Rapport d études. Panorama comparatif. Yellow. PMS Coated version. Pantone 116 C. Blue. Pantone 300 C. Yellow Pantone 108 U Blue Pantone 300 U

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d études. Panorama comparatif. Yellow. PMS Coated version. Pantone 116 C. Blue. Pantone 300 C. Yellow Pantone 108 U Blue Pantone 300 U"

Transcription

1 Rapport d études Les plates formes virtuelles d apprentissage en Europe : que nous apprennent les expériences du Danemark, du Royaume-Uni et de l Espagne? Panorama comparatif PMS Coated version Yellow Pantone 116 C Blue Pantone 300 C PMS Uncoated version Yellow Pantone 108 U Blue Pantone 300 U Quadri version Yellow 0 % CYAN - 20% MAGENTA - 100% YELLOW - 0% BLACK Blue 100 % CYAN - 45% MAGENTA - 0% YELLOW - 0% BLACK

2 Préambule... 5 Démarche... 6 Le concept de plate forme virtuelle d apprentissage... 7 Principales conclusions de l étude... 8 Première partie : un tour d horizon européen Des contextes différents Le Royaume-Uni : des moyens importants et des actions coordonnées Repères Politique du Royaume-Uni en matière de TICE Plates formes virtuelles d apprentissage Une étude de cas : GLOW (Ecosse) Le Danemark : une approche pragmatique axée sur la demande des enseignants Repères Politique danoise en matière de TICE Plates formes virtuelles d apprentissage Facteurs de succès L Espagne - Andalousie et Catalogne : des approches régionales différentes mais basées sur les logiciels libres Repères Politique espagnole en matière de TICE Plates formes virtuelles d apprentissage Le cas de l Andalousie Le cas de la Catalogne Seconde partie : quels enseignements tirer des expériences à l étranger? État actuel du déploiement Modèles de déploiement Progression par étapes Niveau de prescription variable Combinaison d approches ascendantes et descendantes Gouvernance Usages Facteurs de succès Conclusions Annexes Annexe 1 : auteurs et experts rencontrés Annexe 2 : bibliographie Annexe 3 : suppléments d information à propos du Royaume-Uni Remerciements... 88

3

4 4

5 Rapport d études Novembre Préambule Les technologies d information et de communication (TIC) font désormais partie du paysage éducatif européen, avec des variantes selon les établissements, le niveau scolaire elles sont plus intégrées au niveau de l enseignement secondaire que primaire et le pays concerné. Dans la foulée de cet équipement en TIC et des démarches pédagogiques qui l accompagnent, le concept de plates formes virtuelles d apprentissage 1 a vu le jour dans plusieurs systèmes éducatifs. En France, de tels dispositifs sont le plus souvent désignés sous le vocable d espaces numériques de travail/ent et ils ont donné lieu à la mise en œuvre dès 2003 de projets pilotes actuellement en cours de généralisation. La Caisse des Dépôts, en partenariat étroit avec le ministère de l éducation nationale, s est mobilisée depuis lors et soutient de nombreux projets dans le domaine. Ces plates formes relèvent d une approche holistique dans la mesure où elles combinent différents types d usages : des usages éducatifs, de communication, de gestion administrative, qui impliquent la gestion d importants volumes d information relatifs aux établissements et aux élèves. L ensemble des fonctions assurées par les établissements d enseignement est ainsi concerné par de tels dispositifs, comme le sont aussi l ensemble des acteurs : enseignants, élèves, parents, personnel administratif et dans de nombreux cas, les autorités locales. Si elles représentent un puissant levier de changement et de modernisation des systèmes éducatifs, ces plates formes sont aussi particulièrement complexes à mettre en œuvre vu la multitude de fonctions et d acteurs impliqués. Face à cette complexité et à l importance des enjeux, il est légitime de se demander comment les choses se passent ailleurs, dans d autres systèmes éducatifs. C est précisément ce qu a fait La Caisse des Dépôts en confiant à European Schoolnet, réseau de 31 ministères en charge de l innovation et des TIC appliquées à l éducation, une étude comparant la situation dans trois pays particulièrement avancés en la matière : le Danemark, le Royaume-Uni et l Espagne, plus précisément l Andalousie et la Catalogne. Ces plates formes proposent-elles les mêmes services dans les différents pays? Selon quels modèles ontelles été déployées? Quelle gouvernance a présidé leur mise en œuvre? Quels sont les usages observés? Quels sont les facteurs qui facilitent leur généralisation? Ce sont là les principales questions auxquelles le présent rapport apporte un premier ensemble de réponses, sans négliger de mettre en évidence ce qui dans chaque cas relève des spécificités du système éducatif concerné. 1 Plate forme virtuelle d apprentissage est le terme générique employé dans ce rapport pour couvrir la réalité française et ses espaces numériques de travail/ent ainsi que les environnements similaires à l étranger.

6 6 Démarche Ce rapport d étude propose une analyse des politiques et initiatives menées dans le domaine des plates formes virtuelles d apprentissage au Danemark, au Royaume-Uni et en Espagne (Andalousie et Catalogne). Cette analyse a été confiée par La Caisse des Dépôts à European Schoolnet, réseau de 31 ministères de l éducation en Europe et au-delà, qui a pour mission d intégrer l innovation et les technologies d information et de communication dans les processus d apprentissage et d enseignement, au bénéfice des ministères, des écoles, des enseignants et des chercheurs. La grille d investigation de référence et la méthodologie de l ensemble de l étude ont été établies lors d une réunion de lancement de l étude qui s est tenue le 19 juin 2009, à Paris dans les locaux de La Caisse des Dépôts. Les membres du comité de pilotage de la démarche et les membres du groupe des porteurs de projets ENT ont participé à cette réunion. Il y a été convenu qu European Schoolnet analyserait les principaux documents de référence (documents stratégiques, textes de loi et règlements, consignes d application, rapports de mise en œuvre, rapports d évaluation, etc.) disponibles dans chacun des pays concernés et complèterait ce travail par des entretiens avec les principaux protagonistes de ces mesures. Les participants à cette réunion se sont également accordés sur le fait que les résultats de l investigation seraient présentés sous la forme de rapports nationaux, accompagnés d une synthèse comparative qui souligne les points communs et les différences entre les trois pays. Pour mettre en œuvre cette méthodologie, European Schoolnet a identifié dans chaque pays concerné un correspondant national chargé d identifier les documents et rapports utiles par rapport aux éléments retenus dans la grille d investigation commune aux trois pays, d apporter l information contextuelle nécessaire, et d identifier les acteurs à interviewer par European Schoolnet. La liste des correspondants et des personnes interrogées par pays, et celle des auteurs des rapports nationaux et comparatif est présentée en annexe 1. Les résultats des investigations pays par pays ont été présentés à l ensemble des membres du comité de pilotage et du groupe des porteurs de projets ENT au fur et à mesure de leur finalisation. La situation au Royaume-Uni a été présentée et discutée lors d une réunion des porteurs de projets ENT dans le cadre de Ludovia (Ax-les-Thermes) le 26 août La situation au Danemark l a été lors d une session des porteurs de projets ENT dans le cadre d Educatice le 20 novembre 2009 au Salon de l éducation à Paris. La situation en Espagne et les conclusions générales de l investigation ont été détaillées et débattues lors d une réunion de synthèse le 4 mai 2010 dans les locaux de La Caisse des Dépôts à Paris. La première partie du présent rapport d études propose un résumé de chaque situation nationale selon une structure commune qui aborde les principales caractéristiques des plates formes en vigueur, les services qu elles proposent, l état de leur déploiement, leurs modes de déploiement et de gouvernance, leurs usages, ainsi que les facteurs de succès de leur généralisation. La seconde partie du rapport compare ces trois situations nationales, sur les éléments énoncés précédemment, pour en dégager des points communs et des différences. Des enseignements généraux sont présentés en conclusion. Les rapports nationaux détaillés sont disponibles sur le site de La Caisse des Dépôts.

7 7 Le concept de plate forme virtuelle d apprentissage Analyser un dispositif tel que celui des plates formes virtuelles d apprentissage dans différents contextes éducatifs nationaux ou régionaux, utilisant de surcroît des langues différentes, implique de partir d une définition générique de base de ce dispositif qui permette de rencontrer ces différentes réalités. Afin de mener l analyse qui fait l objet du présent rapport, nous nous sommes d abord basés sur la définition d ENT ou «espace numérique de travail» donnée par le ministère de l éducation nationale en France, à savoir : «Un espace numérique de travail désigne un dispositif global fournissant à un usager un point d'accès unifié, à travers les réseaux, à l'ensemble des outils, contenus et services applicatifs en rapport avec son activité. Il est un point d'entrée unifié pour accéder au système d'information de l'administration de l'établissement ou de l'école. [...] L'espace numérique de travail s'adresse à l'ensemble des membres de la communauté éducative d'un établissement (école, collège, lycée, établissement d'enseignement supérieur) ; par exemple élèves, parents d'élèves, étudiants, enseignants, personnels administratifs, techniques et d'encadrement des établissements d'enseignement, et le cas échéant, aux partenaires du système éducatif. [...] En termes d'architecture, un ENT s'organise autour de trois ensembles de services : des services applicatifs (par exemple : carnet d'adresses, agenda, emploi du temps, notes, bulletins, etc.) ; des services socles qui servent de support aux services applicatifs (par exemple : annuaire, gestion des identités et des accès, présentation et personnalisation des services offerts, etc.) ; des services réseaux qui regroupent les services autour d'infrastructures (réseaux d'établissements, Internet...) et des fonctions de sécurité (pare-feu, antivirus )» 2. A ce titre, l ENT constitue un système d'information et de communication de l'établissement, offrant à chaque usager un accès simple, dédié et sécurisé aux outils et contenus dont il a besoin pour son activité dans le système éducatif. Pour définir les services attendus et leurs préconisations techniques, le Ministère a élaboré le SDET (Schéma directeur des espaces numériques de travail) qui aborde entre autres les questions d interopérabilité, d authentification, d autorisation, et de single sign-on. Afin d élargir ce cadre de référence sur un plan géographique et prendre en compte une démarche qui a inspiré d autres pays européens, nous avons également tenu compte de la définition de VLE ou virtual learning environment (environnement virtuel d apprentissage) utilisée au Royaume-Uni. Le ministère en charge de l éducation y a définit un VLE de la façon suivante : «il s agit d un terme générique qui décrit un large éventail de systèmes TIC utilisés pour fournir des services d apprentissage et des services d assistance en éducation. Il doit au minimum combiner les outils de communication et de collaboration, sécuriser un espace de travail en ligne individuel, fournir des outils permettant aux enseignants de gérer et d adapter le contenu aux besoins des utilisateurs, garantir le suivi des progrès des élèves et offrir un accès partout et à n importe quel moment.». Dans tous les cas, ces définitions font référence aux concepts qui ont inspiré en amont la mise en œuvre des plates formes virtuelles d apprentissage. Cela n exclut évidemment pas une certaine distance par rapport à ce qu est leur mise en œuvre à l heure actuelle par les autorités régionales, locales et les établissements d enseignement, dans toute sa diversité. 2

8 8 Principales conclusions de l étude Quels enseignements tirer des expériences à l étranger? Des constats A propos du déploiement de ces plates formes virtuelles d apprentissage : Il est progressif, généralement plus lent qu attendu et concerne selon le cas de 40 à 55% des établissements au Royaume-Uni, en Andalousie et en Catalogne. Au Danemark en revanche, 97% des établissements de l enseignement public obligatoire disposent d une plate forme virtuelle. Il est en général basé sur une combinaison d approches descendantes (initiées par l autorité responsable) et ascendantes (initiées au niveau du terrain), à l exception de l Andalousie où l approche descendante est clairement plus marquée. La gouvernance du processus déployé - et de son suivi à partir du moment où les plates formes sont opérationnelles - repose au Danemark sur une participation très étroite des acteurs concernés et ailleurs sur un partage clair, mais parfois complexe, des responsabilités au niveau de la mise en oeuvre. A propos des usages : La communication entre enseignants, ainsi que la gestion et l organisation de la vie scolaire sont les usages les plus développés contrairement aux usages pédagogiques qui le sont nettement moins, tant au Royaume- Uni, qu au Danemark, en Andalousie et en Catalogne; la participation active des élèves demeure partout limitée mais au Danemark, elle est perçue comme soutenue par le fait que le curriculum encourage une pédagogie par projet. La communication vis-à-vis des parents n est véritablement développée qu au Danemark. Les usages administratifs sont très avancés au Royaume-Uni, et se développent en Andalousie; il s agit en général de répondre à un besoin au niveau d un territoire responsable d un certain nombre d établissements et de réduire la charge administrative. Des facteurs de succès: Au niveau de l approche générale : Envisager la mise en œuvre des plates formes virtuelles d apprentissage avant tout comme un processus (objectifs, stratégies, partenaires, étapes, etc. ) et non comme une intervention essentiellement technologique. Organiser la participation active et étroite des différents acteurs concernés (enseignants, autorités locales, éditeurs commerciaux de contenus pédagogiques digitaux, etc.), selon des modalités et une intensité adaptées à l importance de leur rôle respectif dans le dispositif de plates formes virtuelles d apprentissage dès le début et tout au long du processus. Mettre d emblée la technologie au service des objectifs pédagogiques, et ce de la conception des plates formes à leur mise en œuvre. Rassembler les moyens et l expertise multiforme nécessaires à la conduite d ensemble de projets de l envergure et de la complexité qui caractérisent les plates formes virtuelles d apprentissage.

9 9 Organiser un accès (quasi) permanent à l équipement TIC au niveau des établissements d enseignement, en particulier dans les salles de classe plutôt que dans des laboratoires dédiés. Au niveau de la gestion du processus de mise en œuvre : Faire preuve de pragmatisme et de patience, à tous les stades du processus Procéder à des évaluations plus ou moins formalisées, intégrées au processus lui-même ou régulières qui permettent d éventuelles réorientations/corrections en cours de route. Utiliser les plates formes virtuelles pour résoudre des problèmes d organisation ou d enseignement avérés ou pour simplifier des procédures inévitables. Au niveau de l appui apporté aux enseignants : Mettre en place des programmes et actions de formation des enseignants non seulement aux TIC et au fonctionnement des plates formes, mais aussi à leur utilisation pédagogique, sans négliger l intérêt d organiser de telles formations en ligne. Mettre à disposition un support technique, accessible pendant les heures d utilisation des plates formes virtuelles (horaires scolaires, voire au-delà) et capable d intervenir aussi rapidement qu efficacement, pour décharger les enseignants des aspects techniques et leur permettre de se concentrer sur les aspects pédagogiques.

10 10

11 1 re partie Un tour d'horizon européen

12 Des contextes différents L équipement informatique et les usages des familles, certaines caractéristiques du système éducatif en tant que tel et les politiques menées en matière d intégration des technologies d information et de communication en éducation (TICE) font que les politiques relatives aux plates formes virtuelles d apprentissage sont menées dans des contextes différents selon les pays. Certains facteurs facilitent de telles politiques, d autres les rendent éventuellement plus difficiles. Sans identifier précisément quel est l impact de chacune de ces caractéristiques dans la mise en œuvre des plates formes virtuelles d apprentissage, il est utile de rappeler ces principales différences contextuelles avant d entrer dans la description des politiques et mesures nationales mises en œuvre. Selon les données Eurostat 2009, au Danemark, 85% des ménages ont accès à un ordinateur à domicile ; au Royaume-Uni, c est le cas de 71% des ménages et en Espagne, de 57%. Une connexion à large bande à domicile est le fait de 76% des familles danoises, 69% des familles du Royaume-Uni et 51% des familles espagnoles. La taille des populations concernées varie nettement entre les trois pays observés. Pour ne parler que du nombre d élèves de l enseignement primaire et secondaire, le Royaume-Uni en compte un peu plus de 10 millions, l Espagne plus de 5,5 millions et le Danemark un peu plus de 900 mille (source OCDE 2007). Ce nombre d élèves varie ainsi sur une échelle de 1 à 10, ce qui implique des enjeux de taille et de nature différents lorsqu il s agit de mettre en œuvre des dispositifs aussi complexes que les plates formes virtuelles d apprentissage. La régionalisation de certains systèmes, tels ceux du Royaume-Uni et de l Espagne «compense» en quelque sorte la difficulté due au nombre, en réduisant la taille des populations concernées. Dans le cas du Royaume-Uni, l Angleterre, le Pays de Galles, l Ecosse et l Irlande du nord disposent de leur propre système éducatif. L Angleterre couvre néanmoins quelques 7 millions d élèves. La division du territoire espagnol en 17 Communautés autonomes (régions) a pour conséquence que l Andalousie et la Catalogne, ici étudiées et qui représentent ensemble environ 45% des élèves espagnols, couvrent respectivement 1,5 million et 1,2 million d élèves au primaire et au secondaire. Acteurs clés des dispositifs de plates formes virtuelles d apprentissage, les enseignants connaissent également des situations différentes selon les pays en termes de statut d emploi et de formation continue. Ils sont employés du secteur public avec un statut d agent contractuel au Danemark et au Royaume-Uni où ils sont respectivement employés par l autorité locale et par l établissement d enseignement (ou parfois l autorité locale). La formation continue est obligatoire au Royaume-Uni, facultative en Espagne mais prise en compte dans la progression de carrière, et facultative sans incitation particulière au Danemark.

13 13 La nature des objectifs et le degré de précision des programmes d enseignement sont un autre critère de différenciation entre les pays observés, susceptible de faciliter ou compliquer l usage des plates formes virtuelles d apprentissage. Le programme d enseignement au Danemark fixe au niveau central de grands objectifs à atteindre en laissant une grande marge de manœuvre aux établissements. Le Royaume-Uni définit des compétences à atteindre plutôt que des contenus à enseigner, et utilise des tests standardisés par niveau pour mesurer les résultats et assurer une certaine homogénéité. En Espagne, le gouvernement central définit le cœur du programme d enseignement, laissant aux Communautés autonomes (régions) et aux établissements une marge de manœuvre pour adapter le programme au contexte local. Au niveau des domaines d action privilégiés par les grandes initiatives nationales ou régionales en matière de TICE, on observe en revanche une plus grande similitude. Tant le Danemark que l Espagne et le Royaume-Uni ont concentré leurs efforts sur l équipement et la connectivité, le développement de ressources pédagogiques digitales, la formation des enseignants et l adaptation du curriculum. Certes, des accents plus ou moins soutenus ont été mis sur l une ou l autre de ces dimensions selon les cas. L Espagne a dès le départ mis l accent sur l utilisation pédagogique des TICE. Le Royaume-Uni est certainement en pointe en matière de contenus digitaux, de métadonnées, et de normes d interopérabilité. Quant au Danemark, il a aussi investi d autres domaines de réflexion et d action, notamment en matière de partenariats publics/privés avec les éditeurs commerciaux et d organisation spatiale et temporelle de l enseignement (usage en dehors de l école des TICE en général et des plates formes virtuelles en particulier).

14 Le Royaume-Uni : des moyens importants et des actions coordonnées Depuis de nombreuses années, la politique britannique en matière d éducation et de technologies de l information et de la communication (TIC) constitue l une des grandes priorités. La mise en place du réseau national pour l acquisition des savoirs (National Grid for Learning, NGfL), une plate forme à l échelle britannique en faveur de la formation et de l éducation, en a été un axe stratégique majeur. Après la décentralisation en faveur d une plus grande autonomie des régions, celles-ci ont continué à élaborer des stratégies régionales spécifiques dans le domaine des TIC, s inspirant du réseau NGfL et partageant des objectifs communs : améliorer la qualité, favoriser l intégration et personnaliser l apprentissage. Le matériel informatique, l infrastructure, la connectivité et le contenu se sont nettement améliorés au Royaume-Uni et les enseignants sont de plus en plus nombreux à utiliser les TIC. Il n en reste pas moins que, malgré un investissement considérable et une utilisation accrue, l intégration et la transformation systématique des modèles d apprentissage restent difficiles. Ce constat vaut également pour l utilisation des plates formes virtuelles d apprentissage. Le nombre d établissements scolaires utilisant ces plates formes augmente chaque année, mais cette utilisation au sein des établissements et entre eux reste inégale. À l instar des TIC dans leur ensemble, il est évident que l offre est un facteur d adoption nécessaire mais non suffisant et que de multiples facteurs en rapport avec la gouvernance, la formation, l aide fournie ainsi que la nature du programme et du système d évaluation doivent être considérés. La plate forme GLOW, développée en Ecosse et qui s'adresse à l'ensemble des établissements scolaires écossais, est un exemple particulièrement intéressant à analyser en termes de mode de gouvernance et de facteur de succès ayant conduit à une large utilisation par les publics cibles. Repères Organisation du système éducatif Le Royaume-Uni comporte 4 régions : l Angleterre, le Pays de Galles, l Irlande du Nord et l Écosse. L année 1999 a vu la constitution d un gouvernement décentralisé, au sein duquel le Parlement britannique conserve ses compétences dans des domaines de souveraineté nationale tels que la politique étrangère, la défense, l énergie, etc. En revanche, un certain nombre de domaines comprenant notamment l éducation et la formation sont désormais de la compétence de chacune des Assemblées du Pays de Galles, d Irlande du Nord et d Écosse. Le système d enseignement britannique se compose en conséquence des systèmes anglais, gallois et d Irlande du Nord, tous trois relativement similaires, et d un système écossais relativement différent. En conséquence, les informations présentées ci-après se réfèrent à des mesures et observations valables soit pour l ensemble du territoire britannique, soit pour l une ou l autre de ses régions, en spécifiant dans chaque cas le territoire concerné. Le cas de l'ecosse est abordé plus en détail, à travers l'étude de la mise en œuvre de la plate forme virtuelle d'apprentissage GLOW. Dans les quatre régions, l enseignement est obligatoire de 5 à 16 ans (à partir de 4 ans en Irlande du Nord). Il comporte deux niveaux : l enseignement primaire (primary school) pour les élèves de cinq à onze ans (jusqu à douze ans en Ecosse) ; et l enseignement secondaire inférieur (secondary school) pour les élèves de onze à seize ans (de douze à seize ans en Ecosse). L enseignement secondaire post-obligatoire comporte deux années (de seize à dix huit ans) et mène aux qualifications de type A level qui donnent ensuite accès à l enseignement supérieur. A la fin de l enseignement obligatoire, les élèves peuvent également opter pour un enseignement dit further education qui s'adresse aux élèves de seize à dix-huit ans et rassemble l'offre éducative non universitaire.

15 15 Quelques chiffres (source : Department for Children, Schools and Families, Department of Education Northern Ireland, Statistics and Research Branch, pouvoir exécutif décentralisé de l Écosse, Assemblée galloise) ; année de référence : 2008/09) Angleterre Pays de Galles Ecosse Irlande du Nord Elèves (primaire et secondaire) Enseignants (primaire et secondaire) Etablissements (publics et privés) La plupart des enseignants ont un statut d agent contractuel et sont employés par l établissement d enseignement. La participation des enseignants à la formation continue est obligatoire. Les systèmes éducatifs des quatre régions disposent de leur propre service d Inspection. Gouvernance du système éducatif Au sein de chacune des quatre régions, les responsabilités se partagent entre trois niveaux : le niveau local, celui de la direction de l établissement et celui de son conseil d administration. Deux tableaux récapitulatifs qui résument le partage de compétences, entre les régions et en leur sein même, ont été réalisés. Compte-tenu de la quantité d information à présenter et du format de ces tableaux, ceux-ci sont proposés en annexe 3. Politique du Royaume-Uni en matière de TICE Grandes initiatives BECTA 3 BECTA (British Educational Communications and Technology Agency) est l Agence gouvernementale spécifiquement dédiée à l intégration des TIC dans le système éducatif britannique. BECTA travaille principalement avec le DCSF (Department for Children Schools and Families) et le BIS (Business innovation and Skills) pour soutenir leurs activités, et coopère directement avec les établissements d enseignement, les autorités locales et l industrie. Ses missions et domaines de compétences se définissent de la façon suivante : Conseil au gouvernement dans le domaine de compétences de BECTA, Coordination de la stratégie en matière d e-éducation, Analyse et recherche, Partenaire stratégique au sein d initiatives et programmes de mise en œuvre BECTA est basée à Coventry. Depuis 1997, la transformation de l enseignement par le biais des TIC a constitué l une des priorités du programme du gouvernement britannique. Plus de cinq milliards de livres sterling durant la période de 1997 à 2007 ont été investis dans un large éventail de stratégies et de projets dans ce domaine. À l instar des gouvernements successifs qui l ont précédé, les politiques économiques et d enseignement ont été alignées mais contrairement aux gouvernements précédents, les TIC ont joué un rôle essentiel dans cet alignement. La politique et la stratégie du Royaume-Uni en matière de TIC en général et pour l Angleterre en particulier, se concentrent sur trois volets, à savoir l infrastructure/ connectivité, le contenu et la formation, qui se sont déclinées en plusieurs phases. 3 Le nouveau gouvernement de coalition qui a pris ses fonctions en mai 2010 a adopté un ensemble de mesures d économies, dont la décision de cesser les activités du BECTA en mars Certaines responsabilités assumées par le BECTA seront transférées au département d éducation, d autres activités seront reprises par des organisations existantes.

16 16 Le Royaume-Uni : des moyens importants et des actions coordonnées The National Grid for Learning NGfL (Le réseau national d apprentissage) En 1997, le gouvernement a publié un document de consultation intitulé Connecting the Learning Society: National Grid for Learning, dans lequel les objectifs du réseau NGfL sont énoncés comme suit : fixer une priorité et un calendrier à l échelle nationale en faveur de la maîtrise des nouvelles technologies afin d améliorer la qualité de l enseignement, la qualité de vie et la compétitivité de la Grande-Bretagne sur la scène internationale, en particulier en ce qui concerne les nouveaux objectifs en matière de littératie et numératie ; supprimer les obstacles à l apprentissage, en garantissant à tous un accès, notamment aux élèves habitant dans des zones reculées et ceux qui présentent des besoins spécifiques ; fournir des logiciels, du contenu et des services de qualité, qui soient pertinents et différenciés selon les besoins ; stimuler les partenariats publics et privés, et associer la meilleure créativité du secteur privé aux meilleures normes du service public ; garantir que tous les services pouvant être fournis commercialement pour un bon rapport qualité-prix ne soient pas financés par des fonds publics. L initiative NGfL a été perçue comme un moyen d exploiter le potentiel des TIC afin d améliorer la qualité de l enseignement par l offre d infrastructures, de contenus et de formations. La plate forme offrait un service et une infrastructure en réseau qui permettait aux milieux scolaire et professionnel d accéder à des contenus pédagogiques ainsi qu à une série de services d assistance à l enseignement, à l apprentissage, à la formation et à l administration. Elle était également accessible depuis le domicile, où elle pouvait être utilisée pour les devoirs, les recherches, les liens entre la maison et l école, le développement de carrière, la recherche d emploi et la reconversion. New Opportunities Lottery-Fund Training (NOF) Adoptée en 1998 et associée à l initiative NGfL, l initiative New Opportunities Lottery-Fund Training a eu comme objectif d «améliorer les résultats des élèves en optimisant les compétences d utilisation des TIC par les enseignants dans l enseignement de leur matière, aux niveaux attendus des enseignants récemment diplômés». Elle a ciblé tous les enseignants et les bibliothécaires des écoles primaires et secondaires au Royaume-Uni et la formation a été dispensée par des organismes de formation locaux. Mis en place de 1999 à 2002, le programme a bénéficié d une enveloppe de 230 millions de livres sterling. En Angleterre, enseignants ont bénéficié d une formation pour un coût individuel de 450 livres sterling. Les résultats de la formation attendus par le ministère britannique de l éducation et des compétences (Department for Education and Skills - DfES) visaient notamment : la connaissance et la compréhension de la contribution que les différents aspects des TIC peuvent apporter à l enseignement de matières spécifiques ; une planification efficace, comprenant l utilisation des TIC dans le cadre de la préparation des cours ainsi que le choix et l organisation des ressources TIC ; l utilisation des TIC pour l enseignement à toute la classe ; l évaluation de l apprentissage d une matière par les élèves lorsque les TIC ont été intégrées avec succès dans l enseignement ; l utilisation des TIC pour rester au fait des dernières nouveautés, partager les meilleures pratiques et réduire la bureaucratie.

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Jeudi 19 décembre 2013 Programme de la présentation interactive Faire entrer l École dans l ère du numérique Introduction de Catherine

Plus en détail

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College L occasion d innover Le Loyalist College, situé à Belleville, crée depuis 2006 des simulations pour l apprentissage en utilisant

Plus en détail

FRYDMAN Réouven Année 2012-2013 Option : SISR. Fiche N 4 PPE

FRYDMAN Réouven Année 2012-2013 Option : SISR. Fiche N 4 PPE BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Session 2012 2013 FRYDMAN Réouven Année 2012-2013 Option : SISR Fiche N 4 PPE NATURE DE L'ACTIVITE : Approche aux différentes plateformes collaboratives

Plus en détail

L UNICEF FRANCE ET LES ENT (FRONTER)

L UNICEF FRANCE ET LES ENT (FRONTER) ENT = environnement numérique de travail L UNICEF FRANCE ET LES ENT (FRONTER) Juin 2010 1 Qu est-ce qu un ENT? C est un portail / un bureau virtuel / une plate-forme numérique. Il est destiné à l ensemble

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) DIFOR Clermont-Ferrand. https://foad.orion.education.fr

Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) DIFOR Clermont-Ferrand. https://foad.orion.education.fr PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DE LA FOAD FORMATION DEVENIR E-FORMATEUR ET CONCEPTEUR DE CONTENUS PHASE 1 : DEVENIR E-FORMATEUR OU TUTEUR RELAIS PHASE 2 : DEVENIR CONCEPTEUR DE CONTENUS PEDAGOGIQUES MIS EN

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON UNION EUROPEENNE EUROPEAN UNION COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION Programme d Appui à la Société Civile Civil Society

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE Mme Mariam DORLIPO L ENT d anglais du collège Bébel Un espace de travail numérique disciplinaire Cet espace de travail

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre :

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Phase II Recherche action sur la formation des enseignants aux usages pédagogiques des

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Présentation du programme de partenariat Conditions de participation au programme de partenariat Avantages du programme Engagement des partenaires

Présentation du programme de partenariat Conditions de participation au programme de partenariat Avantages du programme Engagement des partenaires Guide du programme Arcserve Global Partner destiné aux VAR - EMEA Présentation du programme de partenariat Conditions de participation au programme de partenariat Avantages du programme Engagement des

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce, spécialité E-commerce/e-marketing : gestionnaire de projet

Licence professionnelle Commerce, spécialité E-commerce/e-marketing : gestionnaire de projet Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce, spécialité E-commerce/e-marketing : gestionnaire de projet Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai. Projet Liberscol E.N.T Documentation parent

Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai. Projet Liberscol E.N.T Documentation parent Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai Projet Liberscol E.N.T Documentation parent Sommaire Contenu PREAMBULE... 3 Qu'est-ce que Liberscol?... 3 L'établissement numérique...

Plus en détail

INTRODUCTION DES NTIC DANS LE SYSTEME EDUCATIF MAROCAIN

INTRODUCTION DES NTIC DANS LE SYSTEME EDUCATIF MAROCAIN INTRODUCTION DES NTIC DANS LE SYSTEME EDUCATIF MAROCAIN Pr. Abdelfattah BARHDADI Groupe de l Action Pédagogique Ecole Normale Supérieure de Rabat B.P. 5118 Takaddoum, Rabat, Royaume du Maroc Fax: +212

Plus en détail

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous)

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux usages de l Internet (Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche) Et Il est convenu ce qui

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés

Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés Version destinée aux enseignants qui exercent dans des établissements

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

RÉPARTI EN FONCTION DES BUDGETS $ 9 - $ 2014-15 RAPPORT ANNUEL)

RÉPARTI EN FONCTION DES BUDGETS $ 9 - $ 2014-15 RAPPORT ANNUEL) Faits en bref au sujet du RCDR 2015 Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités déterminé à élargir le contenu numérique pour les activités de recherche

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

1. Contexte. 2. Objectifs

1. Contexte. 2. Objectifs Royaume du Maroc Ministère de l Education Nationale Secrétariat Général Direction de la Stratégie, des Etudes et de la Planification L''écolle et lles Technollogiies de ll''iinformatiion et de lla Communiicatiion

Plus en détail

POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013)

POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013) POINT SUR LES ACTIVITES DU PROJET PADTICE (593 RAF 600) DEPUIS SON TRANSFERT A DAKAR (MARS 2013) FICHE TECHNIQUE DU PROJET Numéro du projet : 593 RAF 6000 Nom du projet «Projet d appui au développement

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

Interaction entre la séance et la recherche de la ressource en ligne

Interaction entre la séance et la recherche de la ressource en ligne Activité support Toutes (exemple ici en acrosport) Niveau de Classe Tous niveaux lycée Description de l'usage Utilisation de la caméra des outils nomades (tablettes et smartphones) pour capturer des images

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017 Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Mise en contexte L environnement dans lequel évoluent les bibliothèques universitaires est en mutation depuis plusieurs années.

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Plan directeur Informatique Mars 2008. Synthèse des propositions fournies par les facultés

Plan directeur Informatique Mars 2008. Synthèse des propositions fournies par les facultés Plan directeur Informatique Mars 2008 Synthèse des propositions fournies par les facultés Ce document dresse un récapitulatif des différents éléments qui ont été suggérés par les facultés, en référence

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation)

BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation) BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation) Langue d enseignement : Français ALTERNANCE ou INITIAL Fonctions Le titulaire du BTS

Plus en détail

Le 1er Serious Game des métiers de la Propreté

Le 1er Serious Game des métiers de la Propreté La Fédération des Entreprises de Propreté et des Services Associés, en partenariat avec l Education Nationale, propose une nouvelle approche de la Découverte Professionnelle Le 1er Serious Game des métiers

Plus en détail

Nous simplifions et accélérons votre transformation digitale. Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps.

Nous simplifions et accélérons votre transformation digitale. Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps. Nous simplifions et accélérons votre transformation digitale. Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps. À propos de Texidium Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps. Kivuto,

Plus en détail

Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr

Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr Poitiers, le mercredi 23 septembre 2009 Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr Lancée le 19 juin dernier par le ministre de l Éducation nationale, l Académie

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

régionale pour le Margaret Simmonds Directrice

régionale pour le Margaret Simmonds Directrice Présentation d une stratégie régionale pour le développement de l elearning Margaret Simmonds Directrice Plan Présentation du West Yorkshire Le modèle de plannification stratégique utilisé La stratégie

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

L expression de la qualité. groupe

L expression de la qualité. groupe L expression de la qualité groupe Le groupe BTL 2 L expression de la qualité Le groupe Business & Technical Languages est un acteur majeur de la formation linguistique auprès des entreprises. Cours en

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail