Fractures de l enfant (suite) Appareil locomoteur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fractures de l enfant (suite) Appareil locomoteur"

Transcription

1 Fractures de l enfant (suite) Appareil locomoteur Semaine : Date : 10 avril Professeur : Mr Coursier Groupe : Jéromine Deramond et Pénélope Luternauer Responsable Matière : Baptiste Sellem Informations supplémentaires données par le professeur : Certainement de l anat à l exam, peut être en rapport avec un cas clinique 1. Consolidation Par l intervention d un cal périosté, rapide et périphérique Il y aura un remodelage du cal par apposition périostée Suivi d une phase de remodelage permettant le retour à la normale avec le temps et la croissance Diaphyse : environ 6-8 semaines Métaphyse : environ 4-5 semaines Décollement épiphysaire : environ 3 semaines Plus on se rapproche du cartilage de croissance, plus ça va vite, et plus l harmonisation ira vite 2. Correction des cals vicieux Avec la croissance, plus simple si : - Croissance résiduelle importante - Fracture proche de la métaphyse - Métaphyse fertile (loin du coude, près du genou ; donc coude et cheville ou col du fémur plus embêtant) - Articulation voisine dans le même plan que le déplacement de la fracture Aucun cal rotatoire ne se corrige avec la croissance 3. Fractures et croissance Une fracture peut créer un excès de croissance de longueur par hypervascularisation (lors d une fracture, il y a la création de néovaisseaux, donc l os va être plus nourri). Donc lors du suivi de la fracture il faut contrôler la longueur du membre en question. Une épiphysiodèse centrale entraine un arrêt de croissance : mais de façon harmonieuse, le membre sera plus court défaut de longueur. Si épiphysiodèse périphérique, une seule partie de l os cessera de croitre, il y aura donc une déviation de l os (ex : au niveau du genou : genu varum/valgum) défaut d axe

2 4. Prise en charge particulière chez l enfant Pas d héparine de bas poids moléculaire dans le traitement (car pas de risque de phlébite) Pas de kinésithérapie car l immobilisation ne crée pas de raideur chez l enfant (classiquement). Attention, quand on masse un cal, il peut s hypertrophier, donc la kinésithérapie peut être néfaste. Des séquelles apparaissent tardivement surveillance de l enfant à 1 an, et 2 (si épiphysiodèse ) 5. Examen clinique Sur un enfant calme (si possible) Interrogatoire des parents Douleurs, attitude antalgique (Ex : pour le membre sup : l enfant tient son bras, son poignet pas spécifique, mais doit alerter. Membre inf : incapable de marcher, ne tient pas debout), œdème, déformation, ecchymose Peau (effraction cutanée?), pouls (trouble vasculaire, cyanose, pouls présents?), nerfs (trouble sensitif, moteur?) 6. Paraclinique Radiographies de face et de profil Comparatifs : rarement utiles! Juste si doute diagnostic Echographie (utile car beaucoup d éléments cartilagineux chez l enfant) 7. Généralités du traitement Différent de l adulte! (on peut se servir de la croissance pour réduire les défauts) Tolérer et expliquer les défauts (les angulation peuvent se remettre seules, l expliquer aux parents) Traitements peu invasif, surtout orthopédique (basée sur plâtre, résine, réduction ). Respecter les structures importantes de l enfant : périoste et cartilage de croissance (=physe). (C est ce qui permet la croissance et la réduction les défauts) Pas de clou si physe ouverte 8. Traitement orthopédique Immobilisation avec ou sans réduction. (immobilisation = plâtre) - BABP : brachio anté brachio palmaire. On immobilise le coude et le poignet. On laisse libre l épaule et les doigts (vérifier que la pince fonctionne) - Manchette : on s arrête en dessous du pli du coude. On immobilise le poignet et on laisse libre les doigts - Botte : sous le pli de flexion du genou. On immobilise la cheville et on laisse libre les orteils - Cruro pédieux : de la racine de la cuisse jusqu au pied. On immobilise le genou et cheville - Pelvi-pédieux : on bloque la hanche - Pour immobiliser une diaphyse : il faut immobiliser les articulations proximale et distale Traction continue : poids. Permet de réduire, une immobilisation Permet une première consolidation avant de mettre un plâtre Immobilisations particulières (blount )

3 On utilisera préférentiellement le plâtre, a contrario de la résine (qui pourtant est plus légère, plus solide, et de plusieurs couleurs). Le plâtre se moule parfaitement sur les reliefs osseux : donc pourra parfaitement s adapter à des réductions particulières. De plus il ne sèche pas tout de suite : donc a plus d élasticité (l hématome ne sera pas comprimé par le plâtre) Nécessité d une éducation, d une surveillance et de contrôles radios 9. Traitements chirurgicaux On fait attention de ne pas léser le cartilage de croissance! Broches Vis Fixateur externe : à l extérieur du mb. Pour fractures ouvertes, ou fractures à traiter rapidement (si problème médical plus important) ECMES = Embrochage centromédullaire élastique stable : le plus utilisé (ce sont des broches élastiques) 10. Complications Immédiates Peau (effraction cutanée) Pouls (compression veineuse, cyanose, œdème) Nerfs (sensitif, moteur) Pour vérifier les nerfs : - nerf radial : motricité : par l extension du poignet, du pouce. Sensibilité : test sur la tabatière anatomique. Si paralysie : poignet en col du signe (le poignet tombe) - nerf médian : motricité : la pince. Sensibilité : pulpe de l index - nerf ulnaire : motricité : écarter/rapprocher les doigts. Sensibilité : la pulpe du 5. Si paralysie : le christ bénissant (flexion 4 et 5) Récupération Secondaires Syndrome de loge et Volkmann (ultime stade du syndrome de loges avec rétraction des fléchisseurs). Diagnostic : douleur excessive, ne cédant pas aux antalgiques de niveau 2 et 3, douleur exacerbée lors de la palpation des loges. On prend les pressions des loges (comparatifs). Pas de troubles sensitifs dans un premier temps (à la différence d un syndrome compressif). Si les troubles sensitifs sont déjà apparus : il y aura des séquelles Pseudarthroses : rares (retard de consolidation au-delà de 6 mois de traitement) Cals vicieux (se corrige avec la croissance, sauf si cals vicieux rotatoires) Infections : rare Algo dystrophie : rare Tardives (rares) : D où la nécessité d une surveillance Nécroses fémorales, tête radiale, condyle externe (car rupture de vaisseaux nourrissant une diaphyse)

4 Inégalité de longueur Epiphysiodèse Desaxation Raideurs (rares, mais sur fractures du cartilage) 11. Fractures de la clavicule Due à un choc direct ou indirect (poignet, coude..) Très fréquente Surtout sur la diaphyse, mais parfois les extrémités. Si c est l extrémité distale : correspond à un décollement épiphysaire Traitement orthopédique : anneau de delbey, dujarier, écharpe simple Souvent, il y aura un cal qui apparaitra assez rapidement Immobilisation de 3 semaines classiquement Excellent pronostic On ne voit pas forcement le trait de fracture à la radio 12. Fracture supracondylienne C est la fracture la plus crainte, potentiellement très grave Représente 70% des fractures du coude Due à une chute en hyperextension : 90% : donc déplacement postérieur de l épiphyse Fracture transversale, ne touche que l humérus Fracture extra articulaire Complications immédiates vasculo nerveuses : très fréquent! (compression +++) URGENCE THERAPEUTIQUE Importance du périoste postérieur Classification de Lagrange et Rigault : sur le déplacement en arrière 1 : pas déplacé 2 : fracturé en avant et légèrement déplacer avec un contact en arrière 3 : fracturé en avant et en arrière et contact entre les deux parties 4 : complétement disjoint Ces stades indiquent le traitement : 1 et 2 traitement orthopédique ; 3 et 4 traitement chirurgical Traitement : orthopédique (BABP), blount (hyper flexion :120, potentiellement dangereux, peu utilisé), ostéosynthèse (après réduction) Complications : - peau, pouls nerfs - syndrome de loges, Volkmann : à surveiller, car on va immobiliser. Surveiller : mobilité des doigts, sensibilité distale, recoloration distale. - Pathologie nerveuse - Artère humérale - Défaut de réduction, cubitus varus, raideur 13. Fracture du condyle latéral Mécanisme en hyper extension Type Salter 4 : trait articulaire débutant dans la métaphyse et se terminant dans l épiphyse Traitement Chirurgical (car touche l articulation): ostéosynthèse avec abord articulaire

5 Complications : trouble de l axe (cubitus valgus), nécrose du condyle latéral, pseudarthrose 14. Fracture du col du radius Chute sur talon de la main et valgus du coude Type Salter 2 Traitement : réduction + ostéosynthèse Complications : nécrose tête du radius et lésion nerf radial 15. Fracture de diaphyse(s) de l avant bras Souvent entre 5-8 ans et ans Mécanisme indirect (pronation) Douleurs et déformation Rechercher luxation tête radiale si fracture de l ulna isolée : - fracture de Monteggia : associe luxation de la diaphyse ulnaire et luxation de la tête radiale : si pas de prise en charge immédiate, on aura des complications définitives et graves pour l articulation du coude. Cette fracture est donc importante à connaitre que ce soit chez l enfant ou chez l adulte. Radiographies coude et poignet : pour toute fracture diaphysaire isolée de l AB contrôle articulations proximales et distale (l axe du col du radius doit être dans le prolongement du condyle externe) Traitement : orthopédique ( 2,5 mois minimum) ou chirurgical - Fracture de Galeazzi : radius + luxation radio ulnaire distale. Traitement orthopédique avec immobilisation pendant 2 mois minimum. Complications : cals vicieux, raideurs en pronosupination, fracture itérative (seconde fracture sur une fracture mal consolidée : platre enlevé trop tot) 16. Fracture de l extrémité inf AB Fracture la plus fréquente chez l enfant Fracture en motte de beurre, il y aura mise en place d une manchette, elles sont uni corticales. Les fractures métaphysaires sont complètes en général et au niveau du ¼ inf radius et ulna. (ces fractures supportent une angulation de 20-30, ce qui est largement tolérable si la croissance est encore en cours car la déformation se résorbera d elle-même) Le traitement sera orthopédique souvent et nécessitera une réduction. 17. Fracture du fémur Col ou diaphyse Col : rare et grave Haute énergie : AVP Besoin d une chirurgie si il y a un déplacement Complications : nécrose, épiphysiodèse, cal vicieux

6 Diaphyse : Plus l enfant grandit, plus il faudra un mécanisme à haute énergie pour fracturer la diaphyse Traitement selon l âge : - de 6 ans : traction, plâtre pelvi pédieux 6-8 semaines + de 6 ans : ostéosynthèse, ECMES Attention au cal vicieux 18. Fracture de la jambe Vers 8 ans Traitement orthopédique : plâtre cruro pédieux. Attention au déplacement secondaire Si instable ou + de 8 ans ECMES ou ECM (si cartilage de croissance fermé et fusionné) Attention syndrome de loge 19. Fractures obstétricales A la naissance (quand accouchement par le siège, gros bébé, accouchement difficiles) Diaphyse +++ Consolidation+++ Remodelage +++ Aucune séquelle Types de fracture : clavicule, diaphyse fémorale, décollement épiphysaire Diagnostic différentiel : POPB : paralysie obstétricale du plexus brachial ; dystocie, paralysie flasque, indolore 20. Maltraitance A prendre en compte lors de fractures chez l enfant Fractures multiples, inhabituelles, des côtes..etc

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Les fractures du coude de l enfant Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Épidémiologie des fractures du coude Les fractures : 10 à 25% des traumatismes de l enfant Fractures du coude : 16% de l ensemble des

Plus en détail

FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS. Service Orthopédie de Gonesse

FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS. Service Orthopédie de Gonesse FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS Service Orthopédie de Gonesse INTRODUCTION Touche les membres non porteurs Limite donc moins l autonomie sauf - Lésions bilatérales - Utilisation de cannes - Sujet âgé

Plus en détail

L essentiel en 5 points

L essentiel en 5 points Fractures chez l enfant : particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques. Question ENC n 237 E.Bourgeois, J.Griffet (Grenoble) Objectifs de l enseignement : L étudiant doit connaître

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

Fractures du membre supérieur

Fractures du membre supérieur DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Fractures du membre supérieur F LAUNAY Fractures de l humérus (col et diaphyse) chez l enfantl Généralités Incidence: : 10 to 20% des fractures

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE POINTS IMPORTANTS Le respect des règles de confection des appareils plâtrés assure la prévention d un grand nombre de complications. La surveillance d un patient plâtré

Plus en détail

Traumatologie du membre supérieur Spécificités de l enfant

Traumatologie du membre supérieur Spécificités de l enfant Traumatologie du membre supérieur Spécificités de l enfant Joël LECHEVALLIER Clinique Chirurgicale Infantile CHU de Rouen www.chu-rouen.fr/ Fractures de la palette humérale de l enfant Joël LECHEVALLIER

Plus en détail

Livret des Internes Service d Orthopédie Pédiatrique Département des Enfants et Adolescents

Livret des Internes Service d Orthopédie Pédiatrique Département des Enfants et Adolescents Urgences en Traumatologie et Orthopédie Pédiatrique Livret des Internes Service d Orthopédie Pédiatrique Département des Enfants et Adolescents Genève, version 2 du 3 novembre 2014 1 SOMMAIRE Contusions

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES 31.03.09 Mme Dumanois Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie /! \ I)Définition II)Législation III)Objectifs de soins IV)Les différents types de plâtres A)Membre supérieur B)Membre inférieur V)Le matériel

Plus en détail

LES TRAUMATISMES OSTEO-ARTICULAIRES DE LA MAIN

LES TRAUMATISMES OSTEO-ARTICULAIRES DE LA MAIN LES TRAUMATISMES OSTEO-ARTICULAIRES DE LA MAIN Dr. D. Guinard Au niveau de la main, nous pouvons rencontrer des lésions analogues à celles rencontrées au niveau de toutes les articulations ainsi qu'au

Plus en détail

Fractures Et Entorses De La Main, Quelques points Importants!

Fractures Et Entorses De La Main, Quelques points Importants! Fractures Et Entorses De La Main, Quelques points Importants! Quelques chiffres: On estime les accidents de la main à environ 1 400 000 par an en France Dont 620 000 considérés comme grave. 1/3 des accidents

Plus en détail

Fractures chez l enfant : particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques

Fractures chez l enfant : particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques Partie 1 PÉDIATRIE Chapitre n 1 Fractures chez l enfant : particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques Item n 360 Fractures chez l enfant : particularités épidémiologiques, diagnostiques

Plus en détail

Veuillez faire parvenir vos commentaires ou suggestions à Dr Sasha Dubrovsky à sasha.dubrovsky@mcgill.ca.

Veuillez faire parvenir vos commentaires ou suggestions à Dr Sasha Dubrovsky à sasha.dubrovsky@mcgill.ca. Lignes directrices pour la prise en charge des fractures à l urgence de L Hôpital de Montréal pour enfants Le présent document a été conçu pour aider les médecins de notre département d urgence de soins

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications Sommaire 1. Pré-requis 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications 3. Le plâtre 3.1. Buts: 3.2. Types de plâtres 3.3. Matériel 3.4. Confection / enlèvement d un plâtre

Plus en détail

FRACTURE DE POUTEAU COLLE

FRACTURE DE POUTEAU COLLE FRACTURE DE POUTEAU COLLE 1/ Définition C est la fracture de l extrémité inférieure du radius, sus articulaire. (généralement suite à un traumatisme direct) C est la fracture la plus fréquente chez l adulte

Plus en détail

Introduction. Fractures des Métacarpiens et des Phalanges. Anatomie. Physiologie. Anatomie. Anatomie. Fréquence+++ Bénins / Séquelles Fonctionnelles

Introduction. Fractures des Métacarpiens et des Phalanges. Anatomie. Physiologie. Anatomie. Anatomie. Fréquence+++ Bénins / Séquelles Fonctionnelles Fractures des et des Phalanges Introduction Fréquence+++ Bénins / Séquelles Fonctionnelles Anatomie: Rapports Os, Tendons, Dynamique articulaire Ph SCHIELE H.I.A. Clermont Tonnerre - C.H.U. Cavale Blanche

Plus en détail

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Pathologie du pied Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Fracture du calcanéus Anatomie Thalamus Sustentaculum tali Tubérosité Corps

Plus en détail

D UNE CHIRURGIE CORRECTRICE D HALLUX VALGUS

D UNE CHIRURGIE CORRECTRICE D HALLUX VALGUS FICHE D INFORMATION PATIENT VOUS ALLEZ ÊTRE OPÉRÉ D UNE CHIRURGIE CORRECTRICE D HALLUX VALGUS CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE et traumatologie du sport Cabinet du Docteur Guy Mylle VOUS AVEZ UN HALLUX VALGUS VOUS

Plus en détail

TRAUMATISME DU MEMBRE SUPERIEUR

TRAUMATISME DU MEMBRE SUPERIEUR Fixe : TOR TRAUMATISME DU MEMBRE SUPERIEUR On a soit une atteinte, ligamentaire, capsulo ligamentaire, osseuse en traumatologie. I/- Entorses et luxations. Entorse : lésion capsulo ligamentaire secondaire

Plus en détail

Fracture du scaphoïde

Fracture du scaphoïde Fracture du scaphoïde Pouvez vous répondre à ces 10 questions? Christian Dumontier SOS Mains saint Antoine Merci à Roure, Herbert 10 Questions Fréquence Signes cliniques Les radios à prescrire Classification

Plus en détail

SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012

SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012 SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012 Question 1 A. Pour chaque membre on peut décrire cinq parties, depuis la racine jusqu à l extrémité distale. B. La ceinture scapulaire est formée de deux

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

Traumatologie du membre supérieur. L.Decroocq Orthopédie

Traumatologie du membre supérieur. L.Decroocq Orthopédie Traumatologie du membre supérieur L.Decroocq Orthopédie Plan n Fracture de l extrémité supérieure de l humérus n Fracture de la diaphyse humérale n Fracture des 2 os de l avant bras n Fracture de l extrémité

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

BILAN RADIO-CLINIQUE D UN TRAUMATISME DU COUDE DE L ENFANT

BILAN RADIO-CLINIQUE D UN TRAUMATISME DU COUDE DE L ENFANT Elles sont fréquentes. Il en existe plusieurs variétés : les fractures supracondyliennes (50% des fractures du coude), les fractures de l'épitrochlée (épicondyle médial) qui représentent 13% des fractures

Plus en détail

Le coude doit être mobilisé précocement à cause du risque de raideur post-traumatique ou post-opératoire.

Le coude doit être mobilisé précocement à cause du risque de raideur post-traumatique ou post-opératoire. REEDUCATION APRES TRAUMATISMES DU COUDE 1. Domaine Musculo-squelettique 2. Définition Le traumatisme du coude est un accident fréquent lors de la pratique de sports tels que cyclisme, roller, judo, skateboard,

Plus en détail

Entorses et luxations digitales Pr. Philippe PELISSIER

Entorses et luxations digitales Pr. Philippe PELISSIER digitales Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Conduite à tenir Pouce - Luxation du pouce - Entorse du pouce / testing -

Plus en détail

Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir

Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir L'application externe d'un tissu de forme et de dimension Variables, disposé en fonction de la région et des buts de son application. Les bandages sont une technique

Plus en détail

Imagerie des tendons du poignet et de la main

Imagerie des tendons du poignet et de la main Imagerie des tendons du poignet et de la main Philippe MATHIEU G.Morvan, M.Wybier Wybier,, V.Vuillemin-Bodaghi Vuillemin-Bodaghi, J.Busson 5 rue Alfred Bruneau, Paris Imagerie des tendons du poignet et

Plus en détail

Traumatologie pédiatrique

Traumatologie pédiatrique Traumatologie pédiatrique Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau Fractures de l enfant Fractures = 10 à 25% des traumatismes

Plus en détail

UE Appareil locomoteur Anatomie Pr. Baqué ARTICULATION DU GENOU. 06/03/2012 Sidonie B.

UE Appareil locomoteur Anatomie Pr. Baqué ARTICULATION DU GENOU. 06/03/2012 Sidonie B. ARTICULATION DU GENOU INTRODUCTION GENOU = Articulation entre : - Fémur et tibia - Fémur et rotule Fonctions : plier la jambe, marcher et se tenir debout. Défi biomécanique : très grande mobilité (flexion

Plus en détail

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association F O E D E R A T I O M E D I C O R U M H E L V E T I C O R U M FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

Plus en détail

LE TIBIA ET LA FIBULA

LE TIBIA ET LA FIBULA OSTÉOLOGIE - LE MEMBRE INFÉRIEUR LE TIBIA ET LA FIBULA Ils forment le squelette de la jambe. Le tibia est interne. La fibula [péroné] (= "aiguille")est externe et postérieure. LA FIBULA Elle présente une

Plus en détail

Coude traumatique de l enfant

Coude traumatique de l enfant Coude traumatique de l enfant S. Pannier, Ch. Glorion Hôpital des Enfants-Malades. Université PARIS V René Descartes Points d ossification du coude Fractures distales de l humérus Supra-condylienne Sus

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 9 PREMIERE PARTIE HISTORIQUE 12 ANATOMO-PATHOLOGIE 13 I- RAPPEL ANATOMIQUE ET PHYSIOLOGIQUE 13

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 9 PREMIERE PARTIE HISTORIQUE 12 ANATOMO-PATHOLOGIE 13 I- RAPPEL ANATOMIQUE ET PHYSIOLOGIQUE 13 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 9 PREMIERE PARTIE HISTORIQUE 12 ANATOMO-PATHOLOGIE 13 I- RAPPEL ANATOMIQUE ET PHYSIOLOGIQUE 13 1- Les surfaces articulaires 13 a- L extrémité inférieure de l humérus 14

Plus en détail

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw)

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) P. Chélius La DCS ou vis-plaque condylienne est un implant conçu pour la fixation spécifique des fractures épiphyso-métaphyso-diaphysaires du fémur.

Plus en détail

Douleurs radiculaires

Douleurs radiculaires Douleurs radiculaires Thierry Schaeverbeke On distingue, selon l étage létage : Cervical : Névralgies cervicobrachiales Lombaire : Cruralgie Sciatique La compression nerveuse peut être : Intrarachidienne

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

Déformations congénitales isolées du pied

Déformations congénitales isolées du pied Déformations congénitales isolées du pied J. Lechevallier, S. Abuamara, clinique chirurgicale infantile, CHU, Rouen «Masso-kinésithérapie et traitement orthopédique des déformations congénitales isolées

Plus en détail

Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte

Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte I-00-Q000 II-Q238 Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte P r Henry Coudane, D r Frédéric Eloy Service A.T.O.L., hôpital central CO no 34 54035 Nancy Cedex henry.coudane@wanadoo.fr Chez

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

LE COUDE DU SPORTIF. G Saillant. Saint Tropez- 2005

LE COUDE DU SPORTIF. G Saillant. Saint Tropez- 2005 LE COUDE DU SPORTIF G Saillant Saint Tropez- 2005 Le coude du sportif! Sports spécifiques (force, mobilité, stabilité du coude)! Gestes stéréotypés et répétés (amplitude, vitesse, force)! Facteurs extrinsèques

Plus en détail

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Différences enfant-adulte Croissance, développement, physiologie Les variables physiologiques

Plus en détail

LESIONS LIGAMENTAIRES DU GENOU.

LESIONS LIGAMENTAIRES DU GENOU. LESIONS LIGAMENTAIRES DU GENOU. I. GENOU 1. Généralités. 3 articulations : - fémoro-tibiale médiale : la stabilité - Fémoro-tibiale latérale : la rotation. - Fémoro-patellaire : la flexion. Amplitudes

Plus en détail

Mission du Dr TRAVERS à BUKAVU du 1 er au 8 mai 2014

Mission du Dr TRAVERS à BUKAVU du 1 er au 8 mai 2014 Mission du Dr TRAVERS à BUKAVU du 1 er au 8 mai 2014 Dr V.TRAVERS, clinique Saint Charles, 25 rue de Flesselles 69001 LYON L objet de la mission : mission chirurgicale spécialisée en chirurgie du membre

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

TENDINITES DU GENOU. François PRIGENT. Clinique Saint Louis Poissy

TENDINITES DU GENOU. François PRIGENT. Clinique Saint Louis Poissy TENDINITES DU GENOU François PRIGENT Clinique Saint Louis Poissy Tendinites La cause la plus fréquente de douleur du genou Tendon : 60 à 70 % d eau. Peut s allonger de 5%. Ne croit plus à l âge adulte.

Plus en détail

> Fracture de l extrémité inférieure de l huméru

> Fracture de l extrémité inférieure de l huméru > Le coude Différentes fractures : extrémité inférieure de l humérus, extrémité supérieure du cubitus, extrémité supérieure du radius. Luxations du coude. Pronation douloureuse : réduction Stratégies de

Plus en détail

Patiente de 88 ans qui chute de sa hauteur. Elle a une impotence fonctionnelle totale. Signes fonctionnels? Signes physiques? Complications?

Patiente de 88 ans qui chute de sa hauteur. Elle a une impotence fonctionnelle totale. Signes fonctionnels? Signes physiques? Complications? F. Cas clinique 6 Patiente de 88 ans qui chute de sa hauteur. Elle a une impotence fonctionnelle totale. Signes fonctionnels? Signes physiques? Complications? Les signes fonctionnels et physiques sont

Plus en détail

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Pierre Mary Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau Plan Définition Torticolis aigus Torticolis

Plus en détail

Anatomie. Anatomie du squelette. Composition. Articulations. Parties molles. Module 1 et 2. Son rôle est d'assurer les mouvements.

Anatomie. Anatomie du squelette. Composition. Articulations. Parties molles. Module 1 et 2. Son rôle est d'assurer les mouvements. Anatomie Module 1 et 2 Anatomie du squelette Son rôle est d'assurer les mouvements. L'appareil locomoteur est composé : - du squelette: c'est à dire l'ensemble des os du corps humain - des articulations

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GESTION DES RÉCLAMATIONS LIÉES AUX FRACTURES AU NIVEAU DES EXTRÉMITÉS

LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GESTION DES RÉCLAMATIONS LIÉES AUX FRACTURES AU NIVEAU DES EXTRÉMITÉS LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GESTION DES RÉCLAMATIONS LIÉES AUX FRACTURES AU NIVEAU DES EXTRÉMITÉS Document préparé pour la Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation des accidents

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio clinique Appareil locomoteur Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

Particularités des Fractures chez L ENFANT

Particularités des Fractures chez L ENFANT I/ INTRODUCTION Particularités des Fractures chez L ENFANT DR M. KHENFRI -Les fractures des os chez l'enfant : un squelette en croissance. -fréquence, leur variété anatomique, leur localisation, la rapidité

Plus en détail

257. Lésions ligamentaires et méniscales du genou et de la cheville

257. Lésions ligamentaires et méniscales du genou et de la cheville Sommaire 257. Lésions ligamentaires et méniscales du genou et de la cheville diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Stabilité fémoro tibiale Ligament croisé antéro externe : trois faisceaux, insertion

Plus en détail

Fractures du scaphoïde carpien

Fractures du scaphoïde carpien Pr Ag C. DERDOUS universitéde Batna Faculté de médecine Polycopié : destiné aux externes de 5 ème année et internes Fractures du scaphoïde carpien Plan : I. Introduction II. Rappel anatomique III. Etiologie

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Traumatismes du membre supérieur

Traumatismes du membre supérieur FRACTURE DE L HUMERUS PROXIMAL 1. PHYSIOPATHOLOGIE Les fractures de l humérus proximal sont relativement fréquentes chez l enfant. Ce sont soit des fractures décollements épiphysaires, soit des fractures

Plus en détail

Docteur, mon enfant marche mal. Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc

Docteur, mon enfant marche mal. Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc Docteur, mon enfant marche mal Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc Docteur, mon enfant marche mal Motif fréquent de consultation «il a les pieds qui tournent»,

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie membres supérieurs : le bras et le coude Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Bras Fracture de la diaphyse

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante!

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante! CONDUITE A TENIR SUR LE TERRAIN DANS LES SITUATIONS LES PLUS URGENTES. Toutes les équipes n'ont pas un kinésithérapeute ou un médecin dans leur staff. Les dirigeants d'équipe amateur, mais surtout les

Plus en détail

Les différentes. Immobilisations. Aux. Urgences

Les différentes. Immobilisations. Aux. Urgences Les différentes Immobilisations Aux Urgences Stéphane Courteaud Infirmier Service des Urgences C.H.P. Claude Gallien 20 route de boussy 91480 Quincy sous Sénart Principes de bases Dans la plus part des

Plus en détail

Fracture des os longs F. Lavallée, J. Ch. Le Huec

Fracture des os longs F. Lavallée, J. Ch. Le Huec 1 Fracture des os longs F. Lavallée, J. Ch. Le Huec Fracture de la jambe Fracture de fémur Fracture de la diaphyse humérale Fracture de l avant-bras 1 2 Fracture de la jambe Introduction Fractures fréquentes,

Plus en détail

Recueil de techniques de de bandages et d immobilisations

Recueil de techniques de de bandages et d immobilisations Recueil de techniques de de bandages et d immobilisations Document destiné aux sauveteurs et aux moniteurs Édition septembre 2006 Table des matières Recueil de techniques de bandages et d immobilisations...4

Plus en détail

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville L articulation de la cheville met en relation le péroné en externe, le tibia en interne et l astragale (talus). On retrouve également des ligaments qui

Plus en détail

COURS DE TRAUMATOLOGIE OBJECTIFS DU COURS

COURS DE TRAUMATOLOGIE OBJECTIFS DU COURS 1 COURS DE TRAUMATOLOGIE OBJECTIFS DU COURS 1. Examiner un sujet traumatise tégumentaire et ostéo-articulaire 2. Evaluer un traumatisé tégumentaire et ostéo-articulaire. 3. Diagnostiquer cliniquement une

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011 Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011 Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail

Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main

Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main R. LEGRE Service de Chirurgie de la Main, Chirurgie Plastique et Réparatrice des Membres Hôpital de la Conception Marseille 1 Pathologie

Plus en détail

NE VOUS JETEZ PAS SUR L ICONOGRAPHIE

NE VOUS JETEZ PAS SUR L ICONOGRAPHIE NCB OU TENDINITE? Causes les plus fréquentes de douleur récente de l épaule et du MS PRISE EN CHARGE D UNE NCB ET D UNE TENDINOPATHIE D ÉPAULE? Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie 17 janvier 2013 De

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Introduction... 1. Rappel anatomique et physiologique... 3. I. Le fémur... 4. II. Le cartilage de croissance...

TABLE DES MATIERES. Introduction... 1. Rappel anatomique et physiologique... 3. I. Le fémur... 4. II. Le cartilage de croissance... TABLE DES MATIERES Introduction... 1 Rappel anatomique et physiologique... 3 I. Le fémur... 4 II. Le cartilage de croissance... 4 III. Les particularités des fractures chez l enfant... 9 1. La croissance

Plus en détail

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012 - Les formations du CREF - - Préparation physique - PREVENTION DES MEMBRES SUPERIEURS (POIGNET, EPAULE) DANS LES ACTIVITES GYMNIQUES Vendredi 13 janvier 2012 - Gymnase de Mont Saint Aignan - La pratique

Plus en détail

Evaluation du coude OBSERVATION. Ne pas oublier d intégrer l observation globale du patient (voir évaluation de l épaule)

Evaluation du coude OBSERVATION. Ne pas oublier d intégrer l observation globale du patient (voir évaluation de l épaule) Evaluation du coude Examen subjectif Examen objectif 1. Observation du patient - Dynamique - Statique 2. Evaluation des mouvements actifs - Mvts fonctionnels - Goniométrie 3. Evaluation des mouvements

Plus en détail

orteils ou «griffes d orteils»

orteils ou «griffes d orteils» FICHE D INFORMATION PATIENT : les déformations des orteils ou «griffes d orteils» Madame, monsieur, votre chirurgien vient de vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre pathologie du pied

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

Les fractures de l enfant. Yan Lefèvre Luke Harper Chirurgie Orthopédique Pédiatrique CHU Pellegrin, Bordeaux

Les fractures de l enfant. Yan Lefèvre Luke Harper Chirurgie Orthopédique Pédiatrique CHU Pellegrin, Bordeaux Les fractures de l enfant Yan Lefèvre Luke Harper Chirurgie Orthopédique Pédiatrique CHU Pellegrin, Bordeaux Les fractures de l enfant L enfant n est pas un adulte en réduction Les fractures de l enfant

Plus en détail

Ruptures sous-cutanées des tendons extenseurs de la main

Ruptures sous-cutanées des tendons extenseurs de la main Orthopédie/89 Entretiens de Bichat Chirurgie 11 sept. 2000 Amphi C 14 h 15 Ruptures sous-cutanées des tendons extenseurs de la main E. Masmejean*, F. Téboul*, Y. Le Bellec*, J.Y. Alnot* **** Département

Plus en détail

Articulations du coude et de l avant-bras

Articulations du coude et de l avant-bras Articulations du coude et de l avant-bras 1 Articulation du coude 1.1 Définition Le coude est l articulation intermédiaire du membre supérieur. Elle comprend trois articulations distinctes entre l humérus,

Plus en détail

Le poignet douloureux chronique. Philippe SAMSON Institut de la Main et du Membre Supérieur Clinique Monticelli - Marseille

Le poignet douloureux chronique. Philippe SAMSON Institut de la Main et du Membre Supérieur Clinique Monticelli - Marseille Le poignet douloureux chronique Philippe SAMSON Institut de la Main et du Membre Supérieur Clinique Monticelli - Marseille Squelette Squelette! Avant-bras: -! Radius Squelette! Avant-bras: -! Radius -!

Plus en détail

LES DEFORMATIONS DU PIED

LES DEFORMATIONS DU PIED LES DEFORMATIONS DU PIED Les déformations de la voûte plantaire Les déformations de l'avant-pied (orteils non inclus) Les déformations du gros orteil Les griffes d'orteil Orteils infraductus et supraductus

Plus en détail

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN Sylvie BESCH Hôpital National de Saint Maurice Service de Rééducation Fonctionnelle et Traumatologie FRACTURE DES MÉTATARSIENS GÉNÉRALITÉS Fréquence +++ Différents

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

Prise en charge des lésions traumatiques après la dystocie des épaules

Prise en charge des lésions traumatiques après la dystocie des épaules Prise en charge des lésions traumatiques après la dystocie des épaules Abdelaziz ABID Unité d Orthopédie Pédiatrique Hôpital des Enfants CHU Toulouse Introduction Littérature peu abondante Incidence variable

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d une irritation au niveau de la racine

Plus en détail

J ai mal à la main, j en parle INFORMER

J ai mal à la main, j en parle INFORMER j en parle INFORMER Les maux de mains Qu elle soit d origine tendineuse, osseuse ou musculaire, artérielle ou veineuse, la douleur de la main chez l adulte doit être médicalement suivie afin d en déterminer

Plus en détail