Le guide de la microfinance

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le guide de la microfinance"

Transcription

1 Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : X

2 Sommaire Préface Quelques témoignages Introduction Présentation d AMRET Première partie La microfinance, réponse à des besoins essentiels Chapitre 1 Une immense demande insatisfaite Les pratiques financières informelles Le contexte : brefs rappels sur la population des pays en développement Épargner, emprunter : des enjeux majeurs pour tous Trois façons d épargner avec le secteur informel Emprunter ou épargner, deux facettes d une même gestion de l argent Le besoin d investissement Les entreprises dans les pays en développement Le crédit, élément essentiel au développement de toute activité économique Pourquoi les banques ne servent-elles pas cette demande? Chapitre 2 Des services adaptés à cette demande Le crédit solidaire La Grameen Bank Les principes de base hérités de la Grameen Les avantages du crédit solidaire Les limites et les risques du crédit solidaire Conclusion : la nécessaire adaptation à l environnement du crédit solidaire Le crédit individuel En amont de l octroi, l importance de l instruction du dossier... 63

3 6 Le guide de la microfinance L analyse de la pertinence du projet d investissement et de la capacité de remboursement Les garanties En aval de l octroi : le suivi du dossier Points communs et complémentarité par rapport au crédit solidaire L épargne L épargne, un service essentiel pourtant longtemps négligé Les principaux critères de la demande des services d épargne Les principaux produits d épargne des IMF Les nouveaux produits et les services non financiers Les enjeux de la diversification des produits La micro-assurance Le crédit habitat Les services de transferts de fonds des migrants Les services non financiers Chapitre 3 Quel impact pour la microfinance? Un impact réel L impact sur la situation économique et sociale des clients Autonomie des femmes Impact sur les structures de solidarité Impact plus global La microfinance, outil de lutte contre la pauvreté? Cibler les pauvres : un objectif controversé Comment mesurer le niveau de pauvreté? Microfinance et pauvreté : ce que l on peut dire à ce stade La difficulté de mesurer l impact sur les clients L attribution de l impact La fongibilité du crédit Mesurer la satisfaction des clients Un changement d objectif Des outils simples pour mieux connaître les clients Chapitre 4 Étendre la portée de la microfinance : un nouveau défi Diversifier les approches Mieux servir les besoins d investissement des petites entreprises Proposer des services adaptés aux populations pauvres en milieu urbain Mieux financer les activités agricoles

4 Sommaire 7 Deuxième partie Fonctionnement et viabilité des institutions de microfinance Chapitre 5 L IMF, une organisation comparable à une PME L organisation d une IMF rappelle celle d une entreprise Mais une IMF diffère d une entreprise par ses objectifs Chapitre 6 Le cycle de vie d une IMF Les préalables à la création d une IMF Bien identifier public cible et contexte Les conditions préalables Les phases du cycle de vie d une IMF Les besoins d assistance au démarrage Viabilité d une IMF : définition et enjeux Chapitre 7 Viabilité organisationnelle : la maîtrise des opérations sur le terrain Le processus d octroi des prêts Objectifs de l instruction de la demande de prêt Procédures d instruction et d octroi d un prêt Le suivi des remboursements La maîtrise des opérations liées à l épargne L apparition de nouvelles technologies Les clés du succès Chapitre 8 Viabilité organisationnelle : la structuration de l organisation Des équipes organisées, formées et motivées Gestion des ressources humaines Rémunération fixe et variable «Culture d entreprise» de l IMF Un leadership compétent et engagé Le processus d autonomisation Des procédures formalisées et des contrôles efficaces La formalisation des procédures Les systèmes de contrôle Un système d information adéquat Comment structurer un SIG? Comment choisir un logiciel? Chapitre 9 La viabilité institutionnelle Le concept de gouvernance Le statut juridique Définition et enjeux

5 8 Le guide de la microfinance Les grands statuts juridiques Les transformations ou changements de statut juridique La pratique de la gouvernance Qui exerce réellement le pouvoir de décision dans l IMF? Comment les décisions sont-elles prises? Comment faire face aux dysfonctionnements et aux crises? La viabilité sociale Chapitre 10 La viabilité financière Bilan d une IMF L actif Le passif Le lien avec la question du statut juridique Exemples de bilans simplifiés Compte de résultat d une IMF Les charges d une IMF Les revenus d une IMF Exemples de comptes de résultat simplifiés La performance rapportée au portefeuille de microcrédits Autres ratios financiers importants Le volume de l activité et du portefeuille La qualité du portefeuille La productivité L autosuffisance La politique financière d une IMF Fixer le taux d intérêt facturé aux clients Obtenir les financements nécessaires à la croissance Anticiper et planifier la croissance Chapitre 11 La stratégie d une IMF, un équilibre à trouver Complémentarités et renforcement mutuels entre les trois objectifs Tension entre les objectifs, risques majeurs Chapitre 12 Panorama des IMF Perspective géographique L Asie (81 millions de clients) L Afrique sub-saharienne (7 millions de clients) L Amérique latine (3,8 millions de clients) L Afrique du Nord et le Moyen-Orient (0,2 millions de clients) Les IMF existantes sont-elles viables financièrement?

6 Sommaire 9 Troisième partie Les acteurs du secteur de la microfinance Chapitre 13 Cartographie du secteur de la microfinance Chapitre 14 Les services d appui Les organisations spécialisées Présentation des organisations spécialisées en microfinance Les principales organisations spécialisées en France et à l international L évolution du rôle des organisations spécialisées Les réseaux et les plates-formes d information Les réseaux d institutions de microfinance Les plates-formes d information Chapitre 15 Le rôle de l État Réglementation et supervision Pourquoi et comment réguler le secteur financier? Réglementer le secteur de la microfinance Les réglementations «par le statut» Les réglementations spécifiques au secteur de la microfinance Fiscalité des IMF Plafonnement des taux d intérêt Refinancement, politique sectorielle ou intervention directe L appui à des stratégies sectorielles de microfinance L intervention directe Chapitre 16 Les financeurs Les bailleurs de fonds Typologie des bailleurs de fonds Le rôle des bailleurs et son évolution Le rôle du CGAP (Groupe consultatif d assistance aux pauvres) Les risques d un retrait précoce des bailleurs de fonds Les banques commerciales Typologie de l intervention des banques en microfinance Les limites de l intervention des banques Les fonds de financement spécialisés Typologie des fonds de financement spécialisés Les fonds de financement adossés à une organisation spécialisée Les principaux fonds de financement Le rôle des bailleurs de fonds dans l émergence des fonds spécialisés Quelles sont les IMF financées par les fonds de financement spécialisés? Les financements en devises fortes, un risque pour les IMF Les agences de notation Tableau synthétique

7 10 Le guide de la microfinance Conclusion Que nous apprend la microfinance sur la pensée et la pratique du «travail de développement»? Bibliographie synthétique Sigles et acronymes Index des organisations Index

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE

CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE Juillet 2007 CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE L AFD dispose d une longue expérience en matière de soutien à la microfinance. Les premières expériences remontent à 1988

Plus en détail

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Le financement de l agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution

Plus en détail

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 4ème Conférence FEMIP : Micro finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 1 Le cadre juridique De la micro finance en TUNISIE

Plus en détail

RAPPORT TRIMESTRIEL. Quatrième trimestre 2013 08/05/2014

RAPPORT TRIMESTRIEL. Quatrième trimestre 2013 08/05/2014 RAPPORT TRIMESTRIEL Quatrième trimestre 2013 08/05/2014 FPM ASBL Villa n 5, Avenue Bandoma; Q/GB, Commune Ngaliema Kinshasa, RD CONGO Tel. +243 (0) 99 200 61 39 www.fpm.cd PARTIE DESTINEE AU PUBLIC RAPPORT

Plus en détail

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR?

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR? Faculté de Droit et Sciences Economiques Master Economie Appliquée : 2ème année Diagnostic Social et Economie Solidaire 2010-2011 PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ

Plus en détail

Introduction. 2012 Pearson Education France Financer les villes d'afrique Thierry Paulais

Introduction. 2012 Pearson Education France Financer les villes d'afrique Thierry Paulais Les pays africains font face à d importants enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Parmi ces enjeux, la question urbaine ne fait pas encore partie des toutes premières priorités des gouvernements,

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Table des matières. Crédits et remerciements... XV Introduction... 1

Table des matières. Crédits et remerciements... XV Introduction... 1 Crédits et remerciements... XV Introduction... 1 1. Le financement de l investissement local : rappel de quelques fondamentaux... 9 La notion d investissement local... 9 Les différentes façons de financer

Plus en détail

Les interventions de l AFD dans le secteur de la microfinance

Les interventions de l AFD dans le secteur de la microfinance 1 Janvier 2000 Les interventions de l AFD dans le secteur de la microfinance Note d orientation 2 TABLE DES MATIERES SYNTHESE 1) Politique sectorielle 1 2) Stratégie d intervention 2 3) Questions opérationnelles

Plus en détail

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES UNE OFFRE D ACCOMPAGNEMENT TECHNIQUE À TOUTES LES ÉTAPES ET DANS LA DURÉE En Afrique et au Moyen-Orient, comme en Asie et en Amérique latine, les entreprises

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience OUATTARA N. YOUAN Bi B. Communication sur la Résilience en Action 2 1-Introduction Plan de l exposé 2-Methodologie 3-Resultats

Plus en détail

Consulting Offre de services

Consulting Offre de services Consulting Offre de services 2016 Sommaire 1 Présentation du cabinet 2 Offre de services Consulting 3 Référence clés 2 1 Présentation du cabinet BROME est un cabinet de conseil en management et systèmes

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 IMPORTANCE DE LA MOBILISATION DE L EPARGNE DES ETUDES ET RECHERCHES ONT ETABLI QUE : LES

Plus en détail

Questionnaire satisfaction microfinance

Questionnaire satisfaction microfinance Synthèse des réponses au questionnaire de satisfaction adressé aux partenaires de la Fondation Avril 2013 Au 31 décembre 2012, la Fondation finançait 28 institutions de microfinance partenaires dans 16

Plus en détail

M. FLORENT BEDECARRATS Chargé de

M. FLORENT BEDECARRATS Chargé de M. FLORENT BEDECARRATS Chargé de programme CERISE Dispositifs d évaluation et de gestion des performances sociales Ce que les outils et standards internationaux peuvent apporter à la microfinance marocaine

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

TRANSFORMATION D UNE IMF - PROJET D ETAT- EN UNE SOCIETE ANNONYME AVEC UNE BANQUE DANS L ACTIONNARIAT CAS D ACEP Cameroun

TRANSFORMATION D UNE IMF - PROJET D ETAT- EN UNE SOCIETE ANNONYME AVEC UNE BANQUE DANS L ACTIONNARIAT CAS D ACEP Cameroun TRANSFORMATION D UNE IMF - PROJET D ETAT- EN UNE SOCIETE ANNONYME AVEC UNE BANQUE DANS L ACTIONNARIAT CAS D ACEP Cameroun Acep Cameroun (Agence de crédit pour l entreprise privée du Cameroun), est un projet

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Présentation JAIDA Partenaire de la Micro Finance au Maroc

Présentation JAIDA Partenaire de la Micro Finance au Maroc Présentation JAIDA Partenaire de la Micro Finance au Maroc 20/12/2013 1 >>> PROFIL >> JAIDA, Société de Financement au Capital de 330 Mdhs détenue par la CDG, la KFW, la CDC, l AFD et Poste Maroc >> JAIDA,

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08 La Banque mondiale au Maroc Activités en bref Oct. 08 1 La Stratégie de coopération Maroc/Banque mondiale La nouvelle Stratégie de Coopération approuvée le 19 mai 2005 par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

Du 20 au 22 février 2008

Du 20 au 22 février 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION PRINCIPES DE BASE DE CRÉDIT Du 20 au 22 février 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 2 T2 MARS 2008 INTRODUCTION TI Dans le cadre des activités du Centre de Formation

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

LE MANAGEMENT PAR PROJETS

LE MANAGEMENT PAR PROJETS Serge RAYNAL LE MANAGEMENT PAR PROJETS Approche stratégique du changement Préface de Bernard WARAIN Président de la Chambre de Commerce et de l Industrie du Mans et de la Sarthe Troisième édition, 1996,

Plus en détail

Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL

Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL Retour au sommaire Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL BIM n 138-6 novembre 2001 Anne-Claude CREUSOT L évaluation des performances des IMF par des outils de rating fait régulièrement

Plus en détail

Statistiques monétaires et financières à moyen terme

Statistiques monétaires et financières à moyen terme Le microcrédit en France et en Europe Par Maria Nowak, Présidente de l Adie et du Réseau Européen de microfinance Statistiques monétaires et financières à moyen terme CNIS : 21 mars 2008 Définition Dans

Plus en détail

Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc

Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc Colloque national : «Contribution de la Microfinance au développement humain au Maroc Bilan & perspectives» Vendredi 2 mars 215 Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc Youssef ERRAMI y.errami@cmsms.org.ma

Plus en détail

Association pour le Droit à l Initiative Economique

Association pour le Droit à l Initiative Economique microcrédit Martinique Association pour le Droit à l Initiative Economique L association Des moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens L Adie est une association reconnue d utilité publique

Plus en détail

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012 Atelier international Les cadres de réglementation et de régulation de la micro finance rurale: Les tendances actuelles et des analyses comparatives Microfinance pour la production agricole en Haïti :

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2013

CATALOGUE DE FORMATION 2013 GROUP WEST AFRICA MICROFINANCE CONSULTING COMPANY WA MCC CIFOMBE CIFOMCI ARIMANE CATALOGUE DE FORMATION 2013 CENTRES INTERNATIONAUX DE FORMATION EN MICROFINANCE CIFOMBE - BENIN & CIFOMCI - COTE D IVOIRE

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Rencontre Gouvernement- Secteur Privé 2015

Rencontre Gouvernement- Secteur Privé 2015 Rencontre Gouvernement- Secteur Privé 2015 THÈME: «PROBLÉMATIQUE DU FINANCEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES AU BURKINA FASO: ENJEUX, DÉFIS ET PERSPECTIVES» Avril 2015 Par Sidiki SOUBEIGA Plan de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE

TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE GÉNÉRALE LEXIQUE ET ABRÉVIATIONS UTILISÉES PAR L AUTEUR MODULE I INTRODUCTION MODULE II COMPRÉHENSION DE L ENVIRONNEMENT MODULE III ÉTABLISSEMENT D UNE STRATÉGIE DE FINANCEMENT MODULE IV PLANIFICATION

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC) SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT D EPARGNE

Plus en détail

DE L EVALUATION DES PERFORMANCES SOCIALES A LEUR GESTION ETUDE SUR LES SERVICES FINANCIERS DE TITEM. Madagascar, Mai 2013

DE L EVALUATION DES PERFORMANCES SOCIALES A LEUR GESTION ETUDE SUR LES SERVICES FINANCIERS DE TITEM. Madagascar, Mai 2013 DE L EVALUATION DES PERFORMANCES SOCIALES A LEUR GESTION ETUDE SUR LES SERVICES FINANCIERS DE TITEM Madagascar, Mai 2013 Activité agricole d un client de TITEM (culture maraîchère) Activité artisanale

Plus en détail

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN MICROFINANCE

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN MICROFINANCE PROGRAMME DE CERTIFICATION EN JUSTIFICATION ET OBJECTIFS DU PROGRAMME La micro finance ayant atteint une certaine maturité, il apparaît clairement que seules les institutions efficaces, compétentes et

Plus en détail

Gestion de la performance des Systèmes d Information

Gestion de la performance des Systèmes d Information Gestion de la performance des Systèmes d Information Séance du 02/02/2015 F. Le Franc Gestion de la performance SI Mesurer les performances du SI Connaître les coûts Appliquer la gestion budgétaire à la

Plus en détail

Le Financement du Logement

Le Financement du Logement Le Financement du Logement Séminaire du Réseau Habitat et Francophonie Panorama sur les systèmes de financement de l habitat social Josie McVitty 26 November 2015 1 Le contexte Quelques observations sur

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

Créer de la valeur ajoutée et des emplois de qualité. L approche AFD en Méditerranée

Créer de la valeur ajoutée et des emplois de qualité. L approche AFD en Méditerranée Créer de la valeur ajoutée et des emplois de qualité L approche AFD en Méditerranée Défis et possibilités pour le secteur textile et habillement dans la région euroméditerranéenne Milan 13 mars 2012 1.

Plus en détail

Programme de formation de l ISA

Programme de formation de l ISA Programme de formation de l ISA Module 1 : Programme de mise à niveau (120h) Module 2 : Fonctionnement de l Etat l et des Entreprises publiques (130 h) Module 3 : Politiques économiques (140 h) Module

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010 Garanties ARIZ La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME Février 2010 Obstacles au crédit aux PME dans les pays en développement Le prêt aux PME est une activité émergente que les banques

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Définition de la stratégie 13 2. Les deux niveaux des décisions stratégiques dans l entreprise 15

SOMMAIRE. 1. Définition de la stratégie 13 2. Les deux niveaux des décisions stratégiques dans l entreprise 15 SOMMAIRE INTRODUCTION 11 AVANT DE COMMENCER LA STRATÉGIE D ENTREPRISE: À QUOI ÇA SERT? 13 1. Définition de la stratégie 13 2. Les deux niveaux des décisions stratégiques dans l entreprise 15 1 er niveau:

Plus en détail

LA MICRO FINANCE ISLAMIQUE A DJIBOUTI. Mahdi Mohamed Djama

LA MICRO FINANCE ISLAMIQUE A DJIBOUTI. Mahdi Mohamed Djama LA MICRO FINANCE ISLAMIQUE A DJIBOUTI Mahdi Mohamed Djama RAPPEL HISTORIQUE La République de Djibouti, à l instar des autres pays du monde musulman, dispose d outils de financements basés sur la charia

Plus en détail

Parcours de Formation du Directeur d Agence IMF. Le parcours de formation est proposé au choix :

Parcours de Formation du Directeur d Agence IMF. Le parcours de formation est proposé au choix : Parcours de Formation du Directeur d Agence IMF Le parcours de formation est proposé au choix : sous la forme de cours en Présentiel en intra dans les IMF par e-learning. A qui s adresse cette formation?

Plus en détail

Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM. Rapport d évaluation

Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM. Rapport d évaluation Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM Rapport d évaluation Fact sheet Contexte Stratégie du consortium Cohérence du consortium Projets SOS Faim : Budget Gouvernance et contrôle (consortium) Gouvernance

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives?

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? AIE - Agence Internationale de l Energie Paris, 4 Juin 2009 Pascale Geslain Sommaire I. A propos de la microfinance 1. Au sujet de PlaNet FiNance:

Plus en détail

L Inclusion Financière au MIX

L Inclusion Financière au MIX L Inclusion Financière au MIX 1. Contexte Le secteur manque de ressources sur le paysage des institutions offrant des services financiers aux populations mal desservies disposant de suffisamment d envergure

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

La Banque de France et les Entreprises. Lourdes, Le 18 novembre 2011 Gilles Morin Directeur Départemental

La Banque de France et les Entreprises. Lourdes, Le 18 novembre 2011 Gilles Morin Directeur Départemental La Banque de France et les Entreprises Lourdes, Le 18 novembre 2011 Gilles Morin Directeur Départemental 1) Cotation 2) Médiation 3) Financements 2 1) LA COTATION 3 La Banque de France : une relation de

Plus en détail

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un projet à construire. Coopération de défense. Agence

Plus en détail

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France FINANCEMENT L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France Le marché obligataire connaît depuis la mi-mai 29 une nouvelle signature solide et appréciée des investisseurs français et européens,

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Demande de financement B (PME) LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Eliminer la pauvreté en Afrique en investissant dans les Africains et dans leurs idées. www.usadf.gov FORMULAIRE DE DEMANDE

Plus en détail

Organisations professionnelles agricoles et institutions financières rurales : Construire une nouvelle alliance au service de l agriculture familiale

Organisations professionnelles agricoles et institutions financières rurales : Construire une nouvelle alliance au service de l agriculture familiale Organisations professionnelles agricoles et institutions financières rurales : Construire une nouvelle alliance au service de l agriculture familiale Betty Wampfler (Montpellier SupAgro Institut des régions

Plus en détail

APPROCHE MULTISECTORIELLE ET MULTI- ACTEURS POUR LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA MALNUTRITION Coordination SUN et facilitation REACH

APPROCHE MULTISECTORIELLE ET MULTI- ACTEURS POUR LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA MALNUTRITION Coordination SUN et facilitation REACH APPROCHE MULTISECTORIELLE ET MULTI- ACTEURS POUR LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA MALNUTRITION Coordination SUN et facilitation REACH Dr Ruréma Déo-Guide Chef de Cabinet Adjoint à la 2 ème

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign. Enda inter-arabe. Tunisie

Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign. Enda inter-arabe. Tunisie Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign Enda inter-arabe Tunisie Savings and Credit Forum, SDC Mars 2013 Essma Ben Hamida Directrice Exécutive Co-fondatrice

Plus en détail

ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE. S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014

ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE. S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014 1 ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014 2 1. RÉCENT DÉVELOPPEMENTS DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE, PARTENAIRE

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE?

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? Présenté par : KENDO SANDRA, Doctorante en Economie (programme NPTCI) Université de Yaoundé II (Soa),

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Capitalisation du PMIE

Capitalisation du PMIE Capitalisation du PMIE 14 décembre 2010 Conseil et Formation / Far Conseil Sommaire 1. Les enseignements tirés de l expérience 2. La chaîne d accompagnement du créateur et les conditions de son efficacité

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

REFERENCES PROFESSIONNELLES

REFERENCES PROFESSIONNELLES Expertise Microfinance LOUGA/MONTAGNE NORD, IMMMEUBLE IBRA NDIAYE TEL: 77 569 39 09/77 560 29 54 Mail : ascodevlg@gmail.com /ascodev@orange.sn REFERENCES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES SERVICES DE LA

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement au profit des Business Promotion Center de Natitingou et de Lokossa

Termes de référence pour le recrutement au profit des Business Promotion Center de Natitingou et de Lokossa MCMEJF REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail ----- & ----- MINISTERE CHARGE DE LA MICROFINANCE DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES ------&----- PROJET BUSINESS PROMOTION CENTER (BPC) N : 00082750

Plus en détail

OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014

OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014 OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014 «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Première partie DEVENIR DE «GRANDES ÉCOLES» FIN DU XIX e SIÈCLE 1979

TABLE DES MATIÈRES. Première partie DEVENIR DE «GRANDES ÉCOLES» FIN DU XIX e SIÈCLE 1979 TABLE DES MATIÈRES Sigles... 7 Introduction générale... 11 Trois partis pris... 12 Étudier les écoles supérieures de commerce... 12 Une perspective sociohistorique... 14 Une approche centrée sur les écoles...

Plus en détail

Quels services financiers pour les plus pauvres?

Quels services financiers pour les plus pauvres? Quels services financiers pour les plus pauvres? Cette préoccupation devient de plus en plus importante dans l objectif de renforcer l économie rurale ; elle a toujours été présente dans le champ du développement

Plus en détail

La surliquidité bancaire : le mal oublié de l Afrique subsaharienne

La surliquidité bancaire : le mal oublié de l Afrique subsaharienne La surliquidité bancaire : le mal oublié de l Afrique subsaharienne Résumé: - La majorité des économies d Afrique subsaharienne sont caractérisées depuis plusieurs années par une situation de surliquidité

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

Evolution et nouveaux enjeux en microfinance

Evolution et nouveaux enjeux en microfinance Evolution et nouveaux enjeux en microfinance BIM n - 24 janvier 2006 François DOLIGEZ Tout au long de l'année 2005, année du microcrédit, beaucoup d'articles, d ouvrages dédiés à la microfinance ont été

Plus en détail

Le risque opérationnel : nouveaux enjeux et moyens d action 37

Le risque opérationnel : nouveaux enjeux et moyens d action 37 Table des matières Les auteurs Table des encadrés Table des figures V XIII XV Avant-propos 1 Préface 7 Chapitre introductif 9 Les restructurations et la reconstruction de la confiance envers les banques

Plus en détail