Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014"

Transcription

1 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur au sein de l Office fédéral de la statistique sur les différentes mesures de la productivité. 1. Productivité 1.1 Qu est-ce que la productivité? Au sein d une entreprise, l activité de production implique l utilisation combinée de facteurs tels que les machines, les bâtiments, l énergie ou la main-d œuvre. Ces facteurs peuvent être regroupés en différentes catégories. Pour les analyses de croissance, les regroupements principaux sont le travail et le capital. Le rapport entre la valeur ajoutée brute et l un de ces facteurs est appelé productivité du facteur. Grâce à ce ratio, on peut mesurer l efficience avec laquelle est utilisé un facteur de production, ou une combinaison de facteurs de production (appelée dès lors productivité multifactorielle). 1.2 Pourquoi est-il important de mesurer la productivité? L augmentation de la productivité est un facteur important contribuant à la hausse du niveau de vie d un pays. La hausse des salaires est ainsi souvent liée aux gains de productivité. La capacité de production de biens et de services de l économie peut ainsi progresser au fil du temps sans que cela nécessite une augmentation proportionnelle des ressources, par exemple du travail. Un tel résultat est alors obtenu grâce à une production plus efficiente. 1.3 Quelle est la différence entre productivité du travail, productivité du capital et productivité multifactorielle? La productivité du travail correspond à la valeur ajoutée réelle par heure effectivement travaillée. Au niveau d un pays, son évolution se définit comme la différence entre le taux d évolution du produit intérieur brut (PIB) et la variation de l intrant en travail. La productivité du capital mesure la valeur ajoutée réalisée par les services du capital. Sa croissance correspond à la différence entre l évolution du produit intérieur brut et la variation de l intrant en capital. Il convient de relever que tant la productivité du travail que la productivité du capital représentent des mesures partielles de la productivité. On parle alors de productivité apparente. En effet, la productivité dépend de l'ensemble des facteurs de production et de la façon dont ils sont combinés. Il est donc difficile d isoler la source véritable de la productivité. La productivité multifactorielle est une mesure plus exhaustive de l efficience. Elle correspond à la valeur ajoutée brute aux prix de l année précédente par unité de facteurs combinés (capital, travail, etc.). Cette mesure combine à la fois le travail et le capital et permet de prendre en considération l apport de ces deux facteurs de production à la croissance économique. Le taux d évolution de la productivité multifactorielle est dès lors défini comme la différence (ou résidu) entre l évolution de la valeur ajoutée brute et de la contribution des facteurs de production travail et capital.

2 1.4 Quand et comment interpréter les différentes mesures de la productivité? Chaque mesure de productivité permet de répondre à des besoins analytiques bien précis. La productivité horaire du travail convient le mieux à l'évaluation du niveau de vie d'un pays, car elle s apparente à la notion de revenu. En effet, on tend à considérer qu une progression importante de la productivité dans le temps permet, via des opérations de redistribution, un accroissement des revenus et du niveau de vie d une nation. De ce fait, la productivité horaire du travail présente un lien étroit avec la notion de produit intérieur brut et de revenu national brut par habitant. La productivité du capital permet de déterminer l'efficience des investissements, à savoir leur aptitude à générer de la valeur ajoutée. Il ne faut toutefois pas confondre productivité du capital et taux de rendement du capital. Ce dernier reflète la capacité du stock de capital à générer un revenu, alors que la productivité du capital mesure l efficience de l utilisation du capital dans le processus de production. La productivité multifactorielle permet de juger l'efficience de l ensemble des facteurs entrant dans le processus de production. Elle mesure l incidence des différentes allocations possibles des facteurs de production sur le processus de production Où peut-on trouver les résultats de la productivité du travail, de la productivité du capital et de la productivité multifactorielle? Les résultats sont disponibles sur le portail statistique de l Office fédéral de la statistique (domaine 4 -économie nationale), à l adresse suivante : 2. Productivité multifactorielle (PMF) 2.1 Que mesure la productivité multifactorielle? La productivité multifactorielle prend en compte tous les entrants incorporés dans le processus de production. Elle mesure l efficience avec laquelle les facteurs de production travail et capital sont utilisés dans l activité de production. Elle tient ainsi compte des changements d allocations entre le travail et le capital au fils du temps via l étude de l intensité capitalistique. La croissance de la PMF est mesurée comme un solde. En effet, elle correspond à la différence entre la croissance de l activité économique, mesurée par le PIB, mesuré aux prix de l année précédente, et les contributions des facteurs de production travail et capital. 2.2 Quel est le degré de détail de l information disponible sur la productivité multifactorielle à l Office fédéral de la statistique? Des informations sur la productivité multifactorielle sont disponibles pour l ensemble de l économie nationale. Par contre, le degré de détail des données de base ne permet pas une désagrégation de l information par secteur économique, par branche d activité économique ou par secteur institutionnel. 2.3 La productivité multifactorielle est-elle disponible en niveaux? L information est disponible uniquement sous la forme d indice. En effet, la méthode d agrégation des services tirés des différents actifs fixes repose par construction sur le calcul d un indice. 2.4 La productivité multifactorielle constitue-t-elle une mesure du progrès technique? La productivité multifactorielle fournit des informations sur le profil temporel de l efficience des facteurs de production capital et travail ayant permis de générer de la valeur ajoutée. Dès lors, la PMF ne reflète pas seulement les effets des évolutions techniques, mais également des économies d échelle, des changements dans la composition du facteur travail, et des problèmes de saisie statistique. Il est donc important d éviter d associer trop étroitement la PMF et le progrès technique. 2/6

3 2.5 Quels types d analyse permet la productivité multifactorielle? La croissance de la productivité multifactorielle correspond à la différence entre le taux de croissance du produit intérieur brut et le taux de croissance des intrants combinés travail et capital. Sur la base de cette définition, il est possible d effectuer notamment les analyses suivantes : 1. Mesure de la contribution des facteurs de production et de la PMF à la croissance de l activité économique. 2. Mise en évidence du lien existant entre le taux d évolution de la PMF et de la productivité du travail. 3. Mesure du taux variation de l intensité capitalistique (rapport entre le capital et le travail). 2.6 Quel lien existe-t-il entre le stock de capital non financier et la productivité multifactorielle? Le stock de capital non financier calculé par les Comptes nationaux fournit une base importante pour le calcul de la productivité. Il ne peut toutefois pas être pris tel quel. En effet, pour mesurer la contribution d un actif fixe dans le processus de production, il faut tenir compte de la valeur des services tirés de ce capital, et non de la valeur de l actif fixe proprement dite. En d autres termes, il convient de déterminer un flux de services qui constituent l apport effectif du stock de capital au processus de production. Ce flux représente la mesure appropriée du facteur de production capital pour l analyse de la productivité. 3. Productivité du travail 3.1 Que mesure la productivité du travail? La productivité du travail est l'efficience avec laquelle les ressources humaines sont engagées dans le processus de production. Cette efficience peut être estimée pour une économie totale ou pour un sous-ensemble de celle-ci. La productivité du travail convient particulièrement bien pour évaluer le niveau de vie d'un pays. En effet, elle s apparente à la notion de revenu. On tend ainsi à considérer qu une progression importante de la productivité dans le temps permet, via des opérations de redistribution, un accroissement des revenus et du niveau de vie d une nation. De ce fait, la productivité horaire du travail présente un lien étroit avec la notion de PIB et de revenu national brut (RNB) par habitant. 3.2 Quel est le degré de détail de l information disponible à l Office fédéral de la statistique sur la produc tivité du travail? L Office fédéral de la statistique publie des indices de la productivité du travail à la fois pour l économie nationale et pour un certain nombre de branches, regroupées dans le «Secteur marchand». Ces indices sont disponibles à partir de La productivité du travail est-elle disponible en niveau? Il est relativement aisé de calculer une série de la productivité du travail en niveau. On évite toutefois d examiner la productivité du travail de cette manière. Ceci est étroitement lié à la manière selon laquelle l influence des prix est éliminée dans le PIB. En effet, la méthode actuelle de déflation, dite du chaînage, a un impact majeur sur le niveau du PIB, empêchant toute interprétation de la productivité du travail en niveau. 3.4 Quelles sont les mesures disponibles de l intrant en travail? Le cadre de référence de la macroéconomie, à savoir le Système européen des comptes nationaux et régionaux de 2010 (SEC 2010) édicté par l Union européenne, prévoit quatre mesures alternatives pour mesurer l intrant en travail. Nombre de personnes actives occupées 3/6

4 Les personnes occupées comprennent tous les individus, aussi bien les salariés que les travailleurs indépendants, qui exercent une activité entrant dans le processus de production. Le concept de personnes actives occupées permet d'analyser la situation d'un groupe de personnes sur le marché du travail. Par contre, il n'est pas approprié pour une analyse de la productivité. En effet, un individu ayant plusieurs emplois sera compté une seule fois à partir de son activité principale. De plus, il ne rend pas compte de l'évolution du temps de travail effectif et attribue à un emploi à temps partiel le même poids qu'à un emploi à plein temps. Nombre d'emplois Par emploi il faut entendre toutes les activités exercées dans le cadre du processus de production. Ce concept est préférable à celui de personnes occupées, mais il n'est pas pour autant la meilleure mesure du volume de travail. En effet, le traitement du travail à temps partiel pose également problème. Nombre d'heures effectivement travaillées Le total des heures travaillées représente la somme des heures effectivement ouvrées par les salariés et les travailleurs indépendants au cours d'une période comptable dans le cadre des activités de production. Le nombre d'heures effectivement travaillées est reconnu comme étant la mesure la plus appropriée pour le calcul de la productivité par les divers manuels de référence des Comptes nationaux. Nombre d'emplois en équivalent plein temps Il s'agit d'une mesure intermédiaire entre le nombre d'emplois et le nombre d'heures effectivement travaillées. L'emploi en équivalent plein temps (ou emploi en EPT) se définit comme le nombre total d'heures travaillées divisé par la moyenne annuelle des heures travaillées dans des emplois à plein temps sur le territoire économique. L'emploi en EPT est une mesure satisfaisante pour calculer la productivité du travail. Il ne peut toutefois pas toujours rendre compte de l'évolution de la durée effective du travail. Les deux mesures de l intrant en travail retenues en Suisse pour la mesure de la productivité du travail sont : - Les emplois en équivalent plein temps, mesuré soit auprès des entreprises soit auprès des ménages. - Les heures effectivement travaillées. 3.5 Quelle mesure de l intrant de travail faut-il utiliser? Le recours à l une ou l autre des mesures (heures effectivement travaillées ou emplois en équivalent plein temps) dépend habituellement de l objectif de l analyse. D une manière générale, les organisations internationales, et notamment l Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) recommandent d utiliser les heures effectivement travaillées pour calculer la productivité. En effet, cette mesure tient compte de l effet des heures d absences, des vacances ou des congés maladie. Elle constitue la seule véritable mesure du «volume» de travail. Cet intrant de travail reflète très bien la marche des affaires des entreprises. L alternative, à savoir les emplois en équivalence plein temps, est une mesure moins précise de l input de travail. En effet, elle recourt à des conventions pour convertir les emplois à temps partiels en postes à plein temps, et peine à saisir toutes les formes souples d aménagement du temps de travail. Cette mesure est toutefois largement utilisée au niveau international, car de nombreux pays n ont pas de statistique du volume de travail. 3.6 Quand doit-on utiliser les heures effectivement travaillées ou les emplois en équivalent plein temps comme mesure de l intrant de travail? Les heures effectivement travaillées conviennent parfaitement bien au calcul de la productivité du travail de l économie nationale. On parle alors de productivité horaire du travail. En Suisse, la statisti- 4/6

5 que des heures effectivement travaillées suit pleinement les recommandations internationales et les résultats sont ainsi parfaitement comparables à ceux de ses principaux partenaires. Par contre, en Suisse, il n est pas possible de recourir aux heures effectivement travaillées pour des analyses structurelles (par branches ou par secteurs). En effet, le niveau de détail n est pas suffisant pour effectuer de telles analyses. Ainsi, en Suisse, la productivité horaire du travail peut être mesurée uniquement au niveau national. Les emplois en équivalent plein temps sont utilisés dans le cadre d analyses structurelles de la productivité (par branches ou par secteurs) et pour l économie marchande. Cet intrant en travail a été calibré afin de couvrir les exigences conceptuelles des Comptes nationaux. Il est de ce fait adéquat pour des analyses structurelles. 3.7 Comment mesure-t-on les heures effectivement travaillées? Les heures effectivement travaillées sont mesurées à l aide de la statistique du volume de travail (SVOLTA). Cette dernière recense les heures effectivement ouvrées par les salariés et les travailleurs indépendants au cours d'une période comptable dans le cadre des activités de production. Le volume d heures effectives de travail s obtient par l opération suivante : Durée annuelle normale de travail (selon le contrat de travail pour les salariés et la durée usuelle de travail pour les indépendants) + Heures supplémentaires (elles ne sont prises en compte que si elles ne sont pas compensées par des congés). Heures d absence (Maladie, service militaire, réduction de l horaire de travail) = Heures effectivement travaillées Les heures effectivement travaillées correspondent donc au nombre d heures qui, au cours de la période considérée, ont effectivement été consacrées à l accomplissement d une tâche ou d un travail déterminé. 3.8 Dispose-t-on d informations sur la composition de l intrant de travail en fonction du niveau de qualification des travailleurs? Aucune information de ce type n est actuellement disponible en Suisse. 4. Productivité du capital 4.1 Que mesure la productivité du capital? La productivité du capital mesure l'efficience avec laquelle l intrant en capital est engagé dans le processus de production. Elle permet de déterminer l aptitude des investissements à générer de la valeur ajoutée. Il faut veiller à ne pas confondre productivité du capital et taux de rendement (ou rentabilité) du capital. En effet, ce dernier reflète la capacité du capital à générer un revenu (ou un profit) alors que la productivité du capital mesure l efficience de l utilisation du capital dans le processus de production. 4.2 La productivité du capital est-elle disponible en niveaux? L agrégation des stocks productifs pour chaque actif fixe en intrant en capital repose sur le calcul d un indice. En conséquence, seul un indice de la productivité du capital est disponible. 4.3 Quelle est la mesure de l intrant en capital? Le stock de capital brut non financier, calculé par les Comptes nationaux ne peut pas être considéré en tant que tel dans le cadre des estimations de la productivité du capital. En effet, pour mesurer la contribution d un actif fixe dans le processus de production, il faut tenir compte de la valeur des 5/6

6 services tirés du capital produits par l actif, et non de la valeur de l actif fixe proprement dite. En d autres termes, il convient de déterminer un flux de services qui constituent l apport effectif du stock de capital au processus de production. Ce flux, appelé services du capital, représente la mesure appropriée du facteur de production capital pour l analyse de la productivité. 4.4 Qu est-ce qu un actif fixe? Dans les Comptes nationaux, la majeure partie des «effets de richesse» apparaissent dans les comptes de patrimoine. Ces derniers sont, en quelque sorte, le «bilan» de l économie suisse. En effet, on y trouve toutes les informations qui sont disponibles à un niveau macroéconomique sur les éléments financiers et non financiers du patrimoine des différents acteurs économiques. Le patrimoine est l état des avoirs (actifs) et des dettes contractées (passifs) par les différents acteurs économiques. Les actifs fixes sont le résultat d un processus de production et entrent de façon continue dans plusieurs processus de production. Les données disponibles en Suisse permettent, moyennant certaines hypothèses de travail, des premières estimations pour les actifs fixes corporels produits, qui regroupent les logements, les ouvrages de génie civil, les machines et équipements et les actifs cultivés, ainsi que pour les logiciels (actifs fixes incorporels produits). Renseignements : Arzu Altun, OFS, Section structure et analyses économiques, Tél. : Marius Ley, OFS, Section structure et analyses économiques, Tél. : /6

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Adaptation à la hausse du niveau du Produit intérieur brut suite à la révision des comptes nationaux

Adaptation à la hausse du niveau du Produit intérieur brut suite à la révision des comptes nationaux Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 30.09.2014, 11:00 4 Economie nationale N 0351-1408-90 Comptes nationaux de la Suisse 1995-2013

Plus en détail

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781 Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre Différences de calcul de l'indice du coût de la main-d'œuvre CCE 2012-0781 JM/KDG/CVC 12 juillet 2012 2 CCE

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Le résultat et le revenu agricoles en optique trésorerie Les comptes de l'agriculture se sont alignés, depuis la base

Plus en détail

2. Croissance et emploi

2. Croissance et emploi 2. Croissance et emploi Concepts abordés Comment définir et mesurer la croissance économique PIB, PIB / hab, PIB / ppa, PIB mondial, Taux de croissance, Croissance potentielle et croissance effective Facteurs

Plus en détail

MESURER LA PRODUCTIVITÉ

MESURER LA PRODUCTIVITÉ Revue économique de l OCDE n 33, 2001/II MESURER LA PRODUCTIVITÉ Paul Schreyer et Dirk Pilat TABLE DES MATIÈRES Introduction... 138 Mesurer la croissance de la productivité... 140 Mesures de la productivité

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel au 31 décembre 2010 Sommaire Eléments financiers du premier semestre 2010-2011 Rapport d activité 1 Comptes consolidés intermédiaires résumés 3 Rapport des commissaires aux

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié)

Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié) Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié) CONDITION FÉMININE CANADA La responsabilité de l intégrité et de l objectivité des états financiers ci joints pour l exercice terminé le 31 mars

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES THEME 1 LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES 1.3 : Comment répartir les revenus et les richesses? L'économie est définie comme la «science qui étudie le comportement humain dans la relation

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94 Ludovico Bracci Susanna Mantegazza ISTAT Département des comptes nationaux et de l analyse économique 1.

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

THEME PRODUCTIVITE DANS LE SECTEUR INFORMEL AU CAMEROUN

THEME PRODUCTIVITE DANS LE SECTEUR INFORMEL AU CAMEROUN THEME PRODUCTIVITE DANS LE SECTEUR INFORMEL AU CAMEROUN SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX... III LISTE DES GRAPHIQUES... III SIGLES ET ABREVIATION... V RESUME EXECUTIF... VII INTRODUCTION... 1 CHAPITRE 1 :

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 26 LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

MANUEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS

MANUEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie --------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland ------------- MANUEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS UTILISES DANS LES PUBLICATIONS STATISTIQUES OFFICIELLES

Plus en détail

États financiers non vérifiés du SECRÉTARIAT DES CONFÉRENCES INTERGOUVERNEMENTALES CANADIENNES

États financiers non vérifiés du SECRÉTARIAT DES CONFÉRENCES INTERGOUVERNEMENTALES CANADIENNES États financiers non vérifiés du SECRÉTARIAT DES CONFÉRENCES Exercice terminé le 31 mars 2009 Secrétariat des conférences intergouvernementales canadiennes (SCIC) Déclaration de responsabilité de la direction

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Les bases du modèle comptable

Les bases du modèle comptable Les bases du modèle comptable C H A P I T R E 25 16 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE Le respect de la normalisation comptable va permettre : une comparaison dans l espace et dans le temps entre entreprises ;

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nombre de pages au total: 12 pages + 1 grille réponse Durée

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

MANUEL DE STATISTIQUES DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION

MANUEL DE STATISTIQUES DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION MANUEL DE STATISTIQUES DE FINANCES PUBLIQUES 2001 DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT STATISTIQUES DU SECTEUR PUBLIC NON FINANCIER CONSOLIDATION TOBIAS WICKENS OCTOBRE 2008 Table des matières Résumé analytique

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

États financiers consolidés de. Trimestre terminé le 31 mars 2006 (non vérifié)

États financiers consolidés de. Trimestre terminé le 31 mars 2006 (non vérifié) États financiers consolidés de 1(:32573$571(56,1&20()81' Trimestre terminé le 31 mars 2006 1(:32573$571(56,1&20()81' Bilan consolidé (en milliers de dollars) 31 mars 2006 31 décembre 2005 $FWLI Actif à

Plus en détail

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15 Sommaire Avertissement au lecteur....................................................... 11 Introduction générale........................................................... 13 Chapitre I. Introduction

Plus en détail

Vie active et rémunération du travail

Vie active et rémunération du travail Vie active et rémunération du travail Panorama De la société industrielle à la société des services Le secteur industriel, qui employait encore près de la moitié des actifs occupés dans les années 1960,

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

UPEC - AEI - M1 AMITER «AHI» Socio-Économie du travail et de l'emploi - Thème 5 D. Glaymann - 2014-2015 2

UPEC - AEI - M1 AMITER «AHI» Socio-Économie du travail et de l'emploi - Thème 5 D. Glaymann - 2014-2015 2 La productivité La productivité mesure l efficacité des moyens de production (machines, technologie, main-d œuvre ). Quantitativement, il s agit d un ratio entre la production réalisée et les facteurs

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE Annexe méthodologique ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 103 ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 1. ENQUÊTE ANNUELLE D ENTREPRISE L enquête annuelle d entreprise (EAE) est réalisée dans les différents secteurs de l économie non

Plus en détail

Le bilan et le compte de résultat

Le bilan et le compte de résultat Le bilan et le compte de résultat L entreprise enregistre un très grand nombre d opérations : cet ensemble considérable d informations doit être résumé et structuré. Deux documents de synthèse sont donc

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale.

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. 1.2 Les documents comptables usuels PARTIE 1 La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. Une entreprise est une construction bâtie sur des piliers (fonctions) : commercial,

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

La productivité : secret de la réussite économique

La productivité : secret de la réussite économique Centre d étude de niveau de vie 11, rue Sparks, pièce 500 Ottawa (Ontario) K1P 5B5 613-233-8891 Télécopieur 613-233-8250 csls@csls.ca La productivité : secret de la réussite économique Mars 1998 Rapport

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

5 Les données macroéconomiques

5 Les données macroéconomiques 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques 2 1.1 prix, valeurs, quantités et autres............ 2 1.1.1 Les prix....................

Plus en détail

Les résultats consolidés 2003 du groupe Elior

Les résultats consolidés 2003 du groupe Elior Les résultats consolidés 23 du groupe Elior Coordination Nationale CGT groupe Elior A.Kerbal D.Sanchis 29 novembre 24 Introduction La nomination d'un expert comptable en 23 (le cabinet ACF), comme nous

Plus en détail

I. Comptabilité générale

I. Comptabilité générale I. Comptabilité générale I.A. Documents de la comptabilité générale : Le bilan Le bilan est un document de synthèse qui récapitule à un moment donné le total des emplois et le total des ressources. Selon

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail