Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle"

Transcription

1 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts boulevard de Constane, Fontainebleau Pour l aménagiste : estimation du taux de dégâts et déision quant à l avenir du peuplement Les tempêtes ont réé des peuplements aux strutures très variées, dont l évolution, spontanée ou sous sylviulture, n est pas toujours prévisible. L aménagiste adoptera une attitude pragmatique, ollant au plus près à la situation de terrain. Dans les forêts très touhées, il sera probablement sage de prévoir des plans de gestion d urgene, permettant d organiser l immédiat après tempête mais assez rapidement révisables (10 ans, par exemple) pour que l évolution des peuplements puisse être prise en ompte. Parelles de l anien groupe de régénération en futaie régulière Pour l aménagiste qui doit établir le plan de gestion d une forêt réemment sinistrée, les parelles qui étaient lassées préédemment dans le groupe de régénération ne posent problème que dans le as où elles n étaient pas ouvertes avant la tempête (même si ertains travaux préparatoires, omme l élimination du sous-étage, ont déjà été réalisés) et où elles n ont subi auun dégât. Dans e as, en effet, il faut hoisir entre le début de la régénération et une régénération différée, selon l état du reste de la forêt. Dans tous les autres as, la régénération est à poursuivre ou à démarrer (f. tab. I). Tableau I. Stratégies de reonstitution appliquées au groupe de regeneration en futaie régulière Dégâts nuls ou faibles Dégâts moyens à forts Dégâts très forts Parelle ouverte Poursuite de la régénération Parelle non ouverte Attente ou lanement de la régénération Régénération Régénération Parelles de l anien groupe d amélioration en futaie régulière Selon le niveau des dégâts subis et le stade d évolution du peuplement, quatre situations sont possibles : - maintien en amélioration et poursuite de la sylviulture préédente, le as éhéant sur des unités de gestion plus petites (exemple : déoupage d une anienne parelle en plusieurs parquets) ;

2 Dossier de l environnement de l INRA n poursuite de la sylviulture, ave modifiation du traitement (passage d une struture régulière à une struture irrégulière pied à pied ou par petits bouquets) ; - peuplement ruiné néessitant une régénération immédiate ( est-à-dire au ours de la prohaine période) ; - peuplement néessitant une régénération pouvant être différée à la période suivante. Une démarhe de diagnosti envisageable est la suivante : - utilisation des artes des dégâts obtenues par interprétation des photos aériennes, par exemple elles au 1/ e qui seront éditées par l Inventaire forestier national (IFN) ourant 2000 ave les quatre lasses de dégâts suivantes : moins de 10%, 10 à 50%, 50 à 90%, plus de 90% ; (on pourra aussi utiliser les artes issues de reonnaissanes rapides des dégâts de l ONF, à trois lasses seulement : moins de 10%, 10 à 35%, plus de 35%) ; la superposition de es artes ave elles de types de peuplements avant tempête fournira une première approhe des peuplements après tempête ; ette étape sera suffisante pour les parties de forêts de grande surfae dont les peuplements sont entièrement détruits ; - pour les parelles partiellement endommagées (dégâts supérieurs à 10%), la pré-arte obtenue à l étape préédente devra être omplétée par une visite de terrain : transet ou «virée en U» ; elle-i permettra de vérifier le niveau des dégâts observé sur photo, de préiser et de artographier la répartition des arbres restants (régulière, par bouquets ave des vides...), d enregistrer l état des arbres restants (blessures sur la grume, imes partiellement endommagées, systèmes rainaires déstabilisés, problèmes sanitaires atuels ou prévisibles...), le as éhéant de noter l existene ou la possibilité d installation rapide de semis ; il sera souvent néessaire de déouper de nouvelles unités de gestion (exemple : parquets) en fontion des dégâts subis, en respetant la surfae minimale définie pour les unités de gestion par le propriétaire et son gestionnaire ; - lassement des unités de gestion nouvellement définies ; shématiquement, les lassements possibles sont présentés dans le tableau II. Si trois lasses de dégâts ont été enregistrées (ONF), remplaer 10 à 50% par 10 à 35%, et regrouper les deux lasses supérieures de dégâts (b, ou d) ; - établissement de la nouvelle arte d aménagement. Tableau II. Gestion des parelles endommagées du groupe d amélioration en furaie régulière Dégâts Moins de 10% 10 à 50% 50 à 90% Plus de 90% a a Déision de lassement de b b l unité de gestion d Parelles de futaie irrégulière Démarhe élémentaire La démarhe préédente peut parfaitement s appliquer aux parelles traitées en futaie irrégulière. Le tableau des lassements possibles est alors nettement plus simple. En effet, le seul as où un hoix est à réaliser est elui des dégâts supérieurs à 90% (peuplement ruiné) : l aménagiste doit alors déider entre la poursuite d un traitement irrégulier, qui verra la parelle passer par un stade, plus Tableau III. Gestion des parelles endommagées en futaie régulière Dégâts Moins de 10% 10 à 50% 50 à 90% Plus de 90% Déision de lassement de la parelle a a a a

3 328 Forêts et tempête ou moins long, partiellement régularisé, et le hoix d une régénération omplète engageant pour un yle au moins de futaie régulière. Si trois lasses de dégâts ont été enregistrées (ONF), remplaer 10-50% par 10-35%, et regrouper les deux lasses supérieures de dégâts (a ou ). Démarhe utilisant une typologie de peuplement Lorsqu une typologie existe, on peut envisager une desription typologique des peuplements après tempête. Cei suppose que le terrain soit suffisamment dégagé pour permettre la irulation à l intérieur des parelles : soit dégâts limités, soit exploitation réalisée. Il sera sage de vérifier au préalable que les prinipaux types de peuplements après tempête sont bien inlus dans la typologie : si e n est pas le as, il faudra les définir. Par ailleurs, la lé typologique devra permettre de reueillir des informations sur l état des arbres restés debout, sur la régénération (semis, brins et perhes non préomptables ). L objetif étant de réaliser une arte de types de peuplements, la desription «au quart d hetare» n est pas optimale, et il faudra plus souvent opérer par transets pour loaliser préisément les limites entre types. Outre les hoix permis par la démarhe élémentaire, la nouvelle arte des types permettra de délimiter les nouveaux peuplements élémentaires (onstitués d un seul type ou de types de peuplements voisins) et d orienter les ations sylvioles dans haun d eux : rééquilibrage des lasses de diamètre, modifiations des pourentages des différentes espèes... Pour l aménagiste : estimation des volumes restant sur pied La pratique de l inventaire statistique doit néessairement tenir ompte des dégâts subis par les peuplements. Pour ela, il est reommandé de réaliser une stratifiation, par exemple selon les quatre lasses de dégâts retenues par l IFN. En effet, les stratifiations habituelles par essene, lasse d âge ou station ne sont plus effiaes, en raison de la variabilité «aléatoire» introduite par le souffle de la tempête. Deux méthodes sont envisageables : - la délimitation de lasses de dégâts (en intensité et en «struture spatiale») sur photos aériennes ou, mieux, sur photos aériennes superposées à des orthophotoplans ( est-à-dire redressées par rapport à une projetion horizontale d éhelle fixée). Les différentes lasses disernables sur photo devront être aratérisées par un relevé de quelques dizaines de points au sol et planimétrées ; - la réalisation d une exploration systématique (selon le modèle des desriptions typologiques au quart d ha) ave un maillage dense permettant de noter le pourentage de vide, d une part, le type de répartitions des vides (par grandes lasses), d autre part. De ette arte minute sera tirée la arte des strates à distinguer pour l inventaire statistique, ainsi qu une artographie des trouées de plus de 20 a. Cette première phase, onduite par l une ou l autre méthode, va paraître onsommatrie de temps. Elle permet en fait de réduire notablement l éhantillonnage à réaliser en inventaire statistique de deuxième phase. D exellentes estimations à l éhelle de la forêt ou de groupes de parelles et des estimations aeptables à l éhelle de l unité de gestion (parelle) pourront être tirées d un inventaire «ordinaire» (par exemple : 1 plaette pour 2, 3 ou 4 ha) alors qu en l absene de stratifiation, la méthode statistique aurait néessité un maillage 10 fois plus dense. En pratique, le maillage statistique sera dimensionné selon l éhelle à laquelle les résultats sont reherhés (forêt, série). Une partie de e travail de artographie «post-tempête» aura pu être faite, soit à l oasion de la reonnaissane des hablis à ommerialiser, soit lors de la phase d estimation des dégâts dérite au

4 Dossier de l environnement de l INRA n paragraphe préédent. Il ne s agit pas de reommener e travail mais de le ompléter ou de le préiser afin de pouvoir délimiter artographiquement des strates pour la phase d inventaire dendrométrique. Le tableau IV i-dessous donne un exemple de démarhe de stratifiation à partir de la distintion de 8 as possibles, disernables par exemple sur photo aérienne ou après parours en transets ave relevés au quart d ha. Ces 8 as donneront en fait 5 strates statistiques seulement. Pour éviter au maximum d inventorier des plaettes vides qui seraient très peu préises pour l estimation des surfaes détruites, on ommene par retranher les trouées de plus de 20 ares, qu on artographie et qu on planimètre à part ave le plus de soin possible. De ette manière, on peut faire un inventaire statistique quasinormal du peuplement interstitiel resté sur pied, réparti en quatre strates : strate 1 (as 1), strate 2 (as 2), strate 3 (as 3 et 4), strate 4 (as 5, 6 et 7, qui néessitent des plaettes d éhantillonnage plus grandes que les as préédents, en raison de la faible densité résiduelle). La strate 5 (as 8) ne peut être traitée par éhantillonnage à ause de la trop grande dispersion des arbres restés sur pied. Tableau IV. Exemple de stratifiation *Si les dégâts sont diffus et si le hoix de e seuil n a pas d inonvénients par ailleurs, on peut aller jusqu'à 15%. Si on ne dispose que d une lassifiation à trois niveaux, remplaer 10-50% par 10-35% et regrouper les as 7 et 8 en les traitant omme 8. Conseils pratiques Les strates les plus représentées en surfae fourniront une estimation dendrométrique suffisamment préise à partir de 30 plaettes d inventaire dans la strate. (Attention à augmenter e nombre si l on veut faire des regroupements plus fins que le niveau forêt). Cette règle n a pas à être appliquée aux strates les plus restreintes en étendue qui pèseront peu dans les estimations globales. La taille des vides dans les as 4, 6, 7 et le% de vide des as 5, 6, 7, 8 entraînent une détérioration de l estimation statistique : augmentation de la variane d éhantillonnage des grandeurs estimées sur des petites plaettes (G/ha, N/ha), don de l impréision du résultat. Il y a lieu de réduire au maximum ette soure d inertitude, en artographiant à part les trouées de plus de 20 a. Pour les% de vide de 1 à 15%, l augmentation de la variane entre plaettes du fait des vides est supportable (au maximum, on peut redouter un doublement de l inertitude par rapport au as «sans hablis» - strate 1). Pour les as 5, 6, 7, même après artographie des plus grosses trouées, il restera une hétérogénéité élevée entre plaettes du fait des launes du peuplement restant sur pied. L inventaire statistique

5 330 Forêts et tempête risque d être déevant dans sa préision et dans l aide apportée à la prise de déision de l aménagiste. On pourra se ontenter de noter sur haque plaette le taux de vide (en 1/9 du ouvert) en prenant un diamètre de plaette égal à la hauteur du peuplement. Les autres données utiles à l aménagiste (variable-plaette) telles que régénération, station, fertilité, qualité des grumes, pourront bien évidemment étoffer le relevé de haque plaette. Pour une onnaissane du volume sur la strate 5 (as 8), il faudra reourir à l inventaire en plein s il se justifie. Sinon, on tentera de le reonstituer à partir de données indiretes (inventaire ou diagnostis antérieurs, données de parelles similaires moins atteintes - strates 1, 2, 3 ou 4 -, auxquelles on appliquera le pourentage de vide mesuré). L estimation des volumes permettra diretement de aluler, après lassement des parelles, une possibilité «régénération» et une possibilité «amélioration». Cas des peuplements irréguliers La meilleure démarhe onsiste à : - réaliser une arte des types de peuplements ; - asseoir un éhantillon de plaettes de mesures dendrométriques au sein de haun es types. Cette méthode a l avantage de la préision, mais l inonvénient de la lourdeur : deux passages sur le terrain. Pour l aménagiste et le sylviulteur : aroissement résiduel et futures réoltes Pour les peuplements partiellement endommagés et maintenus sur pied, qu ils soient réguliers au stade de l amélioration ou irréguliers, une estimation de l aroissement «résiduel» est néessaire. Faute de mieux, on peut onsidérer que l aroissement ourant «ommerialisable» est réduit dans les mêmes proportions que le volume de l étage dominant. Il onvient don d utiliser : - une évaluation de l aroissement juste avant tempête ; - le oeffiient de rédution du volume sur pied de l étage dominant. L aroissement ainsi alulé peut toutefois s éarter fortement de la réalité : il sera sous-estimé si les arbres restants sont vigoureux et réagissent à l équivalent d une «super-élairie» ; il sera surestimé au ontraire si les survivants sont déstabilisés, malades, en rise d isolement. Cette méthode ne doit être employée que pour une ourte période, ar elle néglige le rerutement, qui pourra ontribuer notablement à la possibilité «amélioration» après 10 ou 15 ans. Lorsque le peuplement n a été que faiblement endommagé et qu un modèle de roissane existe (par exemple : les modèles, notamment INRA, disponibles sous CAPSIS), on peut tenter une simulation de roissane du peuplement restant, utilisant e modèle ; attention, toutefois, les modèles en question essent souvent d être valides dès que le taux de hablis dépasse elui d une élairie sylviole jugée «très forte», soit 35 à 40% des tiges de l étage dominant

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

SELECTIONNER ENTREPRISES

SELECTIONNER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment SELECTIONNER les ENTREPRISES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Ave le soutien du Fonds soial européen Pourquoi séletionner ertaines entreprises? Toutes les entreprises de votre seteur

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

Equipe Technique Régionale des Formations d Entraîneurs

Equipe Technique Régionale des Formations d Entraîneurs Equipe Tehnique Régionale des Formations d Entraîneurs Ligue d Athlétisme des Pays de la Loire FORMATIONS DES ENTRAINEURS 2013 / 2014 Chers entraîneurs éduateurs, «Plus que le talent, est l envie qui ompte»

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges La volatilité arue du prix de L'éLetriité pour Les ménages belges La volatilité arue du prix de l életriité pour les ménages belges Une analyse basée sur les aratéristiques spéifiques de la fixation des

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Les accommodements raisonnables

Les accommodements raisonnables Les aommodements raisonnables Guide de l élève Introdution aux hartes anadienne et québéoise...p. 2 Le droit à l égalité et à la non-disrimination...p. 3 Les aommodements raisonnables...p. 4 Tableau synthèse

Plus en détail

Mines Ponts, Physique 1 MP

Mines Ponts, Physique 1 MP Mines Ponts, Physique 1 MP Satellites de téléommuniation Conours 7 1 Satellites sur orbite irulaire 1. La relation fondamentale de la dynamique en mouvement uniforme sur une orbite irulaire impose G M

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE www.suplog.fr Tél. 01 43 13 53 34 ontat@supdelog.fr DOSSIER DE CANDIDATURE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Collez votre photo NE PAS REMPLIR CE CADRE RÉSERVÉ AU SERVICE DES ADMISSIONS Date de réeption dossier :

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

CRÉATEUR D ENTREPRISE

CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE POUR AGIR Comment s imaginer CRÉATEUR D ENTREPRISE JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Ave le soutien du Fonds soial européen Créer une entreprise... pourquoi pas moi? Chaque année, plus de 270.000

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

Connaître les impacts d une inondation

Connaître les impacts d une inondation ANTICIPER Après vous être informé sur les risques menaçants vos prohes et vos biens, vous devez évaluer les dommages potentiels afin d antiiper la rise et diminuer ses effets. Connaître les impats d une

Plus en détail

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage Eole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne Rapport de Stage Deuxième Année de Formation

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution Énergie et pollution 9 Objetifs Connaître les onséquenes de l utilisation des soures d énergie non renouvelables sur l environnement. Connaître les avantages et les inonvénients de haque soure d énergie.

Plus en détail

Résistance à l effort tranchant des poutres sans armatures transversales

Résistance à l effort tranchant des poutres sans armatures transversales N : 2P-4 Hamrat M. Université e Chlef, Algérie Résistane à l effort tranhant es poutres sans armatures transversales Hamrat M*, Boulekbahe B Université e Chlef, Faulté e Génie Civil, Algérie Chemrouk M

Plus en détail

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON F O N D AT I O N I N S A D E LY O N Près de 11 millions d euros levés en 4 ans auprès de 16 entreprises méènes et partenaires 5 Chaires réées pour une dotation globale de plus de 2 millions d euros une

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

DES RESSOURCES EN EAU

DES RESSOURCES EN EAU IFICÄTION DES RESSOURCES EN EU UREU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES II Vf/' COMITÉ INTERFRICIN D'ÉTUDES HYDRULIQUES (CI.E.H.) P. 369 Ouagadougou (Haute Volta) Tél : 334.76 335 18 ÉTUDE FINNCÉE PR

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur Équations différentielles et systèmes dynamiques M. Jean-Christophe Yooz, membre de l'institut (Aadémie des Sienes), professeur La leçon inaugurale de la haire a eu lieu le 28 avril 1997. Le ours a ensuite

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE

TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE www.nioll.fr TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE Guie e presription GPTAP09 La réglementation fait évoluer votre métier. Lors u protoole e Kyoto en 2005, la Frane s est engagée à ramener ses émissions

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Servies à la personne by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Pôle Gestion Atelier technique «forêt» Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Vendredi 6 novembre 2015 La forêt de Chambaran 800 ha de hêtraie charmaie autour d un champ

Plus en détail

La RFID et les quarante voleurs

La RFID et les quarante voleurs Gildas Avoine, Massahusetts Institute of Tehnology, Cambridge, MA, USA, avoine@mit.edu La tehnologie en un lin d oeil L identifiation par radiofréquene (RFID) fait aujourd hui ouler beauoup d enre... et

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Demande d'allocation Personnalisée d'autonomie d une personne de 60 ans ou plus

Demande d'allocation Personnalisée d'autonomie d une personne de 60 ans ou plus Demande d'alloation Personnalisée d'autonomie d une personne de 60 ans ou plus NOM... Prénom... Adresse. Je soussigné(e) le demandeur :... le représentant agissant en qualité de... Délare avoir joint à

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

LES FORMATIONS EN MARECHALERIE ET SYSTEMES DE REGLEMENTATION DANS LES ETATS EUROPEENS

LES FORMATIONS EN MARECHALERIE ET SYSTEMES DE REGLEMENTATION DANS LES ETATS EUROPEENS LES FORMATIONS EN MARECHALERIE ET SYSTEMES DE REGLEMENTATION DANS LES ETATS EUROPEENS En 2009, les assoiations membres de l EFFA ont été invitées à remplir un questionnaire portant sur la formation et

Plus en détail

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile Sébastien Plane o ite this version: Sébastien Plane. stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile. Automatique obotique.

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers du onseil en entreprise Questionnaire préalable d assurane Identiiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99)

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Visualisation de maillages 2D et 3D et de surfaes 3D sous X François JOUVE 1 1 Introdution xd3d est un outil graphique apable de visualiser des maillages bi et tridimensionnels,

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014 Revue des Sienes et de la Tehnologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 214 L impat d une Charge Fortement Capaitive Sur la Qualité du Filtrage d un FAP Contrôlé Par un Filtre Multi-Variable Hautement Séletif

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

OFDM. Ce document est une brève introduction aux principes de l OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) Mérouane Debbah*

OFDM. Ce document est une brève introduction aux principes de l OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) Mérouane Debbah* FD Ce doument est une brève introdution aux prinipes de l FD rthogonal Frequeny Division ultiplexing érouane Debbah* *Chaire Alatel-uent en radio flexible, SUPEEC, 3 rue Joliot-Curie 992 GIF SUR YVETTE

Plus en détail

LAVAUD Christine PROMOTION 2003

LAVAUD Christine PROMOTION 2003 LAVAUD Christine PROMOTION 2003 Etude des inertitudes du hangement limatique simulé par des modèles de irulation générale et de leur impat sur l hydrologie du bassin de la Seine. Stage effetué à l Université

Plus en détail

LE COLLEGE BRUZ COLLÈGE. LYCÉE ST JOSEPH. Formation Education Activité Informatique

LE COLLEGE BRUZ COLLÈGE. LYCÉE ST JOSEPH. Formation Education Activité Informatique 2010 Formation Eduation Ativité Informatique?. saintjoseph LE COLLEGE BRUZ COLLÈGE. LYCÉE ST JOSEPH BP 77118-35171 BRUZ edex tél. 02 99 05 01 01 - fax 02 99 05 01 09 stjoseph@stjoseph-bruz.org www.stjoseph-bruz.org

Plus en détail

Fiche d exploitation pédagogique

Fiche d exploitation pédagogique Fihe d exploitation pdagogique Soulières diteur vous prsente ette fihe pdagogique qui vous aidera à aompagner vos lèves lors de la leture du roman : Monographie du livre Titre : Ding, dong! Auteur : Robert

Plus en détail

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1

La Variation de Vitesse au cœur des applications. industrielles. p.1 Le magazine Shneider Eletri de l'enseignement tehnologique et professionnel Mai 005 p. Historique p. La ommande vetorielle des moteurs asynhrones p.3 La ommande vetorielle dans les appliations industrielles

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE

3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE 3 : FONCTIONS TRINOMES DU SECOND DEGRE. DEFINITIONS Un trinôme du seond degré est une fontion de la forme trois réels donnés ave a a + + a où a, et sont Résoudre l'équation a + + = ( ave a ), 'est trouver

Plus en détail

Informatique III: Programmation en C++

Informatique III: Programmation en C++ Informatique III: Programmation en C++ Listes haînées Lundi 9 Janvier 2006 1 2 Introdution Les listes hainées permettent de stoker un nombre d objets qui n a pas besoin d être spéifié a priori. Rajouter

Plus en détail

La gestion forestière et le SIG. Forum ESRI 2007 11 oct. 2007

La gestion forestière et le SIG. Forum ESRI 2007 11 oct. 2007 La gestion forestière et le SIG Forum ESRI 2007 11 oct. 2007 La gestion forestière Le terme «gestion forestière» regroupe toutes les interventions de conseils, de besoins administratifs, de travaux forestiers,

Plus en détail

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété

Plus en détail

FIBRE OPTIQUE ETUDE DU GUIDAGE. Guidage du faisceau lumineux. Etude de la réflexion à l interface cœurgaine. Loi de Descartes à l interface :

FIBRE OPTIQUE ETUDE DU GUIDAGE. Guidage du faisceau lumineux. Etude de la réflexion à l interface cœurgaine. Loi de Descartes à l interface : FIBRE OPTIQUE Ue fibre optique ulti ode à saut d idie est ostituée du œur, d idie de réfratio.507 et d ue gaie d idie.48. Ces deux parties sot asseblées selo ue struture oaxiale (voir shéa). ETUDE DU GUIDAGE

Plus en détail

CONTACTER TÉLÉPHONE. Comment. une entreprise, un employeur par GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS

CONTACTER TÉLÉPHONE. Comment. une entreprise, un employeur par GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS GUIDE POUR AGIR Comment CONTACTER une entreprise, un employeur par TÉLÉPHONE JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Ave le soutien du Fonds soial européen Le téléphone est-il un outil effiae dans

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

Le marché du travail. de la MRC de

Le marché du travail. de la MRC de Le marhé du travail de la MRC de Montalm Publiation réalisée par Emploi-Québe Servie Canada Diretion Joelyne St-André Coordination Roger Pedneault Rédation Pierre Buisson Corinne Desfossés Comité régional

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment NÉGOCIER. avec un futur EMPLOYEUR JE RÉUSSIS MON EMBAUCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment NÉGOCIER. avec un futur EMPLOYEUR JE RÉUSSIS MON EMBAUCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment NÉGOCIER ave un futur EMPLOYEUR JE RÉUSSIS MON EMBAUCHE Ave le soutien du Fonds soial européen Négoier... quoi? Négoier signifie «s entendre ave». Aussi, tout futur salarié peut

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

N o t i c e s d i n s t a l l a t i o n

N o t i c e s d i n s t a l l a t i o n N o t i e s d i n s t a l l a t i o n Première étape : Dalle de béton au sous-sol 8 1/2 po. 39 po. 8 1/2 po. 18 po. 43 po. 4 po. 51 po. 1a Sur ette dalle on doit monter deux olonnes de iment de 8 1/2 poues

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

Questionnaire à destination des associations de LANNION

Questionnaire à destination des associations de LANNION Questionnaire à destination des assoiations de LANNION Ce questionnaire a pour objetif de mieux erner le profil atuel du monde assoiatif de LANNION. Il est rapide, faile à remplir.. et vos réponses nous

Plus en détail

Sillage. Caen la mer, terre de jeunes talents. «Le chemin de halage» à Hérouville Saint-Clair p. 4

Sillage. Caen la mer, terre de jeunes talents. «Le chemin de halage» à Hérouville Saint-Clair p. 4 COMMUNAUTÉ D IDÉES, AGGLOMÉRATION D ÉNERGIES Sillage JOURNAL DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION CAEN LA MER n 17 / Dé. 2007 Janv. Fév. 2008 n 1 / juin 2003 Jardin seret «Le hemin de halage» à Hérouville

Plus en détail

Commencer. Guide d'installation rapide FAX-2840 / FAX-2845 FAX-2940. de l'appareil et vérification des composants. Remarque

Commencer. Guide d'installation rapide FAX-2840 / FAX-2845 FAX-2940. de l'appareil et vérification des composants. Remarque Guide d'installation rapide Commener FAX-2840 / FAX-2845 FAX-2940 Lisez tout d'aord le Guide de Séurité du Produit, puis passez au Guide d'installation rapide (le présent guide) pour installer et onfigurer

Plus en détail

Le calendrier des inscripti

Le calendrier des inscripti ÉTUDES SUP TOP DÉPART Vous venez d entrer en terminale. Au œur de vos préoupations : obtenir le ba. Néanmoins, vous devrez aussi vous souier des poursuites d études, ar les insriptions dans le supérieur

Plus en détail

Manuel système Bus In-Home : Vidéo Édition 2015

Manuel système Bus In-Home : Vidéo Édition 2015 Manuel système Bus In-Home : Vidéo Édition 2015 Sommaire 1 Bus In-Home : Vidéo Desription du système 3 2 Siedle Systemtehnik Platines intérieures Jung 3 3 Consignes de séurité Danger 3 4 Struture, longueurs

Plus en détail

Des donnees statistiques en vue de 1'elaboration d'un tableau de bord.

Des donnees statistiques en vue de 1'elaboration d'un tableau de bord. Eole Nationale Superieure des Sienes de 1'Information et des Bibliotheques Diplome de Conservateur de bibliotheque Rapport de stage Des donnees statistiques en vue de 1'elaboration d'un tableau de bord.

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

SÉQUENCE 7 Histoire La France et l Europe en 1815. Séance 1

SÉQUENCE 7 Histoire La France et l Europe en 1815. Séance 1 Séquene 7 SÉQUENCE 7 Histoire La Frane et l Europe en 1815 Séane 1 Du Congrès de Vienne à la Sainte-Alliane, une volonté de retour à l ordre anien Exerie 1 : Je mets en relation deux douments de nature

Plus en détail

Modèle de calcul de la possibilité forestière

Modèle de calcul de la possibilité forestière République Démocratique du Congo MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, CONSERVATION DE LA NATURE, EAUX ET FORETS ------------------------------------------- SERVICE PERMANENT D INVENTAIRE ET D AMENAGEMENT FORESTIERS

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

Restes de bois mis à découvert par le retrait du glacier d'unteraar

Restes de bois mis à découvert par le retrait du glacier d'unteraar 45 - Restes de bois mis à déouvert par le retrait du glaier d'unteraar par I. MAHIETAN En visitant le vallon d'unteraar le jour de l'inauguration de la réserve du Grimsel (15 septembre 1935), nous avons

Plus en détail

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER Mireille Feldtrauer-Molitor I N S T R U C T I O N S P O U R L É L A B O R AT I O N D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER

Plus en détail

ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE. 1. Contexte (figures 1 et 2) L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER

ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE. 1. Contexte (figures 1 et 2) L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER PORTEUR DU PROJET : Christophe Drénou INTITULE DU PROJET : Les conséquences du changement climatique sur les chênaies en Midi-Pyrénées.

Plus en détail

PLAN D ACTION «SKI MAURIENNE» HIVER 2013-2014

PLAN D ACTION «SKI MAURIENNE» HIVER 2013-2014 PLAN D ACTION «SKI MAURIENNE» HIVER 2013-2014 DOCUMENT DE TRAVAIL SOUS RESERVE DE MODIFICATIONS Alexandre Gros Maurienne Tourisme 28 otobre 2013 CONTEXTE & OBJECTIFS Chronologie & ontexte: - Avant 2009

Plus en détail

Correction du CAPES externe de Physique 2011

Correction du CAPES externe de Physique 2011 Corretion du CAPES externe de Physique 0 On pourra lire ave profit le " Guide du LHC " publié par le CERN à l'adresse : http://dswebernh/reord/6445/files/cern-brohure-009-003-frepdf I Etude générale du

Plus en détail

Mortalité Naturelle du Hêtre Application au Simulateur de Croissance SimCAP *

Mortalité Naturelle du Hêtre Application au Simulateur de Croissance SimCAP * Mortalité Naturelle du Hêtre Application au Simulateur de Croissance SimCAP * J.-M. Ottorini F. Ningre N. Le Goff SimCAP est un simulateur individucentré, spatialement explicite. Il rend compte du développement

Plus en détail

Apport de données auxiliaires pour améliorer la précision d inventaires (statistiques)

Apport de données auxiliaires pour améliorer la précision d inventaires (statistiques) FORESEE : Colloque de restitution 14 novembre 2014 FCBA Paris Apport de données auxiliaires pour améliorer la précision d inventaires (statistiques) J.-P. Renaud (ONF), T. Bélouard (DSF), N. Py (IGN) D

Plus en détail

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de

Plus en détail

LE MAG CHRONOBIOLOGIE LE RYTHME DANS LA PEAU L ESSENTIEL DE MA MUTUELLE DOSSIER SANTÉ. www.mutualia.fr. Numéro 10 Décembre 2014

LE MAG CHRONOBIOLOGIE LE RYTHME DANS LA PEAU L ESSENTIEL DE MA MUTUELLE DOSSIER SANTÉ. www.mutualia.fr. Numéro 10 Décembre 2014 LE MAG L ESSENTIEL DE MA MUTUELLE Numéro 10 Déembre 2014 DOSSIER SANTÉ CHRONOBIOLOGIE LE RYTHME DANS LA PEAU L INFO MUTUALIA La solution prévoyane des exploitants agrioles NOUVELLE RUBRIQUE Portrait d

Plus en détail

Rapport. d' Activité

Rapport. d' Activité 2013 Rapport d' Ativité Sommaire gouvernane et pilotage la gouvernance de la CARSAT le pilotage de la CARSAT 10 16 missions, Réalisations et perspetives ASSuReR et garantir la ReTRAiTe 26 AideR les publics

Plus en détail

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences.

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences. Le délit de blanhiment, un horizon pénal qui ne esse de s'élargir... 4- t ru Q) ' Le blanhiment de fraude fisale ru :::::: Le ontexte de la réflexion sur la lutte ontre la fraude fisale invite à s'interger

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e Histoire - Géographie Éduation ivique 3 e Livret de orrigés Rédation : Olivier Cernigoj (Histoire) Gaëlle Marion-Saussay (Éduation Civique) Niolas Prévost (Géographie) Lise Loureiro (Géographie) Validation

Plus en détail

Chapitre 8 : Relativité restreinte

Chapitre 8 : Relativité restreinte 1 re B et C 8 Relatiité restreinte 9 Chapitre 8 : Relatiité restreinte "Je n'ai auun talent partiulier. Je suis simplement urieux." (Albert Einstein) 1. Les postulats d Einstein «En 1905, Albert Einstein

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

Contribution à la modélisation dynamique des systèmes articulés. Bases mathématiques et outils informatiques

Contribution à la modélisation dynamique des systèmes articulés. Bases mathématiques et outils informatiques Contribution à la modélisation dynamique des systèmes artiulés. Bases mathématiques et outils informatiques Ali Hamlili To ite this version: Ali Hamlili. Contribution à la modélisation dynamique des systèmes

Plus en détail