Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie"

Transcription

1 Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie RUSSIER Nicolas Service d Hématologie et d Oncologie Pédiatrique

2 I INTRODUCTION 1) Présentation du service 2) L évaluation des Pratiques Professionnelles 3) Neutropénie et Risques Infectieux II L EPP : NOTRE DEMARCHE 4) L événement déclencheur 5) L alerte 6) Enquête sur les pratiques a/ Recueil de données b/ Résultats c/ Analyses qualitative et quantitative de l enquête 7) Diffusion de l EPP et sensibilisation de nos pairs a/ Actions correctives b/ Et maintenant Où en est-on? 8) Points forts et Points faibles de l EPP 9) Ouverture III CONCLUSION ET DISCUSSION 3

3 I INTRODUCTION 1) Présentation du service Ø Service d Onco-Hématologie et Immunologie Pédiatrique = 3 étages qui accueillent jusqu à 35 patients, de la naissance à l âge adulte. Surveillance des patients 24h/24 7j/7 par les IDE AS / AP et médecins présents 12h/24 7j/7 Astreinte médicale la nuit Ø Pathologies les plus fréquentes : leucémies aigües (lymphoblastiques et myéloblastiques), lymphomes, néphroblastomes, neuroblastomes. 4

4 I INTRODUCTION 2) L évaluation des Pratiques Professionnelles L EPP : = Démarche REFLEXIVE individuelle ou collective sur les pratiques = PROCESSUS s inscrivant dans une dynamique globale d amélioration de la QUALITE et de la SECURITE des soins par l élaboration de méthodes et d outils = Outil de formation = Permet au soignant de devenir ACTEUR de l évolution des pratiques => L erreur est INSEPARABLE de l intelligence humaine. L EPP n est donc PAS UN JUGEMENT (il ne s agit pas de dire «c est bien / c est mal» ou de pointer du doigt les mauvaises pratiques), mais elle offre un ESPACE DE REFLEXION 5

5 I INTRODUCTION 3) Neutropénie et Risques Infectieux Ø La NEUTROPENIE est définie par un nombre absolu de PNN inférieurs à 1500/mm3 chez l enfant de plus de un an. Toute neutropénie expose le patient à une infection bactérienne (potentiellement grave). Ø D après l OMS : Critères(d évaluation(de(la(neutropénie Classification(de(l OMS Grades(OMS Grade(0 Grade(1 Grade(2 Grade(3 Grade(4 Valeur(des polynucléaire s neutrophiles (par(mm3)!!2000! 1500!à!1900! 1000!à!1400! 500!à!900! <!500 =!Aplasie Risque majoré d infection Risque majoré de choc septique Ø En situation fébrile, le risque d infection grave survient essentiellement lorsque les PNN sont < à 1000/mm3. Il est significativement majoré en dessous de 500 PNN / mm3 et/ou lorsque la durée de la neutropénie est > à 7 jours. 6

6 I INTRODUCTION 2) Neutropénie et Risques Infectieux Ø La FIEVRE = SYMPTOME = pic fébrile 38,3 C une fois, ou un fébricule > 38 C deux fois à une heure d intervalle (sans prise d antipyrétique). Ø Chez le patient neutropénique, en cas d infection, l hyperthermie peut manquer, remplacée par une hypothermie (septicémie à BGN) ou une apyrexie (autres signes d appel ; douleurs abdominales, diarrhées ) Ø Règles d or : üen l absence de formule leucocytaire disponible, un patient fébrile à risque de neutropénie doit être considéré neutropénique. üréalisation DANS L HEURE du traitement curatif (antibiothérapie). Si retard => risque de choc septique, potentiellement mortel. üle traitement symptomatique antipyrétique N EST PAS une priorité. 7

7 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 1) L Evénement déclencheur Décembre 2013 = Evénements Evènements indésirables : Transmissions retardées au médecin Non respect de la prescription médicale + / Altération de la gestion du risque - d événements infectieux graves Retard dans la prise en charge curative de la neutropénie fébrile bien qu URGENTE! + / - Mise en jeu du pronostic vital Fait aussi et souvent observé avant Décembre 2013 : réponses téléphoniques inadéquates aux parents 8

8 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 2) L alerte Décembre 2013 = Evénements Alerte Processus de déclaration des événements indésirables : Qui a déclaré? - Le médecin d astreinte Comment? - Outil OSIRIS (= logiciel de signalement des situations à risque a priori ou a posteriori) Gestion des risques : - Revue mensuelle avec analyse pluridisciplinaire des événements déclarés - Plan d action prioritaire décidé - Groupe de travail constitué pour mener cette EPP (médecin + cadre + 2 IDE) en Novembre

9 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 3) Enquête sur les pratiques a / Recueil de données Méthodes utilisées : Décembre 2013 : Evénements Alerte Janvier 2014 : Enquête /Recueil de données - Questionnaire relatif à la prise en charge de la neutropénie fébrile - Envoyé par via GOOGLE DRIVE à 49 membres du personnel IDE ( la totalité de l équipe infirmière en Janvier 2014). Pourquoi ces outils? - Nombreux avantages - Rapidité d exécution - Interroge un maximum de personnel (71% des IDE / IPDE ont répondu, soit 35 / 49 réponses) - Anonymat des réponses - Analyse rapide 10

10 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 3) Enquête sur les pratiques b / Résultats Décembre 2013 : Evénements Population participative homogène / représentative, avec une majorité de : - d IDE // aux IPDE - de personnel de jour // à celui de nuit - d IDE < 2 ans d ancienneté Alerte Janvier 2014 : Enquête / Recueil de données Novembre 2014 : Enquête / Résultats Hétérogénéité des pratiques professionnelles concernant : - La 1ère action CURATIVE face à une neutropénie fébrile. Presque la moitié des IDE interrogés administre l antipyrétique (paracétamol) AVANT l antibiothérapie. - Délai d action (en partie correct) entre l accueil de l enfant et le début de l antibiothérapie : une moyenne à 37 min avec des extrêmes entre 10 et 60 min. - La prise en charge de l hyperthermie : plus de la moitié de l échantillon n administre pas systématiquement du paracétamol. 11

11 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 3) Enquête sur les pratiques b / Résultats Hétérogénéité des pratiques professionnelles concernant : Décembre 2013 : Evénements Alerte Janvier 2014 : Enquête / Recueil de données Novembre 2014 : Enquête / Résultats - La prise en charge de l hyperthermie : Raisons d une administration automatique du paracétamol : confort, risque de convulsions, éviter un choc septique et lésions d organes (cerveau ), efficace et adapté contre l infection, inquiétudes des parents Raisons d une non administration systématique : origine, tolérance et intensité de la fièvre; priorité à l antibiotique; choix d autres thérapeutiques sur PM (corticoïdes ) 51% des IDE interrogés changent la voie d administration du paracétamol sans PM (refus ou difficultés de la prise PO, sentiment d incompétence des soignants, doses équivalentes en IV ou en PO, l IV agit plus vite que le PO ) => Le risque infectieux est-il bien connu et compris des soignants? 12

12 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 3) Enquête sur les pratiques c / Analyses qualitative et quantitative de l enquête Déc : Evénements Alerte Jan : Enquête / recueil de données v Analyse quantitative : - 46 % des IDE/IPDE débutent la PEC curative de la neutropénie fébrile par le paracétamol. - L ancienneté = paramètre explicatif pertinent : Nov : Enquête / Résultats Nov à Fév : Enquête / Analyses = > Erreurs de routine = fonctionnement fondé sur les habitudes. Pratiques transmises aux plus «jeunes» et non remises en question 13

13 v Analyse quantitative (suite) : - Pourquoi existe-t-il un si large spectre de délais d action entre l accueil de l enfant et le début de l antibiothérapie? - Parmi ceux qui ont un délai d action 20 min : - Parmi ceux qui ont un délai d action 40 min : V - NON CONFORMITE aux pratiques professionnelles : modification de la voie d administration du paracétamol sans PM. Répartition jour/nuit des IDE/IPDE qui utilisent cette pratique : Ancienneté des IDE/IPDE qui utilisent cette pratique : Nuit Jour 2 ans < 2 ans 14

14 v Analyse qualitative : - Bonne prise en compte de la tolérance de la fièvre avant de donner du paracétamol. MAIS, confusion manifeste entre les traitements curatif et symptomatique de la neutropénie fébrile = erreurs d activation des connaissances. - Culture contemporaine de l agir, de l efficacité, du soulagement et de la suppression de ce qui gêne. Question même du contenu de nos formations (représentation qu a l IDE de sa profession). Sensation d être plus compétent et de s inscrire dans la qualité des soins car réponse à une demande vive de «faire quelque chose, impérativement» émanant souvent des parents. - IDE/IPDE de nuit agissent plus rapidement que ceux de jour. Moins de perturbations la nuit, actes/activités peu ou pas pratiqués, donc répartition des soins parfois facilitée la nuit. - Plus l IDE /IPDE a de l expérience dans le service, plus il agit vite. Fait logique et universel. 15

15 v Analyse qualitative (suite) : - Erreurs de possession de connaissances : manque de savoirs et/ou fausses croyances relatives à la pharmacologie et au décret de compétence IDE/IPDE. - Nous interrogeons-nous sur le sens et la logique de la PM? - Perfalgan = médicament à bas risque dans nos consciences et représentations mentales / professionnelles? Banalisation du fait de le prescrire soi-même. - Difficultés de PEC la nuit = inconfort/refus de l enfant, patient endormi, s ajoutant une peur de déranger le médecin d astreinte pour du paracétamol. - Question de l image de soi : peur d être jugé «incompétent». 16

16 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 4) Diffusion de l EPP et sensibilisation de nos pairs a / Actions correctives Déc : Evénements Alerte Janv : Enquête / Recueil de données Nov : Enquête / Résultats Nov.2014 à Fév : Enquête / Analyses + rédaction procédure Mars 2015 : Séminaire Mai 2015 : rédaction article De Novembre 2014 à Février 2015 : Rédaction d une nouvelle procédure de soins + arbre décisionnel Diffusion des résultats et de l analyse de l EPP : séminaire soignant en Mars Utilisation d un outil de gestion des risques : diagramme d Ishikawa. Rédaction d un article dans l Infirmière Magazine en Mai 2015 = sensibilisation et propositions de prise en charge à plus grande échelle Salon Infirmier en Octobre 2015 Octobre 2015 : salon IDE 17

17 II L EPP : NOTRE DEMARCHE 4) Diffusion de l EPP et sensibilisation de nos pairs b / Et maintenant Où en est-on? Déc : Evénements Alerte Janv : Enquête / Recueil de données Nov : Enquête / Résultats Nov.2014 à Fév : Enquête / Analyses + rédaction procédure Mars 2015 : Séminaire Mai 2015 : rédaction article Octobre 2015 : salon IDE Fin Nov : validation et diffusion de la nouvelle procédure (protocole) Janv. / Fév : Réévaluation des pratiques Subjectivement, ce travail a modifié les pratiques, mais il nous reste à les mesurer objectivement Formalisation : - Validation d un nouveau protocole de prise en charge (fin Novembre 2015) - Actions de formation : diffusion du protocole auprès des soignants (envoi par , mise à jour des procédures numériques ou papiers présentes dans le service. Réévaluation des pratiques : mesure de la valeur ajoutée de l EPP par envoi d un nouveau questionnaire ( ) => Fin de l EPP prévue en Janvier / Février

18 III CONCLUSION ET DISCUSSION 1) Points forts et Points faibles de l EPP v Points faibles et limites v Points forts Discordance entre les résultats de l enquête et les pratiques dans le service en Décembre 2013 / Janvier 2014 : la déclaration des évènements indésirables par le médecin avaient déjà eu un impact sur les consciences et pratiques avant l envoi du questionnaire. Les coûts et temps de formation sont des limites à l EPP Le Temps = processus Institutionnel long. MAIS un changement durable prend du temps. Changement et impact relativement rapides car : - Prise de conscience collective (médicale et paramédicale) face à cet événement indésirable grave qui a une incidence directe pour la santé du patient. Implication et Investissement des personnels soignants (IDE) qui ont rédigé la procédure. - Diffusion rapide de l EPP (séminaire, article, salon infirmier, échanges informels entre soignants sur les pratiques ) Apports personnels Amélioration de la qualité des soins par l évolution des pratiques 19

19 III CONCLUSION ET DISCUSSION 2) Ouverture L évolution des idées, des savoirs et des pratiques se faisant, nos habitudes sont remises en cause et il se pose aujourd hui un DEBAT / UN QUESTIONNEMENT autour de la NECESSITE du traitement symptomatique de la fièvre. Proposition de réflexion sur l article rédigé par le pédiatre F. CORRARD intitulé Le traitement antipyrétique est-il encore justifié?, paru en Avril 2013 dans la revue Réalités Pédiatriques. Lecture du résumé de l article Si symptôme il y a, sa cause tu traiteras 20

20 Un grand merci aux acteurs de cette EPP : - Arnaud PETIT, PU-PH - Mélissa BELHARET, cadre de santé - Sophie GAY et Nicolas RUSSIER, IDE Ainsi que tous les autres soignants du service Enfin, nos sincères remerciements aux organisateurs du salon infirmier pour leur accueil 21

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE Yvon CROGUENNEC IADE / ENSEIGNANT SAMU 29 / CESU 29 Référentiel de Compétences Commission Infirmière Commission Soins d Urgence & Sous - Commission d Élaboration des Manifestations Scientifiques INFIRMIER(E)

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Le profil de risques : outil de management de la qualité. David COLMONT Directeur des Soins Hôpital Privé Claude Galien (91)

Le profil de risques : outil de management de la qualité. David COLMONT Directeur des Soins Hôpital Privé Claude Galien (91) Le profil de risques : outil de management de la qualité David COLMONT Directeur des Soins Hôpital Privé Claude Galien (91) Sommaire Une démarche complexe L audit de patient traceur Les audits de processus

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

Utilisation de la simulation en santé en formation d auxiliaires de puériculture. Delphine Boulier, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette

Utilisation de la simulation en santé en formation d auxiliaires de puériculture. Delphine Boulier, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette Utilisation de la simulation en santé en formation d auxiliaires de puériculture Delphine Boulier, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette Plan 1. Présentation de L IFSI Paris Saint-Joseph 2. La simulation

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE

OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE 1 NOM DE L'ETUDIANT : OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE 1 2 Guide questionnement pour 1- Choix de la situation d'ancrage Situation vécue par l'esi, en lien avec la pratique infirmière

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER Rue raymond sidois Bp 07-19140 - Uzerche MAI 2015 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Formation s adressant aux intervenants scolaires Personne dont l allergie est connue (1,5 heure) MAJ 2013-2 2 But

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Psychologie de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Introduction o Le conseil médical téléphonique (CMT) = 56% des appels pendant

Plus en détail

MJPM. La santé du majeur protégé AVRIL 2015. www.cemea-npdc.org

MJPM. La santé du majeur protégé AVRIL 2015. www.cemea-npdc.org AVRIL 2015 MJPM La santé Soucieux d accompagner au mieux les différentes évolutions de l aide aux majeurs protégés, les CEMÉA Nord - Pas de Calais rééditent un Rendez-vous Juridiques sur la thématique

Plus en détail

PROGRAMME de FORMATION

PROGRAMME de FORMATION PROGRAMME de FORMATION 1 RENFORCEMENT DES COMPETENCES POUR ACCEDER PAR LE BIAIS DE LA VAE A L OBTENTION DU DIPLOME D ETAT AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PUBLIC Professionnels des structures d accueil de la

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE Base réglementaire La formation: Article D 4391-1(Décret du 26 mars 2010) du Code de la santé publique

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES F. Ruban-Agniel, N. Larroumes, S. Amsellem-Dubourget, C.Chapuis Equipe

Plus en détail

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP PLAN ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU Méthodologie de l Evaluation Cadre Méthodologie : ex O2 Prélèvements Veineux Différentes Méthodes d Evaluation Exemple d Evaluation = IPAQH Douleur Troubles Nutritionnels

Plus en détail

Les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec - Une consultation du Commissaire à la santé et au bien être

Les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec - Une consultation du Commissaire à la santé et au bien être 1 Les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec - Une consultation du Commissaire à la santé et au bien être Présentation d Isabelle Ganache Conférence «éthiquement vôtre», Direction

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH (prises de notes) La Plate-Forme Prévention Sida, le Centre de Référence Sida du CHU de Charleroi et le GRÉCOS, Groupe de réflexion et de communication sur la

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif Promotion de la bientraitance it Préparation de l établissement à un dispositif d évaluation externe Françoise PAPO - Réseau Santé Qualité Nord / Picardie Patricia MINARY DOHEN Réseau Qualité Franche-Comté

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE Nathalie Gormezano Institut Supérieur d Interprétation et de Traduction (Paris) La traduction technique aujourd hui évolue

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Chapitre 1 Le référentiel de formation Le diplôme peut s acquérir : soit par le suivi et la validation de l intégralité de la formation, en continu ou en discontinu ; soit par le suivi et la validation

Plus en détail

Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu

Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu Hervé Maisonneuve Paris, 14 octobre 2010 1 Pré-test Mémoire : définition? Pourquoi un mémoire? Comment choisir un sujet,

Plus en détail

Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique

Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique Groupement Hospitalier Pitié Salpetrière Charles Foix Les attentes institutionnelles dans l éducation thérapeutique Valérie ACHART-DELICOURT Coordinateur Paramédical P3I journées infirmières JNI 2012 Source

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES. V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF.

CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES. V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF. CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF. PLAN 1/ Cadre législatif 2/ éléments nécessaires pour une contribution des paramédicaux

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL Docteur Caquelard François Praticien Hospitalier Urgentiste Formateur en Gestion de la Violence Mulhouse le 8 octobre 2015 Groupe Régional VIOLENCE A L HÔPITAL

Plus en détail

La proximité demande de la distance!

La proximité demande de la distance! La proximité demande de la distance! La juste place de l infirmière dans la sécurité du patient. Sophie Leruth Directrice de projets CMSE Nathalie Jacques Coordinatrice qualité CMSE SPF - Symposium sur

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Evaluation d une page Internet destinée aux pharmaciens d officine

Evaluation d une page Internet destinée aux pharmaciens d officine Evaluation d une page Internet destinée aux pharmaciens d officine Cécilia Folch Etudiante en pharmacie Rapport Stage à Option 2 ème année de Master en Pharmacie, mai à août 2012 Superviseurs : Laure-Zoé

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire

La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire CALASS 2007 Congrès de l Association Latine d Analyse des Systèmes de Santé Bastien MOLLO Stéphane DAVID Dominique MAILLARD

Plus en détail

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE 4 décembre 2015 Termes de Références : Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE I. RESUME : Avec le vieillissement des premières générations de MRE, le

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Fiche informative sur l'action

Fiche informative sur l'action Fiche informative sur l'action Titre de l'action : Construire un projet personnel et professionnel d orientation au collège : livret d accompagnement à l orientation des classes de Quatrième et Troisième

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel MC Chauvancy CSS IFCS Rennes Mai 2012 COPY RIGHT PTILUC Le nouveau positionnement du cadre de santé Du virtuel au réel Approche législative

Plus en détail

Etude ROI. Return On Investment. 5 avril 2013

Etude ROI. Return On Investment. 5 avril 2013 Etude ROI Return On Investment 5 avril 2013 1 Partenaires de l action 2 Historique Demande exprimée par les industriels lors de la 1 ère rencontre de la filière (juin 2007) Identification et implication

Plus en détail

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Objectif : Comprendre le principe de détection et de correction d erreurs lors de la transmission d une information numérique. Compétences : Utiliser

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé SMUR / CESU/ SAU/ HTCD Version n 1 Nombre de pages : 5 Diffusée le : Mars 2015 Appliquée le : Rédigée par

Plus en détail

La maîtrise des risques

La maîtrise des risques La maîtrise Les nouvelles solutions de gestion de projet Introduction La criticité d un projet se définit comme le niveau de risque encouru dans la poursuite de ses objectifs. A l opposé, la fiabilité

Plus en détail

Chapitre 2 : Etude de marché

Chapitre 2 : Etude de marché Chapitre 2 : Etude de marché (Extraits du support des cours de MM. Berset et Di Meo) 1. Définition Sans de bonnes informations, le marketing ne peut pas être mis en oeuvre. Qui veut concevoir des nouveaux

Plus en détail

La relation organisateur/directeur en accueil collectif de mineurs (ACM)

La relation organisateur/directeur en accueil collectif de mineurs (ACM) DDCSPP de l Orne La relation organisateur/directeur en accueil collectif de mineurs (ACM) Groupe de travail Séance 2 : à Sées le 11 juin 2013 (18h00 20h30) DDCSPP de l Orne - Arthur LEPELLETIER - 11 juin

Plus en détail

1 Objectifs/Résultats attendus Pour les destinataires du travail

1 Objectifs/Résultats attendus Pour les destinataires du travail INFIRMIER EN SANTE MENTALE Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Infirmier en santé mentale Si emploi type, fiche métier source : 1 Objectifs/Résultats attendus Pour les destinataires

Plus en détail

Formation Spécialisation Bébé

Formation Spécialisation Bébé SPECIALISATION MASSAGE BEBE Formation au massage de bien-être. Le modelage indien est une méthode impactant sur la détente globale du corps. Il procure une sensation de bienêtre. Développé auprès des publics

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

Etude sur les besoins d'aides à la communication vus par les interprètes en langue des signes et les professionnels bilingues réalisée en 2009

Etude sur les besoins d'aides à la communication vus par les interprètes en langue des signes et les professionnels bilingues réalisée en 2009 Etude sur les besoins d'aides à la communication vus par les interprètes en langue des signes et les professionnels bilingues réalisée en 2009 Info-Sourds de Bruxelles Observatoire de l'accueil et de l'accompagnement

Plus en détail

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.»

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» «La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» Pierre Duffour Fédération Addiction Besançon 14 Juin 2013 Plan de la présentation Evolution du concept de la qualité

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE 2011 1 17, rue des Prêtres Saint-Germain l Auxerrois 75001 PARIS Tél. : 08 26 30 60 60 Fax : 01 53 40 60 63 SIRET 552 097 123 00012 SOMMAIRE

Plus en détail

Maitrise du risque infectieux en EHPAD

Maitrise du risque infectieux en EHPAD Maitrise du risque infectieux en EHPAD Dr S. MECHKOUR Réunion des Usagers 1!/09/2012 1 Contexte Déclinaison du "plan stratégique national de prévention des IAS 2009-2013» au secteur médico-social Circulaire

Plus en détail

Le travail collaboratif avec Moodle: quel apport en Sciences expérimentales? Dominique Zahnd Marc Neiss 21 Juin 2012

Le travail collaboratif avec Moodle: quel apport en Sciences expérimentales? Dominique Zahnd Marc Neiss 21 Juin 2012 Le travail collaboratif avec Moodle: quel apport en Sciences expérimentales? Dominique Zahnd Marc Neiss 21 Juin 2012 En guise d introduction: bref historique Printemps 2004: le lycée Lambert (Mulhouse)

Plus en détail

COOPÉRATION MÉDECIN/INFIRMIÈRE EQUIPE SANTE-TRAVAIL

COOPÉRATION MÉDECIN/INFIRMIÈRE EQUIPE SANTE-TRAVAIL COOPÉRATION MÉDECIN/INFIRMIÈRE EQUIPE SANTE-TRAVAIL Un point de vue sociologique Blandine Barlet Université de Nanterre/IDHE - INRS 9 décembre 2011 Plan Collaboration médecin infirmière : l influence des

Plus en détail

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Enquête - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique Le Crédit d Impôt Recherche est une mesure fiscale destinée à soutenir l'effort

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Guide d entretien de développement des seniors

Guide d entretien de développement des seniors Guide d entretien de développement des seniors 1. Introduction Ce document s inscrit dans une approche d entretiens de développement réguliers de tous les salarié(e)s de l entreprise. Il tient compte de

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Piloter les objectifs et l activité

Piloter les objectifs et l activité PARCOURS CL.01 Piloter les objectifs et l activité Fixer des objectifs, mobiliser une équipe, réaliser un suivi d activité, c est le moins qu on puisse attendre d un manager. Pour autant, le pilotage ne

Plus en détail

Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité

Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité Journée Régionale de Formation Simulation et pédagogie 23 juin 2015, Tours Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité P. Parneix Pierre Parneix pierre.parneix@chu- bordeaux.fr 12 décembre 2013 pierre.parneix@chu-

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «TITRE2» «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : IFSI ESQUIROL 5 Avenue Esquirol 69424

Plus en détail

CORRIGÉ LES BONBONS BARNIER Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés. 24 points 3 points. 4 points.

CORRIGÉ LES BONBONS BARNIER Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés. 24 points 3 points. 4 points. CORRIGÉ LES BONBONS BARNIER Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 LA MISE EN PLACE DES VISITES D ENTREPRISE 1.1 Pourquoi peut-on dire que les visites d entreprise

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance Charte 1. Préambule 1.1. Contexte A notre époque où les outils de communication et d information sont de plus en plus nombreux,

Plus en détail