Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE"

Transcription

1 Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE

2

3 Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC Préambule Définitions Applications Définition Index des types de DPE Vente Location Public Neuf DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC Préparation du diagnostic Accessibilité Collecte des informations terrain Informations générales (3CL) Informations complémentaires (3CL) Configuration générale du logement (3CL) Descriptions de l enveloppe thermique du bâtiment (3CL) Descriptions des systèmes de production de chaleur et de froid (3CL) Export des données 3CL-DPE vers un fichier BAO Export de l étiquette DPE pour les agences immobilières Méthode des consommations réelles (factures) Méthode Th-C-E (DPE neuf) Maison individuelle par solution technique Saisie manuelle des données issues de la synthèse thermique Import des données issues de la synthèse thermique (fichier au format.xml) Recommandations Structure des recommandations Fonctionnement de l interface Sélection automatique des recommandations Ajout d une recommandation depuis la base de recommandations Ajout d une recommandation rédigée par l utilisateur Modification d une recommandation dans le rapport Suppression d une recommandation Edition du rapport Cas particuliers : DPE locatif ou neuf pour un immeuble complet... 34

4 1.1. PREAMBULE 1 Objet du diagnostic 1.1 Préambule Le diagnostic de performance énergétique s applique pour : Les bâtiments existants proposés à la vente, Les locations de bâtiments à usage principale d habitation, Les bâtiments publics ou parties de bâtiments d une surface hors œuvre nette de plus de 1000 m2, Les bâtiments neufs ou parties nouvelles de bâtiment Le diagnostic de performance énergétique se réalise selon trois méthodes distinctes en fonction des caractéristiques du bâtiment et du type de mission à réaliser : o o o La méthode de calcul thermique «3CL» - Calcul des Consommations Conventionnelles des Logements, La méthode «facture», qui se base sur les consommations passées du bien, La méthode Th-C-E, qui se base sur les résultats de calcul conventionnel effectués par le maître d ouvrage du bâtiment. Elle ne s applique que pour une mission DPE neuf. Le logiciel Imm PACT traite l ensemble de ces cas au travers d une fenêtre unique qui s ajuste automatiquement en fonction du bien étudié. Figure 1 - Fenêtre principale Page 4 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

5 1.2. OBJET DU DIAGNOSTIC DEFINITIONS 1.2 Définitions CCH Diagnostic Contrat de mission Donneur d ordre Opérateur de diagnostic Propriétaire Etiquette énergie Emission de gaz à effet de serre (étiquette climat) Recommandation Code de la construction et de l habitation Au sens du présent document, il s'agit de la réalisation des contrôles destinés à établir un certificat de performance énergétique pour les bâtiments destinés à la vente, à la location et à la construction. Document précisant les conditions d intervention de l opérateur et décrivant précisément les lieux à investiguer (emplacement, surface, usage, accessibilité, plan, éléments de copropriété, etc.) Personne physique ou morale, propriétaire du logement concerné ou son mandataire, qui fait appel à l opérateur de diagnostic pour la réalisation du certificat énergétique. Personne physique certifiée conformément à la réglementation qui réalise le certificat énergétique. Personne ayant la jouissance d'un logement où se réalise le certificat énergétique. Classement de la quantité d énergie consommée ou estimée, rapportée à la surface du bien immobilier par rapport à une échelle de référence nationale. Classement de l indicateur d émissions de gaz à effet de serre qui est exprimée en quantité équivalente de dioxyde de carbone (CO2) par rapport à une échelle de classes. Recommandation d amélioration de la performance énergétique. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 5 sur 36

6 1.3. OBJET DU DIAGNOSTIC APPLICATIONS 1.3 Applications Définition Les tableaux suivants permettent de déterminer quelle méthode employer en fonction du type de DPE et du type d'habitation rencontrés. Pour chaque type de DPE est aussi précisé le type de rapport final Index des types de DPE Vente Location Public Neuf Page 6 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

7 1.3. OBJET DU DIAGNOSTIC APPLICATIONS Vente A PARTIR DE 1948 Maison individuelle Immeuble avec chauffage et ECS individuels Immeuble avec chauffage et/ou ECS collectifs Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Bâtiment tertiaire Méthode conventionnelle (3CL) Méthode des relevés de consommations (factures) * 6.3 AVANT 1948 Maison individuelle Immeuble avec chauffage et ECS individuels Immeuble avec chauffage et/ou ECS collectifs Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Bâtiment tertiaire Méthode conventionnelle (3CL) Méthode des relevés de consommations (factures) * 6.3 * Dans le cas où seul l un des 2 systèmes (Chauffage ou ECS) est collectif, l accès aux factures est parfois impossible. Imm PACT propose donc l utilisation partielle de la méthode 3CL pour le système individuel (ECS ou Chauffage respectivement). Dans le rapport, une mention le précise dans les commentaires liés au calcul du DPE. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 7 sur 36

8 1.3. OBJET DU DIAGNOSTIC APPLICATIONS Location Pas de DPE sur l'immeuble DPE sur l'immeuble A PARTIR DE 1948 Maison individuelle Immeuble entier Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Méthode conventionnelle (3CL) 6.A 6.A 6.A Les consommations sont calculées à partir des ratios annuels d'énergie sur l'immeuble Méthode des relevés de consommations (factures) 6.B* Pas de DPE sur l'immeuble DPE sur l'immeuble AVANT 1948 Maison individuelle Immeuble entier Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Méthode conventionnelle (3CL) Méthode des relevés de consommations (factures) 6.A 6.B 6.B 6.B 6.B* Les consommations sont calculées à partir des ratios annuels d'énergie sur l'immeuble * Dans le cas où seul l un des 2 systèmes (Chauffage ou ECS) est collectif, l accès aux factures est parfois impossible. Imm PACT propose donc l utilisation partielle de la méthode 3CL pour le système individuel (ECS ou Chauffage respectivement). Dans le rapport, une mention le précise dans les commentaires liés au calcul du DPE. Page 8 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

9 1.3. OBJET DU DIAGNOSTIC APPLICATIONS Public Factures par usage Bureaux, services administratifs, enseignement Bâtiments à occupation continue Autres bâtiments publics Méthode conventionnelle (3CL) Méthode des relevés de consommations (factures) 6.1.public 6.2.public 6.3.public Factures par énergie Bureaux, services administratifs, enseignement Bâtiments à occupation continue Autres bâtiments publics Méthode conventionnelle (3CL) Méthode des relevés de consommations (factures) 6.1.bis.public 6.2.bis.public 6.3.bis.public Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 9 sur 36

10 1.3. OBJET DU DIAGNOSTIC APPLICATIONS Neuf Maison individuelle Immeuble entier Appartement avec chauffage et ECS individuels Appartement avec chauffage et/ou ECS collectifs Bâtiment tertiaire Méthode par solution technique (3CL) 6.1. neuf Les consommations sont calculées à partir des ratios annuels d'énergie sur l'immeuble Méthode conventionnelle (TH-C-E) 6.1. neuf 6.1. neuf 6.2. neuf Page 10 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

11 2.1. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC PREPARATION DU DIAGNOSTIC 2 Déroulement du diagnostic 2.1 Préparation du diagnostic Préalablement à la réalisation du diagnostic, l opérateur de diagnostic doit adresser au donneur d ordre un document reprenant les conditions générales de réalisation du diagnostic. Ce document correspond à l ordre de mission (Etape 3 de la gestion du dossier [Imm PACT]). 2.2 Accessibilité Dans la liste des dossiers, il est nécessaire de sélectionner le dossier à traiter et de cliquer sur le bouton devenu actif dans la barre d outils de lancement des diagnostics. 2.3 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 11 sur 36

12 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN 2.4 Collecte des informations terrain La méthode 3CL est la méthode qui demande le plus de données à saisir. Les calculs sont effectués en fonction des éléments déperditifs ainsi que la structure générale du bâtiment Informations générales (3CL) La première information à saisir est le type de bien : maison, appartement, immeuble d habitation, bâtiment non résidentiel (voir Figure 2 ci-dessous) Noter les précisions suivantes concernant les découpages de la méthode 3CL : - «Pour un appartement situé dans une maison individuelle, le traiter comme un appartement.» - «Pour une maison individuelle avec un commerce ou un autre local à occupation intermittente, traiter la maison normalement avec le nombre de niveaux de la maison.» Figure 2 - Sélection du type de bien Pour compléter la description générale du logement, il faut ensuite indiquer : - la surface habitable (ou la surface totale chauffée du bâtiment pour le DPE d un immeuble complet) - la hauteur moyenne sous plafond du logement - l année de construction selon des classes déterminées qui correspondent aux règlementations thermiques successives. - le département ainsi que l altitude s il y a lieu. Par défaut, Imm PACT présélectionne une altitude précise lorsque vous lui indiquez une classe d altitude. Ces altitudes correspondent aux valeurs par défaut de l algorithme 3CL. Vous pouvez néanmoins préciser l altitude exacte en tapant directement la valeur dans le champ altitude. Figure 3 - Sélection de la classe d'altitude Informations complémentaires (3CL) Page 12 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

13 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN - Présence d une cheminée : ce paramètre sert à spécifier la présence d une cheminée à foyer ouvert. Ceci n influe pas sur le calcul - dans la mesure où ce type d équipement n est pas considéré comme un système de chauffage pour un DPE - mais anticipe la sélection d une recommandation de pose d un insert. - Présence d un insert / poêle : ce paramètre indique la présence d un appoint de chaleur lié à l énergie bois : foyer fermé, insert, poêle d appoint. - Ventilation: caractériser le système du ventilation. - Les vitrages sud sont dégagés : ceci indique la présence d une surface vitrée importante permettant au logement de bénéficier d un apport de chauffage solaire. Définition 3CL des «vitrages sud dégagés» Pour considérer qu un logement bénéficie d apports solaires, les vitrages exposés du sud-est au sud-ouest doivent : 1. être dégagées : les éventuels masques sont vus sous un angle inférieur à avoir une surface supérieure au un neuvième de la surface habitable : Surface habitable 100 m² 150m² Surface de vitrage exposé sud attendue pour valider l option 11 m² 16 m² Configuration générale du logement (3CL) Maison individuelle Pour les maisons individuelles, trois données sont nécessaires à la description générale du logement : - la compacité de la maison (configuration a b ou c) - le nombre de niveaux chauffés - la mitoyenneté (6 catégories) Figure 4 - configuration générale de la maison Ces données vont permettre au logiciel d évaluer la forme globale du bâtiment afin d estimer les surfaces des parois déperditives (mur, plafond, plancher) ainsi que les longueurs des ponts thermiques. Ces estimations sont une aide pour votre diagnostic : cette fonctionnalité permet de s acquitter de la mesure des surfaces de ces parois et de la longueur des ponts thermiques. Néanmoins, certaines maisons rentreront difficilement dans la description prévue par la méthode 3CL. Il conviendra alors de réaliser sur site les mesures des surfaces déperditives et de les renseigner afin de ne pas calculer à partir d une estimation erronée (voir explication page 19). Les ponts thermiques seront malgré tout estimés à partir de cette description géométrique : il sera donc important de toujours chercher la description représentant le mieux le bâtiment. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 13 sur 36

14 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Compacité La compacité est découpée selon trois catégories a, b et c correspondant à un rapport entre la surface projetée au sol du volume chauffé et le périmètre au sol du volume chauffé. Pour vous aider dans la détermination de la catégorie d une maison, le logiciel vous propose l «aide de calcul de la configuration» (voir Figure 5 - Sélection de la configuration d'une maison). Cet assistant permet de calculer le rapport mentionné ci-dessus. L assistant vous indique alors le résultat et le sélectionne automatiquement dans la liste de la fenêtre principale. Figure 5 - Sélection de la configuration d'une maison Nombre de niveaux chauffés Cette option est importante pour l estimation des surfaces déperditives et des ponts thermiques. Les icônes représentent les niveaux chauffés en jaunes et non chauffés en gris. Les maisons de type 1,5 et 2,5 représentent les maisons avec combles aménagés, c'est-à-dire les maisons comportant un dernier niveau sans murs verticaux (la paroi séparant le volume chauffé de l extérieur est constituée par la toiture) Figure 6 - Sélection du nombre de niveaux chauffés Mitoyenneté Au sens de la thermique de bâtiment, les murs mitoyens sont les murs en contact avec des volumes chauffés. Ainsi, le mur d une maison en contact avec le garage d une maison voisine n est pas un mur mitoyen (car le garage voisin n est pas chauffé). Chercher donc à représenter la maison diagnostiquée en fonction des 6 catégories proposées par l algorithme 3CL. Page 14 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

15 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Figure 7 - Sélection du type de mitoyenneté Appartement Pour le cas des logements collectifs, il est nécessaire de préciser si le chauffage puis l eau chaude sanitaire sont alimentés par des systèmes collectifs. Ces informations déterminent la méthode de calcul à employer : 3CL ou consommations réelles (factures). Figure 8 - configuration générale d'un appartement Pour le cas d un appartement diagnostiqué par la méthode 3CL, Imm PACT va vous assister pour déterminer les surfaces déperditives du logement. Cas des murs: Vous avez la possibilité de renseigner le périmètre donnant sur l extérieur ainsi que le périmètre donnant sur les parties communes (c'est-à-dire les circulations d immeuble intérieur et non chauffées) ou toutes espaces non chauffés. Avec ces périmètres et la hauteur sous plafond, Imm PACT calculera automatiquement la surface des murs et déduisant les surfaces de fenêtres et de portes. Comment renseigner le cas d un appartement sur plusieurs niveaux (type duplex)? Le périmètre donnant sur l extérieur indiqué doit comprendre le périmètre sur l extérieur de chacun des étages. Exemple : un appartement sur deux niveaux : Niv 2 Niv 1 Périmètre = 15 m Périmètre = 20 m Périmètre à saisir : 15m + 20m = 35m Trois paramètres supplémentaires doivent être précisés pour caractériser les déperditions thermiques à travers les murs donnant sur les parties communes : - La circulation est centrale : cette option est cochée si les circulations ne sont pas en contact avec l extérieur. - Il y a un sas à l entrée du bâtiment - Les parties communes sont isolées : cette option est cochée si les parois de circulation ont été isolées thermiquement de l extérieur Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 15 sur 36

16 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Cas des plafonds et planchers : La position en étage de l appartement permet de prédéterminer les surfaces déperditives au-dessus et audessous du volume chauffé. Figure 9 - Sélection de la position de l'appartement Par défaut, l appartement est en position intermédiaire (position 7a). Pour la définir, cliquer sur l image représentant la position 7a (voir Figure 9 - Sélection de la position de l'appartement) et choisir la configuration représentant l appartement. La liste est ordonnée selon les catégories suivantes : 1. Appartements en étage supérieur (sans déperdition par le plancher) 2. Appartements en étage intermédiaire (sans déperdition par le plafond ni par le plancher) 3. Appartements en étage inférieur (sans déperdition par le plafond) 4. Appartement avec des déperditions par le plafond et par le plancher. Dans le cas d un appartement ne rentrant pas précisément dans les catégories indiquées, ne pas utiliser pas l option calcul automatique pour les surfaces de plancher et plafond afin de ne pas exploiter un calcul erroné. Indiquer néanmoins la position la plus représentative de l appartement étudié pour que le calcul des ponts thermiques se rapproche le plus de la réalité. Calcul en mode mixte (méthode de calcul différente pour le chauffage et l ECS) En cas de chauffage en méthode Facture, le choix est laissé à l utilisateur de traiter l ECS en méthode 3CL ou en méthode Facture. Page 16 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

17 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Immeuble complet Dans le cas ou le DPE porte sur l immeuble complet, la surface habitable est remplacée par la surface totale chauffée du bâtiment. Les données à saisir ensuite permettent de décrire le bâtiment afin d estimer les surfaces déperditives : - Périmètre moyen : longueur de façade donnant sur l extérieur en moyenne pour l ensemble des niveaux chauffés. - Nombre de niveaux chauffés - Nombre de logements dans l immeuble - Type de système d eau de chauffage (individuel ou collectif) - Type de système d eau chaude sanitaire (individuel ou collectif) Figure 10 - Configuration générale d'un immeuble Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 17 sur 36

18 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Descriptions de l enveloppe thermique du bâtiment (3CL) Une fois les données générales de l habitation renseignées, vous devez décrire tous les éléments descriptifs de l enveloppe thermique du bâtiment : plancher haut (plafond ou rampants), plancher bas, mur, fenêtre, portes et éventuellement véranda. Toutes les parois du logement vont s ajouter dans la zone blanche de la partie basse de la fenêtre. Pour ajouter un élément, cliquer sur le bouton Ajouter : Figure 11 - Ajout d'un élément du calcul 3CL Principe générale de description d une paroi déperditive Chaque élément de l enveloppe thermique se définit par : sa surface, la nature du matériau, l isolation. Afin d évaluer les caractéristiques thermiques du logement, il faut différencier pour un type de paroi donné celles qui sont de natures différentes (matériau ou isolation). Pour cela, ajouter successivement deux parois du type donné (deux types de murs ou deux types de plancher ) en précisant les surfaces et caractéristiques respectives. A l inverse, toutes les parois de natures identiques (en termes de matériau et isolation) sont à décrire par une saisie unique en faisant la somme des surfaces. Surface : vous pouvez saisir directement la surface totale de la paroi donnant sur l extérieur (si la nature thermique est identique) ou bien laisser Imm PACT l estimer automatiquement (option «calcul automatique» pour les murs, plafond, plancher). Le calcul automatique s appuie sur les données renseignées précédemment (par exemple pour une maison : surface habitable, nombre de niveaux, mitoyenneté, configuration, hauteur sous plafond). Utiliser cette option ne permet pas de décrire deux types de murs (ou plafond ou plancher) différents. En effet, Imm PACT ne saurait alors pas répartir la surface calculée sur les deux parois. Ainsi pour décrire deux parois différentes, il faut renseigner les surfaces de chacune des parois. Page 18 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

19 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Bien utiliser l option calcul automatique des surfaces Ce mécanisme permet d obtenir une bonne approximation de la surface des parois pour les logements aux géométriques classiques. En revanche pour les maisons très complexes, l erreur de calcul peut influer sur le résultat final. Choisir alors la saisie directe des surfaces déperditives à partir d une mesure appropriée sur le terrain. Matériaux : pour déterminer la qualité thermique d une paroi, deux solutions sont possibles. 1. Renseigner directement le coefficient de transmission thermique U. Cette valeur rentrera directement dans le calcul des déperditions thermiques. La description du matériau et de l isolation est toujours disponible afin de permettre la rédaction du rapport mais les données renseignées n influent pas sur le calcul. 2. Décrire le matériau de construction avec les caractéristiques de l isolation s il y a lieu. Comment Imm PACT calcule lorsqu on indique «mur inconnu» (ou plafond, plancher inconnu) En indiquant «Mur inconnu», Imm PACT va estimer les caractéristiques thermiques du mur en supposant que le logement a été construit conformément à la réglementation thermique alors en vigueur. Ainsi, les logements construit avant 1975 aux murs inconnus seront non isolés puis, entre 1975 et 2000, de mieux en mieux isolés. Isolation : on précise si la paroi est isolée ou non en cochant «paroi isolée». Si l option est cochée, on accède au descriptif de l isolation. La nature de l isolation doit être caractérisée par : La résistance thermique R de l isolant : cette valeur rentrera directement dans le calcul des déperditions thermiques. Ou l épaisseur de l isolant : Imm PACT propose une liste de valeur d épaisseur dans la fourchette courante et calcule la résistance thermique du matériau en considérant un isolant classique (dont la conductivité thermique est de 0,04 W/m.K). Vous pouvez saisir directement la valeur au clavier, notamment dans le cas où l épaisseur est supérieure à la plus grande valeur proposée. Ou l année des travaux d isolation : la résistance thermique apportée par l isolation est alors estimée en fonction des prestations types des travaux d isolation des années considérées. Ces trois niveaux de renseignements vont du plus précis au moins précis. Ainsi, on renseignera l année des travaux faute de connaître l épaisseur. Au-delà, si l année des travaux d isolation est inconnue, l algorithme 3CL prend la valeur la plus défavorable, c'est-à-dire : travaux avant Pour chacune des parois apparaîtront des options spécifiques expliquées ci-dessous. Ajout d un mur Epaisseur : le champ «épaisseur matériau» demande l épaisseur du matériau de construction (et non pas l épaisseur du mur si le mur est isolé par exemple). Le logiciel cherche ainsi le coefficient de transmission thermique du matériau en fonction de son épaisseur grâce à une base de données de matériaux. Comment Imm PACT calcule avec «épaisseur inconnue»? Lorsque vous indiquez «épaisseur inconnue», Imm PACT prend la valeur la plus courante. (Exemple : pour un mur de blocs béton creux dont l épaisseur est inconnue, Imm PACT considérera une épaisseur de 20 cm). Mur qui donne sur l extérieur ou est enterré / sur un local non chauffé : Les murs donnant sur l extérieur doivent être différenciés dans la saisie des murs donnant sur un local non chauffé. Ainsi, pour une maison possédant une partie de murs donnant sur l extérieur et une autre partie donnant sur un garage, il faudra créer deux murs en précisant la surface donnant sur l extérieur et en cochant l option «extérieur» pour le premier, et pour le second, la surface sur le garage et en cochant l option «local non chauffé». Cette option n apparaît pas pour les appartements étant donné que les murs donnant sur les parties non chauffées sont traitées indépendamment (via le périmètre renseigné dans les données générales du logement). Isolation par l intérieur ou par l extérieur : ceci permet de calculer les ponts thermiques en tenant compte du gain apporté par l isolation par l extérieur. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 19 sur 36

20 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN En cas de mur «inconnu», le logiciel détermine celui-ci comme à inertie lourde par défaut. Vous pouvez modifier ce paramètre qui influe sur le calcul du besoin en chauffage du logement. Ajout d un plafond Les surfaces de plafond correspondent aux parois déperditives positionnées au dessus du volume chauffé. En cas de plafond «inconnu», le logiciel détermine celui-ci comme à inertie légère par défaut. Vous pouvez modifier ce paramètre qui influe sur le calcul du besoin en chauffage du logement. Ajout d un plancher Les surfaces de plancher correspondent aux parois déperditives positionnées sous le volume chauffé. Type de plancher : vide-sanitaire, autre local non chauffé, terre-plein ou directement sur l extérieur (cave, parking, commerces, pour les immeubles). Lorsque Terre plein est sélectionné, le type de matériau est inutile (pas d échange thermique) et Imm PACT ne vous demande plus de le renseigner. Isolation sous chape flottante : cette option permet de prendre en compte cette isolation pour le calcul des ponts thermiques. (Configuration typique d un plancher chauffant) En cas de plancher «inconnu», le logiciel détermine celui-ci comme à inertie lourde par défaut. Vous pouvez modifier ce paramètre qui influe sur le calcul du besoin en chauffage du logement. Ajout des fenêtres Indiquer les surfaces et natures des fenêtres. Vous pouvez distinguer les fenêtres de toiture des autres fenêtres du logement en cochant «Fenêtres de toiture». Cette option sert uniquement dans le cas où vous utilisez l option «surface automatique» pour les murs et/ou pour la toiture. Imm PACT peut alors déduire correctement les surfaces vitrés des surfaces opaques. Si vous n utilisez pas l option «surface automatique», il est inutile de distinguer ces deux types de fenêtres. Vous pouvez préciser si la fenêtre est incluse dans une paroi : isolée par l extérieur de type monomur de type béton cellulaire Ceci permet d affiner les calculs de ponts thermiques. Page 20 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

21 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Ajout des portes Porte donnant sur circulation ou local non chauffé : On précisera les portes donnant sur l extérieur ou sur les circulations. Ajout d une véranda La véranda rentre dans le diagnostic que si celle-ci est chauffée. Les coefficients de transmission thermique étant différents de ceux des fenêtres, la saisie est indépendante Descriptions des systèmes de production de chaleur et de froid (3CL) Chauffage Surface chauffée : à la création d un système de chauffage, Imm PACT considère que celui-ci alimente tout le besoin de chauffage, c'est-à-dire chauffe toute la surface habitable. Cas des chauffages individuels : lors de la création d un deuxième système de chauffage (exemple : une maison avec une partie en chauffage centrale gaz et quelques pièces chauffées par des convecteurs électriques), Imm PACT demandera la surface chauffée par le deuxième système de chauffage et en déduira la surface chauffée par le premier automatiquement. Cas des chauffages collectifs : pour les chaudières collectives, il est possible de définir deux chaudières différentes. Imm PACT ne demandera pas les surfaces chauffées dans ce cas : la méthode 3CL prévoit des coefficients par défaut de répartition des charges de chauffages sur les deux chaudières. Présence d un programmateur : le programmateur correspond à un système de pilotage de chauffage permettant d activer, de couper ou de réduire le chauffage. Type de chauffage : la liste des systèmes de chauffage s ajuste en fonction du logement étudié (liste différente pour les maisons, les appartements à chauffage individuel, les appartements à chauffage collectif) D autres options apparaissent en fonction du type de chauffage sélectionné : Présence de robinets thermostatiques : s applique à un chauffage central. Système basse température : s applique à un chauffage central. Le type d émetteur de chaleur utilisé sera alors demandé : radiateurs, plafond ou plancher basse température. Régulation terminale certifiée : s applique aux plafond et plancher chauffant électrique. Le réseau d eau est isolé : s applique aux chauffages collectifs à eau chaude. Cette option permet de valoriser l isolation des canalisations d eau chaude circulant dans l immeuble. Condenseur sur les fumées : s applique aux chaudières collectives. Cette option permet de valoriser un système de condensation rapporté sur la chaudière. Type de gaz utilisé : préciser GPL ou gaz naturel. Les émissions de gaz à effet de serre et le prix du kwh associées sont différentes. Chauffage d appoint individuel : pour le DPE portant sur un immeuble complet, un certain nombre de chauffage s accompagne généralement d un système d appoint alors individuel. En cochant cette option, vous accèderez lors du renseignement d un deuxième système de chauffage à la liste des systèmes de chauffage individuel. Eau chaude sanitaire Le fonctionnement d Imm PACT pour le système d ECS est similaire à celui du système de chauffage : la liste s ajuste en fonction du type de bâtiment (maison, appartement, immeuble) des options spécifiques apparaissent en fonction du type de système dont : o type de gaz utilisé : naturel ou GPL (uniquement pour les chaudières gaz) o la présence d une veilleuse sur les chaudières gaz o la présence d un ballon d accumulation pour les chaudières o la position horizontale (ou par défaut verticale) pour les ballons électriques Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 21 sur 36

22 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN o l isolation thermique du réseau de distribution d eau chaude sanitaire pour les systèmes collectifs. En revanche, dans les cas où il y a plusieurs systèmes d ECS, Imm PACT ne demande pas de précision comme pour les systèmes de chauffage (surfaces chauffées par chacun des systèmes) mais alimente le besoin d ECS équitablement avec les différents systèmes. Système d énergie renouvelable Une maison peut comporter des systèmes de production d énergies renouvelables tels que : les systèmes thermiques consistant en la production d eau chaude solaire (chauffage et/ou ECS) les systèmes photovoltaïques pour produire de l électricité les systèmes d énergie éolienne Solaire Thermique : Pour définir un système solaire thermique, préciser avant tout si l eau chaude produite sert pour l ECS seule (maison ou appartement) ou bien l ECS et le chauffage du logement (uniquement pour les maisons). Pour déterminer l efficacité du système (c'est-à-dire le facteur de couverture solaire correspondant au pourcentage des besoins apportés pour le soleil), deux solutions sont proposées : soit les valeurs par défaut contenues dans l algorithme réglementaire (en fonction du type de système : ECS ou ECS+Chauffage ; et en fonction de l âge du système : ancienneté supérieure à 5 ans ou non) soit en indiquant directement le facteur de couverture solaire pour l ECS et le chauffage. Solaire photovoltaïque : Dans le cas où le DPE est réalisé suivant la méthode 3CL, : o Soit on indique la surface de capteurs, ce qui permet une estimation de la production d électricité ; o Soit, si une étude plus précise a été effectuée, on peut saisir la production. Dans le cas où le DPE est réalisé suivant la méthode factures : o On indique la production qui figure sur les factures de rachat de l électricité par EDF. Micro-éolien : Page 22 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

23 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Pour indiquer l apport d énergie d un système d énergie éolien, Soit uniquement en cochant que l habitation en possède un ; Soit, si une étude plus précise a été effectuée, on peut saisir la production. Système de climatisation Prendre en compte les consommations d un système de climatisation. Surface climatisée : Surface en m2 de ma partie de bâtiment climatisé pour une maison individuelle ou un appartement. Surface climatisée (hors dernier étage) : Surface en m2 de ma partie de bâtiment climatisé en excluant le dernier étage. Surface climatisée du dernier étage : Surface climatisée en m2 pour le dernier étage d un immeuble Type d énergie : Energie du système Abonnement électrique Si il existe un système de production de chaleur ou de froid dont l énergie est l électricité, l opérateur de diagnostic doit ajouter l abonnement électrique correspondant. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 23 sur 36

24 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Type d abonnement : Il faut préciser le type d abonnement auquel le propriétaire du logement a souscrit. Puissance souscrite : La puissance de l abonnement souscrit. Valeur de l abonnement : affiche le montant de l abonnement en fonction du type et de la puissance choisis. Prix du Kwh : affiche le prix du Kwh unitaire en fonction du type et de la puissance choisis. En cas de double tarif, ce prix indique le prix unitaire d un Kwh en heures pleines. Prix du Kwh (heures creuses) : affiche le prix du Kwh unitaire en fonction du type et de la puissance choisis pour un abonnement double tarif uniquement. Si le bâtiment est un immeuble (immeuble complet, tertiaire, bâtiment public ou bâtiment neuf), les valeurs de l abonnement et du prix du Kwh sont saisissables. Abonnement gaz Si il existe un système de production de chaleur ou de froid dont l énergie est le gaz naturel, le logiciel ajoute automatiquement un abonnement correspondant à la consommation totale de gaz du logement. Valeur de l abonnement : affiche le montant de l abonnement en fonction de la consommation du logement. Prix du Kwh : affiche le prix du Kwh unitaire en fonction de la consommation du logement. Si le bâtiment est un immeuble (immeuble complet, tertiaire, bâtiment public ou bâtiment neuf), les valeurs de l abonnement et du prix du Kwh sont saisissables Export des données 3CL-DPE vers un fichier BAO Page 24 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

25 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Si le DPE porte sur une maison individuelle, l opérateur a la possibilité d exporter les données vers un fichier (.bao) qui sert de point d entrée pour le logiciel BAO - Maison Individuelle. Ceci évite une double saisie fastidieuse et la probabilité d erreur de re-saisie Export de l étiquette DPE pour les agences immobilières Ce bouton permet d exporter les étiquettes énergie et GES au format souhaité. Les paramètres permettent de préciser la taille précise, la qualité de rendu souhaité ainsi que le format de l image finale. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 25 sur 36

26 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Méthode des consommations réelles (factures) La méthode basée sur les consommations passées s applique : au chauffage seul : pour cela définir un nouvel élément «Factures chauffage» à l ECS seule : pour cela définir un nouvel élément «Factures eau chaude sanitaire» et renseigner tous les éléments de l enveloppe du bâtiment ainsi que le système de chauffage au chauffage et à l ECS indépendamment (avec l historique des consommations de chauffage et l historique des consommations d eau chaude sanitaire) : pour cela définir deux nouveaux éléments «Factures chauffage» et «Factures eau chaude sanitaire» au chauffage et à l ECS confondus (historique comprenant la somme des consommations liées au chauffage et de l ECS sans le détail) Pour générer les résultats du DPE à partir des consommations passées (impérativement renseignées sous forme de quantités d énergie et pas d euros), les données d entrées nécessaires sont : le type d énergie utilisée l unité avec laquelle les consommations sont renseignées les consommations sur trois ans (Imm PACT en calcule la moyenne) les tantièmes généraux et individuels permettant d identifier les consommations de l individu parmi les consommations totales de la collectivité. (s il n y a pas de répartition, indiquer tantièmes généraux = 1 et tantièmes individuels = 1) Page 26 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

27 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Figure 12 - Interface de saisie de l'historique des consommations Cette méthode permet aussi d ajouter les éléments descriptifs du bâtiment et les différents systèmes, même si ceux-ci n interviennent pas dans le calcul des étiquettes énergie et climat. Deux raisons : bénéficier des recommandations automatiques rédiger automatiquement le descriptif du bâtiment dans le rapport Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 27 sur 36

28 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Méthode Th-C-E (DPE neuf) La méthode Th-C-E s appuie sur la synthèse d étude thermique que le maître d ouvrage du bâtiment (constructeur) fournit à l opérateur de diagnostic. Ce dernier vérifie visuellement que les éléments de la synthèse sont ceux effectivement mis en œuvre dans le bâtiment. Cette synthèse et cette vérification servent alors de base à l établissement du diagnostic DPE pour une nouvelle construction Maison individuelle par solution technique La synthèse d étude thermique fournit à l opérateur de diagnostic tous les éléments de la solution technique préconisée. Ce diagnostic se rapproche alors d un diagnostic Vente par l emploi de la méthode 3CL Saisie manuelle des données issues de la synthèse thermique L opérateur de diagnostic saisit les résultats de calcul conventionnel inclus dans la synthèse d étude thermique. Figure 13 - Interface de saisie de résultat de calcul Usage : Il faut préciser l usage pour lequel cette consommation est définie. Type d énergie : énergie pour laquelle cette consommation est définie. Consommation : consommation en Kwh d énergie finale Cette méthode permet aussi d ajouter les éléments descriptifs du bâtiment et les différents systèmes, même si ceux-ci n interviennent pas dans le calcul des étiquettes énergie et climat. Deux raisons : bénéficier des recommandations automatiques rédiger automatiquement le descriptif du bâtiment dans le rapport Page 28 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

29 2.4. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC COLLECTE DES INFORMATIONS TERRAIN Import des données issues de la synthèse thermique (fichier au format.xml) L opérateur de diagnostic clique sur le bouton d import automatique des données issues de la synthèse thermique. Pour cela, il faut qu il posséde le résultat de la synthèse thermique au format.xml. Le logiciel créé alors automatiquement tous les éléments trouvés dans le fichier. Aucune saisie supplémentaire n est nécessaire. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 29 sur 36

30 2.5. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC RECOMMANDATIONS 2.5 Recommandations La deuxième partie du diagnostic consiste à ajouter des recommandations permettant au donneur d ordre d améliorer les différentes étiquettes. Vous accédez à ce module en cliquant sur la flèche verte «avancer» dans la barre en bas de la fenêtre. Vous pourrez revenir ensuite avec la flèche en sens inverse. Imm PACT possède les fonctionnalités suivantes: une base de données de recommandations pré-rédigées prêtes à inclure dans le rapport en quelques clics et la possibilité de compléter cette base par ses propres recommandations. un mécanisme de recommandation automatique grâce auquel Imm PACT présélectionne les recommandations pertinentes pour le logement diagnostiqué. la possibilité d effectuer le calcul des indicateurs liés à une recommandation ainsi que la nouvelle consommation conventionnelle Structure des recommandations Pour Imm PACT, une recommandation est définie par plusieurs éléments qui permettent de mettre en forme le rapport DPE efficacement. Résumé : le résumé n est utilisé que pour naviguer rapidement dans l interface. Il ne sera pas inclus dans le rapport. C est en effet la recommandation complète qu Imm PACT utilisera pour le rapport. Description : la «description» est votre recommandation. Commentaires : le commentaire est un complément d information qui apparaît dans le rapport sous la ligne à la recommandation. Il est inséré dans le rapport en exploitant toute la largeur de la page pour votre texte. Les indicateurs : coût d investissement et économies réalisées (le retour sur investissement est automatiquement calculé) Le crédit d impôt Exemple : Description Commentaire Figure 13 - Exemple de mise en page d'une recommandation Chaque recommandation sera dans l interface précédée d une icone représentant ses caractéristiques : Recommandation Automatiquement présélectionnée Page 30 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

31 2.5. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC RECOMMANDATIONS Non présélectionnée automatiquement mais dont les indicateurs sont automatiquement calculés Non présélectionnée automatiquement sans calcul des indicateurs (texte uniquement) ou recommandation rédigée par l utilisateur Fonctionnement de l interface Figure 14 - Constitution de la fenêtre de rédaction des recommandations 1. Dans la partie haute de la fenêtre, vous avez l aperçu de votre rapport. Votre rapport est vide au départ 2. Dans la partie basse de la fenêtre, vous accédez à la base de recommandations prêtes à inclure dans le rapport. 3. Dans la barre d outils en bas, les fonctions de gestion des recommandations et du dossier en cours Sélection automatique des recommandations En cliquant sur le bouton «recommandations automatiques», Imm PACT présélectionne les recommandations pertinentes pour le logement étudié. Ces recommandations passent automatiquement dans la partie haute de la fenêtre : l aperçu du rapport (zone n 1). L aperçu des recommandations contient uniquement le résumé de celles-ci. (rappel : le résumé n est pas inclus dans le rapport. C est en effet la recommandation complète qu Imm PACT utilisera pour le rapport.) Vous Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 31 sur 36

32 2.5. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC RECOMMANDATIONS pouvez visualiser la recommandation rédigée en passant la souris sur le résumé d une recommandation : apparaît alors une info-bulle contenant le texte exact présent dans le rapport. Afin de maîtriser totalement votre rapport, Imm PACT vous laisse ensuite libre de valider chacune des recommandations présélectionnées. Pour cela il faut cocher la case en tête de ligne d une recommandation dans l aperçu du rapport (). Figure 15 - Gestion des recommandations Ajout d une recommandation depuis la base de recommandations En plus des recommandations automatiquement sélectionnées par Imm PACT, vous pouvez ajouter des recommandations pré-rédigées depuis la partie basse de la fenêtre (voir Figure 14 zone n 2). Les recommandations pré-rédigées sont classées par élément du bâtiment et en fonction de condition. Pour ajouter l une de ces recommandations, sélectionner la recommandation et cliquer sur le bouton «Ajouter recommandation». Elle apparaît alors dans l aperçu du rapport. Une fois son contenu validé, cocher la case en tête de ligne pour bien l inclure dans le rapport. Noter que seules les recommandations applicables au logement diagnostiqué apparaissent dans la liste (l accès aux recommandations pour les chaudières au fioul ne sont pas visibles si la maison est équipée du gaz) Ajout d une recommandation rédigée par l utilisateur Page 32 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

33 2.5. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC RECOMMANDATIONS En cliquant sur le bouton Ajouter, vous pouvez rédiger une recommandation et l inclure dans le rapport. De plus, il est possible de conserver cette recommandation en l enregistrant dans la base de recommandation. Pour cela, cocher la case «conserver cette recommandation dans la base avant de valider. La recommandation est alors stockée dans la catégorie sélectionnée précédemment (exemple : Chauffage > Pompe à Chaleur >). Elle apparaît alors dans l aperçu du rapport. Cocher la case en tête de ligne pour bien l inclure dans le rapport Modification d une recommandation dans le rapport A tout moment, vous pouvez accéder au contenu d une recommandation et éventuellement le modifier. En cas de modification, seule la recommandation du rapport en cours est modifiée. La base de recommandation d Imm PACT ne tient pas compte d une modification. Figure 16 - Modification d'une recommandation Suppression d une recommandation Le bouton «supprimer» permet d enlever une recommandation du rapport et de l aperçu du rapport. Cette action n a pas d effet sur la base de recommandation d Imm PACT Edition du rapport Imm PACT génère automatiquement le rapport dans un document Word en incluant les résultats des calculs, les détails des consommations, le descriptif thermique du bâtiment et les recommandations sélectionnées. Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 33 sur 36

34 2.6. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC CAS PARTICULIERS : DPE LOCATIF OU NEUF POUR UN IMMEUBLE COMPLET 2.6 Cas particuliers : DPE locatif ou neuf pour un immeuble complet Il existe deux cas de figures où le logiciel permet à l utilisateur de calculer des DPE appartements : A partir d un immeuble DPE location A partir d un immeuble DPE neuf L interface correspondante est accessible par le bouton à partir de l écran des recommandations. Figure 17 Liste des appartements issus d un immeuble complet Boutons Ajout d un nouvel appartement Modification d un appartement Suppression d un appartement Impression de un ou plusieurs appartements Page 34 sur 36 Partie VIII Module «DPE» - rév. 04

35 2.6. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC CAS PARTICULIERS : DPE LOCATIF OU NEUF POUR UN IMMEUBLE COMPLET Enregistrer les appartements - Création de lots d appartements - Création à partir d une liste Les DPE appartements sont calculés prorata des surfaces pour les appartements issus d un immeuble complet locatif. Pour les appartements issus d un immeuble complet neuf, ils sont calculés suivant l annexe 8 de l arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs. L interface de saisie des appartements est différente suivant que le DPE est locatif ou neuf. Pour le calcul des étiquettes des appartements neufs, le logiciel a besoin de plus d informations : Figure 18 Création d un appartement Partie VIII Module «DPE» - rév. 04 Page 35 sur 36

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006, Arrêté

Plus en détail

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire PROJET EUROPEEN ECO N HOME ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES PARTICULIERS RETOUR D EXPERIENCE DANS LA LOIRE 27 Février 2009 Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire 36 groupements

Plus en détail

DPE 2013, CE QUI CHANGE. Le Dossier. Contenu technique rédigé par Pascal CLERC

DPE 2013, CE QUI CHANGE. Le Dossier. Contenu technique rédigé par Pascal CLERC 30 DPE 2013, CE QUI CHANGE Contenu technique rédigé par Pascal CLERC Diagnostiqueur membre de notre Groupe de Travail DPE, Pascal CLERC est intervenu dans le cadre des Rendez- Vous du DIAG'IMMO au nom

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

IMPORTANT : Cette page de synthèse ne peut être utilisée indépendamment du rapport d expertise complet

IMPORTANT : Cette page de synthèse ne peut être utilisée indépendamment du rapport d expertise complet Bien immobilier expertisé : CLOS JAMOTINE (chalet) 553456 08320 VIREUX WALLERAND Lot(s) : Références cadastrales : Demandé - Non communiqué à ce jour Demandé - Non communiqué à ce jour Appartenant à :

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT En 2008 Mise en place de l aide communale à l isolation pour les propriétaires En 2010, La mairie montre l exemple : rénovation complète du logement

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue de Tilleur n : 116 CP : 4420 Localité : Saint-Nicolas Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Avant ou en 1918 Performance énergétique La consommation théorique

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE ETIQUETTE ENERGETIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE ETIQUETTE ENERGETIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS 2012 AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE ETIQUETTE ENERGETIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS VOUS VENDEZ VOTRE BIEN IMMOBILIER? INFO CONSEIL Diagnostic vous donne les Informations nécessaires et indispensables

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Murs Toiture Vitrage Bâtiment. Type de vitrage (Ug) Standard RT2005 0,40 10 0,20 20 2,00. Valeur U (W/m².K) Epaisseur (cm)

Murs Toiture Vitrage Bâtiment. Type de vitrage (Ug) Standard RT2005 0,40 10 0,20 20 2,00. Valeur U (W/m².K) Epaisseur (cm) Rénover performant Mise à jour le 06/01/2009 1. Présentation Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre logement et vous ne savez pas par quoi commencer? Cette fiche a pour but de vous

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

EDITO. Sommaire : Le Crédit d impôt Transition Energétique. 22 octobre2014-014. *Le Crédit d Impôt Transition Energétique : CITE

EDITO. Sommaire : Le Crédit d impôt Transition Energétique. 22 octobre2014-014. *Le Crédit d Impôt Transition Energétique : CITE 22 octobre2014-014 EDITO Le texte du projet de loi de finances 2015 a été adopté en première lecture le 14 octobre dernier. Enfin, nous avons de la lisibilité sur le crédit d impôt, car, même si la loi

Plus en détail

Guide technique 10 e arrêté

Guide technique 10 e arrêté Guide technique 10 e arrêté Juillet 2013 Critères d éligibilité des prêts DolceVita et prêts fabricants Les prêts fabricants éligibles - préambule OBJET PRINCIPAL de financement : chaudière à condensation

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE FÉVRIER 2012 DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE ANALYSE DES MODES CONSTRUCTIFS PRINCIPAUX POUR LES OPÉRATIONS EN COURS DE CERTIFICATION 2 SOMMAIRE Introduction I. Périmètre de l étude II. Le bâti 2.1.

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation.

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation. GUIDE PRATIQUE BIEN ISOLER SA MAISON que faire???? IDÉE reçue?? sommaire 1 Pourquoi isoler sa maison?................. 5 2 Les déperditions thermiques des parois........................................

Plus en détail

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz.

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz. Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Rodin 627 Valable jusqu au : 26/07/2022 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2009 Surface habitable : 58.50 m 2 Adresse

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Articles L 271-4 à 6 R 271-1 à 4 du Code de la Construction et de l Habitation

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Articles L 271-4 à 6 R 271-1 à 4 du Code de la Construction et de l Habitation Dossier n 2010-12-1999 Date : 19/12/2010 Propriétaire : MME & MR PRINZHOFER CABINET D EXPERTISE AGENDA 56 18, rue du Fort 56290 PORT LOUIS Tel : 02 97 82 58 17 - Fax : 02 72 22 12 43 Port : 06 14 29 46

Plus en détail

et la consommation E spec

et la consommation E spec PEB... et faire mieux que les exigences réglementaires dans le cadre de l'action "Construire avec l'énergie" Répondre à la réglementation wallonne La nouvelle réglementation sur la performance énergétique

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT»

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Algorithmes de la méthode 3CL-V14 (Calculs des consommations conventionnelles dans les logements) A - Maison individuelle

Algorithmes de la méthode 3CL-V14 (Calculs des consommations conventionnelles dans les logements) A - Maison individuelle Algorithmes de la méthode 3CL-V14 (Calculs des consommations conventionnelles dans les logements) A - Maison individuelle 1. Calcul des consommations de chauffage 2. Calcul des consommations d ECS 3. Calcul

Plus en détail

Vers le label BBC dans l habitat existant

Vers le label BBC dans l habitat existant Collection DolceVita Solutions 4 Rénovation Economies Collection DolceVita Vers le label BBC dans l habitat existant GDF SUEZ DolceVita Axelle Lima axelle.lima@gdfsuez.com Tél. : +33 (0)1 56 54 47 88 Les

Plus en détail

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de la loi de finances 2012, des articles 200 quater, 200 quinquies,

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

GUIDE DE PRISE EN MAIN Démarrage, installation (première utilisation) SOMMAIRE

GUIDE DE PRISE EN MAIN Démarrage, installation (première utilisation) SOMMAIRE GUIDE DE PRISE EN MAIN Démarrage, installation (première utilisation) Version du 28 janvier 2011 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 - Fax : 04.73.34.10.03 : sav@bbs-slama.com www.bbs-slama.com

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude Étude 2011 La rénovation énergétique des logements collectifs à

Plus en détail