profil et vision du groupe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "profil et vision du groupe"

Transcription

1 profil et vision du groupe Notre vision consiste à être le fournisseur par excellence de services financiers au Canada, grâce au dévouement et à l esprit d équipe de nos employés qui visent à accroître la valeur pour nos clients et nos actionnaires. Nos priorités stratégiques visent à accroître et à diversifier les revenus, à améliorer l efficience, à maintenir un profil de risque optimal, à gérer efficacement notre bilan et notre capital et à offrir des perspectives de carrière intéressantes aux employés compétents et dévoués. Nous mettons l accent sur l amélioration des résultats de chacune de nos unités afin d offrir à nos actionnaires un rendement soutenu et supérieur....sur vous Portrait La Banque Royale constitue l institution financière la plus importante au Canada pour ce qui est de la capitalisation boursière, des revenus et du bénéfice net. Nous occupons une position dominante sur la plupart des marchés canadiens de services financiers et nous sommes présents dans 35 autres pays. Nous comptons près de 10 millions de clients partout dans le monde, particuliers et entreprises confondus. Au Canada, nous détenons la plus grande part de marché au chapitre des prêts hypothécaires résidentiels, des prêts aux particuliers et aux entreprises et des dépôts de particuliers. Nous venons au premier rang des gestionnaires de portefeuilles et au deuxième rang des fournisseurs de fonds communs de placement au Canada (mais au premier rang des sociétés de fonds communs de placement détenus par les banques). La Banque Royale possède la maison de courtage la plus importante et la plus rentable, soit RBC Dominion valeurs mobilières, ainsi que le deuxième service de courtage à escompte en importance au Canada, Actions en direct Banque Royale, et offre d importants programmes d assurance-vie et invalidité à l intention des créanciers, d assurance-vie individuelle et d assurance-voyage. Au Canada, notre réseau de prestation de services comprend plus de succursales, guichets automatiques bancaires, 570 comptoirs mise à jour et terminaux point-de-vente exclusifs chez les commerçants. Avec 1,7 million de clients, l éventail de services offerts par l entremise de Royal Direct, notre réseau de prestation de services bancaires parallèle, constitue l une des options les plus populaires à l échelle mondiale au chapitre des services accessibles par téléphone, par ordinateur personnel et par Internet. À l étranger, nous offrons des services bancaires à la grande entreprise et des marchés des capitaux, le financement des opérations commerciales, des services de correspondance bancaire, ainsi que des services de trésorerie et de garde aux entreprises clientes de la banque. La banque dispose également d un réseau de détail aux Antilles et offre des services de gestion privée globale d envergure. Notre réseau international compte 106 bureaux répartis dans 35 pays. 1

2 faits saillants de l exploitation Jalons Le 23 janvier, la Banque Royale et la Banque de Montréal ont annoncé un projet de fusion à titre de partenaires égaux (pour plus de détails, se reporter à la page 70). Après la fin de l exercice, le ministre des Finances, M. Paul Martin, a annoncé le 14 décembre 1998 que le projet de fusion ne serait pas autorisé. À la suite de cette annonce, le Banque Royale et le Banque de Montréal ont, le 15 décembre, mis fin à leur entente en vue de fusionner. Pour la deuxième fois en quatre ans, la Banque Royale a été qualifiée de société canadienne la plus respectée à la suite du sondage annuel du Report on Business Magazine du Globe and Mail. Selon le Lafferty Group, basé au Royaume-Uni, la Banque Royale se situe au premier rang en Amérique du Nord pour la qualité de le point sur1998 ses services Internet. Services aux particuliers et aux entreprises : pour les particuliers En octobre, conclusion d une convention visant l acquisition de la Security First Network Bank (SFNB), Première banque Internet au monde MC, dont le siège social est situé à Atlanta, et acquisition d une participation dans Security First Technologies, société de développement de logiciels de services bancaires sur le Web. En plus d offrir, jour et nuit, à sa clientèle des services par l entremise d Internet, du téléphone et de ses représentants, SFNB offre des platesformes d accès au guichet automatique et pour les cartes de débit et de crédit. En avril, la Banque Royale a acquis les activités canadiennes d assurance-vie, maladie, invalidité et voyage des compagnies de la Mutuelle d Omaha dont le siège social est situé au Nebraska, représentant des primes annuelles de plus de 120 millions de dollars. En juin, la Banque Royale a ouvert un centre d appel canadien à Winnipeg, où travaillent 300 personnes. En incluant les autres centres situés au Manitoba, en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick, la banque compte employés qui fournissent un service jour et nuit à quelque 1,7 million de clients des services bancaires par téléphone et sur PC dans les régions urbaines et rurales du Canada. En juin, Assurances RBC a lancé un régime collectif d assurance-vie et d assurance-maladie conçu expressément à l intention des petites entreprises, le premier du genre offert par une société d assurances appartenant à une banque. En juillet, Assurances RBC a commencé à offrir des produits d assurance-habitation et d assurance-automobile en Ontario et ce, directement par téléphone et par publipostage. Assurances RBC entend offrir ces produits aux clients de tout le Canada d ici à la fin de l an

3 faits saillants de l exploitation Gestion de patrimoine : La société Fonds d investissement Royal a lancé onze nouveaux fonds : en novembre 1997, trois Fonds Indiciels Stratégiques Royal MC gérés par James O Shaughnessy, auteur de What Works on Wall Street; en avril, deux nouveaux fonds le Fonds de croissance équilibré Royal MC et le Fonds de valeur canadien Royal MC ; et en octobre, six nouveaux fonds indiciels dont les frais globaux sont les plus faibles au Canada. Services aux particuliers et aux entreprises : pour les PME En février, lancement de MC, un forfait Internet à guichet unique grâce à une alliance stratégique avec AT&T Canada. En juin, lancement d un nouveau processus d ouverture de comptes simplifié pour les PME qui offre à ces entreprises un vaste choix de services et de produits liés aux dépôts, aux prêts et à la gestion de trésorerie. En octobre, lancement d une gamme complète d options de financement pouvant atteindre $ pour les petites entreprises clientes dont la demande consiste en une seule page. Ce service est offert par téléphone, par télécopieur, par la poste, par Internet, en personne ou par l entremise d un directeur de comptes. En novembre 1997, la société Fonds d investissement Royal a acquis une participation de 40 % dans Synergy Asset Management, nouvelle société de fonds communs de placement offrant de nombreux fonds avec frais d acquisition. En janvier, la société de courtage à escompte Actions en direct Banque Royale a mis en place le système de négociation sur Internet, NetAction MC, donnant plein accès aux portefeuilles et permettant aux investisseurs de passer des ordres sur actions, options et fonds communs de placement à des prix réduits. Ce service permet également d obtenir la situation à jour de l ordre et les cours en temps réel d actions auprès de bourses nord-américaines. Plus de 875 fonds communs de placement canadiens sont également disponibles. Grande entreprise et marchés des capitaux : En janvier, RBC Dominion valeurs mobilières a acquis une participation de 25 % dans Hartley Poynton Limited, seconde maison de courtage indépendante en importance en Australie. L acquisition permet à RBC DVM d élargir ses activités dans le secteur minier à l échelle mondiale et de compléter sa gamme d activités existantes en Amérique du Nord et en Europe, ainsi qu une alliance stratégique analogue avec Board of Executors Limited (BOE) en Afrique du Sud. Pour la troisième année consécutive, la société Fonds d investissement Royal s est classée en première position pour ce qui est des ventes durant la saison des REER en janvierfévrier. Trois fonds le Fonds équilibré Royal, le Fonds d obligations Royal et le Fonds de dividendes Royal ont figuré parmi les dix premiers choix des investisseurs canadiens, parmi plus de fonds. En mars, le Financial Times de Londres a décerné à la Banque Royale du Canada le titre de meilleur groupe de services bancaires extraterritoriaux du monde en raison de sa vaste gamme de services financiers à l intention des clients de son réseau mondial, de la qualité de ses services et de l efficacité de ses communications. En octobre, l acquisition des activités nord-américaines de Credit Suisse Private Banking North America, dont l actif des clients s élève à environ 1 milliard de dollars, a été conclue. La Banque Royale a signé une entente avec IntraLinks, dont le siège social est situé à New York, en vue d offrir des services de syndication de prêts aux clients et aux investisseurs par le truchement d Internet. Les groupes de syndication de prêts de la Banque Royale situés à Toronto, à New York et à Londres ont maintenant accès à Internet pour distribuer de manière sécuritaire des prêts de montants importants à l intérieur d un pays et partout ailleurs dans le monde. En mars, la Banque Royale a acquis de la Société Générale les activités relatives aux obligations de Hambros Bank Limited, qui sont menées à partir de bureaux situés notamment à Sydney, Johannesburg, Toronto et Tokyo, en plus de l emplacement principal de Londres. Cette acquisition a permis une présence accrue dans les activités de négociation et de distribution à l échelle internationale et l élargissement des possibilités en ce qui a trait aux euro-obligations et aux obligations de gouvernements. 3

4 sommaire des résultats % DE CROISSANCE 1998/ Résultats (pour l exercice terminé le 31 octobre) Revenus bruts (en millions de dollars) (1)... 8 % $ $ $ $ $ Provision pour pertes sur créances (en millions de dollars) Frais autres que d intérêt (en millions de dollars) Bénéfice net (en millions de dollars) Rendement de l actif.... 0,70 % 0,70 % 0,70 % 0,69 % 0,70 % Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires... (90) p.b. 18,4 % 19,3 % 17,6 % 16,6 % 16,8 % Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires ajusté en fonction de l écart d acquisition (2).... (120) p.b. 20,4 % 21,6 % 18,9 % 18,1 % 18,9 % Bilan (au 31 octobre) (en millions de dollars) Actif total % $ $ $ $ $ Prêts Dépôts Débentures subordonnées... (3) Actions privilégiées Capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires Ratios de capital (au 31 octobre) Capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires sur l actif ajusté en fonction des risques p.b. 6,2 % 5,8 % 6,0 % 5,8 % 5,3 % Ratio du capital de première catégorie p.b. 7,4 6,8 7,0 6,9 6,4 Ratio du capital total p.b. 10,5 10,0 9,4 9,8 9,6 Information sur les actions ordinaires (pour l exercice terminé le 31 octobre) Actions en circulation (en milliers) à la fin... % moyenne moyenne, après dilution Bénéfice par action non dilué ,44 $ 5,01 $ 4,09 $ 3,49 $ 3,19 $ dilué ,30 4,91 4,09 3,49 3,19 non dilué, ajusté en fonction de l écart d acquisition (2) ,64 5,20 4,21 3,62 3,34 Dividendes par action ,76 1,52 1,33 1,18 1,16 Cours de l action Haut ,20 76,45 44,40 31,38 31,88 Bas ,50 44,00 29,75 25,88 25,13 À la clôture le 31 octobre... (6) 71,10 75,35 44,30 30,13 28,38 Valeur comptable par action au 31 octobre ,57 27,91 24,67 22,42 20,13 Capitalisation boursière (en milliards de dollars).... (5) 22,0 23,2 13,8 9,5 8,9 Nombre : (au 31 octobre) Employés Total... 3 % Équivalent de travail à plein temps Unités de service Au Canada... (2) À l étranger (3) (2) Guichets automatiques bancaires (1) Revenu net d intérêt et autres produits selon l équivalent imposable. (2) Le rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires ajusté en fonction de l écart d acquisition et le bénéfice non dilué par action ajusté en fonction de l écart d acquisition sont calculés en rajoutant l amortissement de l écart d acquisition imputé au bénéfice net pour chaque exercice et en soustrayant l écart d acquisition non amorti des capitaux propres moyens attribuables aux actionnaires ordinaires. (3) Les unités de service à l étranger comprennent les succursales, les bureaux de représentation, les agences et les filiales ,91 5,30 23,2 22,0 27,91 31, ,19 3,49 4,09 13,8 20,13 22,42 24,67 8,9 9,5 BÉNÉFICE NET (en millions de dollars) BÉNÉFICE DILUÉ PAR ACTION ($) CAPITALISATION BOURSIÈRE (en milliards de dollars, au 31 octobre) VALEUR COMPTABLE PAR ACTION (en dollars, au 31 octobre) Bénéfice record Croissance de 8 % du BPA Capitalisation boursière supérieure de 33 % à celle de la deuxième banque canadienne en importance Valeur comptable en hausse de 13 % 4

5 Cher actionnaire, Le présent rapport annuel rend compte du travail considérable accompli cette année par la Banque Royale. Dans un contexte économique et financier marqué par l incertitude et la volatilité, et contrairement à plusieurs grandes banques internationales qui ont enregistré de lourdes pertes attribuables aux risques relatifs aux opérations sur titres et aux marchés naissants, la Banque Royale a su garder le cap. En nous concentrant sur nos priorités stratégiques, sur nos activités à rendement élevé liées aux services aux particuliers et aux entreprises et à la gestion de patrimoine, sur les besoins de nos partenaires clés, nous avons obtenu des résultats records pour la cinquième année consécutive. Nous évaluons notre rendement en fonction d objectifs précis établis pour l exercice et d objectifs à moyen terme (fixés pour une période de trois à cinq ans). Nos objectifs pour l exercice ont trait à six facteurs déterminants : le rendement pour les actionnaires (ou la valeur), la croissance du bénéfice, la croissance des revenus, l amélioration de l efficience, la qualité du crédit et la gestion du bilan et du capital. En concentrant nos efforts sur les quatre derniers facteurs (lesquels constituent nos priorités stratégiques, comme il est mentionné à la page 1), nous sommes en mesure de générer un rendement stable pour nos message du président du conseil actionnaires. La page 7 fait état des objectifs que nous nous étions fixés pour 1998 en ce qui a trait aux six facteurs, de notre rendement par rapport à ces objectifs ainsi que de nos objectifs pour Ces derniers ne tiennent pas compte de l incidence possible de la fusion projetée avec la Banque de Montréal. axés plus que jamais sur nos priorités sur nos activités à rendement élevé sur nos partenaires Le rendement pour les actionnaires À la fin du premier semestre de l exercice 1998, c est-à-dire en avril, le cours de nos actions avait atteint un sommet historique : 92,20 $, soit une hausse de 22 % par rapport au cours du 31 octobre Par ailleurs, il faut noter que le cours des actions avait augmenté de 70 % en 1997 (le gain le plus important de tout le secteur) et de 47 % en Cependant, à la fin de l exercice, le cours de nos actions s établissait à 71,10 $, soit une baisse de 5,6 % par rapport à l exercice précédent, tandis que les marchés boursiers connaissaient une baisse marquée et qu un ralentissement économique se faisait sentir au Canada. Bien que notre perte n ait pas été aussi importante que celle de l indice de la Bourse de Toronto pour les banques et les sociétés de fiducie (6,3 %) et du TSE 300 (9,3 %), notre rendement global ne s est pas situé dans le quartile supérieur du rendement selon ces indices. Nous avons néanmoins commencé l exercice avec la plus forte valeur et, au 31 octobre 1998, nous avions le cours le plus élevé par rapport à la valeur comptable 2,3x (d après la valeur comptable du troisième trimestre) ainsi que le ratio cours/bénéfice le plus élevé en ce qui a trait aux résultats des exercices 1998 et 1999 (selon les estimations moyennes des analystes). Compte tenu de la forte valeur de nos actions, il est difficile, voire impossible, de continuer à enregistrer les hausses les plus importantes du cours des actions. Notre objectif pour 1999 consiste à maintenir des niveaux d évaluation élevés se situant dans le quartile supérieur du rendement selon l indice de la Bourse de Toronto pour les banques et les sociétés de fiducie. Nous avons majoré le dividende sur les actions ordinaires à deux reprises au cours de l exercice 1998, ce qui donne une augmentation totale de 16 % par rapport à Le ratio de distribution était de 32 % en 1998, contre 30 % en Croissance du bénéfice La croissance du bénéfice dilué par action s est établie à 8 %, donc en deçà du seuil fixé par notre objectif qui visait une croissance de 10 % à 15 %. Nous ne nous attendions pas à ce que les marchés boursiers connaissent une correction des cours d une telle ampleur en Pour 1999, nous visons une croissance de 4 % à 7 %; cet objectif reflète une croissance économique plus faible prévue pour 1999, qui devrait se situer autour de 2 %, une stabilité relative des taux d intérêt et le fait que l on ne prévoit aucun ralentissement important des marchés financiers par rapport à leur niveau du début de décembre Notre rendement des capitaux propres (RCP) de 18,4 % a respecté la fourchette de 17 % à 19 % prévue par l objectif à moyen terme établi dans le rapport annuel de l exercice Bien que notre RCP soit l un des plus élevés du secteur canadien des services financiers, nous avons porté notre objectif pour les trois à cinq prochaines années à une fourchette de 17 % à 20 %, car nous pensons qu il faut viser haut et nous entendons conserver un RCP comparable à ceux des meilleurs joueurs nord-américains. 5

6 message du président du conseil Axés sur nos priorités stratégiques Accroissement et diversification des revenus Grâce à la hausse de nos revenus de 8 %, nous avons atteint notre objectif pour 1998, lequel visait une croissance de 5 % à 10 %. Les prêts ont connu une forte croissance de même que les commissions tirées des activités de gestion de patrimoine. Cependant, les marges ont diminué une fois de plus. Étant donné le ralentissement économique prévu et la perspective d une progression des prêts moins élevée en 1999, notre objectif de croissance pour les revenus se situe autour de 5 %. Amélioration de l efficience Nous avons obtenu un ratio d efficience de 63,4 %, soit une diminution de 160 points de base par rapport à l exercice précédent. Ce résultat est légèrement 6 inférieur à celui que nous visions, soit une amélioration de 200 points de base, car nous n avons pas été en mesure de réduire les charges assez rapidement en fin d exercice pour contrebalancer la baisse des revenus survenue au quatrième trimestre. Pour 1999, notre objectif consiste à maintenir un taux de croissance des charges inférieur à celui des revenus, ce qui devrait nous permettre d améliorer davantage notre ratio d efficience. Il est primordial que cet objectif soit atteint dans un contexte de faible croissance des revenus. En fait, le contrôle des coûts sera notre première priorité en Notre ratio d efficience cible pour les trois à cinq prochaines années est de 59,5 %, et tous nos secteurs d exploitation ont établi des objectifs ambitieux relativement à l amélioration de l efficience (voir page 32). Les pages 39 et 40 traitent de l efficience plus en détail. Qualité du crédit supérieure Bien que nous ayons obtenu un ratio de la provision pour pertes sur créances quelque peu supérieur à notre objectif pour 1998, ce ratio demeure inférieur à celui de notre objectif à moyen terme pour les trois à cinq prochaines années, soit un ratio se situant entre 0,35 % et 0,45 %. En 1998, nous avons augmenté de 100 millions de dollars le montant de notre provision générale, laquelle atteint maintenant 850 millions. Pour 1999, notre objectif consiste à obtenir un ratio se situant dans la moitié inférieure de la fourchette cible, soit entre 0,35 % et 0,40 %.

7 rendement par rapport à nos objectifs Objectif n o 4 : Améliorer le ratio d efficience de 200 points de base, pour le fixer à 63,0 %. Rendement : 63,4 %, mais 62,0 % en excluant les éléments non récurrents ainsi que la totalité des produits et des charges de RBC Dominion valeurs mobilières. Objectif n o 5 : Obtenir un ratio de la provision pour pertes sur créances par rapport à la moyenne des prêts et des acceptations de banque se situant près du niveau de 1997, soit 0,25 %. Rendement : 0,32 %. message du président du conseil Objectif n o 1 : Fournir aux actionnaires ordinaires un rendement total se situant dans le quartile supérieur du rendement selon l indice de la Bourse de Toronto pour les banques et les sociétés de fiducie. Rendement : -3,3 %, dans le troisième quartile. Objectif n o 2 : Augmenter le bénéfice par action de 10 % à 15 %. Rendement : Bénéfice dilué par action en hausse de 8 %. Objectif n o 2 : Augmenter le bénéfice par action de 10 % à 15 % Objectif n o 3 : Accroître le total des revenus de 5 % à 10 %, ainsi que les parts de marché pour les produits bancaires traditionnels. Rendement : Les revenus ont augmenté de 8 % comparativement à l exercice précédent. Les parts de marché* (comparativement à celles de toutes les institutions financières au Canada) sont passées de 14,3 % à 14,9 % pour les prêts hypothécaires résidentiels et de 15,7 % à 16,0 % pour les prêts aux particuliers; dans le cas des dépôts de particuliers, cependant, la part de marché a diminué, passant de 16,4 % à 16,1 %. Objectif n o 6 : Accroître l actif ajusté en fonction des risques à un rythme qui lui permettra d atteindre, d ici au milieu de 1998, des ratios de capital de 6 % pour ce qui est des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires sur l actif ajusté en fonction des risques et de 7 % pour le ratio du capital de première catégorie. Rendement : La croissance de l actif ajusté en fonction des risques s est maintenue à 6 % en Les objectifs liés aux ratios de capital ont été dépassés au cours de la première moitié de 1998 et le sont toujours : le ratio des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires sur l actif ajusté en fonction des risques est de 6,2 %, et le ratio du capital de première catégorie est de 7,4 %. rendement par rapport à d autres cibles Cible : Rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires se situant entre 17 % et 19 %. Rendement : 18,4 %. Cible : Ratio de distribution se situant entre 30 % et 40 %. Rendement : 32 %. objectifs 1999 Objectif n o 5 : Qualité du portefeuille Obtenir un ratio des provisions spécifiques pour pertes sur créances par rapport à la moyenne des prêts et des acceptations de banque se situant entre 0,35 % et 0,40 %. Objectif n o 6 : Gestion du bilan et du capital Maintenir des ratios de capital élevés grâce à une croissance prudente de l actif ajusté en fonction des risques. Objectif n o 1 : Évaluation Maintenir des niveaux d évaluation (cours des actions/valeur comptable et cours des actions/bénéfice) se situant dans le quartile supérieur du rendement selon l indice de la Bourse de Toronto pour les banques et les sociétés de fiducie. Objectif n o 2 : Croissance du bénéfice Augmenter le bénéfice dilué par action de 4 % à 7 %. Objectif n o 3 : Croissance des revenus Obtenir une croissance des revenus se situant autour de 5 %, et maintenir ou accroître les parts de marché pour les produits bancaires aux particuliers et les fonds communs de placement. Objectif n o 4 : Croissance des charges Maintenir un taux de croissance des charges inférieur à celui des revenus. *Les données relatives aux parts de marché reflètent de nouveaux renseignements fournis par la Banque du Canada et portant sur les prêts hypothécaires titrisés non garantis et les soldes de crédit personnels. Les données correspondantes de 1997 ont été retraitées pour tenir compte de ce changement. 7

8 message du président du conseil Le montant net des prêts douteux a continué de diminuer au cours de l exercice. Nous avons aussi réduit de 30 % le risque lié aux marchés asiatiques par rapport à l exercice précédent et nous avons constitué des provisions connexes plus élevées cette année, ce qui a eu pour effet de porter notre ratio de couverture à 82 %. Notre approche prudente en matière de risque est reflétée par le fait que nous évitons les grandes opérations sur titres pour notre compte et que nous limitons nos placements dans les devises «exotiques» et dans les opérations structurées liées aux instruments dérivés. Par conséquent, nos revenus tirés des activités de négociation ont été élevés malgré l extrême volatilité qui a caractérisé le quatrième trimestre. Notre portefeuille de fonds de couverture a également été peu important. En 1999, le maintien de la grande qualité du crédit sera notre seconde priorité en importance, après le contrôle rigoureux des coûts. Gestion du bilan et du capital Nous avons dépassé nos objectifs relatifs au capital en obtenant une croissance contrôlée de l actif ajusté en fonction des risques, en générant d importants capitaux à l interne et en émettant des débentures et des actions privilégiées. Nous avons l intention de maintenir des ratios de capital élevés au cours de l exercice Pour les trois à cinq prochaines années, ainsi qu il est indiqué à la page 32, nous avons augmenté notre cible de 100 à 200 points de base pour ce qui est des ratios de capital afin de mieux nous comparer aux banques nord-américaines à forte capitalisation à moyen terme. Axés sur nos activités à rendement élevé Nous continuons également à mettre l accent sur nos activités présentant un rendement et un ratio cours/bénéfice élevés : les secteurs des services aux particuliers et aux entreprises et de la gestion de patrimoine. Ces secteurs ont enregistré un RCP de 30 % et de 48 % et augmenté leur bénéfice de base de 12 % et de 7 %, respectivement. Ensemble, ces deux secteurs ont représenté 76 % du bénéfice total pour Le secteur de la gestion de patrimoine a pour but d augmenter sa contribution au bénéfice de la Banque Royale, aujourd hui de 16 %, à 25 % en cinq ans. La réalisation de cet objectif aurait une incidence très favorable sur notre RCP global. Nous avons accru nos activités au moyen d un programme de recommandation actif, en réunissant différentes unités du groupe sous un même toit, en procédant à des lancements de produits attrayants, en fixant des objectifs plus ambitieux pour ce qui est des ventes et en procédant à des acquisitions. Les trois acquisitions peu importantes effectuées par ces deux secteurs au cours de l exercice sont présentées à la page 15. Le secteur de la gestion de patrimoine a récemment été restructuré afin de favoriser une plus grande synergie entre les activités de services de courtage aux particuliers et les autres unités opérationnelles de ce secteur. Le secteur de la grande entreprise et des marchés des capitaux a également fait l objet d une réorganisation, décrite à la page 27 (Stratégies). Avec prise d effet le 1 er novembre 1998, l ensemble des unités fonctionnelles fournissant des services aux entreprises, aux gouvernements et aux institutions réunissent leurs forces au sein de la structure opérationnelle de RBC Dominion valeurs mobilières. Les solutions financières intégrées pour les clients et la gestion prudente du crédit présentent d importantes possibilités d accroissement du rendement. 8

9 message du président du conseil Axés sur l ensemble de nos partenaires Pour honorer nos obligations envers tous nos partenaires, nous nous sommes appliqués à satisfaire leurs besoins, voire à dépasser leurs attentes. Pour nos actionnaires Nous continuons à concentrer nos efforts en vue de maintenir des évaluations supérieures à la moyenne, de générer des rendements remarquables, d accroître les activités à rendement élevé, d effectuer des acquisitions qui accroissent la valeur des titres et de générer d importants dividendes. Pour nos clients Nous voulons offrir des solutions et des produits novateurs et avantageux. Nous voulons également que chaque client se sente apprécié. Pour nos employés Nous cherchons à offrir un environnement d apprentissage favorisant la créativité et le renouveau, lesquels sont essentiels afin de réussir dans un milieu qui évolue continuellement. Le niveau d engagement de nos employés se compare favorablement à celui des plus grandes sociétés nord-américaines. Nos employés sont déterminés à offrir des services fiables et attentionnés à nos 10 millions de clients. L aptitude au changement de nos employés se reflète notamment dans le soutien important que la majorité d entre eux ont apporté au projet de fusion avec la Banque de Montréal. Pour nos collectivités Nous continuons de les soutenir de diverses façons à titre d employeur, de contribuable, de donateur et d acheteur important de produits et de services. On trouvera plus de renseignements sur les collectivités, les employés et les clients à la page

10 message du président du conseil tournés vers l avenir Parce que nos actionnaires constituent notre première priorité, que nous poursuivons des objectifs clairs et que nous nous appuyons sur des principes solides, nous entendons générer de bons rendements pour nos titulaires d actions. John E. Cleghorn Le président du Conseil et chef de la direction 10

11 Faits nouveaux dans le secteur financier faits nouveaux dans le secteur financier Dans ses rapports annuels précédents, la banque a insisté sur l importance des grands facteurs de changement que sont la technologie, la mondialisation, l accroissement de la concurrence et la consolidation du secteur. Au Canada comme à l étranger, ces facteurs redéfinissent le secteur des services financiers. En septembre, en réponse à tous ces changements, le Groupe de travail sur l avenir du secteur des services financiers canadien, présidé par Harold MacKay, a produit un rapport (le «Rapport MacKay») sur l avenir de ce secteur au pays; depuis le rapport de la Commission Porter, publié il y a une trentaine d années, jamais une étude aussi détaillée de l ensemble des questions touchant le secteur n avait été effectuée. La publication du Rapport MacKay a été suivie par des audiences parlementaires et par la publication de deux autres rapports par les comités du Sénat et de la Chambre des communes responsables des politiques relatives au secteur des services financiers. Dans une large mesure, ces deux derniers rapports ont appuyé les recommandations faites dans le Rapport MacKay. Ce dernier insistait sur l importance d avoir un cadre législatif et réglementaire suffisamment souple pour permettre au secteur des services financiers de s adapter aux grands changements apportés par la technologie, la mondialisation et la consolidation. Technologie Les progrès technologiques continuent de se succéder à un rythme croissant. Pour toute institution financière, la capacité de développer une technologie de pointe et d y avoir accès constitue un facteur clé du succès. Comme le notait le Rapport MacKay : «Pour les entreprises établies, la technologie est une arme à double tranchant. Elle offre certes de nouvelles possibilités de mieux servir les consommateurs, mais elle peut avantager les nouveaux concurrents et menacer ainsi les clientèles établies. Il en va particulièrement ainsi pour les institutions ayant hérité d une technologie et de systèmes de distribution dépassés, qui nécessitent une restructuration ou un remplacement complexe et coûteux.» Mondialisation Les grandes sociétés ont depuis un certain temps la possibilité de satisfaire leurs besoins de financement grâce à des sources étrangères et canadiennes. Avec les progrès technologiques et l acceptation croissante des nouveaux modes de prestation de services par les consommateurs, les services des fournisseurs étrangers sont maintenant à la portée des petites et moyennes entreprises, voire des consommateurs individuels. De plus en plus, les consommateurs canadiens ont accès à des services de prêts aux petites entreprises offerts hors succursales par de nouveaux concurrents étrangers, de même qu aux services de fournisseurs de cartes de crédit situés aux États-Unis. Cette situation pose un défi aux institutions canadiennes établies qui, tout en offrant la gamme complète des nouveaux modes de prestation de services, exploitent des réseaux de succursales tous services. La libéralisation croissante des échanges en matière de services financiers modifie également en profondeur l environnement concurrentiel. L OMC, l ALÉNA et l Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis sont tous en vigueur, et l on envisage la mise en œuvre de nouvelles initiatives visant à favoriser la libéralisation des échanges dans le secteur des services financiers. Consolidation du secteur Ailleurs dans le monde, et même dans certains autres domaines du secteur canadien des services financiers, les changements susmentionnés stimulent la consolidation des entreprises de services financiers. Des regroupements d institutions financières d une envergure sans précédent ont été réalisés en 1998 aux échelles nationale et internationale ainsi qu entre les différents piliers du secteur des services financiers. Des fusions ont été annoncées entre, d une part, BankAmerica et NationsBank et, d autre part, Banc One et First Chicago NBD. Après la création de Citigroup, issue de la fusion de Citicorp et de Travelers Group, ce fut au tour de la Deutsche Bank d annoncer son intention d acquérir Bankers Trust. Cette dernière transaction, dont l importance surpassera même celle de Citigroup, donnera naissance à la plus grande banque du monde, dont l actif dépassera 825 milliards de dollars US. Au Canada, Midland Walwyn a été acquise par Merrill Lynch, l une des plus grandes maisons de courtage du monde, tandis que la Great-West, Compagnie d Assurance-Vie finalisait l acquisition de la London Life, Compagnie d Assurance-Vie. Réforme du secteur des services financiers L un des principaux thèmes du Rapport MacKay est la volonté de faciliter la concurrence, tant des fournisseurs étrangers de services financiers que des fournisseurs canadiens. À cet égard, les recommandations du Rapport MacKay auraient pour effet d intensifier davantage la concurrence au Canada, notamment en facilitant l entrée de fournisseurs étrangers, en élargissant l accès au système de paiements et en favorisant la participation de nouveaux intervenants canadiens au secteur des dépôts. Le Rapport MacKay formule également plusieurs recommandations importantes en vue d accroître la protection des consommateurs, de faciliter l obtention de capital par les petites entreprises et d améliorer le système de supervision. La Banque Royale appuie les recommandations du Rapport MacKay, y compris les initiatives visant à accentuer davantage la concurrence au Canada. Toutefois, il nous faut disposer des moyens nécessaires afin de nous adapter aux défis qu apporte le changement, y compris la possibilité de procéder à des fusions dans le cadre d une stratégie commerciale légitime. Projet de fusion Dans ce contexte, nous avions proposé une fusion avec la Banque de Montréal. Bien que les divers rapports préparés pour le gouvernement, dont le Rapport MacKay, reconnaissent que les fusions constituent une stratégie commerciale légitime, le ministre des Finances Paul Martin a annoncé, le 14 décembre 1998, que le projet de fusion ne serait pas autorisé. Par suite de la décision du ministre des Finances, la Banque Royale et la Banque de Montréal ont mis fin, le 15 décembre 1998, à leur entente en vue de fusionner. Il a également mentionné l établissement d un nouveau cadre stratégique régissant le secteur des services financiers, y compris un processus de révision des projets de fusion de grandes banques. Le gouvernement n étudiera aucun projet de fusion de grandes banques avant que le nouveau cadre stratégique ne soit en place. Nous inciterons le gouvernement à s assurer que le cadre stratégique est suffisamment souple pour permettre au secteur des services financiers de s adapter au changement, de répondre aux besoins variables des clients de façon rentable et de servir les intérêts du pays. 11

12 questions et réponses 1 Comment réagissez-vous au ralentissement de la croissance économique et à la faiblesse des marchés financiers? Nous ordonnons autrement nos priorités stratégiques en plaçant le contrôle des coûts et la gestion des risques devant l accroissement des revenus. Nous voulons que les charges augmentent plus lentement que les revenus l an prochain. Nos unités opérationnelles, et particulièrement celles qui sont liées aux marchés financiers (courtage, marchés des capitaux, négociation, fonds communs de placement et gestion des placements), contrôlent les coûts. Nous avons réduit les dépenses en immobilisations et reporté les projets qui n ont pas une importance cruciale. Si la conjoncture s améliorait, nous pourrions augmenter les dépenses. L inverse est plus difficile. vos questions: nos réponses 2 Afin d accroître la valeur pour les actionnaires, quel nouvel équilibre prévoyez-vous atteindre entre les augmentations de dividendes, les rachats d actions et les acquisitions? Nous continuons de viser une cible de 30 % à 40 % pour le ratio de distribution. Nous croyons qu une croissance soutenue et rentable constitue le moyen le plus sûr d accroître la valeur pour nos actionnaires et c est pourquoi nous avons annoncé certaines acquisitions au cours de l exercice (pour plus de précisions, se reporter à la page 15) de même que le projet de fusion avec la Banque de Montréal. Puisque le projet de fusion a été rejeté par le ministre des Finances, nous allons redoubler d efforts pour chercher d autres avenues de croissance. Entre-temps, nous allons étudier la pertinence de racheter des actions ordinaires en tenant compte de notre objectif à long terme qui consiste à constituer un capital solide. 3 Comment faites-vous face à l arrivée récente au Canada de concurrents étrangers? Nos stratégies de fidélisation de la clientèle et de développement de nouveaux produits sont audacieuses. Ces concurrents détiennent un avantage à l égard des coûts en raison de leurs économies d échelle, dont nous espérions profiter également grâce à notre projet de fusion avec la Banque de Montréal. Comme cette option ne nous est plus offerte, nous allons examiner tous les aspects de nos coûts de base pour demeurer concurrentiels et générer de bons rendements pour nos actionnaires. 4 Quels sont vos risques en cours liés à l Asie, à l Amérique latine, à la Russie et aux fonds de couverture? Notre actif productif en Asie et en Amérique latine figure au tableau 24 de la page 55. Compte tenu des montants hors bilan, le montant global net des risques en cours (déduction faite de la provision cumulative pour pertes sur créances correspondante) au 31 octobre 1998 se chiffrait à 7,3 milliards de dollars en Asie, à 4,0 milliards en Amérique latine et à 54 millions en Russie. Le montant net des prêts douteux dans ces trois régions n était que de 54 millions de dollars, de 1 million et de 5 millions, respectivement, à la fin de l exercice grâce aux mesures que nous avons prises afin de contrôler les risques. Premièrement, nous traitons surtout avec des entreprises et des banques de première importance, dont plusieurs sont des filiales de multinationales étrangères ou sont réputées. Deuxièmement, de nombreuses entreprises locales sont des exportateurs payés en devises fortes. Par exemple, notre risque à l égard de la Russie est, pour les deux tiers, lié à des exportateurs, et le risque est atténué par la réception de paiements provenant de multinationales acheteuses situées à l étranger. Troisièmement, nos risques diminuent et continueront probablement de le faire, car il s agit en bonne partie de risques à court terme. Quatrièmement, la plupart de nos risques sont libellés en dollars US. Enfin, nos hauts dirigeants chargés des risques pour ces régions veillent à assurer une bonne gestion des risques de leurs portefeuilles. Notre risque, évalué à la valeur du marché, lié aux fonds de couverture (après déduction de la garantie) a fluctué entre 5 millions de dollars US et 10 millions de la mi-août au 31 octobre Le risque se présente en bonne partie sous forme de swaps. 12

13 questions et réponses 5 Avez-vous modifié votre stratégie internationale par suite de la faiblesse des marchés naissants? Notre présence à l échelle internationale est exposée ci-après. Comme notre stratégie commerciale internationale était déjà prudente, nous avons eu très peu de modifications à lui apporter. En Asie, après un examen en profondeur, nous avons amoindri notre présence en matière de services à la grande entreprise et des marchés des capitaux. Nos risques liés à l Amérique latine et à l Asie sont présentés à la page précédente. Aux États-Unis, nous prévoyons prendre une expansion sélective, surtout dans les activités tarifées, par exemple la gestion de placements, la gestion privée et les produits d assurance spécialisés. Nous explorerons également les possibilités intéressantes présentées par les services spécialisés aux particuliers et aux entreprises. Notre acquisition de la Security First Network Bank, située à Atlanta, nous permettra de profiter de certaines possibilités d expansion. Les services bancaires de gestion privée nord-américains du Crédit Suisse, que nous avons également acquis cette année, constituent un autre exemple du type d occasions qui sert bien notre stratégie américaine. Dans le secteur Grande entreprise et marchés des capitaux, les cibles relatives à la rentabilité de chaque client seront atteintes grâce à une répartition prudente du capital, à des solutions à valeur ajoutée pour les marchés des capitaux et à des techniques de gestion du portefeuille de prêts. Amérique latine À partir de ses bureaux au Mexique, en Argentine, au Chili, au Brésil, en Colombie, au Venezuela et en Uruguay, la Banque Royale fournit des services à des institutions financières de premier plan et à d importantes sociétés dans toute l Amérique du Sud et l Amérique centrale. Il s agit principalement de services de correspondance bancaire, de financement des opérations commerciales, de trésorerie, de services aux multinationales et de gestion privée globale. Asie-Pacifique La banque est présente sur huit marchés, soit au Japon, à Taïwan, à Hong Kong, en Corée du Sud, à Singapour, en Chine, en Thaïlande et en Australie, où elle cible des domaines tels que le financement à court terme d opérations commerciales interrégionales, la gestion privée globale, les services à la grande entreprise et des marchés des capitaux ainsi que les activités de négociation. Dans le cadre de nos initiatives stratégiques en matière de mines et métaux à l échelle mondiale, nous avons acquis 25 % de Hartley Poynton Limited, l un des principaux courtiers en valeurs mobilières liées aux ressources naturelles en Australie. États-Unis Près de 12 % de l actif productif de la Banque Royale, s établissant à 238 milliards de dollars, est situé aux États-Unis, où la banque offre des services à la grande entreprise et des marchés des capitaux, le financement des opérations commerciales et des produits liés à la trésorerie et aux marchés financiers à des multinationales ainsi qu à des institutions financières américaines et à des filiales de sociétés canadiennes. La Banque Royale se classe dans les dix premières institutions en ce qui a trait aux modes de titrisation multivendeur de papier commercial en Amérique du Nord, et parmi les vingt premières pour les syndications de prêts. Nous avons des bureaux à New York, à Chicago, à Los Angeles, à Boston, à Miami et à Houston. Europe Parmi toutes les banques canadiennes, la Banque Royale du Canada est celle dont la présence est la plus marquée en Europe. Outre ses bureaux au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas et en Suisse, la banque exerce des activités en Afrique du sud et dans les Émirats arabes unis. Plus de 9 % de l actif productif de la banque se trouve sur ce continent. Par l intermédiaire de sa division Gestion de patrimoine, la banque fournit des services de prêt et des services liés au marché financier, de gestion des placements, ainsi que de fiducie et de garde de titres internationaux. Ses unités Grande entreprise et marchés des capitaux et Marchés internationaux offrent une gamme de produits et services liés à la grande entreprise et aux marchés des capitaux, ainsi que des services et produits de correspondance bancaire, de trésorerie et à revenu fixe. Durant l année, la Banque Royale a mené à terme l acquisition des activités obligataires de Hambros Bank Limited. Nous avons également acquis une participation minoritaire dans BOE Securities, qui fait partie d un important groupe bancaire sud-africain. Antilles La présence de la Banque Royale aux Antilles, qui remonte à cent ans, est importante : elle y compte plus de 49 unités et plus de employés. Parmi les services offerts, mentionnons le courtage, les services de gestion privée globale, la réassurance, les services de fiducie et les services bancaires commerciaux et de détail. Le ratio d efficience sur ce marché est meilleur que celui de l ensemble du groupe. 13

14 l économie canadienne l économie canadienne Les bases de l économie canadienne demeurent solides et ont un effet stabilisateur dans une conjoncture caractérisée par des perspectives de croissance mondiale plus modestes, une baisse des prix des marchandises et une aversion accrue pour le risque. Cela dit, un certain nombre de risques de perte en cas de baisse pourraient toutefois s intensifier au cours de la période à venir, ce qui justifie le maintien d une attitude prudente dans ce contexte d incertitude. L économie canadienne devrait progresser d environ 3 % en 1998, comparativement à un gain plus marqué de 3,8 % en Ce ralentissement témoigne de l effet baissier des marchés internationaux affaiblis, du fléchissement des prix des marchandises et de la volatilité du marché des actions. Le rajustement à la baisse des perspectives de croissance mondiale, y compris un certain ralentissement du rythme de croissance de l économie américaine, laisse entrevoir un assombrissement des perspectives canadiennes en matière d exportations au cours de la période à venir. Ce facteur, jumelé à la faiblesse des bénéfices des entreprises, annonce une réduction des dépenses d investissement et du recrutement qui freinera davantage la croissance canadienne qui, selon les prévisions, devrait être de 2 % en La modération de l activité économique laissera intact le niveau actuel de la capacité excédentaire, ce qui favorisera le maintien d un faible taux d inflation. En outre, les forces désinflationnistes des marchés mondiaux pèseront également sur les prix, de telle sorte que le taux d inflation devrait demeurer sous la médiane de la cible fixée par la Banque du Canada, laquelle est de 1 % à 3 %. Les taux d intérêt devraient demeurer bas, compte tenu du rythme de croissance plus lent et de la faiblesse de l inflation. Au moment de mettre sous presse, les taux de rendement des bons du Trésor de trois mois étaient légèrement inférieurs à 5 %, tandis que les rendements à long terme se situaient aux alentours de 5,2 %. Nous entrevoyons d autres possibilités d assouplissement de la part de la Banque du Canada au cours de l année à venir, point de vue qui est largement reflété dans les prix du marché, ce qui semble indiquer que les taux d intérêt varieront très peu, sauf pour ce qui est des taux à très court terme. Parallèlement au rajustement à la baisse des perspectives relatives aux prix des marchandises à l échelle mondiale, le dollar canadien demeure sur la défensive, en raison d une dépendance économique toujours élevée à l égard des marchandises. Toutefois, à moins d un autre repli des prix des marchandises, la faible inflation et de nouveaux progrès dans la réduction de la dette sont précurseurs d une modeste remontée du dollar canadien par rapport à son faible niveau actuel de 65,2 cents US. Mise en garde au sujet des déclarations prévisionnelles À l occasion, la Banque Royale fait des déclarations prévisionnelles verbalement ou par écrit, y compris dans le présent rapport annuel et dans d autres documents déposés auprès des organismes de réglementation canadiens ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, dans des rapports aux actionnaires et dans d autres communications. Ces déclarations prévisionnelles comprennent, sans restriction aucune, les déclarations relatives au passage à l an 2000, aux objectifs pour 1999 et ceux à moyen terme, aux stratégies élaborées par la banque afin de les atteindre, aux perspectives de l économie canadienne ainsi qu aux commentaires sur le projet de fusion de la banque avec la Banque de Montréal. De par leur nature même, les déclarations prévisionnelles comportent des incertitudes et des risques inhérents, généraux et bien précis, et il est possible que les prédictions, prévisions, projections et autres déclarations prévisionnelles ne se matérialisent pas. La Banque Royale déconseille aux lecteurs de se fier indûment à ces déclarations étant donné que les résultats réels pourraient différer sensiblement des plans, objectifs, attentes, estimations et intentions exprimés dans ces déclarations prévisionnelles, en raison d un certain nombre de facteurs importants. Ces facteurs comprennent, sans toutefois s y limiter, l évolution de la conjoncture économique canadienne et mondiale, notamment les fluctuations des devises et des taux d intérêt et d inflation, les modifications de la réglementation, les changements technologiques et les effets de la concurrence dans les secteurs géographiques et les domaines d activité dans lesquels œuvre la banque. La Banque Royale informe ses lecteurs que la liste susmentionnée de facteurs importants n est pas exhaustive. Les personnes, et notamment les investisseurs, qui se fient à des déclarations prévisionnelles pour prendre des décisions à l égard de la banque doivent bien tenir compte de ces facteurs et d autres faits et incertitudes. 14

15 les jalons de notre développement les jalons de notre développement Les acquisitions continuent de jouer un rôle de premier plan dans la croissance de la Banque Royale. La déréglementation du secteur des services financiers, vers la fin des années 80, a fourni à la banque l occasion d acquérir graduellement une participation dans les domaines du courtage, de la fiducie et de l assurance. Ces acquisitions ont permis à la banque d accroître son bénéfice provenant des activités tarifées et de devenir, plutôt qu une simple institution bancaire, une institution offrant une vaste gamme de services financiers. Cette année, la banque a effectué des acquisitions dans les domaines de l assurance, des services bancaires de gestion privée et de la négociation et distribution d obligations. Les principales acquisitions des six dernières années sont résumées dans le tableau ci-dessous. Ces acquisitions ont contribué aux tendances suivantes depuis 1993 : Les autres produits sont passés de 37 % du total des revenus en 1993 à 49 % en Les commissions sur le marché financier ont augmenté de façon spectaculaire, soit de 145 %, passant de 456 millions de dollars à 1,1 milliard en cinq ans. Les commissions de gestion de placements et de services de garde et les revenus tirés des fonds communs de placement représentent maintenant 19 % du total des autres produits, contre 7 % en La hausse des commissions est attribuable à une brusque montée de l actif hors bilan. Les biens sous gestion s établissaient à 73 milliards de dollars au 31 octobre 1998, contre 33 milliards il y a cinq ans, soit une hausse de 121 %. Alors que les activités basées sur les services tarifés connaissaient une importante croissance, la Banque Royale a maintenu sa position dominante dans les activités bancaires traditionnelles. Elle continue de détenir les plus grandes parts de marché pour ce qui est des prêts hypothécaires résidentiels, des prêts aux particuliers et des dépôts de particuliers. Afin de soutenir cette croissance, de satisfaire les besoins de la clientèle en matière de réseaux de prestation de services parallèles et de réduire ses frais, la banque a investi dans les services bancaires par téléphone, les services bancaires sur PC, les services bancaires sur Internet en toute sécurité, les cartes de débit et les cartes prépayées. ACQUISITIONS PRINCIPAUX AVANTAGES (1) Compagnie d Assurance Voyageur 1993 Trust Royal 1993 Équipe chargée des produits dérivés sur actions de Kidder Peabody 1995 Westbury Canadienne Vie 1996 Bilan solide Produits novateurs Plus de 100 millions de dollars en primes annuelles Le plus grand fournisseur d assurance-voyage du Canada Produits offerts par l entremise de plus de agences de voyage Le plus grand gestionnaire financier du Canada Très bien coté pour les services de garde internationaux Important groupe de fonds communs de placement Bien établi dans la gestion privée globale Activités bancaires liées à la gestion de patrimoine Élargissement des produits offerts aux clients (particuliers, institutions et entreprises) 90 millions de dollars de primes annuelles Entreprise de services de garde 47 milliards de dollars de biens administrés aux institutions et aux caisses Clientèle de premier choix de retraite de la Banque et Grandes économies d échelle Société de fiducie TD 1996 Revenus différentiels Richardson Greenshields Plus de 300 millions de dollars de revenus (maison de courtage) milliards de dollars de biens de clients (particuliers) 580 conseillers en placement Entreprise de services de garde 120 milliards de dollars de biens administrés aux institutions et aux caisses Importante clientèle de gestionnaires de retraite du Montréal Trust et de caisses de retraite et de fonds de la Banque Scotia 1997 Grandes économies d échelle Revenus différentiels Mutuelle d Omaha activités Plus de 120 millions de dollars canadiennes d assurance-vie, en primes annuelles maladie, invalidité et voyage nouvelles polices d assurance agents d assurance Élargissement de la gamme de produits Security First Network Bank Technologie pour une gestion bancaire et finan cière pleinement fonctionnelle sur Internet Mise au point de logiciels de services bancaires par le Web Permis bancaire aux États-Unis Hambros Bank activités liées Élargissement des possibilités en matière aux obligations 1998 d euro-obligations et d obligations de gouvernement Présence accrue dans les activités de négociation et de distribution à l échelle internationale Credit Suisse Private Banking 1 milliard de dollars en actif des clients North America 1998 Économies d échelle plus importantes Revenus différentiels Accroissement rapide du bénéfice (1) Au moment de l acquisition. Concurrence La banque ayant pris de l expansion dans de nouvelles branches d activité, ses concurrents ne sont plus seulement les autres banques, mais également les maisons de courtage, les sociétés de fonds communs de placement, les gestionnaires financiers, les sociétés fournissant des services de garde, les sociétés d assurances, les banques virtuelles et les fournisseurs de services financiers spécialisés. Les principaux facteurs sur lesquels repose la concurrence sont la diversité et les caractéristiques des produits financiers, les prix, la distribution et la qualité du service. La concurrence s intensifie car les fournisseurs étrangers de cartes de crédit, de fonds communs de placement, de prêts à la petite entreprise, de financement de la consommation et de services des marchés des capitaux font une entrée de plus en plus remarquée au Canada. 15

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Services aux investisseurs et trésorerie

Services aux investisseurs et trésorerie Résultats des secteurs d exploitation Résultats par secteur d exploitation Le tableau suivant présente un sommaire de nos résultats par secteur d exploitation. (en millions de dollars canadiens, sauf les

Plus en détail

Maintenir notre focus

Maintenir notre focus Maintenir notre focus Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Janvier 2006 La Banque Laurentienne : un bref aperçu Fondée en 1846 3 e plus importante institution

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS

DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS LA BANQUE ROYALE DU CANADA DÉCLARE SES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés

Plus en détail

axés plus que jamais

axés plus que jamais structure organisationnelle axés plus que jamais sur la prestation d une valeur supérieure aux actionnaires et aux dix millions de clients secteurs d exploitation* services aux particuliers et aux entreprises

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS

PREMIER TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS PREMIER TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS LA BANQUE ROYALE DU CANADA DÉCLARE SES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 1. Quels sont les objectifs financiers de la CIBC pour l exercice 2006? Le 12 décembre, nous avons publié la version intégrale de la Reddition de comptes annuelle

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires s est établi à 74 millions de dollars CAN pour le trimestre terminé

Plus en détail

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ASSEMBLÉE ANNUELLE Jeudi 7 mai 2015 200 Bloor Street Toronto Merci, Monsieur

Plus en détail

La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie RAPPORT ANNUEL

La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie RAPPORT ANNUEL La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie 2007 RAPPORT ANNUEL MISE EN GARDE À L ÉGARD DES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Le présent rapport renferme des déclarations prospectives visant la Compagnie, ses

Plus en détail

Great-West Lifeco annonce ses résultats du premier trimestre de 2015

Great-West Lifeco annonce ses résultats du premier trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TSX : GWO Les lecteurs sont priés de se reporter aux paragraphes de mise en garde à l égard des déclarations prospectives et des mesures financières non définies par les IFRS à la fin du présent

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

RÉALIGNEMENT DES SECTEURS

RÉALIGNEMENT DES SECTEURS LE GROUPE BANQUE TD PUBLIE LE DOCUMENT INFORMATION FINANCIÈRE SUPPLÉMENTAIRE QUI TIENT COMPTE DU RÉALIGNEMENT DES SECTEURS, DE LA MISE EN ŒUVRE DE NOUVELLES NORMES IFRS ET DES MODIFICATIONS APPORTÉES À

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Information Le système financier canadien

Information Le système financier canadien Information Le système financier canadien Juin 2 Le secteur canadien des valeurs mobilières Aperçu Le secteur canadien des valeurs mobilières joue un rôle clé au sein du secteur canadien des services financiers,

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Great-West Lifeco annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2014 et augmente son dividende de 6 %

Great-West Lifeco annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2014 et augmente son dividende de 6 % COMMUNIQUÉ TSX : GWO MISE À JOUR 13 h HNC La page 7 a été modifiée pour tenir compte du nouveau code d accès pour l écoute différée de la conférence téléphonique du quatrième trimestre. Les lecteurs sont

Plus en détail

Foire aux questions Troisième trimestre de 2005

Foire aux questions Troisième trimestre de 2005 Foire aux questions Troisième trimestre de 2005 1. Quelles sont les répercussions des règlements en faveur de Enron sur vos résultats et vos ratios de capital? Le 2 août 2005, nous avons annoncé que nous

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

Standard Life plc Résultats intermédiaires 2007 4 septembre 2007

Standard Life plc Résultats intermédiaires 2007 4 septembre 2007 Standard Life plc Résultats intermédiaires 2007 4 septembre 2007 Bénéfice d exploitation selon la valeur intrinsèque européenne (VIE) en hausse de 71 %, à 353 M (2006 : 206 M ) Contribution des affaires

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat États financiers consolidés intermédiaires résumés Comptes consolidés de résultat (non audité) trimestres clos les 30 juin semestres clos les 30 juin (en milliers de dollars canadiens, sauf les nombres

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2001 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA PREMIER TRIMESTRE DE 2015 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES

BANQUE ROYALE DU CANADA PREMIER TRIMESTRE DE 2015 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES BANQUE ROYALE DU CANADA PREMIER TRIMESTRE DE RAPPORT AUX ACTIONNAIRES Résultats de la Banque Royale du Canada pour le premier trimestre de Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés en

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Rapport annuel 2001 de la Banque Royale du Canada. / Une. croissance ciblée

Rapport annuel 2001 de la Banque Royale du Canada. / Une. croissance ciblée Rapport annuel 2001 de la Banque Royale du Canada / Une croissance ciblée / Profil / La Banque Royale du Canada (TSE, NYSE : RY) et ses filiales, exploitées sous la bannière RBC Groupe Financier, constituent

Plus en détail

Catégorie de société à court terme en dollars US CI

Catégorie de société à court terme en dollars US CI Le présent rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds contient les faits saillants financiers, mais ne comprend pas les états financiers semestriels ou annuels complets du fonds de placement.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ FAITS SAILLANTS. (Millions de dollars,

COMMUNIQUÉ FAITS SAILLANTS. (Millions de dollars, COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE POURSUIT SUR SA LANCÉE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET DU BÉNÉFICE NET DE 18 % AU TROISIÈME TRIMESTRE 2004 Le rendement des capitaux propres atteint 15,3

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

DESTINÉE Assurance vie universelle. Sommaire des comptes de placement

DESTINÉE Assurance vie universelle. Sommaire des comptes de placement DESTINÉE Assurance vie universelle Sommaire des comptes de placement Destinée, contrat d assurance vie universelle, procure une protection d assurance permanente en cas de décès, pour votre famille ou

Plus en détail

E n V I g u E u R L E 3 1 j a n V I E R 2 0 1 4 le RER le compte d investissement le CELI le REEE le FRR/FRV le RPI Pour des conseils

E n V I g u E u R L E 3 1 j a n V I E R 2 0 1 4 le RER le compte d investissement le CELI le REEE le FRR/FRV le RPI Pour des conseils en vigueur Le 31 janvier 2014 Programme de des dentistes du Canada Description des fonds du La famille des fonds de du est exclusivement offerte aux membres admissibles* de la profession dentaire canadienne

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate Transat A.T. inc. Résultats de l exercice 2011 Les conditions de marché érodent les marges Mise en place d un plan d action pour revenir à la profitabilité

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Second Quarter 2013 Interim Report. Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2015. Αβχ

Second Quarter 2013 Interim Report. Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2015. Αβχ Banque HSBC Bank HSBC Canada Canada Second Quarter 2013 Interim Report Rapport intermédiaire du premier trimestre de Αβχ Rapport intermédiaire du premier trimestre de Profil La Banque HSBC Canada, filiale

Plus en détail

Fonds de placement garanti RBC

Fonds de placement garanti RBC Compagnie d assurance vie RBC Fonds de placement garanti RBC Potentiel de croissance des placements plus protection Fonds de placement garanti 1 Simplicité. Solidité. Confiance. Les Fonds de placement

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers

Plus en détail

Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2014

Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2014 Banque HSBC Canada Rapport intermédiaire du premier trimestre de Rapport intermédiaire du premier trimestre de Profil La Banque HSBC Canada, filiale de la société HSBC Holdings plc, est le chef de file

Plus en détail

Tim Hockey Chef de groupe, Services bancaires canadiens et Financement auto Groupe Banque TD

Tim Hockey Chef de groupe, Services bancaires canadiens et Financement auto Groupe Banque TD Tim Hockey Chef de groupe, Services bancaires canadiens et Financement auto Groupe Banque TD Conférence UBS Best of Americas 2011 Le 9 septembre 2011 Mise en garde relative aux énoncés prospectifs De temps

Plus en détail

Chiffres en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire. Pour publication immédiate Le 19 novembre 2010

Chiffres en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire. Pour publication immédiate Le 19 novembre 2010 Pour publication immédiate Le 19 novembre 2010 Chiffres en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire Journée des investisseurs institutionnels 2010 de la Société Financière Manuvie Toronto

Plus en détail

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8 GROUPE D OPC AGF offrant des titres de la série OPC, de série D, de série F, de série J, de série O, de série Q, de série T, de série V, de série W et de la série Classique (selon les indications) Notice

Plus en détail

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2]

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2] GREAT-WEST LIFECO Great-West Lifeco Inc. est une société de portefeuille internationale spécialisée dans les services financiers ayant des participations dans l assurance-vie, l assurance-maladie, les

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

1 milliard $ cadre Corporation. Reçus de souscription. presse. de souscription. une action. 250 millions $ de. Facilité de crédit.

1 milliard $ cadre Corporation. Reçus de souscription. presse. de souscription. une action. 250 millions $ de. Facilité de crédit. Communiqué de Ébauche en date du 2 juin 2014 presse NE PAS DISTRIBUER AUX SERVICES DE PRESSE DES ÉTATS-UNIS NI DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS Ce communiqué de presse ne constitue pas une offre de vente ou une

Plus en détail

Fonds d actions nord-américaines Fonds nord-américain de valeur RBC 19 Fonds nord-américain de croissance RBC 9

Fonds d actions nord-américaines Fonds nord-américain de valeur RBC 19 Fonds nord-américain de croissance RBC 9 FONDS RBC ET PORTEFEUILLES PRIVÉS RBC NOTICE ANNUELLE Parts de série A, de série Conseillers, de série Conseillers T5, de série T, de série T5, de série T8, de série H, de série D, de série F, de série

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 30 juillet 2014 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,53 $, avec un ratio combiné de 92,9

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004

L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004 COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004 Québec, le 12 mai 2004 L Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc.

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Communiqué de presse TORONTO, le 17 février 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 30

Plus en détail

soyez informés soyez engagés soyez inspirés soyez motivés soyez prêts soyez investis

soyez informés soyez engagés soyez inspirés soyez motivés soyez prêts soyez investis soyez engagés soyez informés soyez inspirés soyez prêts soyez motivés soyez investis soyez investis S investir Mettre toute son énergie psychique dans (une activité, un objet). Aussi, s investir dans (une

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 26 février 2002 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Les épargnants d aujourd hui ont deux défis à relever : se procurer un revenu malgré la faiblesse des taux d intérêt et trouver des placements pour faire

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Genworth MI Canada Inc. annonce ses résultats pour le premier trimestre de 2013

Genworth MI Canada Inc. annonce ses résultats pour le premier trimestre de 2013 COMMUNIQUÉ 2060 Winston Park Drive Suite 300 Oakville (Ontario) L6R 5R7 Genworth MI Canada Inc. annonce ses résultats pour le premier trimestre de 2013 Bénéfice opérationnel net de 85 millions de dollars

Plus en détail

Conférence téléphonique du 1 er trimestre 2010

Conférence téléphonique du 1 er trimestre 2010 Conférence téléphonique du 1 er trimestre 2010 Réjean Robitaille, président et chef de la direction Michel C. Lauzon, chef de la direction financière Le 3 mars 2010 à 14 h 00 1-866-226-1792 ÉNONCÉS PRÉVISIONNELS

Plus en détail

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ 2060 Winston Park Drive Suite 300 Oakville (Ontario) L6R 5R7 Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 Primes souscrites : 205 millions de dollars, en

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 4 novembre 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,47 $, en hausse de 7 % par rapport

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LA BANQUE ROYALE DU CANADA DEVIENDRA L'UNIQUE PROPRIÉTAIRE DE RBC DEXIA INVESTOR SERVICES

LA BANQUE ROYALE DU CANADA DEVIENDRA L'UNIQUE PROPRIÉTAIRE DE RBC DEXIA INVESTOR SERVICES EN LA BANQUE ROYALE DU CANADA DEVIENDRA L'UNIQUE PROPRIÉTAIRE DE RBC DEXIA INVESTOR SERVICES RBC pourra mieux tirer parti des activités d'une entreprise solide et stable avec une clientèle institutionnelle

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

RAPPORT DU DEUXIÈME TRIMESTRE POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 1999. Les gens avant tout

RAPPORT DU DEUXIÈME TRIMESTRE POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 1999. Les gens avant tout RAPPORT DU DEUXIÈME TRIMESTRE POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 19 Les gens avant tout MESSAGE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL POUR LE TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 AVRIL 19 LA OBTIENT AU DEUXIÈME TRIMESTRE UNE

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Premier trimestre 2006. Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com

Premier trimestre 2006. Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com Premier trimestre 2006 1 Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com Toronto (Ontario) Le 11 mai 2006 ING Canada affiche de solides résultats pour le

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers annuels audités du fonds d investissement. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

La Great-West, compagnie d assurance-vie. Rapport de gestion

La Great-West, compagnie d assurance-vie. Rapport de gestion La Great-West, compagnie d assurance-vie Rapport de gestion 2008 Table des matières 2 Résultats d exploitation consolidés 8 Situation financière consolidée 11 Liquidités, gestion et adéquation du capital

Plus en détail

CATÉGORIE DE VALEUR D ACTIONS CANADIENNES PHILLIPS, HAGER & NORTH

CATÉGORIE DE VALEUR D ACTIONS CANADIENNES PHILLIPS, HAGER & NORTH FONDS D ACTIONS CANADIENNES CATÉGORIE DE VALEUR D ACTIONS CANADIENNES Gestionnaire de portefeuille RBC Gestion mondiale d actifs Inc. («RBC GMA») Le conseil d administration de Catégorie de société RBC

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 29 juillet 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,56 $ avec un ratio combiné de 91,6 %.

Plus en détail

LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 28 mai 2015 Montréal

Plus en détail

1 Rapport trimestriel

1 Rapport trimestriel T 1 Rapport trimestriel Pour le trimestre clos le 31 mars 2012 D+H présente ses résultats du premier trimestre de 2012 Société Davis + Henderson («D+H» ou la «Société») présente ses résultats financiers

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

DU PREMIER TRIMESTRE DE 2009

DU PREMIER TRIMESTRE DE 2009 LA BANQUE CIBC ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2009 Communiqué de presse Toronto, Ontario le 26 février 2009 La Banque CIBC (CM aux Bourses de Toronto et de New York) a annoncé un bénéfice

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

6 Sommaire des résultats d exploitation consolidés. 19 Revue des résultats d exploitation par secteur

6 Sommaire des résultats d exploitation consolidés. 19 Revue des résultats d exploitation par secteur RAPPORT DE GESTION Société financière IGM Inc. 6 Sommaire des résultats d exploitation consolidés Groupe Investors 13 Revue des activités 19 Revue des résultats d exploitation par secteur Placements Mackenzie

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Rapport de gestion. Pour l exercice 2012

Rapport de gestion. Pour l exercice 2012 Pour l exercice RAPPORT DE GESTION POUR LA PÉRIODE CLOSE LE 31 DÉCEMBRE DATÉ DU 7 FÉVRIER 2013 Le présent rapport de gestion présente le point de vue de la direction sur la situation financière, les résultats

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION ACTIVITÉS DE LA GREAT-WEST MODE DE PRÉSENTATION ET SOMMAIRE DES CONVENTIONS COMPTABLES

RAPPORT DE GESTION ACTIVITÉS DE LA GREAT-WEST MODE DE PRÉSENTATION ET SOMMAIRE DES CONVENTIONS COMPTABLES L a G r e a t - W e s t, c o m p a g n i e d a s s u r a n c e - v i e R a p p o r t d e g e s t i o n 2010 Table des matières 2 Résultats d exploitation consolidés 8 Situation financière consolidée 14

Plus en détail

2010 IFRS Var. 2011 IFRS

2010 IFRS Var. 2011 IFRS L Industrielle Alliance annonce un bénéfice net de 45,7 millions de dollars pour le troisième trimestre La croissance se poursuit pour un huitième trimestre consécutif Québec, le 2 novembre 2011 L Industrielle

Plus en détail

DU PREMIER TRIMESTRE DE L EXERCICE

DU PREMIER TRIMESTRE DE L EXERCICE RAPPORT DE GESTION DU PREMIER TRIMESTRE DE L EXERCICE 2015 Le 28 janvier 2015 Mode de présentation Le présent rapport de gestion est la responsabilité de la direction, et il a été examiné et approuvé par

Plus en détail

Rapport de gestion. Se reporter à notre glossaire pour obtenir les définitions des termes utilisés dans le présent document.

Rapport de gestion. Se reporter à notre glossaire pour obtenir les définitions des termes utilisés dans le présent document. Rapport de gestion Le rapport de gestion a pour objectif de permettre au lecteur d évaluer nos résultats d exploitation et notre situation financière pour l exercice terminé le 31 octobre 2008, par rapport

Plus en détail

ING Canada continue d afficher de solides résultats

ING Canada continue d afficher de solides résultats Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 ING Canada continue d afficher de solides résultats ING Canada Inc. (TSX: IIC.LV) a déclaré aujourd hui un bénéfice net de 202,8

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION. Mise en garde au sujet des déclarations prospectives. Table des matières

RAPPORT DE GESTION. Mise en garde au sujet des déclarations prospectives. Table des matières RAPPORT DE GESTION Le rapport de gestion a pour objectif de permettre au lecteur d évaluer nos résultats d exploitation et notre situation financière pour l exercice clos le 31 octobre 2014, par rapport

Plus en détail

Services financiers Chrysler. Le Groupe Banque TD acquiert Services financiers Chrysler

Services financiers Chrysler. Le Groupe Banque TD acquiert Services financiers Chrysler Services financiers Chrysler Le Groupe Banque TD acquiert Services financiers Chrysler Le 21 décembre 2010 Énoncés prospectifs De temps à autre, la TD fait des énoncés prospectifs, écrits et verbaux, y

Plus en détail