Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR"

Transcription

1 Sommaire Date 1

2 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2

3 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Le droit au compte 2. Le contrôle des intermédiaires en assurance et en banque 3. Le devoir de conseil en assurance vie 3

4 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Le droit au compte Caroline de Hubsch-Goldberg, adjointe au responsable du service de Veille sur les contrats et les risques Alexandre Lagarnaudie, contrôleur des pratiques commerciales - Service de Veille sur les contrats et les risques 2. Le contrôle des intermédiaires en assurance et en banque 3. Le devoir de conseil en assurance vie 4

5 Vidéo sur le droit au compte 5

6 Date 6

7 Sommaire 1. Introduction 2. La mise en œuvre opérationnelle du dispositif de droit au compte 3. Les conditions nécessaires à une mise en œuvre efficace 4. Conclusion 7

8 1. Introduction 8

9 Qu est-ce que le droit au compte? Un dispositif encadré par un nombre limité de dispositions Un article de loi (L du CMF) Deux textes d origine réglementaire (D et D du CMF) Une charte d accessibilité bancaire établie par l AFECEI (Arrêté du 18 décembre 2008) Objet d une attention régulière des pouvoirs publics Pour simplifier l accès au dispositif Pour élargir le périmètre des bénéficiaires Pour adapter les services fournis 9

10 Un thème récurrent dans les contrôles menés par l ACPR Les contrôles réalisés Typologie des missions Parts de marché des établissements contrôlés Méthodologie mise en œuvre Jurisprudence de la Commission des sanctions de l ACPR (décision n du 3 juillet 2013) 10

11 2. La mise en œuvre opérationnelle du dispositif de droit au compte 11

12 Le refus d ouverture de compte Une procédure de refus désormais plus encadrée (L du CMF et Charte d accessibilité bancaire) Certains établissements prévoyaient déjà la remise systématique d une attestation de refus dans leurs procédures Les objectifs poursuivis : Faciliter l exercice du droit au compte Renforcer l information des demandeurs personnes physiques sur la possibilité d être accompagnés dans leurs démarches auprès de la Banque de France Une nouvelle obligation à intégrer dans les moyens et procédures déployés 12

13 L ouverture de compte dans le cadre du droit au compte En présence d un dossier complet (L du CMF): L ouverture est obligatoire Dans un délai maximum à présent imposé par la loi Les conventions de compte remises aux bénéficiaires doivent être cohérentes avec les droits spécifiques dont ils bénéficient 13

14 La fourniture des services bancaires de base Le titulaire du compte est en droit de bénéficier dès l ouverture du compte de services bancaires de base (L et D du CMF) En l absence de tels services, l établissement teneur de compte doit pouvoir établir que le client n a pas souhaité en bénéficier Lorsqu un client ne bénéficie plus de l un de ces services, il doit pouvoir être démontré que cette clôture résulte d une demande du titulaire 14

15 L interdiction de tarifer les services bancaires de base Les services bancaires de base sont gratuits (L et D du CMF) Quelles que soient leurs modalités de fourniture (à l unité ou dans le cadre d offres groupées de services) Quel que soit l intitulé commercial retenu par l établissement aussi longtemps que le compte relevant de ce dispositif demeure ouvert 15

16 La clôture des comptes ouverts dans le cadre du droit au compte Les modalités de clôture de ces comptes sont précisément encadrées (L du CMF) Le respect de ces dispositions suppose : Une conservation organisée d un double des courriers adressés Une motivation de la clôture suffisamment précise Le délai de préavis prévu par la loi ne peut être raccourci pour quelque motif que ce soit 16

17 Le droit au compte au quotidien Comment concilier le respect de ce dispositif avec : La lutte contre la fraude? La lutte contre le blanchiment de capitaux? Le faible nombre de désignations traitées chaque année par les conseillers? 17

18 3. Les conditions nécessaires à une mise en œuvre efficace du dispositif de droit au compte 18

19 La formation des collaborateurs Une obligation imposée par la charte d accessibilité bancaire constituant une des conditions de l efficacité de ce dispositif Une absence de formation constatée dans plusieurs établissements contrôlés 19

20 Le déploiement d un dispositif de contrôle interne adapté (1/2) Un référentiel de procédures conforme aux normes en vigueur et adapté aux modalités de traitement retenues par l établissement : Procédures didactiques Procédures couvrant l ensemble des étapes du dispositif Certains contrôles ont pu révéler : Un défaut de mise à jour et/ou d adaptation des procédures L introduction d une confusion entre les services accessibles dans le cadre du droit au compte et l offre «gamme des moyens de paiement alternatifs au chèque» (GPA) 20

21 Le déploiement d un dispositif de contrôle interne adapté (2/2) Le droit au compte doit être une thématique à part entière du dispositif de contrôle interne, ce qui nécessite : D identifier avec rigueur les comptes ouverts dans ce cadre De déployer des contrôles permanents de 1 er et de 2 nd niveau adaptés aux différentes étapes du dispositif et à l organisation retenue D intégrer ce thème au cycle d audit du contrôle périodique 21

22 4. Conclusion 22

23 Conclusion Une méthodologie commune à l ensemble des contrôles portant sur les pratiques commerciales Une thématique au cœur de la mission de protection de la clientèle de l ACPR Un attachement durable à la correcte mise en œuvre de ce dispositif Une implication forte de l ACPR dans les travaux européens à venir 23

24 Merci de votre attention 24

25 Questions/réponses 25

26 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Le droit au compte 2. Le contrôle des intermédiaires en assurance et en banque Maryvonne Mary, responsable du service de Contrôle des intermédiaires Benoît Ehret, adjoint au responsable du service de Contrôle des intermédiaires 3. Le devoir de conseil en assurance vie 26

27 Sommaire 1. Contexte et périmètre du contrôle par l ACPR 2. Le contrôle des intermédiaires : les points d attention Les conditions d accès La relation avec le client Les relations entre les partenaires 3. Le contrôle des IOBSP : les spécificités L immatriculation Les relations avec les établissements de crédit 27

28 Sommaire 1. Contexte et périmètre du contrôle par l ACPR 2. Le contrôle des intermédiaires : les points d attention Les conditions d accès La relation avec le client Les relations entre les partenaires 3. Le contrôle des IOBSP : les spécificités L immatriculation Les relations avec les établissements de crédit 28

29 Le contrôle des intermédiaires Intégré dans la mission de veille de la protection des clients, assurés, adhérents et bénéficiaires des personnes soumises à son contrôle De manière permanente Les intermédiaires sont susceptibles d être contrôlés suite à un assujettissement 29

30 Qui sont les intermédiaires susceptibles d être contrôlés? Personne qui exerce l intermédiation en assurance ou en opérations de banque et en services de paiement, contre rémunération intermédiaires d assurance (régis par le code des assurances) intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement (régis par le code monétaire et financier) 30

31 Une population nombreuse aux modalités d exercice variées Catégories : tout type de catégories d immatriculation Tailles et statuts variés Personnes physiques/morales Taille/chiffre d affaires Un seul statut/plusieurs statuts ou agrément De nombreux acteurs sont «multi-statuts» Spécificités selon le produit/la clientèle Gamme de produits Clientèle de particuliers, de professionnels ou d entreprises Spécificités selon l implantation/le canal de distribution Implantation géographique unique/étendue Face à face /vente à distance/démarchage 31

32 Qu est ce qui est contrôlé? L acteur Le respect des conditions d accès L identification La relation avec ses partenaires Le produit Les conditions de commercialisation Les moyens et procédures 32

33 Les différentes actions Contrôle sur place Contrôle de la publicité Contrôle auprès des établissements de crédit et les organismes d assurance sur les relations avec les intermédiaires Interventions écrites auprès des intermédiaires à la suite de la réception de réclamations ou de communication d informations 33

34 Le contrôle sur place Formalisme : Organisation prévue L du CMF et chartes de contrôle Assujettissement et lettre de mission Objectif : vérifier le respect des textes législatives et réglementaires et autres (codes de bonne conduite, recommandations ) 34

35 Le contrôle sur place Méthode : Entretiens pour bien comprendre l activité et l organisation de l intermédiaire Collecte d informations et de dossiers pour analyser la conformité aux textes Établir des constats objectifs Soumis à un contradictoire Adaptés à la taille et à l activité de l intermédiaire 35

36 Sommaire 1. Contexte et périmètre du contrôle par l ACPR 2. Le contrôle des intermédiaires : les points d attention Les conditions d accès La relation avec le client Les relations entre les partenaires 3. Le contrôle des IOBSP : les spécificités L immatriculation Les relations avec les établissements de crédit 36

37 Immatriculation Une profession réglementée Pour la protection des consommateurs Pour les professionnels 1 er point de contrôle : l immatriculation à l ORIAS Son efficacité repose sur son suivi : mise à jour, informations complètes sur les mandants 37

38 Capacité professionnelle Pour les dirigeants ET les salariés Capacité établie et suivie de façon documentée Trop de documents émis pour les besoins des contrôles Une réglementation subie plus qu exploitée Dès la prise de fonctions 38

39 Capacité professionnelle Recruter un collaborateur Les bonnes questions à se poser : Le candidat a-t-il un diplôme? Le candidat a-t-il reçu une formation préalable? Le candidat justifie-t-il d une expérience suffisante? Le cas échéant, adapter la prise de poste 39

40 Capacité professionnelle Gérer les ressources, optimiser ses moyens de formation Suivi des compétences dans le temps Formation continue Préparer une mutation Anticiper une évolution des activités 40

41 Garanties professionnelles Pouvoir justifier à tout moment de sa situation en termes de responsabilité civile et de garantie financière Vigilance particulière sur la régularisation des mandats Adapter sa garantie financière aux montants encaissés 41

42 Qui suis-je? Informations préalables et régulières Dénomination Numéro immatriculation + accès au registre Degré d indépendance Modalités de traitement des différends Sur papier ou support durable, facilement accessible Une attention particulière à la clarté de cette identification pour les acteurs ayant plusieurs immatriculations 42

43 Qui êtes-vous? Recueil d informations Objectif : délivrer un conseil adapté /appréciation de l adéquation du produit au client Moyen : poser des questions claires et précises Efficacité : traiter toutes les questions utiles, rien que les questions utiles 43

44 Comprendre les besoins du client et proposer un produit Des règles différentes pour les IOBSP et les intermédiaires d assurance Assurance Assurance vie : des règles précises et recommandations de l ACPR Mais des obligations également en assurance de personnes non vie et en assurance de dommages 44

45 Un échange éclairé Degré d'indépendance: étendue de la mission et du service proposé par l'intermédiaire Recueil des éléments de connaissance client Précisions des exigences et besoins Analyse et motivation (précision des raisons) SOLUTION 45

46 Comprendre les besoins du client et proposer un produit Des règles différentes pour les IOBSP et les intermédiaires d assurance Assurance Opérations de banque Assurance vie : des règles précises et recommandations de l ACPR En fonction de la catégorie d immatriculation Mais des obligations également en assurance de personnes non vie et en assurance de dommages En fonction des produits 46

47 Les relations avec les partenaires : les conventions Objectif final : le client dispose d une information claire, précise et juste dans les publicités et lors du conseil Conventions obligatoires pour les contrats d assurance vie : mise à jour et mise en œuvre opérationnelle partenaires Assurance non vie : une bonne pratique Entre intermédiaires : Respecter les engagements pris et permettre de respecter les obligations de devoir de conseil 47

48 Les relations avec les partenaires : la rémunération La rémunération ne peut être versée qu à un intermédiaire immatriculé Distinction entre commissions pour des actes d intermédiation et de gestion Vérification à l entrée en relation Vérification régulière au cours de la relation d affaires Modalités à mettre en œuvre lors de la radiation Bonnes pratiques : clause spécifique dans les conventions en cas de départ en retraite, de cession de l activité 48

49 Sommaire 1. Contexte et périmètre du contrôle par l ACPR 2. Le contrôle des intermédiaires : les points d attention Les conditions d accès La relation avec le client Les relations entre les partenaires 3. Le contrôle des IOBSP : les spécificités L immatriculation Les relations avec les établissements de crédit 49

50 Le contrôle des IOBSP Entre 2010 et 2013 : contrôle concernant la commercialisation des produits (publicité et relations avec le client) Depuis 2013, une profession réglementée avec des conditions d accès et des règles de bonne conduite Évolution du contrôle de l ACPR vers davantage de contrôles sur place 50

51 Les conditions d accès Immatriculation Honorabilité Capacité professionnelle Responsabilité civile Des principes et des textes similaires aux intermédiaires d assurance Garantie financière 51

52 Les points d attention pour les IOBSP La catégorie d immatriculation : Immatriculation en fonction de la réalité économique de la relation avec le client et avec l établissement de crédit ou un autre intermédiaire Le non cumul des catégories en fonction de la nature des opérations 52

53 Les points d attention pour les IOBSP Les règles de bonne conduite : Recueil d informations concernant le client Présentation des caractéristiques essentielles de l opération et attention portée sur les conséquences Rémunération 53

54 Les relations entre les partenaires pour les produits bancaires La commercialisation des produits est une activité essentielle ou importante pour un établissement de crédit Prise en compte dans le dispositif de contrôle interne Qu elle soit réalisée en interne ou en externe Si confiée à un mandataire Une prestation externalisée, suivie et contrôlée dans les principes de proportionnalité 54

55 Merci de votre attention 55

56 Questions/réponses 56

57 PAUSE 57

58 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1.Le droit au compte 2.Le contrôle des intermédiaires en assurance et en banque 3.Le devoir de conseil en assurance vie Hélène Arveiller, responsable du service de Veille sur les contrats et les risques Marie-Thérèse Nguyen, contrôleur des pratiques commerciales Service de Contrôle des intermédiaires 58

59 Sommaire 1. L environnement du devoir de conseil Le périmètre du devoir de conseil La connaissance des produits et la maîtrise du contexte économique et juridique L objectivité du conseil 2. Le processus de commercialisation La connaissance du client Les exigences et les besoins du client La motivation du conseil fourni 3. La sécurisation du devoir de conseil Les outils et supports d aide à la vente Les procédures internes Les dispositifs de contrôle La remontée des dysfonctionnements 59

60 Illustration en vidéo 60

61 12/11/

62 Le renforcement des exigences en matière de devoir de conseil Phénomène justifié par la complexification des produits Concernant l ensemble des produits financiers Sur lequel l ACPR a multiplié ses actions depuis sa création Matérialisé par deux étapes règlementaires Loi du 15 décembre 2005 Ordonnance du 30 janvier 2009 Formalisation du conseil par écrit Principe de proportionnalité 62

63 1. L environnement du devoir de conseil Le périmètre du devoir de conseil en assurance vie Le devoir de conseil concerne plusieurs aspects du contrat d assurance vie, notamment : Nature / Durée / Montant de la prime Allocation d actifs Clarté de la clause bénéficiaire Le devoir de conseil s exerce pendant toute la durée du contrat d assurance vie Lors de la souscription En phase contractuelle (notamment respect du profil, évolutions économiques ou familiales) 63

64 1. L environnement du devoir de conseil La connaissance des produits et la maîtrise du contexte économique / juridique Des formations des conseillers adaptées, régulières et contrôlées Une sensibilisation sur des thèmes particuliers et/ou d actualité L application des conventions producteurs-distributeurs Une assistance à disposition des conseillers L objectivité du conseil Une offre adaptée à tous les profils de souscripteurs Une absence d influence de la politique commerciale / de rémunération de l organisme ou de l intermédiaire 64

65 2. Le processus de commercialisation Les exigences réglementaires Communication des éléments d informations par le souscripteur Précision des exigences et des besoins exprimés par le souscripteur Raisons qui motivent le conseil fourni quant à un contrat d assurance déterminé Questionnement par le professionnel Mise en garde en cas de non communication des informations demandées Traitement des informations fournies, traduction et reformulation Justifier la proposition d un ou plusieurs contrats d assurance vie 65

66 2. Le processus de commercialisation Recueil des informations relatives à la connaissance du client Sur les modalités de recueil des informations Bonnes pratiques Actualisation des informations recueillies Recours à des questions claires et précises illustrées par des exemples Mauvaise pratique Questions rédigées en terme trop généraux 66

67 2. Le processus de commercialisation Recueil des informations relatives à la connaissance du client Sur le contenu des informations Objectifs et horizons de placement Bonne pratique Proposition d une liste étendue d objectifs de placement avec possibilité pour le client de les hiérarchiser Mauvaises pratiques Contradiction entre les objectifs de placement retenus par le client Objectifs principaux de votre investissement : Rendement élevé Rendement régulier La sécurité et la préservation du capital Transmettre un capital à vos proches en cas de décès Accéder aux marchés financiers Contradiction entre l horizon de placement retenu par le client avec son ou ses objectif(s) de placement 67

68 2. Le processus de commercialisation Recueil des informations relatives à la connaissance du client Sur le contenu des informations Aversion au risque du client : bonnes pratiques Niveau de risque et scénarios de l évolution de l épargne Explication des termes techniques 68

69 2. Le processus de commercialisation Recueil des informations relatives à la connaissance du client Sur le contenu des informations Aversion au risque du client : mauvaises pratiques Questions insuffisamment précises et décorrélées de l investissement envisagé par le client pour apprécier le niveau de risque qu il est prêt à supporter Êtes-vous plutôt du genre à : Aller vous faire vacciner quand la vaccination n est pas obligatoire? À faire des rappels? OUI/NON OUI/NON Détermination du profil de risque du client sous l angle des seules réponses aux questions sur les connaissances et l expérience en matière financière Questions superflues Dans la liste suivante, quels sont vos principaux centres d intérêt? Fiscalité (nouveautés, conseils) Marchés financiers (conjoncture, économie) Produits financiers (nouveautés, opportunités à saisir) Produits immobiliers (nouveautés, opportunités à saisir) 69

70 2. Le processus de commercialisation Précision des exigences et des besoins du client Sur la précision des exigences et des besoins Bonnes pratiques Reformulation des éléments d informations pertinents recueillis Détermination du profil du client Mauvaises pratiques Passer du recueil de l information directement à la proposition d un contrat d assurance Absence de mise en garde du client en cas de non fourniture des informations 70

71 2. Le processus de commercialisation Motivation du conseil fourni Sur les raisons qui motivent le conseil fourni Bonnes pratiques Conseil formalisé en indiquant le nom du contrat, de l organisme d assurance et l allocation d actifs proposés Justifications des choix de souscription : du contrat d assurance préconisé de l organisme d assurance proposé de l allocation d actifs proposée des unités de comptes sélectionnées 71

72 2. Le processus de commercialisation Motivation du conseil fourni Sur les raisons qui motivent le conseil fourni Mauvaises pratiques Utilisation d une phrase type Produit X Conseil fourni décorrélé des besoins du client Après analyse de vos besoins et en fonction de l offre commerciale, je vous recommande l assurance suivante : Ayant déjà bénéficié du contrat X, et connaissant les avantages du fond Y et du sérieux de la compagnie, je vous conseille de souscrire le contrat Z. 72

73 3. La sécurisation du devoir de conseil Outils ou supports d aide à la vente Obligatoires / comprenant l ensemble des UC Respect chronologique des étapes Traitement des incohérences (alerte/blocage/mise en garde) Post souscription Procédures internes Actualisées et validées Traçabilité des informations et l archivage des documents Règles de bonne conduite / déontologie Dispositif de contrôle Adapté à la taille et à la nature des organismes/intermédiaires Contrôle interne : contrôles permanent (conformité) et périodique Contrôles systématisés Méthodologie formalisée Contrôles de la qualité du conseil Contrôles post souscription Suivi des actions correctrices Remontée des dysfonctionnements Traitement des réclamations 73

74 4. SYNTHESE : LE DEVOIR DE CONSEIL EN ASSURANCE VIE Sécurisation du processus Procédures internes Traçabilité / archivage Contrôle interne Contrôle permanent / périodique / contrôle de conformité Déontologie/règles de bonne conduite Remontée des dysfonctionnements Traitement des réclamations Outils/supports d aide à la vente Obligatoires Incluant toutes les UC Respect chronologique des étapes Traitement des incohérences Blocage / Alerte / Mise en garde Utilisation post souscription Actualisation du profil Devoir de conseil Processus de commercialisation Recueil des informations Objectifs et horizon de placement Aversion au risque du client Précision des exigences et des besoins Détermination du profil du client Raisons qui motivent le conseil fourni Formation / information des réseaux commerciaux Ciblage des formations Régulières Contrôlées Sensibilisation sur des thèmes particuliers et/ou d actualité Veille législative et jurisprudentielle Conventions producteursdistributeurs Assistance Objectivité du conseil Offre adaptée à tous les profils Politique commerciale/de rémunération sans influence 74

75 4. SYNTHESE : LE DEVOIR DE CONSEIL EN ASSURANCE VIE Les bonnes pratiques observées attestent qu il est possible de satisfaire les exigences de délivrance d un conseil adapté (au-delà même des obligations légales) Les contrôles de l ACPR ont permis de déceler des pratiques disparates, quelle que soit la taille et la nature des entités contrôlées L ACPR restera mobilisée sur le thème du devoir de conseil en 2014 (vente en ligne) 75

76 Merci de votre attention 76

77 Questions/réponses 77

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales Isabelle MONIN LAFIN Avocate au Barreau de Paris 72, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 PARIS Tél : 01.46.10.

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Arrêté du 9 juin 2016 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque

Plus en détail

Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement IOBSP

Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement IOBSP ACADEMIE PROFESSIONNELLE EN SERVICES FINANCIERS ET D ASSURANCES Préparation à l examen pour Intermédiaire en Opérations de Banque et Paiement IOBSP Votre partenaire pour votre formation professionnelle

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Partie I : données générales

Partie I : données générales Partie I : données générales Annexes Année : Matricule : Nom de l organisme : Date d approbation du rapport et de son annexe par l organe délibérant (conseil d administration, conseil de surveillance)

Plus en détail

Mise à jour le 15.04.15 BILAN DE COMPETENCES DES SALARIES CAHIER DES CHARGES

Mise à jour le 15.04.15 BILAN DE COMPETENCES DES SALARIES CAHIER DES CHARGES Mise à jour le 15.04.15 BILAN DE COMPETENCES DES SALARIES CAHIER DES CHARGES Pour l inscription sur la liste de l année 2016 Préambule Le Fongecif Rhône-Alpes propose aux salariés relevant de son champ

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Ordonnance n 2016-351 du 25 mars 2016 sur les contrats de crédit aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation

Ordonnance n 2016-351 du 25 mars 2016 sur les contrats de crédit aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation Ordonnance n 2016-351 du 25 mars 2016 sur les contrats de crédit aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation Mardi 14 Juin 2016 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Mention complémentaire services financiers RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Mention complémentaire services financiers RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 7 UNITÉ 1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE RELATION CLIENTÈLE Définition : Cette unité vise l acquisition de techniques de communication orale et écrite permettant d accueillir

Plus en détail

Atelier Stellium Mes rendez-vous clients Vue d ensemble pour un CIF-CGP Le formalisme CIF présenté est la garantie d une prestation de conseil réalisée avec qualité; c est pourquoi, la CNCIF recommande

Plus en détail

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes 1 AUDIT CONJOINT Sommaire 1. Livre vert de l UE de 2010 sur l audit 2.

Plus en détail

Nos atouts pour vous accompagner

Nos atouts pour vous accompagner Formations Les effets de seuils sociaux Tableaux de bord sociaux et pilotage social Assistance à la mise en place d accords d entreprise Audit social d optimisation / de conformité / de sécurisation Rupture

Plus en détail

Transposition de la directive MCD

Transposition de la directive MCD Transposition de la directive MCD Grégoire Dupont Secrétaire Général Marion Paradisi-Coulouma Adjointe au chef de bureau Bancfin4 DG Trésor 03/06/2016 Commission - Présentation MCD 1 Plan 1. Contexte et

Plus en détail

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53, 317-7 1 et 325-7 du règlement général

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme xxx Réunion des Présidents des Compagnies régionales de commissaires aux comptes

Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme xxx Réunion des Présidents des Compagnies régionales de commissaires aux comptes Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme xxx Réunion des Présidents des Compagnies régionales de commissaires aux comptes 6 février 2013 Philippe Steing Secrétaire Général 1 Sommaire

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche www.harmonie-mutuelle.fr À partir de 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer un contrat

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES

Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Table des matières 0. Base légale et aperçu des principes 1. Définition de la compliance 2. Responsabilité

Plus en détail

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr Parlons-en... Guide BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ www.energie2007.fr Édito 1 er juillet 2007 : les marchés de l électricité et du gaz naturel s ouvrent à la concurrence. Il est désormais possible

Plus en détail

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Vous trouverez, dans ce dépliant, une information sur la convention AERAS, révisée au 2 septembre 2015, qui permet

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR 1/7. Le règlement intérieur de SYNERCIEL SAS en complète les statuts.

REGLEMENT INTERIEUR 1/7. Le règlement intérieur de SYNERCIEL SAS en complète les statuts. REGLEMENT INTERIEUR Le règlement intérieur de SYNERCIEL SAS en complète les statuts. Il précise notamment les critères à remplir par les Associés ainsi que les règles de fonctionnement du Comité d Agrément,

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Nous sommes le 11/05/2011. Vous êtes secrétaire administratif(ive) de classe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Paris, le 14 juin 2013 Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 et son Préambule ; Vu la loi organique n 2011-333

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

Gestion d une bibliothèque, module 2 : Administration, gestion Lundi 23 novembre Lidwine HARIVEL Formation ABF d auxiliaire de bibliothèque 2015 / 2016 Sommaire Partie I Organisation institutionnelle et

Plus en détail

Charte du. Proximité. Expertise. Partenariat

Charte du. Proximité. Expertise. Partenariat Proximité Expertise Partenariat Charte du Le Point A est le service d information, d orientation professionnelle et d appui aux entreprises pour le développement de l alternance et l emploi des jeunes

Plus en détail

Cohérence des dépenses déclarées au regard des prestations réalisées et des clauses du contrat

Cohérence des dépenses déclarées au regard des prestations réalisées et des clauses du contrat PROCÉDURE DE CONTRÔLE DE REGULARITE DE L ACHAT PUBLIC POUR LES DOSSIERS RELEVANT DES AXES I, III, IV ET VI DU PROGRAMME OPERATIONNEL 2007-2013 COMPETITIVITE ET EMPLOI DE MIDI-PYRÉNÉES 01.08.2013 I.- Contrôle

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Finalités. Missions / Savoir-faire / Activités principales

Finalités. Missions / Savoir-faire / Activités principales CAISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D EMPLOI : Gestionnaire de Clientèle Succession Code emploi : 120303 07 Filière d activité : Ventes et Services Clients Métier : Gestionnaire de Clientèle Spécialisée

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION NORD PAS-DE-CALAIS

PRÉFET DE LA RÉGION NORD PAS-DE-CALAIS PRÉFET DE LA RÉGION NORD PAS-DE-CALAIS Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Nord-Pas-de-Calais Pôle cohésion social Mission Protection et Insertion des Personnes Vulnérables

Plus en détail

Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens

Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens Pour vous procurer le programme des formations l Accueil-Information

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD D ENTREPRISE SUR LE TELETRAVAIL ACCORD D ENTREPRISE SUR LE TELETRAVAIL Préambule En tirant parti du développement des technologies de l information et de la communication, le recours au télétravail offre l opportunité de rénover les

Plus en détail

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION DOCUMENT D ENTREE EN RELATION Conforme à l'article 325-3 du règlement général de l'amf et à l'article L 520-1 du code des assurances, en application de la réglementation destinée à protéger les investisseurs,

Plus en détail

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Table des matières 1. Préambule....................... 3 2. Autorisation d accès................. 3 3. Accès technique

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LA COLLECTE ET LA CONSERVATION DE LA COPIE DE DOCUMENTS D IDENTITE OFFICIELS

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Liège, le 30 juin 2011 APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Label qualité Aide en santé

Label qualité Aide en santé Label qualité Aide en santé La qualité de service rendu aux usagers des dispositifs d aide à distance Octobre 2014 2 Label qualité Aide en santé / octobre 2014 Table des matières PRÉAMBULE... 3 CONTEXTE

Plus en détail

Dossier de pré-inscription Cycle PACES

Dossier de pré-inscription Cycle PACES Dossier de pré-inscription Cycle PACES Année universitaire 2015/2016 2015/2016 Les tarifs en euros TTC L inscription à est soumise à l acceptation de ce dossier de préinscription de l étudiant par l équipe

Plus en détail

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014 Le 2 juillet 2014 Arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice «reseaux-et-canalisations.gouv.fr»

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES E20 TOG CORRIGE ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES Le présent corrigé est donné à titre indicatif. Note aux correcteurs D autres réponses sont possibles.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES!

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! ÉDITO La loi Consommation, dite loi Hamon, adoptée en mars 2014, a été mise en place pour protéger le consommateur

Plus en détail

Questionnaire de connaissance du client

Questionnaire de connaissance du client Questionnaire de connaissance du client Madame, Monsieur, Avant de réaliser l investissement qui vous a été présenté par votre partenaire financier, il est important d évaluer votre niveau de connaissance

Plus en détail

Stratégie de maintenance (Coefficient 2)

Stratégie de maintenance (Coefficient 2) Sous-épreuve E62 Unité U62 : Stratégie de maintenance (Coefficient 2) Épreuve orale : - Préparation écrite : 1H30 - Interrogation orale : 20 minutes - Commission d interrogation : 2 enseignants de maintenance

Plus en détail

GUIDE : RÉDIGER UN CAHIER DES CHARGES

GUIDE : RÉDIGER UN CAHIER DES CHARGES 27.06.2015 GUIDE : RÉDIGER UN CAHIER DES CHARGES CRÉATION OU REFONTE D UN SITE INTERNET Expert indépendant en web et en communication digitale depuis 2009 6 allée Armonville, appt. 12-86000 Poitiers contact@mehdi-benyounes.com

Plus en détail

Des problématiques multiples de commercialisation

Des problématiques multiples de commercialisation Des problématiques multiples de commercialisation Damien Lukács Responsable Conformité Amundi ETF & Solutions Structurées, Amundi 28 mai 2015 Les nouveaux défis de la Conformité - EIFR Amundi, un acteur

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION COMMISSION DES SANCTIONS

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION COMMISSION DES SANCTIONS Le Conseil d Etat a rejeté la demande de suspension de la décision de la Commission du 20 juillet 2015 par une ordonnance du 14 octobre 2015. VAILLANCE COURTAGE Procédure n o 2014-11 Blâme et sanction

Plus en détail

PRÉSENTATION. PRACTIS SAS de A à Z

PRÉSENTATION. PRACTIS SAS de A à Z PRÉSENTATION PRACTIS SAS de A à Z Practis SAS est une société de conseil en gestion de patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles aisées. Avec pour activité principale des missions

Plus en détail

LETTRE DE MISSION. Remarque :

LETTRE DE MISSION. Remarque : LETTRE DE MISSION Remarques : Dans le cas où le CIF envisagerait, avec son client, dès le début de la mission, une opération d intermédiation, il est demandé de construire une lettre de mission en 2 parties

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Diplôme professionnel de formateur d adultes - Certificat de Spécialisation «Commercialiser des produits de formation» NIVEAU III Diplôme professionnel de la Nouvelle-Calédonie

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est dotée d un

Plus en détail

Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES SANTÉ ET PRÉVOYANCE MMJ-LABELLISÉE. Agents territoriaux. Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans

Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES SANTÉ ET PRÉVOYANCE MMJ-LABELLISÉE. Agents territoriaux. Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES ET PRÉVOYANCE MMJ-LABELLISÉE Agents territoriaux Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans 3 DES GARANTIES QUI TIENNENT COMPTE DU STATUT SPÉCIFIQUE DES

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Cap Performance Les outils de la performance

Cap Performance Les outils de la performance Cap Performance Les outils de la performance Les outils incontournables de la performance! Le CRO et la CRCC Paris ont sélectionné des outils simples et essentiels qui permettent : de respecter intelligemment

Plus en détail

Table des matières. Gestion des risques juridiques bancaires

Table des matières. Gestion des risques juridiques bancaires Table des abréviations... 9 Préface... 13 Avant-propos... 15 Sommaire... 17 Introduction... 21 Première partie Gestion des risques juridiques bancaires Titre I Détermination de la notion de risque juridique

Plus en détail

Comprendre les introductions en bourse pour bien investir

Comprendre les introductions en bourse pour bien investir Comprendre les introductions en bourse pour bien investir Cindy DAVID - Direction des Relations avec les Epargnants Yann PIRLIAN Direction des Emetteurs Autorité des marchés financiers Introduction Contexte

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : 1/ FCPT1520257R / 2/ FCPT1520258D /3/ FCPT1531592D Intitulé des textes : 1/ Projet d ordonnance portant transposition de la du Parlement européen et du

Plus en détail

Afin de répondre à ces préoccupations de concurrence, le CESAM propose de s'engager à :

Afin de répondre à ces préoccupations de concurrence, le CESAM propose de s'engager à : II PROPOSITION D'ENGAGEMENTS DU CESAM Aux termes du 92 de la note d'évaluation préliminaire, «L'opacité et la non application des critères de recommandation des experts plaisance par le CESAM, ainsi que

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Compétences Fonctions Capacités Compétences terminales F1, F2, F3 C1 Analyser F3, F4 C2 Concevoir F2, F4 C3 Réaliser Toutes fonctions Toutes fonctions C4 S informer, informer,

Plus en détail

Le CDD à objet défi ni

Le CDD à objet défi ni Le CDD à objet défi ni Le syndicat au service des cadres, ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise et forces de vente Octobre 2010 CDD à objet défini : le miroir aux alouettes! Le CDD à objet défini

Plus en détail

Label GretaPlus. Norme qualité Éducation nationale en formation d'adultes

Label GretaPlus. Norme qualité Éducation nationale en formation d'adultes Label GretaPlus Textes de référence Norme qualité Éducation nationale en formation d'adultes Texte officiel Version mars 2003 Ministère de la Jeunesse, de l'éducation nationale et de la Recherche Direction

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise OFFRE DE FORMATIONS 1 Accompagnement des cadres et des dirigeants MODULE 1 2 jours : Améliorer son efficacité managériale 1- Se connaître Gestion du temps et ses priorités Prise de recul et posture manager

Plus en détail

VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE

VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE Quelles sont vos responsabilités? Quels sont vos risques patrimoniaux? SOMMAIRE I VOUS ÊTES UN DIRIGEANT DE SOCIÉTÉ COMMERCIALE PAGE 3 I.1- Responsabilité Civile I.2- Responsabilité

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Instruction n 2012-I-07 relative au questionnaire sur l application des règles destinées à assurer la protection de la clientèle L Autorité de contrôle prudentiel, Vu le

Plus en détail

Convention de participation dans le cadre de la mise en place de la protection sociale complémentaire en matière de santé des agents du SITURV

Convention de participation dans le cadre de la mise en place de la protection sociale complémentaire en matière de santé des agents du SITURV SITURV Syndicat mixte issu de la fusion du Syndicat Intercommunal des Transports Urbains de la Région de Valenciennes et du Syndicat Intercommunal pour la Promotion de l Enseignement Supérieur conformément

Plus en détail

B U L L E T I N D ' A D H E S I O N A retourner par courrier à : CENTREXPERT Les Propylées - 2 allée des Atlantes - 28000 Chartres

B U L L E T I N D ' A D H E S I O N A retourner par courrier à : CENTREXPERT Les Propylées - 2 allée des Atlantes - 28000 Chartres B U L L E T I N D ' A D H E S I O N A retourner par courrier à : CENTREXPERT Les Propylées - 2 allée des Atlantes - 28000 Chartres Je soussigné (e) Nom, Prénom Adresse agissant pour le compte de l'entreprise

Plus en détail

Elaborer son guide de Procédures avec l outil CAP PERFORMANCE. Serge ANOUCHIAN

Elaborer son guide de Procédures avec l outil CAP PERFORMANCE. Serge ANOUCHIAN Elaborer son guide de Procédures avec l outil CAP PERFORMANCE Serge ANOUCHIAN Plan de l intervention Le manuel du cabinet : Quelques rappels, Le GEP, un rappel nécessaire Les outils à votre disposition

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Parcours métiers certifiants

Parcours métiers certifiants Réf. : 1361 PRAXIS Parcours métiers certifiants Gestionnaire paie - carrière dans la fonction publique hospitalière Certifié Certifiant Le CNEH est habilité par l ISQ-OPQF à délivrer le certificat professionnel

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

PERSONNE(S) A ASSURER

PERSONNE(S) A ASSURER DEMANDE INDIVIDUELLE D'AFFILIATION Exemplaire Assuré - V A/01/2013-1 CONTRAT GROUPE NATIONAL ENTREPRISE D'APPARTENANCE BPCE 5 rue Masseran 75007 PARIS Contrat groupe n 751697 Assureur : ALLIANZ Vie PERSONNE(S)

Plus en détail

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Préambule SICAE-OISE, dont le siège est situé à Compiègne, est fournisseur historique d électricité auprès

Plus en détail

BTS management de l unité commerciale.

BTS management de l unité commerciale. BTS management de l unité commerciale. Objectif : Le ou la titulaire du BTS peut prendre la responsabilité de tout ou partie d'une unité commerciale: Magasin, supermarché, agence commerciale, entreprise

Plus en détail

CAP-TA CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE CONSEILLERS DE TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ET DE COURS ADMINISTRATIVES D APPEL

CAP-TA CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE CONSEILLERS DE TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ET DE COURS ADMINISTRATIVES D APPEL CAP-TA CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE CONSEILLERS DE TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ET DE COURS ADMINISTRATIVES D APPEL DOSSIER DE PRÉSENTATION 2015 1 CAP-TA ENTREZ DANS LA HAUTE FONCTION PUBLIQUE, DEVENEZ

Plus en détail

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014)

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Attribution des logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT. Samuel CHAVEY, Expert-comptable

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT. Samuel CHAVEY, Expert-comptable LE FINANCEMENT PARTICIPATIF UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT Samuel CHAVEY, Expert-comptable 1 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Définitions Environnement juridique 2 En quoi consiste le crowdfunding? Le

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

La somme des expériences RH. La plateforme de mise en relation des entreprises et des experts seniors actifs ou retraités reconnus dans leur domaine.

La somme des expériences RH. La plateforme de mise en relation des entreprises et des experts seniors actifs ou retraités reconnus dans leur domaine. La somme des expériences RH La plateforme de mise en relation des entreprises et des experts seniors actifs ou retraités reconnus dans leur domaine. Plus l entreprise est petite, plus sa gestion des ressources

Plus en détail