Présentation Forum minier septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement"

Transcription

1 Présentation Forum minier septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement François Dandonneau, associé, Gowlings Jean M. Gagné, associé, Fasken Martineau 1, Place Ville-Marie, 37e étage 140, Grande-Allée Est. bureau 800 Montréal, (Québec) H3B 3P4 Québec (Québec) G1R 5M8

2 TABLE DES MATIÈRES 1. Contexte Une perspective sur les partenariats entre les Premières Nations et l industrie Étapes préliminaires L identification des besoins Ententes préliminaires 2. Ententes de principe Qu est-ce qu une entente de principe? Les sujets abordés dans le cadre d une entente de principe 3. Ententes de pré-développement Qu est-ce qu une entente de pré-développement? Les sujets abordés dans le cadre d une entente de pré-développement 4. L expérience du projet Éléonore L Entente de Collaboration Opinagow du Projet Éléonore Le Projet Éléonore et l objet de l Entente de Collaboration Étapes préliminaires à l Entente de Collaboration 2

3 1. CONTEXTE Une perspective sur les partenariats entre les Premières Nations et l industrie Consultation et accommodation que faisons-nous à partir de maintenant? Bien que les tiers n aient pas, sur le plan juridique, une obligation de consultation envers les Premières Nations, il demeure qu en termes pratiques, les compagnies minières sont souvent les mieux équipées pour consulter les Premières Nations et pour identifier des accommodements à leurs préoccupations. Passer de la confrontation au partenariat et création de situations «gagnantgagnant» ou comment passer d un droit de veto à un droit de partenariat : - $300 milliards en projets d énergie et projets miniers à travers le pays, qui donneront lieu à des consultations avec plusieurs Premières Nations; - le soutien des Premières Nations touchées assure une certitude et une plusvalue aux projets; - la certitude s acquiert en s assurant que les communautés autochtones sont adéquatement informées et soutiennent les décisions de leurs élus. 3

4 1. CONTEXTE Étapes préliminaires Analyse du contexte démographique et socioculturel du territoire touché par un projet, ce qui permettra d identifier les activités et les pratiques traditionnelles des communautés y résidant, le rôle des maîtres de trappage et les impacts du projet sur le mode de vie de la communauté affectée. Comprendre le rôle et les pouvoirs de chacun des intervenants est également une étape importante qui précède la conclusion de toute entente. La mise en œuvre d une approche privilégiée permettant de développer un esprit d équipe et une relation de confiance entre les communautés et le promoteur. La rédaction d un énoncé de mission conjoint «mission statement» peut être envisagée afin de permettre aux communautés d exprimer leur vision et leurs valeurs et d obtenir un engagement du promoteur quant au respect de celles-ci. Une autre façon d établir le lien de confiance et d engagement est de décrire dans un document «team memorandum» le processus, les règles et la façon que l entente sera développée. L adoption de l Énoncé de valeurs et du Team Memorandum facilitera le processus de discussions et servira à établir un lien de confiance entre les divers intervenants impliqués, dont les communautés autochtones. 4

5 1. CONTEXTE Identification des besoins Des Premières Nations : - participation des Premières Nations et implication dans les processus d évaluation des impacts sociaux et environnementaux des projets; - opportunités de formation et d emploi; - opportunités d affaires, création de nouvelles compagnies et de sociétés en participation; - partage des profits / participation dans le capital-actions. De l industrie : - mise-sur-pied d une relation à long terme (délais plus courts, aucune augmentation significative de coûts par rapport à un litige); - certitude pour les investisseurs; - accès à une main-d'œuvre locale et qualifiée; - amélioration de l image de l industrie et conformité avec les initiatives de l industrie (e.g. principes directeurs prévus à l initiative «Vers le développement minier durable» de l Association minière du Canada). 5

6 1. CONTEXTE Ententes préliminaires La négociation des ententes préliminaires, tout en établissant les bases d une entente définitive, constitue une excellente occasion de développer et d établir une relation de confiance entre les divers intervenants au projet. L entente de consultation établit notamment les procédures qui encadreront la consultation et l accommodement des communautés autochtones par les autorités gouvernementales ainsi que les protocoles régissant les échanges entre les intervenants. Deux types d ententes de négociation peuvent intervenir en vue de jeter les bases menant à la négociation formelle d une entente définitive, soit la lettre d offre et la lettre d intention. Les ententes de services avec la communauté locale pour la fourniture de la main-d œuvre autochtone et la conclusion de contrats avec des entreprises autochtones peuvent également être établies. 6

7 1. CONTEXTE 7

8 1. CONTEXTE 8

9 2. ENTENTES DE PRINCIPE Qu est-ce qu une entente de principe? Document écrit, signé par les parties, qui établit leurs intentions et préoccupations mutuelles, dont une grande partie du contenu n est pas exécutoire. Dans certaines situations, une entente de principe signée entre un promoteur et une Première Nation peut également définir les paramètres de l entente finale («entente sur les répercussions et les avantages»), tel que l agenda de rencontres et les sujets à aborder. Les ententes sur les répercussions et les avantages visent à assurer que les Premières Nations bénéficieront de projets de développement de ressources naturelles et seront indemnisées pour les répercussions du projet sur leur(s) communauté(s), leur(s) terre(s) et leur mode de vie traditionnel. Bien qu à l origine, ces ententes étaient négociées entre les gouvernements et les compagnies minières, les ententes sur les répercussions et les avantages sont maintenant négociées directement entre les compagnies minières et les Premières Nations. Alors que les premières ententes traitaient essentiellement de formation de main-d'œuvre et d emploi, les ententes plus récentes traitent d une foule de sujets, dont des dispositions sur le partage des revenus ou des profits, sur la fermeture et la restauration du site minier, sur les programmes de formation interculturelle et sur le règlement de différends. 9

10 2. ENTENTES DE PRINCIPE Les sujets abordés dans le cadre d une entente de principe Confidentialité accès par les parties à de l information confidentielle engagements de non-divulgation. Communications - dialogue entre les parties, par le biais des représentants élus et des membres de la communauté - dialogue et outils de communications à développer dans le cadre de l entente finale. Environnement les Premières Nations participeront à la gestion et au suivi environnemental des répercussions du projet les Premières Nations doivent faciliter les discussions sur les aspects environnementaux avec les membres de la communauté, tout particulièrement ceux dont l utilisation de terres est la plus affectée par le projet. Savoir traditionnel incorporation du savoir traditionnel des Premières Nations dans la planification du projet l entente finale verra à contenir des dispositions pour l incorporation de ce savoir traditionnel. 10

11 2. ENTENTES DE PRINCIPE Les sujets abordés dans le cadre d une entente de principe Répercussions sur les utilisations traditionnelles du territoire les parties travailleront ensemble afin d atténuer les répercussions du projet sur les utilisations traditionnelles du territoire et de minimiser la superficie sur laquelle ces répercussions auront lieu. Formation, emploi et opportunités d affaires des opportunités de formation et d emploi seront mises à la disposition de la communauté, incluant notamment la formation pré-emploi et formation en milieu de travail. Fonds de développement socio-économique l entente finale peut prévoir un fonds de développement socio-économique afin de promouvoir la poursuite d activités traditionnelles, l atténuation des répercussions du projet, des mesures pour faciliter l emploi, les contrats et autres retombées économiques aux Premières Nations. 11

12 2. ENTENTES DE PRINCIPE Les sujets abordés dans le cadre d une entente de principe Partage des profits / discussions sur le capital-actions des dispositions sur le partage des profits pourront être prévues à l entente finale des discussions peuvent avoir lieu sur l achat de capital-actions. Soutien avant l entente les parties travailleront ensemble afin de mettre sur pied un comité de mise en œuvre dont la structure sera développée de façon conjointe. Expiration de l entente de principe - à la première des éventualités suivantes : 1) La date de signature de l entente finale; 2) La date à laquelle la compagnie choisit de ne pas construire le projet; 3) La date de l avis selon lequel une partie se retire des négociations; ou 4) La date d anniversaire de signature de l entente de principe, à moins que l entente de principe ne soit renouvelée par les parties. 12

13 3. ENTENTES DE PRÉ-DÉVELOPPEMENT Qu est-ce qu une entente de pré-développement? Nouveau concept plus qu une entente de principe mais pas tout-à-fait une entente sur les répercussions et les avantages Une entente de pré-développement est une entente ayant force obligatoire et qui identifie des obligations exécutoires de la part des parties, dans l attente du début de la construction ou de la phase de production d un projet. Les raisons : - une entente de principe peut ne mener à aucun avantage tangible pour une communauté; - longue durée des activités de développement avant le début de la construction ou de la phase de production d un projet; - des obligations exécutoires menant à des bénéfices réels et tangibles; - assure un certain niveau d assurance et de certitude afin d attirer de nouveaux investisseurs. Moment approprié : - au moment où il existe une garantie suffisante qu un projet dispose d un financement adéquat et sera approuvé par le conseil d administration. 13

14 3. ENTENTES DE PRÉ-DÉVELOPPEMENT Les sujets abordés dans le cadre d une entente de prédéveloppement Emploi : identification d opportunités d emploi dans le contexte des activités d exploration et de pré-développement et, lorsque possible, embauche préférentielle de membres qualifiés des Premières Nations. Opportunités d affaires : négociations en premier lieu avec des compagnies autochtones pour des services accessoires à être fournis au site (e.g. construction et entretien de routes, enlèvement de la neige, services de conciergerie). Bureau de représentation : ouverture d un bureau dans la communauté. Contrôleur environnemental : embauche d un contrôleur environnemental issu de la Première Nation afin de permettre aux parties d assurer un suivi des activités sur le projet. Documentation : copies des demandes, directives, autorisations et permis émis par les autorités compétentes. 14

15 3. ENTENTES DE PRÉ-DÉVELOPPEMENT Les sujets abordés dans le cadre d une entente de prédéveloppement Coopération dans le processus d évaluation environnementale et dans le processus d émission de permis : engagement de la Première Nation d utiliser leurs meilleurs efforts pour s assurer que le projet chemine avec diligence dans le cadre du processus d évaluation environnementale et, si les exigences sont remplies, d utiliser leurs meilleurs efforts afin que la compagnie obtienne les autorisations et permis gouvernementaux requis pour le projet. Étude de capacité et potentiel : étude approfondie afin d établir la capacité en matière d affaires et d emploi d une Première Nation, d identifier les secteurs de compétences et de lacunes afin que les parties travaillent ensemble afin d y remédier avant la construction et l exploitation de la mine, pour faciliter la mise en œuvre de programmes de formation et la création de nouvelles entreprises. Communications et comité : stratégie de communication et création d un comité conjoint afin de faciliter le dialogue, avec références spécifiques à des réunions avec le conseil élu de la Première Nation et des membres de la communauté. Information confidentielle : similaire aux dispositions d une entente de principe. 15

16 3. ENTENTES DE PRÉ-DÉVELOPPEMENT Les sujets abordés dans le cadre d une entente de prédéveloppement Négociations d une entente sur les répercussions et les avantages : les parties dressent la liste des sujets à être abordés dans le cadre de l entente finale (éducation et formation, opportunités d emploi, conditions de travail, opportunités d affaires, participation financière, volet culturel et social, protection de l environnement, mesures d atténuation, suivi avec la communauté, chasse, pêche et trappage). Règlement des différends : mise-sur-pied d un processus progressif de règlement des différends de façon amiable et efficace (comité conjoint, dirigeants des parties, médiation, arbitrage). Cession et changement de contrôle : si la compagnie vend, transfère ou cède tout droit ou intérêt dans le projet, engagement de transférer les obligations de l entente de pré-développement pour que ces obligations soient assumées par l acquéreur. 16

17 4. L EXPÉRIENCE DU PROJET ÉLÉONORE L Entente de Collaboration Opinagow Le 21 février 2011, une entente de collaboration a été conclue entre Les Mines Opinaca Ltée (filiale à 100 % de Goldcorp Inc.), le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), l Administration régionale crie et la Nation crie de Wemindji pour le développement du projet Éléonore. Il s agit de la première entente importante à intervenir entre la Nation crie et un promoteur minier sur le territoire de la Convention de la Baie James et du Nord québécois, et ce, depuis la signature de la Paix des Braves en

18 4. L EXPÉRIENCE DU PROJET ÉLÉONORE Le projet Éléonore et l objet de l Entente de Collaboration Le projet Éléonore consiste en la construction d une mine d or souterraine sur des terres de Catégorie III dans la région de la Baie James. L objet de l Entente de Collaboration est d établir une relation de collaboration relativement aux phases de construction et d opération du projet Éléonore, tout en respectant les activités traditionnelles cries et en assurant la promotion du développement économique et social cri d une manière mutuellement bénéfique pour toutes les parties. 18

19 4. L EXPÉRIENCE DU PROJET ÉLÉONORE Étapes préliminaires à l Entente de Collaboration 1. Entente sur des valeurs communes «mission statement» «To develop an agreement based on strong core values and principles of collaboration, sustainability & excellence aimed at adding and enhancing value to both parties.» 2. Lettre d engagement avec le «tallyman» L objectif de cette lettre d engagement était d identifier la région qui allait requérir la consultation et la coordination avec le «tallyman», et ce, afin de permettre que le projet Éléonore se développe en tenant compte de la poursuite des activités traditionnelles des Cris. 3. Entente de pré-développement : «Cree-Opinaca Advanced Exploration Program Agreement» Une entente de pré-développement a été signée par les parties afin de soutenir la phase d exploration du projet Éléonore tout en établissant divers mécanismes de collaboration. Cette entente prévoit la collaboration des parties dans la mise en œuvre de la phase d exploration du projet, le cadre pour les opportunités d affaires des Cris ainsi que la création d un comité conjoint pour coordonner les opportunités d emploi et d affaires pour les Cris. 19

20 Merci. Ce document a été prépar paré à des fins d information et ne peut être utilisé pour fins d interprétationtation juridique. 20

Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises (RCRCE)

Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises (RCRCE) Octobre 2014 NOTE D INFORMATION DU RCRCE CRÉER UN OMBUDSMAN DES DROITS HUMAINS POUR LE SECTEUR EXTRACTIF INTERNATIONAL DU CANADA Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

Le Plan directeur pour le pétrole et le gaz naturel

Le Plan directeur pour le pétrole et le gaz naturel Le Plan directeur pour le pétrole et le gaz naturel au Nouveau-Brunswick Ministère de l Énergie et des Mines Juin 2014 Le Plan directeur pour le pétrole et le gaz naturel au Nouveau-Brunswick Ministère

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

ENTENTE CANADA COLOMBIE- BRITANNIQUE SUR LE FONDS POUR L EMPLOI

ENTENTE CANADA COLOMBIE- BRITANNIQUE SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTENTE CANADA COLOMBIE- BRITANNIQUE SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTENTE CANADA COLOMBIE BRITANNIQUE SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTRE ET Le gouvernement du Canada, représenté par le ministre de l Emploi

Plus en détail

LETTRE D INTENTION ENTRE. 200 Bay Street. Suite 2750, P.O. Box 90. Toronto (Ontarlo) M5) 232. Ci-après appelé : SP. Sajnt-Lazare (Qc) COR 3)0

LETTRE D INTENTION ENTRE. 200 Bay Street. Suite 2750, P.O. Box 90. Toronto (Ontarlo) M5) 232. Ci-après appelé : SP. Sajnt-Lazare (Qc) COR 3)0 6211-24-023 Ci-après appelées les Parties Représentée par M. Daniel Pouliot, maire Ci-après appelée Municipalité de Saint-Philémon 1531, rue Principale Saint-PhiIémon (Qc) GOR 4A0 MUNICIPALiTÉ DE SAINT-PHILÉMON

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration

Plus en détail

1. ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

1. ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE MODIFICATIONS À LA LOI CANADIENNE SUR L ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE (LCÉE) Proposition de l Association québécoise pour l'évaluation des impacts (AQÉI) - 20 juin 2011 et transmis le 24 novembre 2011 au

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Principaux enjeux de la CdP11

Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Principaux enjeux de la CdP11 1 Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification Principaux enjeux de la CdP11 Mme Rajae CHAFIL Spécialiste du Programme Négociations Internationales sur l'environnement et le développement

Plus en détail

22 e Congrès de l AQÉI 13 février 2014

22 e Congrès de l AQÉI 13 février 2014 La participation des Cris dans le cadre du projet des centrales hydroélectriques de l Eastmain-1-A et de la Sarcelle et de la dérivation Rupert: apports d une démarche de consultation «postprojet»et de

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

COMMENT FAISONS-NOUS DES GAINS ET UNE DIFFÉRENCE. Chef de file canadien de l investissement socialement responsable.

COMMENT FAISONS-NOUS DES GAINS ET UNE DIFFÉRENCE. Chef de file canadien de l investissement socialement responsable. COMMENT FAISONS-NOUS DES GAINS ET UNE DIFFÉRENCE. Chef de file canadien de l investissement socialement responsable. FAIRE DES GAINS. FAIRE DE LA SÉCURITÉ UNE PRIORITÉ DU CN À la suite de déraillements

Plus en détail

MODALITÉS D ACHAT FLOTTE DOMESTIQUE

MODALITÉS D ACHAT FLOTTE DOMESTIQUE MODALITÉS D ACHAT FLOTTE DOMESTIQUE GÉNÉRALITÉS «Contrat» désigne, collectivement, les présentes modalités et la Commande à laquelle elles s appliquent. «CSL» désigne le Groupe CSL Inc., qui agit par l

Plus en détail

Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la personne des Premières Nations

Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la personne des Premières Nations Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la Exposé à l intention des premiers ministres du Canada Le 15 juillet 2015 Draft Submission to Canada s Premiers,

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de PLAN D AFFAIRES Contenu Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de conviction pour les financiers, à condition qu il contienne six éléments essentiels

Plus en détail

EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC)

EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC) EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC) RAPPORT Août 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE

Plus en détail

POSTE EN DROIT. Outre les publications avec comité de lecture, pourront être prises en compte :

POSTE EN DROIT. Outre les publications avec comité de lecture, pourront être prises en compte : POSTE EN DROIT La Faculté de droit de l Université Laval ouvre un poste de professeure ou professeur régulier en droit des ressources naturelles et de l énergie. La personne recrutée deviendra la ou le

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Régime d imposition du gain en capital Régime d imposition

Plus en détail

RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale

RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale Un chef de file dans les immeubles à revenus au Québec! RE/MAX Du Cartier A.S. Division Commerciale 1290 Avenue Bernard Montréal (QC) H2V 1V9 Albert Sayegh

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Agences de placement temporaire

Agences de placement temporaire Agences de placement temporaire Heures de travail et heures supplémentaires Remarque : Le présent document ne vous est fourni qu à titre indicatif. Il ne constitue pas un avis juridique. Pour obtenir des

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Je ne cherche pas, je trouve.

Je ne cherche pas, je trouve. AVOCATS CONSEILLERS Je ne cherche pas, je trouve. Pablo Picasso ARPA Avocats Consei est un cabinet fondé à Pampelune (Espagne) en 1991. Depuis le début des années 1980, ses fondateurs ont acquis une expérience

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE FORME JURIDIQUE DE L LE CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE DE L Démarche à effectuer Exploitation de par l entrepreneur sous ses noms et prénoms complets Aucune démarche particulière Exploitation de par l entrepreneur

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Cas. Option 2 1 890 $ par mois avec pension de conjoint survivant de 75 %

Cas. Option 2 1 890 $ par mois avec pension de conjoint survivant de 75 % Cas James, un CFP professionnel, rencontre Todd et Nadine Paulson, qui sont tous deux âgés de 58 ans. Les deux conjoints travaillent pour ABC Financial, une institution financière fédérale, depuis de nombreuses

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Produits d épargne-retraite collective Comment choisir votre régime d épargne-retraite collective? Si vous êtes à l étape

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE DOCUMENT DE TRAVAIL

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE DOCUMENT DE TRAVAIL ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE Commission du développement économique, des finances et du commerce 17.05.2013 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la coopération sud-sud et la coopération triangulaire: opportunités

Plus en détail

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 1. Finance et investissement Mettre en place des mesures fiscales et réglementaires qui tiennent compte du genre pour canaliser

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

La gestion de la migration de la œuvre au Canada

La gestion de la migration de la œuvre au Canada La gestion de la migration de la main-d œ œuvre au Canada Atelier d envergure internationale sur la mobilité de la main-d œuvre mondiale en tant que catalyseur du développement Les Linklater Octobre 2007

Plus en détail

Des mots pour des maux

Des mots pour des maux Des mots pour des maux Le Plan Nord: Un plan pour qui? 1. Pourquoi s y intéresser? Qu est-ce que le Plan Nord? C est un projet économique qui a pour but d exploiter les mines, la forêt, l énergie et les

Plus en détail

EXEMPLES DE POSTES EN MANAGEMENT

EXEMPLES DE POSTES EN MANAGEMENT EXEMPLES DE POSTES EN MANAGEMENT Directeur d équipe Banque Nationale Superviser et effectuer des activités de soutien opérationnel et/ou administratif. Effectuer un suivi des activités. Assurer la qualité

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

Toutes les propositions émanant d experts-conseils doivent fournir les renseignements suivants :

Toutes les propositions émanant d experts-conseils doivent fournir les renseignements suivants : Toutes les propositions émanant d experts-conseils doivent fournir les renseignements suivants : Un plan de travail précisant les tâches à accomplir et le délai d achèvement; Une description de la méthode

Plus en détail

Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada

Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada PROJETS Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, 2011 N o de catalogue

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES INTRODUCTION Honda Canada Inc. et les Services Financiers

Plus en détail

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX PLANS D'ENTREPRISE FONDS POUR LES PROJETS PILOTES D'INNOVATION (FPPI) Le Fonds pour les projets pilotes d innovation (FPPI) est un programme régi par le Ministère du Développement

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

UK Trade & Investment

UK Trade & Investment UK Trade & Investment Présentation avril 2011 Le Royaume-Uni et l Irlande à votre portée Un excellent dossier pour attirer les investissements directs à l'étranger Le «stock» cumulatif des IDE du R.-U.

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche SOUTIEN FINANCIER AUX ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE Le dynamisme des communautés du territoire

Plus en détail

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Dossier OF-EP-Gen-NSD-RSRF 0101 Le 6 octobre 2014 Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Exigences de dépôt relatives aux forages extracôtiers dans l Arctique canadien de l

Plus en détail

Les fonds de structure de capitaux L importance de la fiscalité

Les fonds de structure de capitaux L importance de la fiscalité Les fonds de structure de capitaux L importance de la fiscalité - 1 - Qu est-ce que les Fonds de catégorie de société Concept éprouvé: Fonds de catégorie de société créée en 1987 42 choix de part de Fonds

Plus en détail

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU UNION DES COMORES Unité Solidarité Développement ------ ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU Autorisant le Président de l Union à ratifier La Convention entre le Gouvernement de l Union des Comores et la

Plus en détail

Guide des ressources pour les programmes gouvernementaux

Guide des ressources pour les programmes gouvernementaux Guide des ressources pour les programmes gouvernementaux Table of Contents Introduction Page 2 Liste des programmes et des outils Page 3 Avantages et désavantages Page 3 Scénarios du processus d évaluation

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC 10 avril 2014 2 MISSION La Financière agricole du Québec a constitué une filiale d investissement,

Plus en détail

Alliance entre les secteurs public et prive pour un commerce responsable des minerais

Alliance entre les secteurs public et prive pour un commerce responsable des minerais Alliance entre les secteurs public et prive pour un commerce responsable des minerais Appui à un alignement intrarégional 7 mai 2015 OCDE Paris, France Synthèse du facilitateur Contexte et objectifs de

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES VIA CAPITALE DU MONT-ROYAL NOM DE L AGENCE DU CRTIER FORMULAIRE

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Adoptée le 17 septembre 2015 Table des matières 1 Fondement de la politique... 3 1.1 Mission... 3 1.2 Principe... 3 1.3 Support aux promoteurs... 3 1.4 Financement

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

Clôture de Sites Miniers et Réhabilitation 5 Novembre, 2014. Daye Kaba, Partner dkaba@fasken.com (416) 868-3448

Clôture de Sites Miniers et Réhabilitation 5 Novembre, 2014. Daye Kaba, Partner dkaba@fasken.com (416) 868-3448 Clôture de Sites Miniers et Réhabilitation 5 Novembre, 2014 Daye Kaba, Partner dkaba@fasken.com (416) 868-3448 Plan de la Presentation Présentation Clôture et réhabilitation d un site minier Coûts de réhabilitation

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Clientèle depuis 1998. valeur-ajoutéeajoutée

Clientèle depuis 1998. valeur-ajoutéeajoutée Activités Service-conseil de première ligne en entrepreneurship; Gestion du programme Jeunes Promoteurs ($110K/an); Gestion de l enveloppe du Fonds Local d Investissement ($4M); Gestion de l enveloppe

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Comment est fixé. Qui administre. Comment calcule-t-on la rente. Quelle est la différence entre. le taux de cotisation? votre régime de retraite?

Comment est fixé. Qui administre. Comment calcule-t-on la rente. Quelle est la différence entre. le taux de cotisation? votre régime de retraite? En tant qu employé de la fonction publique, du réseau de la santé et des services sociaux ou du réseau de l éducation, vous êtes au nombre des 45 % de travailleurs québécois qui cotisent à un régime de

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Objet : Date : Demande d agrément d un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) VERSION PROVISOIRE Introduction Les régimes de retraite qui accordent des prestations à des

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

situation actuelle et voie à suivre lors de la CIT

situation actuelle et voie à suivre lors de la CIT Normes du travail et environnement: situation actuelle et voie à suivre lors de la CIT Un défi mondiale requiert des réponses mondiales -La dégradation de l'environnement a déjà des répercussions dans

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Définitions Pour l application du présent chapitre : désigner s entend du fait d établir ou d autoriser un monopole,

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

MÉMOIRE ÉCRIT SOUMIS PAR DYNAMIC VENTURE OPPORTUNITIES FUND LTD. COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES

MÉMOIRE ÉCRIT SOUMIS PAR DYNAMIC VENTURE OPPORTUNITIES FUND LTD. COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES MÉMOIRE ÉCRIT SOUMIS PAR DYNAMIC VENTURE OPPORTUNITIES FUND LTD. AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES PROJET DE LOI C-377 LOI MODIFIANT LA LOI DE L'IMPÔT SUR LE REVENU (EXIGENCES

Plus en détail

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE Octobre 2007 Table des matières Préambule 4 Sommaire exécutif 5 1. La présentation de l organisme 6 1.1 L historique de l

Plus en détail

Année 10. Numéro 36. Octobre 2014. Message du président

Année 10. Numéro 36. Octobre 2014. Message du président Année 10 Numéro 36 Octobre 2014 Message du président Fernand Gaudet, président La semaine de la coopération (3 e semaine d octobre) fut une belle occasion pour le mouvement coopératif de démontrer à l

Plus en détail

La réputation de l entreprise sera le résultat de l application de règles de conduite inspirées des valeurs reconnues par la collectivité.

La réputation de l entreprise sera le résultat de l application de règles de conduite inspirées des valeurs reconnues par la collectivité. 1. PRÉAMBULE La réputation de l entreprise sera le résultat de l application de règles de conduite inspirées des valeurs reconnues par la collectivité. 2. OBJECTIF Le Code d éthique regroupe l essentiel

Plus en détail

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE RELATIVE A L EXPLOITATION DU GISEMENT SITUÉ DANS LA COMMUNE DE DANS LE DEPARTEMENT DE EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o OCTROYÉ LE Le, ENTRE L ETAT HAITIEN,

Plus en détail

LA RELÈVE D ENTREPRISE

LA RELÈVE D ENTREPRISE LA RELÈVE D ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES La planification, une étape essentielle 3 La transmission de l entreprise à un membre de la famille 4 La transmission de l entreprise à un associé, à l équipe

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi)

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) Ce rapport a été préparé par : 205, rue Catherine, Suite 300 Ottawa, Ontario K2P 1C3 Tél. : 613.230.6424 Fax : 613.567.1504

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Plan opérationnel 2007-08

Plan opérationnel 2007-08 Plan opérationnel 2007-08 Forum public Lisbonne 26 mars 2007 Cycle de planification de l ICANN Diffuser le projet de plan opérationnel : plan annuel sur travail à faire pendant année fiscale en vue d atteindre

Plus en détail

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 30 novembre 2006 AVIS

Plus en détail

Formulaire d inscription Compte FRR fonds communs de placement

Formulaire d inscription Compte FRR fonds communs de placement Important : 1. Remplir tous les champs du Formulaire d inscription au. 2. Signer, dater et retourner le formulaire dûment rempli à : Fonds d investissement Tangerine Limitée, 3389, av Steeles E, Toronto,

Plus en détail

L'Entrepreneuriat Social Comme Outil pour le Développement Communautaire

L'Entrepreneuriat Social Comme Outil pour le Développement Communautaire MASHAV Agence Israélienne pour la Coopération Internationale au Développement Ministère des Affaires Etrangères Mont Carmel Centre International de Formation Golda Meir (MCTC) UNESCO Organisation des Nations

Plus en détail

La coordination des prestations

La coordination des prestations ASSURANCE COLLECTIVE La coordination des prestations Quand vous êtes couvert par plus d un régime d assurance Lorsque plusieurs membres d une même famille occupent un emploi ou poursuivent des études post

Plus en détail