FEUILLE DE ROUTE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FEUILLE DE ROUTE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS)"

Transcription

1 République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité Justice MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET DU DEVELOPPEMENT OFFICE NATIONAL DE LA STATISTIQUE FEUILLE DE ROUTE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS) Avril 2005 Proposition à finaliser en atelier 1

2 SOMMAIRE I. Introduction Justification de la SNDS Objectif de la feuille de route II. Historique et Contexte Contexte politique et évolution récente Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté Principales réformes récentes Système statistique national Schéma Directeur de la Statistique : principales réalisations Contraintes actuelles et défis à relever III. IV. SNDS et agenda de développement Description du processus Principes généraux de la démarche SNDS Activités et produits du processus de formulation de la SNDS V. Dispositif organisationnel et répartition des rôles VI. Chronogramme VII. Financement du processus de formulation de la SNDS 2

3 I. Introduction Justification de la SNDS 1. Au cours du séminaire d évaluation à mi-parcours du Schéma Directeur de la Statistique (SDS ) organisé à Nouakchott le 27 juin 2004 en présence des acteurs du système statistique national et de la communauté des partenaires au développement, Il a été recommandé de s atteler à formuler en 2005 une nouvelle stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) à mettre en œuvre sur la période , après l achèvement du SDS qui vient à échéance le 31 décembre La mise en œuvre de cette stratégie permettra de disposer à temps des informations fiables, actuelles et pertinentes nécessaires à la conduite de la politique du développement et au débat démocratique. 2. La mise en œuvre d une telle stratégie vient, d une part, en réponse aux besoins du suiviévaluation du prochain plan d action du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP ) et de la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et, d autre part, contribuer à l enracinement des principes de bonne gouvernance et à l exercice de la démocratie. Tout en s inscrivant dans le cadre du programme de modernisation de l administration initié récemment par les Autorités nationales, la SNDS sera l instrument du Gouvernement pour assurer la réalisation des plans d amélioration des statistiques relatives au pays sur lesquels il s est engagé en 2004 en adhérant au Système général de diffusion des données (SGDD) du FMI. Objectif de la feuille de route 3. La présente feuille de route se propose de présenter les modalités d élaboration de cette stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS). Son objectif général est de réunir les conditions optimales sur les plans politique, institutionnel et financier pour la conduite du processus d élaboration et d adoption de la SNDS. 4. Ce processus d élaboration de la SNDS tout comme celui de sa mise en œuvre devra s appuyer sur les points forts identifiés lors de l expérience du SDS et tirer les leçons des faiblesses de cette expérience. Il s agira en particulier d asseoir une coordination étroite entre le processus SNDS et ceux du second plan d action du CSLP ( ) et de la poursuite des OMD. De plus, la stratégie devra être partagée par l ensemble des acteurs. 5. Cet objectif général de la feuille de route peut être précisé et décliné en objectifs spécifiques comme suit: obtenir le soutien et l engagement des autorités politiques et des partenaires du Système statistique national au processus d élaboration de la SNDS ; définir le cadre organisationnel pour l élaboration et la validation de la stratégie ; identifier les ressources humaines nécessaires à la conduite de ce processus; évaluer le budget couvrant les tâches d élaboration de la SNDS et identifier les sources de financement..décrire la suite de ce document 3

4 II. Historique et contexte Contexte politique et évolution récente 6. Depuis 1991, la Mauritanie est régie par une constitution instituant une démocratie pluraliste garantissant les libertés fondamentales d expression et d association. Les institutions constitutionnelles ainsi mises en place connaissent un renouvellement à intervalles réguliers par le biais d élections libres et démocratiques. Ont été ainsi organisées au cours de ces dernières années 3 élections présidentielles pluralistes, 3 législatives, 3 scrutins municipaux et des sénatoriales partielles tous les deux ans. La vie publique mauritanienne est désormais marquée par l existence de plusieurs partis politiques, de syndicats libres, de nombreux titres de la presse indépendante et d une multitude d associations. Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté 7. La stratégie de développement économique et social mise en œuvre au cours de ces dernières années est centrée sur la lutte contre la pauvreté tout en oeuvrant à la stabilité du cadre macroéconomique et en accordant une place privilégiée au rôle du secteur privé. En effet, une loi d orientation adoptée en 2001 instaure le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) et les Programmes régionaux de lutte contre la pauvreté (PRLP) comme cadres d intervention en matière de politiques de développement. Un premier plan d action quadriennal du CSLP vient d être achevé tandis que les PRLP sont en cours d exécution pour partie et en cours de conception pour certaines régions. En 2002, le fardeau de la dette extérieure du pays a été allégé d environ 50% dans le cadre de l Initiative PPTE. Un second cycle du plan d action du CSLP est actuellement en cours d élaboration et devra être adopté avant la fin de l année 200. La période couverte sera marquée par l exploitation du pétrole. Principales réformes récentes 8. A ce paysage institutionnel rénové s ajoute l action du gouvernement visant à l enracinement de la bonne gouvernance. D autres réformes importantes ont été entreprises ou en cours de mise en œuvre : Déclaration de bonne gouvernance a été adoptée en 1999 et un Programme national de bonne gouvernance (PNBG) est mis en œuvre depuis Réforme de l état-civil qui dispose désormais d un fichier de population obtenu grâce au recensement administratif à vocation d état-civil (RANVEC-1998). Le système des dépenses publiques a lui aussi fait l objet de mesures de déconcentration de l ordonnancement et l adoption de cadres de dépenses à moyen terme (CDMT). Stratégie nationale d éradication de l analphabétisme ; Programme décennal du secteur éducatif. Système statistique national 9. Ces réformes institutionnelles, politiques et structurelles ont été accompagnées par un développement appréciable de l outil statistique mauritanien. Au cours de la période des 15 dernières années, ont été mis en œuvre successivement le Plan quinquennal de développement de la statistique et le Schéma Directeur de la Statistique (SDS) L exécution du Plan quinquennal a permis notamment la transformation institutionnelle de la Direction de la Statistique en Office National de la Statistique (ONS), établissement public à caractère administratif, et la mise en place des institutions en charge de la coordination statistique (Comité interministériel de la statistique et 4

5 Commission technique consultative de la statistique). Outre ces institution, le SNS comprend plusieurs services sectoriels de production statistique, implantés en général au sein de la structure en charge de la planification du secteur concerné : agriculture, santé, éducation, commerce, monétaire, emploi, tourisme, etc Pour compléter le tableau actuel du SNS, il convient de mentionner lapromulgation en janvier 2005 d une nouvelle loi statistique dont la mise en vigueur permettra notamment la création d un Conseil National de al Statistique (CNS) et l adoption d un Programme statistique annuel (PSA). Schéma Directeur de la Statistique : principales réalisations 10. Quant au SDS , il a été élaboré selon une approche participative et a couvert tous les domaines et services statistiques. Les principales réalisations au titre du SDS peuvent être résumées comme suit : i. Renforcement de la coordination et de la coopération en matière statistique : re-dynamisation des instances de coordination du système statistique, adhésion à l Observatoire économique et statistique d Afrique subsaharienne (AFRISTAT), adhésion en 2004 au Système général de diffusion des données (SGDD) du FMI ; ii. iii. iv. Réalisation du 3ème recensement général de la population et de l habitat (RGPH 2000) et de plusieurs enquêtes statistiques : enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (EPCV 2000 et 2004), enquête démographique et de santé (EDS 2000), l enquête mondiale sur la santé en Mauritanie (EMSM 2003), l enquête sur la mortalité infantile et le paludisme (EMIP 2004) ; l enquête annuelle auprès des exploitants agricoles (EMEA). Modernisation des statistiques économiques : Adoption des nouvelles normes édictées par les Nations-Unies en matière de comptabilité nationale (SCN93), confection d un nouvel Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC), mise en place d un meilleur système de suivi de la conjoncture, initiation d un système intégré des statistiques d entreprise (SISE) ; Réorganisation des systèmes de statistiques sectoriels : santé (SNIS), éducation, commerce, tourisme, emploi v. Diffusion : développement du site internet production régulière de CD-ROM, conception de bases de données MauritInfo et prochainement la 2gLDB. vi. Réforme institutionnelle et renforcement des capacités: création en 2003 de 6 nouveaux services régionaux de la statistique qui portent à 9 le nombre des services régionaux, organisation du concours annuel d entrée aux écoles africaines de statistiques, construction et équipement d un nouveau siège de l ONS inauguré en novembre 2002, adoption d une nouvelle loi sur la statistique promulguée en janvier 2005 ; Contraintes actuelles et défis à relever 11. Il ressort de l étude d évaluation à mi-parcours du SDS conduite en 2003 avec l appui d AFRISTAT et présentée en atelier le 27 juin 2004 que, ayant été élaboré avant le CSLP, une des faiblesses du SDS aura été sa coordination insuffisante avec cette stratégie quant à l identification des besoins et les mécanismes de coordination avec les instances chargées de sa mise en œuvre. En outre, le Système statistique mauritanien reste encore fortement confronté à des difficultés structurelles : problèmes de mobilisation des 5

6 ressources humaines et matérielles à l ONS comme dans les services statistiques sectoriels ; coordination entre producteurs encore insuffisante pour assurer la normalisation et l harmonisation nécessaire à la mise en place d un système de suiviévaluation performant ; coordination entre producteurs, utilisateurs et bailleurs de fonds également insuffisante pour assurer une programmation des activités statistiques permettant de répondre au mieux aux besoins de définition des politiques. 12. Les défis auxquels la SNDS devra répondre seront notamment : i. améliorer l exploitation des données administratives et son séquencement avec le programme d enquêtes pour la mise en place des systèmes de suivi-évaluation pertinents ; ii. iii. iv. améliorer la qualité de la production statistique en terme de fiabilité, ponctualité, couverture et conditions de diffusion ; poursuivre l amélioration des performances de la coordination statistique, notamment en terme de programmation des activités ainsi que de normalisation et d harmonisation des données ;.nouveau cadre légal et institutionnel loi stat CNS développer les unités statistiques régionales pour assurer la production d une information géographiquement désagrégée et répondre aux besoins de la régionalisation en cours du CSLP ; v. améliorer les procédés d archivage et de diffusion ; vi. vii. viii. améliorer les conditions de travail des cadres du Système National de la Statistique, la formation des statisticiens nationaux et plus généralement le développement des ressources humaines du SNS ; développer l implication des services statistiques dans les activités d analyse des données ; améliorer et sécuriser les conditions de financement des opérations statistiques. III. SNDS et agenda de développement La SNDS prendra en charge les actions permettant de mettre à jour les indicateurs de suivi-évaluation du CSLP, des OMD et des diverses stratégies sectorielles. Elle sera élaborée simultanément avec le prochain plan d action CSLP et sera donc partie intégrante du processus CSLP à la fois au niveau de sa formulation qu au niveau de ses révisions et du suivi-évaluation de son exécution. La SNDS sera considérée comme l une des stratégies sectorielles majeures du CSLP et figurera à ce titre dans la matrice des actions et mesures à prendre. Elle sera inscrite aussi comme composante de la modernisation de l administration, du Programme national de bonne gouvernance, de la stratégie pays de la Banque Mondiale, notamment à travers le STATCAP, de l UNDAF du agences des Nations-Unies, et dans le Programme d investissement public (PIP). 6

7 IV. Description du processus Principes généraux de la démarche SNDS 13. La démarche à suivre pour la formulation de la SNDS sera celle préconisée dans le guide d élaboration d une SNDS préconisé par PARIS21 (Partenariat statistique au service du développement au XXIème siècle). Elle repose principalement sur les éléments suivants : Exhaustivité du champs : la SNDS couvrira l ensemble des activités de production, d analyse et d utilisation de l information statistique. Elle concernera donc tous les domaines de la vie économique et sociale ainsi que l environnement et portera sur l ensemble du Système National de la Statistique (SNS) à tous les niveaux : national et régional, global et sectoriel. Les tâches d analyse et d utilisation des données statistiques font, elles aussi, font partie du champs de la SNDS. Approche participative et transparente : le processus de formulation de la SNDS fera appel au concours de toutes les catégories d acteurs du système statistique national : producteurs, utilisateurs et partenaires au développement. Il s agira d associer des représentants de toutes les administrations, de tous les secteurs économiques et sociaux, privés ou publics, de toutes les régions, des deux chambres du Parlement, de tous les partenaires au développement, des médias publics et privés ainsi que les différentes composantes de la société civile (syndicats, ONG, associations). Intégration aux processus nationaux de décision : La démarche de formulation et de validation de la SNDS repose sur l implication des instances de coordination statistique et le dispositif d élaboration, de mise en œuvre et de suiviévaluation du CSLP. En plus des structures techniques (commissions et groupes de travail), il convient de noter plus particulièrement le rôle de validation qui sera dévolu au futur Conseil National de la Statistique (CNS) et le Comité Technique de Lutte contre la Pauvreté (CTLP). Quant aux orientations et décisions de grande portée, elles seront prises en Conseil des Ministres. Partenariat actif : Des dispositions seront prises dès le début du processus en vue d assurer le soutien actif des partenaires au développement. En particulier, ces derniers seront invités à émettre leur avis sur cette feuille de route et seront représentés aux différents échelons des organes d élaboration et de validation de la SNDS. Processus en plusieurs phases : les travaux de formulation et de mise en œuvre se dérouleront en 5 étapes : - Phase 1 : Lancement du processus : adoption de la feuille de route - Phase 2 : Diagnostic et évaluation du Système statistique national - Phase 3 : Vision et définition des options stratégiques - Phase 4 : Elaboration des plans d action et de mise en œuvre - Phase 5 : Mise en œuvre, suivi et évaluation de la SNDS Le plaidoyer auprès des différents acteurs, notamment à l égard des autorités nationales et des partenaires au développement, sera considéré prioritaire tout au long du processus. Pour chaque phase, des durées limites ont été fixées. Une attention particulière sera accordée au temps nécessaire à la phase. Le passage d une phase à l autre sera rendu possible une fois les documents finaux validés par 7

8 les principaux acteurs engagés dans le processus. Les méthodologies utilisées dans chaque phase seront définies en fonction des buts recherchés. Puisqu il s agit d un processus participatif, des rencontres seront organisées sous forme d ateliers, de séminaires ou des réunions. Validation formalisée : Les travaux réalisés au cours de chaque étape feront l objet d une validation par les instances de coordination statistique, notamment le CNS à travers ses formations spécialisées, son bureau ou son Assemblée Générale, et par les organes concernés du dispositif CSLP, en particulier la Commission sectorielle et le Groupe de travail thématique (GTT) Suivi-évaluation. Chaque phase sera considérée conclue lorsque l on disposera de l approbation de tous les acteurs et que seront établis les mécanismes rendant possible l exécution des actions définies. Activités et produits du processus de formulation de la SNDS 14. Les travaux à réaliser au cours des étapes successives aboutiront à des résultats se présentant sous différentes formes: Rapports d études : Evaluation du SDS: situation actuelle du SNS, la demande statistique, etc Etudes sur les ressources humaines et plan de formation Schéma directeur des TIC pour la statistique Vision et options stratégiques Plan d action et de mise en œuvre de la SNDS Réunions et ateliers Atelier de validation de la feuille de route Réunions du CNS, des Commissions sectorielles et Groupes de travail affiliés Réunions du CTLP et du GTT Suivi-évaluation consacrées à la SNDS Ateliers de partage et de validation Table ronde des bailleurs de fonds Communication Préparation des supports de communication Actions de sensibilisation ciblant les décideurs, les partenaires, les élus et le grand public Coordination et secrétariat du processus Lancement et suivi des études: termes de référence, passation des marchés, Préparation et organisation des réunions et ateliers ; Finalisation et mise en forme des rapports composant la SNDS ; Gestion de la page WEB dédiée à la SNDS Collecte et gestion de la documentation et de la base de connaissance. V. Dispositif organisationnel, répartition des rôles 15. Le dispositif institutionnel qui aura la charge du processus d élaboration de la SNDS a la particularité de mobiliser en même temps le mécanisme de coordination du SNS et, en tant que stratégie d appui au CSLP, le dispositif d élaboration et de suivi-évaluation du CSLP. Cette organisation se présente comme suit : 8

9 i. Le Secrétariat de coordination (SC-SNDS) : Il s agit d un comité technique dirigé par le Directeur Général de l ONS et comprenant le Chef du Département de la Coordination Statistique et les Chefs du Service en charge de la planification et de la coordination statistique à l ONS. Ce Secrétariat de coordination initie et veille à la bonne réalisation de toutes les études et autres actions du processus. Il sera épaulé dans sa mission par des conseillers techniques et consultants commis selon les besoins, notamment pour la conduite des principales études constitutives de la SNDS. ii. Commissions sectorielles et Groupes travail : Ces organes affiliés au Conseil National de la Statistique auront en charge d émettre des avis techniques au fur et à mesure sur les différents rapports produits au cours du processus. Des ateliers ou réunions formelles sont organisés à cet effet à leur intention. C est aussi à ce niveau de la chaîne du processus qu interviennent la Commission sectorielle et le GTT Suivi-Evaluation du CSLP. Il convient de rappeler ici que les partenaires au développement seront invités pour participer aux travaux de ces différentes formations. iii. Comités de concertation : Il est prévu aussi de soumettre la SNDS à l examen des deux comités de concertation instaurés par le décret relatif au CSLP : le Comité de concertation de lutte contre la pauvreté composé notamment des représentants de la société civile (CCLP) et le Comité de concertation avec les donateurs (CCD). iv. Organes de validation : La validation des rapports d étapes de la SNDS est du ressort du Conseil National de la Statistique, après examen du Comité Technique de Lutte contre la Pauvreté (CTLP), selon l une des deux modalités possibles, i.e. en séance plénière ou en réunion du Bureau. v. Niveau décisionnel : Une fois achevée la SNDS sera soumise pour approbation au Comité Interministériel de lutte contre la pauvreté (CILP) et fera l objet d une communication en Conseil des Ministres. VI. Chronogramme 16. Le calendrier de réalisation des tâches d élaboration de la SNDS s étale sur 12 mois. La première phase, celle de l engagement des autorités et des partenaires au développement et de définition de la feuille de route aura une durée de deux mois. Pour la deuxième phase consacrée à l évaluation de l existant et du bilan du SDS, une durée de 3 mois est prévue. La troisième et quatrième phase, celles de la détermination des options stratégiques et des plans d action, sont estimées respectivement à 2 et 3 mois, suivies d une période de 2 mois consacrée au lancement de la mise en œuvre. 9

10 Programmation des travaux d élaboration de la SNDS PHASES Phase1 : Feuille de route : engagement et cahiers de charges Phase2 :Diagnostic et évaluation SDS Phase3 : Vision et Stratégies Phase 4 :Plans d action et de mise en oeuvre ACTIVITES Rédaction de la feuille de route Plaidoyer auprès des autorités nationales Rencontre avec les partenaires (information/implication) Mobilisation des ressources (TF- SCB) Voyages d études (pays SDS actifs/statcap) Mise en place du dispositif organisationnel Examen et décision des autorités Recrutement/missions consultants Consultations des différentes structures du SNS / analyse de l information recueillie Réunions et Atelier de validation du rapport des consultants comportant :l évaluation, le diagnostic et les besoins à satisfaire Recrutement/Missions de consultants Réunions et Atelier de validation du rapport de synthèse des consultants comportant la vision et l étude comparative entre plusieurs scénarios stratégiques Recrutement/Missions de consultants Réunions et Atelier de validation du Plan d action ; du calendrier d exécution ; du dispositif de mise en œuvre et du suivi-évaluation Table ronde des bailleurs de fonds, finalisation du plan de financement Présentation aux autorités nationales pour approbation. Phase 5 : Exécution Mobilisation de la première partie du financement de la SNDS Atelier de lancement MOIS VII. Moyens et sources de financement 17. Pour mener à bien le processus de formulation de la SNDS, il est conçu sous forme de projet nécessitant des moyens financiers propres. Les coûts estimés de ce projet s élèvent à environ $ dont la majeure partie (environ $) a fait l objet d une requête de financement à soumettre au Trust-Fund de Renforcement des capacités statistiques (TF-SCB) géré par la Banque Mondiale. Le reliquat sera pris en charge par le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie. La suite qui sera réservée à cette requête est attendue pour le début du mois de mai

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Projet de feuille de route pour l élaboration d une stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) au Cameroun

Projet de feuille de route pour l élaboration d une stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) au Cameroun ATELIER PARIS21 - STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS BAMAKO, FÉVRIER 2005, SIÈGE D AFRISTAT. Atelier PARIS 21 sur la Stratégie nationale de Développement de la Statistique SNDS

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

Conseil national de la statistique

Conseil national de la statistique MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice Conseil national de la statistique ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR DE LA STATISTIQUE 2010-2015 VISION ET ORIENTATIONS

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Economie et des Finances Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) FEUILLE DE ROUTE DE L ANSD Présentation de la situation du Sénégal

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE. Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 10 juillet 2006.

PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE. Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 10 juillet 2006. PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 10 juillet 2006. Cameroun Gabon Madagascar Mauritanie RDC Sénégal Cameroun... 1 Gabon...

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

OFFRE ET DEMANDE DE STATISTIQUE AU BENIN

OFFRE ET DEMANDE DE STATISTIQUE AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN OFFRE ET DEMANDE DE STATISTIQUE AU BENIN (Document préparé dans le cadre de l atelier sous-régional de PARIS 21 sur l utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre

Plus en détail

PROPOSITION DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION DES PLANS DE SECURITE ALIMENTAIRE DE TROIS CERCLES TEST

PROPOSITION DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION DES PLANS DE SECURITE ALIMENTAIRE DE TROIS CERCLES TEST République du Mali Un Peuple- Un But- Une Foi --------------- COMMISSARIAT A LA SECURITE PROJET D ASSISTANCE AU ALIMENTAIRE SYSTEME D INFORMATION DU MARCHE AGRICOLE (MSU/PASIDMA) ----------------------------

Plus en détail

Vision et Axes stratégiques de développement du Système Statistique National

Vision et Axes stratégiques de développement du Système Statistique National MINISTERE DU PLAN ET DE LA PROSPECTIVE ------------------- COMITE DE COORDINATION STATISTIQUE ET INFORMATIQUE ------------------- Institut National de la Statistique REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour Ministère de l Equipement, de l Aménagement territorial et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la qualité de la Vie Termes de Références Recrutement d un Bureau d étude

Plus en détail

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES Pour l évaluation des dispositifs de préparation

Plus en détail

Termes de Référence pour l étude sur le niveau de financement des Services Sociaux Essentiels en faveur des enfants et des femmes de Mauritanie

Termes de Référence pour l étude sur le niveau de financement des Services Sociaux Essentiels en faveur des enfants et des femmes de Mauritanie Termes de Référence pour l étude sur le niveau de financement des Services Sociaux Essentiels en faveur des enfants et des femmes de Mauritanie 1. Contexte et justification La Mauritanie a souscrit à l

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU PLAN, DE l AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE Fraternité - Travail - Progrès Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 Les choix

Plus en détail

Plan d action pour le suivi-évaluation

Plan d action pour le suivi-évaluation Plan d action pour le suivi-évaluation Contexte Le Fonds pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement vise à accélérer les progrès sur la voie des OMD dans les pays éligibles en

Plus en détail

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale APPUI A L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN «CORPORATE PLAN» ET D UNE STRATEGIE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS POUR L ECONOMIC DEVELOPMENT BOARD OF MADAGASCAR (EDBM) Termes de Référence pour une

Plus en détail

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication MISSION AU MALI ANNEXE 8 Modèle ou Exemple Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication A. Contexte La volatilité des prix couplée à

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE 1 CONTEXTE ET JUSTIFICATION Compte tenu de l évolution rapide des techniques dans tous les domaines,

Plus en détail

L ASSEMBLEE NATIONALE POPULAIRE A DELIBERE ET ADOPTE,

L ASSEMBLEE NATIONALE POPULAIRE A DELIBERE ET ADOPTE, REPUBLIQUE DU CONGO Travail * Démocratie * Paix --------------- LOI N 27/82 DU 07/07/1982 SUR LA STATISTIQUE L ASSEMBLEE NATIONALE POPULAIRE A DELIBERE ET ADOPTE, LE PRESIDENT DU COMITE CENTRAL DU PARTI

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU)

Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU) Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU) Termes de références du consultant Objet : Appui à l élaboration de la suite

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville RAPPORT D EVALUATION Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville Décembre 2015 Introduction Le Cégep de Drummondville a adopté une nouvelle version de sa Politique

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

Recherche, Formation et Innovation pour le développement

Recherche, Formation et Innovation pour le développement Académie de Recherche et d Enseignement supérieur ARES Commission de la Coopération au Développement FINANCEMENT DE PROJETS COLLABORATIFS VIA L ARES : Recherche, Formation et Innovation pour le développement

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II 1. Les apports méthodologiques de la démarche des Fonds structurels pour la mise en œuvre des politiques

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CADRE GENERAL II DEFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES DU CDMT III DEMARCHE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU CDMT IV PERSPECTIVES 2 Le gouvernement a entrepris ces dernières

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX, PUBLICS ET RECONSTRUCTION. CELLULE INFRASTRUCTURES

Plus en détail

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e R é p u b l i q u e d u B é n i n M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e Direction des Pharmacies, du Médicament et des Explorations Diagnostiques

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

COUVERTURE ET TABLEAU DU PLAN DE TRAVAIL ANNUEL

COUVERTURE ET TABLEAU DU PLAN DE TRAVAIL ANNUEL 1 COUVERTURE ET TABLEAU DU PLAN DE TRAVAIL ANNUEL Page de couverture Pays: São Tomé et Principe Effets directs de l UNDAF: D ici 2011, les institutions publiques assurent la protection des droits humains,

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE MEMORANDUM D ENTENTE SUR LA REFORME DU FINANCEMENT DE LA SANTE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO JUIN : 2009 PREAMBULE En février 2006, le Ministère

Plus en détail

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif :

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif : Fiche emploi-cible REN Réseau Réseau école école et Nature et Nature L éducation à à l environnement pour comprendre pour comprendre le monde, le monde, Réseau école et Nature agir agir et vivre et vivre

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Tableau n 2 : Etat de mise en œuvre du plan d opération pour le second semestre 2001

Tableau n 2 : Etat de mise en œuvre du plan d opération pour le second semestre 2001 Tableau n 2 : Etat de mise en œuvre du plan d opération pour le second semestre 2001 Activités principales Sous-activités Activités détaillées Etat de mise en oeuvre Analyse/Observations Résultat 1 : Le

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018.

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018. Termes de référence (TdRs) pour le recrutement d un formateur/mentor en genre sur la gestion des ressources naturelles dans le Paysage du Grand Virunga. 1. Contexte La Collaboration Transfrontalière du

Plus en détail

Rapport du séminaire sur le nouveau cadre légal et réglementaire de la gestion des finances publiques au Togo Lomé, 26-29 janvier 2015

Rapport du séminaire sur le nouveau cadre légal et réglementaire de la gestion des finances publiques au Togo Lomé, 26-29 janvier 2015 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Rapport du séminaire sur le nouveau cadre légal et réglementaire de la gestion des finances publiques au Togo Lomé, 26-29

Plus en détail

Atelier de réflexion, de formation et de préparation du ROPPA à la mise en œuvre des politiques agricoles et commerciales régionales

Atelier de réflexion, de formation et de préparation du ROPPA à la mise en œuvre des politiques agricoles et commerciales régionales 1 Atelier de réflexion, de formation et de préparation du ROPPA à la mise en œuvre des agricoles et commerciales régionales Termes de référence Mars 2012 1 2 I. Contexte et justification Les enjeux de

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS

ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS PRESENTATION DES CANEVAS DES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES

Plus en détail

DEMARCHE DE PLANIFICATION STRATEGIQUE

DEMARCHE DE PLANIFICATION STRATEGIQUE Cellule d Analyse de Politiques Economiques du CIRES DEMARCHE DE PLANIFICATION STRATEGIQUE Structure de la présentation 1. Concepts de planification stratégique 2. Démarche de planification stratégique

Plus en détail

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine ("Fonds Bêkou")

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine (Fonds Bêkou) Ref. Ares(2015)2852973-07/07/2015 COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste Version descriptive du poste (Active) Poste no. Titulaire du poste Nom Profil du poste Position du poste AGENT

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE POUR L EQUITE ET L EGALITE DE GENRE AU SENEGAL

STRATEGIE NATIONALE POUR L EQUITE ET L EGALITE DE GENRE AU SENEGAL République du Sénégal Ministère de la Famille, de la Solidarité Nationale, de l Entreprenariat Féminin et de la Micro Finance --------- Direction de l Equité et de l Egalité de Genre STRATEGIE NATIONALE

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PRESTATION EXTERNE D ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT D HABITAT-CITE

CAHIER DES CHARGES PRESTATION EXTERNE D ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT D HABITAT-CITE CAHIER DES CHARGES PRESTATION EXTERNE D ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT D HABITAT-CITE Démarche engagée avec le soutien financier du FRIO (fonds de renforcement institutionnel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après :

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après : TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET-CONSEIL CHARGE DE L APPUI-ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA DANS LE CADRE DE LA MOBILISATION DES RESSURCES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DEUXIEME

Plus en détail

1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS

1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS Termes de référence pour l élaboration d un guide et des fiches de procédure sur la création, la gestion des entreprises et AGR dans les secteurs de la culture, du tourisme et de l artisanat 1. CONTEXTE

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA)

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- LA COMMISSION -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) 2007 1. CONTEXTE ET

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle Suivi par : Yves SCHENFEIGEL 1 ter avenue

Plus en détail

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS Conclusions et partage d expérience Réunion du Cluster Sécurité Alimentaire 10/02/2015 Bangui - RCA DE QUOI S

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Formation Outiller les professionnels de l accompagnement PLIE sur la thématique «migrant» Achat d une prestation en

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 DP1

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Etude sur le bilan des dépenses publiques

Etude sur le bilan des dépenses publiques République Islamique de Mauritanie Ministère des Affaires Economiques et du Développement Centre Mauritanien d Analyse de Politiques ----- CMAP ----- Termes de référence Etude sur le bilan des dépenses

Plus en détail

LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA

LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA Niamey les 27, 28 et 29 Avril 2011 Plan de la présentation 1. Le contexte 2. Le dispositif institutionnel global 3. L Agence régionale pour

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES TROISIEME TRIMESSTRE

RAPPORT D ACTIVITES TROISIEME TRIMESSTRE RAPPORT D ACTIVITES TROISIEMEE TRIM MESTRE 20100 Octobre 2010 Date: 21 octobre 2010 Award ID: 00056886 Description : Le projet traite des questions relatives à l insertion des jeunes et de leur rôle dans

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002

ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002 ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002 RAPPORT DU CAP-VERT I / La politique nationale de communication

Plus en détail

Les facteurs de réussite d une réforme d un Système Statistique National dans les pays en développement

Les facteurs de réussite d une réforme d un Système Statistique National dans les pays en développement Les facteurs de réussite d une réforme d un Système Statistique National dans les pays en développement ETUDES Afin d aider les pays à développer leurs systèmes statistiques, PARIS21 commandite des études

Plus en détail

Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance

Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance TRANSPARENCY MAROC الجمعية المغربية لمحاربة الرشوة Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance Rapport de synthèse des travaux du Séminaire sur l accès à l information»

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie

Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie Recommandations sur la réforme de gestion des finances publiques 12 décembre 2012 (Version finale)

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

SIGLES ET ABREVIATIONS STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS) RESUME 2008 2012

SIGLES ET ABREVIATIONS STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS) RESUME 2008 2012 République du Bénin SIGLES ET ABREVIATIONS Fraternité Justice Travail -=-=-=-=-=-=- MINISTERE DE LA PROSPECTIVE, DU DEVELOPPEMENT, DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DE LA COORDINATION DE L ACTION

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Assistance à maîtrise d ouvrage pour le choix d un nouveau système de synchronisation

Assistance à maîtrise d ouvrage pour le choix d un nouveau système de synchronisation Titre : Assistance à maîtrise d ouvrage pour le choix d un nouveau système de synchronisation Cahier des charges Page 1 sur 7 Sommaire 1. Objectif et contexte de la consultation 3 1.1. Objectif de la consultation

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 CHARTE DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES 1 SOMMAIRE Pages PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 III - LE DISPOSITIF D ÉVALUATION

Plus en détail

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte et Justification

Plus en détail

Perspective commune de la valeur ajoutée apportée par PEFA et liens avec d autres indicateurs de la GFP

Perspective commune de la valeur ajoutée apportée par PEFA et liens avec d autres indicateurs de la GFP Gestion des dépenses publiques & PEFA Responsabilité financière Perspective commune de la valeur ajoutée apportée par PEFA et liens avec d autres indicateurs de la GFP Secrétariat PEFA 7 août 2007 Perspective

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Entre L Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public Industriel et Commercial, dont le siège est situé au 69bis, rue de Vaugirard, 75006, Paris, Représentée

Plus en détail

Plan Pluri-Annuel de Formation SDIS34 2014-2016

Plan Pluri-Annuel de Formation SDIS34 2014-2016 CHAPITRE 5 LES FORMATIONS DES PATS Préambule : Le service Formation-PATS doit sa création à notre Directeur. Depuis le 15 octobre 2012, son activité a permis d effectuer «un état des lieux» concernant

Plus en détail

Organisé conjointement par

Organisé conjointement par Intégration de la mise en œuvre de coopération mutuelle du Traité international et du Protocole de Nagoya dans le cadre des objectifs généraux de la politique nationale Un atelier pour les équipes nationales

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV

PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV 21 février 2007 DGIV/CULT/KI(2006)18 PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV Plan d Action 2007 avec budget Document préparé par la Direction de la Culture et du Patrimoine culturel et naturel DGIV/CULT/KI(2006)18

Plus en détail