Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques."

Transcription

1 Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques. Émission stimulée et amplification d une onde lumineuse. Oscillateur optique : principe du Laser. Compétence travaillée ou évaluée : Démarche scientifique o Formuler des hypothèses pertinentes o Confronter des hypothèses à des résultats expérimentaux Usage des TIC o Recueillir des informations o Réaliser une simulation Nature de l activité : Analyse et réflexion par le biais de ressources TICE Résumé (en 5 lignes au plus) : A partir d une vidéo expliquant le principe du Laser et décrivant ses applications on demande aux élèves d extraire les informations sur le principe du Laser, de les décrire, de trouver les conditions de mise en œuvre de ces principes et de les vérifier en utilisant une simulation sur le Laser. Mots clefs : Emission et absorption quantique ; Emission stimulée ; Oscillateur optique ; Laser ; Longueur d onde Académie où a été produite la ressource : Toulouse

2 Le Laser 1. Description séquence Cette séquence sur les transferts quantiques d énergie se compose de deux parties. Une première partie dans laquelle le Laser est introduit au moyen d une vidéo. L objectif de cette première partie est d extraire les informations importantes sur le principe de fonctionnement du Laser et ses applications et de les structurer sous la forme d une carte mentale. Dans une deuxième partie on propose d étudier les principes physiques de base du Laser à partir d une simulation. Exemple de déroulé de la séquence : 1. Extraire des informations sur le Laser : Passage de la vidéo, échanges entre élèves puis structuration. A cette occasion on peut commencer l élaboration d une carte mentale commune qui servira de support à l activité expérimentale suivante. Cette vidéo doit pouvoir faire émerger les points suivants : Acronyme du Laser Dualité onde particule pour la lumière Lumière concentrée et ordonnée Émission spontanée et émission stimulée Nécessité d un apport extérieur d énergie (pompage) Réalisation d un oscillateur optique entre deux miroirs Types de Laser (nature du support amplificateur ou mode de fonctionnement continu ou impulsionnel) et applications (mesures de distances, mesures de pollution, découpe Laser, chirurgie Laser, temps atomique, transmission de l information ) 2. Décrire et comprendre les principes physiques du Laser : Dans cette partie on utilise la simulation de Phet sur le Laser. Nous avons choisi de procéder en deux parties et de n introduire le troisième niveau d énergie ou les miroirs que dans la partie 2 intitulée «comment fonctionne un Laser», avec plusieurs atomes ce qui correspond mieux au Laser réel. On pourra trouver diverses propositions pédagogiques pour l utilisation de cette simulation dans les références externes ci-dessous. Dans la simulation on peut utiliser un mode pas à pas en cliquant sur le bouton pause puis en utilisant le bouton pas. Comment un atome peut-il émettre un rayonnement? On peut demander aux élèves d émettre des hypothèses sur les conditions pour lesquelles on obtient pour l atome un phénomène d absorption, d émission ou d émission stimulée. Ils vérifieront avec la simulation leurs

3 hypothèses et pourront schématiser ces trois transitions. Dans le cas de la compétition émission spontanée et stimulée on pourra demander quels sont les paramètres qui vont favoriser une émission ou l autre. Paramètres de l animation imposés aux élèves : Dans cette partie on demande aux élèves de ne travailler qu avec deux niveaux d énergie et de ne pas activer les miroirs. Paramètres modifiables par les élèves : L élève peut modifier quatre paramètres : Le flux de photons incidents La longueur d onde des photons La durée de vie de l état excité La hauteur du niveau d énergie 2 de l atome. L élève doit être capable de montrer que l absorption d un photon ne se fait que si l atome est dans l état de plus basse énergie (ici 1). Dans le cas contraire, un photon incident arrivant sur l atome produira une émission et retour à l état fondamental (1). Il doit pouvoir également montrer que l énergie du photon doit correspondre à la différence entre les niveaux 1 et 2. En faisant varier la longueur d onde du photon incident l élève doit voir une corrélation entre cette variation et l énergie du photon (symbolisée dans l animation par une double flèche verticale de longueur variable). Si on change la longueur d onde des photons (curseur couleur) alors il faudra alors faire varier l énergie du niveau 2 pour obtenir une absorption. Dans l animation on peut faire varier la hauteur d un niveau d énergie. Il faudra bien préciser aux élèves que cela n est pas possible dans un atome mais que cela revient à fait à changer la nature de l atome donc du support amplificateur dans le Laser. L élève doit également pouvoir montrer qu en jouant sur la durée de vie de l état excité ou sur la densité du flux de photons incident on va favoriser un processus d émission ou l autre. On voit que l on favorise l émission stimulée en maximisant la durée de vie de l état 2. On pourra introduire à cette occasion le terme d état métastable que l on peut définir comme un état pour lequel la probabilité d émission spontanée est la plus faible. On voit également que l émission spontanée se fait dans des directions aléatoires, alors que dans le cas de l émission stimulée les photons incident et induit ont même direction. Il n est pas possible à ce stade de la simulation de voir que ces deux photons sont cohérents donc il pourra être intéressant de le préciser aux élèves. En effet, dans les compétences exigibles, les élèves doivent connaître parmi d autres propriétés du Laser la propriété : concentration spatiale et temporelle de l énergie.

4 Comment fonctionne un LASER? o Réalisation de l inversion de population par pompage Paramètres de l animation imposés aux élèves : Dans cette partie on demandera aux élèves de ne pas introduire les miroirs et on ne parlera pas de cavité Laser. On leur demande également de ne pas montrer les photons émis de plus hauts niveaux d énergie et de ne pas activer la vue onde. Paramètres modifiables par les élèves : En plus des paramètres précédents l élève pourra cette fois également ajouter un troisième niveau d énergie et pour la vue lampe voir les flux de photons incidents ou voir une coloration seulement. On demande aux élèves de trouver les conditions pour réaliser une inversion de population : Nbre d atomes N 2 dans le niveau 2 > nbre d atomes N 1 dans le niveau 1 En faisant varier le flux de photons et la durée de vie de l état excité on n arrive pas à réaliser une inversion de population sur un système à 2 niveaux d énergie. Au bout d un certain temps on voit que le système «oscille» autour de l état N 2 =N 1 même dans le cas où la durée de vie de l état excité est maximale (état métastable). Système à 2 niveaux. Par contre avec un système à trois niveaux, en se plaçant dans le cas ou le niveau 3 à une durée de vie très faible et le niveau 2 une durée de vie maximale on arrive à réaliser une inversion de population.

5 Inversion de population avec un système à 3 niveaux On pourra ensuite leur demander de justifier l impossibilité d une inversion de population pour un système à deux niveaux en donnant comme aide le résultat d Einstein : Entre deux niveaux, la probabilité d'émission stimulée est égale à celle de l'absorption d'un photon. Pour un système à deux niveaux si on maximise la durée de vie de l état 2 (état métastable) on pourra considérer que durant l expérience il n y a pas d émission spontanée. Les deux seuls phénomènes en compétitions sont donc l absorption et l émission stimulée. Les probabilités de ces deux phénomènes étant identiques d après le résultat d Einstein un photon incident aura autant de chance de faire passer un atome de l état 1 à l état 2 par absorption que de faire passer un atome de l état 2 à l état 1 par émission stimulée. Au maximum on arrivera donc au bout d un certain temps à un état ou il y a autant d atomes dans l état 2 que dans l état 1. o Mise en place de la cavité Laser On peut maintenant demander aux élèves de finaliser le Laser en ajoutant les miroirs et leur demander de réaliser un Laser fonctionnel et de décrire son fonctionnement et les conditions d un bon fonctionnement. Avec les miroirs on voit très vite que l émission stimulée l emporte sur l émission spontanée et que seuls les photons dans l axe de la cavité restent dans cette dernière. Au fur et à mesure des oscillations dans la cavité l onde lumineuse est amplifiée. (On pourra visualiser en mode onde l établissement d une onde stationnaire dans la cavité).

6 Laser en fonctionnement avec une réflectivité du miroir de sortie à 89 % Laser en fonctionnement avec une réflectivité du miroir de sortie à 89 % et vue Onde activée pour la transition basse radiative. Avec deux miroirs complètement réfléchissant on arrivera très vite à une destruction du Laser.

7 Laser juste avant destruction. A l inverse, un pompage insuffisant ou une trop faible réflectivité du miroir de sortie aboutira à l extinction de l effet Laser dans la cavité. Il est possible de faire varier d autres paramètres dans la simulation comme activer la vue des photons émis lors des transitions du niveau 3 vers le niveau 2 ou vers le niveau 1. On peut également jouer sur la probabilité d émission stimulée d une transition qui d après les auteurs de la simulation a été un peu surévalué pour faciliter l établissement de l effet Laser dans la cavité. On pourra enfin réaliser des Lasers de différentes couleurs, la cavité de la simulation semblant être résonnante tant que l on reste dans le domaine visible. 2. Références externes 1. Les 50 ans du Laser - La vidéo d introduction au Laser produite par le CNRS Images. 2. Lasers - Simulation du Laser utilisée 3. Exemple de leçon utilisant l animation - Une version professeur et élève d un cours américain produit par l American Physical Society à l occasion des 50 ans du Laser.

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

Procédure Moodle Gestion des groupes dans son espace Moodle

Procédure Moodle Gestion des groupes dans son espace Moodle 1 Objectif Vous pouvez utiliser les groupes d étudiants dans un espace Moodle pour : le suivi par groupe d étudiants : notes, travaux dans une activité (devoir, base de données, wiki ) regrouper les échanges

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

Sources - Techniques de projection - Lentilles

Sources - Techniques de projection - Lentilles TPC2 TP - Sciences Physiques Sources - Techniques de projection - Lentilles Objectifs généraux de formation Formation disciplinaire - Capacités exigibles Caractériser une source lumineuse par son spectre.

Plus en détail

Le Dobble. Cellya Sirot en Tale S ; Jean-Baptiste Fraisse en Tale S et Jammy Mariotton en Tale S

Le Dobble. Cellya Sirot en Tale S ; Jean-Baptiste Fraisse en Tale S et Jammy Mariotton en Tale S Cet article est rédigé par des élèves. Il peut comporter des oublis et imperfections, autant que possible signalés par nos relecteurs dans les notes d'édition. Année 2014-2015 Le Dobble Cellya Sirot en

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Guide sur la création d un test autocorrigé

Guide sur la création d un test autocorrigé Guide sur la création d un test autocorrigé Une démarche simple et fonctionnelle de création d un test autocorrigé, composé de questions fréquemment utilisées. Mai 2011 Table des matières Page Réalisation

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

Plate-forme de formation Moodle Manuel de l'enseignant

Plate-forme de formation Moodle Manuel de l'enseignant Premiers pas SIME Plate-forme de formation Moodle Manuel de l'enseignant Présentation 3 Vous souhaitez créer un cours sur Moodle. 4 Première inscription sur la plate-forme Moodle 4 Modifier votre profil.

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Présentation de la Ressource

Présentation de la Ressource Présentation de la Ressource Module : «les ondes qui nous environnent» Thème : Des ondes pour observer et mesurer. Observer : Voir plus grand Mesurer : Diffraction et interférences Type de ressources :

Plus en détail

L AUTOMATISATION DU FONCTIONNEMENT D UNE BASE DE DONNÉES

L AUTOMATISATION DU FONCTIONNEMENT D UNE BASE DE DONNÉES 1 L AUTOMATISATION DU FONCTIONNEMENT D UNE BASE DE DONNÉES Dans ce chapitre, nous allons automatiser le fonctionnement de la base de données. Jusqu à présent, nous avons créé différents objets, mais maintenant

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Une énigme par jour Cycle 3 Semaine des maths 2012

Une énigme par jour Cycle 3 Semaine des maths 2012 Ces «énigmes» permettent d initier une démarche fondée sur l initiative des élèves pour utiliser les connaissances acquises et montrer leur capacité à les utiliser dans des situations où elles ne sont

Plus en détail

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas?

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas? Méthodologie THÈME 1 1 Les conditions de l épreuve Les conditions d examen : «épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents

Plus en détail

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat du ministère du Logement Décembre 2013 Ce document méthodologique

Plus en détail

Guide de démarrage rapide

Guide de démarrage rapide Guide de démarrage rapide L aspect de Microsoft Visio 2013 étant différent par rapport aux versions précédentes, nous avons créé ce guide pour vous aider à être opérationnel au plus vite. Modèles mis à

Plus en détail

Explo4 Exploration des projets

Explo4 Exploration des projets Explo4 Exploration des projets SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft version 8.9 Juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 LES CRITERES DE RECHERCHE...2 LES CRITERES COMMUNS A TOUTE

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e Descriptif de l action : Semaine nationale des mathématiques 2015 Action académique liaison CM2-6 e Il s agit de proposer aux élèves d une classe de CM2 et d une classe de sixième associées de résoudre

Plus en détail

Introduction aux VI principes fondamentaux de Physique Quantique

Introduction aux VI principes fondamentaux de Physique Quantique Introduction aux VI principes fondamentaux de Physique Quantique L A D U A L I T É Une balle de ping-pong quantique, serait à la fois elle même, et une onde. De telle manière qu elle réagirait face à la

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher!

Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher! 3ème Electricité Résolution De Problème : Un sèche-linge sachant sécher! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Déroulement Compétences évaluées Remarques Initier les élèves de collège à la

Plus en détail

Excel 2002 Avancé. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Patrick Morié, Bernard Boyer

Excel 2002 Avancé. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Patrick Morié, Bernard Boyer Excel 2002 Avancé Guide de formation avec exercices et cas pratiques Patrick Morié, Bernard Boyer Tsoft et Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11238-6 5 - ANALYSE ET SIMULATION MODÈLE ITÉRATIF 1 - NOTION

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

BASE DE DONNÉES NATIONALE D INSCRIPTION (BDNI MC ) : COMMENT RÉTABLIR UNE INSCRIPTION

BASE DE DONNÉES NATIONALE D INSCRIPTION (BDNI MC ) : COMMENT RÉTABLIR UNE INSCRIPTION BASE DE DONNÉES NATIONALE D INSCRIPTION (BDNI MC ) : COMMENT RÉTABLIR UNE INSCRIPTION Juillet 2011 COMMENT RÉTABLIR UNE INSCRIPTION (Vous devez remplir le formulaire prévu à l Annexe 33-109A7 Présentation

Plus en détail

Formulaires : Parametrages

Formulaires : Parametrages Guide utilisateur Formulaires : Parametrages Page 2 sur 24 Processus de validation Rédigé par Validé par Approuvé par BARTHONNET Lucile LE FEVRE Bertrand MOLIERE Corinne 25/03/2015 2015-04-09 2015-04-14

Plus en détail

Tutoriel sur la création et la gestion des demandes de rendez-vous en ligne sur le site internet du CHU de Bordeaux

Tutoriel sur la création et la gestion des demandes de rendez-vous en ligne sur le site internet du CHU de Bordeaux Tutoriel sur la création et la gestion des demandes de rendez-vous en ligne sur le site internet du CHU de Bordeaux L outil de gestion des demandes de rendez-vous en ligne va vous permettre de définir

Plus en détail

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients.

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients. Conclusion Cette thèse a interrogé le fonctionnement de l intermédiation microfinancière dans les institutions de microfinance en Afrique de l Ouest. La question centrale qui l a animée consiste à interroger

Plus en détail

Fiche n 10 : Statistiques et rapports avec Excel

Fiche n 10 : Statistiques et rapports avec Excel PlanningPME Planifiez en toute simplicité Fiche n 10 : Statistiques et rapports avec Excel I. Description... 2 II. Les statistiques depuis le menu Outils -> Statistiques... 2 III. Zoom sur la charge de

Plus en détail

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture.

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. 11 Atelier effet visuel - CrAsh d un vaisseau spatial Projet : Désintégration d un vaisseau spatial lors d un crash Outils : Animation dynamique,

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Investissements. Plan

Investissements. Plan Investissements Plan Relation entre placement, revenus et taux d intérêt Relation entre emprunt, sommes remboursées et taux d intérêt Bilan: relation entre flux monétaires résultant d un échange intertemporel

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Bureau d Étude d électronique Tronc Commun 1A :PET/PMP Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Responsables : Fanny Poinsotte Nicolas Ruty Lien Chamilo : http ://chamilo2.grenet.fr/inp/ courses/phelmaa13pmcpel9

Plus en détail

2 Moodle Guide 2d : les devoirs. Résumé de la fonctionnalité. service

2 Moodle Guide 2d : les devoirs. Résumé de la fonctionnalité. service 2 Moodle Guide 2d : les devoirs Résumé de la fonctionnalité L activité Devoir de Moodle permet aux élèves de saisir en en ligne un texte ou de déposer un fichier. Il est aussi possible de créer une situation

Plus en détail

Impression de documents avec Optymo

Impression de documents avec Optymo Impression de documents avec Optymo Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo. Les textes en caractères

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET ENVIRONNEMENT INFORMATIQUE. Michèle GANDIT Christiane SERRET Bernard PARISSE (*)

MATHÉMATIQUES ET ENVIRONNEMENT INFORMATIQUE. Michèle GANDIT Christiane SERRET Bernard PARISSE (*) MATHÉMATIQUES ET ENVIRONNEMENT INFORMATIQUE Michèle GANDIT Christiane SERRET Bernard PARISSE (*) Ces deux ateliers avaient pour objectif d amener les participants à une réflexion sur l utilisation, dans

Plus en détail

De la bougie au LASER

De la bougie au LASER De la bougie au LASER Les objets émettent des «simulacres», espèces de fines écorces qui se détachent de la surface même des corps.s élancent dans l air en conservant leur forme entrent en nous en reproduisant

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

- PROBLEME D OPTIQUE 1 -

- PROBLEME D OPTIQUE 1 - - 1 - ENONCE : «Appareil photographique» I. OBJECTIF STANAR On assimile l objectif d un appareil photographique à une lentille mince convergente () de centre O et de distance focale image f. a distance

Plus en détail

lumière blanche flash électronique

lumière blanche flash électronique 3. La lumière Le mot photographie veut dire «dessiner avec la lumière». La qualité de la lumière est donc très importante et primordiale. On utilise de la lumière naturelle que l on nomme aussi «lumière

Plus en détail

La couleur des étoiles (La loi de Wien)

La couleur des étoiles (La loi de Wien) FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 6 La couleur des étoiles (La loi de Wien) Type d'activité Activité documentaire et utilisation de TIC Notions et contenus du programme de 1 ère S Largeur

Plus en détail

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation 1. Echantillonnage aléatoire simple 2. Inférence statistique 3. Estimation 4. Evaluation graphique de l adéquation d un modèle de distribution 1 L inférence

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Présentation et Ordre du jour

Présentation et Ordre du jour TOGETHER France TOGETHER international Immeuble Gironde Praça da Republica Esplanade Charles de Gaulle 7630-139 Odemira 33074 Bordeaux cedex Portugal QUATRIEME SEMINAIRE-FORMATION DES DYNAMISEURS SPIRAL

Plus en détail

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE...

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE... Découverte du logiciel Mecaplan pour SolidWorks Page 1/9 Mecaplan pour SolidWorks Bielle Manivelle Piston Bâti Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL....2

Plus en détail

Compte-rendu d expérimentation

Compte-rendu d expérimentation SFODEM Partage de pizzas Sommaire Fiche d identification Fiche professeur Fiche élève Scénario d'usage Compte-rendu d expérimentation CV FICHE D'IDENTIFICATION Type : Exercice d'application, du type "vrai

Plus en détail

Espace Multimédia Médiathèque de Roanne Juin 2008

Espace Multimédia Médiathèque de Roanne Juin 2008 PowerPoint est un logiciel de présentation édité par Microsoft. Il est utilisé à l origine par les hommes d affaires, professeurs, étudiants et formateurs et figure parmi les formes les plus répandues

Plus en détail

Gestion des Workflows

Gestion des Workflows Gestion des Workflows Conventions typographiques Afin de clarifier la lecture de ce document, nous utiliserons la symbolique suivante :?? Interrogation : Le sujet visé reste en suspend dans l état actuel

Plus en détail

MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE

MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE 1 Fonctionnement général À partir de l édition Professional, Wings Logistique inclut la possibilité de lire les données de stock par le biais d un ou plusieurs fichiers

Plus en détail

Copie guidée. Copie encadrée

Copie guidée. Copie encadrée Copie guidée Objectif : entraîner le geste graphique. Mot écrit au tableau, l enseignant reproduit la première lettre en expliquant son geste graphique, les élèves la copient. Même procédé pour les autres

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. CyCle 2 ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Nous

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

Incohérences au niveau de la modélisation

Incohérences au niveau de la modélisation Incohérences au niveau de la modélisation Software Group Claudio Grolimund: Il importe d identifier et éliminer les incohérences à l échelle des modèles, a souligné le professeur Alexander Egyed dans le

Plus en détail

Fiches Outil Acces Sommaire

Fiches Outil Acces Sommaire Fiches Outil Acces Sommaire Fiche Outil Access n 1 :... 2 Le vocabulaire d Access... 2 Fiche Outil Access n 2 :... 4 Créer une table dans la base... 4 Fiche Outil Access n 3 :... 6 Saisir et modifier des

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

Chapitre 1 : habiter notre environnement

Chapitre 1 : habiter notre environnement Chapitre 1 : habiter notre environnement Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 1

Plus en détail

DynamiT. Exercices pédagogiques à l attention des nouveaux utilisateurs. Procédure de réalisation d une animation vidéo

DynamiT. Exercices pédagogiques à l attention des nouveaux utilisateurs. Procédure de réalisation d une animation vidéo DynamiT Exercices pédagogiques à l attention des nouveaux utilisateurs Procédure de réalisation d une animation vidéo Le présent didacticiel constitue un guide étape par étape sur la procédure de réalisation

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

Projet MATLAB. UPMC - Licence Elec. L2 S2 UE Calcul Scientifique ; initiation à MATLAB (LE205) I. Introduction

Projet MATLAB. UPMC - Licence Elec. L2 S2 UE Calcul Scientifique ; initiation à MATLAB (LE205) I. Introduction UPMC - Licence Elec. L2 S2 UE Calcul Scientifique ; initiation à MATLAB (LE205) I. Introduction Projet MATLAB Objectif : le but de ce projet est de réaliser une simulation d un oscillateur modélisé comme

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire Charges fertilisantes des effluents d élevage Modalités de reconnaissance des valeurs références pour la période transitoire Denis Côté, IRDA Mars 2003 MAPAQ Photos tirées de «Guide des Pratiques de conservation

Plus en détail

3a-2 Proportionnalité

3a-2 Proportionnalité Cours 3a-2 Proportionnalité Didactique Sommaire 1 La proportionnalité dans les programmes................................ 2 2 Les procédures de résolution à l école....................................

Plus en détail

Utiliser Office 365 pour un projet d e quipe - PART 2

Utiliser Office 365 pour un projet d e quipe - PART 2 Utiliser Office 365 pour un projet d e quipe - PART 2 Introduction Depuis quelques mois, Microsoft a mis en ligne la nouvelle version de SharePoint en ligne. Cette solution est inclue dans l offre plus

Plus en détail

Voir mon village autrement : Reconnaître les anciennes cités ouvrières

Voir mon village autrement : Reconnaître les anciennes cités ouvrières Voir mon village autrement : Reconnaître les anciennes cités ouvrières 1. Description rapide, contexte, motivation : Ce travail a été mené dans une classe de CE1 CE2 à Chamouilley(52). Il s agit de faire

Plus en détail

PowerPoint. Pour une présentation réussie avec MAC

PowerPoint. Pour une présentation réussie avec MAC PowerPoint Pour une présentation réussie avec MAC Claire Frenette Commission scolaire Saint-Hyacinthe Février 2002 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES...2 INTRODUCTION...4 DÉBUT D UNE SESSION DE TRAVAIL...5

Plus en détail

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Toulouse le 08 Octobre 2014 Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Travail réalisé par RAZAGUI Abdelhak sous la direction de Joël STEIN Période du 13 septembre au 11 Octobre

Plus en détail

Plusieurs façons de tracer deux parallèles CM1-CM2

Plusieurs façons de tracer deux parallèles CM1-CM2 Plusieurs façons de tracer deux parallèles CM1-CM2 Séance 1 : l écart constant entre deux droites parallèles donner une définition fonctionnelle du parallélisme de deux droites ; exhiber un procédé de

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

Retour sur une expérimentation menée au collège Clotaire Baujoin de Thourotte (Oise) dans une salle de classe d histoire-géographie.

Retour sur une expérimentation menée au collège Clotaire Baujoin de Thourotte (Oise) dans une salle de classe d histoire-géographie. TABLETTES ET ORGANISATION DE SALLE DE CLASSE : DES CHANGEMENTS INDUITS Comment la salle de classe, l organisation des séances et la posture de l enseignant ont-ils été modifiés par l introduction d un

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle?

http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle? http://www.techniquesduson.com Didier Pietquin Août 2013 Mise en série, mise en parallèle? Mise en parallèle, mise en série Voilà qui est bien souvent sujet à confusion. Voici plusieurs exemples vous permettant

Plus en détail

PHOTOSHOP CORRECTIONS SIMPLES

PHOTOSHOP CORRECTIONS SIMPLES Niveau : Débutant COURS PHOTOSHOP PHOTOSHOP CORRECTIONS SIMPLES INTRODUCTION Dans ce chapitre, après une introduction sur les histogrammes, nous apprendrons les méthodes les plus simples pour améliorer

Plus en détail

Mode d emploi base de données AIFRIS : finaliser les propositions de communication.

Mode d emploi base de données AIFRIS : finaliser les propositions de communication. Mode d emploi base de données AIFRIS : finaliser les propositions de communication. Pour finaliser les propositions de communication, on va sur le site aifris.eu, On clique dans la colonne de droite sur

Plus en détail

Terminaux d atelier Suivi de production - F4 -

Terminaux d atelier Suivi de production - F4 - Terminaux d atelier Suivi de production - F4 - Ce module permet la mise en œuvre de terminaux en atelier avec possibilité de lecture de code à barres. Comprend également le suivi de l état d avancement

Plus en détail

BASE DE DONNEES SOUS ACCESS «Gestion de contacts commerciaux»

BASE DE DONNEES SOUS ACCESS «Gestion de contacts commerciaux» BASE DE DONNEES SOUS ACCESS «Gestion de contacts commerciaux» Contenu 1 - Description de la base de données... 1 2 - Interface d Access :... 3 3 Création des tables (structure)... 5 4 - Relations entre

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

2/Focalisation des lasers

2/Focalisation des lasers 2/Focalisation des lasers L utilisation d un laser à distance élevé est donc inutile car la divergence du faisceau est non négligeable. L intérêt d un laser est sa capacité à transporter de l énergie dans

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

GUIDE DU CONTRIBUTEUR. www.optigede.ademe.fr

GUIDE DU CONTRIBUTEUR. www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr GUIDE DU CONTRIBUTEUR www.optigede.ademe.fr Inscription au site Proposition de fiches «action-résultat» Proposition de fiches «plan ou programme

Plus en détail

COURS : FONCTIONS LINÉAIRES & AFFINES

COURS : FONCTIONS LINÉAIRES & AFFINES CHAPITRE CURS : FNCTINS LINÉAIRES & AFFINES Etrait du programme de la classe de troisième : CNTENU CMPÉTENCES EXIGIBLES CMMENTAIRES Fonction linéaire. Connaître la notation a, pour une valeur numérique

Plus en détail

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique Thème du programme : Observer Sous-thème : Sources de lumière colorée Spectres et niveaux d énergie Type d activité : Activité documentaire Conditions de mise en œuvre : (application, durée indicative

Plus en détail

Créer une CARTE sous ZatYoo

Créer une CARTE sous ZatYoo Créer une CARTE sous ZatYoo Pour créer une carte, il faut d abord en comprendre le fonctionnement. Une carte propose des produits (articles), mais aussi l accès aux menus, l accès à des sous écrans ou

Plus en détail

Au club nous utilisons différents matériels de prises de vue u Les flashes u Les boites à lumière u Le Posemètre Nous allons en détailler le rôle et

Au club nous utilisons différents matériels de prises de vue u Les flashes u Les boites à lumière u Le Posemètre Nous allons en détailler le rôle et Au club nous utilisons différents matériels de prises de vue u Les flashes u Les boites à lumière u Le Posemètre Nous allons en détailler le rôle et les caractéristiques. Le choix de l objectif est aussi

Plus en détail