Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone"

Transcription

1 Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés par semaine. Quelques mois plus tard, il est adressé par son médecin traitant pour la découverte récente d une augmentation du cholestérol total à 3.40g/l. Un bilan biologique plus complet, réalisé au bout de 12heures de jeûne, retrouve :

2 Sérum clair à jeun, Cholestérol total : 3.45 g/l Triglycérides : 1g/l HDL cholestérol : 0.55 g/l Glycémie à jeûn : 0.97 g/l Urée / créat : Nles Bilan hépatique : RAS L interrogatoire ne retrouve pas d antécédents familiaux de maladie métabolique lipidique et pas d antécédents personnels d hypercholestérolémie. L interrogatoire et l examen clinique relèvent, en revanche, une frilosité récente, une asthénie physique et psychique, un certain degré d infiltration des tissus sous-cutanés et musculaires, des crampes et, une constipation. TA : 130 / 70mm - 82 kg pour 1m65

3

4 Q1 : Calculez le LDL cholestérol puis interprétez le bilan lipidique.

5 R : LDLc = CT - HDL - TG = 2.70 g/l 5 Hypercholestérolémie pure de type II a.

6 Q2 : Quelle est l Etiologie de cette dyslipidémie?

7 R : Un ensemble de signes en faveur d une hypothyroïdie primitive. Diagnostic: TSHs > 100 µui/ml. FT4 : 1pg/ml (6 18). Etiologie : AcTPO +++ ( 1400ui) Iodurie 24h : 5mg/24h [Nl ( µg/24h)]. Conclusion: Hypercholestérolémie pure de Type II a secondaire à une hypothyroïdie primitive elle-même induite par la surcharge iodée, en sachant que cette surcharge iodée peut aggraver une hypothyroïdie sous-jacente, par thyroïdite chronique auto immune le plus souvent.

8 La pathologie iodée iatrogène est fréquente, et s explique par l effet Wolff Chaikoff. Quatre phases successives expliquent que la surcharge iodée peut entraîner une hypothyroïdie ou une hyperthyroïdie selon les cas : 1 er phase : apport important d iode et tendance à l augmentation de l hormono-synthése thyroïdienne, 2 e phase : blocage de peroxydase. La thyroïde se défend normalement contre cet apport d iode en excès en bloquant son enzyme fondamentale : la peroxydase. Il n y aura donc pas d organification de l iode,

9 3 e phase : au bout de 48 heures environ, un phénomène d échappement se produit, la synthèse des hormones thyroïdienne reprenant à un rythme normal. Si cet échappement ne se produit pas, une hypothyroïdie s installe, 4 e phase :ilyaenfinuneadaptationparfaitedel entréede l iodure dans la thyroïde. En cas de faillite de ce système régulateur, une hyperthyroïdie apparaîtra. Ces surcharges iodées sont extrêmement fréquentes, et il faut y penser systématiquement devant toute hypo- ou hyperthyroïdie.

10 Elles peuvent être liées à : Des médicaments iodés: plus de 400 médicaments contiennent de l iode ( soit iodure, soit iode organique ). La Cordarone représente une des causes les plus fréquentes de surcharge iodée, en sachant qu un comprimé apporte 75mg d iode (alors que l apport alimentaire moyen est de 100 à 150µg d iode par jour) et que la durée de demi-vie du produit est de trois mois, ce qui représente une totale de surcharge iodée d environ douze mois, Des produits de contraste iodé utilisée en radiologie (opacifiants iodés hydrosolubles ou liposolubles, huiles iodées),

11 Q3 : Conduite à Tenir?

12 R:Le traitement de cette hypothyroïdie nécessite : Eventuellement l arrêt de la surcharge iodée, mais si ce médicament est vital pour le patient, il peut être poursuivi, à condition de compenser l hypothyroïdie, Un traitement par la L-thyroxine s impose donc, mais à doses très progressives, sous surveillance cardiologique soigneuse, et on se guidera sur le dosage de la TSH s,

13 Q4: Un mois après l équilibre thyroïdien est obtenu par une dose de Levothyrox 125µg/j et TSH s = 2,89 µui/ml. Le bilan lipidique est alors contrôlé : - Cholestérol total : 2.25g/l - Triglycérides : 0.80 g/l - HDL cholestérol : 0.42 g/l Qu en pensez-vous?

14 Pour chaque patient dyslipidémique, définir l objectif thérapeutique: Recommandations AFSSAPS Mars Prendre en compte les facteurs de risque Facteurs de risque cardiovasculaire (en dehors du LDL-c) Age: Homme de 50 ans ou plus Femme de 60 ans ou plus Antécédents familiaux de maladie coronaire précoce: Infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père ou chez un parent du 1 er degré de sexe masculin. Infarctus du myocarde ou mort subite avant 65ans chez la mère ou chez un parent du1 er degré de sexe féminin. Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans. HTA permanente traitée ou non traitée Diabète de type 2 traité ou non traité HDL-cholestérol < 0,40 g/l (1,0 mmol/l) quelque soit le sexe. Facteur protecteur: HDL-cholestérol 0,60 g/l (1,5 mmol/l): soustraite «un risque» au score de niveau de risque.

15 2.Fixer l objectif thérapeutique en tenant compte: Du niveau de LDL-c Du nombre de facteurs de risque

16 Prise en charge du patient dyslipidémique Patient à haut risque cardiovasculaire: Antécédents de MCV avérée. Diabète de type 2 à haut risque** Risque de survenue d un évènement coronarien dans les 10 ans 20% Quand modifier son mode de vie et Son alimentation? 3 facteurs de risque* Quel est l objectif thérapeutique? 2 facteurs de risque* 1 facteur de risque* Patient à risque et/ou LDL c > 1,6 g/l Aucun facteur de risque* LDL cholestérol < 1,0 g/l LDL cholestérol < 1,3 g/l LDL cholestérol < 1,6 g/l LDL cholestérol < 1,9 g/l LDL cholestérol < 2,2 g/l **diabète de type 2 à haut risque - atteinte rénale - ou au moins 2 des facteurs de risque suivants: âge, antécédents familiaux de maladie coronaire précoce, tabagisme, HTA HDL-c < 0,40 g/l, micro-albuminurie ( > 30 mg/ / 24 heures).

17 R : LDL = 1.67 g/l Est il à risque CV ou non? Oui Quels sont les facteurs de risques CV? 73 ans Quelle valeur cible du LDL? LDL < 1g 90

18 Cas Clinique n 3 Monsieur M.B consulte pour un bilan de santé annuel dans le cadre de la médecine du travail; enseignant de profession, Il est âgé de 50 ans. Sa mère a fait un diabète de type 2 à l âge de 70 ans, décédée à 78 ans d un AVC. Son père a fait un infarctus du myocarde à 50 ans, l un de ses frères est diabétique de type 2 depuis 10 ans, ainsi que 2 tantes maternelles. Son poids actuel est de 98 Kg pour une taille de 1,70m, son tour de taille est de 110cm. Il est sédentaire, fume 3 cigarettes par jour et prend de l alcool de façon occasionnelle. Sa tension artérielle est de 125/75mmHg. Il ne signale aucune prise médicamenteuse.

19 Bilan biologique Glycémie veineuse à plus de 2 occasions : 1,16g/l 1.20 g/l. Urée : 0,30g/l créatinémie : 8mg/l. CT : 2,27g/l HDL c : 0,350g/l TG : 1,60g/l. Un bilan lipidique fait 3 mois auparavant retrouvait les mêmes taux.

20

21 Q1: Le dépistage d une éventuelle dyslipidémie chez ce patient était-il indiqué? Justifiez votre réponse.

22 Monsieur M.B présente plusieurs conditions nécessitants un dépistage systématique d une éventuelle dyslipidémie comme dicté par divers recommandations pour la PEC des dyslipidémies:

23 Dépistage (1) 1) Adultes présentant au moins un facteur de risque cardiovasculaire ou signe d athérosclérose : diabète Tabagisme actuel ou récent (dans l année précédente) Hypertension artérielle Obésité abdominale : Tour de taille > 102 cm chez les hommes Tour de taille > 88 cm chez les femmes Manifestation d une hyperlipidémie (xanthélasma, xanthome ou arc cornéen) Dysfonction érectile Maladie rénale chronique ou lupus érythémateux Evidence d athérosclérose

24 Dépistage (2) 2) Hommes > 40 ans et Femmes post ménopausées ou > 50 ans : Faire un bilan lipidique complet à intervalles de un à trois ans, selon le cas, évaluer les facteurs de risque cardiovasculaire. Procédez à des tests complémentaires si indiqués. 3) Chez les enfants, s il y a une histoire familiale d hyperlipidémie génétique, par exemple, l hypercholestérolémie familiale ou l hyperchylomicronémie. 4) Histoire de pancréatite pouvant être d étiologie lipémique (hyperchylomicronémie).

25 Q2: Calculez par la formule de Friedewald son taux. de LDL c

26 R : Formule de Friedewald: LDL c = CT HDLc TG/5 LDL c =1.60g/l.

27 Q3 : Que pensez-vous des résultats de la glycémie veineuse?

28 R : La glycémie veineuse à 1.18g/l représente une anomalie de la glycémie à jeun nécessitant la pratique d une HGPO. HGPO Glycémie à jeun 1.19 g/l HbA1c = 6.57% 2h après 2.13 g/l

29 Q 4 : 1) Quels sont les FRCV que présente actuellement ce patient? 2) Calculez son risque CV global en vous basant sur le score de risque de Framingham.

30 R : FRCV DE Mr M.B Age Sexe masculin Obésité androïde BMI 33.9 Kg/m2 TT 110 cm HDLc < 0.40 g/l Tabagisme Sedentarite Diabète Sucré ACTD de maladie coronaire précoce chez le père.

31 Calcul du score de risque Framingham La somme des points : 9, équivalent à un RCV 20% à 10 ans. M r M.B présente un haut risque CV. Chez les sujets à haut risque la prévention primaire et secondaire peuvent se confondre. Ainsi les diabétiques de type 2 ont un risque équivalant à ceux qui présentent une MCV avérée.

32 Q 5 : Un traitement hypolipémiant est il indiqué dans le cas de ce patient? Pour la PEC de son diabète il a été mis sous 2mg/j de glimepiride. Commentez ce choix thérapeutique

33 Prise en charge du patient dyslipidémique Patient à haut risque cardiovasculaire: Antécédents de MCV avérée. Diabète de type 2 à haut risque** Risque de survenue d un évènement coronarien dans les 10 ans 20% Quand modifier son mode de vie et Son alimentation? 3 facteurs de risque* Quel est l objectif thérapeutique? 2 facteurs de risque* 1 facteur de risque* Patient à risque et/ou LDL c > 1,6 g/l Aucun facteur de risque* LDL cholestérol < 1,0 g/l LDL cholestérol < 1,3 g/l LDL cholestérol < 1,6 g/l LDL cholestérol < 1,9 g/l LDL cholestérol < 2,2 g/l **diabète de type 2 à haut risque - atteinte rénale - ou au moins 2 des facteurs de risque suivants: âge, antécédents familiaux de maladie coronaire précoce, tabagisme, HTA HDL-c < 0,40 g/l, micro-albuminurie ( > 30 mg/ / 24 heures).

34 PRISE EN CHARGE GLOBALE: Lutter contre tous les FRCV modifiables. Mesures hygiéno-diététiques STATINE : objectif LDL c < 1g/l. (Simvastatine 20mg/j) Biguanides indiqués en première intention (donc arrêt du glimepiride).

35 Après un suivi régulier de 18 mois, Monsieur M.B consulte pour précordialgies survenant à l effort. L ECG ne note pas d anomalies, mais l épreuve d effort revient positive. Le bilan lipidique de contrôle retrouve un taux de LDL c à 1,10g/l. Q 6 : Votre PEC sera -t- elle modifiée? Justifiez.

36 Mr M.B était déjà en «prévention secondaire» du fait de son risque RCV élevé (diabète sucré plus x FRCV) et présente actuellement une maladie coronaire. Les objectifs LDL 1g/l voire 0.80 à 0.70 g/l ( pour les recommandations Américaines ESC 2007 et NICE 2008) La dose de Statine doit être augmentée (Simvastatine entre 40 et 80 mg/j) progressivement jusqu à obtenir le taux cible de LDLc ( des effets secondaires avec fortes doses de statine donc suivi rigoureux). Si échec donner de l Atorvastatine (80 mg/j ou de la Rosuvastatine (20 mg/j) (selon recommandations du NICE, ESC, EASD).

37 Cas Clinique n 2 Mr B., 72 ans, présente des antécédents de cardiopathie ischémique avec un infarctus 8 ans plus tôt. Il n a pas d antécédents familiaux particuliers. Le patient pèse 87 kg pour une taille de 1 m 62 et a un tour de taille de 113 cm. Sous traitement par Atenolol et Ramipril, la pression artérielle est à 128/76 mmhg. Le patient fume 2 cigarettes par jour mais vous dit pouvoir arrêter sans difficultés. Son bilan lipidique montre : TG = 2.12 g/l, Un HDL cholestérol à 0.45 g/l, Un LDL cholestérol à 1.14 g/l/. La glycémie à jeûn est à 1.17 g/l.

38

39 Q1 : Indiquez le niveau cible de LDL cholestérol ; justifiez.

40 R : Prévention secondaire cardio vasculaire : LDL-C inf à 1 g/l et TG inf à 1.5 g/l On ne doit pas lister les FR car ATCD perso IDM.

41 Q2 : Indiquez les facteurs de risque CV présents chez ce patient. Quel(s) autre(s) facteur(s) de risque cardiovasculaire rechercheriez-vous éventuellement pour apprécier le niveau de risque cardiovasculaire global du patient.

42 R : FR identifiés dans l observation : + 1 Sexe et âge (homme sup à 50 ans) + 1 HTA (ici TTT / Ramipril et Atenolol) 0 - ATCD précoce de coronaropathie chez app 1 degré avant 55 ans chez hommes et 65 chez femmes OU ATCD d AVC précoce avant 45 ans 0 - HDL-C inf à 0.4 g/l 0 - HDL-C sup à 0.6 g/l + 1 tabac actif ou arrêt de moins de 3 ans 0 - Diabète sucré (ici intolérance au glucose) Autre facteurs de risque à rechercher DS type 2 par HbA1c / HGPO.

43 Q3 : Indiquez comment vous avez mesuré le tour de taille de ce patient. le patient présente-t-il un syndrome métabolique? Sur quels arguments?

44 R: Comment vous avez mesuré le tour de taille de ce patient Sujet debout, dénudé Mètre de couturière horizontal : mi-chemin entre bord inf de la dernière cote et crête iliaque. Le patiente présente-t-il un syndrome métabolique? Sur quels arguments? OUI Obésité androïde (TT sup à 94cm def IDF) Présence d au moins deux des critères suivants : Dysglycémie (ici ITG car GAJ sup à 1.10 g/l) présent ici HTA (sup à 135 / 85 ou traitement) présent ici TG à jeun sup à 1.50 g/l présent ici HDL inf à 0.4 g/l absent ici.

45 Q4: Indiquez les règles hygiéno-diététiques pour le sujet.

46 Arrêt du tabac complet et définitif. Réduction de l apport sodé à 6 g / l en raison de l hypertension artérielle. Réduction pondérale. Modification du régime avec : Limitation des apports d acides gras saturés (d origine animale) Augmentation de la consommation des acides gras poly insaturés oméga 3 (poissons) Augmentation de la consommation de fibres : fruits, légumes et produits céréaliers. Limitation du cholestérol alimentaire ( voire alimentation riche en stérols végétaux) Lutte contre la sédentarité. Prise en charge du syndrome métabolique avec limitation des apports riches en sucre simple.

47 Q5 : Le patient recevant un traitement par PRAVASTINE 40mg, depuis son IDM, son médecin traitant nous interroge pour améliorer les paramètres lipidiques. Que proposez-vous?

48 R : Vérification observance thérapeutique. Majoration des règles hygiéno-diététiques. Pas d intérêt à doubler la dose de statine car bénéfice = moins de 6 % par doublement. Modification pour une statine plus puissante. Adjonction d EZETIMIBE plutôt que CHOLESTYRAMINE(HTG). Pas d association statine-fibrate à priori, malgré l HTG.

49 Q6 : La fille de ce patient, âgée de 35 ans, a déjà réalisé un bilan lipidique au moment de l infarctus de son père, mais n en a pas réalisé depuis. Lui proposez-vous de refaire un nouveau bilan. Cette jeune femme, non fumeuse, souhaite débuter une CO oestroprogestative.

50 R : Oui EAL tous les 5 ans en cas de normalité.

51 Q7 : Rappelez au moins une contre-indication à ces médicaments. Indiquez votre attitude vis à vis du risque lipidique. Citez 3 classes médicamenteuses responsables de dyslipidémies iatrogènes :

52 R : Tabac, cancer du sein, ATCD thrombo-embolique EAL à réaliser après le début des CO OP (3 mois). OP, corticoïdes, anti-rétro-viraux, anti-rejet, rétinoïdes

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

Recommandations pour la. artérielle

Recommandations pour la. artérielle Recommandations pour la artérielle Marion Gilbert Shazima Vally (HAS 2005) Prise en charge diagnostique Pourquoi mesurer la TA? Augmentation du risque de morbimortalité cardiovasculaire lié à l'élévation

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2 Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Introduction RCV plus important chez le DT2 DT2 par 2 à 4 le risque de maladie coronaire

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE Comité scientifique ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES Première cause de mortalité et de handicap dans les pays développés, les maladies cardio-vasculaires

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 10/01/09 Table des matières * Introduction... 1 1 Item 129-1 : Expliquer

Plus en détail

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dr Michel Issa-Sayegh Unité d Endocrinologie-Diabétologie et Maladies Métaboliques Clinique Médicale Plein Ciel Groupe Tzanck-Mougins

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

AMIODARONE et THYROIDE. Delphine DRUI Service Endocrinologie CHU de Nantes

AMIODARONE et THYROIDE. Delphine DRUI Service Endocrinologie CHU de Nantes AMIODARONE et THYROIDE Delphine DRUI Service Endocrinologie CHU de Nantes Contexte Contexte IODE: un anti thyroïdien naturel 1948 : description chez le rat de l effet WOLFF-CHAIKOFF Contexte Amiodarone:

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

DPC DIABETE GESTATIONNEL. Dépistage. Conduite à tenir pendant et après la grossesse

DPC DIABETE GESTATIONNEL. Dépistage. Conduite à tenir pendant et après la grossesse DPC DIABETE GESTATIONNEL Dépistage Conduite à tenir pendant et après la grossesse Promoteur CNGOF Justification Prévalence Dépistage non consensuel Critères diagnostiques flous Pratiques hétérogènes Complications

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER

AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER Programme de TRANSformation des pratiques cliniques InTerprofessionnelles pour améliorer la qualité des soins préventifs en première ligne AIDE-MÉMOIRE POUR LE SUIVI INFIRMIER

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations)

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations) Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations) Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/5 : L hypertension artérielle :

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Session 2011 BACCALAUREAT TECHNLGIQUE SERIE : ST2S SCIENCES ET TECHNLGIES DE LA SANTE ET DU SCIAL EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de la

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE LA NEUROPATHIE DIABETIQUE Cas de M. L. 64 ans, hospitalisé pour un diabète II déséquilibré Cohen Rebecca ATCD: Familiaux : aucun. Personnels: abcès de la marge anale en 1991. SAS appareillé Mode de vie:

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Rémunération sur objectifs de santé publique COMMENT DECLARER VOS INDICATEURS POUR VOTRE ACTIVITE 2014

Rémunération sur objectifs de santé publique COMMENT DECLARER VOS INDICATEURS POUR VOTRE ACTIVITE 2014 Rémunération sur objectifs de santé publique COMMENT DECLARER VOS INDICATEURS POUR VOTRE ACTIVITE 2014 Pour pouvoir bénéficier de la rémunération sur objectifs de santé de santé publique, et quelle que

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

Contraception en consultation. Nguyen Caroline

Contraception en consultation. Nguyen Caroline Contraception en consultation Nguyen Caroline Généralités 75% des femmes de 15 à 50 ans utilisent un moyen contraceptif 60% une contraception orale (88% des 20-24 ans) 24% un DIU Le préservatif est utilisé

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale)

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Alexandre Fredenrich Diabétologie - Endocrinologie Hôpital Pasteur, CHU Nice 6ème JCE 16 Avril 2011 Conflit d intérêt Aucun pour cette présentation

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

************** Année 2011 Thèse n

************** Année 2011 Thèse n UNIVERSITE PARIS VI FACULTE DE MEDECINE PIERRE ET MARIE CURIE ************** Année 2011 Thèse n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Présentée et soutenue publiquement Le 27 septembre 2011

Plus en détail

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL DÉFINITIONS: } Aménorrhée: Absence du flux menstruel chez une femme en âge d'être réglée. } Aménorrhée primaire e : Absence d'apparition des premières règles à partir de l'âge de 17 (16) ans. } Aménorrhée

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

LES HYPERLIPIDEMIES. l'examen clinique recherche les dépôts intra et extravasculaires ( arc cornéen, xanthome xanthélasma )

LES HYPERLIPIDEMIES. l'examen clinique recherche les dépôts intra et extravasculaires ( arc cornéen, xanthome xanthélasma ) LES HYPERLIPIDEMIES EPU du 16/10/02 D TSIRTSIKOLOU DIAGNOSTIC DES HYPERLIPIDEMIES Le diagnostic des hyperlipidémies repose sur cinq données importantes l'analyse des antécédents familiaux : l'enquête génétique

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN Les étudiants travaillent en groupes, chaque groupe recevant une étude de cas différente (Erin, Jenny, Abby ou

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Évaluation. Bonne chance!

Évaluation. Bonne chance! Numéro de participation - - grappe pharmacie pharmacien Groupe d étude Suivi conjoint Soins habituels Évaluation Pour appliquer le protocole de suivi pharmaceutique avec ajustements posologiques des statines,

Plus en détail

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas cliniques HTA CBH 7 mars 2015 JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas clinique (1) Infirmière de 30 ans consulte pour découverte d une élévation de PA suite à des lipothymies PA 156/96

Plus en détail

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS Antécédents: Antécédents médicaux: Obésité morbide: poids: 165kg, taille: 159cm, BMI: 65 Arthose scapulaire droite Syndrome dépressif depuis 2003 Antécédents chirurgicaux:

Plus en détail

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Collège National des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Sommaire Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Item 128 - Athérome, épidémiologie

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire global

Le risque cardio-vasculaire global Le risque cardio-vasculaire global Module Optionnel Médecine Générale DCEM 3 Pr Philippe HOFLIGER Dr Céline CASTA Item 129 :FRCV et Prévention Expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient diabétique. M. BALICE PASQUINELLI Réadaptation cardiaque, HPJC, Massy

Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient diabétique. M. BALICE PASQUINELLI Réadaptation cardiaque, HPJC, Massy Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient diabétique M. BALICE PASQUINELLI Réadaptation cardiaque, HPJC, Massy Epidémiologie Le diabète: un fléau pour la santé publique et les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 Objectifs Au terme de cet exposé, les participants pourront 1- identifier les états cliniques correspondants

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016 Conférence Sport Santé 27 Mai 2016 Conférencier : Bernard BAUDET 1 / SOMMAIRE 1. Introduction 2. Le Cœur : description anatomique et fonctionnement du système CV ( Cardio Vasculaire ) 3. Les effets de

Plus en détail

Les diabètes et Les gens de mer

Les diabètes et Les gens de mer Les diabètes et Les gens de mer La vie à bord Confinement Eloignement Majoration des risques Les complications Accidents aigus hypoglycémie acido-cétose Complications dégénératives cardiovasculaire infections,

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

HyperTension Artérielle de la Femme

HyperTension Artérielle de la Femme HyperTension Artérielle de la Femme Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Particularités physiologiques Femme protégée par les oestrogènes naturels

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Réunion Scientifique du 14 décembre 2013. HTA et Plongée

Réunion Scientifique du 14 décembre 2013. HTA et Plongée Réunion Scientifique du 14 décembre 2013 HTA et Plongée HTA = Maladie de la vasomotricité avec dysfonction endothéliale - atteintes viscérales spécifiques - facteur de risque maladie athéromateuse Hypertendu

Plus en détail

L hypertension artérielle

L hypertension artérielle Qu est-ce que cela veut dire : «je vais prendre votre tension?» Normalisez votre pression artérielle. Vous vivrez en meilleure santé et plus longtemps. Journée mondiale L hypertension artérielle Comité

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Item 130 : Hypertension artérielle de l'adulte

Item 130 : Hypertension artérielle de l'adulte Item 130 : Hypertension artérielle de l'adulte Auteur(s) LANG Thierry INAMO Jocelyn de GAUDEMARIS Régis HERPIN Daniel Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Item 130-1 : Expliquer

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR Traitements hormonaux en gynécologie Dr MC Laurent - DOGMR Quelles hormones? Effets biologiques des hormones naturelles Voies d administration Utilisation en clinique Contraception Traitements de pathologie

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Un cardiologue vous parle

Un cardiologue vous parle Un cardiologue vous parle Martine Montigny, MD, M.Sc. Toutes les images de cette présentation ont été extraites sur Google et appartiennent à leur auteur Histoire vécue Monsieur Denis Faillant a 69 ans.

Plus en détail