Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre"

Transcription

1 B 2 Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre Le bâti peut-être une source importante d émissions de gaz à effet de serre (GES), que cela soit par le mode de chauffage utilisé, la qualité de l isolation et les pratiques qu il encourage (tri, accès au transport, etc.). Essentiellement collectif et chauffé au gaz naturel, le parc de logements de la Ville présente certains atouts que le faible rythme de la construction neuve constaté depuis 1975 n a toutefois pas permis de valoriser. La nouvelle dynamique du logement, articulée autour du projet structurant du tramway, est l occasion d opérer un saut qualitatif important, en mêlant facteur d attractivité résidentielle et économique, et respect de l environnement. 1. L habitat collectif, un potentiel à valoriser Essentiellement collectif et chauffé au gaz naturel, le parc de logements de Vélizy-Villacoublay présente des atouts certains. Si la part des locataires est importante au regard des normes départementales, ceux-ci sont majoritairement regroupés au sein du parc de la SEMIV, ce qui en fait un acteur de première importance en terme d habitat économe. Un parc de logements homogène où domine l habitat collectif A l exception des quartiers pavillonnaires situés en lisière de forêt, l habitat Vélizien est essentiellement collectif, avec près de 82 % des résidences principales en Un chiffre croissant de 0,3 % depuis 1999, qui est très supérieur aux standards du département (55,1 %, +1 % entre 1999 et 2007). Développé entre 1964 et 1972, le logement collectif de Vélizy- Villacoublay présente une unité architecturale caractéristique, marquée par une prépondérance de logements de type R+3 à R+5 dans la partie centrale, de R+6 à R+11 dans les extensions Est plus récentes (voir cartographie ci-contre). Compte-tenu des très rares espaces à bâtir disponibles, le développement de l habitat sous sa forme collective va se poursuivre. L extension des secteurs pavillonnaires est aujourd hui TYPOLOGIE ET LOCALISATION DE L HABITAT Source : services de la Ville 45

2 bloquée par la forêt de Meudon, et seul le changement de destination de certains bâtiments annexes viendra alimenter, à la marge, l offre de maisons individuelles. Le collectif, un atout à valoriser Cette primauté du collectif est une source de sobriété énergétique. Cette forme d habitat tend en effet à optimiser les surfaces occupées et à mutualiser des coûts et services urbains (chauffage, transport), qui, utilisés de façon individuelle, sont généralement responsables d importantes consommations d énergie. Toutefois, le collectif peut également engendrer une certaine forme de déresponsabilisation de la part de ses occupants (voir encadré), d où l utilité de mener des actions de sensibilisation et d information sur les coûts réels de ce type de logement. Rendre plus visible les coûts L habitat collectif peut favoriser une certaine déresponsabilisation - et donc un gaspillage de la part de l utilisateur lorsque les charges de chauffage, d eau chaude, etc. sont collectives. La mise en place de compteurs individuels permet bien souvent de responsabiliser les habitants de ces logements. REPARTITION DES VENTES DU RESEAU DE CHALEUR URBAIN Une ville qui se chauffe au gaz naturel Intégré dès la conception de l ensemble collectif, la Ville dispose d un important réseau de chauffage urbain au gaz naturel. D une capacité de équivalents logements, ce réseau alimente en chaleur environ 80 % des habitats collectifs de la ville, ce qui explique l usage de ce combustible dans 89 % des systèmes de chauffage des appartements. De plus, le chauffage central au gaz naturel équipe 73 % des logements individuels. La combustion du gaz naturel, dont le rendement est généralement bon, génère peu de polluants et moins de CO2 que les autres énergies fossiles. L emploi du «tout électrique» est en baisse, passant de 4,5 % à 3,6 % des logements entre 1999 et Son usage est très faible comparé à celui du département (23%), lui-même en hausse sur la même période (+1 %). RESIDENCES PRINCIPALES PAR COMBUSTIBLE PRINCIPAL ET MODE DE CHAUFFAGE Source : Vélidis COUT GLOBAL ANNUEL DES DIFFERENTS MODES DE CHAUFFAGE ( TTC) EAU DE CHALEUR URBAIN Source : comparaison pour un logement moyen de 70 m 2, enquête AMORCE au 1 er avril 2004 Valeurs de CO2 t/mwh par type de combustible - Gaz naturel : 0,205 - Fioul domestique : 0,270 - Charbon : 0,342 - Biomasse : 0,00 On estime qu une famille de quatre personnes consomme en moyenne 10 Mwh/an pour se chauffer. Source : INSEE RP

3 La faible utilisation du chauffage électrique et d un combustible comme le fioul (5%) est un atout, tant pour l environnement, que pour le budget des ménages Véliziens (voir encadré ci-contre et tableau ci-dessus). Un taux d occupation important Près de 95 % des logements de la ville sont occupés à titre de résidence principale. Ce chiffre, en baisse de 1,2 % du fait de la hausse de la vacance entre 1999 et 2007, reste toutefois supérieur à celui du département (93,2%), en hausse de 2 % de 1999 à 2007, notamment par la reconversion de résidences secondaires. Ce taux d occupation est un atout : l investissement sur des équipements économes en énergie suppose des calculs d investissement de long terme, et implique donc une occupation régulière (voir encadré ci-contre). Une part de locataires importante au regard du département Le nombre de propriétaires atteignait à Vélizy-Villacoublay 45,7 % en 2007, un chiffre en hausse de 3,1 % entre 1999 et 2007, qui restait toutefois très inférieur à celui du département, 59,1 % (+3,4 %). La part des occupants locataires a chuté de 1,6 points de 1999 à Mais leur part dans le total des personnes résidentes reste élevée (50,7 % en 2007 chiffre qui se décompose en 11 % dans le locatif aidé et 39 % dans le privé - selon les critères de la loi SRU). En termes d économies d énergies, les propriétaires occupants sont généralement plus réceptifs - car ils ont plus les moyens d agir et bénéficient directement des économies réalisées - alors que le fait d être locataire n incite guère à investir, à long terme, dans des équipements économes (panneaux solaires, isolation, etc.) et ne permet pas de bénéficier de certaines aides (éco-subvention). regroupées au sein du parc de la SEMIV Sur les logements qui composent le marché locatif privé de la ville, sont gérés par la SEMIV, soit 86 %. Cette singularité forte confère à cette SEM immobilière un rôle de relais important en termes de sensibilisation et de mise en place d équipements économes en énergie. Des besoins non satisfaits De , environ 30 logements ont été autorisés par an, dont 10 dans le marché libre. Avec un point mort le nombre de logements nécessaires au seul maintien des populations - estimé à 50 nouveaux logements par an, le rythme de la construction neuve n a donc pas couvert les besoins des ménages. De plus, l inadéquation des surfaces peut également expliquer la hausse de la vacance qui atteint 4,5% en 2007, +1,5%, soit 134 logements de plus qu en 1999, et donc, une partie du mouvement migratoire négatif enregistré sur la période (- 0,9% par an). Son niveau reste toutefois inférieur à celui du département (4,8), qui lui est en baisse de 1,4%. Un habitat collectif plus sobre : les ambitions de la loi Grenelle 2 La Loi Grenelle 2 demande que tout immeuble d habitation de plus de 50 lots, doté d un chauffage collectif, réalise un bilan énergétique dans un délai de cinq ans à compter du 1 er janvier Le législateur précise que ces informations permettront d établir un plan pluriannuel de travaux d économies d énergie ou un contrat de performance énergétique (CPE). Le principe du CPE est le suivant : après mise en concurrence, le syndic de copropriété choisit un prestataire qui s engage par voie contractuelle à réaliser des économies d énergie de sorte à couvrir l investissement des copropriétaires ainsi que les dépenses du prestataire, voire à le rémunérer. Ceci est d autant plus vrai que ce bailleur-constructeur tient également un rôle de syndic dans un grand nombre de copropriétés. 47

4 Si la SEMIV a entamé la réhabilitation de l ensemble de son parc depuis 2003, une véritable sensibilisation des occupants aux économies d énergie reste encore à mener, d autant plus qu'il n'existe pas de structure d information de type Point info énergie à Vélizy-Villacoublay. La mise en place d un Contrat de Performance Energétique (CPEvoir encadré ci-contre) sera l occasion pour la SEMIV d initier une véritable politique d information et de sensibilisation auprès des occupants d un parc, qui représente près de 34 % des résidences principales de la ville. Partage. Les membres du Forum 21, réunis en ateliers, ont souligné les enjeux suivants : Une densification urbaine qui doit respecter le paysage urbain et la nature ouverte de la Ville! Une solution acceptable : une surélévation modérée de certains immeubles ;! Une problématique : dans quelle mesure le renouvellement des occupants dans le bâti collectif étudié participe déjà à la densification de la Ville (remplacement des couples âgées sans enfants par des familles avec enfants). Un accroissement démographique à maîtriser! Une réflexion sur la cohabitation avec les nouvelles populations est à mener ;! Un besoin d équipements publics lié à l arrivée de nouveaux habitants ;! Une occupation des nouveaux logements à coupler avec les emplois actuels sur la Ville. 2. Un bâti vieillissant Faute d espace disponible, le bâti de la ville ne s est que très peu renouvelé depuis 1975, que ce soit dans l habitat ou l immobilier d entreprise. De fait, son impact sur l environnement est important et renforcé par l inadaptation de l offre. La rénovation du parc de la SEMIV, entamé depuis 2003, démontre la possibilité d un saut qualitatif important en matière de respect de l environnement dans le bâti de la ville. Un bâti des années qui s est peu renouvelé Si le parc de logements de Vélizy est globalement récent 70 % des résidences principales construites entre 1949 et celui-ci s est toutefois très peu renouvelé - seulement 7 % des résidences principales ont été construites après ANNEE DE CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE Source : INSEE RP 2007 CLASSE ENERGETIQUE DU BATI EN KWH/M2 ET NIVEAU D EMISSIONS EN KGCO2/M²/AN Source : ADEME 48

5 Faute d espaces constructibles, seulement 22,6 % des résidences principales de la ville ont été construites après date de la première réglementation thermique dans le bâtiment - contre 41,2 % dans le département et 29,3 % à Chaville. CONTRIBUTION DES DIFFERENTS SECTEURS D ACTIVITES AUX EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE EN 2005 L immobilier d entreprise est également vieillissant. Ouvert en 1966, le renouvellement des locaux de la zone d emploi a été limité. Le déséquilibre emploi habitat constaté sur la ville ne satisfait pas aux critères de l Etat, qui, en conséquence, n accorde pas les autorisations nécessaires à l ouverture de nouvelles surfaces de bureaux. Afin de pouvoir reconvertir son bâti économique, la ville se voit donc dans l obligation de construire des logements pour accueillir de nouveaux résidents. Des impacts directs sur l environnement Après les déplacements, le secteur résidentiel et tertiaire constitue le second poste d émissions de gaz à effet de serre (GES) à Vélizy- Villacoublay. Une proportion, 25 %, qui est inférieure à celle du département, mais qui, en valeur absolue (35,5 kt), dépasse celle d une ville voisine comme Chaville. La faiblesse de la construction neuve après 1975 laisse donc présager des performances énergétiques moyennes, situant le parc de Vélizy-Villacoublay autour de la classe D (c est-à-dire consommant plus de 230 kwh/m²/an, un chiffre proche de la moyenne du parc immobilier français kwh/m2/an). Des impacts indirects liés à l inadaptation de l offre 50 % des résidences principales de la ville sont des T4 ou plus, alors que seulement 34 % des ménages sont composés de plus de 3 personnes. Ces chiffres laissent présager une sousoccupation de certains logements, donc une surface chauffée par habitant importante, source de surconsommation. TAILLE DES MENAGES RAPPORTEE AU NOMBRE DE PIECES DE LA RESIDENCE PRINCIPALE Source : Airparif, 2009 Des aides spécifiques dans la résidence principale Le site Internet de la Ville recense les aides destinées à améliorer la performance énergétique de l habitat occupé à titre de résidence principale : - un éco-prêt à taux zéro sans condition de ressources, pour les propriétaires ou locataires ; - une éco-subvention, qui ouvre sous conditions, et en plus de l'éco-prêt à taux zéro, au versement de 20 % à 35 % du montant des travaux de rénovation thermique du propriétaire ; - un crédit d'impôt développement durable permettant de déduire de ses impôts une partie des dépenses d'amélioration énergétique réalisées. Source : diagnostic du PLH de Vélizy-Villacoublay En 2009, 60 % des transactions d appartements neufs ont concerné des T2. Ces chiffres sont toutefois à relativiser, ne concernant que la seule opération Alizée. Ils semblent traduire néanmoins le besoin en petites surfaces habitables, lui-même possiblement responsable de la hausse de la vacance entre 1999 et 2007 (voir encadré ci-contre). Un soutien à l achat de logements neufs économes en énergie Le Grenelle de l'environnement a institué plusieurs aides : une majoration du prêt à taux zéro, un crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt et une exonération de la taxe foncière pendant 5 ans suivant la décision de la collectivité concernée. 49

6 Le manque d adaptation de l offre concerne également l immobilier d entreprise, qui peine à assurer le passage d une activité de production vers du tertiaire, suite aux difficultés de renouvellement évoquées précédemment. De plus, le manque de logements sur la ville a un impact indirect sur les émissions de GES générées par le secteur des transports, dans la mesure où 91,3 % des salariés de la zone d emploi n habitent pas à Vélizy-Villacoublay (voir fiche déplacements) - pour une partie d entre eux, faute d un logement accessible. Une réhabilitation du parc de la SEMIV entamée depuis 2003 La SEMIV mène depuis 2003 une rénovation de l ensemble de son parc pour en améliorer les performances énergétiques (rénovation des menuiseries extérieures, pose volet roulant, isolation thermique en pignon, et étanchéité des toitures). Compte-tenu de l importance de son parc, une telle opération est très significative, comme en témoigne le diagnostic des performances énergétiques de la résidence Exelmans. Avec 111 kwh/m 2 par an en 2009, ces logements se classent en catégorie C, non loin de l objectif de l ADEME (moins de 90 kwh/m 2 par an, catégorie B). Cependant, l ensemble des bailleurs de la ville ne s engage pas encore dans une telle démarche, le parc I3F - environ 500 logements datant des années n a pas été rénové à ce jour. De nouveaux objectifs pour la construction neuve La barre Marcel Sembat, construite avant 1975, est de classe énergétique F (339 kwh/m 2 /an), alors qu un appartement du carré d Alcyon construit en 2009 est de classe B (72,9 kwh/m 2 ). La différence est encore plus notable avec des émissions de 99 kgco2/m²/an à Marcel Sembat, contre 16,2 kgco2/m²/an à Alcyon, classe C. L objectif du nouveau siège social d Eiffage est le niveau A avec 23kWh/m 2 /an et des émissions de gaz à effet de serre à 2kWhep/m 2 /an. Un atout pour les locataires L amélioration des performances énergétiques de l habitat permet d optimiser le montant des charges des locataires. Les charges d un T3 au «Carré d Alcyon» sont ainsi de 28 % inférieures à celle de la barre Marcel Sembat d après la Fédération Nationale des Sociétés Coopératives HLM.. Partage. Les membres du Forum 21, réunis en ateliers, ont souligné les enjeux suivants : Un besoin de sensibilisation des habitants et des agents municipaux concernant la surconsommation énergétique! Un manque d information de la population concernant les économies d énergies ;! Un besoin d accompagnement des copropriétaires dans l établissement d un diagnostic énergétique ;! Une exemplarité des bâtiments municipaux en matière de consommation énergétique ; L habitat HQE : ne pas opposer l environnement et le social! Un prix des loyers trop élevé dans l habitat HQE qui risque d exclure les ménages à faibles revenus. 50

7 3. Le renouvellement du bâti, une nouvelle vitrine pour la ville Avec le soutien du département, une nouvelle dynamique de la construction neuve a été entamée depuis En misant sur l arrivée du tramway, elle vise notamment à diversifier les surfaces habitables, à faciliter l accès au logement des salariés de la zone d emploi et à permettre la reconversion de l immobilier d entreprise. La prise en compte des contraintes environnementales au niveau de la construction neuve s inscrit dans une démarche globale visant à inscrire la ville au cœur des innovations. Une aide financière globale du département qui stimule la construction de logements neufs depuis 2008 Vélizy-Villacoublay est reconnue en tant qu espace de développement stratégique par le Schéma Départemental d Aménagement pour un Développement Equilibré des Yvelines (SDADEY). A ce titre, le Contrat de Développement de l Offre Résidentielle (CDOR) prévoit le versement d une aide départementale de à la Ville, en contrepartie de la construction d un minimum de logements entre 2006 et 2013, dont 96 % dans le collectif et 50 % dans le logement social. Les aides accordées ont ainsi permis une nette reprise de la construction neuve en 2008, avec 859 logements autorisés, qui se poursuit en 2010, avec 370 logements dont les permis de construire sont déposés, ou en projet. La volonté d opérer un saut qualitatif dans la construction neuve Si le CDOR n impose pas de critères environnementaux dans la construction neuve, la dotation financière est globale, ce qui laisse une marge de manœuvre importante à la Ville dans le choix des opérations à mener. En tant qu élément d affirmation de l image innovante de la ville, la prise en compte de la qualité environnementale du bâti se généralise dans la construction neuve. Dans le bâti résidentiel, avec notamment les résidences Tarron et Albert Thomas (57 logements HQE), le Carré d Alcyon (157 logements THQE 2005), mais également dans le tertiaire - avec l opération mixte Galilée (274 logements et des surfaces de bureau BBC et HQE) et des constructions vitrines, telles que le nouveau siège social d Eiffage ou le projet Mermoz. Un atout pour les primoaccédants L éco-prêt habitat coop propose un financement à taux privilégié aux primo accédants souhaitant acquérir une résidence principale dont la performance environnementale est supérieure à ce qu exige la règlementation en vigueur (THQE 2005 par exemple). Les coopératives d Hlm et l agence locale du Crédit Coopératif évaluent l opération immobilière à l aide d une grille de lecture durable qui attribue un certain nombre de points. Plus on a de «bons» points, et plus le coût du financement est faible. Les 23 logements en accession aidée du Carré d Alcyon bénéficient de ce dispositif, cumulable aux autres aides. Un bail vert pour le siège social d Eiffage Le bail vert signé entre Eiffage et le propriétaire engage les deux parties à agir de concert pour veiller aux performances environnementales de l'immeuble. Un comité spécifique sera chargé du suivi de ces performances et d'élaborer un plan de gestion environnementale du bien. 51

8 Eco-parc et quartier piéton, des facteurs d attractivité au service de l environnement La restauration progressive de l équilibre emploi-habitat permet aujourd hui une reconversion progressive du parc immobilier des entreprises, ces dernières étant à la recherche d un standard de qualité élevé associant respect des normes environnementales et haute technologie. Pour répondre à ces attentes, les orientations d aménagement du secteur stratégique situé à l interface des zones d emploi et d habitat (triangle Grange Dame Rose) préfigurent la création d un quartier piéton : un ensemble mixte, desservi par le tramway, dont les logements seront au moins BBC, l ensemble des parkings étant souterrain et l accès à la voiture étant limité aux secours et livraisons. Un PLH qui vise à réduire les impacts indirects L un des objectifs du programme local de l'habitat (PLH) en cours d élaboration est de faciliter l accès au logement des salariés d'inovel Parc et de limiter ainsi les nuisances nées de la distance emploi-habitat. D après le diagnostic du PLH, il est envisagé la construction d environ logements entre 2011 et 2016, dont 52 % en accession libre afin de répondre aux besoins des salariés zone emploi. En 2009, sur la seule opération Alizée, 47 % des acheteurs d appartement neuf étaient en effet des cadres, et 69 % venaient d une autre commune. Le prix de cession médian en 2009 était de /m 2, supérieur à celui du département (3 710 /m 2 ) et de la région (3 790 /m 2 ). Des marges de manœuvre La Ville dispose de droits de réservation pour le logement sur environ 25 % des logements des programmes récents, et sur l ensemble du parc de la SEMIV. Une relation privilégiée qui va également faciliter la mutation des immeubles de grande taille, et limiter ainsi les sousoccupations. Si les F1 et F2 ne représentent que 18 % des logements SEMIV, les nouveaux programmes - Tarron avec 32 logements de type F1à F3, Albert Thomas avec 25 logements du T1 au T2 - vont rééquilibrer le parc. Du fait des nombreuses entreprises que compte le territoire, la collecte du 1 % logement facilitera l accès au logement des salariés de la zone d emploi. Le 1 % logement permet, aux employés d'une entreprise de plus de 10 salariés d'obtenir entre autres, de l employeur ou d'un organisme collecteur, un prêt pour acheter sa résidence principale, réaliser des travaux ou déménager suite à une mobilité professionnelle. Le T6, un projet structurant qui valorise le logement collectif et redynamise l attractivité résidentielle de la ville Le manque d espaces constructibles implique une reconstruction de la ville sur elle-même, au coup par coup, en profitant des opportunités foncières, notamment à l occasion du départ de certaines entreprises d'inovel Parc. Cette difficile planification des opérations est toutefois compensée par la structure urbaine - l axe structurant Wagner-Breguet- Europe-Saulnier ayant été conçu dès l origine pour accueillir un transport collectif en site propre et les projets immobiliers (voir schéma ci-contre) se situent à proximité immédiate de l une des dessertes du futur Tramway T6. Cette nouvelle mobilité interne - Vélizy-Villacoublay accueille 7 des 21 stations de la ligne T6 - valorisera donc la densité de l habitat LOCALISATION DES PROJETS IMMOBILIERS ET ECHEANCE Source : Diagnostic du PLH de la Ville 52

9 collectif, tout en compensant les effets d une faible mixité urbaine (voir fiches mobilité et aménagement). Un réseau de chauffage urbain à verdir Le réseau de chauffage urbain, dont la Ville est propriétaire et délègue la gestion à la société Vélidis, est doté de deux réseaux de cogénération qui produisent simultanément de la chaleur et de l électricité à partir de la combustion de gaz naturel. Une première unité a été rénovée en 2009, une seconde le sera en A cette occasion, parmi les différentes options possibles, l usage de la biomasse et/ou des ordures ménagères est une opportunité à envisager, ce qui permettrait d une part d améliorer le bilan carbone du réseau, d autre part, de valoriser la proximité de la forêt de Meudon par la mise en place d une filière de proximité (voir encadré ci-contre). ENJEUX Se chauffer au bois de Meudon? Depuis 2006, le chauffage urbain du quartier de Planoise à Besançon, qui alimente logements, est assuré à partir d une chaufferie mixte bois, incinérateur à ordures et centrale fioul, gaz et charbon. L ONF fournit l approvisionnement en plaquettes bois, dans un rayon de 30 km, à partir de sous-produits de l exploitation forestière. L itinéraire de production en flux tendu minimise les ruptures de charges et les coûts (séchage naturel des bois en bord de route 3 à 4 mois; broyage en bord de route et transport immédiat de la plaquette jusqu à la chaufferie. Forces - Un parc de logements collectifs homogène - Des sources de financement pour le renouvellement, l amélioration et l accès à l habitat (CDOR, 1 % logement) - Une politique de l habitat de la Ville qui s appuie sur des droits d attribution et la présence d un partenaire relais, la SEMIV Opportunités - Un renouvellement urbain qui est l occasion de réaliser un véritable saut qualitatif dans la sobriété du bâti, en rapport à l image d une ville innovante - Un projet structurant source d attractivité résidentielle : le tramway T6 - Un PLH en cours d élaboration, et dont les objectifs semblent adaptés aux besoins des populations, notamment à ceux des salariés de la zone d emploi - Un verdissement du réseau de chauffage urbain qui valorise la biomasse locale (et/ou les déchets) - La possibilité d exonérer de taxe foncière pendant 5 ans les logements neufs, achevées à compter du 1er janvier 2009, et respectant la norme BBC Enjeux Faiblesses - Un manque de renouvellement du bâti ancien qui tend à devenir énergivore - Des surfaces inadaptées engendrant un faible taux d occupation des ménages dans l habitat - Des disponibilités foncières limitées obligeant à des opérations de logement au coup par coup Menaces - Une mauvaise anticipation des besoins des populations décohabitantes et vieillissantes - L exposition de nouvelles populations aux nuisances (bruit, pollutions de l air) - Les synergies entre la qualité environnementale du bâti et la facilité d accès au logement - Le développement de circuits courts pour l alimentation énergétique : la filière bois 53

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

L HABITAT ET LE LOGEMENT

L HABITAT ET LE LOGEMENT L HABITAT ET LE LOGEMENT CARACTERISTIQUES DU PARC DE LOGEMENTS Un habitat traditionnel et rural Au recensement de la population de 2006, la Communauté de Communes de la Picardie Verte comptait 13 688 logements.

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2015 Être bien informés pour ÉCONOMISER L ÉNERGIE Vous

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments climat d innovation Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières à disposition des ménages Edition 2012 Essayons d y voir plus clair 2/3 Les décisions du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012 Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 212 Sommaire Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. La rénovation du parc existant, élément clé des enjeux

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc et de la thermique

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 1. Situation et contexte urbain 2.

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

SCPI UFFI Performances Énergétiques

SCPI UFFI Performances Énergétiques GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI - OPCI groupements forestiers SCPI UFFI Performances Énergétiques Date d ouverture de la souscription : 22 novembre 2011 Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM - UFFI

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Supplément au guide :

Supplément au guide : Supplément au guide : De très nombreuses aides peuvent financer une partie des frais liés à vos travaux de rénovation (prestations d études, diagnostics, prestations de maîtrise d œuvre fourniture et pose

Plus en détail

rénovation énergétique en copropriété

rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation énergétique en copropriété PLAN L HABITAT COLLECTIF SOMMAIRE Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. CERA Février 2011 Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc

Plus en détail

La maîtrise de la consommation d énergie est l un des enjeux majeurs de la transition

La maîtrise de la consommation d énergie est l un des enjeux majeurs de la transition L expertise du fonds d épargne, prêteur de long terme JUILLET 2014 politique de la ville logement social SECTEUR PUBLIC LOCAL habitat spécifique Logement social et transition énergétique : Étude sur la

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com FINANCEMENT DES TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com SOMMAIRE Présentation SMALT énergie Compréhension du contexte actuel 3 9 SOMMAIRE Réponses aux besoins Assistance

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr PARTICULIERS Un COLLECTIVITÉS investissement BAILLEURS SOCIAUX de bon sens Effilogis 2015 rénovation mode d emploi www.effilogis.fr Habitation BBC Bon à savoir Une habitation rénovée Bâtiment Basse Consommation

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Ensemblier technique, financier

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Habitat ancien. Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis. sur le territoire de Vitré Communauté

Habitat ancien. Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis. sur le territoire de Vitré Communauté Habitat ancien Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis sur le territoire de Vitré Communauté Conseils 2015 J achète, je rénove, j investis Maison 130 m 2-7 pièces - 4 chambres Année : 1920

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013 ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 15 Février 2013 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

La demande d énergie dans la transition énergétique : technologies et modes de vie dans les visions de l ADEME

La demande d énergie dans la transition énergétique : technologies et modes de vie dans les visions de l ADEME La demande d énergie dans la transition énergétique : technologies et modes de vie dans les visions de l ADEME François MOISAN Directeur exécutif Stratégie, Recherche, International Directeur Scientifique

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments. Contexte et réglementations. Bourget-du-Lac, 07/12/2011 Sandrine Charrier, CETE de Lyon

Rénovation énergétique des bâtiments. Contexte et réglementations. Bourget-du-Lac, 07/12/2011 Sandrine Charrier, CETE de Lyon Rénovation énergétique des bâtiments Contexte et réglementations Bourget-du-Lac, 07/12/2011 Sandrine Charrier, CETE de Lyon Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Conforme RT 2012 Découvrez la nouvelle offre «Vertuoz Habitat» de GDF SUEZ, une offre qui distingue et valorise votre

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT

MESURES D ACCOMPAGNEMENT LIVRET VI MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT ET SUIVI DE L ANALYSE DE LA SITUATION 127 Sommaire I DES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT page 126 HABITAT EQUIPEMENTS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement -

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - Observatoire des Loyers du Parc Privé des Communes de Briançon, Embrun et Gap Cette étude, à destination des professionnels de l immobilier,

Plus en détail

Le réseau de chaleur. durable

Le réseau de chaleur. durable Le réseau de chaleur durable 1 ER Réseau de chaleur en france 4 000 mw de capacité de production ( y compris SYCTOM*) Port de Gennevilliers Gennevilliers Colombes La Garenne-Colombes Asnières Clichy Courbevoie

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

LES ZONES FRANCHES URBAINES

LES ZONES FRANCHES URBAINES LES ZONES FRANCHES URBAINES HIDS 26 juin au 1 er juillet 2011 Consolide les données de suivi socioéconomique à l échelle des 4 ZFU. Tableau de bord des ZFU ZFU La Duchère (Lyon 9) 10 200 hab ts en 2006

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Tous droits réservés : Klubgraphik Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Propriétaire occupant, Locataire du parc privé, Propriétaire bailleur, Copropriétaire, Propriétaire d un logement

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

(Bâtiment Basse Consommation)

(Bâtiment Basse Consommation) PREMELY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» Prorogation de la commercialisation jusqu au 20 décembre 2012. La période de souscription de PREMELY Habitat 3 BBC, prévue

Plus en détail

Plan Climat Énergie Territorial

Plan Climat Énergie Territorial Plan Climat Énergie Territorial Présentation des actions 2012-2020 2 avril 2012 1 1 de 2011 à 2020, poursuivre la dynamique de co-construction Nov.2010-Mai 2011 Diagnostics Février-Mai 2011; publication

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de la loi de finances 2012, des articles 200 quater, 200 quinquies,

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Dossier de presse Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion 1 Chapitre premier : Mobilisation des acteurs 1. Qu y a t-il de nouveau?

Plus en détail

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5 Mars 2015 Votre réussite, notre satisfaction Bureau de Belleville : Bureau de Vonnas Bureau de Trevoux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du clos 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014 Économies d énergie et énergies renouvelables Le crédit d impôt en 2014 Limitons les effets du changement climatique! Le changement climatique est une réalité. Mais savez-vous que vous pouvez, vous aussi,

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

SITUATION DE LA RÉSIDENCE

SITUATION DE LA RÉSIDENCE SITUATION DE LA RÉSIDENCE Les avantages d une vie proche de la nature avec un accès rapide au cœur de la cité. LYON, alliance parfaite entre tradition et modernité Lyon, classée au patrimoine mondial de

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

Vision de la planification «TOD Bois-Franc» Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Vision de la planification «TOD Bois-Franc» Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Vision de la planification «TOD Bois-Franc» Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises S O M M A I R E La gare de train Bois-Franc deviendra la troisième station intermodale (métro/gare)

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Une évolution modérée des loyers en France en dépit de l augmentation des autres coûts

Une évolution modérée des loyers en France en dépit de l augmentation des autres coûts IREF Institut de Recherches Économiques et Fiscales Une évolution modérée des loyers en France en dépit de l augmentation des autres coûts Les mythes ont la peau dure. Celui sur la hausse incessante des

Plus en détail

Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité

Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité Communiqué de presse Paris. Le 17 février 2014 Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité L étude menée par l association Dinamic, sous la direction

Plus en détail

PremeLY Habitat 3 BBC

PremeLY Habitat 3 BBC PremeLY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2011 La clôture de la période de souscription pourra intervenir par anticipation

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05.

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05. ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 19 & ENE 05 Février 2014 AMORCE/ADEME Comparatif modes

Plus en détail