OUTILS D ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE POUR L ÉLABORATION DE PLANS D ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OUTILS D ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE POUR L ÉLABORATION DE PLANS D ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES"

Transcription

1 13e École d été de l IEPF et du SIFÉE OUTILS D ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE POUR L ÉLABORATION DE PLANS D ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES : Hôtel Ténéré, du 20 au 24 mai 2009 à Niamey (République du Niger) APPLICATION DES OUTILS ET METHODES D EVALUATION ENVIRONNEMENTALE POUR L EVALUATION DES IMPACTS ET L ELABORATION DE PLANS D ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES Prof. Samuel Yonkeu Maître des Conférences/Maître de Recherche Enseignant Chargé des Cours d Environnement 2iE, 01 B.P. 594 OUAGADOUGOU 01 BURKINA FASO

2 PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Objectif de la présentation Première partie: Rappels sur les outils et méthodes de l évaluation environnementale et leurs application Deuxième partie: Intégration des considérations relatives au changement climatique à l'évaluation environnementale

3 INTRODUCTION Notre compréhension du changement climatique et de ses conséquences ne cesse d'évoluer. Il n'existe actuellement aucune obligation légale ni aucune limite approuvée de réduction des émissions de GES. Toutefois, la compréhension et les politiques des pays, surtout développés, progressent. D où la nécessité que les promoteurs de projet ainsi que les décideurs et praticiens de l'ee au sein des gouvernements soient conscients des questions de changement climatique qui entrent en jeu dans les projets proposés.

4 OBJECTIF DE CETTE PRESENTATION donner aux praticiens de l'évaluation environnementale (EE) quelques pistes sur l'intégration des considérations relatives au changement climatique àl'ee d'un projet

5 OUTILS ET METHODES D EVALUATION ENVIRONNEMENTALE POUR L EVALUATION DES IMPACTS ET LEURS APPLICATIONS

6 PLAN Introduction Les outils de la gouvernance environnementale Les Evaluations environnementales stratégiques Les EIES Le Monitoring L Audit environnemental Le Plan de gestion environnemental Le Systèmes de management environnemental L analyse du cycle de vie Les indicateurs du développement durable Les mécanismes de développement propre Les ecolabels

7 INTRODUCTION (1) L EE regroupe deux catégories d outils ou de processus: Outils prospectifs, de gestion préventive et anticipative de l environnement: Évaluations Environnementales Stratégiques (EES) Évaluation environnementale sectorielle (EESec.) Évaluation environnementale régionale (EER) Étude d Impact sur l Environnement et Social (EIES) Etude d impact environnemental et social simplifiée Etude d impact environnemental et social approfondie

8 INTRODUCTION (2) Outils de contrôle et de gestion environnementale Monitoring environnemental Plan de gestion environnementale et Sociale (PGES) Audit environnemental Système de gestion environnementale (SME) Analyse du cycle de vie (ACV) Ecolabel Mécanisme de Développement Propre (MDP) Indice du Développement Durable (IDD) Etc.

9 GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE (3) LE PLANIFIÉ LE BÂTI IDD ÉES EIE Suivi et Monitoring SME Audits RÉGIONALE SECTORIELLE PGE ACV PGE ECOLABELS DEV PROPRE Audits ACV IDD PRÉVENTION DÉCISION MANAGEMENT Michel A. Bouchard et Samuel Yonkeu

10 L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE(1) C est l'approche formelle qui vise à: évaluer les impacts environnementaux de décisions faites au niveau de politiques, plans et programmes et de leurs alternatives, présenter les résultats dans un rapport et utiliser ces résultats dans un processus de prise de décision transparente.

11 L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE (2) on peut distinguer deux approches distinctes dans la façon de mettre en œuvre l'évaluation environnementale aux décisions stratégiques. La première reprend l'ensemble des acquis de l'eies traditionnelle, autant au niveau des principes que des procédures à suivre aux différentes étapes, ainsi que les méthodes. La deuxième approche adopte une rationalité fondée sur la logique de la planification et des politiques. Dans ce cas, les principes de l'évaluation environnementale sont adaptés à la formation de politiques et de plans par l'identification de besoins et d'options en terme de développement, qui sont évalués dans un contexte d'une vision de développement durable.

12 L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE (3) Évaluation Environnementale Sectorielle (EESec) est vue comme une forme d'évaluation environnementale stratégique, en fait comme la plus commune et la plus pratiquée. consiste àexaminer au niveau de l'ensemble d'un secteur (énergie, mine, tourisme, etc.) les implications environnementales d'un ensemble de projets potentiels.

13 L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE (4) Les EESec fournissent une analyse environnementale de tous les projets avant que ne soient menées les études de préfaisabilités. Ils aident ainsi à la sélection des options par exemple: gaz au lieu de charbon au lieu d'énergie hydroélectrique au lieu d'énergie nucléaire au lieu de pétrole dans le domaine de l'énergie; route contre rail contre air dans le domaine des transports.

14 L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE (5) Évaluation environnementale Régionale (EER) est un concept n'ayant pas fait l'objet d'une longue pratique, elle présente cependant un intérêt certain lorsqu'un ensemble de projet d'investissement sont envisagés dans une région bien circonscrite. a pour objectif principal d'améliorer les décisions en matière d'investissement en introduisant dans le plan de développement régional les enjeux que représentent les diverses facettes de l'environnement.

15 L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE (6) Son originalité est dans la dimension spatiale qu'elle apporte et elle permet d'examiner l'ensemble des projets potentiels en fonction des effets cumulatifs qu'ils peuvent avoir sur le milieu naturel et humain. L'étendue spatiale couverte pourra être définie selon les limites socio économiques, écologiques (bassin versant), administrative ou autre.

16 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES)(1) L'étude d'impact sur l'environnement est un concept relativement nouveau (depuis la décennie 1970: USA, 1970; France, 1976; la Suisse, 1983; la CEE, 1985, l'afrique, 1987) mais qui aujourd'hui connaît un retentissement quasi planétaire, à la mesure des problèmes et des politiques qui l'ont suscité Toutefois, des confusions subsistent, notamment lorsque l'eies est assimilée à d'autres concepts comme l'évaluation Environnementale, l'audit ou le monitoring environnemental.

17 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES) (2) s applique à un projet ou une activité, est une procédure préventive et anticipative destinée à garantir que les intérêts de la protection de l'environnement sont pleinement pris en compte lors de l'élaboration du dit projet ou activité.

18 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES)(3) étudie les effets, raisonnablement prévisibles, sur l'environnement d'un projet ou activité de développement. concerne aussi bien les effets bénéfiques que néfastes ou adverses.

19 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES)(4) Selon la gravité des impacts d'un projet, on peut procéder àune EIES complète ou EIES approfondie ou EIES proprement dit ou à une EIES légère (procédure simplifiée) ou Analyse Environnementale. En France cette procédure simplifiée est appelée une Notice d'impact, description sommaire.

20 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES)(5) L EIES et la Notice d impact obéissent aux mêmes règles générales, tant au niveau de leur contenu, de leurs objectifs que de la démarche d étude. Ils se distinguent par la mise en œuvre du principe de proportionnalité. La notice d impact, qui concerne des projets de moindre ampleur, n exige pas forcément des études aussi approfondies que l étude d impact. Elle peut, par exemple, concerner une aire d étude moins vaste.

21 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES)(6) Mais, c est surtout la sensibilité du territoire sur lequel un projet est envisagé qui doit guider le porteur de projet : un petit projet dans un site sensible requiert des études qui peuvent être plus délicates, plus longues et plus onéreuses qu un projet plus important mais dans un site peu sensible.

22 ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT ET SOCIAL (EIES)(7) L'EIES est une évaluation qui précède la décision relative àl'exécution du projet. Lorsque cette évaluation a lieu durant ou après l'exécution d'un projet, on ne parle plus d'eies.

23 MONITORING ENVIRONNEMENTAL Ce concept désigne le contrôle des impacts attendus d'un projet afin d'améliorer les pratiques de gestion de l'environnement. C'est également un instrument de mise en œuvre des EIE, notamment pour le suivi des activités ayant une incidence néfaste sur l'environnement.

24 PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)(1) Également considéré comme le plan environnemental d atténuation ou de contrôle, est un plan d action ou un système qui définit comment, quand, qui, quoi et où intégrer les mesures d atténuation environnementale et de contrôle dans toute la mise en œuvre d un projet.

25 PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)(2) est un instrument détaillant les mesures à prendre durant la mise en œuvre et l exploitation d un projet afin d éliminer ou de compenser les effets environnementaux négatifs, ou de les réduire àun niveau acceptable donne aussi le détail des actions nécessaires afin d appliquer ces mesures. Le PGE fait partie intégrante des EIES des projets. Mais il peut aussi être le résultat d un audit ou être réalisé comme une tâche distincte.

26 AUDIT ENVIRONNEMENTAL (OU POST AUDIT)(1) Outil de gestion utilisé surtout dans le domaine des entreprises industrielles, le terme audit environnemental désigne l'examen interne, systématique, périodique et objective des pratiques de gestion de l'environnement au sein de l'entreprise.

27 AUDIT ENVIRONNEMENTAL (OU POST AUDIT) (2) Il permet: de faciliter le contrôle opérationnel des pratiques susceptibles d'avoir des incidences sur l'environnement, d'évaluer la conformité de ces pratiques avec les normes édictées et avec les politiques environnementales de l'entreprise, Afin de mettre en évidence les impacts négatifs et d'y apporter des mesures correctives ou des remèdes, tout cela dans le but d'améliorer la gestion de l'environnement au sein de l'entreprise.

28 AUDIT ENVIRONNEMENTAL (OU POST AUDIT) (3) Dans la plupart des cas l'audit permet d'améliorer, en plus de la qualité de l'environnement, les performances techniques et la productivité de l'entreprise: par exemple, réduction de la consommation d'énergie, recyclage et réutilisation des eaux usées ou de certaines catégories de déchets. Ces avantages font que l'audit environnemental tend aujourd'hui àse développer, en particulier dans les pays développés, sur l'initiatives des industriels eux mêmes.

29 SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL (SME) (1) C est un moyen d assurer la mise en œuvre efficace et continue d un plan de gestion environnementale et d assurer la conformité avec les cibles et les objectifs environnementaux. Le SME est généralement appliqué à une organisation ou àun site en fonctionnement tels qu une fabrique industrielle, un système de transport en commun ou un site d évacuation des déchets.

30 SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL (SME)(2) Une caractéristique clé de tout SME efficace est la préparation de procédures de systèmes documentés et d instructions pour assurer la communication efficace et la continuité de la mise en œuvre. Un SME peut être mis en œuvre suivant des normes reconnue, telles que ISO et EMAS. Un SME sur mesure et personnalisé peut être développé pour répondre aux besoins particuliers de l opération.

31 SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL (SME) (3) L établissement d un SME implique généralement: un premier examen des activités pour identifier les problèmes et pour évaluer leur importance; formulation d une politique environnementale pour l organisation visée; engagement à l amélioration continuelle de la performance environnementale depuis le niveau le plus élevé de la gestion; identification de cadre et de normes réglementaires appropriés;

32 SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL (SME) (4) établissement d objectifs et de cibles de performance; compilation d un plan d action pour aborder les problèmes et atteindre les cibles; Production des procédures opérationnelles et identification des responsabilités suivies de leur mise en œuvre.

33 SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL (SME)(5) Un cycle d examens et d audits réguliers des performances du système et des groupes d objectifs, au travers d amendements au plan d action, permet au système de tendre vers une meilleure performance. Un SME est un outil de gestion qui agit sur une base quotidienne, aide à aborder les préoccupations environnementales, définit une priorité parmi les actions et les dépenses et réduit les risques environnementaux.

34 ANALYSE DU CYCLE DE VIE DE PRODUIT: LE BASE DE L ÉCODESIGN (1) L analyse environnementale du cycle de vie ou écobilan évalue la charge environnementale d un produit ou d une activité, du berceau àla tombe. Quels sont les points clés d un produit du point de vue environnemental? Quelles sont les priorités d actions pour améliorer un produit, en tenant à la fois compte de leurs efficacités environnementales et de leurs coûts?

35 ANALYSE DU CYCLE DE VIE DE PRODUIT: LE BASE DE L ÉCODESIGN (2) L analyse du cycle de vie (ACV) ou écobilan répond spécifiquement à ces questions en mettant en évidence quels sont les processus àoptimiser en priorité. L ACV est particulièrement intéressante dans la perspective de durabilité puisqu elle couvre l ensemble du cycle de production d un produit et permet d éviter que les améliorations environnementales locales ne soient que la résultante d un déplacement des charges polluantes.

36 ANALYSE DU CYCLE DE VIE DE PRODUIT: LE BASE DE L ÉCODESIGN (3) Elle présente l avantage d engendrer une forte interaction entre performance environnementale et fonctionnalité économique puisque les émissions polluantes et l utilisation de matières premières sont rapportées à l unité représentative de la fonction du produit ou du système étudié.

37 ANALYSE DU CYCLE DE VIE DE PRODUIT: LE BASE DE L ÉCODESIGN (4) Quelques exemples: le cycle de vie d'une installation: évaluation environnementale de cette installation du berceau (phase de planification) àla tombe (démantèlement de l'installation). Cycle de vie d un produit: étude de l énergie et des matériaux utilisés et émis dans l environnement depuis la conception d un produit jusqu à son élimination.

38 INDICATEURS DU DEVELOPPEMENT DURABLE (IDD) (1) Le contrôle des résultats de la mise en œuvre du développement durable doit être effectué à l aide d un système d indicateurs performants permettant d évaluer les progrès réalisés en fonction des objectifs fixés ainsi que d aider àla formulation de politiques allant dans son sens. Ces indicateurs doivent être consensuels et donner une image représentative des trois dimensions du développement durable (société, économie, environnement).

39 INDICATEURS DU DEVELOPPEMENT DURABLE (IDD) (2) La plupart des pays qui ont mis en place leur Agenda21 local se sont attelés à réaliser un jeu d indicateurs de développement durable. Ces indicateurs doivent être représentatifs de la situation globale de leur pays. Il faut aussi s assurer que ces indicateurs soient facilement interprétables et compréhensibles par tous, comparables avec les autres pays et établis sur une base scientifique et technique solide.

40 INDICATEURS DU DEVELOPPEMENT DURABLE (IDD) (3) Les indicateurs de développement durable comprennent: les indicateurs sociaux les indicateurs économiques et les indicateurs environnementaux. Ce n est qu à l aide d indicateurs robustes et acceptés par tous que le progrès vers le développement durable pourra être mesuré, que les politiques les plus adaptées pourront être imaginées et que la mise en œuvre d un véritable développement durable pourra, dès lors, être

41 MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE (1) Pour lutter contre le phénomène planétaire que constitue le changement climatique deux accords majeurs ont été adoptés par la communauté internationale: La convention cadre des nations changements climatiques (1992, àrio) unis sur les Le protocole de Kyoto, adopté en 1997 Ce dernier fixe des engagements chiffrés de limitation ou de production de gaz à effet de serre (GES) d origine anthropique pour 40 pays industrialisés et en transition vers une économie de marché, pour la période de

42 MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE (2) Afin de respecter les engagements que les différents pays se sont imposés, des politiques et des mesures régionales et nationales sont progressivement mis en œuvres. En complément de ces efforts, trois mécanismes de marché, connus sous le nom de mécanismes de flexibilité ont été conçus : l échange international de droits d émissions d une part, et d autre part deux mécanismes de projet : la mise en œuvre conjointe et le mécanisme pour un développement propre, qui permettent tous deux àun pays investisseur d obtenir des crédits d émission en investissant dans des projets de réduction ou d évitement des émissions de GES dans les pays hôtes

43 MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE (3) Le but du mécanisme pour un développement propre (MDP) est d encourager doublement la lutte contre le changement climatique : d une part par la mise en œuvre d activités, de technologies et de techniques performantes émettant moins de GES dans les pays du sud ; et d autre part, par la possibilité pour les entités soumises àdes objectifs d émissions du GES d effectuer des réductions d émissions complémentaires, à des coûts économiques moindres.

44 MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE (4) Les projets entrant dans le cadre du mécanisme pour un développement propre ont un triple intérêt : Un intérêt environnemental tant au niveau local qu au niveau mondial, par la réduction d émissions de GES induite par le projet ; Un intérêt en terme de développement économique et social pour le pays hôte, qui bénéficie de l implantation du projet, du transfert de technologie et du savoir faire associé et de l introduction d une nouvelle source de financement. Un intérêt économique grâce à l amélioration de la viabilité financière des technologies peu émettrices de GES, ce qui favorise leur diffusion, auquel s ajoute, pour une entité qui doit respecter les engagements de réduction d émissions de GES, la possibilité ainsi offerte d y satisfaire àmoindre coût.

45 MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE (5) Les engagements pris par les pays et les opérateurs de pays développés et des pays en transition se traduisent par une internalisation progressive de la dimension «carbone» dans leurs choix stratégiques de production. Ce processus, s agissant du MDP, est donc susceptible d affecter significativement l investissement dans les pays en développement, dans les secteurs aussi variés que l énergie, l industrie, le transport, le bâtiment, le secteur déchet, l agriculture ou encore la foresterie.

46 MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE (6) Le MDP constitue un outil innovant, propice aux transferts technologiques. Son attractivité devait être renforcée lorsque le prix international du carbone s affermira. Il constitue un cadre partenarial prometteur, ou investisseur et pays hôtes peuvent ensemble définir des modes d investissement plus durables.

47 INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS RELATIVES AU CHANGEMENT CLIMATIQUE ÀL'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE Comment recueillir et évaluer les informations sur les facteurs relatifs au changement climatique d'un projet et sur les répercussions du changement climatique sur ce projet?

48 PLAN DE l EXPOSE 1. Rappel sur le CC 2. Intégration des CC dans les EE 3. Méthodes permettant de recueillir et d'évaluer les informations sur les facteurs de CC d'un projet 4. Principales sources d'informations que peuvent utiliser les praticiens pour prendre en compte les considérations relatives au CC dans l'ee d'un projet

49 RAPPEL SUR LE CC (1) Le changement climatique est considéré comme un problème Le changement climatique peut influer sur le potentiel d un projet dans un horizon de moyen à long terme l'ee offre la possibilité d'établir un lien entre la planification du projet et le contexte plus vaste de la lutte contre le changement climatique

50 RAPPEL SUR LE CC (2) Un projet peut être sensible aux effets du changement climatique si une ou plusieurs de ces composantes ou des phases de son cycle de vie : peuvent facilement réagir à certains paramètres climatiques ou dépendent de ces paramètres; peuvent être menacées si elles sont soumises à des régimes de paramètres climatiques différents de ceux connus historiquement. Si le projet est jugé sensible à un ou plusieurs paramètres climatiques, le praticien devrait effectuer une analyse plus approfondie de la gamme des effets possibles du changement climatique et déterminer le niveau de confiance attribué aux données.

51 INTERGRATION DES CC DANS LES EE: AVANTAGES (1) L'intégration des considérations relatives au changement climatique à l'évaluation environnementale peut aider à déterminer si les projets sont conformes aux mesures et aux initiatives de gestion du Gaz à Effets de Serre (GES) mises de l'avant par la plupart des Plans gouvernementaux des pays sur le changement climatique. Elle peut aussi aider les promoteurs à adopter des pratiques exemplaires favorisant l'adaptation aux effets possibles du changement climatique, tels que: les changements de la fréquence et de l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes, les hausses des températures moyennes ou les variations de pluviosité.

52 INTERGRATION DES CC DANS LES EE: AVANTAGES (2) L'intégration des considérations relatives au changement climatique à l'évaluation environnementale peut aider les promoteurs à réduire les risques que ces effets présentent pour leurs projets et à contribuer à la lutte contre le changement climatique; Elle permet de donner au public l'assurance que les effets du changement climatique sont adéquatement pris en compte lors de l'évaluation des projets proposés; Fournir aux gestionnaires environnementaux des renseignements qui appuieront leurs initiatives de lutte contre le changement climatique; Aider les décideurs à prendre en compte les effets du changement climatique dans le contexte de la gestion des risques.

53 INTERGRATION DES CC DANS LES EE: AVANTAGES (3) Comme c'est le cas pour d'autres effets environnementaux intégrés au processus d'ee, les paramètres du changement climatique ne sont pas définis explicitement dans les législations des pays sur l'ee, et il subsiste un manque de contraintes juridiques dans les règlements et les objectifs des pays

54 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (1) deux approches pratiques pour intégrer àune EE les considérations relatives au changement climatique : Considérations liées aux GES : cas où le projet proposé peut contribuer aux émissions de GES; Considérations liées aux effets : cas où le changement climatique peut avoir des effets sur le projet proposé.

55 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (2) La plupart des projets seront associés plus étroitement à l'une ou l'autre de ces considérations relatives au changement climatique. Par exemple, les considérations liées aux GES peuvent s'appliquer à un projet de centrale thermique au charbon, alors que celles relatives aux effets peuvent être plus pertinentes àun projet de zone touristique. Cependant, L'EE de certains projets peut cependant incorporer les deux genres de considérations (par exemple un projet hydroélectrique ou un pipeline avec des stations de compression).

56 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (3) L'applicabilité de l'orientation varie selon le projet proposé. Par ailleurs, il convient de noter que c'est l'autorité responsable qui décide du genre et de la portée de l'information à prendre en compte dans une EE.

57

58 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (4) cas où le projet proposé peut contribuer aux émissions de GES les praticiens doivent déterminer si les émissions de GES pouvant découler d'un projet sont suffisantes pour justifier que l'ee y prête une attention particulière Dans le cas positif, ils doivent chercher à adopter des mesures pratiques de gestion des émissions des GES issues du projet et la portée de telles mesures, et àfaire le lien dans la mesure du possible entre les méthodes de prévention des GES et les possibilités de réduction de la pollution de l'eau et de l'air.

59 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (5) L'analyse peut aider les décideurs à étudier les effets à grande échelle qu'un projet pourrait avoir sur les puits de carbone. Le degré d'attention porté à l'étude des émissions de GES dans une EE devrait être proportionnel au niveau des émissions prévues du projet et refléter les particularités de chaque région et de chaque difficulté.

60 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (6) Les procédures pour tenir compte des considérations liées aux GES sont les suivantes : Établissement préliminaire de la portée des considérations liées aux GES Définition des considérations liées aux GES : considérations juridictionnelles, profil et caractéristiques du projet Évaluation des considérations liées aux GES : émissions directes et indirectes de GES et effets sur les puits de carbone Plans de gestion des GES : caractéristiques du projet et considérations liées aux instances Surveillance, suivi et gestion adaptative : caractéristiques du projet et considérations liées aux instances

61 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (7) Étape 1 Établissement préliminaire de la portée des considérations liées aux GES : se concentrer sur les considérations d ordre général et sur l information facilement accessible dans le cadre du projet, y a t il des considérations probables liées aux GES qui devraient être étudiées plus en détail? justifiez votre réponse. S il n y a aucune autre considération probable liée aux GES qui devrait être étudiée plus en détail, aucune autre analyse n est nécessaire. Si une analyse plus détaillée est nécessaire, allez àl étape 2.

62 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (8) Étape 2 Définition des considérations liées aux GES : identifier les considérations relatives aux instances, par exemple les politiques, programmes et plans liés aux GES recueillir des renseignements plus détaillés sur le projet établir le profil du projet préciser l ampleur, l intensité et la durée des émissions produites par le projet comparer les caractéristiques du projet avec les inventaires Locaux/provinciaux et nationaux

63 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (9) Étape 3 Évaluation des considérations liées aux GES : comparer les caractéristiques du projet, les inventaires locaux/provinciaux et nationaux, les plans d action ou les pratiques exemplaires pour le secteur ou la catégorie de projets visée les considérations liées aux GES devraient être évaluées plus en détail si le projet est susceptible d entraîner des émissions moyennes ou élevées décrire les émissions directes et indirectes de GES et les effets connexes, dont les impacts à grande échelle sur les puits de carbone et les conséquences possibles d accidents ou de défaillances Si le projet n est pas susceptible d entraîner des émissions moyennes ou élevées, documentez le rapport d analyse des GES. Aucune autre mesure n est nécessaire Si d autres mesures sont nécessaires, allez à l étape 4.

64 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (11) Étape 4 Plans de gestion des GES : Si le projet est susceptible d entraîner des émissions modérées ou élevées : aborder la question des émissions de GES par le biais des politiques ou des règlements établis préciser comment la conception du projet tient compte des considérations liées aux GES préciser les plans de surveillance, de suivi et de gestion adaptative lier les plans de gestion des GES aux autres possibilités de réduction de la pollution confirmer la conformité aux exigences et aux initiatives des instances

65 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (12) Étape 5 Surveillance, suivi et gestion adaptative : vérifier les prévisions des émissions de GES établir l efficacité des mesures de compensation ou de réduction des GES mettre en œuvre des mesures correctrices au besoin, par l'entremise d'initiatives juridictionnels établis, ou au niveau du projet intégrer les «leçons apprises» aux procédures courantes tenir compte de l'évolution du projet et des connaissances, de la technologie, des politiques et des lois axées sur le changement climatique

66 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (13) cas où le changement climatique peut avoir des effets sur un projet les praticiens doivent évaluer, réduire et gérer les effets négatifs que le changement climatique pourrait avoir sur les projets et àfaire en sorte que ces effets ne posent pas de risques pour le public ou l'environnement. L'examen des effets du changement climatique sur un projet fait partie de la pratique courante de l'ee consistant à étudier les changements que l'environnement est susceptible de causer au projet. L'examen des effets du changement climatique au cours de l'ee devrait prendre en compte les variations régionales et les pratiques des diverses instances.

67 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (14) Lorsque les risques associés aux effets du changement climatique sur un projet ne concernent que des intérêts privés (par exemple la rentabilité à long terme du projet), le promoteur peut choisir d'assumer ce risque. Toutefois, si ces risques dépassent le projet et portent atteinte au public ou à l'environnement, les autorités concernées doivent les intégrer à une prise de décision éclairée.

68 PROCÉDURES D INTÉGRATION DES CONSIDÉRATIONS SUR LE CC AU PROCESSUS D EE (16) La priorité devrait également être accordée aux projets qui d'une part sont situés dans des régions reconnues comme étant sensibles au changement climatique et d'autre part sont classés sensibles aux effets de l'évolution des paramètres climatiques (p. ex. dans les régions sahéliennes ou près de plans d'eau importants) Comme pour d'autres considérations prises en compte dans l'ee, il faut souligner qu'il appartient au praticien de s'assurer qu'il dispose d'une information exacte et complète pour décider si le projet présente un risque pour le public ou l'environnement.

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL 15 e École d été en évaluation environnementale Évaluation de la durabilité du développement urbain et industriel : outils d analyse de l empreinte écologique et des impacts sociaux et sanitaires Douala,Hôtel

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

14 ème École d été en évaluation environnementale

14 ème École d été en évaluation environnementale 14 ème École d été en évaluation environnementale Rappel sur les études d impacts sur l environnement: processus type et étapes de l évaluation des impacts Jean-Philippe Waaub GEIGER, Géographie, UQAM

Plus en détail

PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Nations Unies 1998 FCCC/INFORMAL/83 GE.05-61647 (F) 070605 090605 PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Suivi des émissions de gaz à effet serre causées par l'achat d'électricité

Suivi des émissions de gaz à effet serre causées par l'achat d'électricité Suivi des émissions de gaz à effet serre causées par l'achat d'électricité Un résumé du Guide Scope 2 du Greenhouse Gas Protocol Rédigé par le Secrétariat EKOénergie, janvier 2015 Ce résumé existe en plusieurs

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS SUITE A DONNER SOURCE. Note du collectif d associations de consommateurs sur le format d affichage

COMMENTAiRES/ DECISIONS SUITE A DONNER SOURCE. Note du collectif d associations de consommateurs sur le format d affichage Plate-forme d'échanges Date : 2011-06-10 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org Affichage environnemental des produits grande consommation Numéro du document:

Plus en détail

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Ce tableau présente les indicateurs de la Global Reporting Initiative (GRI) ayant été utilisés dans la préparation de notre rapport. Symboles I Inclus P Partiellement

Plus en détail

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises PLAN DE COURS FORMATION SUR LE MARCHÉ DU CARBONE POSSIBILITES DE CRÉATION DE CRÉDITS DE GAZ À EFFET DE SERRE Mise en contexte Depuis quelques années, les activités de réduction de gaz à effet de serre

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Chapitre 13. Plan de gestion environnementale et sociale

Chapitre 13. Plan de gestion environnementale et sociale Chapitre 13 Plan de gestion environnementale et sociale Table des matières Table des matières... 13-i 13 Plan de gestion environnementale et sociale... 13-1 13.1 Cadre d élaboration du plan de gestion...

Plus en détail

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI 222 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Chapitre A. Représentation de l'utilisation de l'information

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

Electricité, santé et environnement: le projet DECADES

Electricité, santé et environnement: le projet DECADES Electricité, santé et environnement: le projet DECADES Mise à jour d'un projet interorganisations proposant le schéma d'une évaluation comparative des options et stratégies de production d'électricité

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Construction modulaire pour la Faculté des sciences

Construction modulaire pour la Faculté des sciences Construction modulaire pour la Faculté des sciences Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail: ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

SEMINAIRES INTERNATIONAUX

SEMINAIRES INTERNATIONAUX n, Conseil Formation Recrutement-Intérim SEMINAIRES INTERNATIONAUX Programmes de Formation de Certification Conçus et Dispensés Entièrement en Français Par Illinois State University et GSBO Niamey - Lomé

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Le cycle de projet à la Banque Africaine de Développement

Le cycle de projet à la Banque Africaine de Développement Fiche Technique n 3 Le cycle de projet à la Banque Africaine de Développement Cycle du projet De manière générale, depuis l identification jusqu à l approbation d un projet, il existe un dialogue constant

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans l industrie

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans l industrie Audits énergétiques L efficacité énergétique dans l industrie Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer l efficacité énergétique de vos installations

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise ManageEngine IT360 Présentation du produit ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise Améliorer la prestation de service à l'aide d'une approche intégrée de gestion des performances

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Vendredi 14 novembre 2014 Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises du secteur de la banque, des services de paiement et des services d'investissement

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Engagement par approche.

Engagement par approche. Engagement par approche. Notre Approche... SYSTEMIQ PROCESSING adopte "l approche systémique" comme levier de l excellence durable des organisations. Au-delà du formalisme et de la conformité aux standards

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP

Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP Services HP Care Pack Données techniques Le service de réplication des données HP pour Continuous Access offre

Plus en détail

L'interface utilisateur guide le compilateur à travers les procédures de saisie des données et de calculs impliqués dans le processus d'inventaire

L'interface utilisateur guide le compilateur à travers les procédures de saisie des données et de calculs impliqués dans le processus d'inventaire Logiciel ALU Stephen M. Ogle, Ph.D. Chercheur et professeur agrégé Université de l'état du Colorado Laboratoire d'écologie des ressources naturelles Fort Collins, Colorado, USA Portée et conception du

Plus en détail

Le Grand Projet Rapport de surveillance de référence Conseil de Metrolinx Le 10 septembre 2013

Le Grand Projet Rapport de surveillance de référence Conseil de Metrolinx Le 10 septembre 2013 Le Grand Projet Rapport de surveillance de référence Conseil de Metrolinx Le 10 septembre 2013 Leslie Woo Vice-présidente, Politiques, planification et innovation 1 Qu'est-ce qu'un rapport de surveillance

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Les mécanismes de projet

Les mécanismes de projet Les mécanismes de projet Changement climatique du protocole de Kyoto Franck Jésus Conseiller Environment du Directeur des Relations Internationales DGTPE MINEFI 04 juillet 2005 Le protocole de Kyoto: limiter

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Sur la gestion de la crise en temps réel : Résumé des interventions lors de la table ronde :

Sur la gestion de la crise en temps réel : Résumé des interventions lors de la table ronde : Journée COTITA gestion des crises routières 28 mai 2009 page 1/5 Résumé des interventions lors de la table ronde : Sur la gestion de la crise en temps réel : Question posée au CRICR RA/A : «Face à certains

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE Vincent Sepulchre ( p. V s u larcier Table des matières Introduction. Les moyens et objectifs de la fiscalité environnementale 5 PARTIE I Les différents instruments

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche 1 1 1 Contexte et enjeux Un engagement territorial pour le climat Objectifs du plan climat d ici 2020 : les 3x20-20% des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Loi sur la médecine dentaire scolaire

Loi sur la médecine dentaire scolaire Schulzahnpflegedienst SZPD Bd de Pérolles 23, 1700 Fribourg T +41 26 305 98 02/03, F +41 26 305 98 09 Loi sur la médecine dentaire scolaire Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Améliorer la performance environnementale et la conformité à la législation sur l environement

Améliorer la performance environnementale et la conformité à la législation sur l environement Guide d orientation Améliorer la performance environnementale et la conformité à la législation sur l environement Dix éléments pour des systèmes efficaces de gestion de l environnement Juin 2000 Programme

Plus en détail

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement Des modules d une filière (Master) dans le domaine «La gestion de l environnement et des déchets industrielles» L exemple de l Allemagne Otto Schmidt En RFA, l Autriche et la Suisse allemande: Des Masters

Plus en détail

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références Guide sur les Programmes pour les Indiens Volume 1 Immobilisations et entretien Systèmes d'alimentation et distribution électrique 1.0 Objet 1.1 La présente directive énonce la politique du ministère des

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT

Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT Association CARRE GEO & ENVIRONNEMENT GUIDE PRATIQUE D INTEGRATION DES ASPECTS LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS LA CONCEPTION, L ELABORATION, LA MISE EN ŒUVRE ET LE SUIVI DES PLANS DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

FINANCEMENT PAR TIERS-INVESTISSEUR POUR LES INVESTISSEMENTS DANS LES ECONOMIES D'ENERGIE

FINANCEMENT PAR TIERS-INVESTISSEUR POUR LES INVESTISSEMENTS DANS LES ECONOMIES D'ENERGIE FINANCEMENT PAR TIERS-INVESTISSEUR POUR LES INVESTISSEMENTS DANS LES ECONOMIES D'ENERGIE Introduction Les PME sont confrontées à plusieurs difficultés dans leurs recherches de ressources adéquates pour

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments Audits énergétiques L efficacité énergétique dans les bâtiments Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre bâtiment.

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

Sécurité et «Cloud computing»

Sécurité et «Cloud computing» Sécurité et «Cloud computing» Roger Halbheer, conseiller en chef pour la sécurité, secteur public, EMEA Doug Cavit, conseiller principal pour la stratégie de sécurité, Trustworthy Computing, États-Unis

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995)

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Légende: Première déclaration d'assurance relative aux activités relevant du budget général. Depuis l'entrée en

Plus en détail

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Document soumis au gouvernement du Québec à propos de son projet de règlement

Plus en détail