Evaluation qualitative et quantitative des moisissures présentes dans l atmosphère de quelques habitations en Nouvelle-Calédonie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation qualitative et quantitative des moisissures présentes dans l atmosphère de quelques habitations en Nouvelle-Calédonie"

Transcription

1 Evaluation qualitative et quantitative des moisissures présentes dans l atmosphère de quelques habitations en Nouvelle-Calédonie Fouquet C.*, Pineau R.**, Amir A.**, Amir H.** * Association d Immuno-Allergologie du Pacifique Sud ** Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) Cette étude a fait l objet d une convention entre notre association et l université de la Nouvelle-Calédonie 1. Objectif Conditions climatiques : en NC, climat de type tropical tempéré (chaud et humide) favorable : Physiopathologie : végétation riche endémique ou non (pollens) développement de moisissures, y compris à l intérieur des habitations libération des spores des moisissures dans l atmosphère inhalation des spores libérant des allergènes But : Incidence globale des allergies relativement importante en NC (semaine de l Allergie Novembre 2005) Evaluer la présence de moisissures dans les habitations par une enquête aéromycologique : estimation quantitative des moisissures les plus fréquentes identification du genre ± espèce Améliorer la connaissance de ces moisissures pouvant induire des allergies en NC : aider au diagnostic allergique prévenir le risque allergique

2 2. Méthode Matériel : recherche de moisissures est réalisée par piégeage de spores sur des milieux gélosés en boîte de Pétri milieux de culture au malt + PDA (filtrat pomme de terre + antibiotiques) 5 boîtes / milieu soit 10 boîtes / site, ouvertes pendant 10 minutes dans différents endroits de chaque site incubation à 28 c à l obscurité Lieux de prélèvement : cinq habitations en Nouvelle-Calédonie dont quatre en milieu urbain une maison en dur, de type habitat social Nouméa une villa en dur, de type européen Nouméa une habitation, de type squat Nouméa une case traditionnelle, de type mélanésien Nouméa une case traditionnelle en tribu, de type mélanésien Lifou végétation très variée suivant les types d habitat Périodes de prélèvement : 3 mars avril : fin été austral juillet août : saison fraiche octobre : inter-saison Dénombrement au terme de 3 à 5 jours et identification des souches entre 10 et 20 jours

3 3. Résultats Cinquantaine d espèces de champignons appartenant à une quarantaine de genres différents ont été identifiés : Aspergillus, Penicillium, Trichoderma, Pullularia, Cladosporium, Curvularia et Fusarium sont les genres les plus fréquents A Différences selon le type d habitat : Diversité des espèces reconnues deux fois plus d espèces en habitat traditionnel ou précaire / dur (26/14) en habitat précaire : plus grande abondance Dématiacées : Pullularia, Curvularia, : moisissures cellulolytiques se développent sur végétaux (nature construction / environnement végétal) Trichoderma Fusarium dans tous les sites : Penicillium, Aspergillus, Cladosporium (forte sporulation) Composition quantitative Prélèvements toujours dans les mêmes conditions techniques (effet du milieu très limité) Différence significative dans la charge atmosphérique en habitat traditionnel / dur (nature construction) toutes saisons confondues : 151 CFU / 39 CFU par site de prélèvement B Effet climatique saisonnier (saison faîche) Concentration en spores est significativement corrélée avec la température, l humidité relative de l atmosphère et autres facteurs : vitesse vent, précipitations Diminution de moitié du nombre d espèces en habitat précaire Plus stable en habitat moderne Charge en spores moins élevée, surtout en habitat précaire Flore : Penicillium, Aspergillus, Curvularia Cladosporium (cladosporioides) Mise en évidence de rouilles, parasites végétaux

4 C Spécificités locales et autres situations géographiques Nombre limité de genres présents dans toutes les atmosphères : Cladosporium, Aspergillus, Penicillium (+ Curvularia : pays chauds) Genres fréquents, plus faiblement en Nouvelle-Calédonie : Alternaria, Pithomyces, Nigrospora, Torula, Fusarium (Alternaria : environnement minier peu favorable) Genres pratiquement inexistant en NC raison climatique : Botrytis absence substrats : céréales et charbons Genres identifiés en NC, peu ailleurs : Trichoderma (Lifou), Pullularia en habitat précaire à l exception des genres Alternaria et Trichoderma, flore fongique en NC est très proche de celle des autres pays tropicaux (Martinique 2006) D- Discussion Méthodologie : Boites Pétri : analyse instantanée espèces compétitives / esp à croissance lente Capteurs (évaluation précise des spores dans une unité de volume d air) Risque allergique : Moisissures en Nouvelle-Calédonie : allergisantes (IgE dépendante) potentiellement pathogènes Relativiser l importance des différentes espèces abondance permanence sporulation

5 mesures de prévention : importance de l origine des moisissures extérieur - tellurique (sol / vent) - plantes (feuilles : Pullularia) (parasites : Curvularia, Coleosporium) sources organiques présentes à l intérieur des habitations - saprophytes ubiquistes : se développent sur substrats (humidité) Penicillum, Cladosporium, Aspergillus, Trichoderma CONCLUSION Deux groupes bien distincts : habitat précaire ou traditionnel et habitat en dur ou moderne Saison fraiche nombre d espèces et quantité de spores Nécessité synthèse clinique en fonction de l incidence des genres isolés, du mécanisme d action (type d allergie, mycotoxine) Cladosporium cladosporioides Penicillium ± espèces Aspergillus (niger / fumigatus) Curvularia (tropical) Trichoderma Pullularia Coleosporium, Fusarium Sensibiliser les patients et les allergologues Elaborer des extraits antigéniques à partir des souches identifiées pour tests allergiques (sériques / cutanés) Collaborer avec le Réseau National de Surveillance Aérobiologique

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD Anne TOTET Professeur des universités praticien hospitalier Chef de service de Parasitologie et Mycologie médicales, CHU d Amiens Laboratoire

Plus en détail

LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES

LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES 1. GENERALITES 2. DEFINITIONS ET MODES D ACTION DES MYCOTOXINES 3. LES MYCOTOXINES 4. MYCOTOXINES DANS LES ALIMENTS 5. LUTTE CONTRE LES MYCOTOXINES LES RISQUES LIES AUX

Plus en détail

Principales causes d humidité 28/05/2015. Gestion de l humidité dans les bâtiments: Humidité de condensation. Humidité ascensionnelle

Principales causes d humidité 28/05/2015. Gestion de l humidité dans les bâtiments: Humidité de condensation. Humidité ascensionnelle 2 Gestion de l humidité dans les bâtiments: Moisissures et santé omsept@free.fr 1 3 4 Humidité de condensation Humidité ascensionnelle Dégâts des eaux Ponts thermiques, Source ISP Bruxelles Principales

Plus en détail

Que faire en présence de moisissures?

Que faire en présence de moisissures? Que faire en présence de moisissures? Rapporteur : F. Vermeulen (Bruxelles) Email : francoise.vermeulen@erasme.ulb.ac.be Experts : Nicole Nolard et Pierre-Alain Fonteyne Animateur-Organisateur : N. Masy

Plus en détail

Epidémiologie des infections fongiques opportunistes et nosocomiales. Microbiologie Médicale V. Letscher-Bru

Epidémiologie des infections fongiques opportunistes et nosocomiales. Microbiologie Médicale V. Letscher-Bru Epidémiologie des infections fongiques opportunistes et nosocomiales Microbiologie Médicale V. Letscher-Bru 1 I. Généralités sur les champignons II. III. IV. Epidémiologie générale des infections fongiques

Plus en détail

Qualité de l air intérieur Gros plan sur la contamination fongique

Qualité de l air intérieur Gros plan sur la contamination fongique Qualité de l air intérieur Gros plan sur la contamination fongique Marie-France Corre, experte associée Groupe Construction Durable 17/03/09 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures P. Germaud Les défis bâtiments & santé, 24 mai 2012 Prévention: objectif prioritaire Voies respiratoires particulièrement vulnérables Voies aériennes

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR *** Hervé PETARD FFTB enjeux de la QAI Qualité de l Air Intérieur principaux polluants contexte législatif, réglementaire et normatif moyens de lutte contre les polluants

Plus en détail

Contamination fongique : diagnostic, suivi et traitement de la crise en milieu hospitalier

Contamination fongique : diagnostic, suivi et traitement de la crise en milieu hospitalier Contamination fongique : diagnostic, suivi et traitement de la crise en milieu hospitalier Laurence Millon Laboratoire de Parasitologie-Mycologie CHU Besancon DU VASCO mars 2012 1/ Infections fongiques

Plus en détail

Conflits d intérêt. Intérêts financiers : néant. Liens durables ou permanents : néant. Interventions ponctuelles : néant. Intérêts indirects : néant

Conflits d intérêt. Intérêts financiers : néant. Liens durables ou permanents : néant. Interventions ponctuelles : néant. Intérêts indirects : néant Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant Liens durables ou permanents : néant Interventions ponctuelles : néant Intérêts indirects : néant Gabriel REBOUX le 20.04.2015 L ACARIEN TRANSPORTEUR D ALLERGÈNES

Plus en détail

COPIE ÉLECTRONIQUE DU RAPPORT ORIGINAL

COPIE ÉLECTRONIQUE DU RAPPORT ORIGINAL COPIE ÉLECTRONIQUE DU RAPPORT ORIGINAL RAPPORT D ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR DANS DE L HÔTEL DE VILLE DE SUTTON SITUÉ AU 11, RUE PRINCIPALE SUD À SUTTON NUMÉRO DU PROJET CHARGÉS DE PROJET Véronique Pepin,

Plus en détail

allergique aux moisissures?

allergique aux moisissures? allergique aux moisissures? Connaître mon allergie Définition Les moisissures sont des champignons microscopiques présents partout dans l environnement : dans le sol, l eau et sur les plantes. Dans la

Plus en détail

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques Les mycotoxines Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT Définition? Composé toxique produit par des moisissures champignons microscopiques 1 Historique Impact des mycotoxines en santé humaine Ergotisme:

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

aux moisissures? La désensibilisation Je m informe 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

aux moisissures? La désensibilisation Je m informe 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Diminue voire supprime les symptômes à terme 2. Diminue la consommation des traitements symptomatiques associés à l allergie

Plus en détail

Évaluations de la qualité de l'air intérieur : Moisissure

Évaluations de la qualité de l'air intérieur : Moisissure Évaluations de la qualité de l'air intérieur : Moisissure Daniel Fong Centre de collaboration nationale en santé environnementale Atelier sur la qualité de l'air intérieur Conférence nationale d éducation

Plus en détail

Les moisissures. Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique aux moisissures

Les moisissures. Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique aux moisissures Les moisissures Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique aux moisissures EN BREF Les moisissures sont des champignons microscopiques. Il en existe un grand nombre avec, pour certaines, de

Plus en détail

Goûts moisis terreux (GMT)

Goûts moisis terreux (GMT) Institut Français de de la la Vigne et et du du Vin Vin Goûts moisis terreux (GMT) Origines Microbiologiques Laurence GUERIN Fabienne Guyot Béatrice VINCENT Institut Français de la Vigne et du Vin www.itvfrance.com

Plus en détail

Les Moisissures. Origine, Épidémiologie, Biologie et conséquences. Dominique Chabasse. Service de Parasitologie-Mycologie CHU Angers UPRES-EA 3142

Les Moisissures. Origine, Épidémiologie, Biologie et conséquences. Dominique Chabasse. Service de Parasitologie-Mycologie CHU Angers UPRES-EA 3142 Les Moisissures Origine, Épidémiologie, Biologie et conséquences Dominique Chabasse Service de Parasitologie-Mycologie CHU Angers UPRES-EA 3142 14/02/2009 Genève novembre 2007 1 Grande diversité des champignons

Plus en détail

Livret Anti mousse. Comment éliminer la flore et les microorganismes indésirables sur de nombreuses surfaces?

Livret Anti mousse. Comment éliminer la flore et les microorganismes indésirables sur de nombreuses surfaces? Livret Anti mousse Comment éliminer la flore et les microorganismes indésirables sur de nombreuses surfaces? LES ORGANISMES ET MICROORGANISMES A COMBATTRE - DESCRIPTION - LES MOUSSES LES ALGUES Les mousses

Plus en détail

RNSA AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN

RNSA AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN RNSA CAPTEURS AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN RNSA Association loi 1901Crée en 1996 par M.THIBAUDON pour poursuivre les travaux du laboratoire d Aérobiologie de l institut PASTEUR à Paris Étude du contenu

Plus en détail

Obs Angers. Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie. Infirmier Psy à retraite jardin chasse

Obs Angers. Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie. Infirmier Psy à retraite jardin chasse Obs Angers Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie JRS 26-27/9/12 Mr S DTN : 9/2/1947 Infirmier Psy à retraite jardin chasse ITRch PU 1990 glom non étiquetée IdM

Plus en détail

Allergie à la moisissure Alternaria. Formation continue allergologie - Asthme S.Maître, IAL, 08.10.2015

Allergie à la moisissure Alternaria. Formation continue allergologie - Asthme S.Maître, IAL, 08.10.2015 Allergie à la moisissure Alternaria Formation continue allergologie - Asthme S.Maître, IAL, 08.10.2015 Monsieur D.B., été 2015 26 ans, portugais, CH depuis 3ans DA puis dès âge de 3 ans RC et asthme perannuels

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

Inventaire et mesures des polluants extérieurs et intérieurs de l air des bâtiments

Inventaire et mesures des polluants extérieurs et intérieurs de l air des bâtiments Inventaire et mesures des polluants extérieurs et intérieurs de l air des bâtiments Énora Parent CEREMA / CETE Nord-Picardie Sources externes de polluants Illustrations ENTE Valenciennes Sources externes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX Environnement COUDRAIS S, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif est d assurer la sécurité des patients lors de travaux dans un établissement de soins. Le risque

Plus en détail

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF Allergie ENQUETE 2013/1

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF Allergie ENQUETE 2013/1 EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

Département INDUSTRIE «Salles propres» rnsalaboratoire@rnsa.fr www.analyse-air.fr Tel: 04 74 26 19 48 Fax: 04 74 26 16 33 CONTRÔLE CORIOLIS.

Département INDUSTRIE «Salles propres» rnsalaboratoire@rnsa.fr www.analyse-air.fr Tel: 04 74 26 19 48 Fax: 04 74 26 16 33 CONTRÔLE CORIOLIS. CONTRÔLE CORIOLIS Le client BioWind ZA Vogelau 13, rue du Héron 67300 SCHILTIGHEIM Interlocuteur : Richard LEVY L intervention Date : 16 AVRIL 2010 Intervenants : Michel THIBAUDON Solène POILANE Qualité

Plus en détail

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE Héloïse Bastiaanse et François Van Hove, Mycothèque de l UCL (BCCM TM /MUCL) Projet de recherche financé

Plus en détail

Centre de référence mycoses

Centre de référence mycoses Centre de référence mycoses Centre hospitalier universitaire de Liège Rapport d activité 2012 M-P Hayette/R. Sacheli Août 2013 1 1. Introduction L importance grandissante tenue par les mycoses au niveau

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE Nicole Desbois, M. Chakra, B. Dugardin, Danielle Quist, J. de Thore, S. Simon, Christine Aznar Laboratoire de Parasitologie-Mycologie-Immunologie,

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

Disparités régionales de la composition microbiologique des logements et risque allergique

Disparités régionales de la composition microbiologique des logements et risque allergique Disparités régionales de la composition microbiologique des logements et risque allergique Projet : EBRA (Environnement Biologique et Risque Allergique) Gabriel REBOUX, Steffi ROCCHI, Emeline SCHERER,

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Interprétation des rapports d analyse microbiologique Sommaire Introduction... 2 Informations génériques Pour tous les rapports

Plus en détail

Diagnostic de la leptospirose Révision de la NABM: retour d expérience

Diagnostic de la leptospirose Révision de la NABM: retour d expérience 6ème séminaire des Centres nationaux de référence Diagnostic de la leptospirose Révision de la NABM: retour d expérience Mathieu Picardeau Unité de Biologie des Spirochètes Centre Collaborateur OMS de

Plus en détail

Coup de soleil sur poivron et infection secondaire par le champignon Alternaria alternata

Coup de soleil sur poivron et infection secondaire par le champignon Alternaria alternata Avertissement CUCURBITACÉES-SOLANACÉES No 15 10 août 2006 EN BREF : Poivron : la pyrale du maïs est toujours active. Consultez le calendrier de traitements pour votre région. Tomate et poivron : les traitements

Plus en détail

Parcelle Amandine défanée (Source GITEP)

Parcelle Amandine défanée (Source GITEP) 18 28 Juillet 2015 - STADE DES CULTURES : Fin floraison Sénescence du feuillage - MILDIOU - SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE : Présence d une réserve maladie plus ou moins élevée selon les secteurs (potentiels

Plus en détail

Rapport final. Essais de différentes techniques pour le contrôle des maladies fongiques dans la culture de l'ail sous régie biologique (année 2)

Rapport final. Essais de différentes techniques pour le contrôle des maladies fongiques dans la culture de l'ail sous régie biologique (année 2) Rapport final 12-INNO3-05 Demandeur : Coopérative de solidarité Nord-Bio Agronomes responsables du projet : Audrey Bouchard et Françoise Rodrigue Répondante régionale au MAPAQ : Sara Villeneuve, agronome.

Plus en détail

Développement de cultures bactériennes protectrices antifongiques pour améliorer la conservation des produits laitiers fermentés

Développement de cultures bactériennes protectrices antifongiques pour améliorer la conservation des produits laitiers fermentés Développement de cultures bactériennes protectrices antifongiques pour améliorer la conservation des produits laitiers fermentés Jean-Marc CHOBERT Yvan CHOISET INRA Angers Nantes, UR 1268 BIA Gen2Bio 2011

Plus en détail

Compte-rendu de séminaire. La mycologie prévisionnelle et son application dans le domaine culturel. Bibliothèque nationale de France, 24 avril 2007

Compte-rendu de séminaire. La mycologie prévisionnelle et son application dans le domaine culturel. Bibliothèque nationale de France, 24 avril 2007 Compte-rendu de séminaire La mycologie prévisionnelle et son application dans le domaine culturel Bibliothèque nationale de France, 24 avril 2007 Résumé Ce séminaire est le fruit d une collaboration entre

Plus en détail

Les carrières et la biodiversité

Les carrières et la biodiversité Les carrières et la biodiversité Les carrières sont directement concernées par la biodiversité : l exploitation de carrières a un impact sur les écosystèmes, les habitats et les espèces ; l incidence sur

Plus en détail

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Françoise Enkiri Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris Académie Nationale de Pharmacie

Plus en détail

ACTUALITES BIBLIOGRAPHIQUES EN ALLERGOLOGIE. Novembre 2013

ACTUALITES BIBLIOGRAPHIQUES EN ALLERGOLOGIE. Novembre 2013 ACTUALITES BIBLIOGRAPHIQUES EN ALLERGOLOGIE Novembre 2013 Claude MOLINA* et Jacques GAYRAUD* * 1. Asthme de l enfant scolarisé et facteurs psychologiques 2. Statines et Asthme 3. Les lipides et l'allergie

Plus en détail

«Alerte pollens» : une newsletter pour informer en temps réel de la pollinisation

«Alerte pollens» : une newsletter pour informer en temps réel de la pollinisation dossier de presse «Alerte pollens» : une newsletter pour informer en temps réel de la pollinisation Crédit photo : Th.Bonnet Ville d Angers Contact presse : Joanne Erdual 02 41 05 40 96 / 06 33 47 49 52

Plus en détail

LES MOISISSURES DE L ÉPI DU MAÏS GRAIN

LES MOISISSURES DE L ÉPI DU MAÏS GRAIN Grandes cultures Bulletin d information N 26 10 septembre 2015 LES MOISISSURES DE L ÉPI DU MAÏS GRAIN Chaque année, des cas de contamination des épis de maïs par des moisissures sont recensés au Québec.

Plus en détail

Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste. Santé Publique Tours de refroidissement

Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste. Santé Publique Tours de refroidissement Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste Santé Publique Tours de refroidissement Historique Éclosion de légionellose à Québec, du 26 juillet au 8 octobre 2012. 181 personnes touchées, 23 % aux soins intensifs,

Plus en détail

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose 20/04/2015 MASSA Jacques François L2 CR : BRASSIER Julia. Digestif Professeur Ranque 6 pages AIH - Aspergilloses Plan A. Introduction B. Pathogénicité C. Mise en évidence de l'aspergillose D. Les différentes

Plus en détail

Qualité de l air dans les espaces de conser vation : impact des moisissures sur la santé

Qualité de l air dans les espaces de conser vation : impact des moisissures sur la santé Qualité de l air dans les espaces de conser vation : impact des moisissures sur la santé Q u a l i t é d e l a i r d a n s l e s e s p a c e s d e c o n s e r v a t i o n : i m p a c t d e s m o i s i

Plus en détail

Qualité de l air intérieur

Qualité de l air intérieur Qualité de l air intérieur 1 Présentation Air PACA Association Agréée de Surveillance de la Qualité de l Air (AASQA) Association loi 1901 à but non lucratif Surveillance de la région PACA 40 ans d expérience

Plus en détail

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Champignons ou Fungi eucaryotes (vrai noyau) (Protistes, Fungi, végétal, animal) hétérotrophes

Plus en détail

NORD (59) LILLE Wazemmes (ZUS) RUE DES POSTES

NORD (59) LILLE Wazemmes (ZUS) RUE DES POSTES NORD (59) LILLE (ZUS) Le dispositif commercial existant Nature et composition Pénétrante vers le centre-ville de Lille regroupant une cinquantaine de locaux dont 16 vacants. Une clientèle issue du quartier

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FERROVIAIRE R91-01. Règlements relatifs aux clôtures

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FERROVIAIRE R91-01. Règlements relatifs aux clôtures RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FERROVIAIRE R91-01 Contexte Règlements relatifs aux clôtures Le 24 mai 1990, vers 21 h, heure avancée de l Est, le train de marchandises

Plus en détail

Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable

Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable Caroline Robert Direction des politiques de l eau Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable 1. Principes

Plus en détail

Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG. Notice à l attention des établissements

Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG. Notice à l attention des établissements ANNEXE 4 Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG Notice à l attention des établissements Ce volet couvre le champ de la prévention des risques légionelles, amiante, radon et

Plus en détail

Y a-t-il des allergènes asthmogènes?

Y a-t-il des allergènes asthmogènes? Y a-t-il des allergènes asthmogènes? Michel MIGUERES Pneumologue et allergologue, Clinique de l Union, Toulouse Les symptômes des allergies respiratoires rhinite, conjonctivite, asthme ne s observent pas

Plus en détail

CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE

CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE Considérant la Résolution CST 1/2002 qui fixe la teneur maximale en ochratoxine

Plus en détail

Office National des Forêts (2011). Les forêts du monde.

Office National des Forêts (2011). Les forêts du monde. Les concepts généraux et les caractéristiques de la situation actuelle des forêts au monde Résumé introductoire préparé par Luisa Elena Molina, PhD. Universidad de Los Andes; Mérida Venezuela. Professeur

Plus en détail

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel)

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel) DOSSIER TECHNIQUE SELD 1, Rue Marius Berliet 69720 ST BONNET DE MURE PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES Compte Rendu de l utilisation de l EXP55 O en Raffinerie

Plus en détail

BIO-SURVEILLANCE Applications aux milieux terrestres de Nouvelle- Calédonie. Hervé Jourdan /Laurent Lhuillier

BIO-SURVEILLANCE Applications aux milieux terrestres de Nouvelle- Calédonie. Hervé Jourdan /Laurent Lhuillier BIO-SURVEILLANCE Applications aux milieux terrestres de Nouvelle- Calédonie Hervé Jourdan /Laurent Lhuillier Rappels BIOSURVEILLANCE L utilisation des réponses àtous les niveaux d organisation biologique

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

CONTAMINATION FONGIQUE DES FOURRAGES CONSOMMES PAR LES AULACODES (Thryonomys swinderianus) D ELEVAGE EN ZONE PERIURBAINE D ABIDJAN (CÔTE D IVOIRE)

CONTAMINATION FONGIQUE DES FOURRAGES CONSOMMES PAR LES AULACODES (Thryonomys swinderianus) D ELEVAGE EN ZONE PERIURBAINE D ABIDJAN (CÔTE D IVOIRE) Contamination fongique des fourrages des aulacodes 53 CONTAMINATION FONGIQUE DES FOURRAGES CONSOMMES PAR LES AULACODES (Thryonomys swinderianus) D ELEVAGE EN ZONE PERIURBAINE D ABIDJAN (CÔTE D IVOIRE)

Plus en détail

Humidité/Ventilation

Humidité/Ventilation Humidité/Ventilation Connaître le risque Vendredi 21 juin 2013 - Angers DPPS-DVSS et DT-SSPE Pays de la Loire 1 L humidité agit sur Connaître le risque la structure du bâti par un développement de moisissures

Plus en détail

L Australie. Activité 13. Document 1 : Le relief de l Australie. 1. Expliquez l originalité de la situation géographique de l Australie.

L Australie. Activité 13. Document 1 : Le relief de l Australie. 1. Expliquez l originalité de la situation géographique de l Australie. L Australie Activité 13 Document 1 : Le relief de l Australie 1. Expliquez l originalité de la situation géographique de l Australie. 2. Quelles sont les spécificités du relief? 214 La géographie régionale

Plus en détail

Intervention en partenariat : exemple d une éclosion de légionellose

Intervention en partenariat : exemple d une éclosion de légionellose Intervention en partenariat : exemple d une éclosion de légionellose Jacinthe Desjardins, DESS, HDQ Jean-François Duchesne, M.Sc., DRSP 03 Jasmin Villeneuve, MD, M. Sc., DRSP 03 JASP 1er décembre 2011

Plus en détail

pourlasanté environnementale

pourlasanté environnementale pourlasanté 3 Modules QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR EXTÉRIEUR QUALITÉ DE L EAU pourlasanté Pour renforcer les connaissances des professionnels et leur permettre de devenir des intervenants

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

RÉSUMÉ. Mots-clés: blé variété microflore des semences, combat

RÉSUMÉ. Mots-clés: blé variété microflore des semences, combat RÉSUMÉ Mots-clés: blé variété microflore des semences, combat Importance de la récolte de blé a entraîné attention sur la recherche sur la santé des plantes et, en particulier, mycose affectant la récolte

Plus en détail

Problématique vue par un médecin

Problématique vue par un médecin Séminaire Bâtiment & Santé Problématique vue par un médecin RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DOMESTIQUES Anne TOTET Professeur des universités praticien hospitalier Chef de service de Parasitologie

Plus en détail

3mesures pour retrouver une certaine qualité de vie

3mesures pour retrouver une certaine qualité de vie ALLERGIE AUX POLLENS : 3mesures pour retrouver une certaine qualité de vie u Eviter de trop grandes expositions aux pollens Prudence les jours chauds et ensoleillés (les pollens sont en suspension dans

Plus en détail

Fréquence et biodiversité des moisissures de l habitat

Fréquence et biodiversité des moisissures de l habitat Fréquence et biodiversité des moisissures de l habitat Gabriel REBOUX Laboratoire de Parasitologie-Mycologie CHU de BESANCON 5 e Journée du Réseau ALLERGOLOR Vittel 2008 PLAN DE L EXPOSE Généralités Espèces

Plus en détail

DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES

DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES La Théorie Les tests d allergie chez l enfant: Pourquoi, Pour qui, Quand, et

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût Épices & Herbes Irradiation Irradiation Tables des matières La conservation des aliments Les maladies d origine alimentaire -un problème d ordre mondial Le procédé d irradiation alimentaire Les bienfaits

Plus en détail

PRINCIPALES MALADIES FONGIQUES RESPONSABLES DE CHANCRES SUR LA TIGE ET AU COLLET DU CONCOMBRE DE SERRE

PRINCIPALES MALADIES FONGIQUES RESPONSABLES DE CHANCRES SUR LA TIGE ET AU COLLET DU CONCOMBRE DE SERRE PRINCIPALES MALADIES FONGIQUES RESPONSABLES DE CHANCRES SUR LA TIGE ET AU COLLET DU CONCOMBRE DE SERRE Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Laboratoire de diagnostic en phytoprotection Direction

Plus en détail

Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus

Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus Aspergillus : plan Aspergillus DFGSM 2/3 Interactions Hôte - Agents infectieux Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Année 2012-2013 Agent pathogène Eco-épidémiologie Pathogénicité Clinique Bases du diagnostic

Plus en détail

RENCONTRE D INFORMATION PROJET DE DÉVELOPPEMENT ROC POINTE SECTEUR SAINT NICOLAS

RENCONTRE D INFORMATION PROJET DE DÉVELOPPEMENT ROC POINTE SECTEUR SAINT NICOLAS RENCONTRE D INFORMATION PROJET DE DÉVELOPPEMENT ROC POINTE SECTEUR SAINT NICOLAS 28 avril 2014 OBJECTIFS Objectifs de la séance d informations Faire un état de situation du projet; Le projet en 2014 :

Plus en détail

Moisissures Orages - Asthme. M.Thibaudon A.Poirot F. de Blay C.Sindt G.Oliver

Moisissures Orages - Asthme. M.Thibaudon A.Poirot F. de Blay C.Sindt G.Oliver Moisissures Orages - Asthme M.Thibaudon A.Poirot F. de Blay C.Sindt G.Oliver Sommaire Objets de l étude Bibliographie Matériel et méthode Résultats Discussion Conclusion Remerciements Objet de l étude

Plus en détail

Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse

Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse 1- Stratégies d échantillonage 2- Conditions de conservation 3- Analyses mycologiques et /ou mycotoxicologiques 4- Analyses

Plus en détail

Schéma Départemental des Ecosystèmes de l Hérault

Schéma Départemental des Ecosystèmes de l Hérault Schéma Départemental des Ecosystèmes de l Hérault Avril 2004 Direction de l Aménagement Rural et de l Environnement Direction de l Environnement et du Cadre de Vie Service «Espaces naturels et paysages»

Plus en détail

L effet inhibiteur de Pythium sp. sur la croissance mycélienne de Fusarium roseum et d Alternaria alternata

L effet inhibiteur de Pythium sp. sur la croissance mycélienne de Fusarium roseum et d Alternaria alternata REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPEREURE ET DE LE RECHERCHE SCIENTIFIQUE Université Mentouri Constantine Faculté des sciences de la Nature et de la vie Département

Plus en détail

Caractérisation des espèces de champignons et de mycotoxines contaminant des ensilages en Belgique

Caractérisation des espèces de champignons et de mycotoxines contaminant des ensilages en Belgique Caractérisation des espèces de champignons et de mycotoxines contaminant des ensilages en Belgique Projet de recherche C3/00/22 financé par la politique scientifique fédérale dans le cadre du programme

Plus en détail

EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS

EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

Connaître la qualité de l air intérieur

Connaître la qualité de l air intérieur Connaître la qualité de l air intérieur L Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur Comment savoir si l air que nous respirons chez nous, au travail, à l école, dans les salles de sport, etc. est de

Plus en détail

EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS

EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

BIEN VIVRE AVEC LA RHINITE ALLERGIQUE

BIEN VIVRE AVEC LA RHINITE ALLERGIQUE BIEN VIVRE AVEC LA RHINITE ALLERGIQUE Les conseils ne sont en aucun cas destinés à remplacer des avis ou soins médicaux professionnels. Si vous n êtes pas certain que les conseils donnés s appliquent à

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/AWGLCA/2008/8 15 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL DE L ACTION CONCERTÉE À LONG TERME

Plus en détail

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823

Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle. I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Asthme du nourrisson et du petit enfant: définitions et histoire naturelle I. Pin Clinique médicale de pédiatrie, CHU de Grenoble INSERM U 823 Particularités physiologiques du NRS Plus grande facilité

Plus en détail

Produits d assurance de dommages directs et indirects pour les entreprises

Produits d assurance de dommages directs et indirects pour les entreprises Produits d assurance de dommages directs et indirects pour les entreprises Recueil de formulaires, 2 e édition (F404-S1) Addenda Lors de la compilation du Recueil de formulaires F404-S1, 2 e d avenants

Plus en détail

Maladies foliaires du bleuet sauvage

Maladies foliaires du bleuet sauvage Maladies foliaires du bleuet sauvage Feuillet de renseignements sur le bleuet sauvage C.3.3.0 Les bleuets sauvages peuvent être infectés par cinq maladies foliaires d importance causant la décoloration

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue :

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue : Comment prévoir un réseau écologique, une trame verte et bleue, adaptée aux déplacements d espèces liés au changement climatique. La réflexion menée sur la côte pacifique des USA et du Canada propose une

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information CULTURES EN SERRES No 11 20 juillet 2010 IL FAIT CHAUD, TRÈS CHAUD! PRISE 3 PROBLÈMES ASSOCIÉS AUX EXCÈS DE CHALEUR DANS LES SERRES État de la situation Les températures très chaudes

Plus en détail

Oidium neolycopersici Podosphaera xanthii

Oidium neolycopersici Podosphaera xanthii Oidium neolycopersici Podosphaera xanthii Botrytis cinerea Saprophyte (vit sur des tissus vivants, sénescents ou morts). Moisissure grise Portes d entrées du champignon Polyphage(i.emange de tout!) S attaque

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS

HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS D O S S I E R HUMIDITÉ HUMIDITÉ DANS DANS LES LES BÂTIMENTS BÂTIMENTS Sommaire HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS Liquide ou vapeur, l'eau figure au premier rang des causes de sinistres dans le bâtiment. Sous

Plus en détail