Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)"

Transcription

1 Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre Evénements et architectures - Spécifications de performances - Spécification de composabilité - Spécifications relatives a la sûreté de fonctionnement - Spécifications relatives aux tests et diagnostiques - Classes de systèmes temps réel - Phases d un projet en informatique temps réel - Systèmes temps réel repartis 1

2 Spécification des événements Lois d arrivée périodique irrégulier bornée en rafale non bornée Description Arrivent à intervalle constant. On y associe parfois la notion de phase pour donner la position relative dans le temps par rapport à d autres événements périodiques Cycle d arrivées connu à l avance et qui se reproduit cycliquement Arrivent n importe quand mais avec un intervalle minimum entre deux occurrences Arrive par paquet imprévisibles mais avec une densité maximum dans un intervalle La loi arrivée est décrite par une loi de probabilité Prise en compte des événements Scrutation (polling) Le système prend l initiative d activer la fonction qui va lire une entrée à un instant qui est programmé pour vérifier si un événement a eu lieu. Le plus souvent cette scrutation sera faite périodiquement. Sous interruption Un signal hardware associe à l arrive de l événement déclenche l activation de la fonction qui va lire la donnée d entrée. 2

3 Architectures des systèmes TR L interaction avec le monde externe induit deux types d architectures Systèmes séquencés par événements (système asynchrones) Ces systèmes sont activés par des événements externes. Ils attendent les sollicitations et réagissent à celles-ci Systèmes séquencés par le temps (systèmes synchrones) Dans ces systèmes il n y a qu une source d événement, l horloge. Ils sont programmés pour exécuter leurs actions à des instants bien précis qui restent immuables dans un mode de fonctionnement donné. Spécification de performances Latence du système C est le délai global de bout en bout entre un changement d état dans environnement et la réaction correspondante en sortie du système. C est un délai composite qui prend en compte: -les délais de scrutation du système -les délais dû à l OS -les délais de calcul applicatif -les délais de transmission de message 3

4 Délais intervenant dans la latence d une fonction simple échantillonnage Calcul de la réponse Production de la sortie A B C Changement d état Latence du système Temps CPU utile Temps d attente Temps dans la couche réseau action Spécification de performances Gigue sur la latence: Elle décrit l incertitude sur la latence. Liée à la concurrence qui va faire varier la charge du réseau (problème d accès) ou des nœuds de calcul (ordonnancement). Dans les applications de contrôle il est souhaitable que cette gigue soit faible devant la latence. Dans les applications rapides elle doit donc être très faible Gigue Transaction 1 Transaction 2 Transaction 3 Latence moyenne 4

5 Spécification de composabilité Définition: La composabilité (composability) est la propriété qui fait qu une caractéristique qui existe dans un composant du système pris isolement se retrouve comme propriété inchangée dans le système tout assemblé. On dit aussi que l assemblage des composants est dénué d effet de bord ou d échelle. Spécifications relatives à la sûreté de fonctionnement délai de détection des erreurs: Dans un système critique on cherchera à ce qu'il soit minimum. De l'ordre de grandeur de la boucle de contrôle la plus courte, pour pouvoir réagir assez vite et mettre le système dans un état sûr de fonctionnement (éviter les divergences). 5

6 Spécifications relatives à la sûreté de fonctionnement tolérance aux fautes: Une application critique doit avoir un comportement du type FO->FS (fail operational->fail safe). Il doit y avoir continuité de fonctionnement tant qu'un certain nombre de défaillances n'est pas atteint. Ensuite lorsque la limite de capacité à assumer une défaillance de plus est atteinte, le système doit s'arrêter de façon sûre. Spécification relatives aux tests et diagnostiques Cet aspect est capital dans un projet!! car les défaillances sont souvent difficiles à reproduire Un SITR doit avoir les propriétés suivantes: - testabilité d'intégration, - disposer de points de mesures utilisables en intégration ou en fonctionnement pour injecter des séquences de tests, - disposer d'outils pour superviser le trafic en fonctionnement, - d'avoir la possibilité de mémoriser et restituer l'état d'exécution d'un noeud (trace des valeurs datées). 6

7 Classes de systèmes temps réel Systèmes à contraintes dures/strictes (hard real time, guaranteed) Spécifications de temps doivent être réalises dans 100% des cas. Spécifications très précises et exhaustives (exemple: contrôle de central nucléaire, pilote automatique d avion ) - validation formelle en amont (mathématique si possible) - tests exhaustifs en aval Toute modification devra repasser par un cycle de validation amont et aval avant d être intégrée au système opérationnel. Systèmes plutôt chers et difficiles à faire évoluer. Régularité et le déterminisme au dépend de l optimisation des ressources. Classes de systèmes temps réel Systèmes à contraintes souples (soft real time, best effort) Spécifications de temps doivent être atteintes mais des erreurs rares sont tolérables. Spécifications définissent statistiquement les taux d erreurs acceptables (exemple: multimédia, DAQ en physique des particules ) - conception aidée par de la simulation sur un modèle exécutable - tests par exécution et mesures dans la durée des paramètres clefs Les modifications peuvent être intégrées pour voir et validées en ligne. Systèmes plus faciles à faire évoluer et permettant les compromis qui conduisent à une optimisation des ressources. 7

8 Classes de systèmes temps réel Systèmes temps réel critiques Terminologie qui met l accent sur les conséquences d une défaillance du système et concerne la sûreté de fonctionnement. On dira qu un système temps réel est critique si: - il y a des conséquences humaines en cas de défaillance - si le coût financier d une défaillance du système est d ordre supérieur à celui du système Phases d un projet TR Méthodologies classiques car c est un système informatique, AVEC quelques aspects spécifiques Spécification: - importance du contexte qui stimule le système et de la caractérisation de cette stimulation (types d événements) - en plus des fonctions on trouvera leurs contraintes temporelles - indication de la criticités des fonctions - des contraintes liées au hardware à utiliser - contraintes géographiques et de répartition - caractérisation de l environnement 8

9 Phases d un projet TR Conception générale et architecturale: - choix des unités logiques et d une architecture logique - le système est décomposé en sous-systèmes - un sous-système particulier sera identifié pour l encapsulation des fonctions assurées par le matériel (hardware wrapper) (doit assurer indépendance matériel/logiciel) Phases d un projet TR Analyse et réalisation: - la description de la dynamique et du comportement (états, transitions et modes de fonctionnement associés) plus développés et fils directeur - boucle pour réajuster les hypothèses temporelles optimistes En phase de conception détaillée: - découpage en tâches (analyse des événements externes et de leur fils de traitement) - hypothèse/allocation concernant les temps d exécution (prototypage) - choix des modes de communication et de synchronisation entre tâches - validation formelle en cas pire pour les tâches critiques 9

10 Phases d un projet TR Intégration: -en plus des tests fonctionnels prévoir les tests de performances réelles et l évaluation des effets d intégration sur les performances temporelles (influence des différents composants sur la charge du système). -pour un système stricte mesurer et caractériser précisément chaque composant Validation: -peut se faire sur site, en exploitation, pendant une période considérée comme probatoire d un point de vue statistique pour un système souple. -longue période de passage de tests systématiques (procédures strictes) et mise en exploitation progressive pour un système critique Système temps réel reparti Configuration matérielle noeud noeud Nœuds de traitement noeud noeud Réseau temps réel noeud Nœuds d interface noeud Capteurs/actionneurs Capteurs/actionneurs 10

11 Système temps réel reparti Variables du système échantillonnage Image TR Transmissions ITR ITR Objet TR Variable locale Variable réelle= entité temps réel ETR Valeur informatique = image temps réel ITR Valeur diffusée et conservée dans des objets temps réel ITR ITR Objet TR Système temps réel reparti Variables du système Déterminisme de duplication (réplica determinism) C'est une relation entre OTR répliqués. Un ensemble d OTR répliqués est dit déterministe si tous les OTR atteignent le même état "à peu près" au même moment. "à peu près" prend en compte la précision de la synchronisation d'horloge dans un système TR réparti. 11

12 Système temps réel reparti Variables du système Précision temporelle des variables du système décalage maxi entre état d une entité du monde réel et son image dans un objet temps réel du système. Stabilité Définit la relation entre un message Mi qui arrive à un OTR et les Mi-1, Mi-2,... messages précédents qui lui ont été envoyés auparavant (dans le temps global du système). Mi devient stable dès que tous les messages précédents sont arrivés. Une décision prise sur un message instable peut être source d'incohérence. Système temps réel réparti Variables du système Stabilité Définit la relation entre un message Mi qui arrive à un OTR et les Mi-1, Mi-2,... messages précédents qui lui ont été envoyés auparavant (dans le temps global du système). Mi devient stable dès que tous les messages précédents sont arrivés. Une décision prise sur un message instable peut être source d'incohérence. Délai d action Le délai d'action est le temps qui s'écoule entre l'envoi d'un message et le moment où il est considéré comme stable pour son récepteur et donc qu il peut l exploiter ou le publier localement. 12

13 Système temps réel réparti Variables du système Dans un système TR réparti sans base de temps globale, le délai d'action maximum est dmax + e (temps transmission maximum + attente stabilité) avec e = dmax - dmin (gigue sur le protocole) Dans un système synchronisé avec une base de temps globale de précision (granularité) g le délai d'action maximum est: dmax + 2g (2g est l'incertitude sur les dates) Si cette synchro est réalisée par matériel g peut être très faible Système temps réel réparti Variables du système Théorème Un système temps réel distribuée ne peut fonctionner correctement que si le délai d action est plus court que les précisions temporelles requises par l application. 13

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 -Définition et problématique - Illustration par des exemples -Automatisme:

Plus en détail

Introduction aux systèmes temps réel. Iulian Ober IRIT ober@iut-blagnac.fr

Introduction aux systèmes temps réel. Iulian Ober IRIT ober@iut-blagnac.fr Introduction aux systèmes temps réel Iulian Ober IRIT ober@iut-blagnac.fr Définition Systèmes dont la correction ne dépend pas seulement des valeurs des résultats produits mais également des délais dans

Plus en détail

ORDONNANCEMENT CONJOINT DE TÂCHES ET DE MESSAGES DANS LES RÉSEAUX TEMPS RÉELS 4. QUELQUES EXEMPLES DU DYNAMISME ACTUEL DU TEMPS RÉEL

ORDONNANCEMENT CONJOINT DE TÂCHES ET DE MESSAGES DANS LES RÉSEAUX TEMPS RÉELS 4. QUELQUES EXEMPLES DU DYNAMISME ACTUEL DU TEMPS RÉEL i LE TEMPS RÉEL 1. PRÉSENTATION DU TEMPS RÉEL 1.1. APPLICATIONS TEMPS RÉEL 1.2. CONTRAINTES DE TEMPS RÉEL 2. STRUCTURES D'ACCUEIL POUR LE TEMPS RÉEL 2.1. EXÉCUTIFS TEMPS RÉEL 2.2. RÉSEAUX LOCAUX TEMPS

Plus en détail

Introduction au temps réel

Introduction au temps réel Introduction au temps réel Laurent.Pautet@enst.fr Version 2.0 Définition d un système temps réel Un système temps réel se compose d'un ou plusieurs sous-systèmes devant répondre en un temps fini et spécifié

Plus en détail

Figure 1. Structure répartie

Figure 1. Structure répartie Chapitre I: Applications Réparties et Middleware 1. Définition d une application répartie Une application répartie est constituée d un ensemble de processus (d objets, d agents, d acteurs) s exécutant

Plus en détail

Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel

Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel ETR 07 4 septembre 2007 Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel Jean-Philippe Babau, Julien DeAntoni jean-philippe.babau@insa-lyon.fr 1/31 Plan Architectures logicielles pour les

Plus en détail

Cours A7 : Temps Réel

Cours A7 : Temps Réel Cours A7 : Temps Réel Pierre.Paradinas / @ / cnam.fr Cnam/Cedric Systèmes Enfouis et Embarqués (SEE) Organisation des cours 12 prochaines séances 6 janvier au 24 mars, Partiel le 27 janvier, Les 3 et 24

Plus en détail

Exécutif temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Exécutif temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Exécutif temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 Plan Exécutif Tâches Evénements et synchronisation Partage de ressources Communications

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

Entrées-Sorties: Architectures de bus. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde

Entrées-Sorties: Architectures de bus. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Entrées-Sorties: Architectures de bus GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Architectures CPU/Mémoire/E-S Un ordinateur a cinq composantes de base: le(s) processeur(s)

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Diagrammes de Package, de déploiement et de composants UML

Diagrammes de Package, de déploiement et de composants UML labsticc.univ-brest.fr/pages_perso/babau/ Diagrammes de Package, de déploiement et de composants UML Jean-Philippe Babau Département Informatique, UFR Sciences, Laboratoire Lab-STICC 2 1 Plan Description

Plus en détail

LINUX et le temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

LINUX et le temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) LINUX et le temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 24-28 Mars 2003 Sommaire - Contexte et contraintes pour l embarqué et le temps réel - Caractéristiques

Plus en détail

Temps Réel. Jérôme Pouiller Septembre 2011

Temps Réel. Jérôme Pouiller <j.pouiller@sysmic.org> Septembre 2011 Temps Réel Jérôme Pouiller Septembre 2011 Sommaire Problèmatique Le monotâche Le multitâches L ordonnanement Le partage de ressources Problèmatiques des OS temps réels J. Pouiller

Plus en détail

Implémentation Matérielle des Services d un RTOS sur Circuit Reconfigurable

Implémentation Matérielle des Services d un RTOS sur Circuit Reconfigurable Implémentation Matérielle des Services d un RTOS sur Circuit Reconfigurable Pierre Olivier*, Jalil Boukhobza*, Jean-Philippe Babau +, Damien Picard +, Stéphane Rubini + *Lab-STICC, + LISyC, Université

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes Informatiques Temps Réel

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes Informatiques Temps Réel TABLE DES MATIÈRES Introduction générale Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes Informatiques Temps Réel 1. Introduction 7 2. Les systèmes temps réel 7 2.1. Présentation générale 7 2.2. Structure d un

Plus en détail

GL - 2 2.4 Architecture logicielle

GL - 2 2.4 Architecture logicielle GL - 2 2.4 Architecture logicielle Lydie du Bousquet Lydie.du-bousquet@imag.fr En collaboration avec Ph. Lalanda Activités logicielles Analyse : récolte des exigences Comment commencer la conception? Analyse

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

1- Principe général : 2- Architecture réseau pour ToIP : 3 Bilan. Qu est-ce que la VoIP/ToIP? IPBX/Protocoles utilisés

1- Principe général : 2- Architecture réseau pour ToIP : 3 Bilan. Qu est-ce que la VoIP/ToIP? IPBX/Protocoles utilisés 1 1- Principe général : Qu est-ce que la VoIP/ToIP? IPBX/Protocoles utilisés 2- Architecture réseau pour ToIP : Machine hébergeant Asterisk Postes téléphoniques Monde extérieur 3 Bilan Intérêts pour la

Plus en détail

Modélisation des réseaux : Le modèle OSI et ses dérivés

Modélisation des réseaux : Le modèle OSI et ses dérivés Chapitre 1 1 Modélisation des réseaux : Le modèle OSI et ses dérivés Le modèle OSI de l ISO 2 Le modèle d'interconnexion des Systèmes Ouverts (Open Systems Interconnection) a été proposé par l'iso (International

Plus en détail

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4 Rapport Load Balancing et migration Printemps 2001 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SYNTHESE CONCERNANT LE LOAD BALANCING ET LA MIGRATION... 4 POURQUOI FAIRE DU LOAD BALANCING?...

Plus en détail

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie I : Introduction

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie I : Introduction Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre Partie I : Introduction Plan de la première partie Quelques définitions Caractéristiques communes des applications temps-réel Exemples d

Plus en détail

Introduction aux systèmes temps réel

Introduction aux systèmes temps réel Introduction aux systèmes temps réel Frank Singhoff Bureau C-203 Université de Brest, France LISyC/EA 3883 singhoff@univ-brest.fr UE applications de l informatique, Université de Brest Page 1/22 Plan du

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Diagrammes UML (2) http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Avril 2005 Sommaire Les Diagrammes UML Diagrammes de Collaboration Diagrammes d'etats-transitions Diagrammes

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

UML (Paquetage) Unified Modeling Language

UML (Paquetage) Unified Modeling Language UML (Paquetage) Unified Modeling Language Sommaire Introduction Objectifs Paquetage Espace de nommage d un paquetage Dépendances entre paquetages 2 Notion introduite véritablement par UML car superficiellement

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Planifier la migration des applications d entreprise dans le nuage

Planifier la migration des applications d entreprise dans le nuage TM Planifier la migration des applications d entreprise dans le nuage Guide de vos options de migration : nuage privé et public, critères d évaluation des applications et meilleures pratiques de migration

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

SugarCubes. Jean-Ferdinand Susini Maître de Conférences, CNAM Chaire systèmes enfouis et embarqués. Paris, le 9 janvier, 2009

SugarCubes. Jean-Ferdinand Susini Maître de Conférences, CNAM Chaire systèmes enfouis et embarqués. Paris, le 9 janvier, 2009 SugarCubes Jean-Ferdinand Susini Maître de Conférences, CNAM Chaire systèmes enfouis et embarqués Paris, le 9 janvier, 2009 Plan 2 Les SugarCubes au dessus de J2ME Quelques résultats expérimentaux Les

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

Systèmes temps réel et embarqués Concepts de base, expression des contraintes temporelles

Systèmes temps réel et embarqués Concepts de base, expression des contraintes temporelles M2P GLRE Génie Logiciel, logiciels Répartis et Embarqués Systèmes temps réel et embarqués Concepts de base, expression des contraintes temporelles Z. Mammeri 1. Introduction Aujourd hui, les applications

Plus en détail

REALISATION d'un. ORDONNANCEUR à ECHEANCES

REALISATION d'un. ORDONNANCEUR à ECHEANCES REALISATION d'un ORDONNANCEUR à ECHEANCES I- PRÉSENTATION... 3 II. DESCRIPTION DU NOYAU ORIGINEL... 4 II.1- ARCHITECTURE... 4 II.2 - SERVICES... 4 III. IMPLÉMENTATION DE L'ORDONNANCEUR À ÉCHÉANCES... 6

Plus en détail

Temps Réel. Jérôme Pouiller Septembre 2011

Temps Réel. Jérôme Pouiller <j.pouiller@sysmic.org> Septembre 2011 Temps Réel Jérôme Pouiller Septembre 2011 Sixième partie VI Architectures des OS temps réels J. Pouiller Temps Réel 172 / 197 18 Problématique des OS RT 19 Systèmes Symétriques

Plus en détail

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce)

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Pierre LERAY et Jacques WEISS Équipe de recherche ETSN Supélec Campus de Rennes février, 02 Technologies SoC ; P. Leray, J. Weiss 1 Évolution

Plus en détail

Conception et microprocesseurs

Conception et microprocesseurs Electronique embarquée Conception et microprocesseurs Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen Conception et microprocesseurs Architectures et composants: Logiciel; Matériel. Test

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

Les diagrammes de modélisation

Les diagrammes de modélisation L approche Orientée Objet et UML 1 Plan du cours Introduction au Génie Logiciel L approche Orientée Objet et Notation UML Les diagrammes de modélisation Relations entre les différents diagrammes De l analyse

Plus en détail

JOURNEES SYSTEMES & LOGICIELS CRITIQUES le 14/11/2000. Mise en Œuvre des techniques synchrones pour des applications industrielles

JOURNEES SYSTEMES & LOGICIELS CRITIQUES le 14/11/2000. Mise en Œuvre des techniques synchrones pour des applications industrielles JOURNEES SYSTEMES & LOGICIELS CRITIQUES le 14/11/2000 Mise en Œuvre des techniques synchrones pour des applications industrielles Mise en œuvre des techniques synchrones pour des applications industrielles

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Programmation temps-réel Cours 1 et 2 Introduction et ordonnancement

Programmation temps-réel Cours 1 et 2 Introduction et ordonnancement Master 2 pro Programmation temps-réel Cours 1 et 2 Introduction et ordonnancement Isabelle PUAUT / Rémi COZOT Université de Rennes I 1 Applications temps-réel embarquées Systèmes en interaction avec l

Plus en détail

Systèmes et algorithmes répartis

Systèmes et algorithmes répartis Systèmes et algorithmes répartis Tolérance aux fautes Philippe Quéinnec Département Informatique et Mathématiques Appliquées ENSEEIHT 4 novembre 2014 Systèmes et algorithmes répartis V 1 / 45 plan 1 Sûreté

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5 ANNEE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 1. Définition La mention complémentaire Maintenance

Plus en détail

Le Collège de France crée une chaire pérenne d Informatique, Algorithmes, machines et langages, et nomme le Pr Gérard BERRY titulaire

Le Collège de France crée une chaire pérenne d Informatique, Algorithmes, machines et langages, et nomme le Pr Gérard BERRY titulaire Communiquédepresse Mars2013 LeCollègedeFrancecréeunechairepérenned Informatique, Algorithmes,machinesetlangages, etnommeleprgérardberrytitulaire Leçoninauguralele28mars2013 2009avait marquéunpas importantdans

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille

Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille Lucas Nussbaum Soutenance de thèse 4 décembre 2008 Lucas Nussbaum Expérimentation sur les systèmes distribués 1 / 49 Contexte

Plus en détail

Innovations Majeures de la Version 4

Innovations Majeures de la Version 4 Innovations Majeures de la Version 4 Un nouvel environnement SIG avec de puissants outils graphiques. De nouveaux moteurs hydrologiques et hydrauliques plus sûrs et plus performants. De nouveaux modes

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA MEAD : un intergiciel temps-réel et tolérant aux pannes pour CORBA Master 2 Informatique Recherche Université de Marne-la-Vallée Vendredi 3 mars 2006 Plan 1 Introduction 2 Solutions existantes 3 Concilier

Plus en détail

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels collection Méthodes stochastiques appliquées dirigée par Nikolaos Limnios et Jacques Janssen La sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques est aujourd hui un enjeu économique et sociétal majeur.

Plus en détail

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs METAIS Cédric 2 ème année Informatique et réseaux Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs Cédric METAIS ISMRa - 1 - LES DIFFERENTS SYSTEMES RAID SOMMAIRE INTRODUCTION I LES DIFFERENTS RAID I.1 Le

Plus en détail

Le programme d examens du Bureau canadien des conditions d admission en génie d Ingénieurs Canada englobe 19 domaines du génie.

Le programme d examens du Bureau canadien des conditions d admission en génie d Ingénieurs Canada englobe 19 domaines du génie. INTRODUCTION Le programme d examens du Bureau canadien des conditions d admission en génie d Ingénieurs Canada englobe 19 domaines du génie. Le programme d examens de chaque domaine se divise en deux catégories

Plus en détail

Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia

Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia P. Bakowski bako@ieee.org Applications et flux multi-média média applications transport P. Bakowski 2 Applications et flux multi-média média applications

Plus en détail

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale Introduction aux Systèmes Distribués Licence Informatique 3 ème année Introduction générale Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Plan

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

Techniques et outils de test pour les logiciels réactifs synchrones

Techniques et outils de test pour les logiciels réactifs synchrones Journées Systèmes et Logiciels Critiques Institut IMAG ; 14-16 nombre 2000 Techniques et outils de test pour les logiciels réactifs synchrones Farid Ouabdesselam 1 Méthodes de test : classification générale

Plus en détail

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4.

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4. codage correcteur d erreurs convolutionnel. éfinition.... représentation en treillis...3 3. écodage : algorithme de Viterbi...3 4. istance libre...5 5. iagramme d état. Fonction de transfert...5 6. écodage

Plus en détail

1 Mesure de la performance d un système temps réel : la gigue

1 Mesure de la performance d un système temps réel : la gigue TP TR ENSPS et MSTER 1 Travaux Pratiques Systèmes temps réel et embarqués ENSPS ISV et Master TP1 - Ordonnancement et communication inter-processus (IPC) Environnement de travail Un ordinateur dual-core

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0 Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive Sommaire - Le Robot M.I.M.I. (Multipode Intelligent à Mobilité Interactive) - Présentation du Système à Enseigner. - Composition

Plus en détail

Spécifications Techniques d Interface

Spécifications Techniques d Interface 67, Édition 2 / Octobre 2000 Spécifications Techniques d Interface SRXUOHUpVHDXGH)UDQFH7pOpFRP 'LUHFWLYH&( &DUDFWpULVWLTXHVGHVLQWHUIDFHVG DFFqV DXVHUYLFH7UDQVIL[0pWURSROLWDLQ 5pVXPp Ce document présente

Plus en détail

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis 2.3 : Apprécier les normes et standards et les technologies permettant l interopérabilité et le travail en réseau Chapitre 2 : Travail collaboratif en santé Normes et technologies de l interopérabilité

Plus en détail

Plan du cours. Autres modèles pour les applications réparties Introduction. Mode de travail. Introduction

Plan du cours. Autres modèles pour les applications réparties Introduction. Mode de travail. Introduction Plan du cours Autres modèles pour les applications réparties Introduction Riveill@unice.fr http://rangiroa.polytech.unice.fr Notre terrain de jeu : les systèmes répartis Un rappel : le modèle dominant

Plus en détail

Dispatcher Training Simulator Vision simplifiée - Mode réplique. Structure informatique des CdC. Par ordre temporel. Activités d un opérateur

Dispatcher Training Simulator Vision simplifiée - Mode réplique. Structure informatique des CdC. Par ordre temporel. Activités d un opérateur Systèmes de conduite des grands réseaux électriques Fonctions et structures des systèmes d'énergie électrique Fonctionnement physique des systèmes d'énergie électrique Centres de conduite Problèmes ouverts

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

Extrait des Exploitations Pédagogiques

Extrait des Exploitations Pédagogiques Pédagogiques Module : Compétitivité et créativité CI Première : Compétitivité et créativité CI institutionnel : Développement durable et compétitivité des produits Support : Robot - O : Caractériser les

Plus en détail

Modélisation des interfaces matériel/logiciel

Modélisation des interfaces matériel/logiciel Modélisation des interfaces matériel/logiciel Présenté par Frédéric Pétrot Patrice Gerin Alexandre Chureau Hao Shen Aimen Bouchhima Ahmed Jerraya 1/28 TIMA Laboratory SLS Group 46 Avenue Félix VIALLET

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

UML : Les diagrammes de séquence

UML : Les diagrammes de séquence UML : Les diagrammes de séquence 2014 tv - v.1.0 Diagrammes d interactions Les diagrammes d interactions englobent deux types de diagrammes UML : les diagrammes de séquence, les diagrammes

Plus en détail

Efficace et ciblée : La surveillance des signaux de télévision numérique (2)

Efficace et ciblée : La surveillance des signaux de télévision numérique (2) Efficace et ciblée : La surveillance des signaux de télévision numérique (2) La première partie de cet article publié dans le numéro 192 décrit la méthode utilisée pour déterminer les points de surveillance

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG)

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) SURVEILLANCE Analyser une situation et fournir des indicateurs! Détection de symptômes!

Plus en détail

Ordonnancement temps réel

Ordonnancement temps réel Ordonnancement temps réel Ordonnancement centralisé par Francis COTTET Professeur d université (ENSMA, Poitiers Futuroscope) Ingénieur de l Institut national polytechnique de Grenoble Docteur ès sciences

Plus en détail

En synthèse. HVR pour garantir les échanges sensibles de l'entreprise

En synthèse. HVR pour garantir les échanges sensibles de l'entreprise En synthèse HVR pour garantir les échanges sensibles de l'entreprise Le logiciel HVR fournit des solutions pour résoudre les problèmes clés de l'entreprise dans les domaines suivants : Haute Disponibilité

Plus en détail

DANEO 400. Analyseur de signaux hybrides pour les automatismes des postes électriques

DANEO 400. Analyseur de signaux hybrides pour les automatismes des postes électriques DANEO 400 Analyseur de signaux hybrides pour les automatismes des postes électriques DANEO 400 analyser tous les signaux d'un poste Le DANEO 400 est un système de mesure hybride qui enregistre et analyse

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006. (19) TEPZZ 68448A_T (11) EP 2 68 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 13.03.2013 Bulletin 2013/11 (1) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

GESTION DE PROJETS Spécifications conception. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1

GESTION DE PROJETS Spécifications conception. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Spécifications conception 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Plan du cours: - Synchronisation des phases d Etude, - Dossier de Spécifications Générales,

Plus en détail

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires 1 VIII- Circuits séquentiels. Mémoires Maintenant le temps va intervenir. Nous avions déjà indiqué que la traversée d une porte ne se faisait pas instantanément et qu il fallait en tenir compte, notamment

Plus en détail

Claude Kaiser Paradigmes de la concurrence SRI_B PASSAGE DE TÉMOIN

Claude Kaiser Paradigmes de la concurrence SRI_B PASSAGE DE TÉMOIN PASSAGE DE TÉMOIN coopération par division du travail entre les processus 4) Rendez-vous à 2, symétrique, avec ou non une écriture ou un envoi de message (avec acquittement) Rendez-vous multiple : m processus

Plus en détail

Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS

Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS Sauvegarde collaborative entre pairs 1 Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS Sauvegarde collaborative entre pairs 2 Introduction Pourquoi pair à pair? Utilisation de ressources

Plus en détail

EAI urbanisation comment réussir?

EAI urbanisation comment réussir? AFAI - comité interface 1 EAI urbanisation comment réussir? Cet article constitue une synthèse du document «Interface et urbanisation du système d'information» publié par l AFAI (Association Française

Plus en détail

Agrégation de liens xdsl sur un réseau radio

Agrégation de liens xdsl sur un réseau radio Agrégation de liens xdsl sur un réseau radio Soutenance TX Suiveur: Stéphane Crozat Commanditaire: tetaneutral.net/laurent Guerby 1 02/02/212 Introduction 2 Introduction: schéma 3 Définition d un tunnel

Plus en détail

Industrialisation du logiciel Temps Réel Critique

Industrialisation du logiciel Temps Réel Critique Industrialisation du logiciel Temps Réel Critique Sommaire Projets opérationnels Les outils du marché utilisés et les contraintes associées CS et les méthodes CS et la R&D Conclusion RdV de l'innovation

Plus en détail

Runtime. Gestion de la réactivité des communications réseau. François Trahay Runtime, LaBRI sous la direction d'alexandre Denis Université Bordeaux I

Runtime. Gestion de la réactivité des communications réseau. François Trahay Runtime, LaBRI sous la direction d'alexandre Denis Université Bordeaux I Runtime Gestion de la réactivité des communications réseau François Trahay Runtime, LaBRI sous la direction d'alexandre Denis Université Bordeaux I 1 Le calcul hautes performances La tendance actuelle

Plus en détail

LES RÉSEAUX I/ INTRODUCTION - LIAISON ENTRE DEUX POSTES

LES RÉSEAUX I/ INTRODUCTION - LIAISON ENTRE DEUX POSTES Page 1 LES RÉSEAUX I/ INTRODUCTION - LIAISON ENTRE DEUX POSTES Dès l'apparition des structures de traitement programmés, s'est fait ressentir le besoin de transmettre des informations numériques de manière

Plus en détail

La Qualité de Service le la Voix sur IP. Principes et Assurance. 5WVOIP rev E

La Qualité de Service le la Voix sur IP. Principes et Assurance. 5WVOIP rev E La Qualité de Service le la Voix sur IP Principes et Assurance 5WVOIP rev E Introduction La généralisation des infrastructures IP dans les entreprises s accompagne du développement de techniques d amélioration

Plus en détail

Services et protocoles pour l'exécution fiable d'applications distribuées dans les grilles de calcul

Services et protocoles pour l'exécution fiable d'applications distribuées dans les grilles de calcul Services et protocoles pour l'exécution fiable d'applications distribuées dans les grilles de calcul Thomas Ropars Équipe-projet PARIS 1 Les applications de calcul scientifique Objectifs : Simuler des

Plus en détail

Réplication des données

Réplication des données Réplication des données Christelle Pierkot FMIN 306 : Gestion de données distribuées Année 2009-2010 Echange d information distribuée Grâce à un serveur central Une seule copie cohérente Accès à distance

Plus en détail

Sommaire. Couverture de zone de surveillance dans les réseaux de capteurs. De quoi parle-t-on ici (1/2)? Objectif. De quoi parle-t-on ici (2/2)?

Sommaire. Couverture de zone de surveillance dans les réseaux de capteurs. De quoi parle-t-on ici (1/2)? Objectif. De quoi parle-t-on ici (2/2)? ouverture de zone de surveillance dans les réseaux de capteurs Jean arle, Master Recherche Informatique Option Informatique Mobile 008-009 s Jean arle - Master Recherche Informatique 008-009 Objectif e

Plus en détail

CLAIRE, UN OUTIL DE SIMULATION ET DE TEST DE LOGICIELS CRITIQUES. Jean GASSINO, Jean-Yves HENRY. Rapport IPSN/Département d'évaluation de sûreté N 280

CLAIRE, UN OUTIL DE SIMULATION ET DE TEST DE LOGICIELS CRITIQUES. Jean GASSINO, Jean-Yves HENRY. Rapport IPSN/Département d'évaluation de sûreté N 280 FR9704668 PC CLAIRE, UN OUTIL DE SIMULATION ET DE TEST DE LOGICIELS CRITIQUES Jean GASSINO, Jean-Yves HENRY eci Rapport IPSN/Département d'évaluation de sûreté N 280 Octobre 1996 INSTITUT DE PROTECTION

Plus en détail

Référentiel de Compétences Ingénierie et management des DFOAD

Référentiel de Compétences Ingénierie et management des DFOAD Référentiel de Compétences Ingénierie et management des D Légende de la colonne Type (d acteurs) : C= Chef de projet Cavum = Conseil de perfectionnement = ingénierie de Formation = ingénierie pédagogique

Plus en détail

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1 Génie logiciel Concepts fondamentaux Bruno MERMET, Université du Havre 1 Nécessité du Génie Logiciel Bruno MERMET, Université du Havre 2 Développement d un logiciel Caractéristiques souhaitées : Adéquation

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail