Communauté Urbaine Grand Toulouse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communauté Urbaine Grand Toulouse"

Transcription

1 Communauté Urbaine Grand Toulouse REHABITAT Mise en place d un projet concerté autour de la gestion des économies d énergie et du lien social dans une copropriété privée La Menuisière I et Ibis Stratégie Plan d actions 1 Rapport Novembre 2010 Unión Europea Fondo Europeo de Desarrollo Regional Projet inscrit dans le cadre du programme opérationnel de coopération territoriale Espagne-France-Andorre ( ) (POCTEFA). Cofinancement FEDER 65%.

2 Table des matières Rappel des principaux résultats de l état des lieux...4 Les caractéristiques des habitants...4 Les habitudes et modes de consommation...4 Les habitants et modes de vie dans la copropriété...5 L analyse des consommations énergétiques...5 Les origines des besoins en chauffage...6 L analyse des consommations d eau...6 La répartition de la facture énergétique...7 Les axes stratégiques proposés...8 Mobiliser les habitants...8 Lancer des actions communes...8 Dépasser l échelle de la copropriété et s ouvrir vers l extérieur...9 Le travail avec les habitants sur les propositions d actions Echanges ouverts autour du projet...10 Hiérarchisation des propositions d actions

3 Les fiches actions Mobiliser les habitants Développer l information et la communication auprès des habitants...16 Outils de communication régulière...16 Remontée d informations...17 Accueil des nouveaux habitants...18 Animations ponctuelles...19 Information sur les consommations...20 Se grouper pour l achat d équipements permettant de faire des économies au niveau du logement...21 Economies d énergie...21 Tri des déchets...22 Economies d eau...23 Régulation du chauffage...24 Menuiseries...25 Isolation des portes d entrée...26 Isolation des réseaux de chauffage...27 Eau chaude sanitaire...28 Lancer des actions communes Mettre en place des actions et animations collectives...29 Circuits courts...29 Jeu autour des économies d énergie...30 Pédibus / Vélobus...31 Appartement témoin...32 Groupes de discussion...33 Animations ciblées...34 Réaliser des travaux collectifs d économies d énergie...35 Isolation par l extérieur...35 Isolation de la toiture...36 Plafonds Rez-de-Chaussée...37 Menuiseries des communs...38 Equilibrage des réseaux...39 Chaudière d appoint...40 Economies d eau collectives...41 Ventilation...42 Eclairage parties communes...43 Retravailler les contrats avec les prestataires...44 Contrat de chauffage...44 Contrat d entretien des chauffe-bains...45 Consommations électriques des ascenseurs...46 Entretien des parties communes...47 Lancer un atelier de réflexion sur l amélioration plus générale du bâti et de ses abords...48 Amélioration du bâti...48 Réaménagement des espaces communs (1/4)...49 Réaménagement des espaces communs (2/4)...50 Réaménagement des espaces communs (3/4)...51 Réaménagement des espaces communs (4/4)...52 Dépasser l échelle de la copropriété et s ouvrir vers l extérieur Créer des liens avec le quartier...53 Associations et autres copropriétés...53 Accueil d événements...54 Travailler avec la collectivité...55 Dialogue sur les améliorations...55 Gestion des déchets

4 Rappel des principaux résultats de l état des lieux Les caractéristiques des habitants La copropriété est assez équilibrée, diversifiée en âge, en catégories socioprofessionnelles, en profil de foyers : des actions à mener pour tous et pour tout le monde Le profil de la copropriété est en train d évoluer, avec l arrivée d un nombre de plus en plus importants de familles, de jeunes couples et de colocataires : une tendance qui se dessine et de nouveaux besoins à prendre en compte La majorité des habitants sont des primo-accédants : les actions à mener doivent leur permettre de valoriser leur bien Même si les taux de non réponses sont élevés concernant les revenus, on relève peu de bénéficiaires de l APA ou des minima sociaux On repère des profils plus moteurs que d autres sur les différentes actions possibles : par exemple les familles pour les pratiques écoresponsables, les personnes retraitées pour l animation de la copropriété, les jeunes, familles ou colocataires pour l entraide au quotidien Les habitudes et modes de consommation Les habitants sont globalement sensibilisés à l environnement : ils sont en attente d informations précises et de moyens concrets pour développer des gestes écoresponsables au quotidien Les pratiques les mieux ancrées sont le tri des déchets et les économies d éclairage : il faut les mettre en valeur pour inciter à développer d autres usages économes Sur la question du confort, seule la nécessité d améliorer l isolation phonique fait l unanimité ; concernant le chauffage, ce qui ressort est la disparité des ressentis Pour autant l amélioration thermique est un enjeu majeur du projet Ce sont les transports en commun et la marche qui sont les plus utilisés par les habitants, en complémentarité avec la voiture ; les améliorations possibles portent essentiellement sur l usage du vélo Les habitants sont porteurs de nombreuses idées aux niveaux individuel et collectif : de la visite d un centre de tri à la mise en place d une centrale d achats, en passant par le fleurissement des abords de la copropriété Un enjeu à aider les foyers à financer les travaux de réhabilitation et à valoriser l investissement des habitants et des propriétaires bailleurs par exemple constitution d un plan patrimoine, économies de charges grâce aux écogestes réinvesties dans les travaux, etc. 4

5 Les habitants et modes de vie dans la copropriété La qualité de vie dans le quartier et la copropriété est assez bien notée, même si des améliorations sont souhaitées notamment par les familles monoparentales Un décalage existe entre les propriétaires et les locataires, des locataires qui se sentent globalement un peu exclus, mais qui souhaiteraient être mieux intégrés et impliqués dans la copropriété Un souhait assez partagé par les jeunes, les familles et les colocataires de développer le lien social et l animation dans la copropriété : les actions d entraide au quotidien sont ce qui mobilise le plus ces personnes Environ 20% des personnes interrogées sont prêtes à s investir dans l animation de la copropriété: cela constitue une vraie opportunité pour la mise en place d actions L analyse des consommations énergétiques La Menuisière I et Ibis présente aujourd hui une consommation énergétique moyenne de 172 kwh/m 2 /an. Cette consommation la situe environ à mi chemin entre la moyenne du parc français de bâtiments existants (environ 260 kwh/m 2 /an) et les niveaux de performance exigés dans le cadre d opérations répondant au label BBC rénovation (80 kwh/m 2 /an). Près de ¾ des consommations énergétiques du bâtiment sont liées au chauffage. Le deuxième poste de consommation est la production d eau chaude sanitaire (environ 21% des consommations énergétiques) Les consommations liées à l éclairage et aux auxiliaires représentent respectivement 3,7 et 3,8% du total des consommations énergétiques. L enjeu majeur en termes de consommations se situe donc au niveau du chauffage et de l eau chaude sanitaire. 5

6 Les origines des besoins en chauffage Les besoins en chauffage du bâtiment sont fortement liés aux déperditions thermiques du bâtiment. La simulation thermique dynamique a permis d identifier la répartition moyenne de ces déperditions. La majorité d entre elles 92%) sont liées aux menuiseries, à la ventilation et aux murs extérieurs. L analyse des consommations d eau Même si elles sont basées sur des moyennes, l analyse des consommations d eau fait apparaître de grandes disparités qui peuvent avoir plusieurs causes. On remarque par exemple des pics de consommations sur certains logements qui peuvent révéler la présence de fuites, ou encore des niveaux de consommations quasi nuls qui peuvent correspondre à des appartements inoccupés ou rarement occupés. En dehors de ces extrêmes, les écarts de consommations montrent l impact possible des comportements sur les économies d eau. 6

7 La répartition de la facture énergétique L audit énergétique a permis d établir la facture énergétique d une année type pour le bâtiment. Elle représente au total , soit 1241 par logement. La répartition des charges énergétiques montre le poids déterminant du chauffage (45% pour les consommations de gaz naturel collectif, soit environ 551 / logement / an). Les charges énergétiques les plus importantes concernent ensuite les consommations d eau (19%, soit environ 241 / logement / an), l électricité individuelle (17%, soit environ 212 / logement / an) et le gaz naturel individuel (13%, soit environ 164 / logement / an). Cette répartition montre bien que la réduction des charges énergétiques dépend : - pour 51 % de la performance du bâti (chauffage gaz collectif, maintenance chaufferie, électricité parties communes) - pour 49 % des usages à l intérieur du logement (consommation d eau, éclairage, équipements électriques, eau chaude, cuisson ) 7

8 Les axes stratégiques proposés Les enjeux et attentes issus de l état des lieux se situent à des échelles complémentaires : - L échelle individuelle (mobilisation de chacun) - L échelle collective (actions communes) Outre la réalisation d économies d énergie et la création de lien social, l objectif du projet REHABITAT est la reproductibilité - Créer du retour d expérience - Donner un élan pour la réalisation de projets similaires dans d autres copropriétés Les trois axes proposés visent cette complémentarité et cette reproductibilité : - Mobiliser les habitants - Lancer des actions communes - Dépasser l échelle de la copropriété et s ouvrir vers l extérieur Mobiliser les habitants Les constats et enjeux - 50% des charges énergétiques dépendent directement des comportements et usages à l intérieur du logement - La mobilisation de chacun est un levier essentiel pour des impacts significatifs pour l environnement L objectif - Faciliter la réalisation d économies à l intérieur du logement, notamment en encourageant la mise en œuvre de gestes écoresponsables Les déclinaisons - Développer la sensibilisation, l information et la communication auprès des habitants - Se grouper pour l achat d équipements permettant de faire des économies au niveau du logement Lancer des actions communes Les constats et enjeux - 50% des charges énergétiques dépendent directement de la qualité du bâti - L amélioration de la qualité de vie et des performances du bâti passe nécessairement par la réalisation d actions en commun - De nombreux habitants ont exprimé le souhait d actions et d animations collectives plus poussées L objectif - Réaliser des économies et améliorer le cadre de vie à l échelle de la copropriété Les déclinaisons - Mettre en place des actions et animations collectives - Lancer un atelier de réflexion sur l amélioration - Réaliser des travaux collectifs d économies d énergie - Retravailler les contrats avec les prestataires 8

9 Dépasser l échelle de la copropriété et s ouvrir vers l extérieur Les constats et enjeux - Des habitants qui ont souvent indiqué ne pas connaître les associations du quartier ou leurs activités - Des attentes et interrogations des habitants sur des améliorations possibles du quartier - L enjeu clé de la reproductibilité de la démarche - La participation de la Menuisière au Club des Conseils Syndicaux L objectif - Tisser des liens entre la copropriété, le quartier et la ville - Tirer les enseignements du projet REHABIITAT et les valoriser vis-à-vis de l extérieur Les déclinaisons - Créer des liens avec le quartier - Travailler avec la collectivité - Communiquer vis-à-vis de l extérieur 9

10 Le travail avec les habitants sur les propositions d actions Echanges ouverts autour du projet Un tour de table a permis d échanger avec les habitants sur différents aspects du projet. Les retours sur les premiers mois de projets Le diagnostic a permis de faire des constats précis, de montrer ce qui existe et ce qui manque. Il s agit maintenant d entrer dans l action, avec deux axes clés : l animation et les questions techniques. Il est notamment très intéressant d avoir un regard professionnel sur les aspects techniques Depuis un an, et avec le projet REHABITAT, des choses ont bougé au sein de la Menuisière ; si on se mobilise on sait qu on peut y arriver. Sur le projet REHABITAT, on est parti de choses assez vagues, et aujourd hui elles se précisent, ce qui est encourageant. La philosophie générale du projet est intéressante : le fait que ce soit un projet européen, mais aussi qu il ne soit pas seulement question de «gros sous», mais aussi de lien social etc. Cependant il faut bien préciser les objectifs du projet REHABITAT (proposer une étude fine pour aider la copropriété et le syndic à définir des actions) pour que les habitants n aient pas l impression qu il s agit d un doublon par rapport au rôle du syndic ; il faudrait réexpliquer les apports de REHABITAT dans la prochaine newsletter, pour éviter les confusions. Les objectifs du projet comprenaient un volet environnemental et social ; or dans la newsletter on a l impression que c est l aspect technique et environnemental qui prime. Cependant il est très intéressant de s interroger sur les questions sociales, au delà des questions de bon voisinage. Le fait que le projet implique aussi les locataires et les propriétaires bailleurs est très intéressant et ne peut qu être bénéfique. Les attentes prioritaires Le groupement de commandes pour les travaux, notamment pour le remplacement des volets et des fenêtres. Le développement d activités en commun Une meilleure communication, pour que chacun puisse s exprimer, donner ses idées, proposer des actions, etc. (tableau d affichage, newsletter ) Etablir et partager une liste d entreprises de confiance pour la réalisation de travaux sur les parties privatives (le choix d entreprises pour des travaux communs passe par le syndic) Il faut qu on se retrouve dans ce projet, tous ensemble Le projet REHABITAT peut aider à faire évoluer l opposition entre les statuts de locataires et de propriétaires, puisque chacun peut mener des actions, que l on soit propriétaire ou locataire. Le projet peut aussi aider à mieux communiquer sur le rôle du conseil syndical, et inviter les habitants à le solliciter plus souvent. Les moyens de mobiliser le plus grand nombre Une communication accrue Un sondage sur les propositions d actions Les habitants n ont pas forcément en tête toutes les étapes et informations sur le projet REHABITAT ; il faut redonner l information régulièrement, mettre à disposition les documents etc. Les pots, apéros, repas et autres animations de ce type sont un bon moyen pour mobiliser les habitants Au prochain atelier, on pourrait proposer que chacun amène quelque chose à grignoter, pour continuer la discussion. 10

11 Hiérarchisation des propositions d actions Les habitants ont ensuite été invités à hiérarchiser les actions avec un système de gommettes. 11

12 Les résultats Les propositions d actions Mobiliser les habitants Les gommettes Développer la sensibilisation, l information et la communication auprès des habitants Outils de communication régulière - tracts et affichettes - newsletter - blog IIIIIIII 8 II 2 0 Remontée d informations - boîtes à idées - ambassadeurs REHABITAT IIIIIIII 8 III 3 0 Accueil des nouveaux habitants - guide pratique de la Menuisière, intégrant o la présentation de la vie dans la copropriété o une information sur le quartier IIIIII 6 II 2 I 1 o des astuces et conseils pratiques pour des économies d énergie, d eau et des gestes verts au quotidien Animations ponctuelles - visites thématiques pour les habitants - expositions temporaires (sur les économies d énergie, d eau, etc.) II 2 IIIIIII 7 II 2 Information sur les consommations - bilan annuel des consommations et charges énergétiques - sensibilisation des habitants sur ces consommations IIIIIIII 8 II 2 0 Se grouper pour l achat d équipements permettant de faire des économies au niveau du logement Economies d énergie - ampoules basses consommations - multiprises à interrupteurs - Tri des déchets - Poubelles de tri sélectif IIIII 5 II 2 II 2 III 3 II 2 IIIII 5 Economies d eau - réducteurs de débit - robinetterie performante Régulation du chauffage - vanne motorisée et thermostat d ambiance Menuiseries - Remplacement par des menuiseries performantes IIII 4 IIIIII 6 III 3 III 3 0 II 2 0 IIII 4 III 3 Isolation des portes d entrée - joints de calfeutrement - remplacement IIIII 5 IIII 4 II 2 Isolation des réseaux de chauffage - installation de coquilles de mousse sur les tuyauteries IIIII 5 II 2 III 3 Eau chaude sanitaire - remplacement des chauffe-bains I 1 IIIIIII 7 III 3

13 Les propositions d actions Lancer des actions communes Les gommettes Circuits courts - passer un contrat groupé avec une AMAP Jeu autour des économies d énergie - Concours «Familles à énergie positive» Mettre en place des actions et animations collectives III 3 - Le but : au moins 8% d économies d énergie uniquement par les comportements Pédibus / Vélobus - Accompagnement des enfants à l école à pied ou à vélo Appartement témoin - Démonstration concrète des économies d énergie dans le logement 0 Groupes de discussion - Echanges sur des sujets variés : o Bon voisinage o Civisme o Bruit o Animations ciblées - chasse aux œufs de Pâques - cours de gymnastique - II 2 IIIII 5 IIIIII 6 IIIII 5 IIIIII 6 0 III 3 I 1 IIIIII 6 III 3 IIII 4 IIIII 5 IIII 4 I 1 IIIIII 6 0 Amélioration du bâti - Accessibilité Lancer un atelier de réflexion sur l amélioration plus générale du bâti et de ses abords - Isolation phonique Réaménagement des espaces communs - Utilisation des salles communes - Jardins partagés - Récupération des eaux pluviales - Composteur - Espace de jeux pour les enfants - Boulodrome - Toilettes sèches extérieures - Optimisation des locaux déchets et vélos - IIIIII 6 IIIIIII 7 III 3 II 2 IIII

14 Les propositions d actions Lancer des actions communes Les gommettes Réaliser des travaux collectifs d économies d énergie Isolation par l extérieur IIIIIIIIIII - installation d un complexe isolant sur les murs extérieurs 11 Isolation de la toiture IIIIII - isolation des combles par soufflage de ouate de cellulose 6 Plafonds Rez-de-Chaussée IIIIIIII - installation de panneaux rigides de laine minérale 8 Menuiseries des communs - portes et abattants dans les escaliers Equilibrage des réseaux - étude préalable - installation de vannes d équilibrage en amont de chaque logement - réglage des vannes Chaudière d appoint - réduction de la puissance de la chaudière d appoint dans le cas d un futur remplacement Economies d eau collectives - installation d un réducteur de pression sur le compteur d eau général Ventilation - A définir notamment en lien avec l isolation par l extérieur si retenue Eclairage des parties communes - Installation de luminaires plus efficaces voire de détecteurs de présence IIII 4 III 3 II 2 IIIIII 6 IIIIII 6 IIIIIIII 8 Retravailler les contrats avec les prestataires Contrat de chauffage IIIIIIIIII - suivi sur les bilans annuels et le choix des investissements 10 Contrat d entretien des chauffe-bains IIIIII - rapport d activités annuel 6 Consommations électriques des ascenseurs - Vérification du mode de facturation Entretien des parties communes - Utilisation de produits éco-labellisés IIIII 5 I 1 I 1 0 II I 2 1 II I 2 1 IIIII 5 0 III 3 0 III 3 I 1 II 2 0 II 2 0 I II 1 2 I 1 0 II II 2 2 IIII II 4 2 II 2 IIIIII 6 14

15 Les propositions d actions Dépasser l échelle de la copropriété et s ouvrir vers l extérieur Les gommettes Créer des liens avec le quartier Associations et autres copropriétés - Partenariats avec les associations du quartier - Travail avec les autres copropriétés Accueil d événements - Expositions par exemple sur l histoire du quartier - Repas / fête des voisins IIII 4 IIIIII 6 IIIIIII 7 I 1 IIIIIIII 8 0 Travailler avec la collectivité Dialogue sur les améliorations possibles au niveau du quartier - Circulations douces - Echanges sur la gestion des déchets - réorganisation de la gestion des déchets aux abords de la Menuisière - mise à disposition de points d apport volontaire - IIIII 5 III 3 IIII 4 IIIIIIII 8 I 1 I 1 Prochains ateliers Afin de toucher le plus large public possible, deux ateliers seront organisés, d ici la fin de l année, pour chacun des thèmes suivants : «Scénarios énergétiques», «Actions communes» et «Communication». Pour chaque thème, un atelier se tiendra en soirée, un autre le mercredi après midi. Cela permet de proposer un rythme d animation soutenu sur la copropriété, puisque qu au moins un atelier sera organisé chaque semaine pendant les trois semaines à venir. 15

16 Les fiches actions Mobiliser les habitants Développer l information et la communication auprès des habitants Outils de communication régulière Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés TRACTS AFFICHETTES NEWSLETTER BLOG Depuis le démarrage de l action les réunions ont été annoncées par tracts aux habitants : diffusion boites aux lettres ou (depuis quelque temps) diffusion par mail Complétés par des affichettes N 1 déjà paru Edition papier et une édition numérique Périodicité à définir (tous 2 mois?) Contenus : avancement du projet Rehabitat, comptes-rendus de décisions, éléments d information sur les bons gestes, informations concernant la résidence, annonce de réunions, animations, manifestations,... Créer et animer un blog Rédaction Mise en page Tirage Diffusion, mail et papier Comité de rédaction Photographes Mise en page Tirage Diffusion, mail et papier Réunion technique avec Gwendoline et 1 ou 2 habitants Organisation des «rubriques» Comité de rédaction Mise en ligne actualisations Diffuser l information à l ensemble des habitants Mobiliser pour les réunions et les ateliers Diffuser l information à l ensemble des habitants Mobiliser Soutenir des actions de sensibilisation aux «bons» gestes éco-environnementaux En faire un outil de liaison entre les habitants qui s installe dans le temps Marquer les étapes importantes du programme Rehabitat Informer régulièrement et rapidement Intégrer des ressources : comptes-rendus, photo, newsletters,... Offrir des services : petites annonces, informations pratiques,... Fluidifier les échanges Faciliter la vie quotidienne Trouver des solutions d entraide ou de services

17 Remontée d informations Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Boîtes à idées Ambassadeurs REHABITAT Un ambassadeur Rehabitat par cage d escalier et une boite à lettre dédiée Il existe déjà des correspondants de cage d escalier ; ils peuvent s il le souhaitent devenir des ambassadeurs REHABITAT Recruter des volontaires Organiser la remontée et le traitement des «contributions» Étiquettes faites par mc3 Faciliter le recueil des questions, idées, remarques des habitants Désigner un interlocuteur Rehabitat au plus près de chaque habitant Décupler le réseau des porte-parole 17

18 Accueil des nouveaux habitants Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés GUIDE PRATIQUE LA MENUISIERE Un outil donnant des informations sur le Développement Durable, la vie dans la copropriété, les ressources du quartier Constituer un groupe pour travailler sur ses contenus Définir le type de d outils Étudier les coûts de fabrication et le mode de mise à jour Réunir en un outil les informations importantes concernant de programme Rehabitat et la résidence Constituer un document de référence Les contenus peuvent éventuellement être définis en même temps que pour le blog. 18

19 Animations ponctuelles Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés VISITES THEMATIQUES Des visites du centre de tri, rencontre avec des associations environnementales, rencontres avec d autres copropriété, visite de bâtiments réhabilités,... Choisir et organiser (inscriptions, déplacements) Recueillir des informations et échanger des expériences EXPOSITIONS Dans la salle commune : travaux d enfants, démarche éco citoyenne, artistes et créateurs habitants la résidence S assurer de la mise aux normes de la salle de réunion Définir les thèmes Rechercher les ressources Organiser la mise en place Animer et susciter des rencontres Sensibiliser et informer Valoriser 19

20 Information sur les consommations Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Assurer un bilan annuel des consommations et charges, et de leur évolution d année en année. Ex. graphique de répartition des charges Economique : peut influer sur les comportements. Sensibilisation des occupants à leurs consommation s énergétiques Social : SO Environnemental : Réduction des consommations et maîtrise des rejets polluants Confort / Santé : Informer les occupants sur la base d indicateurs (ratios de consommation) 20

21 Se grouper pour l achat d équipements permettant de faire des économies au niveau du logement Economies d énergie Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Eclairage performant Installer des ampoules fluocompactes Les ampoules consomment 5 fois moins qu une ampoule à filament, et elles ont une durée de vie 10 fois supérieure à celle d une ampoule à filament. Investissement : 7 à 10 HT par unité Temps de retour : 5 à 6 ans Economique : économie d électricité, augmente la durée de vie de l ampoule. Environnemental : Réduction des émissions de gaz à effet de serre Confort / Santé : confort inchangé. Veilles des appareils électroniques Acheter en commun des prises permettant de supprimer les veilles des appareils : multiprises à interrupteur, prises «stand-by killer», etc. De 10 à 30 en fonction de l appareil Economique : économie d électricité : pour les TV, magnétoscopes, etc. les veilles peuvent représenter ¾ de la consommation annuelle Environnemental : Réduction des émissions de gaz à effet de serre 21

22 Tri des déchets Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Acheter des poubelles de tri sélectif pour faciliter le tri dans le logement Tri sélectif dans les logements De 30 à 100 pour un ensemble de trois poubelles. Social : entraide et échanges d informations sur les pratiques de tri Environnemental : Augmentation du tri et réduction de la quantité de déchets destinée à l incinération Confort / Santé : plus grande simplicité pour gérer les déchets à trier 22

23 Economies d eau Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Réducteurs de débit d eau Achat et installations de mousseurs (ou aérateurs) réducteurs de débit d eau 5 HT l unité économie d eau mais faible durée de vie Remplacer les robinetteries existantes par des robinetteries à limiteur de débit et limiteur de température Economique : économie d eau et de gaz pour production d ECS Robinetterie performante docs Oras Investissement : 500 HT/logt Temps de retour : 5 à 6 ans Environnemental : Réduction des émissions de gaz à effet de serre et réduction des consommations d eau potable Confort / Santé : confort inchangé, voire amélioré. docs Porcher 23

24 Régulation du chauffage Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Installer une vanne motorisée en amont de chaque logement associée à un thermostat d ambiance à programme hebdomadaire Régulation terminale chauffage logement du en Investissement : 500 HT/logt Temps de retour : délicat à évaluer (fonction du comportement) Economique : fonction du comportement des utilisateurs Environnemental : SO Confort / Santé : confort d utilisation pour les occupants. Exemple d un ensemble de régulation terminale (doc. Siemens) 24

25 Menuiseries Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Remplacer les menuiseries simple vitrage par des menuiseries performantes (double vitrage à faible émissivité et lame de gaz rare) Remplacement des menuiseries Investissement : à HT/logt Temps de retour : 25 à 30 ans Economique : intérêt limité à court terme Environnemental : réduction des gaz à effet de serre Confort / Santé : nette amélioration du confort (réduction de la sensation de paroi froide) 25

26 Isolation des portes d entrée Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés 1 er niveau : Installer des joints de calfeutrement au niveau des portes d entrée de logement Améliorer l étanchéité des portes palières Ex. de bandes de calfeutrement Investissement : 1,5 / ml Economique : faible investissement Confort / Santé : amélioration du confort thermique Remplacement des portes palières porte d origine bois 2 ème niveau : Remplacer les portes d entrée d origine (U = 3,5 W/m².K) par des portes à isolation renforcée (U = 2 W/m².K) Investissement : l unité Temps de retour : 30 à 40 ans Economique : intérêt limité à court terme Environnemental : réduction des gaz à effet de serre Confort / Santé : amélioration du confort acoustique et thermique (réduction de la sensation de paroi froide) 26

27 Isolation des réseaux de chauffage Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Installer des coquilles de mousse alvéolaire sur les tuyauteries de chauffage situées à l intérieur des logements Calorifuge des réseaux de chauffage en logement Investissement : 20 à 25 / ml Temps de retour : 8 à 12 ans Economique : économie sur la consommation gaz de la chaufferie Environnemental : réduction des gaz à effet de serre Confort / Santé : amélioration du confort (répartition plus efficace de la chaleur émise) 27

28 Eau chaude sanitaire Intitulé de l action Description Eléments de coût Intérêts gains espérés Solution alternative de production d ECS Solution alternative de production d ECS Solution alternative de production d ECS Remplacer les chauffe-bains instantanés existants par : Solution 1 : cumulus électrique à accumulation en Heures Creuses, sans augmentation de puissance souscrite (6 kva) Solution 2 : chauffe-bain gaz à micro accumulation et/ou plus performant Solution 3 : installation collective solaire et appoint individuel Investissement : HT/logt Economie annuelle : 30 HT/logt Investissement : 800 à HT/logt Economie annuelle : 30 HT/logt Investissement : à HT/logt Economie annuelle : 80 HT/logt Economique : intérêt limité à court terme Confort / Santé : confort d utilisation pour les occupants (stockage d ECS disponible). Economique : intérêt limité à court terme Confort / Santé : confort d utilisation pour les occupants (stockage d ECS disponible). Economique : intérêt limité à court terme Environnemental : réduction des gaz à effet de serre Contraintes de mise en œuvre en toiture 28

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

DIAGNOSTIC ENERGETIQUE. Résidence La Menuisière 1 et 1bis à Toulouse

DIAGNOSTIC ENERGETIQUE. Résidence La Menuisière 1 et 1bis à Toulouse DIAGNOSTIC ENERGETIQUE Résidence à Toulouse VERSION 2 Février 2010 ATMOSPHERES EURL au capital social de 5.000 16, Chemin du TUCOL 31.790 SAINT JORY Tél : 05 61 35 40 43 - Fax : 05 61 35 40 95 - E-mail

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire

Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire PROJET EUROPEEN ECO N HOME ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES PARTICULIERS RETOUR D EXPERIENCE DANS LA LOIRE 27 Février 2009 Le SIEL, des compétences au service des consommateurs d énergies de la Loire 36 groupements

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Socotec en quelques mots 3 valeurs d engagement + 5 métiers structurants + 7 aes stratégiques

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Conseil en Orientation Energétique

Conseil en Orientation Energétique Conseil en Orientation Energétique B A I L L A R G U E S Salle Claude PLAN + CCAS novembre 2008 Diagnostiqueur : Michaël GERBER Salle Bagouet Esplanade Charles de Gaulle 34 000 Montpellier T : 04 67 91

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Eco gestes au bureau

Eco gestes au bureau Eco gestes au bureau Un français passe environ 40 % de son temps quotidien au travail, trajets domicile travail compris Au travail réduire son impact sur l environnement, c est faire des gestes simples

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Eco campus Pasteur-lille

Eco campus Pasteur-lille Eco campus Pasteur-lille Mobilisons ensemble nos énergies pour un environnement amélioré et durable Choisissons les éco-gestes : 4 au travail 4 à la maison INSTITUT PASTEUR DE LILLE Fondation reconnue

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 RCS : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

RÉSIDENCE NELSON MANDELA LYON 9 ÈME

RÉSIDENCE NELSON MANDELA LYON 9 ÈME RÉSIDENCE NELSON MANDELA LYON 9 ÈME AVRIL 2011 L Opac du Rhône s est engagé depuis plusieurs années dans une démarche de développement durable. Elle vise à : / préserver les ressources naturelles grâce

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

agissez, un Clima cteur engagé! devenez vous aussi Vous souhaitez contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre?

agissez, un Clima cteur engagé! devenez vous aussi Vous souhaitez contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre? agissez, devenez vous aussi un Clima cteur engagé! Vous souhaitez contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre? Mulhouse Alsace Agglomération s est associée au site «Le climat entre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat «Comprendre et qualifier la situation et l évolution du marché dans toutes ses compoanah N 5 Septembre 2015 Observatoire

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue de Tilleur n : 116 CP : 4420 Localité : Saint-Nicolas Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Avant ou en 1918 Performance énergétique La consommation théorique

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas.

Édito. Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Édito Le meilleur déchet reste celui que l on ne produit pas. Depuis janvier 2011, le Syndicat Emeraude s est engagé résolument dans un programme local de prévention. Ne nous limitons pas à l objectif

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité La gare ferroviaire de demain Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité Direction XXXX, le XX/XX/2011 Plan de présentation La recherche de la performance des gares SNCF L exemple des haltes éco-durables

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65 Préservez les ressources naturelles par des constructions écologiques n est qu une étape dans la protection de l environnement. Cela passe aussi par des gestes éco-citoyens au quotidien. Pour en savoir

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail