Copropriété: 31, rue des Abondances Boulogne-Billancourt

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt"

Transcription

1 Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir dans les charges 1 - Relevés mensuels en 2007 des compteurs électriques de la copropriété - Compteurs EDF (EDF) - Triphasé: (MONO_1, MONO_2, MONO_3) - Heures de pointe (P) - Heures Pleines (HP) - Heures Creuses (HC) - Compteur Chauffage (CHAUFF) - Compteur Eau Chaude (EAU_CH) - Compteur Parking (PARKING) - Compteur Eclairage Extérieur (ECL_EXT) - Compteurs Bâtiments (BAT_A_B_C) (FORCE: Ascenseurs, VMC, Pompesde relevage, ECL: Eclairage Intérieurs, Eclairage S/Sols,...) - Compteurs "Force" (FORCE_A1, FORCE_A2, FORCE_B1, FORCE_B2, FORCE_B3, FORCE_C) - Compteurs "Eclairage" (ECL_A1, ECL_A2, ECL_B1, ECL_B2, ECL_B3, ECL_C) L'ensemble des relevés vérifie les égalités suivantes: EDF = MONO_1 + MONO_2 + MONO_3 = P + HP + HC CHAUF + EAU_CH + PARKING + ECL_EXT + BAT_A_B_C = EDF BAT_A_B_C = FORCE_A1 + ECL_A1 + FORCE_A2 + ECL_A2 + FORCE_B1 + ECL_B1 + FORCE_B2 + ECL_B2 + FORCE_B3 + ECL_B3 + FORCE_C + ECL_C nota: la facture EDF est calculée sur la consommation cumulée des 3 compteurs MONO_1, MONO_2, MONO_3 répartie proportionnellement aux consommations indiquées par les compteurs P, HP et HC. 2 - Tarification EDF qui se décompose en: - Tarif "hiver" du 1/11 au 31/03 soit les mois de janvier, février, mars, novembre et décembre qui comprend des: - Heures de Pointe (P) de 9h à 11h et de 18h à 20h (pour les mois de janvier, février et décembre) - Heures Pleines (HP): - de 6h à 9h et de 11h à 22h (pour les mois de janvier, février et décembre) - de 6h à 22h (pour les mois de mars et novembre) - Heures Creuses (HC) de 0h à 6h et de 22h à 24h - Tarif "été" du 01/04 au 31/10 soit les mois d'avril, mai, juin, juillet, août, septembre et octobre. qui comprend des: - Heures Pleines (HP) de 6h à 22h - Heures Creuses (HC) de 0h à 6h et de 22h à 24h Nota: pour toutes tous les tarifs et toutes les périodes, le dimanche ne comprend que des heures creuses. page 1 / 10

2 Objectif et méthode utilisée: L'objectif de cette étude est d'obtenir, avant répartition des charges entre les copropriétaires, la quote part en euros de chaque poste de consommation d'électricité. Ce coût doit être le plus proche possible de la réalité et pour cela prendre en compte les variations de consommation d'une années sur l'autre. Les éléments de variation sont fonction du type d'utilisation et des conditions extérieures: - température extérieure pour le chauffage, - consommation individuelle d'eau chaude, - période de l'année pour l'éclairage extérieur nocturne, - etc.. La quantité d'électricité consommée par les deux postes les plus importants, chauffage et eau chaude, ainsi que celle des postes éclairage parking et éclairage extérieur, peut être relevée sur les compteurs se trouvant dans le local EDF et celle des ascenseurs, VMC et Eclairage des bâtiments peut être relevée sur les compteurs Force et Eclairage SG se trouvant dans chaque hall de bâtiment. La tarification EDF (voir feuille 'Tarification EDF pour 2007') liée à notre abonnement comprenant un tarif hiver et un tarif été ainsi que des tarifs variant suivant les heures de la journée (Pointe, Heures Pleines, Heures Creuses), il faut donc de passer d'une consommation annuelle de kwh par poste au coût associé qui n'est pas directement proportionnel du fait des heures de consommation (ex: l'eau est chauffée en heure creuses alors que le chauffage est utilisé toute la journée à l'exception des heures de pointe pendant lesquelles il est coupé). La travail présenté ici consiste en une démarche logique permettant d'obtenir un coefficient de pondération de la consommation permettant la valorisation de la consommation de chaque poste à partir de la consommation annuelle. Il suffit ensuite de multiplier la consommation par le coefficient de pondération pour obtenir la consommation pondérée de ce poste dans le montant TTC en euros de la facture EDF. Pour cela, tous les compteurs existants dans les parties communes de la copropriété ont été relevés chaque début de mois ce qui permet, par rapport à un relevé annuel, de connaître les fluctuations dans le temps et donc de définir et de valider le mode de calcul permettant de passer de la consommation annuelle au coût annuel par poste. Si l'on ne souhaite pas relever les compteurs de chaque bâtiment on pourra utiliser les pourcentages obtenus à partir des mesures 2007 pour chacun des postes non équipés de compteurs. La détermination des coefficients de pondération dans la feuille 'Détermination des coefficients de pondération par poste' est faite comme indiqué ci-dessous. Pour chaque poste ayant fait l'objet de mesure ou, dont on a pu déduire la consommation: 1/ Estimation de la répartition mensuelle de la consommation du poste entre les différents tarifs journaliers (cellules sur fond bleu) 2/ Répartition de la consommation de chaque mois en heures de Pointe(P), Heures Pleines (HP), Heures Creuses(HC) 3/ Calcul du coût en euros sur la base de la répartition 2/ et des tarifs EDF pour l'année concernée (tarifs dans feuille 'Tarification EDF pour 2007') 4/ Calcul du coût du kwh pour ce poste (Coût / Conso en kwh) 5/ Calcul du coefficient de pondération (Coût kwh poste / Coût moyen annuel du kwh HP) Les postes sur lesquels est actuellement répartie la facture EDF annuelle sont indiqués dans la feuille 'Répartition actuelle (Valorim)' page 2 / 10

3 Explications et remarques sur les différentes feuilles de calcul Charte des couleurs Les cellules sur fond vert et/ou soulignées sont des variables, connues ou mesurées, Les cellules sur fond beige et/ou en italique sont calculées, Les cellules sur fond bleu et/ou ni soulignées ni en italique sont des coefficients établis une fois pour toutes. Relevés mensuels des compteurs - Certains compteurs affichent des valeurs en kwh et d'autres en dizaines de kwh. C'est ce qui est indiqué dans la ligne libellée 'X' - Les consommations nettes tri P, tri HP et tri HC sont corrigées pour faire en sorte que leur total corresponde à celui des trois phases (mono 1, mono 2, mono 3) comme le fait EDF sur ses factures.( ndlr: l'écart est minime) - Le total EDF pour l'année 2007 sera légèrement différent car les relevés EDF n'ont pas été faits aux dates indiquées dans la feuille - la colonne RESTE est la différence entre la consommation totale relevée aux compteurs EDF et la somme des consommations CHAUF + EAU_CH + PARKING + ECL_EXT. La somme des consommations relevées aux compteurs de chaque bâtiment devrait être égale au RESTE. Elle l'est en général à peu de chose près en + ou en - chaque mois, sachant que pour l'année 2007, la différence est de 1785 kwh en plus sur les compteurs bâtiments ce qui est d'autant moins explicable. La différence peut atteindre sur un mois 900 kwh (août)! Est-ce l'imprécision des compteurs ou un fonctionnement parfois erratique? Aucune anomalie n'a été détectée en visualisant les relevés sous forme de courbes. L'écart de 1785 kwh a été réparti globalement au prorata des consommations mensuelles des bâtiments pour ne pas modifier substantiellement les mesures effectuées (voir feuille 'Analyse de la consommation par bâtiment' Tableau 1). Il aurait pu être réparti sur les consommations CHAUF, EAU_CH, PARKING, ECL_EXT mais cela eut été tout aussi arbitraire. NOTA: On peut constater que la consommation relevée au compteur Eclairage Extérieur a quasiment baissé de moitié si l'on compare nov et déc 2007 à nov et déc Ceci est sans doute lié au système d'allumage et d'extinction automatique en fonction de la luminosité installé sans doute en juin page 3 / 10

4 Analyse de la consommation par bâtiment Elle sert à corriger les consommations par bâtiment pour que le total bâtiment corresponde au RESTE annuel (différence entre la conso total et CHAUF + EAU_CH + PARKING + ECL_EXT. Elle a pour objectif de donner les éléments pour définir les quote-parts relatives de chaque bâtiment pour les consommations éclairage et chauffage halls ainsi que pour les ascenseurs et la VMC. - Tableau 1 Consommations par bâtiment corrigées de l'écart constaté entre le RESTE et la somme des compteurs bâtiments. Il permet de définir le rapport moyen de consommation tous bâtiments confondus entre les compteurs ECL (SG) et FORCE (ascenseurs, VMC, pompes de relevage). Au cas où les compteurs bâtiments ne seraient pas relevés annuellement dans les années à venir. Ce rapport s'établit à 53% pour ECL et 47% pour FORCE. On peut constater qu'il varie substantiellement d'un bâtiment à l'autre ce qui montre qu'il serait intéressant d'en faire un relevé annuel. - Histogramme 2 Il permet de comparer les consommations relevées au compteur ECL de chaque hall de bâtiment. On constate une anomalie pour le B1 qui normalement devrait avoir une consommation du même ordre que le A1, le B2 et le B3. L'écart provient sans doute de la loge qui consomme pour la lumière et surtout le chauffage qui n'est pas branché sur le circuit collectif relié au compteur chauffage. Si l'on suppose que l'éclairage du bâtiment B1 est équivalent à celui des bâtiments A1, B2 et C3 qui sont comparables comme on peut le voir avec la courbe 5, on peut calculer que l'éclairage et le chauffage de la loge représentent 35% de l'ensemble du bâtiment B ou encore 62% du bâtiment B1. Il convient cependant de s'assurer qu'il n'y a pas une autre source de consommation branchée sur le bâtiment B1 car la consommation annuelle de la loge (environ 3200 kwh) est de l'ordre de celle d'un appartement de 80 m2. - Histogramme 3 Il permet de comparer les consommations relevées au compteur FORCE de chaque hall de bâtiment. On constate qu'il est relativement cohérent entre les bâtiments, sachant que, la cabine d'ascenseur du bât A2 étant plus grande que les autres, cela entraine une consommation un peu plus importante. - Courbe 4 On peut voir les courbes de consommation des compteurs FORCE (essentiellement ascenseurs et VMC) par hall de bâtiment. Les 6 courbes sont quasiment superposables, mais pas superposées (sauf A1, B2, B3). Il semble y avoir une anomalie sur B1 qui est au même niveau que C alors que ces deux bâtiments ne sont pas comparables. Y a t'il une influence de la VMC? L'ascenseur B1 est-il beaucoup plus utilisé que les autres? La courbe A2 est nettement au dessus de C, sans doute parce que la cabine est plus grande. - Courbe 5 On peut voir les courbes de consommation des compteurs ECL (essentiellement éclairage et chauffage halls) par hall de bâtiment. 5 courbes sont quasiment identiques, une seule se distingue, celle du bâtiment B1. On peut voir l'influence de l'éclairage et du chauffage de la loge sur la consommation globale du B1 (62%). page 4 / 10

5 - Tableau 6 et histogramme 7 Ce tableau et l'histogramme associé permettent de visualiser différents paramètres permettant d'estimer la quote part de chaque bâtiment sur la consommation d'électricité pour les ascenseurs (relevés compteurs, millièmes d'habitation desservis, nombre de résidents, de les comparer entre eux et avec d'autres répartitions (Expert, Valorim). On fait l'hypothèse que la consommation VMC est linéaire et proportionnelle à la "taille" du bâtiment. Il en ressort de nouvelles quote-parts qui ne sont pas totalement conformes à la consommation mesurée car elles intègrent un caractère "objectif" prenant en compte la taille du bâtiment et la taille de la cabine en particulier. - Tableau 8 et histogramme 9 Ce tableau et l'histogramme associé permettent de visualiser différents paramètres permettant d'estimer la quote part de chaque bâtiment sur la consommation d'électricité pour l'éclairage et le chauffage des halls (relevés compteurs, millièmes d'habitation desservis, nombre de résidents, de les comparer entre eux et avec d'autres répartitions (Expert, Valorim). Il en ressort de nouvelles quote-parts qui ne sont pas totalement conformes à la consommation mesurée car elles intègrent un caractère "objectif" prenant en compte la taille du bâtiment. page 5 / 10

6 Détermination des coefficients de pondération par poste Cette feuille de calculs sert à détailler les consommations mensuelles par poste et à les répartir dans la journée pour en obtenir le coût moyen du kwh HT sur la base du tarif EDF et le coefficient de pondération qui sera utilisé dans la feuille 'Ventilation de la facture EDF' pour déterminer la quote-part de chaque poste dans la facture annuelle EDF. Nota: la répartition utilisée prend en compte le fait que les dimanches sont entièrement comptabilisés en heures creuses. - Tableau 1 Il répartit l'éclairage extérieur nocturne qui est mis en route automatiquement à partir d'un capteur de luminosité. Sa durée est directement fonction des heures de lever et de coucher du soleil. A partir d'éphémérides les heures théoriques moyennes d'allumage et d'extinction de l'éclairage nocturne ont été définis pour chaque mois. - Tableau 2 Il répartit l'éclairage du parking qui reste allumé en permanence entre 7h et 21h. Le reste du temps l'éclairage est sur minuterie car le trafic est très faible. - Tableau 3 Il répartit la consommation des ascenseurs qui est obtenue à partir de la consommation FORCE et du pourcentage indiqué dans la 'Ventilation de la facture EDF' tableau 5. - Tableau 4 Il répartit la consommation des VMC qui est obtenue à partir de la consommation FORCE et du pourcentage indiqué dans la feuille 'Ventilation de la facture EDF' tableau 5. La VMC fonctionne 24h/24h L'estimation de la répartition est basée sur cette hypothèse. - Tableau 5 Il répartit la consommation de l'éclairage et du chauffage des halls qui est obtenue à partir de la consommation ECL. L'estimation de la répartition est la même que celle pour les ascenseurs, car on peut considérer que à chaque fois que l'ascenseur est utilisé, l'éclairage est mis en oeuvre et que les radiateurs pour le chauffage des halls sont très peu utilisés (voir feuille 'Analyse de la consommation par bâtiment' courbe 5) sauf pour le bâtiment B1 à cause de la loge. - Tableau 6 Il répartit la consommation du chauffage avec l'hypothèse que la consommation est linéaire dans la journée à l'exception des periodes heures de pointe pendant lesquelles il est coupé (sauf le dimanche). - Tableau 7 Il répartit la consommation pour l'eau chaude par différence entre les relevés des compteurs P, HP et HC EDF et l'estimation de celles pour les autres postes. On constate, ce qui est normal, que l'essentiel est en heures creuses. page 6 / 10

7 Ventilation de la facture EDF Cette feuille de calculs sert à définir chaque année, la répartition à utiliser pour la ventilation de la facture EDF entre les différents postes. Elle prend en entrée les consommations relevées une fois par an aux compteurs de la résidence. Elle contient des pourcentages de répartition et les coefficients de pondération qui ne devraient pas changer, sauf modification de l'installation électrique de la résidence ou du mode de tarification de l'edf. Pour les années à venir, cette feuille est la seule à utiliser. - Tableau 1 Consommations pour l'année des compteurs EDF (mono 1 + mono 1 + mono 3) et des compteurs Chauffage, Eau Chaude, Parking, Extérieurs du local EDF. - Tableau 2 Dates de fin et de début du chauffage collectif pour l'année. Pour mémoire car pas utilisé. - Tableau 3 Consommations pour l'année des compteurs ECL et FORCE de chacun des 6 bâtiments. Ce tableau peut ne pas être renseigné (compteurs bâtiments non relevés). - Tableau 4 - Dans sa partie gauche, il donne la répartition du RESTE entre le global ECL et le global FORCE pour l'ensemble des bâtiments lorsque le tableau 3 n'est pas renseigné (compteurs bâtiments non relevés). La cellule sur fond bleu, ne doit pas être modifiée d'une année sur l'autre sauf modification substantielle des installations. Voir dans la feuille 'Analyse de la consommation par bâtiment' comment les pourcentages ont été établis. - Dans sa partie droite, il affiche la répartition du RESTE entre ECL et FORCE lorsque le tableau 3 est renseigné. Cela permet de s'assurer que le pourcentage indiqué dans la cellule sur fond bleu est toujours valable. - Tableau 5 Répartition de la FORCE entre ascenseurs et VMC. Les pompes de relevages, s'il est avéré qu'elles sont raccordées au compteur Force, sont considérées comme faisant partie de la VMC. La cellule sur fond bleu ne doit pas être modifiée d'une année sur l'autre sauf modification substantielle des installations. En l'absence d'éléments précis, la répartition de la consommation entre VMC et ascenseur est faite à 50/50 ce qui, après application des coefficients de pondération, correspond à peu près au même rapport que dans la répartition actuelle. - Tableau 6 - Si le tableau 3 n'est pas renseigné, il répartit le global ECL (tableau 4 partie gauche) entre les bâtiments A, B et C et la loge sur la base des pourcentages indiqués dans les cellules sur fond bleu. Les cellules sur fond bleu, ne doivent pas être modifiées d'une année sur l'autre sauf modification substantielle des installations. Voir dans la feuille 'Analyse de la consommation par bâtiment' comment les pourcentages ont été établis. - Si le tableau 3 est renseigné, il regroupe pour les bât A, B et C les consommations ECL indiquées dans le tableau 3. - Tableau 7 Quote-part de la loge pour la consommation ECL par rapport à l'ensemble du bât B. La cellule sur fond bleu, ne doit pas être modifiée d'une année sur l'autre sauf modification substantielle des installations. Voir dans la feuille 'Analyse de la consommation par bâtiment' comment les pourcentages ont été établis. page 7 / 10

8 - Tableau 8 - Si le tableau 3 n'est pas renseigné, il répartit le global FORCE (tableau 4 partie gauche) entre les 6 ascenseurs et VMC sur la base des pourcentages indiqués dans les cellules sur fond bleu. Les cellules sur fond bleu, ne doivent pas être modifiées d'une année sur l'autre sauf modification substantielle des installations. Voir dans la feuille 'Analyse de la consommation par bâtiment' comment les pourcentages ont été établis. - Si le tableau 3 est renseigné, il répartit entre ascenseur et VMC les consommations FORCE indiquées dans le tableau 3. - Tableau 9 C'est le seul tableau qui doit être utilisé chaque année pour obtenir la part en euros de chacun des postes de consommation d'électricité à faire figurer dans les charges. Il utilise les données en entrée (consommation kwh et facture EDF TTC) indiquées dans les deux premières lignes. Pour les postes dont la consommation n'est pas directement mesurée à l'aide d'un compteur on utilise le pourcentage(*) du RESTE pour la déterminer. (*) on fait l'hypothèse que les compteurs se trouvant dans les halls de chaque bâtiment ne sont pas relevés annuellement. Le pourcentage du RESTE est égal au pourcentage du poste parmi les autres postes de même nature (ex: ECL bâtiments) multiplié par le pourcentage de ECL dans le RESTE. exemples: - pour ECL bâtiment A: 33% (tableau 6) de 53% (tableau 4) = 17.5% du RESTE - pour Ascenseur A: 13% (tableau 8) de 50% (tableau 5) de 47% (tableau 4) = 3.05% du RESTE NOTA: les pourcentages du RESTE sont invariables d'une année sur l'autre. Les 3 colonnes de droite du tableau figurent pour mémoire afin de permettre la comparaison entre la répartition obtenue avec le relevé des compteurs et la répartition Valorim. Elles ne sont pas nécessaires au calcul. Les cellules sur fond bleu, ne doivent pas être modifiées d'une année sur l'autre sauf modification substantielle des installations ou du mode de tarification EDF. - Camemberts 10 De gauche à droite: - répartition de la consommation de kwh de chacun des postes équipés de compteurs, - répartition du coût en euros de chacun des postes équipés de compteurs, - répartition du coût en euros de chacun des postes avec la répartition Valorim. page 8 / 10

9 - Tableau 11 C'est un exemple de calcul du prix de revient de production du m3 d'eau chaude et du prix du m3 à facturer suivant les relevés des compteurs d'eau chaude individuels. - Coût de production Le contrat d'entretien chauffage n'entre qu'à 80% dans le coût de production car 20% sont pour l'entretien de la VMC + divers contrôles hors installation de production de l'eau chaude. - Prix du m3 Pour tenir compte du fait qu'une partie de l'électricité est consommée pour mettre à disposition de l'eau chaude, qu'elle soit consommée ou pas, on ne prend, dans cet exemple, que 70% du coût de l'électricité consommée par le chauffage. Par ailleurs, la prime fixe (abonnement EDF) représentant 16% de la facture EDF TTC, on ne prend que 84% du coût total de l'électricité consommée par la production d'eau chaude. Au final l'électricité à prendre en compte dans le calcul du prix du m3 n'est que de 59% du total consommé pour la production d'eau chaude (70% de 84%). Les produits d'entretien et l'entretien courant pour la production d'eau chaude sont pris à 70% du coût total. Le contrat d'entretien ainsi que les travaux importants sur l'installation de production ne sont pas pris en compte dans le prix du m3 car ils font partie de la mise à disposition de l'eau qui est à répartir indépendamment de la consommation individuelle. Nota: Cet exemple est basé sur une logique intégrant le fait que la mise à disposition de l'eau chaude a un coût. Il n'est pas en phase avec le règlement de copropriété qui dit: Les dépenses d'eau chaude comprennent: a) Les charges afférentes aux grosses réparations de l'installation de production d'eau chaude et du local la contenant, y compris les ballons de réchauffage, les pompes, le réseau de canalisations et l'éventuel appareil de traitement d'eau. b) Les frais de fonctionnement et d'entretien courant y compris les consommations d'eau et d'électricité, la main d'œuvre et les produits divers. Toutefois l'assemblée Générale pourra, à tout moment, décider la mise en place de compteurs individuels d'eau chaude dans tous les appartements. Dans ce cas, les frais relatifs au fonctionnement et à l'entretien courant seront répartis entre les copropriétaires au prorata de la consommation enregistrée au compteur divisionnaire de chacun des lots; les frais d'entretien, de location et de relevé de ces compteurs sera à la charge des copropriétaires possesseurs desdits compteurs. Rappel: le prix du m3 est de 8.5 euros depuis 2007 (décision AG 2007) après être resté inchangé à 7.62 euros (50 francs) depuis page 9 / 10

10 Tarification EDF pour 2007 Cette feuille de calculs présente les tarifs EDF à utiliser pour Tableau 1 Tranches horaires de tarification en heures de Pointe, heures Pleines et heures Creuses - Tableau 2 Tarifs EDF applicables pour l'année Tableau 3 Tarif EDF applicable par mois pour les différentes périodes de tarification. Sert à valoriser les consommations relevées après ventilation par tranches horaires de tarification. Répartition actuelle (Valorim) Pour mémoire. Cette feuille contient les éléments de la répartition actuellement utilisée qui s'appuierait sur les éléments de répartition calculés par un expert. page 10 / 10

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Septembre 2012 Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Immeubles collectifs (gérance et copropriété) Depuis une ordonnance n 2011-504 du 9 mai 2011, l article L 241-9 du Code

Plus en détail

TARIF A5 OPTION BASE RECTO

TARIF A5 OPTION BASE RECTO TARIF A5 OPTION BASE RECTO 1- Numéro de facture : Mention du numéro de la présente facture (nécessaire pour toute demande d'explication) et de sa date d'édition. 2- Pour tout renseignement contacter :

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Le compteur d eau individuel

Le compteur d eau individuel Le compteur d eau individuel Le comptage individuel, qui peut être une source d'économies, peut aussi être une source de complications s'il ne fait pas l'objet d'une mise en oeuvre rigoureuse. Avant de

Plus en détail

Bien comprendre votre décompte de charges

Bien comprendre votre décompte de charges Bien comprendre votre décompte de charges Les charges locatives L utilisation de votre logement nécessite un certain nombre de dépenses pour la fourniture de services (eau, électricité, chauffage, ) et

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Tours - les îlots. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage Ville de Tours, puis les copropriétés concernées

Tours - les îlots. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage Ville de Tours, puis les copropriétés concernées Tours - les îlots Généralités Maître d'ouvrage Ville de Tours, puis les copropriétés concernées Gestionnaire Syndic de copropriété Citya Beranger Linéaire 3 800 m Années de construction Construction des

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

COLLECTION LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier

COLLECTION LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ Notre métier, c est votre garantie La crise économique a conduit les

Plus en détail

COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE LES CHARGES DE COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B L a crise économique a conduit les professionnels et les copropriétaires à se pencher

Plus en détail

Le statut de la copropriété est régi par les lois n 65-557 du 10 juillet 1965 et son décret d'application du 17 mars 1967.

Le statut de la copropriété est régi par les lois n 65-557 du 10 juillet 1965 et son décret d'application du 17 mars 1967. Généralités Généralités Le règlement de copropriété est un acte conventionnel qui fixe les règles d'administration des biens immobiliers des copropriétaires (droits et obligations des copropriétaires)

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Le déroulement de l'enquête

Le déroulement de l'enquête Le déroulement de l'enquête Nous vous remercions de participer à notre enquête sur les charges de copropriété, dont nous publierons les résultats, dans notre mensuel et sur notre site, fin 2010, dès que

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE Copropriété: Les Jardins de la mer - Antibes Année 2008 1/9 Table des matières 1. INTRODUCTION...3 1.1 Portée du document...3 1.2 Objectif

Plus en détail

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2009. Série Economique RCE 10. Octobre 2010. Réalisé avec le soutien financier de :

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2009. Série Economique RCE 10. Octobre 2010. Réalisé avec le soutien financier de : ENQUÊTE Le prix de vente de la chaleur en 2009 Série Economique Réalisé avec le soutien financier de : RCE 10 Octobre 2010 AMORCE/ADEME Prix de vente de la chaleur en 2009 - RCE10 Oct. 2010 (actualisation

Plus en détail

Vanves le 26 mars 2012. Madame Castagnet, bat 48 Monsieur Pellé, bat 48 Madame Olive, bat 48 14 avenue Pasteur 92170 Vanves

Vanves le 26 mars 2012. Madame Castagnet, bat 48 Monsieur Pellé, bat 48 Madame Olive, bat 48 14 avenue Pasteur 92170 Vanves Madame Castagnet, bat 48 Monsieur Pellé, bat 48 Madame Olive, bat 48 14 avenue Pasteur 92170 Vanves Madame Chauvelot, bat 49 Madame Croiset, bat 49 Monsieur Szojchert, bat 49 Madame Zapater, bat 49 Madame

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Note sur les charges locatives

Note sur les charges locatives Note sur les charges locatives Base légale La gestion des charges locatives et des redevances est régie par la section 6 de l'arrêté locatif du 26 septembre 1996 Section 6. - Redevances et charges locatives

Plus en détail

électronique du tarif bleu

électronique du tarif bleu Le compteur MONOphasé électronique du tarif bleu Qu est- ce que le compteur Electrique? Destiné à mesurer les consommations, il possède quelques avantages : Il vous précise le tarif choisi et la tarification

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Ce document a pour but de faciliter l'analyse des propositions techniques de l'installateur. HESPUL ne peut être tenue pour responsable de la qualité

Plus en détail

1.1 La comptabilité pour un syndicat de copropriétaires : qu est-ce que c est?

1.1 La comptabilité pour un syndicat de copropriétaires : qu est-ce que c est? On a souvent tendance à voir la comptabilité comme quelque chose d inaccessible ou d inutile «parce que çà marche bien dans sa copropriété jusqu à présent». Il est cependant nécessaire de plus de rigueur

Plus en détail

SOMMAIRE. Qu est-ce que le compteur électronique... page 1. Comment consulter les informations... page 1. Les différentes options tarifaires...

SOMMAIRE. Qu est-ce que le compteur électronique... page 1. Comment consulter les informations... page 1. Les différentes options tarifaires... Edition Édition 2008 Juillet 2000 SOMMAIRE Qu est-ce que le compteur électronique... page 1 Comment consulter les informations... page 1 Les différentes options tarifaires... page 1 a)option base... page

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES

Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES 22/04/2011 AMOES Vincent Laniesse - SOMMAIRE - 1. Objectifs... 2 2. Description des bureaux... 2 3. Métrologie mise

Plus en détail

Tenantslife. Alexandre-Olynthe CECCHINI [FRANCE :ELECTRICITE EN COPROPRIETE]

Tenantslife. Alexandre-Olynthe CECCHINI [FRANCE :ELECTRICITE EN COPROPRIETE] 2010 Tenantslife Alexandre-Olynthe CECCHINI [FRANCE :ELECTRICITE EN COPROPRIETE] http://www.universimmo.com/accueil/unidossier_copropriete_et_travaux_installation_electriqu e.asp L article qui va vous

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

CH 11: PUIssance et Énergie électrique

CH 11: PUIssance et Énergie électrique Objectifs: CH 11: PUssance et Énergie électrique Les exercices Tests ou " Vérifie tes connaissances " de chaque chapitre sont à faire sur le cahier de brouillon pendant toute l année. Tous les schémas

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION LOCKIMMO SYNDIC

MANUEL D UTILISATION LOCKIMMO SYNDIC MANUEL D UTILISATION LOCKIMMO SYNDIC LOCKimmo Logiciels de gestion immobilière Table des matières Paramétrage de votre copropriété...4 1ère Étape : Création de votre fiche Syndic...4 2ème Étape : Création

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS D'ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE

TRAVAUX DIRIGÉS D'ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE TRAVAUX DIRIGÉS D'ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE COMPARAISON DE PROCESSUS DE CHAUFFAGE DE L'EAU, ÉTUDE DE LA TARIFICATION EDF : coût de l'élaboration quotidienne d'une tasse de café Objectifs du TD : vous faire

Plus en détail

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Division de l investissement et du stock de capital Méthodologie L'investissement dans la construction

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Droits d'auteur N 00044246

Droits d'auteur N 00044246 Page 1 sur 7 Droits d'auteur N 00044246 logiciel DEVIS - SAV GENERALITES : Tel : 01-61-39-18-12 Ce logiciel répond à l'attente d'une multitude d'artisans de secteurs d'activité. (souhaitant : devis, achats,

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE. Construire Aménager Décorer Jardiner CONSEIL. Castorama

INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE. Construire Aménager Décorer Jardiner CONSEIL. Castorama 80.04 INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE CONSEIL Castorama Memo page 2&3 L alimentation electrique page 4&5 Emplacement et branchement pages 6 Fixation et entretien pages 7 page 1/7 MEMO Ce mémo vous permet

Plus en détail

COMPRENDRE. les charges. locatives

COMPRENDRE. les charges. locatives COMPRENDRE les charges locatives sommaire INTRODUCTION... 4 LA MAITRISE DES CHARGES GENERALES... 5 Le calcul de la régularisation des charges électricité... 7 EAU... 8 CHAUFFAGE... 10 Entretien des parties

Plus en détail

Gestion de projet - calculs des coûts

Gestion de projet - calculs des coûts Gestion de projet - calculs des coûts GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

TARIF BLEU - OPTION BASE ET OPTION HEURES CREUSES pour clients domestiques

TARIF BLEU - OPTION BASE ET OPTION HEURES CREUSES pour clients domestiques PAGE 1 TARIF BLEU - OPTION BASE ET OPTION HEURES CREUSES pour clients domestiques Option Base Code tarif. variante Réglage Abonnement Prix de l'énergie Puissance Souscrite disjoncteur annuel ( ch ) PS

Plus en détail

Bien régler la température de chauffage

Bien régler la température de chauffage Température de chauffage Baisser la température en cas absence Bien régler la température de chauffage Ne pas gêner la diffusion de chaleur Fermer les volets / rideaux la nuit De même, ne pas mettre de

Plus en détail

Conseil Syndical Maine X-Y - 2012

Conseil Syndical Maine X-Y - 2012 Conseil Syndical Maine X-Y - 0 Statistiques et bilan QUESTIONNAIRE SUR LE CHAUFFAGE Depuis plusieurs hivers, certains résidents se plaignent du froid et demandent que le niveau du chauffage soit augmenté.

Plus en détail

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT CHAUFFAGE PRODUCTION ECS POMPES À CHALEUR HAUTE TEMPÉRATURE PRODUCTION EAU CHAUDE SANITAIRE PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT/ECS Pompes à Chaleur Haute Température et production d Eau

Plus en détail

Le cabinet est situé à Uccle à proximité de l Observatoire, au numéro 35 Avenue Houzeau.

Le cabinet est situé à Uccle à proximité de l Observatoire, au numéro 35 Avenue Houzeau. Syndic d immeuble Présentation : En tant que professionnel du chiffre et agrée comptable fiscaliste, notre société prend en charge la gestion administrative, financière et technique, de votre bien en privilégiant

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013

Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 Plan de la présentation 1. Mandat de la Régie du bâtiment- secteur bâtiment 2. Législation antérieure

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3

RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3 RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3 Pour construire un graphique : On lance l assistant graphique à l aide du menu Insérer è Diagramme en ayant sélectionné au préalable une cellule vide dans

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Simuler le cumul pour valider

Simuler le cumul pour valider Énergies renouvelables et eau chaude Simuler le cumul pour valider Est-il opportun de cumuler les énergies pour améliorer les installations de production d eau chaude sanitaire? Quelles sont les interactions

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES ENTRETIEN DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES COSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MIISTRES RECOMMADATIO R (83) 6 DU COMITÉ DES MIISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LES MESURES D'ÉCOOMIE D'ÉERGIE DAS LES ÉQUIPEMETS SPORTIFS (adoptée par le Comité des Ministres

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D ÉNERGIE : QUELLE DÉMARCHE ADOPTER?

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D ÉNERGIE : QUELLE DÉMARCHE ADOPTER? NOTE DE Note VEILLE de veille règlementaire REGLEMENTAIRE N 1 N 1 FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D ÉNERGIE : QUELLE DÉMARCHE ADOPTER? SEPTEMBRE 2014 Document réalisé par : Marie Durand Ce document s inscrit

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr

Plus en détail

Notice d'utilisation. Installation solaire avec appareil de régulation KR 0106. 6302 1500 05/2002 FR Pour l'utilisateur

Notice d'utilisation. Installation solaire avec appareil de régulation KR 0106. 6302 1500 05/2002 FR Pour l'utilisateur 6302 1500 05/2002 FR Pour l'utilisateur Notice d'utilisation Installation solaire avec appareil de régulation KR 0106 Lire attentivement avant utilisation SVP Préface Remarque Les appareils répondent aux

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave Page : 1/7 1. INTRODUCTION Depuis plusieurs années maintenant, la maîtrise des températures de vinification est devenue un outil incontournable pour produire des vins de qualité, permettant au vinificateur

Plus en détail

LOT N 1 : Dossier de Diagnostic Technique - DDT - DEVIS DESCRIPTIF ESTIMATIF DETAILLE - DDED -

LOT N 1 : Dossier de Diagnostic Technique - DDT - DEVIS DESCRIPTIF ESTIMATIF DETAILLE - DDED - VILLE DE NICE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DU CADRE DE VIE DIRECTION CENTRALE DU PATRIMOINE COMMUNAL SERVICE INTERVENTIONS TECHNIQUES «DIAGNOSTICS ET LOI CARREZ DANS LE CADRE DE LA VENTE ET DE LA

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

CHARGES RECUPERABLES ET NON RECUPERABLES date de mise à jour: juin-11

CHARGES RECUPERABLES ET NON RECUPERABLES date de mise à jour: juin-11 CHARGES RECUPERABLES ET NON RECUPERABLES date de mise à jour: juin-11 CLASSEMENT PAR ORDRE ALPHABETIQUE En matière de charges la règle est la suivante: ne sont récupérables que les charges énumérées dans

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 8 décembre 2000 ----------------- Rapporteur : M. MANGOLD ----------------- N 10 CONVENTION POUR

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT

RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT Union des Villes et Communes de Wallonie asbl RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service

Plus en détail

AUDIT DES CONSOMMATIONS D ELECTRICITE DE LA CHAUFFERIE DE LA RESIDENCE LOUIS RIGAL (328 et 330 avenue BERTHELOT 69 008 Lyon)

AUDIT DES CONSOMMATIONS D ELECTRICITE DE LA CHAUFFERIE DE LA RESIDENCE LOUIS RIGAL (328 et 330 avenue BERTHELOT 69 008 Lyon) OPAC DU GRAND LYON AUDIT DES CONSOMMATIONS D ELECTRICITE DE LA CHAUFFERIE DE LA RESIDENCE LOUIS RIGAL (328 et 33 avenue BERTHELOT 69 8 Lyon) Rapport final 2616 Félines/Rimandoule - France Tél : +33-4 75

Plus en détail

CONDITIONS OCTA+ ASSISTANCE

CONDITIONS OCTA+ ASSISTANCE CONDITIONS OCTA+ ASSISTANCE Article 1. Définitions Adresse : L'adresse de livraison applicable chez OCTA+ pour le contrat d'électricité et/ou de gaz. Ethias : Ethias S.A., rue des Croisiers 24, 4000 Liège

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Instructions d'utilisation

Instructions d'utilisation U22 K 7208 5500 0/2003 FR (FR) Pour l'opérateur Instructions d'utilisation Chaudière à condensation à gaz Logamax plus GB22-24/24K Prière de lire ces instructions avec soin avant l'utilisation Avant-propos

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

S.C.I.C. "LE MOULIN DE CHENNEVIERES 3" REGLEMENT DE COPROPRIETE

S.C.I.C. LE MOULIN DE CHENNEVIERES 3 REGLEMENT DE COPROPRIETE 1 S.C.I.C. "LE MOULIN DE CHENNEVIERES 3" REGLEMENT DE COPROPRIETE 2 PREAMBULE I - Le présent règlement de copropriété est établi conformément aux dispositions de la loi N 65-557 du 10 juillet 1965 fixant

Plus en détail

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie Pompes à chaleur Air / Eau DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif Inverter 1 ère MONDIALE Daikin» Economies d énergie» Faibles émissions de CO2» Flexible» Technologie

Plus en détail

Gestion de l énergie: surveillance, visualisation, évaluation et optimisation de la consommation de l énergie 2012-2.

Gestion de l énergie: surveillance, visualisation, évaluation et optimisation de la consommation de l énergie 2012-2. 2012-2 Michael Rader Marketing Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH Gestion de : surveillance, visualisation, Partie 2: visualisation et évaluation des données de consommation Le premier volet du présent

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ DE L AEL

RAPPORT D ACTIVITÉ DE L AEL Eco Carnot Voir plus beau avec Eco Carnot! RAPPORT D ACTIVITÉ DE L AEL ANNÉE 2013-2014 BILLET Maxence CARLETTO Sylvain CHARRIER Benjamin COMBE Benoît LACONDEMINE Antoine UROS Emmanuel VAGINAY Thomas VERISSEL

Plus en détail

EC450 / EC453. notice d instructions

EC450 / EC453. notice d instructions EC450 / EC453 notice d instructions EC450 / EC453 Guide de l installateur p. 4 Guide de l utilisateur p. 64 2 3 Guide de l installateur Présentation du système et composants système...6 Présentation du

Plus en détail

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES.

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet prospectif de bac ES. A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES. Le sujet proposé s'inscrit dans le cadre du texte d'orientation ci-joint. L'exercice I est du type "compréhension

Plus en détail

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE Avant-propos Cher copropriétaire, Vous venez d acquérir un logement dans un immeuble en copropriété. Nous sommes heureux de vous accueillir et nous vous souhaitons d y vivre

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail