Agilité. haut débit réduction du Time-to-Market Notre méthode, clé de votre réussite! Frédéric Gendre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agilité. haut débit réduction du Time-to-Market Notre méthode, clé de votre réussite! Frédéric Gendre"

Transcription

1 Agilité et haut débit réduction du Time-to-Market Notre méthode, clé de votre réussite! Comment l agilité permet à votre organisation de s adapter aux changements et de gagner en performance? Aubay 2015 Frédéric Gendre

2 Sommaire Introduction. Du «savoir-conseiller au savoir-faire» en toute agilité. Quoi? Comment? Pourquoi? Contexte et objectifs de l agilité globale. Cible. Principes directeurs. Simple plutôt qu exhaustif. Approprié plutôt que standard. Régulier plutôt qu intense. Le noyau de l agilité globale. Les Musts. Big Picture. Où chiffre-t-on? Quelle rétrospective? Les étapes de transformation. Pourquoi transformer? Mesurer plutôt que comparer. Définir et Mesurer. Analyser et Implémenter en réduisant les risques. Contrôler : piloter la transformation et la promouvoir. Une référence de plateau agile by Aubay Centre de Services Haut Débit Objectif et périmètre d un CDS Management d un CDS Rituels éphémères et coaching continu Conclusion. Bibliographie..1

3 Introduction Attirer les talents, les gérer, savoir les retenir, mobiliser tous les collaborateurs, juniors comme plus seniors. Les bénéfices de ce mixage culturel sont nombreux. Montrer aux jeunes geeks comme aux jeunes diplômés métiers/fonctionnels, de la Finance notamment, que l univers de la Banque n est pas aussi ringard qu ils peuvent l imaginer, que c est un univers qui sait s adapter et s ouvrir à de nouveaux modes organisationnels comme culturels et leur proposer de nouveaux challenges. Et surtout savoir aussi intégrer dans ce mode start-up les collaborateurs plus seniors et leur faire comprendre tous les bénéfices qu ils peuvent en retirer. Des applications agiles proposant des services et produits agiles impulsés par des collaborateurs agiles. Pour des clients satisfaits et toujours plus nombreux. Aubay est une Entreprise de Services du Numérique fondée en Groupe en forte croissance, Aubay opère sur des marchés à forte valeur ajoutée, en France comme en Europe. Aubay compte aujourd hui 3750 collaborateurs dont près de en France, et a réalisé un chiffre d affaires de 243 M en 2014, avec une croissance de plus de 15% par rapport à Nos interventions vont du Conseil à tout type de projet technologique. Nous accompagnons la transformation et la modernisation des systèmes d information, tout particulièrement des grandes banques et principaux assureurs, qui représentent plus de 80% de notre chiffre d affaires en France : projet de fusion de filiales, évolutions d application d évaluation des risques d un portefeuille d actions, mise en œuvre de banque en ligne, du Conseil au développement, ou encore création d applications mobiles pour de grands assureurs européens La Bancassurance connaît des bouleversements majeurs : les évolutions règlementaires et ses nouvelles contraintes, les défis en matière d adaptation technologique, la pérennité du modèle économique avec un business model en constante évolution, la gestion des talents et un client plus exigeant. Principale préoccupation, les évolutions règlementaires avec l entrée en application de Solvabilité 2 dont les rulebooks publiés récemment remettent fondamentalement en cause le prélèvement SEPA et nécessitera 2 ans pour sa prise en compte par les banques et les créanciers. Les groupes bancaires vont mobiliser toutes leurs ressources en ce sens pour anticiper leurs révolutions technologiques et faire face à un changement règlementaire très lourd. Intimement liées aux évolutions règlementaires, la transformation numérique et la capacité à suivre le rythme de l innovation mobilisent les organisations. La mobilité est le moteur de la digitalisation et l un des principaux leviers de la transformation numérique. Toutes les banques et tous les assureurs sont concernés. La recherche de la performance via le digital est mise en œuvre par une stratégie de services à grande échelle vers les clients : offres modulaires, prévention, simplicité, réactivité. Certaines banques en ligne ont d ailleurs signé une année record en termes d acquisition de clients en L innovation est l élément clé de l expérience client qui permet de répondre aux exigences de rapidité et de simplicité, d apporter des services différenciants et personnalisés. «Les clients viennent pour les prix mais restent pour les services» : application de conduite connectée ou encore l offre «Pay how you drive». La loi Hamon, entrée en vigueur le 1er janvier 2015, vient d accélérer la mutation des assureurs et des mutuelles vers le Numérique, vers davantage de services et renforce leur intérêt pour les comparateurs d assurances. D abord critiquée par les assureurs traditionnels, la loi Hamon devient aujourd hui une opportunité de conquête pour capter et fidéliser les clients. Le «m-commerce» se développe plus que jamais, l internet mobile (smartphones, tablettes, sites mobiles et applications) a progressé de 60%. Afin de négocier ce virage du Numérique et non plus de simplement maîtriser les technologies, il convient de considérer les problématiques culturelles et commerciales, de savoir comment modifier en profondeur les processus et les manières de travailler en interne, mais aussi en externe avec les clients. Le digital a des impacts forts sur le fonctionnement même des DSI. Les exigences vis-à-vis du SI et des acteurs qui l actionnent ne sont plus seulement celles des Métiers mais, à travers eux, des particuliers, nombreux et très sollicités. Ces exigences sont déjà celles de la réactivité (rapidité et souplesse) mais aussi de l innovation pour proposer au client final des applications différenciantes. L agilité va vous permettre d acquérir la culture digitale pour bien comprendre les enjeux qui tournent autour du time-to-market, de la transformation des organisations et des modes de travail, des choix technologiques. Du «savoir-conseiller au savoir-faire» en toute agilité : Nous vous conseillons et vous accompagnons dans le changement, jusqu au développement technique, en maitrisant les risques. Quoi? Vous donner rapidement une vision claire de pratiques simples. Construire une trajectoire optimale. Accompagner la réussite de vos équipes. Embarquer tous les rôles de management, transverses ou d équipe dans une approche Agile Globale qui favorise la responsabilisation des acteurs. Poursuivre notre progression sur les activités de MOA/AMOA au sein des maîtrises d ouvrage. Mettre en avant notre proximité pour délivrer des projets. Comprendre votre culture, les éléments qui font la différence aux yeux des collaborateurs, tant côté informatique que métiers, jeunes comme plus seniors, afin de susciter les véritables leviers de la réussite des projets. Exprimer notre expertise technique sur des projets à valeur ajoutée..2.t

4 .4 AGILE BY AUBAY Répétons-le: par la responsabilisation des acteurs et l accompagnement de cette évolution. Nous rendrons votre organisation agile, c est-à-dire capable de s adapter à la complexité des marchés et à leur évolutivité en pariant sur la simplicité du cadre et d un noyau initial de pratiques simples. Nous vous donnerons toutes les clés pour répondre à cet enjeu crucial : anticiper, réagir, transformer, corriger, le plus rapidement possible. Et levons le suspens immédiatement : pour que votre organisation invente sa propre agilité, le rôle du coach externe puis progressivement interne est fondamental pour éviter les possibles dérives. L autre clé est la responsabilisation («empowerement») de tous les acteurs, dans une perspective Management 3.0. Le manager a donc un rôle primordial dans cette transformation. Il donne les objectifs, décrit un cadre mais favorise la délégation et la prise d initiatives. Les équipes ne sont plus en mode «exécution», faiblement motivant, mais passent à un mode autonome et collaboratif. Elles s approprient les actions, ce qui est le fondement de leur motivation et de leur plus grande implication. L organisation n est plus ce paquebot lourd et lent à piloter où la chaîne de commandement peut déresponsabiliser certains de ses maillons. Elle devient un réseau actif d acteurs qui créent spontanément des idées. Il s agira alors pour cette organisation agile et ses managers de maitriser ce bouillonnement dans un cadre clair. Co mm ent? Pour Quoi? Pour inventer de la valeur (être innovant) et la livrer plus souvent. Les talents veulent se démarquer et n attendent que ça! L organisation, jusqu alors cloisonnée par département, par métier, permettra à la hiérarchie de déceler les réelles qualités ou la personnalité de ses collaborateurs et de mieux les gérer sur différents projets afin de gagner en performance : leader, suiveur, communicant, individualiste, coopératif, talentueux, besogneux Tous les collaborateurs doivent être motivés pour la réussite d un projet en mode agile : chaque collaborateur devient alors un agent essentiel de la réussite future. En effet, ses idées, ses initiatives sont sollicitées et apportent de l innovation. L humain est alors replacé comme origine et sens de l organisation. Les collaborateurs plus seniors réapprennent le challenge, s enrichissent grâce à ces nouvelles méthodes et travaillent collectivement. Les équipes deviennent autonomes, les acteurs se responsabilisent et deviennent maîtres de la réussite du projet et de fait plus attachés à leur entreprise dont ils comprennent mieux les orientations, les contraintes, les stratégies. Pour ce faire, Le leadership évolue en souplesse, nous passons d une organisation pyramidale et très hiérarchisée à un nouveau business model en sachant conserver malgré tout l ADN de l organisation. Il s agit de vous exposer une agilisation globale de l organisation, au moyen d un noyau simple de pratiques..5

5 Contexte et Principes directeurs objectifs de l agilité globale L agilité démontre son utilité pour réduire le Time to Market et améliorer l adéquation aux besoins réels. Elle se déploie de plus en plus. Mais trop souvent par pilote successif, sans vraiment «prendre» dans l organisation. Un peu comme une greffe qui ne prendrait pas ou une graine mal implantée. Quelques principes guident la rédaction de ce document. Et plus précisément la cible et la démarche que nous y décrivons. Il ne s agit pas ici de réécrire le manifeste agile [3], ni de le remplacer, mais d être clair sur nos principes et nos ambitions. L agilité, sous la forme de Scrum ou d XP, est en effet très centrée sur le seul projet IT, au sens strict. Elle ne couvre pas des fonctions structurantes telles que le management (senior, middle), l architecture, les PMO, les Business Analyts (ou MOA), etc. Pour assurer la pérennisation de la transformation agile des équipes, c est-à-dire sa persistance, il faut en proposer une version élargie à ces rôles. Des frameworks comme SAFe vont dans ce sens. Ils restent toutefois très connotés «USA», leur terre natale, et prennent mal en compte les spécificités des organisations françaises. Cible : Ce document présente notre proposition d extension de l agilité, basée sur nos retours d expériences de déploiement dans des organisations complexes. Le principe fondateur de cette proposition est de détourer un noyau minimaliste - car laissant la part belle à la faculté d invention des équipes - mais dans un cadre structuré adressant tout l écosystème IT. Il présente également les étapes et activités que nous suivons pour installer ce noyau au sein d une organisation pour qu en émerge l agilité. Simple plutôt qu exhaustif : Nous privilégions la simplicité au sens de ce qui est épuré, minimum et par opposition à toute ambition de complétude. Cette dernière n a pas vraiment de sens, puisqu elle dépendrait fortement d un contexte. Et nous ne présupposons pas de contexte particulier ici. Cette simplicité invite les acteurs à s emparer de ce contenu pour l enrichir. C est-à-dire de l adapter, voire de le tordre, pour qu il s adapte au contexte de mise en œuvre. Régulier plutôt qu intense : La transformation, mais également la pratique courante, repose pour fonctionner sur la régularité. Et non sur une dose initiale ou récurrente puissante d incitation. Comment différencier les deux, régulier et intense? La régularité est facilement supportée par les équipes sur le moyen / long terme. En fait, elle est pratiquement non ressentie. Ce qui en fait le succès n est pas un effort perçu et pénible, mais la répétition systématique. Précisément dans le but d être maintenue sur le long terme et donc de s enraciner. Approprié plutôt que standard : Dans la même veine que le principe précédent, il s agit plus ici de tracer des lignes directrices. Ce qui fera la réussite de la mise en application sera l appropriation par les acteurs concernés. La difficulté est donc plutôt de susciter cette acculturation. Cette responsabilité repose sur l un des rôles listés dans les «Musts» : le Scrum Master ou le Coach. Une conséquence de ce principe est une probable et souhaitable diversité des pratiques. Pourquoi souhaitable? Car elle est source d inventivité et d innovation. Mais aussi d un réel confort, d une satisfaction des équipes à travailler «dans leur œuvre». Une autre conséquence est la nette responsabilisation des acteurs. Sans travailler à un enrichissement ad hoc du noyau proposé, les pratiques déployées pourront paraître maigres, incomplètes. Admettons d ailleurs que ce ressenti soit effectif : voilà un stimulus pour se dire qu il est temps d ajouter ce qui est perçu comme nécessaire parce que manquant (et non parce qu imposé)..6.7

6 Le noyau de l agilité globale Nous partons de formes bien connues de l agilité pour identifier un noyau minimum (Scrum [1] et Kanban [2]). Noyau minimum, c est-à-dire en deçà duquel l agilité n est plus présente mais sur lequel les équipes et rôles doivent construire leurs propres habitudes. Les Musts Le Kanban. Il s agit du Backlog des demandes exprimées, tout comme en Scrum, mais représenté comme flux continu traversant les différentes étapes de maturation de la demande. Les indicateurs seront calculés et affichés sur le Kanban : durée de cycle, lead time, débit, taux de défauts. Le Daily ou la «quotidienne». C est le rituel structurant d une équipe. Le Kanban est mis à jour à son occasion ou, s il est mis à jour en continu, les personnes présentes sont informées à ce moment des mises à jour. C est un moment clé pour l équipe. Les rôles y sont présents et interagissent. Il se déroule à heure fixe, dans un lieu (salle ou virtuel, via un outil) fixe, sur une courte durée time boxée (15/20mn). La Démo. Tout comme le Daily, la Démo donne un rythme par sa régularité. La Démo a lieu toutes les une à deux semaines. Il s agit pour l équipe de montrer ce qui est démontrable lorsque tombe le rendez-vous. Sa durée n excède pas 2 heures. Le Scrum Master ou «Leader opérationnel». C est le manager opérationnel de l équipe IT. Son rôle est primordial en ce qu il est le moteur, le responsable des éléments précédents : Kanban, Daily, Démo. Il s assure que ces éléments existent conformément à leur définition. La Gestion de Configuration. Il s agit surtout des incréments produit (PSI ou Potentialy Shipable Increment ou encore MVP, Minimum Viable Product, ou Release, etc. Ou en français : configurations). Ces incréments sont montrés à l occasion des démos. Ils doivent être correctement formés et enregistrés, d où l importance de la gestion de configuration et de l outil qui l implémente. Souvent, beaucoup de composants ne sont pas gérés car ils appartiennent à des produits propriétaires ou pour d autres raisons. Par exemple, les procédures stockées en base, les feuilles de style, les éléments graphiques ou images, les scripts de création de base, etc. La Rétrospective. Ce Must est tout à la fois important car c est le moteur de l adoption par les utilisateurs mêmes de ces Musts et difficile. Il peut y avoir un aspect passablement artificiel à réunir des acteurs et à leur demander d exprimer des améliorations possibles. Sans doute faut-il voir la rétrospective comme une séance de déminage collectif. A l usage, il apparaît forcément des oublis, des inconforts, des acteurs qui se sentent mis de côté Autant de réalités et de risques. Mais précisément aussi d enseignements sur ce qui doit être ajusté. La clé est donc plutôt une continuelle écoute de ces signaux d alerte. Pour les identifier, signaler clairement qu ils sont entendus et pour annoncer qu ils seront traités en rétro. La rétrospective est la partie émergée d un processus continu d observation. Quotidiennement le coach (et toute l équipe) identifie les améliorations. Le rituel de rétrospective sert plus à formaliser ces observations. Le Manager. Last but not least, le manager a le rôle Le Product Owner ou «Responsable du projet». Il représente les donneurs d ordres (sponsors, métiers, utilisateurs ) et canalise leurs besoins. Il dirige une équipe ou un réseau (si les personnes ne lui sont pas rattachées) de Business Analysts ou «MOA» capables de l aider à identifier, préciser et formaliser les besoins..8 primordial de donner une direction (l objectif) et le cadre, c est-à-dire les limites à l imagination de ses équipes. Ensuite il ne s agira pour lui que de susciter et d encourager les équipes à prolonger les Musts basiques, listés ici même, pour en faire leur propre organisation du travail (cf. l ouvrage de Jurgen Appelo sur le management 3.0 [6])..9

7 Big picture Niveau zéro : Nous proposons a priori un Kanban standard donc à ajuster représentatif de la chaîne de valeur IT. Le schéma suivant représente comment s articule le Kanban, par étape (les cercles), et au-dessous les acteurs qui l animent. La première strate d acteurs interagit directement avec la colonne ou l étape du Kanban qui lui est reliée. La seconde strate d acteurs est pilotée par la première. En DEV. User Story En tests. User Story Besoin à traiter. User story chiffrée. En DEV. En tests. Prêt pour la démo. Prêt pour la livraison. Epic User Story User Story User Story User Story Configuration Prêt pour dev. En dev. Prêt pour tests. En test d intégration. En test de recettes. Sponsor Product Owner Scrum Master (coach) Prod USER STORY Le niveau 1 est un focus sur une partie du niveau zéro global. Ce focus est répétable sur plusieurs équipes de développement (feature teams). Il a une fréquence de balayage plus élevée : les user stories traversent le tableau niveau 1 plus rapidement que les epics du niveau zéro. Business Analyst Hébergeur Ou chiffre-t-on? Quelle RéTROSPECTIVE? Equipe(s) Archis PMO Manager Des rituels importants comme le «sprint planning» [1] ou en SAFe le «release planning» [4] ne sont pas mentionnés ici. C est pourtant là que le chiffrage des demandes et les échanges nécessaires à ce chiffrage, à la compréhension de la demande, sont réalisés. Cette «big picture» montre avant tout que la chaîne de valeur est adressée de bout en bout (du métier à la production) et articule tous les acteurs. Elle ne prétend pas être définitive! Selon les contextes, des étapes encore plus amont ou encore plus aval seraient à représenter (par exemple différents sites d exploitation, chez différents hébergeurs). Ou des acteurs supplémentaires devraient être ajoutés. La démarche de transformation décrite plus loin se donne pour objet d aider à établir la big picture cible et adéquate à un contexte particulier..10 Au-delà de cette remarque sur la (non)complétude de ce kanban et des acteurs associés, le fonctionnement réel du kanban n est pas simplement réalisable sur un niveau unique. C est-à-dire que selon le nombre de représentants de chaque acteur dans le réel et selon leur fréquence d intervention, certaines parties du kanban feront l objet d un focus et d un fonctionnement propre et «décalé» par rapport aux autres parties. Un peu comme un jeu de kanban en poupées russes, chaque niveau ayant son propre rythme. La synchronisation se faisant au niveau zéro c est-à-dire le niveau le plus macro - après que chaque partie ou focus ait produit son livrable consolidé. Nous représentons ces différents niveaux de focus ci-après : L idée est d essayer de se passer de ce rituel lourd et de le remplacer par un chiffrage et des échanges continus. Le flux kanban représenté plus haut est continu. Le Product Owner ne retient pas ses demandes mais les introduit, dès qu elles sont prêtes, au fur et à mesure dans le kanban. On pourra s aider, l expérience et l appropriation venant, d une sorte d abaque propre au contexte pour chiffrer. Les demandes étant probablement repérables comme récurrentes. Dans le cas d un projet partant d un cahier des charges initial donné, il faudra ajouter une étape de «planning» initiale. Mais on aura à cœur de la vouloir la plus courte possible pour identifier le minimum nécessaire à l amorçage du flux (epics, user stories). Afin de passer en mode continu au plus tôt. De la même manière la rétrospective ou feedback (ou encore bilan d itération) ne fait pas l objet d un rituel précis et borné. C est ce que nous évoquions dans les Musts précédemment. L idée là encore est de lui substituer une pratique continue. Les idées d amélioration c est-à-dire en fait les tactiques d appropriation inventées par l équipe pour l équipe sont naturellement continues. Elles peuvent aussi être introduites continument pour être testées. Et de même, continument remises en question..11

8 Les étapes de transformation Nous venons de décrire synthétiquement la cible que nous proposons d atteindre : soit une organisation très simple mais très régulière et généralisée, basée sur un affichage visuel. Pourquoi transformer? Mesurer plutôt que comparer. Comment y parvenir? Les situations de départ peuvent être très variées. Et il ne s agit pas d évaluer n importe laquelle de ces situations par rapport à une vérité unique : ce qui serait faire un gap analysis qui compare le réel à un référentiel fixe. Ainsi, nous paraissons là diverger un peu de l objectif annoncé en introduction de ce document, à savoir étendre l agilité à tout l écosystème IT (voire au-delà). Et nous évoquons maintenant des KPI (Key Performance Indicators) améliorables. Définir et Mesurer. Il s agit de mesurer les performances de cette situation et d identifier comment les améliorer. Les performances sont des indicateurs représentatifs de ce qui est important pour l organisation (Critical to quality). Bien sûr cela va de pair. La cible proposée intègre la pratique même d améliorer ses performances. Il s agit, au travers d une transformation de l existant, de créer les conditions de mesures et d améliorations de ces mesures. Le kanban en est une matérialisation : à la fois support visuel qui montre la situation et support de métrique de cette même situation. La première étape consiste donc à définir ce qui est important pour l organisation. Ce qui doit être amélioré, sa problématique. Par exemple un temps de mise à disposition, un coût, l adéquation à un besoin, etc. Analyser et Implémenter en réduisant les risques. Sur la base des constats précédents et du cadre posé (périmètre, objectifs), il s agit ensuite d identifier des actions et de les mettre en œuvre. Ces deux activités sont fortement corrélées. Les mises en œuvre retournent des enseignements qui à leur tour permettent d identifier des actions. Les actions s ajustent progressivement pour plus d efficacité et surtout une meilleure adaptation au contexte. Il s agit d une stratégie de réduction des risques : au fur et à mesure des réactions (feedbacks, retours d expériences, rétrospectives), nous adaptons les actions pour réduire les facteurs irritants et favoriser l acculturation. C est-à-dire favoriser des mises en œuvre initiées par les acteurs eux-mêmes. On peut parler de déploiement «opportuniste» privilégiant le chemin le plus simple, à un moment donné, pour l équipe. RACI cible Adapter le RACI initial en le complétant et précisant les nouveaux rôles. 1 ACCOMPAGNER RÉtGULIEREMENT TOUS LES ACTEURS 2 Roadmap (jalons) et epics de transformation 3 4 Les activités suivantes constituent cette étape. Elles sont directement inspirées des techniques lean [5]. PERIMÈTRE ET OBJECTIFS Décider des KPI à améliorer, des Acteurs / Unités organisationnelles adressés. Proposer une cible adaptée Fonction des acteurs concernés (DevOps? Scrum? etc). Définition et mesure des KPI Adapter le RACI initial en le complétant et précisant les nouveaux rôles. Mesurer Identifier les blocages, mesurer les durées d attentes et de traitements. 2 Contrôler : piloter la transformation et la promouvoir. Les deux étapes précédentes sont continuellement supportées par des activités de mesures de la transformation en cours et de promotion de cette transformation (communications). Mesurer la transformation permet d ailleurs d en rendre compte et de communiquer dessus, plus ou moins largement en fonction des risques. VSM As Is (Value Stream Map.) En atelier, représenter la chaîne de valeur existante SWOT Résumer les constats sous forme concise de forces/ faiblesses et menaces/ opportunités RACI Identifier tous les rôles et responsabilités en présence. 1-CONDUIRE LA TRANSFORMATION Définir et mesurer. Cf. ci-dessus. Analyser et implémenter. Cf. ci-dessus. 2-CONTRÔLER LA TRANSFORMATION Mesurer (# d acteurs, #d initiatives, améliorations des durées etc). Animer les Comités de transformation. Communiquer. Former, Informer, Démontrer..13

9 Une référence de plateau agile by Aubay Centre de Services Haut Débit Management d un CDS L ensemble des activités de toutes les équipes est suivi par un kanban global, comme celui décrit dans les paragraphes précédents. Ce kanban est affiché et animé sur un mur du plateau, ou une des parois en verre qui sert aussi de whiteboard. Il regroupe toutes les demandes en cours, de développements, de tests, d évolutions, etc. réparties par équipe concernée. Une convention de couleur permet de repérer les équipes, les types de demandes et leur taille ou complexité. Chaque équipe gère ensuite ses demandes, selon sa nature et conformément à son contexte client. Mais aussi selon les choix que l équipe a opérés au fil du temps pour améliorer son débit : Nous avons appliqué les principes et la démarche de transformation décris précédemment sur nos centres de services (CDS) bancaires. Pour être plus précis, ces principes sont le fruit de nos pratiques. Aubay dispose d un plateau de développement à Boulogne où sont regroupées les équipes des centres de services..14 Objectif et périmètre d un CDS Un objectif important pour nos clients et donc nos CDS est d augmenter le débit des demandes traitées par semaine. Ces demandes sont de types correctives, évolutives, supports ou projets sur les applications entrant dans le périmètre du CDS. D autres types de demandes peuvent faire parties du périmètre CDS : assistance à maitrise d ouvrage, coaching, gestion de projet déléguée, PMO (Project Management Officer). Si les interventions associées à ces demandes «conseil» sont différentes des demandes plus traditionnelles précédentes (appelons-les «ingénierie»), elles sont gérées en réalité de la même manière. Les niveaux de services seront mesurés de façon presqu identique, quoique les seuils ne soient pas les mêmes, notamment le «cycle time». Il s agit de la durée mise par une demande, depuis l étape initiale de prise en compte par une équipe jusqu à son dénouement. C est-à-dire une livraison répondant à des critères précis de terminaison (notion de «DONE»). Ainsi, le cycle time d une évolution, calibrée comme moyenne, sera mesurée tout comme une intervention de Revue de projet effectuée par un PMO. Mais si la première s aligne sur une exigence de 10 jours ouvrés maximum, la seconde est plutôt sur 2 jours maximum. Nos CDS rassemblent plusieurs équipes pour un même client, au sein d espaces sécurisés distincts. Les équipes sont définies par des groupes de 5 à 10 personnes, pluridisciplinaires, pour être autonomes. Chaque équipe est en contact direct avec l interlocuteur client du centre de services. Contrairement à des contextes rencontrés aux USA (par ex. Spotify [7]), nos contextes clients ne permettent pas toujours de regrouper tous les rôles. Il faut donc mettre en œuvre une discipline et une logistique suffisamment précises pour que les réunions puissent se tenir facilement, sur sites clients ou sur plateau Aubay. Typiquement, toujours les mêmes salles, aux mêmes horaires, avec régularité. Et utiliser une communication virtuelle simple, comme Trello ou KanbanFlow afin de communiquer l information en continu. Cycle en V Ou d autres cycles de vies propres Les équipes sont par construction assez indépendantes. Elles interviennent en effet chacune sur une application ou un ensemble d applications particulier. Le besoin de coordination inter équipes n est donc pas une contrainte forte. Mais il reste toujours d actualité de devoir gérer les variations et répartitions de charges entre équipes. Et par ailleurs, certains projets de grandes dimensions impactent plusieurs équipes. En aparté, pourquoi 10 personnes maximum pour une équipe? Ce n est pas seulement pour «obéir» aux bonnes pratiques! Les exercices de rétrospectives par exemple, cités dans la première partie, et qui sont le moteur d une acculturation agile, ne peuvent pas fonctionner sur de grosses assemblées. Il est important que le groupe qui se rassemble pour échanger sur ses modes de travail et les adaptations qui lui paraissent utiles d essayer, soit dans un sentiment «familier» où chacun existe et ne soit pas noyé dans la masse. De plus, la valeur d un consensus à 20 est plus minimale que celle d un accord entre 5 ou 10 personnes. Mais revenons à nos questions inter équipes. Le kanban global du CDS montre différentes choses : Les features (grandes fonctions) par équipe et par projet, ainsi que leur avancement. Ces features sont détaillées en user stories (ou en items) calibrées et suivies dans un kanban ou un backlog projet local. Les goulets d étranglement ou surcharge et à l inverse les souscharges, ce qui permet de «prêter» des ressources temporairement pour lisser l effort. Ou qui déclenche une rétrospective rapide pour identifier les causes racines du phénomène mis en évidence sur le kanban. Kanban Scrum Un troisième élément apparait sur le kanban global au plateau : les sollicitations des ressources partagées. Même si chaque équipe est aussi complète et autonome que possible, il n est pas toujours possible de lui détacher à temps plein des profils tels que des Directeurs Artistiques, des Architectes, des DBA, etc. Mais là encore, comme pour le lissage de charge, les personnes concernées identifient visuellement et continuellement les demandes qui les impactent ou qui vont les impacter. Par exemple, il est possible dans le kanban global d insérer des étapes ou colonnes de type tampon. Elle sert de Backlog pour le spécialiste: il y voit immédiatement les demandes qui l attendent. Les rôles de suivi et d animation du kanban relèvent de plus en plus du management 3.0. Localement, chaque équipe gère son activité selon le mode qu elle se choisie, comme indiqué plus haut et sous l impulsion d un leader local (Scrum Master), qui fait partie de l équipe. Au global, le kanban plateau est animé par un coach qui s assure que l information visuelle est à jour, complète et partagée au moyen de rituels adéquats. Un Directeur de Projet supervise le CDS sur les aspects budgétaires, avec le client..15

10 conclusion En résumé, nous proposons la création d un noyau de pratiques constitué des Musts listés plus haut. Ce noyau est assumé comme incomplet et imparfait. Par contre, il est léger, simple et adaptable à chacune des parties prenantes de l écosystème. Ces deux caractéristiques, imparfait mais très ouvert, sont le début de la création in situ de pratiques très adaptées et rapidement opérationnelles. Qui plus est, ayant une probabilité importante d être mises en œuvre. Le catalyseur de cette création, c est tout d abord le coach. Par son extériorité et son impulsion régulière, il amène les acteurs en présence du Sponsor à l Intégrateur à se faire les auteurs de leurs pratiques. A ce stade, nous pouvons dire qu il ne s agit pas tant de transformer une équipe ou une organisation ou leurs pratiques que de susciter un acte de création. Le coach n en est pas l auteur mais seulement le pivot. Rituels éphémères et coaching continu Les rituels ont lieu sur le site du CDS, à Boulogne, lorsqu il s agit des daily stand up ou des rétrospectives. Ce dernier exercice servant en tout premier lieu à ce que l équipe se responsabilise sur son fonctionnement, ses outils, ses règles. Les actions imaginées par chaque équipe sont injectées soit dans son suivi local, soit dans le kanban global si besoin, comme des jobs d améliorations. Le rôle du coach est ici primordial. La rétrospective est l exercice central de l émergence de l équipe en son sein. Et c est le coach qui l impulse, puisque cet exercice n est pas spontané. Il peut même être difficile à s imposer. Nous le pratiquons dans les CDS comme décrit dans le paragraphe précédent, consacré à la démarche de transformation. C està-dire continument. Le rituel au sens d une réunion physique sert surtout au début pour implanter la pratique. En réalité, le coach reste nécessaire dans la durée. Car même si une équipe devient aguerrie, il lui faut cet œil extérieur qui est en mesure de pouvoir s étonner d éléments que l équipe ne voit plus. Ainsi, les rituels formels peuvent être destinés à disparaitre au profit de pratiques constantes et intériorisées par l équipe. Mais le coach doit persister pour réinjecter souvent par des rituels! du recul, de l étonnement, de l amélioration. D autres rituels ont lieu sur site client. Essentiellement les Démos. Elles sont aussi l occasion de points de reporting, dans le format client : outillage, indicateurs, feuilles Excel, etc. bibliographie [1] Scrum Guide, [2] Kanban, David J. Anderson, ed. Yisy, 2012 [3] [4] [5] [6] [7] Scaling H.Kniberg & A.Ivarsson, oct

11 2015 AUBAY. Tous droits réservés. Les informations contenues dans ce document représentent le point de vue actuel de Aubay sur les sujets exposés, à la date de publication. Dans la mesure où les éditeurs cités doivent s adapter aux conditions changeantes du marché, Aubay ne peut pas garantir l exactitude des informations présentées après la date de publication. Les noms de produits ou de sociétés dans ce document peuvent être les marques déposées de leurs propriétaires respectifs

12 .20 Aubay 2015

13 Aubay 2015 Agile aubay by réduction du Time-to-Market Tel: +33(0) Rue Louis Pasteur Boulogne Billancourt cedex

Conduite de projets agiles Management alternatif dans une équipe de développement agile

Conduite de projets agiles Management alternatif dans une équipe de développement agile Contexte 1. Introduction 11 2. Enjeu de Talentsoft 13 3. Objectifs de Talentsoft 17 4. L agilité comme remède miracle 18 4.1 Mise en place de l agile 18 4.2 Les problématiques actuelles 19 5. La solution

Plus en détail

la phase exploratoire

la phase exploratoire V 1.00 la phase exploratoire élément facilitateur dans la réussite d un projet Agile A. MORVANT IT&L@BS Coach Agile aurelien.morvant@orange-ftgroup.com Page 1 Page 2 objet de la session > introduire la

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

La performance par le management

La performance par le management Formation / Coaching Conseil Transitions La performance par le management Rco management est un cabinet conseil en management et Ressources Humaines, mon entreprise est en région Nord depuis 2007. Nous

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Maîtrise d ouvrage agile

Maîtrise d ouvrage agile Maîtrise d ouvrage agile Offre de service Smartpoint 17 rue Neuve Tolbiac 75013 PARIS - www.smartpoint.fr SAS au capital de 37 500 - RCS PARIS B 492 114 434 Smartpoint, en quelques mots Smartpoint est

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

Will Be Group. Performance et Gouvernance des Systèmes d Information. www.willbegroup.com

Will Be Group. Performance et Gouvernance des Systèmes d Information. www.willbegroup.com 1 Mars 2012 Will Be Group Performance et Gouvernance des Systèmes d Information Will Be Group aide les dirigeants à développer et à transformer leurs entreprises en actionnant tous les leviers de la stratégie

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM Méthodes agiles & SCRUM 1/ Pourquoi les méthodes agiles? Définition d une méthode agile. Fondamentaux. Quand les utiliser? 2/ SCRUM En quoi est-ce une méthode agile? Sprints et releases. Le Product Owner.

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Rencontre avec Directeur Général Banque Privée

Rencontre avec Directeur Général Banque Privée Rencontre avec Directeur Général Banque Privée PARTAGE D OPPORTUNITES VENDREDI 03 JUILLET 2015 JEAN-PIERRE PLONQUET Les Assurances et les Banques Des métiers traversés par des oppositions profondes L assurance

Plus en détail

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Retour d expérience Le rôle du Business Analyst chez Orange Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Plus de 161 000 salariés à votre service mobile entreprises internet et fixe Plus de 161 000

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

backlog du produit Product Owner

backlog du produit Product Owner Méthodes agiles : Définition: selon Scott Ambler «Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale pour le développement de logiciel, réalisé de manière très collaborative par des équipes responsabilisées

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Conduite de projets SI Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Agilité : de quoi parle-t-on? Agilité de l entreprise Urbanisme Architectures SOA Agilité du SI ERP Plateformes applicatives agiles

Plus en détail

SCRUM en Bref. Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c. S-Système A S-Système B S-Système C A1, B1, C2 A2, C1, A3 B2 B3 C3

SCRUM en Bref. Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c. S-Système A S-Système B S-Système C A1, B1, C2 A2, C1, A3 B2 B3 C3 Rappels : étapes de développement de systèmes: 1. Étude des besoins 2. Analyse 3. conception 4. Implémentation 5. Test 6. Déploiement Planification Post-Mortem Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c

Plus en détail

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur.

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur. 2 Toute entreprise dispose d un capital informationnel qui, s il est efficacement géré, contribue à sa valeur et à sa performance. La société RHeport, propose une solution logicielle : RH&View, innovante,

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines La DRH fait face à de nouveaux défis Quelle stratégie adopter pour que toutes les filiales acceptent de mettre en place un outil groupe? Comment

Plus en détail

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com Information Technology Services - Learning & Certification www.pluralisconsulting.com 1 IT Consulting &Training Créateur de Performance Pluralis Consulting Services et de Conseil en Système d Information

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Problématique, Constats

Problématique, Constats Problématique, Constats Réactivité de la DSI pour les projets numériques consommateurs Contraintes de temps et de coûts Forte pression des métiers Compétitivité des sociétés externes Décalage de démarrage

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

www.bluestone.fr 55, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris +33 (0)1 53 35 02 10 contact@bluestone.fr

www.bluestone.fr 55, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris +33 (0)1 53 35 02 10 contact@bluestone.fr www.bluestone.fr 55, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris +33 (0)1 53 35 02 10 contact@bluestone.fr Une équipe de 120 Data Scientists, dont les compétences couvrent l intégralité du spectre d intervention

Plus en détail

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être COACHING PROFESSIONNEL Points de repères et démarche en entreprise Performance et Bien-être Le coaching professionnel vise à stimuler la performance et à dynamiser les changements dans des contextes à

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

L ORÉAL - STAGIAIRE MARKETING

L ORÉAL - STAGIAIRE MARKETING L ORÉAL - STAGIAIRE MARKETING A la croisée de toutes les activités du groupe, les équipes Marketing sont au cœur de nos processus. Leur mission? Sensibiliser les consommateurs à des produits conçus pour

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff PUMA Essentiel Méthode Agile de 3 ème génération 1 Structure de la présentation PUMA Essentiel méthode Agile de 3 ème génération Quelques principes Agiles Principales pratique Agile de pilotage Structure

Plus en détail

Manager le changement

Manager le changement Une vraie démarche structurée pour réussir le changement Le changement? Une opportunité mais aussi un risque. Dans un contexte de plus en plus fluctuant, la capacité à bien gérer les transitions est devenue

Plus en détail

Yassine ZAKARIA SÉMINAIRE : MÉTHODES AGILES

Yassine ZAKARIA SÉMINAIRE : MÉTHODES AGILES Yassine ZAKARIA SÉMINAIRE : MÉTHODES AGILES Quelques constats Etude du Standish Group Seul 1/3 des projets informatiques sont qualifiés de succès 50 % sont livrés et opérationnels, mais sont sortis du

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination,

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Démantèlement Nucléaire Gestion des Déchets - Sécurité Humaine &

Plus en détail

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique» "Innovation, Valorisation et Protection du Patrimoine Numérique!" Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1

Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1 L' imaginer, le réaliser ensemble Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1 Réalisé par 1 extended Relation Management : une extension du CRM (Customer

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise

Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise En convention avec la chaire Ecole Polytechnique Thales «Ingénierie des systèmes complexes» Aligner le SI sur la stratégie de l entreprise Etude de cas: Transformation d un Système d Information Philippe

Plus en détail

Pragmatiques et efficaces, nous procédons à une analyse fine de vos besoins et créons nos interventions sur mesure en étroite relation avec vous.

Pragmatiques et efficaces, nous procédons à une analyse fine de vos besoins et créons nos interventions sur mesure en étroite relation avec vous. CO EVOLIS accompagne les organisations, dirigeants, équipes et managers pour créer de nouveaux leviers de performance individuelle et collective, dans la perspective de résultats durables. Le coaching,

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

A l heure européenne, la relation client-expert évolue : Internet sera-t-il l outil de vos nouvelles prestations? Giocco

A l heure européenne, la relation client-expert évolue : Internet sera-t-il l outil de vos nouvelles prestations? Giocco A l heure européenne, la relation client-expert évolue : Internet sera-t-il l outil de vos nouvelles prestations? Giocco A l heure européenne, la relation client évolue : outil Internet et nouvelles prestations

Plus en détail

Scrum + Drupal = Julien Dubois

Scrum + Drupal = Julien Dubois Pourquoi j aime Scrum Pourquoi Scrum et Drupal sont faits pour s entendre Scrum + Drupal = Julien Dubois Happyculture.coop De quoi allons-nous parler? 1. Que sont les méthodes agiles? 2. Présentation de

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Organisation de la soirée Faisons connaissance Le coaching professionnel : qu est ce que c est? Témoignage de Laurent BESSE Questions / réponses, partage

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en conception de dispositif e-commerce cadrage du projet e-commerce. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en conception de dispositif e-commerce cadrage du projet e-commerce. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet Programme de stage Le métier de Chef de Projet 2 Objectifs 2 Démarche 3 Contenu du programme 4 Modalités d intervention 5 Quelques références 6 www.laurentderauglaudre.com 1/6 370

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail

Relever le challenge de la transformation numérique dans un contexte international

Relever le challenge de la transformation numérique dans un contexte international Relever le challenge de la transformation numérique dans un contexte international Dominique Gire Directeur Associé Novulys Didier Fleury Directeur Associé Novulys dominique.gire@novulys.fr didier.fleury@novulys.fr

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012 Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD 18/20 du 2 avril 2012 Performance et création de valeur de la fonction achats 2 idées force 1. Raccrocher l agenda des achats à l agenda de la DG Faire

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin.

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Sommaire 1. POURQUOI? La transformation digitale des entreprises et des administrations est devenue une nécessité que nul ne peut

Plus en détail

welcome! B enjamin Samson

welcome! B enjamin Samson welcome! B enjamin Samson GESTION DE PROJET Programme Introduction à la gestion de projet Atelier Brainstorming / Sujet de travail en équipe Introduction aux méthodes Agiles - Le sprint 0 - Les personas

Plus en détail