Débat sur le projet de création d une agence nationale de développement économique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Débat sur le projet de création d une agence nationale de développement économique"

Transcription

1 Débat sur le projet de création d une agence nationale de développement économique I) Synthèse au 14/02/15 des 31 contributions représentatives de la diversité d origine professionnelle des membres de GNIAC 1. Philosophie de l agence Ecouter, impliquer toutes les parties prenantes Logique participative : appropriation des enjeux par le terrain (ex. Make Sense), démocratie participative Réactivité, proximité du terrain, approche «bottom-up» Fédérer, décloisonner les parties prenantes (Etat, Régions, Départements, Communautés d agglomération, écoles, associations, réseaux, entrepreneurs, financeurs, habitants ) 2. Missions de l agence Donner priorité aux projets porteurs d innovations sociales et économiques (notamment ceux issus de l ESS de l économie circulaire, des circuits courts et du numérique), principalement dans les quartiers urbains et les territoires ruraux Former à la citoyenneté, à l esprit d entreprise et au numérique Unir associations, écoles, entrepreneurs, réseaux de création et d accompagnement à l entrepreneuriat (cf.priorité du gouvernement) Assumer les rôles de catalyseur, d accélérateur de bonnes pratiques et d initiatives, d animateur de réseau, d accompagnement et de financeur de projets entrepreneuriaux ou de retour à l emploi Renforcer le rôle stratège de l Etat au service du financement de l économie réelle, de l accès au numérique, de l égalité et de l attractivité des territoires Développer une approche terrain fondée sur la mixité sociale ET territoriale au service de la création d entreprise, le développement des TPE/PME, le retour à l emploi salarié Favoriser l expérimentation multi-domaines (éducation, emploi, insertion, logement, entrepreneuriat, action sociale, etc.), la simplification et l assouplissement des dispositifs Agence de projets pour le développement d une économie de proximité et des emplois non délocalisables

2 3. Objectifs de l agence Recenser ce qui existe, ce qui marche ou pas (structures, réseaux, dispositifs, moyens financiers et urbains/ruraux) Développer l innovation et la créativité partagées Clarifier et faire connaître les aides à l emploi, à la création d entreprise et à l accompagnement post-création ; développer les pépinières d entreprises, l accompagnement post-création Travailler sur l adéquation entre les offres d emploi des entreprises, les offres de formation, l école et les compétences des bénéficiaires Introduire les facteurs de mobilité ET de santé dans toutes les actions de l agence Introduire des «clauses d achats» au niveau des entreprises et collectivités, afin de développer les opportunités d affaires en local Permettre aux bénéficiaires de sortir de leur zone géographique (via des visites, des immersions, des stages en entreprise) et de les informer sur les métiers porteurs 4. Méthodes de travail et fonctionnement de l agence Approche écosystémique, transversale, liant les volets éducatifs, sociaux, économiques, urbains, culturels ET cultuels Développer des partenariats publics-privés, ancrés dans des démarches territoriales pour l accès à l emploi (stages, alternance, recrutements), la création d entreprise et l accompagnement post-création, la mixité sociale, la mobilité, le financement des initiatives et la fiscalité incitative (emploi, immobilier) Démarche proche des PTCE Appui sur les acteurs locaux (associations, missions locales, CCAS, entreprises locales, etc.) - ex. entreprises sociales, gérants TPE/PME, Uni-Cités, Secours Populaire, etc Être un guichet unique rassemblant les acteurs et les compétences du terrain (insertion, emploi, formation, entrepreneuriat, etc.) Relier, coordonner, mettre en réseau et en cohérence les hommes et les initiatives déjà existantes Mesure systématique des impacts sociaux, économiques et environnementaux liés aux projets, via des indicateurs de mesure appropriés Utilisation du mécénat de compétences, en coopération avec les grandes entreprises et utilisation du levier de la responsabilité sociétale des organisations Appui sur la démarche et l esprit «french tech» (label «french local social innovation») Permettre l expérimentation, le travail en mode «projet» (rassemblement en «bouquets d initiatives»), le changement d échelle et les retours/partages d expériences Soutien à tous les bénéficiaires (=inclusion) pas que les plus «doués» Composition de l agence : multicompétences, mixité acteurs publics/privés/citoyens/entrepreneurs/associations = gouvernance ouverte à toutes les parties prenantes, en mode participatif, avec des profils mixés 5. Ecueils à éviter

3 Etre loin du terrain ; bureaucratie ; contrôle «top-down» en lieu et place d un «bottom-up» Absence de définition des zones géographiques prioritaires, en veillant à prendre en compte les besoins et les demandes des acteurs locaux Absence d objectifs, de priorités et de méthodes avant la création (danger d improvisation) Inflation des coûts pour peu de valeur ajoutée en terme d emploi et d activité Compétition/jeux d influences avec des structures/dispositifs déjà proches : CGET, ARF, France Stratégie, ANRU, Fabriques à Initiatives, Coordination Force, Synergie Réseau, ADIE, CCI, ANACT = empilement d un nouveau dispositif sur l existant, alors que l Etat demande aux associations et aux collectivités de «réduire la voilure» Centralisation à l heure de la décentralisation ; nouveau «machin inutile» coûteux, nouvelle couche de «millefeuille» 6. Conclusion Agence chef d orchestre, pour relier, coordonner, aider, pousser, valoriser, faciliter les initiatives Agence pour fédérer les parties prenantes, pour décloisonner les acteurs et les silos = travail en partenariat, innovation dans des méthodes de travail et des relations humaines basées sur l intelligence collective pour créer de nouvelles dynamiques Agence pour fluidifier les processus, rationaliser/simplifier les dispositifs existants Agence pour porter les valeurs de citoyenneté, d entrepreneuriat, de vivreensemble, de dignité, d écoute, de fraternité, d équité, de solidarité, d ouverture Agence pour insérer, par la reconnaissance de la dignité et de l égalité des bénéficiaires = lutter contre les exclusions et discriminations Agence comme outil de l Etat régulateur, coordinateur pour laisser le «privé» agir Le GNIAC comme partenaire-terrain indispensable, dans ses rôles de repérage, d accélérateur, de promotion, de réplication et de soutien aux d initiatives à impact sociétal local fort. Mais aussi dans son rôle de «lanceur d alerte» et de sensibilisation auprès des pouvoirs publics pour renforcer l efficacité de l action publique et entrepreneuriale Denis SABARDINE / Pour GNIAC / 14 février 2015

4 VERBATIM extraits des contributions Attention au «machin» conçu sans connexion avec le terrain Je me suis dit la même chose : encore le risque de faire un machin autour duquel vont se battre les grandes institutions (cdc, bpi, apce, etc.) pour au final accoucher au mieux d une souris, au pire d un «monstre bureaucratique» Surprise d'abord, même si j'ai le souvenir qu'il avait été question d'une école pour l'entreprenariat des quartiers, d'une banque des bonnes initiatives (du temps de Lamy). Surprise d'une idée d'agence quand on vient d'en fermer une (qui avait un petit département déc éco) et quand l'anru affirme des compétences sur le dév éco. Surprise aussi de la période : pendant la négociation sur la réforme territoriale et sans préparation manifeste (mais c'est sans doute une technique)... Je crains que cette annonce débouche sur une ènième institution qui ne sera que partielle, lourde et rigide alors qu'il faudrait plus d'agilité pour libérer les initiatives et la créativité. Risque qu'elle soit trop ambitieuse, ou déconnectée du terrain. De l'ambition il en faut pour les quartiers et le développement économique, mais il vaudrait mieux mettre en réseau ce qui existe et fonctionne. Depuis qq jours, je suis tiraillée entre l'envie de contribuer sur le fond et l'envie de dénoncer ce nouvel Ovni administratif sorti de nulle part, l'improvisation politique duquel il résulte, l'incohérence totale à créer une nouvelle agence nationale 6 mois après en avoir supprimé une autre au motif d'une nécessaire rationalisation budgétaire... et d'autres choses encore. L'action publique mérite mieux que cela, et nous autres acteurs engagés aussi, sans même parler des habitants-citoyens-acteurs économiques... Au moment où la loi NOTRe donne la compétence de développement économique aux régions et aux Intercommunalités (qui l ont d ailleurs déjà..) aller créer une Agence Nationale de Développement Economique n est pas tout à fait réaliste ou alors c est encore une volonté de la part de l Etat de ne pas lâcher la décentralisation mais de vouloir maîtriser les choses..peu réaliste. Que sera cette agence alors qu existe le CGET!!!! et France Stratégie? A quoi tout cela sert Créer un département plus économique au CGET encore mais pas une agence à une époque où les budgets sont en baisse pour tous Et l ARF, à quoi sert-elle? Les incohérences sont difficilement supportables Sur les enjeux, le champ d action Ne pas limiter à la créa (le PR a insisté sur la créa), mais bien aussi et surtout à la postcréa / dév éco. Le taux de création est élevé (auto-entreprneurs, autoe-emploi obligent), tt comme le taux de sinistre à 5 ans L enjeu est de passer de l auto-emploi (= majorité des créa) à la TPE/PME. C est comme ça qu on reboisera les territoires et qu on sortira de la «bonzai économie».

5 Profiter de cette fenêtre de tir pour décloisonner fortement monde du business et monde de la créa, trop en silo. On parle de mixité sociale des habitants, il faut parler aussi de mixité des entreprises, mélanger dans des lieux et des projets communs, réseaux d entreprise / couveuse & pépinières / professionnels de la créa, c est l avenir. Exemple je crois à Choisy avec le centre de l entrepreneuriat. Initiative similaire à Marseille en cours poussée par Marseille prov métropole dans les quartiers nord, j y reviendrai. Mettre réellement en place une phase de préfiguration de l agence pour identifier la bonne échelle d intervention et, pour définir et ordonnancer les priorités d actions de celle-ci, o Trouver un mode opératoire qui favorise un fonctionnement en mode projet et qui accepte réellement l expérimentation, les échecs et les remises en cause des solutions proposées. Il me semble que nous ne sommes pas très forts sur ce sujet en France. o Cantonner le rôle de l Etat à celui de stratège et faire émerger des solutions locales, en s adaptant à chaque configuration du terrain. Eviter le mode «copier/coller» assez fréquent. Si le sujet de cette Agence Dvt éco se limite à la création d entreprise, on passe à côté du sujet.comment le dvt économique se met au service de l emploi? Là réside la question. Il est temps d'articuler ces deux mondes et le projet d une agence de dvt éco me parait le bon prétexte pour y arriver. Objectifs/orientations la promotion d un meilleur chainage des interventions selon une logique de parcours du créateur est à promouvoir (promotion esprit d entreprise/appui à la création ET à la consolidation (via développement d accompagnement post création à 2 ou 3 ans), de même, la promotion de démarches intégrant solutions immobilières adaptées (petites et moyennes surfaces) conditionnées à de l accompagnement (cf. nos amis de Premier Conseil) est à prendre en compte Enfin le développement des partenariats publics / privés appliqués au développement d activité dans l économie marchande où dans l ESS sont des pistes à poursuivre en temps de disette : plusieurs dispositifs existent en termes de mécénat de compétences ou de mécénat financier et, pour aller vers une meilleure coordination des actions, le concept de «fondation territoriale» me semble être un exemple à suivre Renforcer l expertise locale d acteurs de l urbain qui ne sont pas forcément (j euphémise) familiers avec le monde du développement économique (dispositifs, jeux d acteurs, méthodes d analyse )

6 Fonctionner en cellule R&D nationale (et pas seulement en centre de ressource) permettant de déclencher des expérimentations, de les évaluer et de les diffuser Méthodo/moyens : innover, fluidifier, déployer les bonnes pratiques, coller au territoire Travailler comme au sein de GNIAC sur un mode participatif avec des personnes qui ont envie et qui sortent du cadre. Cela doit avoir pour effet de décupler l action. Favoriser le mélange de tous : acteurs issus des petites et des grandes entreprises, acteurs de toutes les «générations» pour décoiffer les approches, acteurs issues de mondes divers (culturel, éducatif, social, économique) pour développer un vision systémique et s éloigner d un mode de fonctionnement cartésien en silos. o Rechercher la simplicité! Permettre l expérimentation, le changement d échelle et les retours/partages d expériences dans sa composition favoriser un fonctionnement immédiatement opérationnel bien loin d une agence vitrine. La proposition est celle d y intégrer aussi des personnes citoyennes issues de la société civile qui ont à cœur de s investir au service du renouveau de la France et de ses territoires. La diversité des profils sera le maître mot qui alliera une présence d entrepreneurs, d opérationnels de responsables associatifs... Plutôt qu ajouter une couche en plus «méta», un nouvel acteur (et toute la lourdeur de création associée + jeux de pouvoir, etc.) pourquoi ne pas désigner via cet agence, un «chef de file» public sur chaque territoires (cdc, interco, etc.) variable en fonction du territoire et de ses jeux d acteurs. Charge à lui d animer et de dév la dynamique territoriale dév éco des quartiers, en lien avec un pilotage national rattaché directement au PM par ex (= cause nationale prioritaire). La comparaison avec Anru c est bien pour la comm et la pédagogie mais autant le logement peut être top down autant le dév de l entrepreneuriat ça doit être bottom-up et ne peut se décreter d en haut, et donc prévoir souplesse, «jeu» et adaptabilité aux spécificités des territoires. Avoir un rôle d accélérateur de diffusion de bonnes pratiques, via par ex des appels à projets comme pour centre d affaires de quartier, via la prod d expertise, de mise en lien, qu on réinvente pas l eau chaude à chaque fois. En pratique par ex : un territoire «quartier» veut mettre en place un lieu dédié à l entrepreneuriat. Quel modèle éco, quelles bonnes pratiques, quel montage, etc.? Je pense que bcp de territoires se posent la question et tâtonnent/réinventent dans leur coin, il serait bien d avoir une capitalisation partagée, des lignes de crédit dédiées, etc. Bien sûr se pose ici aussi la question du chevauchement articulation avec CGET.

7 Perso, j aime bien l approche de politique publique «french tech» : construite avec les territoires ET les entrepreneurs (en tant qu individus, figures inspirantes), favorables aux gros comme aux jeunes pousses, créant une dynamique nationale (logo, marque partagée) et territoriale (ça pousse les gens à bosser ensemble je le vois bien ici à aix-marseille), recherche d excellence, ouverture à l international, orientée développement (via le soutien aux accélérateurs) etc. Ce me paraît une bonne approche du rôle de l Etat stratège au 21 ème siècle. Peut-on imaginer qq chose de ce type sur les quartiers? Mettre en avant et soutenir des territoires d excellence en matière de dév éco, qui vont avoir un rôle de locomotives pour tirer les autres (vs saupoudrer saupoudrer donner à tous un peu et il ne se passe rien), faire émerger et développer à la manière french tech des accélérateurs d entreprises issues des quartiers et très connectés aux entreprises leaders/emblématiques locales basées dans les quartiers - pour passer de l auto-emploi (qui reste la forme dominante de la créa) à la TPE/PME. Pour cela, l offre actuelle (couveuse, pépinières, etc.) ne suffit pas On pourrait d ailleurs imaginer une plateforme gniac de 10 initiatives concrètes, novatrices et qui ont fait leur preuve, pour donner la gniac au dév éco des quartiers En disant le rôle de «l Agence de dév éco», quelle que soit sa forme, est d accélérer efficacement le dév à grand échelle de ces initiatives (en les adaptant bien sûr à chaque territoire)= avoir une approche projet, opérationnelle vs grands discoursfenêtre de tir pour rendre visible cette plateforme : comité interministériel de début mars Rôle de catalyseur, d accélérateur de bonnes pratiques et d initiatives, d animateur de réseau, d accompagnement et de financeur de projets entrepreneuriaux ou de retour à l emploi Il faudrait a minima que cette agence s'appuie sur les réseaux de type GNIAC comme une conférence permanente des initiatives, L agence doit construire tout un éco-système qui favorise les projets, la créativité, la mise en relation, la transversalité, la création ou la reprise d'entreprises, bien au-delà d'être un simple guichet de financement. Il faut la penser hors du cadre habituel, très transverse et très connectée au terrain (connectée dans tous les sens du terme). Il y a nouveau modèle à construire sur les territoires, cette agence peut en être le chef d orchestre à condition d être à l écoute de tous les acteurs et de savoir faire émerger les compétences collectives. Il ne faut effectivement pas que cette agence soit une énième structure de financement, mais une véritable structure qui écoute et facilite la vie des citoyens et des créateurs d'entreprise. Plus concrètement, cela signifie qu'il serait bien que : - Sur chaque territoire des conseillers soient capables d'être de véritables facilitateurs et puissent apporter des réponses concrètes adaptées à chaque projet et à chaque cas de figure. Qu'ils soient capables d'accompagner les porteurs de projet et les orienter vers les bons interlocuteurs pour la définition, la construction et le financement de leur projet. Une équipe pluridisciplinaire serait donc idéale.

8 - l'agence simplifie la compréhension et l'accès à tout le système. Il ne faudrait pas qu'elle reproduise un nouveau parcours du combattant qui ne serait accessible qu'à un tout petit nombre de personnes averties. - l'agence soit connectée aux enjeux des territoires et soutienne les projets d'économie circulaire. (Ce serait bien de montrer une cohérence globale entre toutes les politiques gouvernementales). Cela permettrait d'identifier les activités qui font défaut sur le territoire, celles qui faciliteraient les circuits-courts et de faire émerger les compétences et les projets qui vont en ce sens. L agence en 10 propositions «la création de l ANDEQ l agence nationale du dév.éco des quartiers - au côté de l ANRU) Ci-dessous 10 propositions/points de vigilance sur le rôle de cette future agence : 1. En matière de gouvernance, favoriser l échelle métropolitaine avec les communautés d agglo en chef de file, et s appuyer sur le projet de territoire des contrats de ville dont les CR sont partenaires signataires. L échelle régionale est immense et concentre un réseau d acteurs trop large pour une coopération étroite et de proximité efficace. Intégrer des conseils d entrepreneurs (cf. conseil citoyen) dans l instance de pilotage, afin de ne pas être hors sol. 2. A destination des acteurs qui vont animer ces stratégies locales : offrir des services de capitalisation, formation et d animation territoriale sur le développement économique endogène, le marketing territorial, la coopération des acteurs, l ESS, la RSE, l entrepreneuriat, etc. 3. Aider à formuler des stratégies de développement local endogène : sorte de schéma directeur du développement local par territoire. 4. Créer des comités territoriaux de veille/suivi/orientation/animation d une bourse de locaux disponibles. 5. Outiller les stratégies de développement local endogène : a. Accès aux marchés : publics et privés b. Manager la coopération économique : le métier d animateur de réseaux 6. Encourager et structurer des clubs locaux d entrepreneurs. 7. Déployer des plateformes d export national de l excellence territoriale : a. Faire connaître les savoir-faire à l échelle nationale b. Présenter les meilleures offres du territoire c. Accompagner l ouverture en Région 8. Accélérer la professionnalisation des associations locales qui ont un potentiel de création d emplois : elles participent à la «paix sociale» nécessaire aux affaires,

9 elles se vivent rarement comme des acteurs économiques, elles vont devoir faire face à la baisse des subventions, il faut dégager et accompagner des modèles d hybridation des ressources. 9. Proposer un guichet unique par phase du parcours des entrepreneurs : espaces ressources et accompagnement technique, juridique et financier. a. Emergence b. Création c. Consolidation d. développement 10. Généraliser une «Bourse créateur» : sous certaines conditions et dans une certaine mesure limiter les risques des créateurs des territoires prioritaires a. Une bourse et un statut lui permettant l accès aux services sociaux de base b. Un chéquier conseil : des chèques associés aux besoins liés aux différentes phases 11. Déployer une instance, avec déclinaison local, de coordination/rapprochement Entreprises et territoires a. Territoires et opportunités/gisements de valeur b. Accompagnement RSE et territoire c. Ecole entreprise : stages, parcours de formation et filières locales le nouveau dispositif remplaçant les ZFU est moins favorable, c était ces derniers temps un argument en ces temps difficiles pour remplir nos pépinières développer la création d entreprise dans les quartiers : elle est déjà bien plus élevée qu ailleurs avec une progression des créations de + de 9% en SSD en 2014 contre 2,3% en France, le problème est que ces entreprises sont très fragiles, le taux de défaillances à trois ans atteint aussi des records en SSD. Il faut donc renforcer ces projets par de l accompagnement, de la formation, des financements, du réseautage et surtout des opportunités d affaires. Sur ce dernier point pourquoi ne pas développer des conditions pour que les acheteurs des grandes entreprises, des entreprises de moyenne taille ou des ETI passent des marchés avec ces TPE? Idem pour les marchés publics. C est un sujet sur lequel nous planchons depuis plusieurs années et encore aujourd hui dans le cadre d un travail que je conduis avec la médiation de la relation inter-entreprise.

10 Des locaux d activité peuvent aussi être développés dans les quartiers pour permettre aux projets de se développer et de créer de l emploi de proximité mais les conditions de réussites sont nombreuses et subtiles, à titre d exemple la pépinière de La Courneuve est une réussite alors que l Espace Bel Air est un échec... Je ne détaille pas ici les raisons, mais je pourrai les développer si besoin.

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Solidarités Besoins Défis Besoins Transformer Projets les idées innovantes en entreprises durables Innovations Emplois Solidarités Défis Besoins

Solidarités Besoins Défis Besoins Transformer Projets les idées innovantes en entreprises durables Innovations Emplois Solidarités Défis Besoins Besoins Idées Expertises Innovations Durables Solidarités Réseaux Partenaires Défis Projets Entreprises Emplois Besoins Idées Expertises Innovations Durables Idées Solidarités Réseaux Partenaires Défis

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 L INNOVATION SOCIALE Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 INTRODUCTION 3 INNOVATIONS 2005 : Risque de dépôt de bilan Réponse : Activité à 80 % industrielle activité à 80 % tertiaire Aujourd hui : Un des

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES MISE EN CONTEXTE: Réalisée à la bibliothèque Marc-Favreau dans le cadre de la démarche stratégique du bureau de la ville intelligente et numérique (BVIN), la causerie citoyenne du 16 novembre 2014 visait

Plus en détail

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Gérant : Laurent BONNET Directeur : Thierry SARKISSIAN Coordonnées : cde-sap@orange.fr - 04.91.93.54.75 Siège social

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme Projet d espace de coworking À Combronde / Puy-de-Dôme CONTACT Si vous souhaitez nous rejoindre dans ce projet, nous sommes à votre disposition pour en discuter et vous apporter tout complément d information.

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Porteuses d une autre approche du développement, les associations ont depuis toujours inscrit leur action au plus

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Date de clôture : 20 mars 2015

Date de clôture : 20 mars 2015 Règlement de l appel à projets «Soutien aux actions multi-territoires en Politique de la ville» Date de clôture : 20 mars 2015 1. Cadre d intervention Depuis plusieurs années, la Région Île-de-France s

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi Plateforme commune Etat- Régions : ensemble pour l emploi L Etat et les Régions s allient pour mener la bataille de l emploi et impulsent une nouvelle façon de travailler ensemble par la signature d une

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Séminaire bi-bassins Antony - Vanves vendredi 28 novembre 2014 Comment s organise la lutte contre le décrochage scolaire dans l académie de Versailles?

Plus en détail

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE 1 Cadre de référence LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE août 2014 1 Le comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013 conçoit la jeunesse comme une priorité transversale de l action gouvernementale.

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire

La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire La Caisse des Dépôts, un établissement spécial La Caisse des Dépôts est une institution financière publique, créée par la loi du 28 avril 1816 Avec

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise Notre offre de services 2 Genèse 3 Le Quartier de la Création Genèse du projet urbain Située

Plus en détail

TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE LOGEMENT PUBLIC

TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE LOGEMENT PUBLIC TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE ET LOGEMENT PUBLIC 8 points de repère pour l action communautaire* Concerner un réseau Habitants, professionnels, élus, institutions. Se définit autour d un espace géographique,

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Ensemble pour faire échos à vos projets d ESS en lien avec l Afrique

Ensemble pour faire échos à vos projets d ESS en lien avec l Afrique Ensemble pour faire échos à vos projets d ESS en lien avec l Afrique Dossier de candidature à l attention des porteurs de projet UN DISPOSITIF INNOVANT POUR ACCOMPAGNER L ENTREPRENEURIAT SOCIAL DES DIASPORAS

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

L alliance pour l innovation ouverte. L alliance pour l innovation ouverte. www.alliance-innovation-ouverte.fr

L alliance pour l innovation ouverte. L alliance pour l innovation ouverte. www.alliance-innovation-ouverte.fr L a l in L alliance pour l innovation ouverte L alliance pour l innovation ouverte www.alliance-innovation-ouverte.fr L innovation ouverte et ses enjeux L innovation ouverte est une manière globale de

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail