Etude de faisabilité sur la création d une Agence CEDEAO de garantie des investissements/de réassurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de faisabilité sur la création d une Agence CEDEAO de garantie des investissements/de réassurance"

Transcription

1 Etude de faisabilité sur la création d une Agence CEDEAO de garantie des investissements/de réassurance

2

3 Agence de garantie des investissements/de réassurance de la CEDEAO Etude de faisabilité Juin 2012 Ce rapport a été préparé par Mr. Oumar Seck et Mr. Bernard Spinoit mandatés par HCL Consultants, sous un projet soutenu par la Facilité ACP Business Climate (BizClim), qui est une initiative conjointe de l Union européenne et du Groupe des Etats ACP. Ce document a été réalisé avec le soutien de l Union européenne. Les avis qui y sont exprimés ne peuvent en aucun cas refléter la position officielle de l Union européenne, ni celle du Secrétariat ACP

4 TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION ET CONTEXTE REGIONAL 6 1. Population et environnement institutionnel 6 2. Contexte socio-politique 7 3. Contexte économique 8 4. Climat d investissement Garanties d investissement comme facteur de hausse des Investissements Etrangers Directs (IED) 12 II. QU EST-CE QUE L ASSURANCE-RISQUE POLITIQUE LE CONCEPT DU SERVICE Définition 12 III. L ETUDE Concept du projet Evaluation du climat d investissement sur base d une analyse préliminaire de documents de référence Consultations des acteurs Version préliminaire du rapport de faisabilité Workshop Rapport final 19 IV. PRINCIPAUX ASPECTS DE L ETUDE DE FAISABILITE ARP Bénéfices et demande Principaux concurrents sur le marché ARP régional Marketing, développement et génération des activités 27 V. STRUCTURATION DE L AGENCE CEDEAO DE GARANTIE DES INVESTISSEMENTS Capital initial Organisation et gestion Localisation de l Agence CEDEAO ARP Investissements requis Frais généraux et coûts de fonctionnement Projections financières, rentabilité et flux de liquidités Impact économique de l Agence ARP de la CEDEAO Etapes suivantes 43

5 VI. ASSURANCE ET REASSURANCE Introduction Structure du secteur de l assurance dans la CEDEAO et volume d activités : Principaux défis du secteur de l assurance dans la CEDEAO : un secteur hétérogène contraint à un niveau élevé de primes non versées Principales tendances dans les secteurs régionaux de l assurance et de la réassurance dans la CEDEAO 46 VII. MARCHE REGIONAL DE LA REASSURANCE Principaux acteurs du marché de la réassurance dans la CEDEAO Demande d une capacité de réassurance supplémentaire 48 VIII. AGENCE REGIONALE DE REASSURANCE DE LA CEDEAO Capital de base Choix du siège et convention sur le siège Positionnement stratégique Satisfaire aux exigences de notation interactives Structurer le projet de soutien de la CEDEAO au secteur de la réassurance relation avec WAICA Re and CICA Re 52 IX. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS Création d une agence ARP Services d assurance et de réassurance 55

6 Contexte L a CEDEAO a été créée le 28 mai 1975 dans le but de promouvoir la coopération et l intégration des pays de l Afrique de l Ouest. Elle était constituée à l origine de seize (16) Etats membres : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Suite au retrait de la Mauritanie en 2001, la Communauté compte aujourd hui quinze (15) membres. La CEDEAO a pour mission la promotion de la coopération et du développement dans toutes les sphères de l activité économique grâce à la suppression des barrières commerciales, des obstacles à la libre-circulation des personnes, des biens et des services et à l harmonisation des politiques de secteur régionales. Le principal objectif est de créer un marché commun unique en Afrique de l Ouest et une union monétaire. En termes de population, la CEDEAO est la communauté économique régionale la plus peuplée d Afrique, avec une population estimée à 305 millions d habitants en 2010, dont le taux de croissance annuel est de 2,67%. Au cours des vingt dernières années, la situation de la CEDEAO en termes de risque politique s est sérieusement aggravée. Au moins cinq pays de la région ont connu des troubles politiques liés aux élections durant les trois dernières années ; deux autres pays sont toujours confrontés à une rébellion armée interne ; les attaques terroristes restent une menace, bien que relativement modérée, à laquelle deux pays ont dû faire face au cours des deux dernières années. L objectif de ladite Agence de garantie des investissements sera de réduire le risque pour les investissements grâce à l existence d une assurance. Etude de Faisabilité sur la Mise en Place d une Agence de Garantie de l Investissements/ Réassurance CEDEAO Forum CEDEAO, Hotel Sheraton, Abuja (Nigéria) page 4

7 Objectifs de l étude de faisabilité et résultats L étude visait à vérifier si la création d un Agence de garantie des investissements et de réassurance détenue par les pays membres de la CEDEAO est envisageable d un point de vue commercial et pratique. Dès le départ, il semblait que les garanties pour les crédits à l exportation seraient exclues de cette activité. Une série de missions de terrain concernant aussi bien la garantie des investissements que la réassurance a abouti à un consensus clair en faveur de la séparation de ces deux aspects. (i) (ii) La composante Agence CEDEAO de garantie des ou de l assurance-risque politique (ARP) ; et La composante Soutien de la CEDEAO au secteur de la réassurance. De plus, une avancée significative a été apportée par le fait que l Agence pour l assurance du commerce en Afrique (ACA), basée à Nairobi et détenue par les pays du COMESA, a indiqué qu elle était intéressée par la possibilité de fournir ces services ARP aux pays de la CEDEAO grâce à un investissement de la CEDEAO dans l ACA. Cette option a été largement discutée lors de l atelier de validation organisé à Abuja et les parties prenantes se sont accordées sur les implications d un tel investissement pour la CEDEAO. Les avantages d une telle décision sont clairs : l ACA a une structure commerciale et gestionnelle établie, une base d actionnaires solide, dont la MIGA, et souhaite étendre son activité à l ensemble du continent africain. page 5

8 I INTRODUCTION ET CONTEXTE REGIONAL L a CEDEAO a été créée le 28 mai 1975 dans le but de promouvoir la coopération et l intégration des pays de l Afrique de l Ouest. Elle était constituée à l origine de seize (16) Etats membres : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Suite au retrait de la Mauritanie en 2001, la Communauté compte aujourd hui quinze (15) membres. La CEDEAO a pour mission la promotion de la coopération et du développement dans toutes les sphères de l activité économique grâce à la suppression des barrières commerciales, des obstacles à la libre-circulation des personnes, des biens et des services et à l harmonisation des politiques de secteur régionales. Le principal objectif est de créer un marché commun unique en Afrique de l Ouest et une union monétaire. Institutions de la CEDEAO : Les principales institutions de la CEDEAO sont : L Autorité des Chefs d Etat et de gouvernement (la plus haute instance décisionnelle de la CEDEAO) Le Conseil des ministres Le Parlement La Cour de justice Les Commissions techniques spécialisées La Commission de la CEDEAO (ancien Secrétariat exécutif) Les agences spécialisées : La Banque d investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), l Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS), l Institut monétaire ouest-africain (IMOA), l Agence monétaire ouest-africaine (AMOA), le Groupe de travail intergouvernemental d Afrique de l Ouest contre le blanchiment d argent (GIABA) et le Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG). 1. Population et environnement institutionnel Avec une superficie totale de plus de 5 millions de kilomètres carrés (soit 17% de la superficie totale du continent africain), la région de la CEDEAO est un espace géo-économique composé de 15 pays de l Afrique de l Ouest qui présentent des différences importantes en termes de superficie, population, structure économique, dynamisme et climat d investissement. La géographie de la région est caractérisée par deux zones distinctes : la zone côtière et la zone saharienne qui comprend trois pays enclavés (Burkina Faso, Mali et Niger). Les pays les plus grands sont le Niger (24,8%) et le Mali (24,3%) ; le plus petit pays de la région est le Cap Vert (0,1%). En termes de population, la CEDEAO est la communauté économique régionale la plus peuplée d Afrique, avec une population estimée à 305 millions d habitants en 2010, dont le taux de croissance annuel est de 2,67%. Le Nigeria est le pays le plus peuplé avec 162 millions d habitants (53,1% de la région). Il est suivi par le Ghana dont la population est estimée à 24,2 millions (7,9%). Le pays le moins peuplé de la CEDEAO est le Cap Vert, avec 0,53 million d habitants (0,16%). page 6

9 La CEDEAO compte 8 pays membres de l UEMOA, l Union économique et monétaire ouest-africaine (Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo). Ces huit pays couvrent une superficie totale de 3,5 millions de km2 et abritent une population d environ 100 millions d habitants qui partagent une monnaie commune, le franc CFA (communauté financière africaine) ; le PIB s élevait à 72 milliards de dollars en 2010 (au taux de change actuel du dollar américain). La zone de la CEDEAO couvre donc celle de l UEMOA plus celle de sept autres pays qui ont chacun leur devise. La Gambie, le Ghana, le Liberia, la Sierra Leone et le Nigéria sont engagés dans un projet de monnaie commune (prévu pour 2014). Il est prévu que les deux zones monétaires n en fassent qu une (l ECO) en La CEDEAO compte en outre la République de Guinée et le Cap Vert. La République de Guinée devrait rejoindre la zone CFA ou l autre zone monétaire prévue dans un avenir proche. La CEDEAO et l UEMOA sont engagées dans une dynamique de coopération et de synergie qui devrait permettre d éviter les redondances grâce à une coordination améliorée et la mise en œuvre conjointe de programmes et de projets afin de faire face de façon efficace aux multiples défis socio-économiques de développement et de compétitivité rencontrés dans la région. 2. Contexte socio-politique Au cours des vingt dernières années, la situation de la CEDEAO en termes de risque politique s est sérieusement aggravée. Au moins cinq pays de la région ont connu des troubles politiques liés aux élections durant les trois dernières années ; deux autres pays sont toujours confrontés à une rébellion armée interne ; les attaques terroristes restent une menace, bien que relativement modérée, à laquelle deux pays ont dû faire face au cours des deux dernières années. La région, caractérisée par un assez grand nombre de marches frontières aux institutions de gouvernance relativement fragiles, reste largement exposée au risque politique qui peut avoir quatre origines : (i) troubles liés à la gouvernance politique et aux élections ; (ii) troubles liés au chômage des jeunes ; (iii) (iv) troubles civils liés au coût de la vie et au manque de services (nourriture, pétrole, services publics et logement) ; terrorisme. Ces risques font que la région n attire pas d investissements étrangers directs et d investissements intra-cedeao nécessaires pour soutenir ses objectifs socio-économiques. Le niveau de pauvreté d une population en hausse associé à un chômage élevé chez les jeunes dans toute la région fait que les indicateurs sociaux sont parmi les plus alarmants au monde. Viennent s ajouter à cette situation des indices de développement humain qui comptent parmi les plus bas au monde (voir Tableau 1, page 10). Les Etats membres de la CEDEAO, et dans une moindre mesure le Cap Vert et le Ghana, se situent tous dans le dernier quartile du classement 2011 du PNUD en termes d indice de développement humain. page 7

10 3. Contexte économique Concernant la structure de l économie régionale, l agriculture reste la base de l économie de la CEDEAO. D après des données historiques collectées entre 2007 et 2009, le secteur primaire caractérisé principalement par une activité agricole représentait 40% du PIB de la région. Les secteurs secondaire et tertiaire représentent respectivement 25% et 35% du PIB. Le PIB de la région est estimé pour 2010 à 306 milliards de dollars US. L économie repose principalement sur quatre piliers : Secteur pétrolier et minier avec un contenu local limité : L industrie pétrolière et minière de la région attire la majeure partie des Investissements Etrangers Directs (IED). Cependant, l impact de ces investissements dans la région reste largement restreint car le contenu local n a pas la priorité à cause des mauvaises négociations de concessions et de la participation limitée des entreprises locales (PME/PMI) aux chaînes d approvisionnement, d enrichissement/de transformation et de distribution de ces secteurs. Les principaux minéraux produits dans la région de la CEDEAO sont le pétrole brut (Côte d Ivoire, Niger, Nigeria et Ghana), les diamants, le minerai de fer, le manganèse (Guinée, Libéria, Sierra Leone), l or (Burkina Faso, Ghana, Guinée, Mali, Niger) et l uranium (Niger). Secteur agricole et agroalimentaire sous-exploité : Malgré ses résultats modestes, le secteur de l agriculture (cultures, horticulture, élevage, pêche) fait vivre la grande majorité des habitants (plus de 60%) de la région. Le potentiel immense de cette région reste largement inexploité en raison de nombreux facteurs : (i) (ii) présence et utilisation faibles des technologies modernes de production, stockage et transformtion ; inaptitude à adopter les normes internationales relatives à la qualité et à la sécurité alimentaires et à l environnement ; accès limité aux infrastructures d irrigation, énergétiques, routières, de stockage et de conditionnement ; (iii) infrastructure généralement inexistante de R&D et de transfert de technologie et d extension ; (iv) institutions du marché inefficaces ; (v) exclusion du secteur, dans les zones rurales, du marché financier formel ; (vi) stratégies, politiques et programmes de développement agricole inefficaces. De façon générale, comme dans la plupart des régions de l Afrique subsaharienne, à l exception de l Afrique du Sud, le secteur de l agriculture ne parvient pas à générer de meilleurs revenus pour les agriculteurs, une plus grande valeur ajoutée et à devenir compétitif au niveau international. La question de la sécurité alimentaire reste un défi dans toute la région. Secteurs de l industrie et des services sous-développés : Les résultats des secteurs de l industrie et des services dans la CEDEAO restent largement en deçà de ceux des pays de référence et des normes internationales, pour quatre raisons : page 8

11 (i) niveau d investissement ; (ii) capacité de base ; (iii) compétitivité internationale ; (iv) production, productivité et addition de valeur. De façon plus spécifique, la structure industrielle des pays de la CEDEAO, comme la plupart des pays de l Afrique subsaharienne (à l exception de l Afrique du Sud) reste «creuse» en raison de l absence d un noyau dynamique de moyennes entreprises et de secteurs connexes capables d entraîner le processus de développement de l industrie et des exportations dans les différents pays. Autre défi important de la région : le manque de grandes entreprises industrielles ou exportatrices (soutenues par des Investissements Directs Etrangers ou locaux) autour desquelles se concentrer et développer une base solide de petites et moyennes entreprises. La région doit donc avoir une approche pragmatique pour concevoir et mettre en œuvre des stratégies, politiques et programmes industriels en tenant compte des éléments suivants : 1/ Climat d investissement et activités attirant les IED, les investissements dans des grandes entreprises locales et le développement des PME/PMI; 2/ Programme de développement industriel autour de trois axes : (i) promotion des IED permettant les exportations et connexion aux réseaux de production mondiaux ; (ii) amélioration des investissements locaux dans l industrie et modernisation ; et (iii) maximisation du contenu local et migration de la chaîne de valeur vers le secteur agroalimentaire et basé sur les ressources naturelles grâce au développement des PME/PMI; 3/ Solide renforcement des capacités en termes de compétences techniques, de capacité technologique, de normes internationales et de croissance globale du facteur de productivité ; 4/ Institutions et infrastructure pour le développement de la technologie industrielle pour une compétitivité à long terme. Le secteur des services n a pas encore bénéficié de l attention qu il mérite compte tenu de son potentiel important en termes de création d emploi et de valeur ajoutée. Il convient de promouvoir les services dits plateformes ou de fondation (services facilitant le développement d autres secteurs) ; services à forte intensité de connaissances et destinés aux échanges internationaux (services à forte intensité de recherche et/ou d innovation et services fournis par un personnel hautement qualifié qui peut être vendu au niveau international) ; et services traditionnels qui peuvent absorber la main d œuvre importante de la région, qualifiée et non qualifiée. Secteur informel vaste et dynamique : D après le Delhi Group 1, le secteur informel de l Afrique subsaharienne représente une part du PIB de près de 55% (secteur agricole informel compris) et de 37,7% sans l agriculture. Cette contribution importante du secteur informel au PIB indique le potentiel de ce secteur pour absorber la nombreuse main d œuvre qualifiée et non qualifiée à travers la région. Les décideurs politiques devraient donc veiller à accorder une attention spéciale à ce secteur afin de contribuer à son développement. 1 Delhi Group (2006). Groupe Expert sur les Statistiques du Secteur Informel page 9

12 4. Climat d investissement La région de la CEDEAO est aussi caractérisée par un contexte économique et un climat d investissement qui comptent parmi les moins attractifs du monde. C est la conséquence de : (i) son état quasi-permanent d instabilité qui n encourage par les investissements étrangers directs, les investissements transfrontaliers intra-cedeao et même les investissements nationaux, si ce n est dans le secteur hautement stratégique et lucratif du pétrole et des ressources minérales ; (ii) de l insuffisance des investissements, tant en qualité qu en quantité, dans des secteurs stratégiques comme l énergie, les infrastructures de transport (routes, rails, ports, aéroports), l éducation et la santé ; et (iii) des réformes politiques insuffisantes dans le secteur privé, dans les domaines de l industrie, de l exportation et du développement des PME. La plupart des rapports des analystes sur le contexte économique et le climat d investissement, comme le «Rapport mondial de compétitivité» du Forum économique mondial et le rapport «Doing business» du Groupe Banque mondiale par exemple, placent les pays de la CEDEAO parmi les moins attractifs au monde. Comme le montre le tableau suivant, tous les pays de la CEDEAO se trouvent dans le dernier quartile du rapport «Doing business» 2011, à l exception du Ghana (63e), du Cap Vert (119e) et du Nigeria dans une moindre mesure (133e sur 183 pays). Tableau 1 : CEDEAO - Sélection d indicateurs macroéconomiques, sociaux et du climat d investissement Estimation de la population en 2010 (en millions) Classement IDH (187 pays), 2011 PIB 2010 (méthode Atlas en $ courants) millions US$ PIB/habitant 2010, méthode Atlas, en $ courants (US$) Recettes budgétaires estimation 2011 (milliards de US$) CPI (%) Bénin 9, , ,8 3,3 Burkina Faso 15, , ,28 3,6 Cap Vert 0, , ,65 6,5 Côte d Ivoire 21, , ,9 5,2 Gambie 1, , ,19 6 Ghana 24, , ,3 8,8 Guinée Bissau 1, , ,18 5,2 Guinée 10, , ,1 16 Libéria 3, , ,42 10 Niger 16, , ,86 4 Nigeria , ,5 10,8 Mali 14, , ,1 3,6 Sénégal 12, , ,3 3,4 Sierra Leone 5, , ,41 18 Togo 6, , ,79 4,5 Total 305,2 _ 306,2 _ 49,78 _ L un des principaux obstacles au flux d investissements étrangers directs dans la région de la CEDEAO est l environnement politique instable de ses Etats membres et leurs institutions démocratiques très faibles. page 10

13 Exportations estimation 2011 (US$ milliards) Taux d investissement actifs immobilisés Estimation 2011 (% du PIB) Rapport «Doing Business» Classement 2011 (183 pays) Notation du risque du Centre ARP Evaluation du climat des affaires (Coface) 1,45 22,1 175 B C 1,59 20,8 150 B C 0,11 35,7 119 B+ B 11,24 10,8 167 _ C 0,12 27,7 149 B+ _ 13,1 20,1 63 B+ B 0,14 12, ,7 22,2 179 _ D 0,36 _ 151 _ D 1,1 36,1 173 _ D 101,1 14,1 133 BB- D 2,7 23,5 146 B- C 2,5 25,8 154 B+ B 0,47 16,1 141 _ D 0,86 17,6 165 _ D 138,54 page 11

14 5. Garanties d investissement comme facteur de hausse des Investissements Etrangers Directs (IED) La région connaît clairement de très graves faiblesses qui représentent un obstacle à une hausse rapide et continue des investissements intérieurs et transfrontaliers. Cette situation est particulièrement difficile étant donné le besoin immense d infrastructures de la région certains projets de 45 milliards de dollars sont considérés comme prioritaires dans la région et dans la mesure où nombre d entre eux sont transfrontaliers et nécessitent des investisseurs extérieurs, il faut clairement prévoir des garanties pour le risque d investissement. Il convient de noter que la CEDEAO agit rapidement afin de stimuler les investissements transfrontaliers grâce à une union douanière et des efforts déterminés pour offrir un environnement plus propice aux affaires. Ces différents facteurs, associés au fait que ce projet fait suite à une demande de WAICA et de la Communauté d investissement de la CEDEAO, montrent la nécessité d envisager la création d une Agence ARP. II QU EST-CE QUE L ASSURANCE-RISQUE POLITIQUE LE CONCEPT DU SERVICE 1. Définition Les risques politiques sont associés à des actions du gouvernement (i) qui privent un investisseur/propriétaire du droit d exploiter ou de tirer bénéfice de ses biens ou le restreignent ; ou (ii) qui réduisent la valeur de l entreprise. Les risques politiques incluent guerre, révolutions, confiscation par le gouvernement et actions visant à limiter le mouvement de bénéfices ou d autres revenus à partir d un pays. Les risques politiques peuvent aussi avoir des origines sociales ou politiques comme les troubles civils, la guerre ou le terrorisme. En tant que tels, les risques politiques sont des obstacles majeurs aux IED dans de nombreux pays en développement. L assurance-risque politique (ARP) est une assurance pour les entreprises qui rembourse les pertes causées par des problèmes sociaux ou politiques dans un pays. C est aussi un produit qui peut servir à contrôler ou réduire les pertes afin d encourager les investissements dans un projet. Sous cette forme, même les petites entreprises pourraient avoir à assurer les investissements outre-mer à l aide d une ARP. L ARP peut prendre deux formes : assurance des crédits à l exportation et assurance des investissements étrangers à long terme. Plus précisément, l ARP se définit par deux éléments : (i) la transaction pour laquelle la couverture est fournie ou la transaction sous-jacente et (ii) les risques couverts. La couverture, la tarification, l échéance et l éligibilité varient fortement en fonction du fournisseur d ARP, du pays hôte (destination de l investissement) et du secteur et du type d investissement. Les investisseurs et les prêteurs contactent en général différents fournisseurs afin de trouver la couverture qui correspond le mieux à leur projet. page 12

15 Tableau 2 : Services d assurance-risque politique Couverture ou opérations sous-jacentes Risques couverts Termes Prises de participation transfrontalières Financement transfrontalier Garanties de financement transfrontalières Crédit à l exportation Restriction des transferts et inconvertibilité de la monnaie Expropriation, Guerre, terrorisme et troubles civils Rupture de contrat Non-respect d obligations financières souveraines Eligibilité Echéance Tarification Utilisation de l ARP Qu ils veuillent faire un investissement étranger direct ou qu ils agissent en tant qu exportateurs, les entreprises multinationales et les investisseurs étrangers ont recours à l ARP afin de renforcer leur confiance dans des marchés perçus comme plus risqués que les marchés intérieurs. L ARP permet aux investisseurs de se concentrer sur les aspects commerciaux des investissements avec la garantie que quelqu un d autre (les fournisseurs l ARP) les aidera à éviter les pertes potentielles ou les remboursera en cas de pertes couvertes liées à des causes politiques. Bénéfices de l ARP L un des principaux obstacles au flux d investissements étrangers directs dans la région de la CEDEAO est le contexte politique instable de ses Etats membres et leurs structures de gouvernance politique relativement fragiles. Le tableau 3 suivant 2 montre le succès apparent de la Compagnie arabe pour la garantie des investissements et des crédits à l exportation (DHAMAN) qui a su encourager les IED dans les Etats membres de cette organisation, en comparaison avec la région de la CEDEAO. 2 Source : Statistiques CNUCED et statistiques 2008 de la Compagnie arabe pour la garantie des investissements page 13

16 Tableau 3: Analyse Comparative des Flux rentrants d IDE entre la Région arabe et la CEDEAO US $ million Pays arabes Communauté économique des États de l Afrique de l Ouest (CEDEAO) Source : Statistiques CNUCED et statistiques 2008 de la Compagnie arabe pour la garantie des investissements D ans la mesure où ce projet fait suite à une demande de WAICA et de la Communauté d investissement de la CEDEAO, cette étude paraît justifiée. Il est donc prévu que, combinée à des efforts constants visant à améliorer le climat d investissement et les facteurs économiques des IED, l Agence CEDEAO de garantie des investissements devrait apporter à la région les bénéfices suivants : Risque réduit pour les investissements étrangers : L ARP peut jouer un rôle essentiel dans l évolution de la dynamique des investissements mondiaux en facilitant des projets importants et complexes dans des secteurs qui ont un impact de développement élevé et font partie des priorités des gouvernements, et en encourageant les investissements dans des marchés délaissés, comme ceux des pays plus pauvres ou touchés par des conflits. Accès facilité aux financements et prime de risque réduite : Même quand les investisseurs sont prêts à investir dans des marchés émergents ou frontières, ils font souvent face à des contraintes imposées par les prêteurs. Ces derniers doivent souvent prévoir une provision pour le risque-pays : dans certains cas, l ARP pourrait permettre de réduire ce montant et donc donner une marge de manœuvre aux prêteurs. Cela peut améliorer l accès au financement en termes de montants, d intérêts et de durée des prêts. page 14

17 Fournisseurs des services ARP : Le secteur de l assurance-risque politique aide les multinationales et les prêteurs à limiter les risques grâce à une assurance contre des mesures gouvernementales défavorables ou contre la guerre, les conflits civils et le terrorisme. Le marché de l ARP comprend quatre catégories de fournisseurs, (assurance pour investissements et assurance pour crédits à l exportation confondues). Fournisseurs nationaux d ARP : La plupart des fournisseurs publics sont des agences de crédit à l exportation nationales (ACE) qui peuvent couvrir aussi bien des transactions commerciales/de crédit à l exportation que des investissements à long terme (par ex. COFACE, EGCD, etc.) et des institutions nationales d ARP pour investissements (par ex. OPIC). Ces agences sont typiquement prévues pour des citoyens et des investisseurs de leurs propres pays. Les ACE soutiennent généralement les bénéficiaires et les prêteurs de leur propre pays qui ciblent des pays en développement. Les ACE peuvent aussi disposer de mandats pour soutenir le développement et fonctionner de façon autonome. Agences ARP régionales ou multilatérales : Ce sont des agences ARP qui ont un rayon d action régional ou mondial comme l Agence pour l assurance du commerce en Afrique (ACA), la Compagnie arabe pour la garantie des investissements (IAIGC), la Société islamique d assurance des investissements et des crédits à l exportation (ICIEC), l Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA). La Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la Banque européenne d investissement et la Banque interaméricaine de développement offrent également des outils visant à limiter le risque, comme la Garantie partielle de risque 3. Ces banques de développement créent de plus en plus souvent des fonds ARP spécifiques aux différents secteurs (par ex. un fonds ARP spécial Infrastructures) pour attirer les IED dans certains secteurs prioritaires à haut risque des pays en développement et frontières. Les agences ARP multilatérales, régionales et nationales offrent aussi souvent des programmes spéciaux destinés aux investisseurs de PME, aux compagnies et aux banques de pays en développement. Assureurs privés contre le risque politique : La majorité des assureurs privés sont répartis dans trois centres du secteur de l assurance Londres, les Bermudes et New York avec d autres bureaux à Singapour, Hong Kong RAS, en Chine, à Sydney et ailleurs. Outre l ARP basée sur des fonds propres, les assureurs privés offrent une protection pour un grand nombre de risques de non-paiement des pays en développement, que ce soit uniquement pour les risques politiques ou qu il s agisse d une couverture complète de non-paiement. Les assureurs privés à but lucratif proposent également des services plus sélectifs en termes de couverture, de couverture des risques, d éligibilité et de durée. Réassureurs : Les compagnies de réassurance souscrivent une couverture ARP liée au commerce et aux investissements. La réassurance est un facteur qui conditionne les niveaux de primes et les capacités au niveau du segment privé des assurances. Munich Re et Hanover Re (Allemagne), Swiss Re (Suisse), Lloyds of London (Royaume-Uni) et Berkshire Hathaway/General Re (Etats-Unis) font partie des meilleurs réassureurs. Les agences de crédits à l exportation et les agences ARP multilatérales jouent également le rôle de réassureurs ARP bien qu à une moindre échelle. 3 Une Garantie partielle de risque (GPR) couvre des prêteurs privés contre le risque de défaillance d un gouvernement afin qu ils puissent honorer leurs obligations contractuelles relatives à des projets privés. page 15

18 M. Alfred Braimah Directeur du Secteur Privé, CEDEAO III L ETUDE L e principal bénéficiaire de ce projet est la Commission de la Communauté économique des Etats de l Afrique de l Ouest (CEDEAO) ; les pays couverts en sont les Etats membres. L Association des compagnies d assurance de l Afrique de l Ouest (WAICA) sera un partenaire de la mise en œuvre du volet assurance de ce projet. Ce projet est financé par la Commission européenne et mis en œuvre par la Facilité Climat des affaires ACP (BizClim). BizClim a chargé HCL Consultants Limited de l Etude ; l équipe de consultants est composée de : M. G.N. Craze Directeur du projet (HCL) M. Oumar Seck Chef d équipe et expert financier M. Bernard Spinoit Expert juridique Mme Ipek Kilic Alexandratos Manager du projet (HCL) Le projet vise à donner aux principaux acteurs la possibilité (en termes de connaissances, de capacité et d analyse) d entreprendre des réformes afin de créer des conditions économiques et d investissement plus propices dans la région. Plus précisément, ce projet permettra de déterminer la faisabilité de la création d un mécanisme de garantie contre le risque politique pour les IED et, en offrant également un volet réassurance à l industrie de l assurance dans la CEDEAO, de réduire le risque politique pour les IED et d augmenter le flux d IED dans la région. Les résultats obtenus sont les suivants : page 16 Une étude de faisabilité sur la création d une Agence CEDEAO de garantie des investissements et de réassurance a été réalisée. L étude de faisabilité présente la légitimation économique et financière de ladite agence, les prévisions budgétaires détaillées en termes d investissements et de fonctionnement sur une période de dix ans et des recommandations sur la structure financière et les contributions.

19 Les parties prenantes ont été informées des conclusions de l étude lors de l atelier de validation qui s est tenu à Abuja durant deux jours et qui a réuni des représentants des différents Etats membres de la CEDEAO et des institutions des secteurs de garantie des investissements et de l assurance. Cet atelier a permis de faire connaître le projet et de décrire les objectifs et les méthodes à utiliser pour atteindre ces objectifs assignés à l agence. Etant donné que l Agence sera financée par les Etats membres de la CEDEAO, il est important que tous les acteurs concernés comprennent parfaitement l étendue de cet investissement et les avantages qui en découlent. 1. Concept du projet L étude devait déterminer la faisabilité de la création d un mécanisme de garantie des investissements ou d assurance-risque politique (ARP) pour les IED afin de réduire le risque politique pour les IED et d augmenter le flux d IED vers la région. L étude présente aussi le soutien de la CEDEAO au secteur régional de la réassurance dans le but de maximiser la capacité d assurance et donc d augmenter la rétention de primes et le contenu local dans le secteur régional de l assurance/la réassurance. L étude de faisabilité comprend donc deux volets : (i) (ii) La composante Agence de garantie des investissements de la CEDEAO ou de l assurance-ris que politique (ARP) ; et La composante Soutien au secteur de la réassurance de la CEDEAO. De façon plus spécifique, l étude définit les investissements nécessaires, la structure relative à l organisation et à la gestion, les coûts d exploitation, le chiffre d affaires potentiel et la rentabilité de l Agence CEDEAO de garantie des investissements ou d assurance-risque politique (ARP). Elle met également en évidence les facteurs de succès essentiels en termes de planification, structuration et d opérations d une telle agence. Enfin, l étude vérifie que les prévisions financières de l agence sont justes et raisonnables. La mise en œuvre du projet devait suivre les lignes directives suivantes : Réunion initiale avec respectivement l UGP de BizClim et la CEDEAO ; Enquêtes de terrain, consultation avec les principaux acteurs des principaux pays et comparaison avec certaines agences régionales de garantie des investissements/de réassurance ; Etude de faisabilité sur la création d une Agence CEDEAO de garantie des investissements/de réassu rance ; préparation et participation à un séminaire à Abuja (Nigeria) pour évoquer l étude de faisabilité avec les acteurs afin de s assurer de leur large soutien, de la prise en charge complète du projet et de faire en sorte que le plan d activités correspond aux attentes des acteurs ; Finalisation de l étude de faisabilité en intégrant les commentaires des acteurs et promotion du finance ment et de l opérationnalisation de l institution proposée ; Version préliminaire du rapport final. page 17

20 2. Evaluation du climat d investissement sur base d une analyse préliminaire de documents de référence Les consultants ont analysé divers documents afin d évaluer les obstacles aux IED dans la région, le marché de l assurance-risque politique et de la réassurance dans la région de la CEDEAO. En ce qui concerne le risque politique, les sources analysées comprennent des documents de stratégie et de politique, des mesures nationales législatives et réglementaires, les indicateurs et la base de données BizClim sur le climat d investissement, des rapports de la CNUCED et de la Banque mondiale relatifs au climat d investissement, le Rapport MIGA sur les investissements et le risque politique, des rapports annuels (MIGA, ACA), des rapports «Doing Business», des guides d investissement du secteur privé, les avis des conseillers des pays de l OCDE (par ex. COFACE, Hermes), des rapports d agences de notation (Standard & Poor s, Fitch, Moody s), des rapports d Agences de promotion des investissements (API) de certains pays de la CEDEAO et une comparaison d indicateurs nationaux. Pour ce qui est de la réassurance, les sources analysées comprennent divers rapports d organismes mondiaux ou régionaux liés à la réassurance (Sigma, AICA, FANAF etc.), des notes conceptuelles et des rapports de notation de compagnies de réassurance (AFRICA RE, CICA RE, WAICA RE, SWISS RE) et d agences de notation (Standard & Poor s, A.M. Best), des commissions d assurance nationales (NAICOM au Nigeria, NIC au Ghana, Direction des assurances du Sénégal, Direction des assurances de la Côte d Ivoire). Une liste exhaustive des documents et une bibliographie ont été préparées à cet effet. 3. Consultations des acteurs La consultation des principaux acteurs sera un des facteurs clés de réussite pour la mise en œuvre de ce projet. Les consultations intensives, d abord menées sous forme de briefings auprès du Secrétariat de la CEDEAO, de l UGP BizClim et du Secrétariat de la WAICA, ont ensuite été menées au Nigeria, au Ghana, auprès du Secrétariat de l UEMOA au Burkina Faso, en Côte d Ivoire, au Sénégal et au Togo afin de compléter les conclusions des analyses préliminaires. Les enquêtes de terrain ont consisté à identifier et sensibiliser les principaux acteurs, à évaluer le climat d investissement dans chaque pays, à trouver les organisations et les personnes susceptibles de constituer les Commissions nationales et à obtenir un feedback sur les propositions préliminaires. Ont été consultés les acteurs suivants : page 18 au niveau régional/international: la CEDEAO, l UEMOA, la Société financière internationale (IFC) et l Agence multilatérale de garantie des investissements du Groupe Banque mondiale, le Groupe Banque africaine de développement et des programmes spécialisés (BizClim, CDE, Facilité d investissement BEI)

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO

SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO Abuja, Juillet 2004

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève EXPERIENCE DU NIGER DANS L ORGANISATION DE LA CONFERENCE OILGASMINE M. Boubacar Nalado IDI Directeur de l étude et de l

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA)

Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA) Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA) 1 NOTRE VISION Faire de l Afrique une destination privilégiée pour le commerce et les investissements. NOTRE MISSION Transformer

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Système Qualité de l Afrique de l Ouest

Système Qualité de l Afrique de l Ouest Système de l Afrique de l Ouest VISER L EXCELLENCE PAR LA QUALITÉ Appui à la mise en œuvre politique qualité CEDEAO Contexte Après une première phase réussie de 2001 à 2005, la deuxième phase du Programme

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin. BURKINA FASO Unité Progrès - Justice 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.bf SOMMAIRE Introduction I. Caractéristiques physiques et potentialités

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Dakar (Sénégal), les 27 et 28 mai 2011 NOTE TECHNIQUE

Dakar (Sénégal), les 27 et 28 mai 2011 NOTE TECHNIQUE Conférence des bailleurs de fonds sur le projet régional du développement du tourisme dans un réseau de parcs et aires transfrontaliers en Afrique de l Ouest Dakar (Sénégal), les 27 et 28 mai 2011 I. Contexte

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par REUNION THEMATIQUE Genève, 11 septembre 2013 Migration du travail et diasporas Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par Seydou KEITA Conseiller Technique Ministère

Plus en détail

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE Bamako, Mali du 12 au 15 mars 2012 1. Introduction Français L atelier et la

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Contrôle parlementaire du secteur de la sécurité : Disséminer les meilleures pratiques dans les Etats membres de la CEDEAO

Contrôle parlementaire du secteur de la sécurité : Disséminer les meilleures pratiques dans les Etats membres de la CEDEAO Contrôle parlementaire du secteur de la sécurité : Disséminer les meilleures pratiques dans les Etats membres de la CEDEAO Atelier parlementaire régional Accueilli par l'assemblée nationale du Mali et

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Coordination fiscale en UEMOA : Évaluler le passé et tracer l avenir. Du 30 avril au 2 mai 2014 Hôtel Radisson Blu Dakar, Sénégal

Coordination fiscale en UEMOA : Évaluler le passé et tracer l avenir. Du 30 avril au 2 mai 2014 Hôtel Radisson Blu Dakar, Sénégal Coordination fiscale en UEMOA : Évaluler le passé et tracer l avenir Du 30 avril au 2 mai 2014 Hôtel Radisson Blu Dakar, Sénégal 2 CONTEXTE ET PRÉSENTATION L Union Économique et Monétaire Ouest Africaine

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement étranger direct dans les pays en développement pour favoriser la croissance économique, faire reculer

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture TERMES DE REFERENCES POUR L ELABORATION DE PLANS D AFFAIRES ET STRATEGIES MARKETING EN FAVEUR DES GIE «Moutakoung» DE TAMBANABA, «Nianibaly mantinelong» DE TAMBANANDING ET «Alla teintu» DE BADIAR / REGION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

West and Central African Council for Agricultural Research and Development

West and Central African Council for Agricultural Research and Development Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Travail- Justice- Solidarité. Ministère des Mines et de la Géologie. Projet PAGSEM- GUINEE TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT DU CONSULTANT

Travail- Justice- Solidarité. Ministère des Mines et de la Géologie. Projet PAGSEM- GUINEE TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT DU CONSULTANT REPUBLIQUE DE GUINEE Travail- Justice- Solidarité Ministère des Mines et de la Géologie Projet PAGSEM- GUINEE TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT DU CONSULTANT CHARGÉ DE FOURNIR LE LOGICIEL DE GESTION

Plus en détail