Planification intégrée dans le domaine de la communication et détermination des priorités nationales et régionales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Planification intégrée dans le domaine de la communication et détermination des priorités nationales et régionales"

Transcription

1 Rapport de mission RP/Í /4/9.4/03 Planification intégrée dans le domaine de la communication et détermination des priorités nationales et régionales RESERVE A L'USAGE INTERIEUR: HE PAS DIFFUSER H A I T I ETABLI?SEMENT D'UNE AGENC?. :.)E PREb3E NATIONALE ie docurnent reproduit le propre texte de l'auteur Tir. ;;rasatf.on des Nations Unies pour T.' 1 iü tir,r., 1= science et la culture (Jnesco) Paris, mai 1982 de sét'ie: '^/MÍ/DG:;/S2/I16

2 Rapport de mission RP/1S /4/î?»4/03 F-:?/C X3-Î/DC C :/32/116 ( Taylor ) 24?T ay 1982

3 Preface La mission qui fait l'objet du present rapport a été entreprise par M. Robert S. Taylor, consultant de 1'Unesco, conformément à la demande que le gouvernement de la République d'haiti avait adressée au Directeur général de l'unesco. Elle a été effectuée dans le cadre du Programme ordinaire de l'unesco pour , et s'est déroulée du 4 au 19 septembre Son but principal était, "d'entreprendre avec des techniciens haïtiens les études de factibilitê pour l'établissement d'une agence de presse nationale." De l'avis de l'auteur un tel projet peut réussir avec une aide financière et un programme de formation professionnelle pendant le stade préparatoire. pas insurmontables. fonctionner sans aide extérieure. Les problèmes sont certes nombreux mais ne sont Une fois opérationnelle, l'agence pourrait indique le chemin le plus approprié à suivre. Le plan de développement qui suit Ce plan avait été examiné en projet avec les dirigeants du Finistère de l'information qui ont marqué leur accord avec les principalis orientations.

4 Table des "'atieres Introduction Situation des media en Haïti Fonctions de l'agence Haiti-Presse Relations avec l'afp Structures de 1'Agence Haïti-Presse Organisation de la Rédaction Locaux Equipement et Formation Professionnelle les besoins en aide extérieure Budget de fonctionnement Commerc ial isat ion Calendrier Conclusions

5 -1- I. INTRODUCTION Ce document se veut avant tout un instrument de travail pour ceux qui auront la tâche de mettre sur pied en République d'haiti une agence nationale de presse. C'est pour cette raison que l'auteur concentre l'essentiel de son analyse sur les fonctions de l'agence ainsi que les structures opérationnelles à créer et à développer. L'initiative pour la création de l'agence Haiti-Presse provient du Ministère de l'information et des Relations Publiques. Le Ministère publie actuellement un Bulletin de Nouvelles hebdomadaire qui fournit certaines informations brutes aux media du pays. Bien qu'agence nationale, l'agence Haiti-Presse sera un organisme autonome, appelée selon ses statuts à fournir une information complète et objective à ses clients. L'auteur de ce document propose un schéma pour la mise en route de ce projet; mais celui-ci doit servir plutôt de guide que de plan rigide. Il peut être modifié et adapté en cours d'exécution en fonction des circonstances particulières. Les grandes lignes resteront toutefois valables. L'auteur part du principe que l'agence Haiti-Presse occupera une position centrale dans la structure d'information du pays. L'agence aura la responsabilité de capter les informations internationales fournies par l'agence France-Presse, dont elle sera le distributeur exclusif en Haiti, et de la collecte des informations nationales, régionales et locales à l'intérieur du pays. Elle assurera la diffusion de toutes ces informations à ses abonnés. i Le plan de développement qui est exposé dans les pages suivantes prône une approche par étapes. On ne peut pas brûler les étapes impunément. La priorité absolue doit être accordée à la création du service principal de l'agence. D'autres services supplémentaire pourront être

6 -2- développés et ajoutés une fois que le service de base aura fait ses preuves. ; Le plan expose également un calendrier détaillé pour la phase préparatoire gui doit précéder la phase opérationnelle et pendant laquelle il sera nécessaire d'assurer une coordination poussée dans de multiples domaines. Les structures et le cadre opérationnelle préconisés dans ce document représentent le strict minimum nécessaire à l'agence Haiti-Presse (AHP) afin d'assurer les fonctions d'agence de presse nationale, c'est à dire devenir le centre de réception, traitement et diffusion des informations mondiales et nationales à l'intérieur du pays ainsi que le centre de diffusion des informations haitiennes destinées à l'étranger. S'il n'est pas consenti à cet effort minimum, l'ahp sera incapable de jouer pleinement son rôle. Il est évident que ce minimum vital peut être dépassé, si les responsables de l'agence le jugent opportun. Il faudrait seulement tenir compte de deux considérations d'une importance capitale : d'abord toute augmentation d'effectifs ou d'équipement aura une incidence budgétaire; deuxièmement, il faudra s'assurer qu'il existe assez de candidats qualifiés pour réaliser le programme minimum avant de chercher à en augmenter le nombre. Car les problèmes que l'agence aura à surmonter découleront essentiellement de ses limitations financières, techniques et en ressources humaines. De l'avis de l'auteur, l'agence peut fonctionner sans aide matériel extérieure. Mais elle aura besoin d'une aide initiale pour l'acquisition de son équipement de base et pour la formation de son personnel-clé. (pour détails voir chapitre VIII).

7 -3- SITUATION DES MEDIA EM HAITI Malgré le taux limité d'alphabétisation (20% de la population), la presse écrite du pays compte environ 25 titres. Il y a quatre quotidiens, dont l'organe du gouvernement le Nouveau Monde, qui sont tous édités a Port-au-Prince..Leur tirage reste limité (environ exemplaires pour le Nouveau Monde). La presse périodique et régionale, publiée tant à Port-au-Prince qu'en province, réunit une vingtaine de publications. i Il y a deux chaînes de télévision : la chaîne gouvernementale (Télévision Nationale d'haiti - TNH) et une chaîne indépendante (Télé-Haiti). Il existe aussi 25 stations de radio : la chaîne nationale ainsi que des chaînes privées, chaînes appartenant a des organisations religieuses, chaînes régionales et locales. Environ 25 organismes - officiels, parastataux et privés - publient régulièrement des bulletins d'informations. Le Ministère de l'information lui-même publie depuis un an un Bulletin de Nouvelles hebdomadaire qui servira comme embryon pour 1'agence nationale de presse. Le bulletin est distribué gratuitement à ses abonnés, notamment les différents media du pays. L'AFP est la seule agence de presse disponible en français en Haiti. Elle compte environ 12 abonnés, surtout dans la région de la capitale, mais aussi à Cap Haitien dans le nord du pays.

8 -4- III. PONCTIONS DE L'AGENCE HAITI-PRESSE L'Agence Haiti-Presse sera appelée à devenir la pierre angulaire de la structure de l'information du pays. Elle sera au centre d'un réseau national d'information et servira de plaque tournante pour la réception et la diffusion d'informations mondiales à l'intérieur du pays ainsi que pour la diffusion de nouvelles haitiennes vers l'étranger. i l'ahp diffusera à ses abonnés par téléscripteur ses services d'informations. Ceux-ci seront adaptés aux besoins des différentes catégories de clients. L'agence sera dotée de trois services : 1. service principal d'informations politiques, économiques, générales et sportives; 2. service pour l'étranger; 3. service spécialisé en informations économiques et financières; Elle aura également une section photographique. Le service principal sera constitué des éléments suivants : les nouvelles les plus importantes du service mondial de l'agence France-Presse; les nouvelles nationales et régionales; les nouvelles sportives; informations économiques nationales et internationales les plus importantes; papiers de fond (analyse et features). Ce service est destiné à la presse écrite, aux stations de radio et de télévision, aux ministères et autres organismes publics, aux ambassades étrangères et organisations internationales établies en Haiti, ainsi qua'aux banques et aux grandes entreprises du secteur privé. Le service principal sera le premier à devenir opérationnel. La décision finale quant à l'opportunité et le calendrier de la création des autres services dépendra du bon fonctionnement de ce service de base et de son accueil auprès des abonnés.

9 -5- Le service pour l'étranger réunira les informations nationales et régionales les plus importantes collectées par les services de l'ahp à l'intérieur du pays. Les destinataires de ce service seront en premier lieu les nombreux Haitiens établis aux Etats-Unis et au Canada, notamment à New-York (où ils dépassent les ) / Boston, Montréal et Miami. Viennent ensuite les agences de presse internationales (établies à Port-au-Prince ou ailleurs), les missions diplomatiques haitiennes à l'étranger. Le service économique sera un service spécialisé destiné aux banques, grandes entreprises du secteur privé, Ministères (finances, agriculture), etc. Une étude de marché détaillée et approfondie doit être entreprise afin de déterminer si oui ou non un marché potentiel existe pour un tel service qui couvrirait en détail l'essentiel des informations économiques et financières aux niveaux national et mondial. Le service AFP est le seule service d'agence actuellement disponible en langue française en Haiti (1). Vu cette position privilégiée, elle compte une douzaine d'abonnés, parmi lesquels se trouvent les principaux organes d'information de la presse écrite et radiotélévisée du pays. Certains de ces organes souhaitent continuer à recevoir le service mondial de l'afp dans son intégralité même après la création de l'agence Haiti-Presse. Ils craignent un" filtrage trop rigoureux de la part de l'ahp qui éliminerait ainsi certaines informations en provenance de l'étrenger susceptibles de déplaire aux autorités locales. L'AHP doit être en mesure de donner satisfaction à ces clients qui veulent garder le service intégral de l'afp. Pour cela, elle doit instaurer le système, opérationnel depuis de très nombreuses années dans beaucoup de pays, selon lequel un abonné à son service principal recevrait aussi le service complet de l'afp moyennant un abonnement supplémentaire. (1) Le service espagnol de UPI est disponible mais ne compte que très peu d'abonnés.

10 -6- Le service principal et le service intégral de J.'AFP seront les seuls fournis par l'agence Haiti-Presse pendant la première phase opérationnelle. Les autres services suivront une fois que la période de rodage du service principal est terminé.

11 -7- IV. RELATIONS AVEC l'afp L'Agence Haiti-Presse est appelée à devenir le partenaire et, en quelque sorte, le successeur de l'afp en Haiti. La création de l'agence nationale modifiera de façon sensible la position de l'afp. Afin de bien remplir ses fonctions, l'agence Haiti-Presse devra assumer le rôle de distributeur exclusif des services AFP dans le pays. Le service principal de l'ahp se substituera au service mondial de l'afp. Ce service sera composé des informations les plus importantes du service international de l'afp ainsi que des informations nationales, régionales, et locales collectées par les soins de l'agence Haiti-Presse elle-même. Les contrats d'abonnement entre l'afp et ses clients se transformeront en contrats entre les clients de l'afp^et l'agence Haiti-Presse. En devenant le distributeur exclusif de l'afp en Haiti, l'agence Haiti-Presse payera à l'afp un abonnement annuel d'un montant à négocier, mais qui doit représenter grosso modo l'équivalent de la somme des revenus de l'afp provenant de ses abonnements en cours. Comme déjà expliqué dans le chapitre précédent, les abonnés actuels de l'afp auront la possibilité de recevoir comme avant le service intégral de l'afp par le biais d'un contrat supplémentaire avec l'agence Haiti-Presse. La reprise des activités commerciales de l'afp et la définition des relations contractuelles entre l'afp et l'agence Haiti-Presse nécessiteront des négociations détaillées et approfondies tant sur le plan commercial et administratif que sur le plan technique - transfert du parc téléscripteurs, transfert éventuel des lignes télégraphiques. A son tour, le bureau de l'afp à Port-au-Prince deviendra client de l'agence Haiti-Presse. Ni le statut ni les fonctions des correspondants de l'afp ne seront affectés par les liens à créer entre l'afp et l'agence Haiti-Presse.

12 STRUCTURES L'Agence Haiti-Presse doit disposer de structures administratives et opérationnelles bien définies et efficaces. Sur le plan juridique, il faudra définir les statuts de l'ahp ainsi que les pouvoirs de son organe de contrôle (genre conseil supérieur). Ce dernier doit représenter essentiellement les intérêts des utilisateurs de l'agence afin de veiller au respect des critères d'une information complète et objective. Sur le plan opérationnel, le système le plus adapté sera de doter l'agence d'une direction générale et de trois directions opérationnelles à savoir, rédaction, administration et service technique. Etant donné le rôle-clé que la rédaction jouera, le directeur de la rédaction (rédacteur en chef) est la personne la mieux placée pour assurer les fonctions de directeur-général adjoint.

13 0> u 3 <D 4J -9- m 1 ih m c % & u 3 0 4J U U H Q 4J 4-1 C ai -H 6Ä T3 c m (U M ai 3 U a> 4J U 'Ü»aj -p «0)

14 -10- Afin de remplir ses fonctions, le rédacteur en chef comptera dans son service cinq journalistes (rédacteurs) à la rédaction centrale, un reporter à Port-au-Prince et neuf correspondants pigistes établis dans les neuf chefs-lieux des départements. Il aura également une secrétaire qui fera fonction aussi de documentaliste. Les télexistes, bien que faisant partie de la direction technique, devront travailler en étroite collaboration avec les services de la rédaction centrale. Le directeur administratif et commercial aura besoin d'un administrateurcomptable et d'une secrétaire. A son tour, l'administrateur aura la charge des services auxiliaires comme le service du courrier, les voitures de service et la sécurité. Le directeur technique aura dans sa direction deux techniciens, une secrétaire, qui s'occupera également du standard téléphonique, ainsi que les cinq télexistes. Selon ce schéma, les effectifs de l'agence s'élevront à 34 personnes. Il serait difficilement concevable d'assurer avec moins de personnel un service adéquat et de la qualité requise répondant aux besoins des abonnés. Le tableau a la page suivante illustre schématiquement la distribution des effectifs décrite dans les paragraphes précédants.

15 ro u D, CD 4-> S U -H P p commis 1 chauffeur 1 gardien w 2 2 < OS u M 2 < OS o c VJ- 3 0) 4-> VJ H Q (1) M H (0 4-> U O- 0) I«(U u &. u D" d) 0) I j 1-2 techniciens _ 5 télexistes -5 c u H re -p 9 correspondants o TO 1 reporter P-au-P 5 rédacteurs

16 -12- VI. ORGANISATION DE IA REDACTION La rédaction centrale de l'agence Haiti-Presse aura la responsabilité de la forme, du contenu et de la qualité des services diffusés par l'agence. Elle aura les fonctions suivantes (dans la première phase opérationnelles) : a) faire le tri du service de l'afp et traiter les dépêches qui seront à incorporer dans le service principal b) recevoir et traiter les dépêches des correspondants régionaux c) recevoir et traiter les comptes-rendus du reporter à Port-au-Prince d) recevoir et traiter les communiqués de presse (officiels et autres) e) organiser et programmer la couverture nationale (politique et diplomatique, économique, sportive et générale) f) préparer et rédiger papiers de fond, analyses et features g) mettre sur pied et entretenir un système de documentation (archives, documents et livres de référence). Dans cette fonction l'ahp pourra s'appuyer sur la direction de la recherche et de la documentation du Ministère de l'information. Afin de répondre aux besoins en information de ses abonnés, l'ahp devra fonctionner, sept jours sur sept. De plus, elle devra transmettre pendant les heures de la journée et de la soirée nécessaires aux utilisateurs de ses services. Les stations de radio et, dans une moindre mesure, les stations de télévision et la presse quotidienne seront les clients les plus exigeants. Il faudra donc définir ' avec précision les modalités opérationnelles de la rédaction centrale afin de faire l'usage le plus rationnel de ses ressources humaines. Prenons le cas des stations radios. Si les premiers bulletins radiodiffusés sont à heures, l'ahp sera appelée à fournir le matériel nécessaire à la préparation de ces bulletins. Il en va de même pour les derniers bulletins de la soirée.

17 -13- L'agence devra donc commencer ses transmissions suffisamment tôt le matin pour que les nouvelles les plus fraîches soient à la disposition des stations de radio. Le soir, elle devra continuer à transmettre en tenant compte de trois échéances : l'heure du bouclage des journaux, les derniers journaux télévisés et les derniers bulletins d'informations radiodiffusés. On doit prévoir donc que l'agence fonctionnera de le matin à le soir. Cinq rédacteurs représentent le minimum afin d'assurer une présence pendant 19 heures par jour, sept jours sur sept. Le service peut être assuré par un seul rédacteur tôt le matin et en fin de soirée, mais il serait hautement souhaitable d'avoir deux rédacteurs présents aux autres moments de la journée. Ainsi on pourra détacher un rédacteur du desk si l'intensité de l'actualité à Port-au-Prince, ou dans la région de la capitale, l'exige. Chaque rédacteur travaillera cinq jours par semaine et sera de service le weekend à tour de rôle. Ceux qui travaillent pendant un weekend aura des jours libres de récupération en semaine. Il - est évident que l'ahp pourra fonctionner avec une équipe réduite pendant le weekend. Voir exemple dans le schéma ci-dessous. Les cinq télexistes travailleront selon le même schéma. Schéma opérationnel a) Lundi - Vendredi (Heures) * ^ congé : un rédacteur par jour

18 -14- b) Samedi et dimanche (Heures) h * , 1 Congé : 2 rédacteurs par jour Les heures de présence du rédacteur en chef et du reporter à Porta-au-Prince seront de et de du lundi au vendredi dans la mesure où le rythme de l'actualité le permet. Les rédacteurs du desk doivent être encouragés à faire des papiers de synthèse et d'analyse ainsi que des features. Il en va de même pour les correspondants régionaux. Le volume de mots transmis chaque jour dans le service principal variera en fonction de l'actualité nationale et mondiale : à titre purement indicatif, mots par jour seraient une bonne moyenne. La proportion fournie par les informations nationales et régionales pourrait atteindre 25% dans un premier temps et 50% dans un deuxième temps.

19 -15- VII. LOCAUX Afin de démarrer dans des conditions acceptables, l'agence Haiti- Presse doit disposer de locaux appropriés. Ceux-ci doivent comporter une salle de rédaction, une salle de télex (transmission et réception) avoisinante, ainsi que de bureaux pour le personnel administratif et technique. Ce dernier aura également besoin d'un atelier d'entretien et de réparation des téléscripteurs. La surface utile minimum serait de l'ordre de 300 mètres carrés. Une salle de rédaction de 60 à 70 mètres carrés donnerait de la place pour les tables de la rédaction ainsi que pour les archives. La salle de télex doit avoir des dimensions d'une quarantaine de mètres carrés. L'élément primordial dont il faut tenir compte dans la disposition des locaux est de - s' assurer que la rédaction et la salle de télex soient situées l'une à côté de l'autre. La salle de télex peut être séparée de la salle de rédaction par des cloisons vitrées pour réduire le niveau de bruit dans la rédaction. Il faudrait prévoir des guichets pour passer rapidement les dépêches dans les deux sens et une porte communicante. De l'avis de l'auteur, une partie de l'immeuble occupé par l'annexe du Ministère de l'information et situé au centre de Port-au-Prince pourrait être facilement adapté aux besoins de l'agence (le rez-dechaussée notamment). Il faudra également prévoir de la place pour l'incorporation, dans un deuxième temps, du service photographique de l'ahp - laboratoire, chambre noire et archives. La création, des bureaux régionaux ne pose pas de problème dans la mesure où les délégués du Ministère de l'information qui sont déjà installés dans les chefs-lieux des départements seront les correspondants-pigistes de l'agence.

20 -16- í VIII. EQUIPEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE Les besoins en aide extérieure Vu la carence en matériel et en personnel qualifié, les autorités haitiennes vont devoir solliciter pour l'agence une aide extérieure en ce gui concerne l'acquisition de son équipement de base et la formation de son personnel journalistique et technique. Dans la mesure où le gouvernement haitien mettra à la disposition de l'ahp des locaux déjà équipés en courant électrique, système d'air conditionné, etc, l'essentiel de l'aide sollicitée concerne le parc de téléscripteurs de l'agence ainsi qu'un tableau de distribution d'une cinquantaine de voies. La pose de cables et des travaux connexes pour la réception et la transmission de ses services nécessiteront des dépenses considérables. Il faudrait prévoir éventuellement des améliorations du système téléphonique existant dans les locaux qui seront mis à la disposition de l'agence. L'acquisition de 45 téléscripteurs est prévue afin de couvrir les besoins de l'ahp et de ses abonnés. L'agence aura besoin de 10 appareils dont sept avec clavier et système de perforation: un pour la réception de l'afp ; deux pour la préparation des bandes perforées; un pour la transmission du service principal;un raccordé au réseau télex normal (pour la réception des dépêches de correspondants, des communiqués de presse, etc) et deux appareils de rechange. Les trois autres appareils seront utilisés comme appareils témoins de la transmission (deux) avec un appareil de rechange. Le mobilier pour l'agence peut être fourni par les services existants du Ministère de l'information dont une partie des activités sera reprise par l'agence. Idem pour les voitures de service. En ce qui concerne la formation professionnelle, l'agence aura besoin de stages de formation à l'étranger, ainsi que de la présence

21 -17- d'experts internationaux sur place. Le programme minimum de formation serait : pour le rédacteur en chef, un stage à l'étranger de trois mois, dont deux auprès d'une agence de presse mondiale (AFP?) et un mois auprès d'une ou deux agences nationales utilisatrices des services des grandes agences (on pourrait penser entre autres à l'agence Tunis Afrique Presse - TAP - à Tunis ou voire même la Caribbean News Agency - CANA - à la Barbade). Le directeur technique devrait également suivre un stage à l'extérieure d'un mois afin de se perfectionner sur l'équipement - téléscripteurs et tableau de transmission - acquis par l'ahp. Pour le reste, il faudra prévoir la présence à Port-au-Prince de deux experts. Le premier conseillera le directeur général et le rédacteur en chef quant aux opérations de la rédaction, ainsi que sur la forme et le contenu du service principal. Il s'occupera également du perfectionnement des connaissances des rédacteurs et des correspondants. Sa présence sera nécessaire pendant six mois : trois avant le début de la phase opérationnelle de l'ahp et trois mois après le démarrage. Le deuxième expert conseillera le directeur général et le directeur technique quant aux opérations techniques de l'agence. Il sera sur place pendant quatre mois : trois avant le démarrage et un après. Il y a une possibilité de former les deux techniciens en équipement télex à Port-au-Prince en liaison avec la Teleco (entreprise chargée des services de téléphonie et de télégraphie en Haiti) et l'institut National de Formation Professionnelle (INFP). Le tableau chiffré des besoins en aide se trouve à la page suivante.

22 -18- RECAPITULATION DES BESOINS EN AIDE EXTERIEURE (en $ des USA) a) Equipement 45 téléscripteurs à un coût moyen de $ 4.000/pièce un tableau de distribution de 50 voies (y compris frais d'installation) travaux de télégraphie et téléphonie b) Formation professionnelle stage de trois mois à l'étranger pour réd. en chef f stage d'un mois à l'étranger pour directeur technique mission à Port-au-Prince pour conseiller (rédaction) - 6 mois mission à Port-au-Prince pour conseiller (direction technique) - 4 mois TOTAL

23 -19- BUDGET DE FONCTIONNEMENT Dépenses Le poste principal des dépenses courantes de l'ahp sera les coûts salariaux. Afin de se faire une idée de l'ordre de grandeur on a établi la grille suivante. Les chiffres sont nécessairement approx imat ifs. f En ce qui concerne les autres dépenses, on part du principe le coût des lignes télégraphiques entre l'agence Haiti-Presse et ses abonnés seront à la charge de ces derniers. Dépenses annuelles (en $) a) Coûts salariaux dont 4 cadres supérieurs (dir. et dir.gén.) à une moyenne de $ 800 par mois cadres moyens (rédacteurs, reporter, techniciens, admincomptable) à une moyenne de $ 350 par mois reste du personnel ( 13 personnes à une moyenne mensuelle de $ correspondants pigistes à une moyenne mensuelle de $ b) Autres dépenses abonnement AFP loyer(30cm2) : téléphones, papier et autres fournitures autres frais TOTAL 214. «eo

24 -20- Recettes Les recettes de l'agence proviendront essentiellement de la vente de ses services d'information à ses abonnés. Le prix du service principal serait de $ 300 par mois pour les abonnés, c'est à dire l'équivalent de l'abonnement du service de l'afp aujourd'hui. Le nombre et les catégories seront examinés dans le chapitre suivant. Le tableau ci-dessous en donne un résumé. On compte également des abonnés au service intégral de l'afp en supplément à leur abonnement à l'agence Haiti-Presse. En outre, l'ahp louera les téléimprimeurs à ses abonnés. Un loyer de $ 60 par mois pourrait être envisagé. L'AFP deviendra client de l'agence et payera pour le service AHP l'équivalent de 10% de ce que l'agence Haiti-Presse paie pour le service AFP. (On appelle ceci le return-fee dans le jargon du métier). Recettes annuelles (en $) recettes 32 abonnés à $ 300 par mois au service principal recettes 6 abonnés à $ 150 par mois au service supplémentaire de l'afp i location de 38 téléscripteurs à $ 60 par mois abonnement AFP au service AHP TOTAL

25 -21- Commentaire sur le budget de fonctionnement Sur les bases exposées dans les pages précédentes, le budget opérationnel comptera côté dépenses $ et côté rentrées $ , soit un solde à financer de $ A ce propos, il faut souligner que des postes importants parmi les dépenses de l'agence n'entraîneront pas de dépenses nouvelles pour le budget de l'etat. L'Etat finance déjà une partie de ces charges dans le budget actuel du Ministère de l'information. Il s'agit notamment du loyer des locaux de l'agence, d'une partie des coûts salariaux pour le personnel de l'agence (ceux qui seront recrutés parmi les agents du ministère), et des abonnements que l'etat paie actuellement à l'afp pour ses services. On peut évaluer le montant de ces trois postes comme suit : loyer locaux un tiers des coûts salariaux abonnement à l'afp Si on élimine ces postes du budget de fonctionnement, parce qu'ils ne représentent pas de dépenses nouvelles, le solde déficitaire de $ devient un solde positif de $ En clair, l'etat fera une économie de $ par an une fois que l'ahp est opérationnelle par rapport à ce qu'il paie aujourd'hui au financement du budget du Ministère de l'information. Il faut en conclusion souligner la nature hypothétique de ce plan budgétaire. Il a surtout une valeur indicative. La situation financière de l'ahp pourrait être améliorée considérablement si le nombre d'abonnés dépassait les estimations de l'auteur (grâce à une campagne

26 -22- de commercialisation très poussée). Elle peut être aggravée si l'effort de commercialisation restait insuffisante ou si la qualité du service était telle que les clients potentiels refusaient de s'y abonner. C'est aux problèmes de la commercialisation qu'il faudrait s'adresser maintenant.

27 -23- X. COMMERCIALISATION Les clients potentiels de l'agence Haiti-Presse se divisent en plusiers catégories : les mass media; les ministères et autres instances gouvernementales ; les ambassades étrangères; les 4 organisations internationales représentées en Haiti; les grandes banques; les principales entreprises du secteur privé. Le nombre de clients cités au chapitre précédent consacré au budget de l'agence a été calculé de la façon suivante : Pour les 32 abonnés au service principal, on a estimé qu'il s'agirait de : - 15 des media (sur un marché total de 50) 3 banques (sur un total de 10) 7 ambassades (sur 23) 1 organisation internationale (sur 4) 3 ministères 3 entreprises privées Les six abonnements supplémentaires au service intégral de l'afp viendraient de la part des plus grands organes des mass-media (radio, TV et quotidiens). Il faut souligner que les chiffres donnés plus haut ont surtout valeur d'exemple. Le nombre peut certainement être dépassé avec : ' un effort de sensibilisation»marketing et commercialisation bien préparé et bien structuré. Cet effort doit commencer bien longtemps avant le démarrage de l'agence et doit constituer donc une priorité importante tant pour le directeur général de l'agence Haiti-Presse que pour son directeur administratif et commercial dès leurs nominations respectives.

28 -24- La campagne de commercialisation à entreprendre auprès des candidats à l'abonnement devrait se centrer en premier lieu sur l'utilité directe pour chaque type de client d'avoir accès à une information complète et rapide. Un autre facteur susceptible d'avoir une incidence sur le nombre de clients, surtout chez les expatriés, pourrait être la mesure dans laquelle ils se sentiraient moralement obligés à contribuer au développement de l'agence et donc à une extension importante du réseau d'information du pays. Avant de clore ce chapitre, il faut examiner la structure des prix de l'abonnement. Le prix unitaire de $ 300 par mois a été retenu par l'auteur parce qu'il correspond au prix pratiqué actuellement par l'afp. Mais il est d'usage que les tarifs d'abonnement aux agences de presse soient dégressifs; les grands utilisateurs (stations de radio et de télévision, suivi par les quotidiens) payant plus qu'un organisme qui s'abonne à un service pour couvrir uniquement ses besoins internes d'information. Cette réflexion amène l'auteur à poser la question de savoir si les plus importants clients de l'ahp - les grandes chaînes de radio et de télévision - pourraient payer plus que le tarif de $ 300? Seule une enquête auprès des intéressés peut fournir la réponse. Dans l'affirmative, les recettes de l'agence en bénéficieraient.

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR Version approuvée par le Conseil de surveillance du 10 mai 2012 1 CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR Suite aux modifications apportées par le décret

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Conseil économique et social. Projet de budget et plan des dépenses pour 2015

Conseil économique et social. Projet de budget et plan des dépenses pour 2015 Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2014/13 Distr.: général 19 septembre 2014 Français Original: anglais, français et russe Commission économique pour l Europe Comité de gestion

Plus en détail

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Octobre 2013 CFS 2013/40/10 Rev.1 F COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE MONDIALE Quarantième session Rome (Italie), 7-11 octobre 2013 PROPOSITIONS D'AMENDEMENTS À APPORTER AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CSA ET

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-huitième session 168 EX/4 Paris, 15 octobre 2003 Original anglais Point 8.1 de l'ordre du jour

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique

Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique Presse écrite et photographique (catégories E) Introduction La presse écrite et photographique, y compris les techniciens, le

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 VOTE DE LA RESOLUTION PORTANT OUVERTURE DE CREDITS POUR 1998-1999

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 VOTE DE LA RESOLUTION PORTANT OUVERTURE DE CREDITS POUR 1998-1999 Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 29 C 29 C/77 12 novembre 1997 Original anglais Point 3.4 de l'ordre du jour VOTE DE LA RESOLUTION PORTANT OUVERTURE DE CREDITS POUR 1998-1999 Rapport

Plus en détail

RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX. Résumé

RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/30 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 30 de l'ordre du jour provisoire RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX Résumé Conformément

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ion des Nations Unies cation, la science et la culture Conseil exécutif ex

ion des Nations Unies cation, la science et la culture Conseil exécutif ex ion des Nations Unies cation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent trente-septième session 137 EX/2 PARIS, le 27 septembre 1991 Original français Point 3.1.1 de l'ordre du jour provisoire

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés

Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 95/2 du 21 mai 2013 1 L.I.R. n 95/2 Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2011/12 Distr.: général 23 septembre 2011 Français Original: anglais, français and russe Commission économique pour l Europe Comité de gestion

Plus en détail

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, DES RESSOURCES HUMAINES ET

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSISTANCE GENERALE A LA DIRECTION ET A LA GESTION DE LA SOCIETE CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE 1. ADHESION A UN RESEAU PROFESSIONNEL... 4 1.1. VEILLE ET TRANSFERT D'INFORMATIONS...

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE CENTRALE, DE PROXIMITE ET SPECIAUX DES MINISTERES ECONOMIQUE ET FINANCIER Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES

SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES Genève, 1 er - 2 décembre 2006 SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

BUREAU DE LA COORDINATION

BUREAU DE LA COORDINATION BUREAU DE LA COORDINATION ANALYSE FINANCIERE ET ORGANISATIONELLE DE STRUCTURES DE COMMUNICATION PLAN DE RESTRUCTURATION [Sep.2011] 2 A. CADRE LEGAL Considérant le rôle majeur joué par les medias dans le

Plus en détail

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC Numérisation des salles de cinéma Les instruments de financement du CNC Version du 30 octobre 2009 Le fonds de mutualisation Quel est son rôle? Le fonds de mutualisation a pour objet de collecter les contributions

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES CONTRATS D HÉMA-QUÉBEC. Révision 4 Avril 2011

POLITIQUE SUR LES CONTRATS D HÉMA-QUÉBEC. Révision 4 Avril 2011 POLITIQUE SUR LES CONTRATS D HÉMA-QUÉBEC Révision 4 Avril 2011 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 1 SECTION 1 - CHAMP D APPLICATION... 1 SECTION 2 - PRINCIPES... 1 SECTION 3 - DÉFINITIONS...

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations Directives du Programme 20-1 Volume 1 Affaires indiennes et inuit Chapitre 6 Installations fixes et services communautaires DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Porter à "10 x sans frais" les paiements avec la carte pour les salariés

Porter à 10 x sans frais les paiements avec la carte pour les salariés Carte salariés Remise sur achats portée à 10 % 10 % supplémentaires sur les MDD Porter à "10 x sans frais" les paiements avec la carte pour les salariés Reconduction des avantages offerts depuis 1986 sur

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014 PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale Texte 18 DÉLÉGATION DE GESTION entre les services du ministère de la défense et ceux

Plus en détail

Processus commercial Expertise Nat

Processus commercial Expertise Nat commercial Expertise Nat Vérifié par : Arnaud Dequeker Fonction : Responsable Qualité Approuvé par : Patrick Atlan Fonction : Directeur Général Visa : Visa : Référence Edition Date commercial Expertise

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS EN QUOI CONSISTE LE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le mardi 15 décembre

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Comment assurer le développement de vos activités aux Etats-Unis? Vous pouvez développer vos activités

Plus en détail

Allianz Assurance Emprunteur

Allianz Assurance Emprunteur Allianz Assurance Emprunteur Loi HAMON Allianz Courtage L objectif de la loi Hamon Quel est le besoin des assurés? Comparer les offres d assurance, faire jouer la concurrence La réponse apportée par la

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn.

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. 1. Il faut donner une information appropriée et actualisée à toute personne qui souhaite un DIAGNOSTIC

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION Une société multinationale est une société qui produit des effets économiques dans plusieurs pays. C'est-à-dire que, soit les actionnaires

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles D.99 23 à D.99 26 ;

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles D.99 23 à D.99 26 ; Décision n 01 355 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 avril 2001 demandant à France Télécom d apporter des modifications à son offre de référence pour l accès à la boucle locale

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETERIAT D ETAT AUX SPORTS, A LA JEUNESSE ET A LA VIE ASSOCIATIVE

MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETERIAT D ETAT AUX SPORTS, A LA JEUNESSE ET A LA VIE ASSOCIATIVE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETERIAT D ETAT AUX SPORTS, A LA JEUNESSE ET A LA VIE ASSOCIATIVE Bureau de la communication CAHIER DES CHARGES Réalisation

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE : LA RECHERCHE POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS ET COMMANDITES PAGE: 1 Adoptée: CAD-5355 (15 06 93) Modifiée: CAD-5869 (27 02 96) CAD-5971 (18 06 96) CAD-6138

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE

BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE III. 1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium)

Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium) Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium) 13 mai 2015 1. Objectifs du document Clarifier les paramètres de tarification des services des

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE 1 CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE ENTRE Le/La (dénomination de l emprunteur) représenté(e) par

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail