Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques."

Transcription

1 Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques. Émission stimulée et amplification d une onde lumineuse. Oscillateur optique : principe du Laser. Compétence travaillée ou évaluée : Démarche scientifique o Formuler des hypothèses pertinentes o Confronter des hypothèses à des résultats expérimentaux Usage des TIC o Recueillir des informations o Réaliser une simulation Nature de l activité : Analyse et réflexion par le biais de ressources TICE Résumé (en 5 lignes au plus) : A partir d une vidéo expliquant le principe du Laser et décrivant ses applications on demande aux élèves d extraire les informations sur le principe du Laser, de les décrire, de trouver les conditions de mise en œuvre de ces principes et de les vérifier en utilisant une simulation sur le Laser. Mots clefs : Emission et absorption quantique ; Emission stimulée ; Oscillateur optique ; Laser ; Longueur d onde Académie où a été produite la ressource : Toulouse

2 Le Laser 1. Description séquence Cette séquence sur les transferts quantiques d énergie se compose de deux parties. Une première partie dans laquelle le Laser est introduit au moyen d une vidéo. L objectif de cette première partie est d extraire les informations importantes sur le principe de fonctionnement du Laser et ses applications et de les structurer sous la forme d une carte mentale. Dans une deuxième partie on propose d étudier les principes physiques de base du Laser à partir d une simulation. Exemple de déroulé de la séquence : 1. Extraire des informations sur le Laser : Passage de la vidéo, échanges entre élèves puis structuration. A cette occasion on peut commencer l élaboration d une carte mentale commune qui servira de support à l activité expérimentale suivante. Cette vidéo doit pouvoir faire émerger les points suivants : Acronyme du Laser Dualité onde particule pour la lumière Lumière concentrée et ordonnée Émission spontanée et émission stimulée Nécessité d un apport extérieur d énergie (pompage) Réalisation d un oscillateur optique entre deux miroirs Types de Laser (nature du support amplificateur ou mode de fonctionnement continu ou impulsionnel) et applications (mesures de distances, mesures de pollution, découpe Laser, chirurgie Laser, temps atomique, transmission de l information ) 2. Décrire et comprendre les principes physiques du Laser : Dans cette partie on utilise la simulation de Phet sur le Laser. Nous avons choisi de procéder en deux parties et de n introduire le troisième niveau d énergie ou les miroirs que dans la partie 2 intitulée «comment fonctionne un Laser», avec plusieurs atomes ce qui correspond mieux au Laser réel. On pourra trouver diverses propositions pédagogiques pour l utilisation de cette simulation dans les références externes ci-dessous. Dans la simulation on peut utiliser un mode pas à pas en cliquant sur le bouton pause puis en utilisant le bouton pas. Comment un atome peut-il émettre un rayonnement? On peut demander aux élèves d émettre des hypothèses sur les conditions pour lesquelles on obtient pour l atome un phénomène d absorption, d émission ou d émission stimulée. Ils vérifieront avec la simulation leurs

3 hypothèses et pourront schématiser ces trois transitions. Dans le cas de la compétition émission spontanée et stimulée on pourra demander quels sont les paramètres qui vont favoriser une émission ou l autre. Paramètres de l animation imposés aux élèves : Dans cette partie on demande aux élèves de ne travailler qu avec deux niveaux d énergie et de ne pas activer les miroirs. Paramètres modifiables par les élèves : L élève peut modifier quatre paramètres : Le flux de photons incidents La longueur d onde des photons La durée de vie de l état excité La hauteur du niveau d énergie 2 de l atome. L élève doit être capable de montrer que l absorption d un photon ne se fait que si l atome est dans l état de plus basse énergie (ici 1). Dans le cas contraire, un photon incident arrivant sur l atome produira une émission et retour à l état fondamental (1). Il doit pouvoir également montrer que l énergie du photon doit correspondre à la différence entre les niveaux 1 et 2. En faisant varier la longueur d onde du photon incident l élève doit voir une corrélation entre cette variation et l énergie du photon (symbolisée dans l animation par une double flèche verticale de longueur variable). Si on change la longueur d onde des photons (curseur couleur) alors il faudra alors faire varier l énergie du niveau 2 pour obtenir une absorption. Dans l animation on peut faire varier la hauteur d un niveau d énergie. Il faudra bien préciser aux élèves que cela n est pas possible dans un atome mais que cela revient à fait à changer la nature de l atome donc du support amplificateur dans le Laser. L élève doit également pouvoir montrer qu en jouant sur la durée de vie de l état excité ou sur la densité du flux de photons incident on va favoriser un processus d émission ou l autre. On voit que l on favorise l émission stimulée en maximisant la durée de vie de l état 2. On pourra introduire à cette occasion le terme d état métastable que l on peut définir comme un état pour lequel la probabilité d émission spontanée est la plus faible. On voit également que l émission spontanée se fait dans des directions aléatoires, alors que dans le cas de l émission stimulée les photons incident et induit ont même direction. Il n est pas possible à ce stade de la simulation de voir que ces deux photons sont cohérents donc il pourra être intéressant de le préciser aux élèves. En effet, dans les compétences exigibles, les élèves doivent connaître parmi d autres propriétés du Laser la propriété : concentration spatiale et temporelle de l énergie.

4 Comment fonctionne un LASER? o Réalisation de l inversion de population par pompage Paramètres de l animation imposés aux élèves : Dans cette partie on demandera aux élèves de ne pas introduire les miroirs et on ne parlera pas de cavité Laser. On leur demande également de ne pas montrer les photons émis de plus hauts niveaux d énergie et de ne pas activer la vue onde. Paramètres modifiables par les élèves : En plus des paramètres précédents l élève pourra cette fois également ajouter un troisième niveau d énergie et pour la vue lampe voir les flux de photons incidents ou voir une coloration seulement. On demande aux élèves de trouver les conditions pour réaliser une inversion de population : Nbre d atomes N 2 dans le niveau 2 > nbre d atomes N 1 dans le niveau 1 En faisant varier le flux de photons et la durée de vie de l état excité on n arrive pas à réaliser une inversion de population sur un système à 2 niveaux d énergie. Au bout d un certain temps on voit que le système «oscille» autour de l état N 2 =N 1 même dans le cas où la durée de vie de l état excité est maximale (état métastable). Système à 2 niveaux. Par contre avec un système à trois niveaux, en se plaçant dans le cas ou le niveau 3 à une durée de vie très faible et le niveau 2 une durée de vie maximale on arrive à réaliser une inversion de population.

5 Inversion de population avec un système à 3 niveaux On pourra ensuite leur demander de justifier l impossibilité d une inversion de population pour un système à deux niveaux en donnant comme aide le résultat d Einstein : Entre deux niveaux, la probabilité d'émission stimulée est égale à celle de l'absorption d'un photon. Pour un système à deux niveaux si on maximise la durée de vie de l état 2 (état métastable) on pourra considérer que durant l expérience il n y a pas d émission spontanée. Les deux seuls phénomènes en compétitions sont donc l absorption et l émission stimulée. Les probabilités de ces deux phénomènes étant identiques d après le résultat d Einstein un photon incident aura autant de chance de faire passer un atome de l état 1 à l état 2 par absorption que de faire passer un atome de l état 2 à l état 1 par émission stimulée. Au maximum on arrivera donc au bout d un certain temps à un état ou il y a autant d atomes dans l état 2 que dans l état 1. o Mise en place de la cavité Laser On peut maintenant demander aux élèves de finaliser le Laser en ajoutant les miroirs et leur demander de réaliser un Laser fonctionnel et de décrire son fonctionnement et les conditions d un bon fonctionnement. Avec les miroirs on voit très vite que l émission stimulée l emporte sur l émission spontanée et que seuls les photons dans l axe de la cavité restent dans cette dernière. Au fur et à mesure des oscillations dans la cavité l onde lumineuse est amplifiée. (On pourra visualiser en mode onde l établissement d une onde stationnaire dans la cavité).

6 Laser en fonctionnement avec une réflectivité du miroir de sortie à 89 % Laser en fonctionnement avec une réflectivité du miroir de sortie à 89 % et vue Onde activée pour la transition basse radiative. Avec deux miroirs complètement réfléchissant on arrivera très vite à une destruction du Laser.

7 Laser juste avant destruction. A l inverse, un pompage insuffisant ou une trop faible réflectivité du miroir de sortie aboutira à l extinction de l effet Laser dans la cavité. Il est possible de faire varier d autres paramètres dans la simulation comme activer la vue des photons émis lors des transitions du niveau 3 vers le niveau 2 ou vers le niveau 1. On peut également jouer sur la probabilité d émission stimulée d une transition qui d après les auteurs de la simulation a été un peu surévalué pour faciliter l établissement de l effet Laser dans la cavité. On pourra enfin réaliser des Lasers de différentes couleurs, la cavité de la simulation semblant être résonnante tant que l on reste dans le domaine visible. 2. Références externes 1. Les 50 ans du Laser - La vidéo d introduction au Laser produite par le CNRS Images. 2. Lasers - Simulation du Laser utilisée 3. Exemple de leçon utilisant l animation - Une version professeur et élève d un cours américain produit par l American Physical Society à l occasion des 50 ans du Laser.

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Présentation de la Ressource

Présentation de la Ressource Présentation de la Ressource Module : «les ondes qui nous environnent» Thème : Des ondes pour observer et mesurer. Observer : Voir plus grand Mesurer : Diffraction et interférences Type de ressources :

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Plate-forme de formation Moodle Manuel de l'enseignant

Plate-forme de formation Moodle Manuel de l'enseignant Premiers pas SIME Plate-forme de formation Moodle Manuel de l'enseignant Présentation 3 Vous souhaitez créer un cours sur Moodle. 4 Première inscription sur la plate-forme Moodle 4 Modifier votre profil.

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

C - La lumière : sources et propagation rectiligne

C - La lumière : sources et propagation rectiligne C - La lumière : sources et propagation rectiligne La propagation rectiligne, élément nouveau par rapport l école primaire, est un excellent moyen pour introduire la notion de modèle avec le rayon lumineux.

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

PROGRESSION. Agir. Sciences Physiques 1 S. Observer. Olivier Gayrard. Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences 2014/2015.

PROGRESSION. Agir. Sciences Physiques 1 S. Observer. Olivier Gayrard. Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences 2014/2015. PROGRESSION Sciences Physiques 1 S Olivier Gayrard Observer Comprendre Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences Agir 2014/2015 Lycée Saint Joseph Gaillac Compétences générales Les curseurs compétences

Plus en détail

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013

PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 PROGRAMME ANNEE SCOLAIRE 2012/2013 Classe : Terminale S Section linguistique : toutes Matière : Physique et Chimie Obligatoire Langue d enseignement : français Nom de l ensei gnant : GOULARD Hélène Nombre

Plus en détail

De la bougie au LASER

De la bougie au LASER De la bougie au LASER Les objets émettent des «simulacres», espèces de fines écorces qui se détachent de la surface même des corps.s élancent dans l air en conservant leur forme entrent en nous en reproduisant

Plus en détail

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS Dominique GROLEAU Laboratoire CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d'architecture de Nantes rue Massenet,

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève CONTON Steeven MICHEL Victorien NUMA Stève Classe de 1 ère S1 TPE Alarme LASER M. Audry, professeur de sciences de l'ingénieur M. Poussel, professeur de physique-chimie Année 2012/2013, Lycée Etienne Bézout

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Fiches Outil Acces Sommaire

Fiches Outil Acces Sommaire Fiches Outil Acces Sommaire Fiche Outil Access n 1 :... 2 Le vocabulaire d Access... 2 Fiche Outil Access n 2 :... 4 Créer une table dans la base... 4 Fiche Outil Access n 3 :... 6 Saisir et modifier des

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

Sources - Techniques de projection - Lentilles

Sources - Techniques de projection - Lentilles TPC2 TP - Sciences Physiques Sources - Techniques de projection - Lentilles Objectifs généraux de formation Formation disciplinaire - Capacités exigibles Caractériser une source lumineuse par son spectre.

Plus en détail

I Open Résa. Sommaire :

I Open Résa. Sommaire : I Open Résa Sommaire : I Open Résa... 1 Définition :... 2 Identification... 3 Création d un nouveau dossier :... 8 Première méthode :... 10 Seconde méthode :... 10 Ajout d éléments à la proposition :...

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

La couleur des étoiles (La loi de Wien)

La couleur des étoiles (La loi de Wien) FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 6 La couleur des étoiles (La loi de Wien) Type d'activité Activité documentaire et utilisation de TIC Notions et contenus du programme de 1 ère S Largeur

Plus en détail

S 5 : Introduction au monde quantique

S 5 : Introduction au monde quantique : PCSI 2015 2016 I Confrontation entre la mécanique classique et l epérience 1. Mécanique classique Vers la fin du XIX e siècle et le début du XX e, les physiciens utilisent la mécanique (Newton) et l

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

Procédure Moodle Gestion des groupes dans son espace Moodle

Procédure Moodle Gestion des groupes dans son espace Moodle 1 Objectif Vous pouvez utiliser les groupes d étudiants dans un espace Moodle pour : le suivi par groupe d étudiants : notes, travaux dans une activité (devoir, base de données, wiki ) regrouper les échanges

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE PHYSIQUE CHIMIE EN PREMIÈRE ANNÉE DE CPGE 1 CONTEXTE La réforme des voies générale et technologique. La notion de compétence : en amont dans le lycée et en aval dans les écoles.

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Enquête sur les pratiques documentaires des enseignants-chercheurs à l EMNantes

Enquête sur les pratiques documentaires des enseignants-chercheurs à l EMNantes Enquête sur les pratiques documentaires des enseignants-chercheurs à l EMNantes 1 Rappel : contexte et objectifs de l enquête Dans le cadre d un financement de la région Pays de la Loire, une équipe projet

Plus en détail

Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement

Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement Guide Utilisateur pour compléter le Formulaire de Modification Investir dans notre futur commun Guide Utilisateur

Plus en détail

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture.

François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. François Grassard Crash d un vaisseau en bien mauvaise posture. 11 Atelier effet visuel - CrAsh d un vaisseau spatial Projet : Désintégration d un vaisseau spatial lors d un crash Outils : Animation dynamique,

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

SÉQUENCE D ENSEIGNEMENT «SONS ET OUÏE» Guide du personnel enseignant et technique

SÉQUENCE D ENSEIGNEMENT «SONS ET OUÏE» Guide du personnel enseignant et technique SÉQUENCE D ENSEIGNEMENT «SONS ET OUÏE» Guide du personnel enseignant et technique Novembre 2014 Table des matières Introduction de la séquence d enseignement...3 Canevas de la séquence d enseignement...3

Plus en détail

Inscription en ligne pour l entrée au lycée Foire aux questions (FAQ) (version 2 19 mai 2015)

Inscription en ligne pour l entrée au lycée Foire aux questions (FAQ) (version 2 19 mai 2015) Inscription en ligne pour l entrée au lycée Foire aux questions (FAQ) (version 2 19 mai ) Ce document a été établi à partir des questions les plus fréquemment posées par les académies sur l inscription

Plus en détail

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation Découverte: T. Maiman, Juin 1960 Cristal de Rubis excité par lampes flash

Plus en détail

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique Thème du programme : Observer Sous-thème : Sources de lumière colorée Spectres et niveaux d énergie Type d activité : Activité documentaire Conditions de mise en œuvre : (application, durée indicative

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Fiche n 10 : Statistiques et rapports avec Excel

Fiche n 10 : Statistiques et rapports avec Excel PlanningPME Planifiez en toute simplicité Fiche n 10 : Statistiques et rapports avec Excel I. Description... 2 II. Les statistiques depuis le menu Outils -> Statistiques... 2 III. Zoom sur la charge de

Plus en détail

Formulaires : Parametrages

Formulaires : Parametrages Guide utilisateur Formulaires : Parametrages Page 2 sur 24 Processus de validation Rédigé par Validé par Approuvé par BARTHONNET Lucile LE FEVRE Bertrand MOLIERE Corinne 25/03/2015 2015-04-09 2015-04-14

Plus en détail

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT Nanophosphors 27-09-07 Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT SARL 26 rue Barthélemy de Laffemas 26000 VALENCE tel +33 475 xxx xxx info@gritche-technologies.com www.gritche-technologies.com : nanomaterials

Plus en détail

Fiche n 2 : Création de tâches

Fiche n 2 : Création de tâches PlanningPME Planifiez en toute simplicité Fiche n 2 : Création de tâches I. Description... 2 II. Comment créer une tâche?... 2 III. Création de tâches multi ressources... 9 IV. Création de tâches périodiques...

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Géomètre-Topographe. Objectif général. Compétences scientifiqueset transversales

Géomètre-Topographe. Objectif général. Compétences scientifiqueset transversales Géomètre-Topographe Document professeur Sciences Physiques Mathématiques Terminale STI2D Sciences et Technologies Industrielles Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Objectif

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

lumière blanche flash électronique

lumière blanche flash électronique 3. La lumière Le mot photographie veut dire «dessiner avec la lumière». La qualité de la lumière est donc très importante et primordiale. On utilise de la lumière naturelle que l on nomme aussi «lumière

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

Guide de démarrage rapide

Guide de démarrage rapide Guide de démarrage rapide L aspect de Microsoft Visio 2013 étant différent par rapport aux versions précédentes, nous avons créé ce guide pour vous aider à être opérationnel au plus vite. Modèles mis à

Plus en détail

Document d accompagnement pour la ressource numérique. La lumière LASER. Terminale S. «Extraire et organiser l'information d'un média audio»

Document d accompagnement pour la ressource numérique. La lumière LASER. Terminale S. «Extraire et organiser l'information d'un média audio» Document d accompagnement pour la ressource numérique La lumière LASER Terminale S «Extraire et organiser l'information d'un média audio» http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-50-ans-apres-son-invention-le-laser-pour-quoi-faire-2010-09-

Plus en détail

20 Choix du plan de travail

20 Choix du plan de travail 20 Choix du plan de travail 20-1 Systèmes de coordonnées : Avant de commencer à dessiner il est nécessaire de faire apparaître les Systèmes de coordonnées Universelles ( SC universelles) et Utilisateur

Plus en détail

NOTICE SIMPLIFIEE DE LA CAMERA CCD CALIENS

NOTICE SIMPLIFIEE DE LA CAMERA CCD CALIENS Réalisée par E. Deleporte NOTICE SIMPLIFIEE DE LA CAMERA CCD CALIENS Le système Caliens est constitué d une barette CCD à 2048 pixels (taille d un pixel = 14 mm), commandé par un boîter de contrôle, qui

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés ATTENTION : SOYEZ DELICAT!! LE MATERIEL EST FRAGILE ET TOUTE DEGRADATION ENTRAINERA UNE NOTE ELIMINATOIRE. Principe de mesure : Un signal lumineux en provenance

Plus en détail

Tutoriel sur la création et la gestion des demandes de rendez-vous en ligne sur le site internet du CHU de Bordeaux

Tutoriel sur la création et la gestion des demandes de rendez-vous en ligne sur le site internet du CHU de Bordeaux Tutoriel sur la création et la gestion des demandes de rendez-vous en ligne sur le site internet du CHU de Bordeaux L outil de gestion des demandes de rendez-vous en ligne va vous permettre de définir

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

COURS : FONCTIONS LINÉAIRES & AFFINES

COURS : FONCTIONS LINÉAIRES & AFFINES CHAPITRE CURS : FNCTINS LINÉAIRES & AFFINES Etrait du programme de la classe de troisième : CNTENU CMPÉTENCES EXIGIBLES CMMENTAIRES Fonction linéaire. Connaître la notation a, pour une valeur numérique

Plus en détail

Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves.

Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves. Description des expériences Remarques : Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves. Pour chaque expérience, l élève doit suivre un cadre spécifique d analyse.

Plus en détail

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e Descriptif de l action : Semaine nationale des mathématiques 2015 Action académique liaison CM2-6 e Il s agit de proposer aux élèves d une classe de CM2 et d une classe de sixième associées de résoudre

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Projet MATLAB. UPMC - Licence Elec. L2 S2 UE Calcul Scientifique ; initiation à MATLAB (LE205) I. Introduction

Projet MATLAB. UPMC - Licence Elec. L2 S2 UE Calcul Scientifique ; initiation à MATLAB (LE205) I. Introduction UPMC - Licence Elec. L2 S2 UE Calcul Scientifique ; initiation à MATLAB (LE205) I. Introduction Projet MATLAB Objectif : le but de ce projet est de réaliser une simulation d un oscillateur modélisé comme

Plus en détail

R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI

R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI TP OPTIQUE RDUPERRAY Lycée FBUISSON PTSI LUNETTE ASTRONOMIQUE OBJECTIFS Utiliser des systèmes optiques dans les conditions de Gauss (alignement axial et vertical, éclairage de l objet, ) Connaître les

Plus en détail

SysML : les diagrammes

SysML : les diagrammes SysML : les diagrammes DIDIER FGNON, STÉPHNE GSTON [1] L outil SysML est un langage constitué de nombreux diagrammes. Nous vous proposons une ressource sous la forme de fiches-outils qui trouveront une

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide du nombre d onde correspondant ; détermination des groupes.

Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide du nombre d onde correspondant ; détermination des groupes. Thème : Analyse spectrale Infra-Rouge 1/16 Type de ressources : - Des pistes d activités - Des spectres IR illustrant les notions du programme Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Bureau d Étude d électronique Tronc Commun 1A :PET/PMP Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Responsables : Fanny Poinsotte Nicolas Ruty Lien Chamilo : http ://chamilo2.grenet.fr/inp/ courses/phelmaa13pmcpel9

Plus en détail

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Amélioration des performances du séchage des Tuiles et Briques par récupération de la chaleur latente de condensation de l eau afin de réduire les émissions de

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

Projet 12 : «Nuage de tags & eye tracking»

Projet 12 : «Nuage de tags & eye tracking» Projet 12 : «Nuage de tags & eye tracking» [Sous-titre du document] Cahier des charges Projet transdisciplinaire 1A - ENSC Clients Valérie LESPINET-NAJIB, Nathalie PINEDE Auteurs Laura MANSO, Svetlana

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DE LA VERSION

NOUVEAUTÉS DE LA VERSION 5.8 NOUVEAUTÉS DE LA VERSION 5. Deux axes d orientation Ergonomie Richesse fonctionnelle Installation Une nouvelle procédure d installation du logiciel est mise en service. Elle distingue deux fichiers

Plus en détail