Le secteur des SSII (Sociétés de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le secteur des SSII (Sociétés de"

Transcription

1 Les méthodologies informatiques Agiles L utilisation de méthodes de développement adaptatives s inscrit dans une logique d amélioration des performances globales des projets. Dans le domaine informatique, cette recherche s illustre par le recours aux méthodes dites " Agiles ". Jean Guillaume Lalanne nous livre ici un retour d expérience sur l utilisation de ces méthodes. Jean Guillaume Lalanne Architecte d information Cap Gemini Ernst & Young Le secteur des SSII (Sociétés de Service en Informatique) vit actuellement une crise profonde, structurelle. Il est confronté subitement à un durcissement du marché, comme jamais auparavant il n en avait fait l expérience. Ceci l entraîne inexorablement vers une ère d industrialisation. Cette " révolution industrielle " du marché des services va, dans les cinq prochaines années, selon le Gartner Group, être comparable à celles qu ont connus, en d autres temps, les secteurs du textile et de la métallurgie. Les symptômes avant coureurs sont là : réorganisations, réductions des coûts, restructurations, plans sociaux, délocalisations (évidente du fait de la dématérialisation du produit : pas de problèmes de logistique comme dans le cas de l industrie lourde, etc.) et fusions/acquisitions. L éclatement de la bulle Internet et des Télécoms n a fait que mettre à jour des dysfonctionnements déjà existants depuis le début des années 90. Mon propos est davantage de fournir un retour d expérience afin de dégager les points forts et faibles de chasistance technique, d obligation de moyens, et de déve- loppements " sur mesure, elle doit, désormais, développer au " forfait " avec obligation de résultats et suivant une démarche qui génère de la valeur ajoutée Jusqu à présent, les projets n étaient que rarement profitables et s ils l étaient, c était parce qu on avait su faire payer le prix réel au client. D après une étude américaine menée en 1994 sur 8000 projets (1), 16 % d entre eux n ont pas respecté les délais et le budget initial, et pire, 32 % n ont jamais abouti. L étude du Standish Group pour 1998 montre une amélioration par rapport à 1996, puisque le taux d échec des projets tombe de 40% à 28%. En revanche, encore près de la moitié des projets sont en retard et/ou hors budget, ce qui laisse un quart des projets pleinement réussis. Il faut développer aux moindres coûts pour rester compétitif, avec une qualité de livraison irréprochable et dans les délais les plus courts, imposés par les contraintes de " Time To Market (2) " que les clients subissent eux-mêmes. C est dans ce cadre économique que sont apparues et apparaissent de nou- Le bouleversement est grand et la profession se voit contrainte de changer de façon de faire. Encore fondée principalement sur une culture d asvelles méthodologies de développement propres au monde du service informatique. Elles se réclament du qualificatif, un peu pompeux, il est vrai, "d Agiles ". Agile par opposition aux méthodes employées auparavant principalement fondées sur la notion de prédictibilité. Au paradigme de prédiction, ces méthodes proposent le pragmatisme et l adaptation. Dans cet article, il ne sera question que des méthodes agiles que je connais : à savoir, le " Feature Driven Development " (FDD), le " Two Tracks Unified Process " (2TUP), " l Extreme Programming " (XP) et bien que ce produit soit propriétaire, le " Rational Unified Process " (RUP). Il serait bien difficile pour moi de parler de l ensemble des méthodes agiles, elles sont trop nombreuses. Il ne sera pas non plus question de fournir une description détaillée de chacune de celles que je viens de citer ci-dessus, car j en serais bien incapable, préférant en laisser le soin à d éminents confrères (3). 1) Source : 2) Rapidité à livrer un produit, un service au marché (3) Jean-Pierre Vickoff : La Cible N 101-SEPTEMBRE

2 Figure 1 : TUP (Two Track Unified Process) Figure 2 : RUP (Rational Unified Process) cune d elles par comparaison (comparaison avec les méthodologies " Merisiennes ", dites classiques, mais également comparaison entre elles). Les méthodes " Agiles " reposent sur quatre principes de base, qui privilégient (4) : La communication et l interaction qui en résulte, à la contractualisation des spécifications. La compétence et l implication des ressources, au respect de processus formel et d une vision " outillée " à l extrême des développements. La livraison de fonctionnalités réelles, à la production d une documentation pléthorique. Boxing " (5), " Task Boxing "(6)), au respect d une planification figée. Elles ont toutes été fondées toutes à partir de l observation suivante : le développement informatique est plus que ardu. Il est difficile de comprendre ce que le client désire faire vraiment (ou faire faire en l occurrence). Il n exprime jamais ses vrais besoins, car souvent, à un instant t, il les ignore lui-même. Si toutefois il arrivait à le faire, ces derniers évolueront de toute façon au cours du projet. Ils changent du fait même de la création du logiciel. C est la logique du serpent qui se mord la queue. Et même si l on imagine, le cas où un jour, le client formalise correctement ses besoins et ses exigences, il n en demeure pas moins que le développement est, la plupart du temps, complexe : tout projet a ses spécificités techniques et fonctionnelles, qu il est difficile de prévoir. Un système informatique est un édifice souvent vaste et compliqué, ayant un nombre de degrés de liberté pratiquement illimité. Michel Pébereau*, PDG de BNP Paribas déclarait ainsi " l informatique des entreprises, c est un peu les cathédrales du Moyen Age, commencées en style roman et terminées en gothique flamboyant. Les architectes sont morts depuis longtemps et plus personne n a les plans". Toute erreur ou changement peut générer, du fait de cette complexité, par effet domino, une surcharge de travail. Cette surcharge peut devenir exponentielle pour le projet. Il est donc évident que l ensemble des concepts, qui constituent les fondations des méthodes classiques, ne soit plus considéré comme réaliste par les chefs de projet : Le périmètre fonctionnel n est jamais arrêté ; Il n est donc jamais possible de définir un planning précis et figé ; Et donc, pas davantage de se protéger de futurs risques de dérives de projet, en verrouillant les besoins fonctionnels et le planning. Partant de ce constat, les méthodes agiles proposent un processus qui s adapte aux multiples évolutions du contexte par une planification continuellement réévaluée. Le principe d itération pour les unes ou de " release " (7) pour les autres permet de définir une discrétisation L acceptation du changement et la modification des priorités (" Time- Figure 3 : une illustration concrète du décalage des représentations. (4) Source : - (5) Le projet est principalement contraint par une date limite. (6) Le projet est contraint par un nombre incompressible de fonctionnalités à développer. - (7) " Release " pourrait être traduit par le mot livrable. Toutefois, livrable fait penser à la notion de document. Or, ceci ne correspond pas trop à la philosophie des méthodes agiles (XP en particulier). 38 La Cible N 101-SEPTEMBRE 2004

3 temporelle simple qui permet d identifier la " vitesse " et la consommation du projet, afin de pouvoir réajuster régulièrement tous les paramètres du pilotage projet. On peut distinguer quatre étapes majeures dans l évolution des cycles de développement logiciel : Le cycle en cascade, c est le plus simple et le plus connu : on analyse le problème, on conçoit une solution, on construit la solution, on teste cette dernière, on intègre et on déploie. La méthode est séquentielle et l estimation de la durée du projet se résume à une addition des estimations temporelles de ces différentes étapes. Le cycle en spirale : puisque qu il est évident que des erreurs sont faites durant les phases de conception et de construction, le cycle précédent n est pas vraiment réaliste. Est alors apparu la notion d itération. Itérer c est effectuer une tâche en plusieurs passes. Chaque passe améliore le résultat jusqu à qu une validation définisse que la tâche est achevée. L idée est d avancer lentement afin de ne pas laisser passer un bogue qui peut coûter très cher s il est découvert que trop tard dans les phases avales. La notion de validation (ou retour client) apparaît au cours du projet. La difficulté de ce type de cycle réside dans le planning d itérations non prévisibles par essence. Le cycle de développement itératif se calque sur le précédent, sauf qu il ne considère pas l itération comme exceptionnelle. Il part du principe que les itérations vont avoir lieu sans arrêt. Il faut donc essayer d estimer leur nombre. Doucement, à chaque nouvelle itération, le développement devient meilleur et il est de moins en moins nécessaire de revenir sur ce qui a été fait. Le cycle de développement par livraison incrémentale : le problème avec la méthode précédente est qu il faut beaucoup de temps avant de voir quelque chose finalisé. Ce cycle propose au contraire de livrer le logiciel plusieurs fois au client avec toujours davantage de fonctionnalités (les plus importantes au début). La quantité d analyse et d architecture décroît au fur et à mesure des incrémentations. Le problème avec ce type de méthode, c est de savoir ce qui va guider le choix du contenu des incréments : une vision architecturale, la gestion des risques ou celle, économique, des fonctionnalités? Les méthodes agiles partent du principe que le retour client et le retour sur le code déjà développé sont nécessaires et qu il est dommageable de vouloir les éviter, bien au contraire. Il est préférable de livrer au client des incrémentations très brèves afin d avoir un retour quasi continu. Les fonctionnalités dans les incréments sont définies par le client. Une métaphore souvent employée et qui résume bien cet état d esprit est celle des stocks de matières premières et de produits intermédiaires dans l industrie. Tout comme ces derniers, un développement non livré au client peut être considéré comme un passif pour le projet. Il est absolument nécessaire pour la bonne santé du projet de livrer au fur et à mesure les fonctionnalités que l on a développées. Il faut éviter à tous les niveaux du projet les effets tunnels. Dans le même ordre d idée, toute activité support projet qui ne représente aucune valeur ajoutée pour le client doit être réduite à sa plus simple expression. Cette gestion temporelle du projet par itérations et par incréments est essentielle. Elle demeure le principal fondement de l agilité. J insiste sur ce point. Il m apparaît maintenant clairement que l utilisation de ces principes simples aurait pu, à coup sûr, sauver de l échec un certain nombre de projets sur lesquels j ai eu à intervenir. Toutefois, les méthodes agiles ne se limitent pas à cela. Elles proposent un grand nombre de bonnes pratiques, que je propose d analyser par la suite, à la lueur de mon expérience. Auparavant, il me semble utile de rappeler, historiquement, d où proviennent, pour la plupart, ces méthodes agiles. Elles sont le résultat de retour d expérience d un certain nombre de mouvances et techniques : La première et la plus importante à mon sens : la mouvance " Open Source ". Plus que l aspect juridique (ouverture du code, licence particulière, etc.), cette mouvance a avant tout généré un grand nombre de pratiques (et d outils associés) utilisées par des communautés virtuelles gigantesques afin de mener à bien des projets logiciels, internationaux et complexes. LINUX, APACHE, GNU sont les exemples qui viennent les premiers à l esprit. On peut parler de réussites! L impact de cette mouvance sur les pratiques de développement est aussi grand que celui des produits qui ont été développés sur l informatique actuelle. Il est évident qu une méthode comme XP (Extreme Programming) est le fruit de ce monde-là. Il n est alors pas étonnant d y retrouver des pratiques comme l intégration continue (make, build de ANT), le test unitaire continu, la validation des exigences continue (" Issue Tracking "), le retour constant des utilisateurs (" mailing-list ", " bugzilla ", forum, sondages, FAQ), le partage du code (CVS, site collaboratif, distribution code source), la notion de " release " rapide, etc. Il suffit de jeter un coup d œil sur le site (créé au début des années 90!) pour comprendre leur provenance. L apparition du formalisme standard UML et d autres formalismes métiers basés principalement sur XML a permis d introduire une agilité plus grande dans la structuration de l information que le projet doit gérer : information technique et/ou information fonctionnelle. Un meilleur formalisme permet une meilleure compréhension entre les différents acteurs du projet, mais aussi une historisation plus évidente du contexte projet (bien plus évident que le sont des quantités de documents binaires comme WORD, EXCEL ou PDF, etc.). Même si certains récusent cet accès de formalisme, il est le passage né- La Cible N 101-SEPTEMBRE

4 cessaire vers une automatisation de la gestion projet logiciel : le " refactoring " (8) ne cible pas uniquement le code, il cible tous les axes d un projet. La description structurée au format ASCII favorise le " parsing " (9) et donc le retour en arrière, l amélioration continue. Une vision graphique de ce formalisme est toujours plus efficace qu une vision documentaire. Le concept de MDA (" Model Driven Architecture ") participe à cet effort de formalisme. Il n est toutefois qu à ses débuts. Le concept objet : plus que le formalisme qu il engendre, ce concept a énormément apporté dans la capitalisation des bonnes pratiques logicielles (GoF, Design Pattern J2EE). Pour la première fois, il a vraiment permis la réutilisation, première étape vers l industrialisation. A présent, arrêtons nous quelques instants sur les grands principes qui constituent les méthodes agiles, afin de les confronter à l expérience (le tableau ci-dessous en fournit, sous une forme synthétique, une description simple). La notion de " Pair Programming " : Cette technique de développement est acceptable dans les premières étapes des itérations mais n est pas conseillée dans le reste de la phase de production. C est une dépense inconsidérée qui peut coûter très cher sur la fin d un projet. Néanmoins, l intérêt est évident, et j ai eu l occasion de le vérifier, dans les phases d analyses et de design (phase de prototypage, ou de " Proof of Concept "(10)). En outre, elle permet de former de façon croisée les développeurs à tous les aspects de l architecture. Comme dans une équipe de rugby où n importe quel joueur blessé doit pouvoir être remplacé au pied levé, les développeurs doivent être polyvalents afin de pouvoir faire face à tout aléa durant le projet (maladies, vacances, migration vers un autre projet,etc.). Le " Pair Programming " favorise cette agilité de l équipe projet. Les développeurs sont d ailleurs souvent demandeurs d une telle pratique qui leur permet ainsi d accroître leur champ de compétences. " Test-First Design " : Cette première notion rejoint le concept de prototypage ou de " Proof of Concept " cité ci-dessus. Ce sont Principes Agiles Client sur site (On Site Customer) Séance de Planification (Planning Game) Intégration Continue (Continuous Integration) Livraisons Fréquentes (Frequent Releases) Rythme soutenable (Forty-Hour a week) Description rapide Pour une meilleure communication, les clients et les développeurs travaillent dans le même espace autant que possible. Le client définit les scénarios utilisateurs prioritaires. Les développeurs discutent le contenu de ces scénarios, définissent les tâches techniques sous-jacentes, estiment ces tâches et y souscrivent. Le système est intégralement assemblé et testé une à plusieurs fois par jour. Le rythme des livraisons est de l'ordre de quelques semaines. L'équipe ne fait pas d'heures supplémentaires deux semaines de suite. Tests de Recette Recette (Acceptance Tests) Tests Unitaires (Unit Testing) Conception Simple (Simple Design) Métaphore (Metaphor) Remaniement Continu (Refactoring) Convention de Code (Coding Standard) Programmation en binôme (Pair Programming) Propriété collective du code (Collective Code) Ownership Retour d'information rapide sur le système, en général automatisé, constitué à partir de critères de tests définis par le client. Tests automatisés écrits pour chaque classe, chaque méthode, et pour tout "ce qui pourrait casser" en général. Ces tests doivent passer à 100% continuellement. Le code doit passer tous les tests et répond aux critères de maintenabilité : concision, modularité, cohérence, lisibilité. Une analogie utilisée comme modèle conceptuel du système en cours de développement. Ou re-factorisation de code pratiquée sans relâche : modification du code par laquelle on améliore sa conception sans en modifier le comportement. Le code doit suivre une convention de nommage et de présentation afin d'être lisible par tous les membres de l'équipe. Le code de production est toujours écrit par deux développeurs : le pilote et le copilote. Les binômes changent au cours du projet. Chaque développeur peut modifier chaque partie du code si le besoin s'en fait sentir. (8) Notion de retour en arrière, d amélioration continue du travail fourni. - (9) Lecture automatisée d un document structuré. (10) Notion de prototypage. 40 La Cible N 101-SEPTEMBRE 2004

5 d excellents exercices pour clarifier les besoins fonctionnels (déterminer leurs impacts au plan technique), appréhender leur niveau de risque et leurs coûts éventuels. L architecte doit être pleinement impliqué dans cette activité pour s imprégner de la complexité du projet. " On-Site Customer " : Cela peut être une bonne méthode pour obtenir un feedback continu sur l évolution des développements, pour partager la charge de documentation avec le client et surtout éviter toute " réunionite " qui mobilise trop de ressources pour des résultats souvent très limités. L interaction avec l utilisateur final doit être encadrée car les besoins de ce dernier peuvent rapidement ne plus correspondre à la solution achetée au début : le client achète une maison et il exige une cathédrale! Chaque demande doit être " priorisée " et évaluée en terme de coût. " Coding Standards " : Plus que les notions de convention de nom ou de codage, le concept suggère de toujours utiliser des standards techniques ou des bonnes pratiques métier. Il ne sert jamais à rien " de réinventer la roue ". " Continuous Integration " : Cette méthode est d une grande utilité car elle permet à tous les développeurs de resituer leur travail dans l œuvre plus globale qu est le projet. Il est question dans " l Extreme Programming " de métaphore. On évite ainsi tout cloisonnement des développements. Les processus de test unitaire et de test de non régression assurent la consistance à tout instant de ce qui est intégré, si bien qu une estimation de la qualité des livrables est toujours disponible. " Collective Ownership " : Cette notion est fortement liée à la précédente. Elle permet d éviter également le cloisonnement du projet et de garder son agilité. Ceci n est faisable que lorsqu un système de gestion de configuration performant a été mis en place afin de tracer toute évolution. Ce type de système devient vite l épine dorsale du projet. Cette technique permet également de contraindre le développeur à suivre une convention de codage projet et à abandonner ces mauvaises habitudes. Elle participe au concept de polyvalence de l acteur du projet. La rétention d information n a plus lieu d être. (11) La " roadmap " est la trajectoire à suivre pour atteindre l objectif ou la cible La Cible N 101-SEPTEMBRE 2004 " Refactoring " : Si l idée est parfaitement acceptable pour du développement logiciel mono langage de programmation, elle ne peut en aucune manière se substituer à une démarche architecturale précise. C est sûrement l un des points de désaccord le plus évident entre des méthodes comme RUP, 2TUP et XP. En effet, la phase d initialisation du projet n apparaît pas clairement dans le processus XP. Avant tout commencement de " release " ou d itération, il est forcément nécessaire de compter quelques jours, ne serait-ce que pour obtenir une vision commune avec tous les acteurs, en terme de périmètre, de risque et de budget. Une exploration fonctionnelle et technique, ainsi qu une planification sont effectuées une fois que l on a estimé que le projet a une forte probabilité de succès. XP est plus adapté pour des projets où les risques techniques sont minimes car bien connus (notion de " départ lancé "). C'est le cas des développements logiciels. Dans un processus comme RUP, la phase d architecture qui se trouve au niveau des " Elaborations Itérations " permet de stabiliser les fondations de la solution. XP insiste pour que les " releases " soient fonctionnellement orientées, afin qu elles fournissent une valeur ajoutée immédiatement appréciable par le client. La phase d architecture n est donc pas vraiment prise en compte en tant que telle ; elle est diluée tout au long des différentes " releases ". L idée de XP est de ne pas passer trop de temps à délivrer un travail qui ne représente aucune valeur ajoutée métier aux yeux du client. C est une vision réductrice qui omet de considérer que la réduction des risques est aussi une valeur ajoutée importante pour le client. Il y a toujours toute une série de problèmes d environnement, de systèmes, de matériel qui ne peut être gérée seulement par la philosophie du " Refactoring ". Et XP ne les adresse pas correctement. Il est avant tout un processus de développement logiciel ; or il est évident que la plupart des projets informatiques dépassent ce contexte-là. Le positionnement du projet dans le Système d Information est incontournable afin d assurer le respect de l urbanisation et d estimer les adhérences de la solution avec le système existant. " Metaphor " : Pour de grands projets, l architecture peut difficilement se résumer à une simple métaphore. Néanmoins, il est toujours bon de communiquer les grandes lignes de cette architecture à l ensemble de l équipe projet afin de définir un objectif commun (dans le monde open source, il est question de " roadmap " (11)). " Rapid release " : C est une excellente technique. Elle permet de rassurer rapidement le client et de lui fournir une grande visibilité sur le projet. L acceptation des utilisateurs est acquise plus tôt et le risque de rejet de l outil est intégré rapidement dans le projet. En terme commercial, cette démarche est très appréciée du client car elle fournit une vision modulaire du produit. Il peut relier une " release " à un coût et donc souvent renégocier en interne les priorités de telles ou telles fonctionnalités : il acquiert un argumentaire pour sa politique interne qu une autre approche projet ne fait pas ressortir. Pour l équipe projet, cette démarche permet de communiquer le travail effectué en interne et chez le client. Le risque est d investir énormément sur les premières " releases " et de ne devenir rentable que sur les dernières (si le client ne souhaite pas poursuivre en milieu de projet pour une raison ou une autre, la santé économique du projet n est plus assurée). " Simple Design " : XP est trop orienté vers une conception dirigée par les fonctions métiers. Elle ne prend pas en compte une approche architecturale du type " Fra- 41

6 mework " (12) comme celle proposée par RUP et 2TUP. Il est dangereux de développer ainsi. Des problèmes peuvent n apparaître que lorsque les releases seront intégrés entre elles. Il est alors trop tard pour agir. " 40-hour week " : Il est vrai que les développeurs ont tendance à travailler jusqu à ce que leur programme fonctionne correctement en fin de journée. C est une grossière erreur de penser que le chef de projet doit utiliser ce penchant pour optimiser les journée de développement. A terme, une telle démarche est fortement contre-productive. Le chef doit imposer des horaires fixes à son équipe afin de garder une fraîcheur d esprit tout le long du projet. De nombreuses erreurs de jugement peuvent ainsi être évitées. Les rôles de RUP : RUP insiste sur la discrétisation des rôles afin de bien gérer les compétences sur le projet. XP simplifie cette discrétisation de 30 à 7 afin de promouvoir la polyvalence des acteurs de l équipe et d éviter tout cloisonnement et étiquette. Interlocuteur Maîtrise d ouvrage (MOA)/Client ayant pouvoir de décision : Il est fondamental d avoir des interlocuteurs ayant réellement une expertise client et/ou un pouvoir de décision. Il est trop fréquent de se heurter à des directions projet MOA à diverses têtes, qui contraignent trop souvent le chef de projet MOE (Maîtrise d oeuvre) à faire l utilisation du processus d escalade hiérarchique, très coûteux en terme de temps, de communication projet et de motivation de l équipe. Au même titre que les " Proof Of Concept " techniques et fonctionnels, il est utile de bien évaluer en début de projet les ressources humaines MOA/client mises à disposition. Autonomie et organisation centralisée de l équipe (motivation) : Les méthodes agiles s inspirent clairement des méthodes de fonctionnement des équipes sportives : il est d ailleurs question du " SCRUM " (13), allusion non dissimulée au rugby. Le fonctionnement interne de l équipe projet doit être basé sur le principe du " Gagnant-Gagnant" : à savoir qu un projet ne sera une réussite pour le management que s il est d abord aussi une réussite pour l ensemble des intervenants. Comme nous avons pu le constater tout au long de cet article, les méthodes agiles apportent un grand nombre de nouvelles pratiques. La plupart de ces pratiques sont déjà des " Best Practices " du monde " Open Source " ; en ce sens, elles ont déjà fait leur preuve. Toutefois, même si la majorité d entre elles peuvent être considérées comme positives, toutes ne le sont pas. Un projet Open Source n est pas sujet aux mêmes contraintes qu un projet traditionnel. Les concepts d itérations et d incrémentations sont des concepts phares. L intégration continue, la gestion continue des exigences et la livraison rapide de verticalités produites sont également des notions incontournables. Leur apport est indéniable. Les concepts de " Refactoring " et " First-Design " sont plus sujets à caution. Le principal grief que l on peut émettre à l égard de ces méthodologies - et il est d importance - c est qu elles sont principalement portées par des équipes MOE. Or les équipes MOA chez les clients sont souvent des équipes non familiarisées avec les méthodes agiles. Historiquement, les chefs de projet MOA sont souvent d anciens chefs de projet prestataires, qui ont capitalisé sur les méthodes qui étaient alors en cours. Il y a donc souvent, pour ne pas dire toujours, une différence de méthodologie entre la MOA et la MOE. Il est possible de faire abstraction de cela pour l une ou pour l autre des équipes. Toutefois ceci n est plus possible lorsque la MOA et/ou le Client impose à la MOE, pour des raisons de qualité, la méthodologie maison. Cette dernière étant malheureusement souvent de type documentaire, " Merisien ". Comment alors diriger un projet en utilisant une méthodologie dite agile lorsque la culture du client est fortement empreinte d une philosophie prédictive? Le problème revient alors à s adapter à la méthodologie client sans biaiser son agilité. La tâche peut vite s avérer compliquée. En particulier, comment faire accepter au client une démarche d architecture et de " Proof Of Concept " lorsqu il attend une rédaction de spécifications fonctionnelles, techniques, générales ou détaillées? Comment faire comprendre qu une bonne analyse, une bonne conception ne sont pas synonymes de documents mais au contraire de développement? Le bon fonctionnement de la " tuyauterie " de la solution ne peut être évalué si on se cantonne à la rédaction de spécifications. Il n y a sûrement pas de réponse toute faite à ce genre d interrogations. Toutefois, il est certain que les bonnes pratiques introduites par ces méthodes agiles vont faire leur chemin et devenir des standards de facto que les MOA finiront par adopter à moyen terme. Ces méthodes répondent à des besoins et permettent de résoudre des problèmes. On aurait tort de les considérer comme des phénomènes de mode. Bibliographie : " Extreme Programming Explained ", Kent Beck (Addison-Wesley). " Refactoring : Improving the design of existing code", Martin Folwer (Addison-Wesley) " Extreme Programming Installed ", Ron Jeffries (Addison-Wesley) " Agile Software development", Alistair Cockburn (Addison-Wesley) " The Rational Unified Process", Phillipe Kruchten (Addison-Wesley) "The ten essential of RUP", Leslee Probasco, (Rational Software Whitepaper) Site WEB sur l Extreme Programming : Glossaire : MOA : Maîtrise d ouvrage MOE: Maîtrise d oeuvre 12) Concept très en vogue actuellement et issu principalement de " l open source ". Il s agit de la notion de socle technique et fonctionnalités transverses. - (13) mêlée 42 La Cible N 101-SEPTEMBRE 2004

Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5

Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5 Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5 Plan Chapitre 2 Modèles de cycles de vie Méthodes de développement : Méthode lourde Méthode agile Exemple

Plus en détail

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Conduite de projets SI Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Agilité : de quoi parle-t-on? Agilité de l entreprise Urbanisme Architectures SOA Agilité du SI ERP Plateformes applicatives agiles

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

Génie logiciel (Un aperçu)

Génie logiciel (Un aperçu) (Un aperçu) (sommerville 2010) Laurent Pérochon INRA URH 63122 St Genès Champanelle Laurent.perochon@clermont.inra.fr Ensemble d activités conduisant à la production d un logiciel Sur un échantillon de

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Pratique de logiciels de planification

Pratique de logiciels de planification Pratique de logiciels de planification MASTER TECHNOLOGIE & HANDICAP Université Paris 8 Sommaire Introduction Organisation d un projet Les principaux axes de la planification Gestion des tâches Gestion

Plus en détail

Gestion Projet. Cours 3. Le cycle de vie

Gestion Projet. Cours 3. Le cycle de vie Gestion Projet Cours 3 Le cycle de vie Sommaire Généralités 3 Séquentiel 7 Itératif/Incrémental 17 Extreme Programming 22 Que choisir? 29 Etats Transverse 33 Cours 3 2006-2007 2 Généralités Cours 3 2006-2007

Plus en détail

Introduction Les processus traditionnels extreme Programming Conclusion. extreme Programming. vers plus d agilité. F. Miller francois.miller@inpg.

Introduction Les processus traditionnels extreme Programming Conclusion. extreme Programming. vers plus d agilité. F. Miller francois.miller@inpg. vers plus d agilité F. Miller francois.miller@inpg.fr FC INPG Octobre 2008 - version 1.0 Introduction Contexte Le monde bouge économie des moyens (humains, financier,...) ; recherche de plus d efficacité

Plus en détail

Gestion de Projet Informatique

Gestion de Projet Informatique Gestion de Projet Informatique Partie 3 : Cycles de vie de projet Licence d'informatique 3 ième Année Tianxiao Liu Université de Cergy-Pontoise 1 GPI T. LIU The earliest moment is when you think it is

Plus en détail

Celerio Accélérateur de développements Java

Celerio Accélérateur de développements Java Celerio Accélérateur de développements Java Décembre 2007 Version 2.0 Contact info@jaxio.com Tous droits réservés 2005-2008 Jaxio Celerio de Jaxio page 1 / 7 Préambule Celerio de Jaxio permet d injecter

Plus en détail

la phase exploratoire

la phase exploratoire V 1.00 la phase exploratoire élément facilitateur dans la réussite d un projet Agile A. MORVANT IT&L@BS Coach Agile aurelien.morvant@orange-ftgroup.com Page 1 Page 2 objet de la session > introduire la

Plus en détail

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM Méthodes agiles & SCRUM 1/ Pourquoi les méthodes agiles? Définition d une méthode agile. Fondamentaux. Quand les utiliser? 2/ SCRUM En quoi est-ce une méthode agile? Sprints et releases. Le Product Owner.

Plus en détail

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique»

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Gestion de projet Agile Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Sommaire Introduction Principes et méthodes Agiles Scrum 2 Introduction Gestion de projet : démarche structurante assurant

Plus en détail

SCRUM en Bref. Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c. S-Système A S-Système B S-Système C A1, B1, C2 A2, C1, A3 B2 B3 C3

SCRUM en Bref. Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c. S-Système A S-Système B S-Système C A1, B1, C2 A2, C1, A3 B2 B3 C3 Rappels : étapes de développement de systèmes: 1. Étude des besoins 2. Analyse 3. conception 4. Implémentation 5. Test 6. Déploiement Planification Post-Mortem Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c

Plus en détail

Jean-Pierre Vickoff. 2008 J-P Vickoff

Jean-Pierre Vickoff. 2008 J-P Vickoff Agilité étendue Jean-Pierre Vickoff 1 Structure de la présentation PUMA Essentiel méthode Agile de 3 ème génération Le mouvement Itératif-Incrémental (Agile) Agilité étendue au SI et PUMA Essentiel Entreprise

Plus en détail

Modèle d implémentation

Modèle d implémentation Modèle d implémentation Les packages UML: Unified modeling Language Leçon 5/6-9-16/10/2008 Les packages - Modèle d implémentation - Méthodologie (RUP) Un package ou sous-système est un regroupement logique

Plus en détail

25/12/2012 www.toubkalit.ma

25/12/2012 www.toubkalit.ma 25/12/2012 www.toubkalit.ma 1 Définition Exemple des méthodes agiles Valeurs Principes Le cycle itératif et incrémental (Itération/Sprint) Schéma de travail Méthode Scrum. Méthode XP (Extreme programming).

Plus en détail

Gestion de projet agile

Gestion de projet agile Véronique M e s s a g e r R o t a Préface de Jean T a b a k a Gestion de projet agile 3 e édition Groupe Eyrolles, 2007, 2009, 2010, ISBN : 978-2-212-12750-8 C Glossaire Backlog (product ou iteration ou

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

Quelques chiffres 07/11/2013

Quelques chiffres 07/11/2013 F DANEL Introduction Pourquoi les projets? Apporter du nouveau / une solution la ou on en a besoin! Le projet n est pas toujours une idée nouvelle C est la façon de réaliser (mettre en place) cette idée.

Plus en détail

Description et illustration du processus unifié

Description et illustration du processus unifié USDP Description et illustration du processus unifié Définit un enchaînement d activités Est réalisé par un ensemble de travailleurs Avec des rôles, des métiers Avec pour objectifs de passer des besoins

Plus en détail

répondre aux défis de l ingénierie logicielle déploiement et mise en œuvre opérationnelle : l'industrialisation au service de la compétitivité

répondre aux défis de l ingénierie logicielle déploiement et mise en œuvre opérationnelle : l'industrialisation au service de la compétitivité répondre aux défis de l ingénierie logicielle déploiement et mise en œuvre opérationnelle : l'industrialisation au service de la compétitivité philippe.ensarguet@orange.com directeur technique Orange Business

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

backlog du produit Product Owner

backlog du produit Product Owner Méthodes agiles : Définition: selon Scott Ambler «Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale pour le développement de logiciel, réalisé de manière très collaborative par des équipes responsabilisées

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Techniques de Développement

Techniques de Développement Techniques de Développement Quelques définitions relatives au développement de logiciel Sébastien Faucou Université de Nantes (IUT de Nantes, département Informatique) Licence Professionnelle Systèmes

Plus en détail

1 PROCESSUS DE DEVELOPPEMENT : METHODOLOGIE SCRUM

1 PROCESSUS DE DEVELOPPEMENT : METHODOLOGIE SCRUM 1 PROCESSUS DE DEVELOPPEMENT : METHODOLOGIE SCRUM Scrum est une méthode agile pour la gestion de projets informatiques. C est une méthode itérative basée sur des itérations de courte durée appelées Sprints.

Plus en détail

Alignement avec les métiers par le test fonctionnel et d acceptation en projets agiles

Alignement avec les métiers par le test fonctionnel et d acceptation en projets agiles Alignement avec les métiers par le test fonctionnel et d acceptation en projets agiles Laurent PY CEO, Smartesting Laurent.py@smartesting.com @py_laurent www.smartesting.com Guillaume Coquelle Testeur,

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine Processus de développement logiciel Jean-Yves Antoine U. Bretagne Sud - UFR SSI - IUP Vannes année 2001-2002

Plus en détail

AGILE, chantiers actuels, gestion des forfaits

AGILE, chantiers actuels, gestion des forfaits AGILE, chantiers actuels, gestion des forfaits État de l art et perspectives Jean-Pierre Vickoff On en parle beaucoup aujourd hui et on les pratique de plus en plus, mais les méthodes agiles, ce n est

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff PUMA Essentiel Méthode Agile de 3 ème génération 1 Structure de la présentation PUMA Essentiel méthode Agile de 3 ème génération Quelques principes Agiles Principales pratique Agile de pilotage Structure

Plus en détail

Conduite de projets informatiques offshore

Conduite de projets informatiques offshore Conduite de projets informatiques offshore Eric O Neill Avec la contribution de Olivier Salvatori Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11560-1 Avant-propos Depuis que l informatique sert le monde des entreprises,

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Cours Gestion de projet

Cours Gestion de projet Cours Gestion de projet Méthodes de conduite de projet Version Date Auteur V1.8 Septembre 2007 Pascal HEYER 1 Méthodes de conduite de projet Ce document est publié sous la licence libre Creative Commons-BY-NC-SA

Plus en détail

Les questions à se poser

Les questions à se poser Les questions à se poser SLAM5 2. Les enjeux de la gestion de projet PLAN DU CHAPITRE QU EST-CE QU UN PROJET? 2.1 Qu est-ce qu un projet? PROJET DANS L ENTREPRISE STRUCTURE D UN PROJET? ORGANISER UN PROJET?

Plus en détail

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Jean-Paul SUBRA Introduction : le manifeste Agile Manifeste pour le développement Agile de logiciels Nous découvrons comment mieux développer des logiciels

Plus en détail

Le test dans un contexte agile. Fabien Peureux Université de Franche-Comté fabien.peureux@femto-st.fr

Le test dans un contexte agile. Fabien Peureux Université de Franche-Comté fabien.peureux@femto-st.fr Le test dans un contexte agile Fabien Peureux Université de Franche-Comté fabien.peureux@femto-st.fr 5 septembre 2013 Plan Rappel des pratiques agiles (XP) Pratique du test unitaire Pratique du test d

Plus en détail

Les Bonnes PRATIQUES DU TEST LOGICIEL

Les Bonnes PRATIQUES DU TEST LOGICIEL Les Bonnes PRATIQUES DU TEST LOGICIEL SOMMAIRE Qu est-ce que le test logiciel? Pourquoi le test est-il un maillon crucial de l ingénierie logicielle? Quels sont les différents types de tests? Qu est-ce

Plus en détail

ISTQB Agile Tester en quelques mots ISTQB Marketing Working Group

ISTQB Agile Tester en quelques mots ISTQB Marketing Working Group ISTQB Agile Tester en quelques mots ISTQB Marketing Working Group Mai 2014 Qu est-ce que l ISTQB? ISTQB : International Software Testing Qualifications Board (www.istqb.org): Association sans but lucratif

Plus en détail

Les méthodes itératives. Hugues MEUNIER

Les méthodes itératives. Hugues MEUNIER Les méthodes itératives Hugues MEUNIER INTRODUCTION. Toute les méthodes ont le même but : la maîtrise du budget, du planning et de la qualité des projets de développement informatique Plusieurs approches

Plus en détail

Les Méthodes Agiles. description et rapport à la Qualité. Benjamin Joguet Rémi Perrot Guillaume Tourgis

Les Méthodes Agiles. description et rapport à la Qualité. Benjamin Joguet Rémi Perrot Guillaume Tourgis Les Méthodes Agiles description et rapport à la Qualité Benjamin Joguet Rémi Perrot Guillaume Tourgis 1 Plan Présentation générale d'agile Qu'est ce qu'une méthode Agile? Le manifeste Les valeurs Les principes

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Gestion de Projet Informatique http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Mars 2005 Sommaire Gestion de projet informatique Cycle de vie du logiciel Modèles de Méthodes

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Maîtrise d ouvrage agile

Maîtrise d ouvrage agile Maîtrise d ouvrage agile Offre de service Smartpoint 17 rue Neuve Tolbiac 75013 PARIS - www.smartpoint.fr SAS au capital de 37 500 - RCS PARIS B 492 114 434 Smartpoint, en quelques mots Smartpoint est

Plus en détail

Méthodes agiles. www.businessinteractif.com CONSEIL & DÉVELOPPEMENT DE SOLUTIONS E-BUSINESS. Jean-Louis Bénard jlb@businessinteractif.

Méthodes agiles. www.businessinteractif.com CONSEIL & DÉVELOPPEMENT DE SOLUTIONS E-BUSINESS. Jean-Louis Bénard jlb@businessinteractif. Méthodes agiles www.businessinteractif.com Jean-Louis Bénard jlb@businessinteractif.fr CONSEIL & DÉVELOPPEMENT DE SOLUTIONS E-BUSINESS 0 20 mai 2002 Sommaire Méthodes agiles : une réponse à un malaise?

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Les évolutions des méthodes de développement de logiciels. Depuis Merise de l'eau est passée sous les ponts

Les évolutions des méthodes de développement de logiciels. Depuis Merise de l'eau est passée sous les ponts Les évolutions des méthodes de développement de logiciels Depuis Merise de l'eau est passée sous les ponts Programmation Orientée Objets Encapsulation des données et des traitements Polymorphisme Modularité

Plus en détail

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources...

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources... Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet Table des matières 1.Introduction : un outil en support...2 2.Première étape : La création des ressources...3 3.Deuxième étape : Le canevas méthodologique

Plus en détail

Les méthodes Agiles Introduction. Intervenant : Tremeur Balbous tremeur@agilegardener.com http://www.agilegardener.com/ 04/09/2008

Les méthodes Agiles Introduction. Intervenant : Tremeur Balbous tremeur@agilegardener.com http://www.agilegardener.com/ 04/09/2008 Les méthodes Agiles Introduction Intervenant : Tremeur Balbous tremeur@agilegardener.com http://www.agilegardener.com/ 04/09/2008 Les méthodes Agiles Le contexte Le Manifeste Agile Une tentative de définition

Plus en détail

Agile 360 Product Owner Scrum Master

Agile 360 Product Owner Scrum Master Agile 360 Product Owner Scrum Master Lead Technique Equipe Agile Conception Agile Leadership Agile Software Craftmanship Test Driven Development Catalogue 2013 Liste des formations Formation Agile 360

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

Conduite de projets agiles Management alternatif dans une équipe de développement agile

Conduite de projets agiles Management alternatif dans une équipe de développement agile Contexte 1. Introduction 11 2. Enjeu de Talentsoft 13 3. Objectifs de Talentsoft 17 4. L agilité comme remède miracle 18 4.1 Mise en place de l agile 18 4.2 Les problématiques actuelles 19 5. La solution

Plus en détail

ARIES P O U R L I M P L É M E N TAT I O N R A P I D E D E S Y S T È M E S D E N T R E P R I S E PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE ARIES

ARIES P O U R L I M P L É M E N TAT I O N R A P I D E D E S Y S T È M E S D E N T R E P R I S E PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE ARIES ARIES ARCHITECTURE P O U R L I M P L É M E N TAT I O N R A P I D E D E S Y S T È M E S D E N T R E P R I S E PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE ARIES ARIES est une méthodologie permettant d implémenter rapidement

Plus en détail

Retour d expérience implémentation Scrum / XP

Retour d expérience implémentation Scrum / XP Retour d expérience implémentation Scrum / XP Bruno Orsier Octobre 2008 p.1 Bruno Orsier, Agile Tour 2008 Grenoble Plan Qui sommes nous? Pourquoi Scrum/XP? Historique de la mise en œuvre Bilan Sondage

Plus en détail

Table des matières. Introduction Chef de projet : un métier complexe... 1. Diagnostiquer sa gestion de projet... 19

Table des matières. Introduction Chef de projet : un métier complexe... 1. Diagnostiquer sa gestion de projet... 19 Table des matières Introduction Chef de projet : un métier complexe........ 1 Le chef de projet multicompétent.............................. 2 Maîtriser les techniques de gestion de projet.......................

Plus en détail

Synaptix. Méthodes «Agiles», dix ans de pratique

Synaptix. Méthodes «Agiles», dix ans de pratique Synaptix Méthodes «Agiles», dix ans de pratique De véritables avancées technologiques Au-delà du «manifeste» sympathique sur les relations humaines, les méthodes agiles ne sont pas une «mode» mais s appuient

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Quelle organisation pour développer? Les principes et les valeurs de l extreme programming

Quelle organisation pour développer? Les principes et les valeurs de l extreme programming Les principes et les valeurs de l extreme programming XP sont bons 1 Principes Revue de code Production systématique de cas tests Refactoring Solutions simples Métaphores Intégration quotidienne cycles

Plus en détail

DevOps2. De l intégration continue à la livraison continue. Samira Bataouche Ingénieur Consultant

DevOps2. De l intégration continue à la livraison continue. Samira Bataouche Ingénieur Consultant DevOps2 De l intégration continue à la livraison continue Samira Bataouche Ingénieur Consultant Les challenges d aujourd hui Lignes de produits Délais trop long de mise à disposition de nouveaux produits/services.

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Gestion de projet : la rentabilité doit-elle tuer l innovation?

Gestion de projet : la rentabilité doit-elle tuer l innovation? Gestion de projet : la rentabilité doit-elle tuer l innovation? Introduction Dans la grande et célèbre Ephèse de la Grèce antique, il existe selon Vitruve (Livre X de l Architecture, 1 er siècle av. J.C.)

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Licence en Informatique à Horraire Décalé. Cours Gestion de projet informatique Première partie

Licence en Informatique à Horraire Décalé. Cours Gestion de projet informatique Première partie Licence en Informatique à Horraire Décalé Cours Gestion de projet informatique Première partie 1 PLAN Introduction 1. Les concepts de base en management de projet : 3-33 2 Les processus du management de

Plus en détail

Cours de Gestion de projet

Cours de Gestion de projet Cours de Gestion de projet Plan des cours Cours 1 : Vision Générale Cours 2 : Les différents types de projets Informatiques/Urbanisation d un SI Cours 2 : Les cycles de vie Cours 3 : Focus sur «Le suivi

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Projet : AGIP Amélioration de la Gestion des Incidents et des Problèmes

Projet : AGIP Amélioration de la Gestion des Incidents et des Problèmes Projet : AGIP Amélioration de la Gestion des Incidents et des Problèmes Avancement de la démarche itil à Auchan (Mars 2009) Avant Pendant Et après AGIP Retour sur la conception des processus Conduite du

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

welcome! B enjamin Samson

welcome! B enjamin Samson welcome! B enjamin Samson GESTION DE PROJET Programme Introduction à la gestion de projet Atelier Brainstorming / Sujet de travail en équipe Introduction aux méthodes Agiles - Le sprint 0 - Les personas

Plus en détail

Méthode de de gestion de de projets au au SITEL (SPM :: SITEL Project Management)

Méthode de de gestion de de projets au au SITEL (SPM :: SITEL Project Management) Méthode de de gestion de de projets au au SITEL (SPM :: SITEL Project Management) 24.10.2005-1/12 Méthode d organisation simple pour les projets du SITEL Les méthodes d organisation de projets les plus

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

Formations Méthode et conduite de projet

Formations Méthode et conduite de projet Formations Méthode et conduite de projet Présentation des formations Qualité et Conduite de projets Mettre en place et gérer un projet SI nécessite diverses compétences comme connaître les acteurs, gérer

Plus en détail

Agile Project Management. 16 17 mars 2006 David Gageot & Christophe Addinquy

Agile Project Management. 16 17 mars 2006 David Gageot & Christophe Addinquy Agile Project Management 16 17 mars 2006 David Gageot & Christophe Addinquy Du gestionnaire au leader «La logique est l art de s enfoncer dans l erreur avec confiance» Joseph Wood Krutch Du gestionnaire

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

Les modèles technologiques de la localisation

Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Cécile Martin Université Rennes 2 Avant d entrer en détails dans les modèles technologiques de la localisation,

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Problématique, Constats

Problématique, Constats Problématique, Constats Réactivité de la DSI pour les projets numériques consommateurs Contraintes de temps et de coûts Forte pression des métiers Compétitivité des sociétés externes Décalage de démarrage

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

Constitution d un centre de test logiciel et Tierce Recette Applicative

Constitution d un centre de test logiciel et Tierce Recette Applicative Constitution d un centre de test logiciel et Tierce Recette Applicative Processus de qualification Les Livres Blancs de MARTE Livre blanc rédigé par Alain Sacquet mars 2007 Les livres blancs MARTE Constitution

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum

Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum I. Généralités sur les méthodes agiles I-1. Définition Les méthodes agiles sont des méthodologies essentiellement dédiées à la gestion de projets

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Page de garde. UniFr - InfoTeam. Travail de master Méthodologie d ingénierie logicielle adaptée à une PME. Yannick Thiessoz 04.

Page de garde. UniFr - InfoTeam. Travail de master Méthodologie d ingénierie logicielle adaptée à une PME. Yannick Thiessoz 04. Page de garde UniFr - InfoTeam Travail de master Méthodologie d ingénierie logicielle adaptée à une PME Yannick Thiessoz 04.2007 Plan Contexte Travail de Master Microsoft Visual Studio Team System Méthodologies

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements

Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements Copyright IDEC 2003-2009. Reproduction interdite. Sommaire Introduction : quelques bases sur l ITIL...3 Le domaine de l ITIL...3 Le berceau de l ITIL...3

Plus en détail