«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»"

Transcription

1 Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse

2 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 L Etat interdit TOUT Sauf exception : Deux monopoles d état loteries de la Française des Jeux courses de chevaux Un secteur industriel 197 casinos

3 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 L argent dépensé par les français en 2009 Française des Jeux : milliards d euros PMU : 9.3 milliards d euros Casinos : environ 18.2 milliards d euros avec une augmentation croissante des mises

4 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 Jeux sur Internet Réservés aux opérateurs étatiques Mais développement de sites illégaux Pression de la Commission Européenne pour que cesse le monopole et proximité de la coupe du monde de football Projet de Loi d ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des JHA en ligne

5 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 Accord de concurrence, pour se conformer au cadre de l Union Européenne Mais aussi exigence de régulation : Prévenir le jeu excessif ou pathologique et protéger les mineurs

6 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) Indépendante Accorde les permis d exploitation aux opérateurs Surveillance des sites agréés Peut prononcer des sanctions.

7 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 Jeux en ligne autorisés Paris sportifs et courses de chevaux Poker Financement de la lutte contre le jeu pathologique : 5 millions d euros

8 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 La réalité des troubles liés à la pratique des JHA en France? Aucune donnée épidémiologique Enquête menée par l Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies

9 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 Enquête menée par l Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies Première enquête nationale menée sur le sujet Baromètre Santé de l INPES français âgés de 18 à 65 ans Échantillon total ICJE 48% de joueurs Joueurs 12.2% de joueurs actifs problématiques 0.9% de joueurs à risque modéré

10 Le contexte des jeux de hasard et d argent en France avant juin 2010 Enquête menée par l Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies Facteurs associés au jeu problématique Plus d hommes (75.5%) Plus jeunes (41 ans en moyenne) Plus de précarité financière et de bas niveau d études Surreprésentation du jeu sur Internet (alors que l essentiel de l offre est encore illégale) Surreprésentation des troubles liés à la consommation de nicotine, d alcool, de THC

11 Facteurs de risque et de vulnérabilité Sujet Objet de l addiction Contexte socio-environnemental

12 Facteurs de risque et de vulnérabilité Facteurs de risque liés au sujet Genre masculin Adolescence / vieillesse Mauvaise estime de soi, difficulté à la résolution de problèmes Événements de vie, traumatismes Comorbidités, dont le TDA/H Impulsivité, recherche de sensations Altération des processus de décision et d autocontrôle Vulnérabilité génétique Médicaments dopaminergiques

13 Facteurs de risque et de vulnérabilité Facteurs de risque liés au contexte socio-culturel Normes familiales et culturelles, apprentissage social Support social, éducation et revenus Accessibilité des JHA et autres caractéristiques situationnelles

14 Facteurs de risque et de vulnérabilité Facteurs de risque liés à l objet de l addiction Type de jeu : caractéristiques structurelles Support de jeu : Internet Distorsions cognitives

15 Facteurs de risque et de vulnérabilité Caractéristiques structurelles des JHA Rapidité de mise en œuvre du jeu (facilité) Rapidité de prise de décision (vitesse) Rapidité du résultat Rapidité de paiement Possibilité de rejouer immédiatement Large gamme de possibilités (pièces insérées, lignes de jeu) Effets audio-visuels sophistiqués Renforcement par différents niveaux de gains

16 Facteurs de risque et de vulnérabilité Internet contribue depuis plus de 15 ans à l expansion des JHA multiplie les opportunités de jouer (accessibilité, disponibilité, commodité) modifie certaines caractéristiques structurelles des JHA supprime les butées temporelles complique la prise de conscience (immersion / dissociation) peut désinhiber (augmentation de la prise de risque et des sommes misées) accélère le rythme du jeu rend l argent misé virtuel anonymat interactivité (implication personnelle) simulation (sites d entraînement, phase de démo)

17 Facteurs de risque et de vulnérabilité Internet Potentiel addictif élevé Moins protecteur pour les sujets vulnérables (jeunes +++) Prévalence en population générale des problèmes de jeu plus élevée (5% vs 0.5%) Echantillon de JEL de poker : 9% de joueurs problématiques Facteurs prédictifs des problèmes de jeu : temps passé à jouer recherche d une dissociation psychique propension à l ennui impulsivité états affectifs négatifs (dépression, anxiété, stress)

18 Depuis la Loi Quel est l impact de la Loi ouvrant à la concurrence et à la régulation le marché des jeux en ligne en France? Clause de revoyure un an après 49 permis d exploitation accordés par l ARJEL 3 millions de comptes-joueurs actifs Un joueur actif possède en moyenne 1.4 compte-joueur Recommandations de l ARJEL Qu en est-il de l impact sanitaire? En population générale : réplication de l enquête épidémiologique En population clinique : des changements observés?

19 EVALJEU : évaluation clinique standardisée et répétée Une méthode d étude : EVALJEU Joueurs à risque et pathologiques débutant des soins Évaluation initiale standardisée Entretien clinique et auto-questionnaires Suivi de cohorte avec répétition des évaluations

20 EVALJEU : évaluation clinique standardisée et répétée Objectifs : Repérer les facteurs de risque (initiation, maintien) Repérer les facteurs de protection (résolution) Isoler les spécificités de sous-groupes de joueurs Dans la ligne des recommandations de l expertise collective (2008)

21 EVALJEU : évaluation clinique standardisée et répétée Caractéristiques sociodémographiques Caractéristiques liés au jeu Parcours de jeu Sévérité du problème Distorsions cognitives Bilan de dommages Habitudes de jeu actuelles Objectifs de soin Caractéristiques cliniques Antécédents somatiques Antécédents psychiatriques et addictifs Antécédents familiaux Symptomatologie anxieuse et dépressive Impulsivité Tempérament et caractère Mécanismes de défense intra-psychiques Évènements de vie

22 EVALJEU : évaluation clinique standardisée et répétée Type et support de jeu de prédilection

23 La cohorte EVALJEU (N=134) Caractéristiques socio-démographiques Moyenne (SD) ou pourcentage Hommes 86.6% Age 41.9 (13.4) Niveau d études bac 49.2% Proportion d actifs 58.7% Proportion de sujets vivant seuls 40.6%

24 La cohorte EVALJEU (N=134) Caractéristiques liées à la pratique des JHA Sévérité du trouble Moyenne (SD) ou pourcentage Sévérité des distorsions cognitives nombre d items DSM-IV ( /10) 6.6 (2.0) score au GABS ( /140) 88.7 (15.4) Type de jeu de prédilection «jeu de hasard pur» «jeu de hasard avec quasi-adresse» «jeu de hasard et de stratégie» 36.6% 50.8% 12.7% Support de jeu de prédilection En réel Sur Internet 74.6% 25.4%

25 Échelle de cognitions liées au jeu - 23 questions - Les interprétations favorables à la poursuite du jeu Exemple : «Relier mes gains à mon adresse me fait continuer à jouer» L illusion de contrôle Exemple : «Prier m aide à gagner» Le pouvoir de prédiction Exemple : «Lorsque je gagne une fois, je gagnerai sûrement encore» Les attentes liées au jeu Exemple : «Jouer me rend plus heureux» L incapacité de s abstenir de jouer Exemple : «Mon désir de jouer est tellement plus fort que moi» *Article scientifique démontrant les qualités psychométriques de l ÉCJ en français : GRALL-BRONNEC, M., et al. (2012). A French adaptation of the Gambling Related Cognitions Scale (GRCS). Journal of Gambling Issues. Issue 27.

26

27 Pour obtenir l ÉCJ :

28 La cohorte EVALJEU (N=134) Comparaison des sujets en fonction de leur date d inclusion Pourcentage (effectif) Avant la Loi (juin 2010) 43.3% (58) Après la Loi 56.7% (76)

29 Comparaison entre 2 groupes (selon la date d inclusion) Caractéristiques socio-démographiques Avant la Loi Après la Loi p Age moyen 42.7 (13.2) 41.4 (13.6) Proportion d hommes 87.9% 85.5% Niveau d études bac 55.2% 44.7% Proportion d actifs 62.1% 56% Proportion de sujets vivant seuls 31.0% 48% *

30 Comparaison entre 2 groupes (selon la date d inclusion) Caractéristiques liées au jeu Avant la Loi Après la Loi p Sévérité du trouble ( /10) 6.7 (2) 6.5 (2.0) Sévérité des distorsions cognitives ( /140) 88.7 (14.4) 88.7 (16.1) Type de jeu de prédilection «Jeu de hasard pur» 39.7% 34.2% ** «Jeu de hasard avec quasi adresse» 43.1% 56.6% «Jeu de hasard et d adresse» 17.2% 9.2% Support de jeu de prédilection En réel 72.4% 76.3% Sur Internet 27.6% 23.7%

31 Comparaison entre 2 groupes (selon la date d inclusion) Caractéristiques liées au jeu sur la dernière semaine Avant la Loi Après la Loi p Temps passé à jouer (minutes) 145 (299) 116 (392) Montant des mises (euros) 114 (322) 315 (713) * Perception de contrôle (%) 47.2 (30.8) 37.5 (29.4) Envie de jouer (%) 41.3 (33.2) 59.1 (31.2) **

32 Comparaison entre 2 groupes (selon la date d inclusion) Raisons invoquées pour le jeu Avant la Loi Après la Loi p Plaisir, excitation 48.3% 69.3% * Espoir de gain 51.7% 56.6% Oubli, évasion 17.2% 39.5% ** Ennui 32.8% 42.1% Perte de contrôle 0 9.2% *

33 Comparaison entre 2 groupes (selon la date d inclusion) Comorbidités Avant la Loi Après la Loi p Troubles thymiques 45.5% 54.6% Risque suicidaire 32.8% 42.1% Troubles anxieux 34.5% 47.4% Troubles addictifs (liés à l utilisation de SPA) Troubles addictifs (liés à un comportement) 65.5% 72.4% 50.9% 55.3% Syndrome psychotique 5.2% 7.9% TDA/H 29.4% 31.9%

34 L évaluation de l impulsivité Jeu pathologique : «trouble du contrôle des impulsions» Littérature riche sur le sujet de l impulsivité chez les joueurs, surtout pathologiques : Initiation, expérimentation aux JHA Intensification de la pratique Apparition, maintien d une pratique problématique ou pathologique Sévérité, comorbidités Soins : motivation, efficacité, abandon précoce

35 L évaluation de l impulsivité Choix d un instrument original : l UPPS Urgence : tendance à agir précipitamment, particulièrement dans le contexte d émotions négatives. (manque de) Préméditation : tendance à s engager dans des comportements sans tenir compte des conséquences. (manque de) Persévérance : difficulté à maintenir son attention sur une tâche qui peut être difficile ou ennuyeuse. Recherche de Sensations : tendance à aimer et à poursuivre des activités qui sont excitantes d une part ; disposition à essayer de nouvelles expériences, qu elles soient dangereuses ou pas d autre part.

36 Comparaison entre 2 groupes (selon la date d inclusion) Impulsivité Avant la Loi Après la Loi p Urgence ( /48) 34.8 (6.2) 34.5 (7) (manque de) Persévérance ( /44) 21.2 (4.2) 20.6 (4.4) (manque de) Préméditation ( /40) 34.7 (6.2) 34.8 (6.6) Recherche de Sensations ( /48) 28.2 (7.3) 27.6 (7)

37 La cohorte EVALJEU (N=134) Comparaison des sujets en fonction de leur support de jeu Pourcentage (effectif) Hors ligne 74.6% (100) En ligne 25.4% (34)

38 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Caractéristiques socio-démographiques JHL JEL p Age moyen 44.5 (12.9) 35.1 (12.7) *** Proportion d hommes 86% 88.6% Niveau d études bac 46% 57.1% Proportion d actifs 58.6% 57.1% Proportion de sujets vivant seuls 35.3% 54.3% *

39 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Caractéristiques liées au jeu JHL JEL p Sévérité du trouble ( /10) 6.6 (2.0) 6.6 (1.9) Sévérité des distorsions cognitives ( /140) 89.3 (15.9) 86.2 (15.5) Type de jeu de prédilection «Jeu de hasard pur» 42% 20% *** «Jeu de hasard avec quasi adresse» 52% 48.6% «Jeu de hasard et d adresse» 6% 31.4%

40 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Caractéristiques liées au jeu sur la dernière semaine JHL JEL p Temps passé à jouer (minutes) 164 (359) 138 (341) Montant des mises (euros) 223 (425) 232 (891) Perception de contrôle (%) 39.2 (30.1) 49.1 (30.2) Envie de jouer (%) 51.4 (33.5) 51.2 (32.9)

41 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Parcours de jeu JHL JEL p Age moyen «initiation au jeu» Age moyen «jeu régulier» 21.0 (11.3) 15.6 (6.7) ** 25.6 (11.0) 20.8 (8.5) * Age moyen «problèmes de jeu» Age moyen «début des soins» Délai moyen «initiation - soins» Montant global des pertes (euros) 36.2 (12.9) 31.2 (12.4) * 43.7 (13.2) 35.0 (12.5) *** (11.4) 19.4 (10.8) ( ) (34 167) *

42 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Raisons invoquées pour le jeu JHL JEL p Plaisir, excitation 57.6% 68.6% Espoir de gain 55% 51.4% Oubli 32% 22.9% Ennui 36% 44.1% Perte de contrôle 5% 5.9%

43 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Comorbidités JHL JEL p Troubles thymiques 48.5% 45.7% Risque suicidaire 39.0% 34.3% Troubles anxieux 43.0% 37.1% Troubles addictifs (liés à l utilisation de SPA) Troubles addictifs (liés à un comportement) 70% 68.6% 47.5% 70.6% * Syndrome psychotique 7% 5.9% TDA/H 34.4% 20%

44 Le TDA/H Liens bien établis entre addictions et TDA/H Symptôme-clé commun : impulsivité Confirmation que la comorbidité est fréquente (25%), du même ordre que celle concernant TDA/H et autres addictions Sévérité du tableau clinique Facteurs prédictifs d appartenir au sous-groupe des joueurs inattentifs / hyperactifs : Troubles anxieux Urgence

45 Comparaison entre 2 groupes (selon le support de jeu) Impulsivité JHL JEL p Urgence ( /48) 35.0 (6.5) 33.9 (6.2) (manque de) Persévérance ( /44) 20.4 (4.4) 22.3 (3.7) (manque de) Préméditation ( /40) 23.4 (5.4) 26.2 (4.3) ** Recherche de Sensations ( /48) 27.4 (7.5) 29 (6.1) *

46 Discussion Caractéristiques socio-démographiques Nos joueurs en ligne pathologiques en soins : en majorité des hommes (pas de différence cf JHL) plus jeunes vivant seuls meilleur niveau d études En population générale (Griffiths et al. 2009; Lloyd et al. 2010) : plus souvent de sexe masculin (dans près de 80% des cas) plus jeunes (35 ans en moyenne) célibataires bien éduqués employés ou cadres d entreprise Attrait et familiarité de ce type de sujets pour les nouvelles technologies Impact du plus haut niveau d éducation

47 Discussion Nos JEL : Jeu de prédilection Prédilection pour les jeux «de hasard avec quasi adresse» et «de hasard et de stratégie» Jouent plus aux jeux «de hasard et de stratégie» et moins aux jeux «de hasard pur», que les JHL Ce qui correspond aux jeux ciblés par la loi d ouverture à la concurrence et à la régulation du marché des jeux en ligne JEL en population générale (International Gaming Research Unit, 2007) : Prédominance féminine pour les jeux de casino Prédominance masculine pour le poker

48 Discussion Parcours de jeu Chaque étape du parcours addictif plus vite atteinte Effet de télescopage Initialement décrit chez les femmes dépendantes à l héroïne ou l alcool Puis chez les joueuses pathologiques Pertes financières moindres!!

49 Discussion Comorbidités Nos JEL : seule différence significative concernant les addictions comportementales explication probable : addiction à Internet manque de puissance pouvant expliquer qu il n y ait pas de DS pour d autres comorbidités? JEL à risque et pathologiques à l adolescence (Potenza et al., 2011) : association à des troubles liés à l usage de substances (alcool ++)

50 Discussion Impulsivité Score d Urgence élevé dans les deux groupes Manque de préméditation : engagements financiers moins «conscientisés»? Manque de persévérance : probablement expliqué par l âge plus jeune

51 Conclusion-perspectives Support Internet Facteur de risque addictif supplémentaire? on devient plus rapidement dépendant Facteur de relative protection? pour ceux qui demandent de l aide, accès plus rapide aux soins Demande d aide souvent portée par l entourage en raison du temps passé à jouer plus que de l argent dépensé... Nécessité d adapter les réponses thérapeutiques et préventives

52 Conclusion-perspectives L Autorité de Régulation des Jeux en ligne : encadre et veille à l application de la loi délivre les permis d exploitation Obligation de proposer des modérateurs de jeu : limitation des mises et des approvisionnements du compte auto-exclusion du jeu consultation à tout moment du solde instantané du compte Aucune évaluation de l intérêt et des limites de ces modérateurs

53 Conclusion-perspectives MOD&JEU Offrir une évaluation des modérateurs de jeu actuels en fonction du type de jeu et du type de joueur Évaluer de nouveaux modérateurs de jeu Définir les modérateurs les plus pertinents Produire des connaissances dans un domaine peu étudié

54 Conclusion-perspectives Axe 1 : auto-limitation dans sa forme actuelle (argent misé) dans une forme différente (temps passé à jouer) dans une forme combinant les 2 modalités Axe 2 : information (solde du compte-joueur, messages de prévention) dans sa forme actuelle (page «compte utilisateur») dans une forme différente (directement sur l interface de jeu) pop-up avec des messages d information à visée générale pop-up avec messages plus ciblés à visée d auto-évaluation Axe 3 : auto-exclusion Axe 4 : limitation des bonus

55

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu Le taux de au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu 1 JEAN-MICHEL COSTES OBSERVATOIRE DES JEUX 5èmes Assises nationales de la FFA Paris 27 septembre 2012 Plan 2 duction

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique:

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique: ÉCHELLE DES COGNITIONS LIÉES AU JEU Guide d utilisation Auteurs : Marie Grall-Bronnec a), Gaëlle Bouju, Véronique Sébille-Rivain, Philip Gorwood, Claude Boutin b), Jean-Luc Vénisse, Jean-Benoit Hardouin

Plus en détail

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Marthylle LAGADEC lagadecaddiction@gmail.com Hôpital Paul Brousse Service d Addictologie du Pr. Reynaud (Villejuif) Institut Fédératif des Addictions

Plus en détail

3 ème symposium international multidisciplinaire «Jeu excessif»

3 ème symposium international multidisciplinaire «Jeu excessif» 3 ème symposium international multidisciplinaire «Jeu excessif» SOPHIE MASSIN MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN ÉCONOMIE UNIVERSITÉ D ARTOIS, LEM UMR 8179 NEUCHÂTEL, SUISSE 15-17 JANVIER 2014 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Prévalence et évolution des jeux de hasard et d argent en ligne : données du québec

Prévalence et évolution des jeux de hasard et d argent en ligne : données du québec Prévalence et évolution des jeux de hasard et d argent en ligne : données du québec Sylvia Kairouz, Ph.D. chaire de recherche sur l étude du jeu Département de sociologie et d anthropologie Université

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HASARD ET D ARGENT À L ADOLESCENCE: DE L EXPÉRIENCE À UNE RATIONALISATION SOCIALE Annie-Claude Savard, M. Serv. Soc., candidate au doctorat, École de Service Social,

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Jeux d argent problème de jeu jeu pathologique

Jeux d argent problème de jeu jeu pathologique Tabac, alcool, drogues, jeux de hasard et d argent Àl heure de l intégration des pratiques Jeux d argentd Serge Chevalier Élisabeth Papineau Silo No. 5 Denis Tremblay, 1998 Jeux d argent problème de jeu

Plus en détail

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés XXXIXe Colloque Trois-Rivières, 2011 Robert J. Vallerand, Ph.D., FRSC Ariane St-Louis, M.A. Laboratoire de Recherche sur le Comportement

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France

Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France Présentation des données du 4 ème trimestre 2011 Mardi 7 février 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne Rappel A ce jour, 46 agréments ont été délivrés

Plus en détail

JEUNES ET TABAC Etat de la situation

JEUNES ET TABAC Etat de la situation JEUNES ET TABAC Etat de la situation Etat des lieux au 01.06.2015 1- A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer? Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Compte rendu. Mardi 30 mars 2010 Séance de 14 heures 30. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mardi 30 mars 2010 Séance de 14 heures 30. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Mardi 30 mars 2010 Séance de 14 heures 30 Compte rendu n 59 Examen, en application de l article 88, des amendements

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

Etudes de prévalence du Jeu pathologique en Suisse 1998 et 2005

Etudes de prévalence du Jeu pathologique en Suisse 1998 et 2005 Etudes de prévalence du Jeu pathologique en Suisse 1998 et 2005 Christian Osiek Guido Bondolfi Françoise Jermann Daniele Zullino François Ferrero Département de psychiatrie Christian.Osiek@hcuge.ch Pourquoi

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009 Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne Jeudi 5 mars 2009 Pourquoi ouvrir le marché des jeux en ligne? La situation actuelle : Un marché légal

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Tabac et Anxiété Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Comorbidité des troubles psychiatriques NCS-R (1994) Prévalence vie entière % Trouble psychiatrique

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT

LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT Magali Dufour, Ph.D. Élise Roy, MD., MSc. Université de Sherbrooke et Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

Jeux d argent en ligne

Jeux d argent en ligne Quelques résultats 10 juin 2010 Nobody s Unpredictable Rappel méthodologie 1 500 individus représentatifs de la population française internaute interrogés en ligne Terrain réalisé Mi mai 2010 2 L ouverture

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches 1. Qu est-ce que le jeu problématique? Lorsque le jeu occasionnel et récréatif devient plus qu un simple divertissement, on parle de jeu problématique.

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Repérage et prise en charge des joueurs pathologiques

Repérage et prise en charge des joueurs pathologiques Repérage et prise en charge des joueurs pathologiques Rencontre thématique LoiréAdd Jeudi 28 mars 2013 Dr Aurélia GAY Praticien Hospitalier- Service universitaire de Psychiatrie et Addictologie CHU de

Plus en détail

Le jeu en ligne au carrefour: le rôle de «Big Data»

Le jeu en ligne au carrefour: le rôle de «Big Data» Le jeu en au carrefour: le rôle de «Big Data» Sylvia Kairouz, Ph. D. Chaire de recherche sur le jeu Département de sociologie et d anthropologie Université Concordia Symposium interactif d été Montréal

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Conférence de presse du 6 mai 2008 Salle des Solives, 1er étage Maison Supersaxo à Sion Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Projet des Centres d Aide et de

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

USAGES PROBLEMATIQUES D INTERNET et des JEUX VIDEO

USAGES PROBLEMATIQUES D INTERNET et des JEUX VIDEO Serge TISSERON Psychiatre, psychanalyste, Directeur de Recherches de l Université à Paris X Blog: http://squiggle.be/tisseron 19 mars 2012 Bruxelles USAGES PROBLEMATIQUES D INTERNET et des JEUX VIDEO Des

Plus en détail

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010 Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL SOMMAIRE la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 la régulation, point

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Liste ARJEL des catégories de compétitions et résultats

Liste ARJEL des catégories de compétitions et résultats Cadre légal des paris sportifs en France - Principes Loi n 2010-476 du 12 mai 2010 Encadrement de la forme des paris (mutuelle, à cote, live betting) Détermination des supports de paris par l ARJEL (compétitions

Plus en détail

Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie

Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie SAVANOVITCH C. (1) SAUVANT-ROCHAT M.P. (1) Clermont Université, Université d Auvergne, Faculté Pharmacie, EA 4681-PEPRADE,

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

LE PMU à la Réunion Jeu responsable

LE PMU à la Réunion Jeu responsable LE PMU à la Réunion Jeu responsable La démarche Jeu responsable 05/05/2011 1 L agence PMU de la Réunion en chiffres Un réseau de 160 points de ventes (11 000 au national) CA 2010 de 165,3 millions (2%

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

fédération française des entreprises de jeux en ligne

fédération française des entreprises de jeux en ligne fédération française des entreprises de jeux en ligne Le 13/6/2012 Contribution de la Fédération Française des Entreprises de Jeux en Ligne FFEJEL, à la consultation de la Commission Européenne sur le

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Les cyberaddictions. Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE. Service d addictologie

Les cyberaddictions. Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE. Service d addictologie Les cyberaddictions Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE Centre collaborateur OMS pour la recherche sur les addictions Agenda C est quoi une addiction? L addiction

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2013-039 EN DATE DU 15 MAI 2013 PORTANT APPROBATION D UNE CONVENTION DE PARTENARIAT Le collège de l Autorité de régulation des jeux en ligne

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

Jeux de hasard d argent &CHEZ LES 55 ANS ET PLUS

Jeux de hasard d argent &CHEZ LES 55 ANS ET PLUS Jeux de hasard d argent &CHEZ LES 55 ANS ET PLUS DÉPÔT LÉGAL Bibliothèques et Archives nationales du Québec Bibliothèques et Archives Canada ISBN 978-2-9810903-5-5 Cet outil de transfert de connaissances

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Inès Khati (ERES IPLESP INSERM UMR_S 1136), Gwenn Menvielle (IPLESP INSERM) Aude Chollet (IPLESP INSERM), Nadia

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

La cyberaddiction: une dépendance à Internet?

La cyberaddiction: une dépendance à Internet? La cyberaddiction: une dépendance à Internet? Impacts d Internet en santé mentale: Résultats de l enquête sur les accros du web Docteur GAUTIER J., pédopsychiatre Service de psychiatrie infanto-juvénile

Plus en détail

Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés?

Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés? Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés? Activité de transfert des connaissances Multiples facettes du jeu Rencontre

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE

PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE Vous êtes-vous déjà questionné sur votre consommation d alcool ou de drogue? Votre consommation a-t-elle affecté votre santé, vos relations

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Comparaison des chiffres d affaires des marchés français, italien et espagnol Données de supervision. Direction des agréments et de la supervision

Comparaison des chiffres d affaires des marchés français, italien et espagnol Données de supervision. Direction des agréments et de la supervision Comparaison des chiffres d affaires des marchés français, italien et espagnol Données de supervision Direction des agréments et de la supervision Publication des bilans 2012 de l AAMS et du DGOJ L autorité

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

«Toute communication commerciale en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard légalement autorisé est :

«Toute communication commerciale en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard légalement autorisé est : Délibération n 2010-23 du 18 mai 2010 relative aux conditions de diffusion, par les services de télévision et de radio, des communications commerciales en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE JEU EXCESSIF OU PATHOLOGIQUE. Recommandations trois ans après l adoption de la loi d ouverture du marché des jeux en ligne

LUTTER CONTRE LE JEU EXCESSIF OU PATHOLOGIQUE. Recommandations trois ans après l adoption de la loi d ouverture du marché des jeux en ligne LUTTER CONTRE LE JEU EXCESSIF OU PATHOLOGIQUE Recommandations trois ans après l adoption de la loi d ouverture du marché des jeux en ligne 2 Introduction Les jeux d argent et de hasard, qu ils soient en

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) Commission Gouvernement Non soutenu AMENDEMENT présenté par M. Lamour ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 34,

Plus en détail

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Préparé par EU Athletes, l association européenne des jeux et paris en ligne (EGBA), la Remote Gambling Association (RGA) et l association européenne

Plus en détail

Les niveaux et pratiques des jeux

Les niveaux et pratiques des jeux Le point sur la recherche en cours < T E N D A N C E S > www.ofdt.fr n 77 Septembre 2011 Jean-Michel Costes, Maud Pousset, Vincent Eroukmanoff, Olivier Le Nezet Les niveaux et pratiques des jeux de hasard

Plus en détail

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Virginie Nicaise Maître de Conférences Université de Lyon Préparatrice Physique

Plus en détail

Précarit santé mentale (Ces-d) en France à partir de 2002-2003

Précarit santé mentale (Ces-d) en France à partir de 2002-2003 Précarit carité de l emploi l et santé mentale (Ces-d) en France à partir de l Enquête Décennale D Santé 2002-2003 2003 Gaëlle Santin,, Christine Cohidon Département Santé Travail - InVS Indicateurs de

Plus en détail

Trajectoires de jeu en ligne et hors ligne des adolescents (cyberjeunes) et des joueurs de poker. Magali Dufour, Ph.D et Natacha Brunelle, Ph.

Trajectoires de jeu en ligne et hors ligne des adolescents (cyberjeunes) et des joueurs de poker. Magali Dufour, Ph.D et Natacha Brunelle, Ph. Trajectoires de jeu en ligne et hors ligne des adolescents (cyberjeunes) et des joueurs de poker Magali Dufour, Ph.D et Natacha Brunelle, Ph.D Équipe de co-chercheurs cyberjeunes I et II: Natacha Brunelle,

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011

JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 JOURNAL 2 SEANCE DU MERCREDI 12 janvier 2011 Pour cette matinée, nous débutons avec la distribution d un document sur le système de santé français, sur les actions du Conseil Général en faveur de la santé.

Plus en détail

CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL :

CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL : Groupe de Coopération en matière de lutte contre l abus et le trafic illicite des stupéfiants Strasbourg, 15 mai 2012 P-PG/Work(2012)3rev1_fr CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail