en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris"

Transcription

1 Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris

2 Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée en dehors d une étude Ne pas appliquer les règles de la chirurgie carcinologique Perte de chance : Ne pas adresser pour un essai ou une thérapeutique innovante Passer à coté de la seule fenêtre de tir Transformer une situation simple en une situation catastrophique

3 La durée de survie de la vérité en chirurgie Hall JC, Platell C. Half-life of truth in surgical literature. Hall JC, Platell C. Half life of truth in surgical literature. Lancet 1997;350:1752.

4 Un gros cancer du colon Patiente âgée de 52 ans, rectorragies depuis 6 mois. Volumineux cancer du colon droit, perçu à l examen clinique Bilan d extension négatif Pas d antécédents familiaux particulier JE programme une colectomie droite?

5 Un gros cancer du colon Particularités : Et si ca bouffe le duodénum? Et je fais quoi avec les ovaires? Et si ca bouffe le rein? On commence en laparoscopie? Au total t : pt3 N0 (68 ganglions) M0 Chimiothérapie i i???

6 Parc Y et al Prognostic significance of microsatellite instability Parc Y, et al. Prognostic significance of microsatellite instability determined by immunohistochemical staining of MSH2 and MLH1 in sporadic T3N0M0 colon cancer. Gut 2004,53:371-5.

7 Une récidive mal placée Patient âgée de 55 ans, surveillance après colectomie droite, il y a 3 ans pt3n1m0 augmentation de l ACE Scanner : adénopathie rétropancréatique ACTION? A défaut de chirurgie savoir lorsque cela est possible?

8 tumeur occlusive - un homme de 50 ans Laparoscopie pour un cancer colique gauche Chirurgie d exérèse difficile ouverture lors de la laparoscopie de la tumeur en la détachant de la paroi pt3 N0 (5 ganglions) M0 possible lésion R1 Fistule post opératoire médiane Hartmann Chimio postopératoire 6 mois A un an ré-ascension des marqueurs examen clinique normal scanner normal On demande un TEP scan : Normal On refait 3 mois après un scanner 3 lésions de carcinose Chimiothérapie 6 mois permet la normalisation du scanner et des marqueurs On contact t alors un centre de CHIP

9 Une maladie bien grave Patiente de 39 ans avec une masse abdominale Opérée d une tumeur perforée il y a 1 ans pt4n1m1 avec métastases hépatiques Depuis 9 mois chimiothérapie par FOLFOX4 Surveillance = diminution de taille des métastases hépatiques Tout était stable il y a 3 mois

10 Une maladie bien grave

11 Une maladie bien grave

12 Une maladie bien grave 1. Métastases t ovariennes progression sous chimiothérapie 2. Changer pour un FOLFIRI 3. Associer de l AVASTIN au FOLFOX 4. Tumeur trop évoluée et progressant sous chimiothérapie, proposer «best suportive care» 5. On va aller au bloc

13 Une maladie bien grave

14 Bonne pratique pour cancer digestif : ce qui est Prouvé Exérèse mono-bloc L ouverture d accolement entre la tumeur et un organe va conduire a créer une carcinose et bouleverser le pronostic

15 Bonne pratique pour cancer digestif : ce qui est Prouvé Pas de laparoscopie pour un cancer colique T4 : 1. évaluation préopératoire (lecture attentive du scanner) 2. ou conversion rapide sans faire de dissection Etendre l exérèse au moindre doute dômedelavessie de paroi abdominale : mise en place de clip Graisse pré-rénale rénale : mise en place de clip (ou prothèse) pour faciliter l irradiation postopératoire intestin grêle

16 Madame Julia âgée de 59 ans Rectorragies Adénocarcinome du haut rectum Intervention: Tumeur T3N0M0( (avec 40 ganglions examinés) Surveillance à 2ans Examen clinique = N ACE =1 CA19-9 = 2,5 N Scanner thoracoabdomino-pelvien = normal Conduite à Tenir?

17 Madame Julia et son CA19-99 Refaire un dosage du CA 19-9 dans deux mois CA = 91 Conduite à Tenir?

18 Madame Julia et son CA élevé Faire un bilan imagerie Un TEP scan Adénopathie inguinale droite examen clinique i normal IRM pelvis et foie = N Conduite à Tenir?

19 Madame Julia et son CA élevé Bilan plus exhaustif : TDM thoracique = 2 micronodules non spécifiques éifi Echo endoscopie rectale = N CA 19-9 = 300 Examen clinique i normal 2 ans ½ de l intervention Conduite à Tenir?

20 Madame Julia et son CA élevé Curage inguinal droit de principe avec conservation de la veine saphène Histologie i : N Post-op abcès => reprise Histologie i : N A3 ans CA = 43 (donc diminution i i après la chirurgie avec un taux de 1,5 N) Conduite à Tenir?

21 Madame Julia et son CA19-99 Rien Bilan dans 6 mois CA 19-9 = 34 Surveiller pendant deux ans ½ = N A 5 ans : CA = 45 et ACE = 1 Sur le TDM adénopathie iliaque à 31mm de diamètre Conduite à Tenir?

22 Madame J et son CA19-99 TEP scan : fixation en latéro-aortique SUV 4 (en regard de L4) et axe iliaque droit SUV 8,8 (sous Lasilix) donc pas d origine urétérale et en inguinal SUV 5,7 Conduite à Tenir?

23 Madame Julia et son CA19-99 CHIMIO thérapie : Protocol FFCD par folfox Après 10 cures de folfox, la cible au TDM a diminuée de 18% (taille de l adénopathie) Conduite à Tenir?

24 Madame Julia et son CA19-99 Refus initial de la patiente d une chirurgie 12 cures Tjs stable Curage Lombo-aortique, iliaque, obturateur et inguinal droit. Adénopathies de 5 à 2 cm de diamètre. Extempo négatif Histologie définitive : lymphome malin non hodgkinien folliculaire à petites et grandes cellules

25 Madame Julia et son CA19-99 Curage lombo-aortique et cancer colorectaux? Intérêt du dosage du CA 19-9 dans la surveillance des cancers colorectaux

26 Une drôle d hémorroïde? Si tu ne sais pas ce que c est cest tu regarde tu demande tu analyse

27 Carcinose? Je ne connais pas biopsie Pas de dissection

28 C est Cest quoi? Je ne connais pas biopsie Pas de dissection

29 Un cancer du canal anal qui récidive Femme de 33 Accepter les ans cancer du complications a canal anal venir pour aider depuis 3 ans le patient Radiothérapie 60 Ne gray pas + complément l abandonner sur aire Donc inguinale Curage droite En bas c est OK

30 Patiente de 62 ans un adénocarcinome colique droit : biopsies par coloscopie et des métastases hépatiques multiples : Echographie et scanner diffuses n = 10 et bilobaires Quel Bilan et pourquoi?

31 Une intervention puis Chimiothérapie Colectomie droite : lésion T4 N2 (4/18) M1 Chimiothérapie par FOLFIRI

32 Après neuf cures ACE normal OMS 0

33 Proposition de stratégie

34

35 Métastases hépatiques synchrones On doit commencer par une chimiothérapie On peut opérer la lésion primitive ou attendre un peu??? le rond de serviette qui va interdire la suite opérer si la survie prévue est de moins de 3 mois Ne pas opérer alors que sa répond

36 Jeune homme de 32 ans Pas d antécédents médico-chirurgicaux Rectorragies et méléna Altération de l état général Scanner : tumeur de la charnière et suspicion de carcinose péritonéale Coloscopie courte : adénocarcinome On fait quoi Novembre 2007

37

38 Jeune homme de 32 ans Adénocarcinome colique gauche Suspicion de carcinose Pas de métastase hépatique ni pulmonaire ACE = 29.4 Chimiothérapie Folfiri Erbitux

39 Jeune homme de 32 ans Revient en urgence : en Janvier Syndrome occlusif abdomen ballonné dans son ensemble avec une sensibilité en fosse iliaque droite T D M

40

41

42 Jeune homme de 32 ans On opère? Stratégie Voie d abord? On opère pas?

43 Jeune homme de 32 ans Per op Carcinose péritonéale étendue Mais résécable Colostomie de dérivation de proche amont par voie médiane Embolie pulmonaire À J 4 Reste suites simples Chimio reprise J 13 Folfox Erbitux

44 Jeune homme de 32 ans 3 mois chimio ACE normal Lésion diminuée au TDM Opérer Comment? Pourquoi On fait Quoi

45 Jeune homme de 32 ans Cancer du sigmoïde Douglassectomie cholécystectomie Carcinose péritonéale splénectomie résection iléo-colique 13 régions sur 13 résection antérieur Indice IPC = 20 et anastomose colorectale double stomie - CHIP Suites simples reprise de la chimiothérapie fermeture de stomie -

46 Jeune homme de 32 ans Avoir une stratégie Ne pas faire de compromis carcinologiques dès le début car la réponse aux chimiothérapies permet de nouvelles possibilités encore inconnues il y a 5 ans.

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005)

Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) 1. Epidémiologie L incidence du cancer colorectal (CCR) varie dans un rapport de 1 à 25 dans le monde. Elle est

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale 1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale Les cancers colorectaux : problème de santé publique par leur

Plus en détail

FMC du 13/06/13. Dr Romain MAZARS Pr Michel Prudhomme. Militaire retraité. Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID

FMC du 13/06/13. Dr Romain MAZARS Pr Michel Prudhomme. Militaire retraité. Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID Militaire retraité Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID Mars 2012: Déséquilibre du diabète devenant insulino dépendant Exploration et bilan du déséquilibre glycémique programmées Dr Romain

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Cancers digestifs Février 2011

Cancers digestifs Février 2011 Cancers digestifs Février 2011 CANCER DU RECTUM Version validée : 03/02/11 Cible(s) Rédacteur(s) Anatomopathologiste, chirurgien général, chirurgien digestif, chirurgien viscéral, gastroentérologue, généticien,,

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE Validé le 23/02/2012 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70 Fax : 05.49.44.37.73

Plus en détail

CHIMIO HYPERTHERMIE INTRA PÉRITONÉALE CHIP. Jacques Paineau

CHIMIO HYPERTHERMIE INTRA PÉRITONÉALE CHIP. Jacques Paineau CHIMIO HYPERTHERMIE INTRA PÉRITONÉALE CHIP Jacques Paineau Pourquoi la CHIP Technique, difficultés, complications Indications «thérapeutiques» Indications «prophylactiques» La CHIP «digestive» au CRG Pourquoi?

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre - janvier 2012 - Circonstances diagnostiques Le diagnostic de cancer de l endomètre est suspecté devant des métrorragies, après exclusion

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 CANCER DE L ENDOMÈTRE Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 RAPPELS 5 rang des cancers chez la femme 6560 nouveaux cas par an patientes post-ménopausées (âge moyen : 68 ans) survie relative

Plus en détail

Les cancers de l ovaire

Les cancers de l ovaire Chapitre 3 Les cancers de l ovaire Les tumeurs épithéliales de l ovaire Généralités En cas de diagnostic histologique ou de cytologie positive d une ponction d ascite, le dossier doit être discuté en RCP

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU RECTUM

RTC 3D CANCER DU RECTUM RTC 3D CANCER DU RECTUM INDICATIONS de la RTE Adénocarcinome du rectum T3-4 ou N+ RT-CT concomitante pré-opératoire Adénocarcinome rectal avec facteur de risque de récidive locale (R1, T4, N+) Mais SANS

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD I - CANCER COLIQUE Le colon : en amont de la jonction recto-sigmoïdienne,, plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie. Adénocarcinome

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II?

Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II? Quel traitement adjuvant pour les cancers de stade II? Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, AP-HP, Bobigny thomas.aparicio@avc.aphp.fr Augmentation lente de l incidence Incidence

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Chimiothérapie des tumeurs solides Adjuvantes ou néoadjuvantes: Avant ou après un

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Indications thérapeutiques et traitement du kyste de l ovaire

Indications thérapeutiques et traitement du kyste de l ovaire Indications thérapeutiques et traitement du kyste de l ovaire François RODAT - DESC-SCVO Poitiers Juin 2007 - La pathologie annexielle est le motif le plus fréquent de consultation gynécologique: 5-7 %

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Diane Goéré Département Chirurgie Viscérale diane.goere@gustaveroussy.fr Critères d opérabilité et de résécablité Opérablité : liée au patient : consultation

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28 THESAURUS Cancer ORL Texte Crt Juin 2015 Thésaurus Cancer ORL Texte Crt Page 1 sur 28 INDEX DES ARBRES DECISIONNELS Arbre Titre Page Ia Attitudes thérapeutiques (avant radiothérapie) 3 Ib Attitudes thérapeutiques

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Carcinose péritonéale.

Carcinose péritonéale. Carcinose péritonéale. C est quoi? Diagnostic. Prise en charge dans objectif «curatif». Prise en charge dans objectif «palliatif». Carcinose péritonéale. La carcinose péritonéale est la présence de nodules

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour Comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 2.1. Quelques chiffres... 3 2.2. Les facteurs de risque...

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Un K fréquent, mortel, guérissable dépendant du stade de découverte Donc dépistage organisé Résultats mitigés : participation,

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Antécédents PR a 13 ans 2 accouchements normaux à terme Chir=0 Med=0 Fam= 2 sœurs

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Le Cancer. Colorectal

Le Cancer. Colorectal 1 Le Cancer Colorectal 2 SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE FACTEURS DE RISQUE DEPISTAGE DIAGNOSTIC BILAN D EXTENSION FACTEURS PRONOSTIQUES RECIDIVES SURVEILLANCE LE DEPISTAGE DE MASSE? 3 Epidémiologie 4 EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

ONCO-GÉRIATRIE et CHIRURGIE DIGESTIVE

ONCO-GÉRIATRIE et CHIRURGIE DIGESTIVE GÉNÉRALITÉS (Re)placer la chirurgie digestive dans la réflexion onco-gériatrique Avant au siècle dernier: La chirugie digestive existait avant l onco-gériatrie Le chirurgien opérait des sujets âgés depuis

Plus en détail

ASP pour confirmer une occlusion mécanique du grêle ou du colon et éliminer un ileus fonctionnel d

ASP pour confirmer une occlusion mécanique du grêle ou du colon et éliminer un ileus fonctionnel d question n 148 Patient de 73 ans, sans antécédents. Sensations de ballonnement abdominal depuis plusieurs semaines avec perturbations du rythme défécatoire à type de constipation et selles rubanées. Depuis

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Cancer rectal Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Rectite radique Bilio pancréatique K V.B.P Ampulome diagnostic

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Histologie et anatomie pathologique de l'œsophage Sémiologie des dysphagies Radiologie et imagerie du médiastin Résumé : L'alcool

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

Indicateurs en chirurgie générale pour l ensemble du Québec 2007-2010

Indicateurs en chirurgie générale pour l ensemble du Québec 2007-2010 Indicateurs en chirurgie générale pour l ensemble du Québec 2007-2010 Préambule Les résultats présentés dans ce rapport ont été produits par la Direction de l amélioration de l exercice du Collège des

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

Cancer du côlon gauche en occlusion. Docteur Mahaut Leconte

Cancer du côlon gauche en occlusion. Docteur Mahaut Leconte Cancer du côlon gauche en occlusion Docteur Mahaut Leconte Incidence 70 % des occlusions coliques sont tumorales 15 % des cancers coliques sont révélés par une occlusion (1 sur 4 après 80 ans) 10% Siège

Plus en détail

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014 Référentiel régional cancer du sein Christelle LEVY CAEN, 4 Novembre 2014 A quoi peuvent servir les référentiels? Définir le traitement optimal pour chaque patiente Homogénéiser les prises en charge sur

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané

Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané Dr. F. Kunstlinger: CHB Hôpital Paul Brousse Samedi 8 Juin 2013 Après chirurgie hépatique Toutes les métastases

Plus en détail

Objectifs. Diagnostiquer un syndrome occlusif. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge.

Objectifs. Diagnostiquer un syndrome occlusif. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. I--Q7 I-00-Q000 P r Denis Collet, D r Antonio Sa Cunha Service de chirurgie digestive et endocrinienne, CHU de Bordeaux, maison du Haut-Lévêque 60 Pessac Cedex denis.collet@chu-bordeaux.fr intestinale

Plus en détail