on observe 20 % d économies de consommation avec des équipements techniques satisfaisants» - Volet sociologique de l étude menée par Christophe Beslay, Certop/CNRS, avec le soutien de l ADEME : «la pose de répartiteurs de frais de chauffage a fait évoluer les comportements de 30 % des habitants» - Extrait du «Livre Blanc sur l individualisation des charges de chauffage dans l habitat collectif» élaboré par Alain Bignotti pour le Syndicat de la Mesure - Comment fonctionne la répartition individuelle des frais de chauffage? Son coût. - L individualisation des frais de chauffage est inscrite dans les textes législatifs et réglementaires depuis 1974!

2 LA POSE DE REPARTITEURS DE CHAUFFAGE ENGENDRE 20 % D ECONOMIES DE CONSOMMATION Le volet technique de l étude du COSTIC, Centre d'études et de formation pour le génie climatique et l'équipement technique du bâtiment (www.costic.com), a montré que les usagers des immeubles équipés changent leur comportement, engendrant 20 % d économies sur la consommation d énergie globale de l immeuble. Elle a été menée en parallèle de l étude sociologique du CNRS / Certop, sur les mêmes sites. 20% D ECONOMIES D ENERGIE DANS LES IMMEUBLES COLLECTIFS Menée sur 260 logements chauffés collectivement de 7 sites d offices d HLM de banlieue et de Province et de copropriétés de standing à Paris, l étude du COSTIC a montré que l individualisation des frais de chauffage permet des économies de consommation d énergie d environ 20 %, pour autant que l installation soit bien réglable (robinets de radiateurs fonctionnant correctement) et que les habitants adoptent des comportements économes. Ces chiffres évaluent les économies d énergie au niveau de la chaufferie et donnent la réduction des consommations constatée globalement dans les immeubles équipés en répartiteurs individuels de chauffage. Sur deux sites, les économies sont moins élevées, de l ordre de 10 %, car les robinets des radiateurs ne sont pas entretenus (fuites, robinets bloqués). Le facteur «comportement des usagers» est primordial, mais le gestionnaire et le prestataire de service ont eux aussi un rôle déterminant dans le résultat. Les relations entre les usagers, dans l association des locataires ou des co-propriétaires, sont aussi importantes (cf. étude sociologique). L individualisation des frais de chauffage rend les usagers attentifs : ils réduisent les températures ou ferment les radiateurs de certaines pièces lorsque la température s élève ou lorsque le logement n est pas occupé, même pour une demi-journée. Ces «actifs économes» voient leur facture baisser très fortement. Les usagers inattentifs ou peu sensibilisés ne tirent pas de bénéfice de ces dispositifs. ETUDES DE CAS : DES ECONOMIES DIFFERENTES SELON LE COMPORTEMENT Les experts du COSTIC ont établi des simulations d économies engendrées par la pose de répartiteurs de chauffage selon les comportements des occupants d un bâtiment de 50 appartements de 80 m 2. Un grand nombre de cas a été étudié, voici un exemple : L habitant A maintient continûment la température à 20 C ; sa facture de chauffage s élève à 317. L habitant B coupe le chauffage la nuit, et règle la température à 20 C de 7h à 22h : sa facture passe de 314 à 256. L habitant C coupe le chauffage la nuit et quand il est absent dans la journée ; il règle la température à 20 C de 7h à 9h et de 17h à 22h : sa facture passe de 312 à 202. L habitant D, qui n ouvre pas ses radiateurs : sa facture passe de 310 à 155 (ce qui représente le montant de la part fixe imputable à chaque occupant). ADEME - H & B 2

3 30% DES HABITANTS ONT CHANGE LEURS HABITUDES APRES L INSTALLATION DE REPARTITEURS DE CHAUFFAGE Christophe Beslay, chercheur associé au Certop, a assuré la réalisation du volet sociologique de l étude. Le Certop (centre d études et de recherches travail organisation pouvoirs), est un laboratoire de sociologie, unité mixte de recherche rattachée au CNRS et à l Université Toulouse II - Le Mirail. (www.univ-tlse2.fr/certop) L investigation qualitative (entretiens) et quantitative (questionnaires) a porté sur 260 logements chauffés collectivement et concentrés sur 7 sites différents d offices d HLM de banlieue et de Province et de copropriétés de standing à Paris (les mêmes que ceux étudiés par le Costic). Si la faible taille de l échantillon limite la portée des résultats, ils éclairent les comportements des usagers vis-à-vis du chauffage. L étude a montré que, si les robinets des radiateurs fonctionnent correctement, la pose de répartiteurs de frais de chauffage permet de réaliser des économies de chauffage du fait des nouveaux comportements qu elle génère chez au moins 30 % des habitants. Voici un résumé des résultats obtenus : Un effet positif sur les comportements : l individualisation a fait changer d habitude 30 % des personnes interrogées Près d une personne sur trois (30%) déclare avoir changé ses habitudes depuis que les frais de chauffage sont individualisés. Cette proportion est importante, pour un dispositif récemment installé sans avoir fait l objet d une grande action de communication. Les personnes qui ont modifié leurs habitudes se sentent très majoritairement bien informées sur le dispositif d individualisation ; elles avaient, plus que d autres, des pratiques économes, en matière d éclairage comme de chauffage, et se disent sensibilisées aux économies d énergie et à la préservation de l environnement. Les «oublieux» ont été les plus sensibles (40% ont changé leurs habitudes), tout comme les femmes qui disent plus souvent que les hommes avoir changé leurs habitudes (40% contre 25%). L individualisation du chauffage a surtout modifié les pratiques des personnes bien informées et déjà sensibilisées aux économies d énergie et leur a permis d améliorer encore leurs pratiques. Changement des pratiques de Pantin Reims Paris Ensemble chauffage avec l individualisation Oui 33% 23% 36% 30% Non 67% 77% 64% 70% Pratiques nouvelles depuis l individualisation Pratiques nouvelles depuis l individualisation Total Radiateurs constamment fermés 18% Fermeture des radiateurs lors des absences 18% Fermeture des radiateurs lors des aérations 17% Température plus basse 7% ADEME - H & B 3

4 Le changement d habitudes concerne surtout la fermeture des radiateurs, en permanence et lors des absences et des aérations. Les personnes âgées de plus de 60 ans vivant seules représentent plus de la moitié de ceux que l individualisation a convaincu de fermer certains radiateurs en permanence. Peu de ménages (7%) ont déclaré réduire la température chez eux. Une opinion très largement positive de l individualisation Les affirmations favorables à l individualisation ont remporté l adhésion de la quasitotalité des répondants. Il est normal de payer selon sa consommation. 99% Ca permet de mieux savoir ce que l on consomme. 94% Ca sensibilise les habitants aux économies de 88% chauffage Ca permet de faire des économies de chauffage 87% Certains vont en profiter et se faire chauffer par les 32% voisins C est trop compliqué 30% Cela va renforcer les inégalités sociales 29% Cela crée des tensions entre les habitants 15% Une perception positive A 56%, les habitants considèrent que l individualisation des frais de chauffage a pour objectif de favoriser l équité et la transparence des consommations. Dans plus d un cas sur trois (39%), ils considèrent qu il s agit de diminuer la consommation d énergie. L individualisation est d abord perçue comme un dispositif gestionnaire et financier. Objectifs ressentis Pantin Reims Paris Ensemble Diminuer les consommations d énergie 39% 36% 40% 39% Favoriser l équité et la transparence 55% 64% 40% 56% Vendre des appareils et un service 5% - 20% 6% L équité et la transparence ont surtout été citées par ceux qui ont l expérience du chauffage individuel, ont des pratiques économes et sont sensibles à la préservation de l environnement dans l utilisation de l énergie chez soi. A l inverse, l individualisation du chauffage n a pas modifié les pratiques de cinq catégories d habitants : Les moins informés sur l expérimentation et l individualisation et/ou qui n en ont pas compris les principes. Les «actifs économes», ceux qui avaient déjà des pratiques énergétiques actives et très économes, avec l habitude de systématiquement fermer les robinets de radiateurs lors des absences ou des aérations. Ces personnes ont atteint un «seuil d effort» audelà duquel il leur paraît difficile d aller. Les «contraints», ceux dont les pratiques sont limitées par des problèmes d installation de chauffage (robinets bloqués, fuites d eau ). Les «inactifs», ceux qui n ont pas l habitude d utiliser les robinets de radiateurs. Pratiquement aucun des «inactifs» pour la gestion du chauffage n a changé ses habitudes. Dans ces cas, les routines semblent trop profondément ancrées et sans doute ADEME - H & B 4

5 satisfaisantes du point de vue du confort et du coût financier ; ce sont aussi des gens pour qui la technique est un monde étranger. Les «réfractaires» qui privilégient leur confort et dont pratiquement aucun n a changé ses habitudes. Des syndics peu motivés par la mise en place de l individualisation Les syndics contactés perçoivent l individualisation comme une opération qui nécessite une dépense, un travail d information et une charge de travail supplémentaire pour eux. Ce n est ni une priorité ni un objectif : bien au contraire, c est perçu comme une contrainte à gérer dans un contexte peu opportun, du fait de la complexification de leur activité (évolution des règlementations, demandes croissantes de leurs clients). La régulation du chauffage : une tache féminine à 51 % Une «régulation féminine» à 51% : dans plus de la moitié des cas, c est une femme qui s occupe généralement, au quotidien, de la régulation du chauffage. Une «régulation masculine» à 31% : dans moins d un cas sur trois, la régulation échoit aux hommes. La «régulation masculine» est proportionnellement un peu plus fréquente (un cas sur deux) dans les couples avec enfants et parmi les couches moyennes diplômées. Une absence de régulation à 18% : dans plus d un ménage sur six, personne ne s occupe réellement de réguler le chauffage. Cette absence de régulation peut être une forme de «délégation» aux gestionnaires de l immeuble ; elle traduit aussi parfois l impossibilité matérielle d intervenir sur les équipements, en cas d installation vétuste ou en mauvais état. La gestion du chauffage : une source de conflit dans près d un ménage sur quatre La gestion du chauffage ne va pas toujours de soi, elle est même source de conflit dans près d un ménage sur quatre (24%, hors personnes seules). Portraits des utilisateurs de chauffage Les «actifs» (40%) : pour eux, utiliser un robinet de radiateur est un geste naturel (90%) et ils s en préoccupent (93%). Ils ferment toujours les radiateurs en cas d absence prolongée (92%), le plus souvent pour les absences plus courtes (61%) ou lorsqu ils aèrent (59%). Les «couches moyennes diplômés» sont sur-représentées dans ce groupe. Dans deux cas sur trois (66%), il s agit d une femme. Les «oublieux» (21%) : pour eux, utiliser un robinet est un geste naturel (93%), mais ils ne s en occupent pas beaucoup et n y pensent pas assez souvent (100%). S il leur arrive de fermer les robinets en cas d absence prolongée, de courte durée ou lors des aérations, ce n est pas une réelle habitude, c est «parfois», lorsqu ils y pensent. Dans près de huit cas sur dix, il s agit d une femme. Les «régulateurs» (17%) : pour eux, utiliser un robinet de radiateur n est pas un geste naturel (100%) et ils n y pensent pas assez (75%). Tous possèdent des robinets thermostatiques qu ils utilisent, mais ils ne pensent pas ou rarement à fermer les radiateurs lorsqu ils s absentent ou aèrent. Ils régulent leur température chez eux, mais ADEME - H & B 5

6 sans vraiment tenir compte des absences et de l aération. La moitié sont des hommes, mais dans un cas sur six, personne ne s occupe vraiment du chauffage, la température est réglée une fois pour toute ou à intervalles réguliers sur des périodes relativement longues et ensuite, personne ne s en préoccupe plus vraiment. Les «inactifs» (22%) : ces habitants n utilisent pas les équipements de régulation du chauffage. Utiliser un robinet n est pas un geste naturel (100%), ils ne ferment jamais les radiateurs en cas de courte absence (100%) et très peu le font en cas d absence prolongée (16%) ou lorsqu ils aèrent (20%). Dans les trois quarts des cas, personne dans le ménage ne s occupe de la régulation du chauffage. Ce groupe est segmenté en deux sous-catégories : ceux pour qui ce n est pas une préoccupation et ceux qui craignent des fuites d eau ou ont des radiateurs bloqués, c est à dire dont les pratiques sont fortement contraintes par le mauvais état de l installation. Un instrument omni présent : le thermomètre Dans la quasi-totalité des cas, il y avait un thermomètre en évidence dans le séjour ou dans l entrée, et dès que la discussion s orientait sur les températures, il était immanquablement convoqué. Les températures idéales et obtenues Température idéale Réelle Séjour Réelle Chambre < 20 20% 26% 55% 20 43% 31% 23% 21 ou 22 29% 25% 11% 23 ou plus 8% 19% 11% La «norme» de 19 n est une température idéale que pour une personne sur cinq. Mais pour près des deux tiers (63%), l idéal est inférieur à 21. Il y a peu de différences selon les sites ou les caractéristiques socio-démographiques. Tout juste notet-on une légère tendance des plus de 60 ans à ne pas se satisfaire d une température inférieure à 20 (15%), mais à ne pas non plus souhaiter une température trop élevée (aucun ne considère comme idéale une température de plus de 22 ). A l inverse, les couches moyennes diplômées se satisfont plus souvent d une température inférieure à 20 (35%), alors que les retraités aisés ont tous indiqué 20 comme température idéale. Au total, plus d une personne sur quatre (29%) a le sentiment de consommer inutilement du chauffage. Economiser l énergie, c est d abord respecter l environnement Pour les répondants, économiser l énergie, c est d abord respecter l environnement (52%), puis faire des économies financières (33%). C est peu souvent associé à une perte de confort (9%) ou à la restriction (5%) et jamais à un retour en arrière. Le respect de l environnement est privilégié par les plus diplômés, les couches moyennes et les plus jeunes ; ces personnes connaissent généralement le coût de leur chauffage et adoptent des pratiques plutôt actives pour sa gestion. A l inverse, ceux pour qui les économies d énergie signifient plutôt des économies financières sont plutôt des ouvriers ou employés, peu diplômés, relativement âgés, dont le budget est restreint. Ils ont peu souvent des pratiques économes et, en général, ne connaissent pas le coût du chauffage. ADEME - H & B 6

7 Les quelques personnes qui pensent que les économies d énergie signifient moins de confort appartiennent plutôt aux catégories supérieures avec des revenus élevés et toutes apprécient des températures élevées (plus de 21 ). 91% des habitants considèrent qu il est important ou très important d agir pour réduire les consommations d énergie dans le logement. Massivement aussi (69%), les associations de protection de l environnement suscitent plutôt de la sympathie. Deux tiers des répondants considèrent que ne pas chauffer inutilement est un des moyens les plus efficaces pour économiser l énergie chez soi, à peu près autant qu une bonne isolation. Moyens les plus efficaces pour économiser l énergie Citations chez soi Isolation du logement 68% Ne pas chauffer inutilement 67% Eteindre la lumière en quittant une pièce 53% Diminuer la consommation d eau 42% S équiper de lampes à basse consommation 22% Ne pas laisser les appareils en veille 21% Eviter la climatisation 6% Des usagers prêts à changer d habitudes : huit personnes sur dix estiment envisageable de changer leurs habitudes en matière de chauffage pour préserver l environnement : «plutôt oui (58%) ou «tout à fait» (24%). Il n y aurait donc que peu de réfractaires aux changements d habitudes. Portrait type des réfractaires Le portrait type d un réfractaire (18% de notre échantillon) est un parisien, âgé de plus de 60 ans, propriétaire, exerçant une profession supérieure, disposant de revenus élevés. Pour le chauffage, le confort prime et économiser l énergie est vécu comme une contrainte. Il n a pas de pratiques économes en matière de chauffage, ni en matière d éclairage. Le réfractaire est franchement hostile à l individualisation des coûts de chauffage. Portrait type des convaincus : les habitants très favorables à un changement d habitude (24%) appartiennent plutôt aux couches moyennes diplômées. Réduire la consommation d énergie leur semble très important, s en soucier au quotidien est un choix délibéré. Ils développent déjà des pratiques économes, tant pour l éclairage que pour le chauffage, même s il leur arrive d être «oublieux». La préservation de l environnement est un élément important d orientation de leurs pratiques énergétiques. La gestion du chauffage Pour agir concrètement et réguler la température chez eux et/ou économiser l énergie, les habitants utilisent plusieurs solutions : fermer des radiateurs en permanence, les fermer en cas d absence, lorsqu ils aèrent, utiliser les robinets et le thermostat lorsqu il y en a. ADEME - H & B 7

8 Fermeture des radiateurs Les trois quarts des répondants ont chez eux un ou plusieurs radiateurs fermés en permanence, dans une ou plusieurs pièces, essentiellement la cuisine, les chambres et les WC. Près d un sur dix (8%) déclare même avoir fermé les radiateurs dans toutes les pièces. Les personnes qui ont des pièces constamment inoccupées n ont pas plus que les autres des radiateurs fermés en permanence. Radiateurs fermés en permanence Pantin Reims Paris Ensemble Aucun 10% 56% 9% 25% Dans une pièce 28% 32% 36% 31% Dans plusieurs pièces 62% 12% 55% 44% Total 100% 100% 100% 100% Fermer ses radiateurs lorsqu on s absente est une pratique courante lorsque l absence dure plusieurs jours, moins fréquente pour les absences dans la journée. Lorsqu elles aèrent, quatre personnes sur dix déclarent fermer toujours les radiateurs et à peu près autant ne le faire jamais. Fermeture des Absent dans la Absent plusieurs Quand aère radiateurs journée jours Toujours 23% 48% 42% Parfois 33% 22% 18% Jamais 44% 30% 39% Total 100% 100% 100% L utilisation des robinets de radiateurs dépend fortement du type de robinet, thermostatique ou non C est deux fois plus souvent «un geste naturel» lorsque le robinet est équipé d un thermostat. Deux fois plus souvent également, on regrette de «ne pas y penser assez souvent». Utilisation des robinets de radiateurs Robinets thermostatiques Autres robinets Ensemble Geste naturel 60% 33% 56% N y pense pas assez 18% 8% 17% Crainte de fuites d eau 17% 50% 22% Ne doit pas y toucher 5% 9% 6% Ne s en occupe pas 17% 17% 17% Ils sont bloqués 3% 42% 10% Les différences d équipement permettent d éclairer en partie le comportement plus actif et plus économe des résidents de Pantin. Un équipement comme le thermostat et une installation en bon état favorisent la régulation active. Une proportion non négligeable (6%) pense, à tort, que ce n est pas à eux de toucher aux radiateurs, que c est le rôle des techniciens ou du gestionnaire. ADEME - H & B 8

9 EXTRAITS DU LIVRE BLANC SUR L INDIVIDUALISATION DES FRAIS DE CHAUFFAGE Les sociétés de services spécialistes du comptage, réunies au sein du Syndicat de la Mesure, ont souhaité en 2005 élaborer un «Livre Blanc» pour soutenir le développement du comptage individuel des frais de chauffage en France. Voici quelques extraits de ce Livre Blanc, réalisé par Alain Bignotti, consultant. Des économies de 14 à 33% Une étude statistique portant sur logements a démontré que la pose de répartiteurs engendrait des économies d énergie de chauffage de 14 à 33% selon le type d habitat : HLM ou copropriété, avec une moyenne à 22%. Cette étude a consisté à comparer les dépenses d énergie de chauffage estimées par l INSEE dans son enquête logement de 2002 aux dépenses d énergie de chauffage constatées dans des logements comparables où les charges de chauffage étaient individualisées. Les logements concernés étaient équipés depuis plusieurs années, ce qui annule l effet éventuel de «nouveauté». Coûts au M² HLM/Non HLM INSEE et Stés de SERVICE HLM N-HLM Ensemble INSEE Stés Sce Ecart Ecart % Nb Logements Moyenne 7,17 6,19 0,98 14% Nb Logements Moyenne 8,99 6,05 2,94 33% Nb Logements Moyenne 7,87 6,13 1,74 22% 2 millions de tonnes de CO 2 seraient économisées Des calculs d extrapolation ont permis de chiffrer les économies d émissions annuelles de CO 2 à 2 millions de tonnes si les immeubles équipables étaient tous équipés. La France, une exception en Europe du Nord Avec un taux d équipement des logements équipables à 10 %, la France fait figure d exception en Europe du Nord : le parc allemand est équipé à 95 %, l Autriche et le Danemark à 80%, et le Bénélux à 70 %. ADEME - H & B 9

10 LE COMPTAGE INDIVIDUEL DES FRAIS DE CHAUFFAGE, COMMENT CELA FONCTIONNE? Le comptage individuel des frais de chauffage concerne les immeubles collectifs chauffés collectivement. Il est réalisé par une société de services, qui pose et relève les répartiteurs qui permettent de mesurer les quantités de chaleur consommées par logement. La société de services les loue, les entretient, les relève et établit le décompte, qui est fourni au gestionnaire de l immeuble pour facturation des charges. La décision de recourir au comptage individuel des charges est prise en assemblée générale pour les copropriétés, par le gestionnaire pour les immeubles HLM. Il existe en France quatre sociétés qui assurent le comptage individuel des frais de chauffage, regroupées dans le Syndicat de la Mesure. La prestation de service Pour produire l état de répartition de chaque logement dans des conditions conformes à la loi, la société de services : - installe les dispositifs dans les appartements - les relève (un relevé final par an ou radio relève) - les remplace en cas de panne. - établit les décomptes individuels Les dispositifs utilisés Les répartiteurs de frais de chauffage : Ces instruments donnent une indication de l énergie fournie par chaque radiateur en se basant la température de surface de ceux ci. Il existe deux technologies de base pour ces dispositifs: 1) Les répartiteurs électroniques : Relativement récents sur le marché, performants, transparents pour l utilisateur, ces appareils contiennent un circuit de mesure et de calcul électronique et affichent les unités fournies sur un écran à cristaux liquides pour chaque radiateur. Ils ont une autonomie d au moins 10 ans ; certains disposent d un système de télérelève par radio. Ces dispositifs répondent à une norme européenne, la norme NF EN 834 et doivent être approuvés par les services de la métrologie (laboratoire national d essais). 2) Les répartiteurs évaporateurs : C est la technologie originelle utilisée pour effectuer la répartition des frais de chauffage et encore utilisée dans 95% du parc équipé. Ils sont constitués d un tube rempli d un liquide à évaporation lente dont la mesure permet de connaître la quantité d énergie fournie. La société de service procède à une lecture annuelle. Ces dispositifs répondent à une ADEME - H & B 10

11 norme européenne, la norme NF EN 835 et doivent être approuvés par les services de la métrologie (laboratoire national d essais). Les compteurs d énergie thermique : Ces compteurs sont utilisables dans les installations où l alimentation du logement se fait en un seul point (boucle horizontale de chauffage ; circuit fermé) ; moins de 10% des logements sont dans cette configuration. Ces compteurs indiquent l énergie en kwh fournie à chaque logement. Diverses technologies sont utilisées, la plus performante étant l ultra son ; le comptage est assuré par un circuit électronique. Certains sont pourvus de systèmes de télérelève évitant l entrée dans les logements. Ils sont conformes à la norme NF EN 1434 et doivent être approuvés par les services de la métrologie (laboratoire national d essais). Le coût des services Le prix de revient annuel de la location/relève des dispositifs de comptage individuel de chauffage pour un appartement moyen est d environ 30 (répartiteurs standards), de 50 (répartiteurs avec l option radio relève). Les sociétés de comptage louent, installent et relèvent les appareils. Elles envoient par voie électronique aux gestionnaires des immeubles les données servant de base à la facturation. Les copropriétés qui souhaitent s équiper doivent prendre contact avec leur syndic. ADEME - H & B 11

12 LE COMPTAGE INDIVIDUEL DU CHAUFFAGE EST INSCRIT DANS LES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES DEPUIS 1974! Si l on appliquait à la lettre les règlementations et que tous les immeubles collectifs étaient équipés en comptage individuel de chauffage en France, on économiserait par an l'équivalent de 2 millions de tonnes de CO 2. Le comptage individuel du chauffage dans les immeubles chauffés collectivement est obligatoire en France depuis la loi de 1974 sur les économies d énergie (loi du 29/10/1974). Cependant, seul moins de 10 % du parc concerné est aujourd hui équipé. Art. 4. de la loi du 29 octobre 1974 sur les économies d énergie - «Tout immeuble collectif pourvu d'un chauffage commun doit comporter, quand la technique le permet, une installation permettant de déterminer la quantité de chaleur et d'eau chaude fournie à chaque local occupé à titre privatif.». Cette loi ne prévoit aucune sanction ou incitation. L équipement de tous les immeubles équipables (sont exclus pour des raisons techniques les appartements chauffés par le sol ou par convecteurs) permettrait d économiser 20 % des charges de chauffage par an (équivalent de la consommation d énergie de la ville de Lyon). A noter une nouveauté législative intervenue en juin 2006, et qui va peut-être inciter les gestionnaires d immeubles à équiper les copropriétés : les répartiteurs électroniques de frais de chauffage font partie des 70 opérations sélectionnées permettant l obtention de «certificats d économies d énergie après dépôt d un dossier à la DRIRE (arrêté du 19 juin NOR : INDI A-, opération BAR-TH-21). Ces certificats, qui ne seront délivrés qu aux copropriétés et aux offices HLM économisant 1 million de kwh «Cumac» (décret n du 23 mai 2006), seront prochainement valorisés à l instar des «droits à polluer» des entreprises. Les vendeurs d énergie pourront acheter ces certificats. Par ailleurs, la performance énergétique des logements (diagnostic de performance énergétique) fait désormais partie des informations obligatoires à fournir lors de la vente ou de la location d un appartement (loi du 13 juillet 2005, applicable au 1/07/06 pour les vendeurs, au 01/07/07 pour les bailleurs). ADEME - H & B 12

Individualisation des frais de chauffage et maîtrise de la demande en énergie. Christophe Beslay*

Individualisation des frais de chauffage et maîtrise de la demande en énergie. Christophe Beslay* Individualisation des frais de chauffage et maîtrise de la demande en énergie Christophe Beslay* *Université de Toulouse-le Mirail, CERTOP-CNRS 5 allées A. Machado 31058 Toulouse cedex 9, France Moins

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Septembre 2012 Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Immeubles collectifs (gérance et copropriété) Depuis une ordonnance n 2011-504 du 9 mai 2011, l article L 241-9 du Code

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie FICHE INFORMATION Le Comptage comptage individuel de du l eau chauffage Votre partenaire en économie d énergie Le répartiteur de frais de chauffage Le répartiteur est un appareil de mesure du chauffage

Plus en détail

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Conforme RT 2012 Découvrez la nouvelle offre «Vertuoz Habitat» de GDF SUEZ, une offre qui distingue et valorise votre

Plus en détail

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita.

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fi xe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

FICHE INFORMATION. Répartition individuelle des frais de chauffage. Guide d'information à l'usage des occupants

FICHE INFORMATION. Répartition individuelle des frais de chauffage. Guide d'information à l'usage des occupants FICHE INFORMATION Répartition individuelle des frais de chauffage Guide d'information à l'usage des occupants LE RÉPARTITEUR ÉLECTRONIQUE TECHEM Compter une énergie précieuse Vos répartiteurs de chauffage

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Conseil Syndical Maine X-Y - 2012

Conseil Syndical Maine X-Y - 2012 Conseil Syndical Maine X-Y - 0 Statistiques et bilan QUESTIONNAIRE SUR LE CHAUFFAGE Depuis plusieurs hivers, certains résidents se plaignent du froid et demandent que le niveau du chauffage soit augmenté.

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Guide de la répartition des frais de chauffage

Guide de la répartition des frais de chauffage Guide de la répartition des frais de chauffage 1 Sommaire 1 Pourquoi individualiser les frais de chauffage dans les immeubles chauffés collectivement? (p.3) 2 Quelles économies peut-on attendre de la répartition

Plus en détail

La colocation vue par les propriétaires

La colocation vue par les propriétaires La colocation vue par les propriétaires Institut CSA pour Weroom Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de propriétaires, composé de 1000 personnes âgées de 18 ans et

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Chauffage collectif. comprendre et agir. Nous contacter. Réunion d information du vendredi 4 novembre 2011

Chauffage collectif. comprendre et agir. Nous contacter. Réunion d information du vendredi 4 novembre 2011 Chauffage collectif en copropriété : comprendre et agir Intervenant : Sylvain MOUYSSET Nous contacter METénergie 23, avenue de la Gineste Albi : 05 63 53 42 31 12 000 RODEZ Montpellier : 05 34 40 69 30

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Réduire sa facture énergétique, panorama complet. Obligations réglementaires, aides, etc.

Réduire sa facture énergétique, panorama complet. Obligations réglementaires, aides, etc. Réduire sa facture énergétique, panorama complet Obligations réglementaires, aides, etc. VILLE DE SAINT-MANDE: LES ACTIONS EN DIRECTION DES COPROPRIETES CONSTAT: 80% du parc immobilier de Saint-Mandé est

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Préservation de la ressource en eau : une urgence planétaire

Préservation de la ressource en eau : une urgence planétaire Préservation de la ressource en eau : une urgence planétaire Aujourd'hui dans le monde, 1,1 milliard de personnes n'ont pas un accès permanent à l'eau potable. En 2030, selon les derniers chiffres révélés

Plus en détail

COLLECTION LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier

COLLECTION LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ Notre métier, c est votre garantie La crise économique a conduit les

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

Mener une rénovation énergétique en copropriété

Mener une rénovation énergétique en copropriété L habitat collectif AGIR! Mener une rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, valorisation du patrimoine Édition : novembre 2013 sommaire glossaire introduction Objectifs, difficultés

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Eco campus Pasteur-lille

Eco campus Pasteur-lille Eco campus Pasteur-lille Mobilisons ensemble nos énergies pour un environnement amélioré et durable Choisissons les éco-gestes : 4 au travail 4 à la maison INSTITUT PASTEUR DE LILLE Fondation reconnue

Plus en détail

rénovation énergétique en copropriété

rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation énergétique en copropriété PLAN L HABITAT COLLECTIF SOMMAIRE Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B L a crise économique a conduit les professionnels et les copropriétaires à se pencher

Plus en détail

Programme de lutte contre la précarité et la vulnérabilité énergétique

Programme de lutte contre la précarité et la vulnérabilité énergétique Programme de lutte contre la précarité et la vulnérabilité énergétique version du 24 juin 2014 1 1. Le contexte En 2011 les prix de l énergie domestique (électricité, gaz, et autres combustibles) ont augmenté

Plus en détail

Mener une rénovation énergétique en copropriété

Mener une rénovation énergétique en copropriété L habitat collectif AGIR! Mener une rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, valorisation du patrimoine Édition : janvier 2013 sommaire glossaire introduction Objectifs, difficultés

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

Alimentation en eau chaude des lave-vaisselle et lave-linge

Alimentation en eau chaude des lave-vaisselle et lave-linge www.amoes.com Note technique Alimentation en eau chaude des lave-vaisselle et lave-linge N Document NT11-01 Diffusion hors collaborateurs Amoès Version 1.1 Septembre 2011 Autorisée librement X Rédigé par

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

rénovation énergétique en copropriété

rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation énergétique en copropriété PLAN L HABITAT COLLECTIF SOMMAIRE Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Sarthe Habitat. Emménagez. en location-accession en toute sérénité. Étape 3. Félicitations! Vous entrez aujourd hui dans votre nouveau logement.

Sarthe Habitat. Emménagez. en location-accession en toute sérénité. Étape 3. Félicitations! Vous entrez aujourd hui dans votre nouveau logement. Sarthe Habitat Étape 3 Emménager dans son logement Emménagez en location-accession en toute sérénité Félicitations! Vous entrez aujourd hui dans votre nouveau logement. Jusqu à la levée d option, vous

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Le compteur d eau individuel

Le compteur d eau individuel Le compteur d eau individuel Le comptage individuel, qui peut être une source d'économies, peut aussi être une source de complications s'il ne fait pas l'objet d'une mise en oeuvre rigoureuse. Avant de

Plus en détail

Mener une rénovation énergétique en copropriété

Mener une rénovation énergétique en copropriété L habitat collectif AGIR! Mener une rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, valorisation du patrimoine Édition : mars 2015 sommaire glossaire introduction Objectifs, difficultés

Plus en détail

Comment sont prises les décisions?

Comment sont prises les décisions? Comprendre TRAVAUX EN COPROPRIETÉ Comment sont prises les décisions? Des règles différentes en fonction des travaux Entreprendre des travaux en copropriété nécessite souvent de suivre un processus assez

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

EMMENAGEZ EN TOUTE GUIDE DU PROPRIÉTAIRE

EMMENAGEZ EN TOUTE GUIDE DU PROPRIÉTAIRE GUIDE DU PROPRIÉTAIRE EMMENAGEZ EN TOUTE SERENITE AVEC la vefa Félicitations! Vous êtes propriétaire de votre logement neuf. Vous avez fait le nécessaire auprès de votre assureur et des fournisseurs gérants

Plus en détail

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme)

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) LQCM logement à qualité et coût maîtrisés Plan urbanisme construction architecture Enquête sur la qualité d usage des logements Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) Centre d'études

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

Eco gestes au bureau

Eco gestes au bureau Eco gestes au bureau Un français passe environ 40 % de son temps quotidien au travail, trajets domicile travail compris Au travail réduire son impact sur l environnement, c est faire des gestes simples

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique :

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : des motivations à la réalisation des travaux Le contexte Suite au Grenelle de l Environnement, l Etat

Plus en détail

Copropriété ANONYME CARNET D ENTRETIEN DYNAMIQUE

Copropriété ANONYME CARNET D ENTRETIEN DYNAMIQUE Copropriété ANONYE place GPE 69000 GPE CARNET D ENTRETIEN DYNAIQUE Cécile BARNASSON Pierre OLIVIER Jean-Luc PAYNO 27/11/2013 COPRO+ SAS au capital de 100 000 - SIRET 511 383 242 00019 RCS Lyon 10 rue des

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Les dispositions de la loi ALUR

Les dispositions de la loi ALUR Les dispositions de la loi ALUR Actualité juridique publié le 23/04/2014, vu 1176 fois, Auteur : JurisConseils Le Conseil constitutionnel avait été saisi sur plusieurs dispositions de la loi Alur. On attendait

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail