Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)"

Transcription

1 Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création de nouvelles mesures de protection de l enfance visant : POUR LE DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) à fournir un cadre juridique précis à une formule de maintien à son domicile d un enfant confronté à des situations de mise en danger, à titre d alternative et de complémentarité à un placement traditionnel, moyennant la mise en place d une intervention éducative intensive auprès de la famille et d une solution de repli pour l hébergement de l enfant en cas de crise dans la famille. Cette formule juridique est accessible à la fois par la voie de l accueil provisoire et par la voie du placement judiciaire à l Aide Sociale à l Enfance (DMAD). il s agit d une mesure de protection de l enfant qui s exerce à son domicile si : le niveau de risque pour l enfant le permet, les potentialités d évolution de la famille le justifient. Il est donc nécessaire de faire porter d abord l évaluation sur le sens de la demande parentale pour vérifier la nature de l adhésion parentale. L évaluation portera sur le degré de danger encouru par l enfant (sont exclues les situations de maltraitance, carences graves..) et sur la nature de la demande parentale (sont exclues les demandes contraintes, instables, perverses ) L évaluation de la situation familiale nécessite de partir d un large champ d analyse pour prendre en compte tous les aspects de la compétence parentale et conduire à la construction d un projet qui intégrera le recours à un ou plusieurs dispositifs dont, le cas échéant le DMAD. Son principe est de reposer sur un diagnostic précis de la situation familiale au regard d indicateurs portant sur le logement, le budget, la formation, l insertion, les relations intrafamiliales, la santé, l environnement socioculturel, les potentialités de la famille élargie les compétences des parents et des enfants Il est important de rappeler que c est à partir d une évaluation globale et complète de la situation qu émerge une réponse adaptée à une problématique donnée : c est donc bien à partir de l évaluation que le recours au DMAD comme à toute autre mesure doit apparaitre et non l inverse. 1/7

2 POUR LE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) à anticiper une mainlevée de placement, pour des enfants déjà accueillis sur décision administrative ou judiciaire, en MECS ou en accueil familial, en proposant un retour définitif en famille, moyennant une intervention éducative intensive auprès de l enfant et de sa famille et la préparation d une solution de repli pour l hébergement de l enfant en cas de crise dans la famille ( DARF) Le but de cette mesure nouvelle est double : mieux tenir compte de l évolution de la famille dans la durée du placement, en anticipant la demande de mainlevée de la mesure, si l évolution du contexte familial est favorable, sécuriser le retour de l enfant, le préparer et doter la famille de l étayage nécessaire pour garantir la sécurité durable de l enfant. Le projet pour l Enfant (PEI) initié par l ASE en lien avec la MECS ou l assistante familiale est à l origine de la proposition, qui est formulée au juge s il s agit d un placement judiciaire, ou négocié avec les parents en cas d AP. II. BENEFICIAIRES Les profils d enfants concernés par les 2 mesures 1) En DMAD Pour les 0-3 ans : Parents carencés intellectuellement ou affectivement ou victimes d addictions, qui ne mesurent pas la différence de comportement nécessaire pour assurer leurs responsabilités vis-à-vis de leur enfant. Leurs capacités parentales existent, mais la transmission d un modèle de comportement parental leur est nécessaire, sous forme de savoir faire, d attention, de précautions à prendre. Actuellement, sur le nombre d enfants placés au cours de leur première année de vie (entre 80 et 100 par an) : 1/3 des enfants : retournent rapidement en famille 2/3 des enfants : font l objet d un placement long Intérêt d évaluer l opportunité de ce dispositif sur le premier tiers. Pour les jeunes enfants (3-12 ans) : Le comportement parental traduit des carences éducatives, qui mettent régulièrement l enfant en danger. Les parents ont besoin d un accompagnement éducatif soutenu, et d une intervention intensive sur les moments clé. Intérêt de ce dispositif dans les cas de carences éducatives où l attachement parents/enfants existe, notamment pour éviter de séparer les fratries. Pour les adolescents (12-18 ans) : Les profils d enfants concernés relèvent des situations suivantes : mise en danger ponctuelle dans la famille, avec possibilité d atténuer le risque à la faveur d une présence éducative, rupture de la communication avec les parents, rejet du placement traditionnel ou aggravation des tensions comportementales par la vie en collectivité. 2/7

3 2) En DARF Les critères de déclenchement de la proposition peuvent relever des situations suivantes : évolution de la situation familiale qui reste à consolider par un accompagnement important retours de fratries situation de souffrance liée à la séparation, doutes sur certains aspects de la situation familiale (une observation est nécessaire) III. MODALITES DE FONCTIONNEMENT Ces nouvelles mesures seront exercées par des services éducatifs, qui seront exclusivement issus de la reconversion de postes éducatifs d internat, après fermeture ou transformation des unités (ou lits) d internat correspondants. Ce type de service est ouvert toute l année et peut intervenir 24H/24, 365 jours par an. Le dispositif prévoit une intervention éducative intensive auprès de l enfant et de sa famille (une moyenne de 3 interventions par semaine, avec à minima une intervention à domicile). 1) Origine de la demande L évaluation est réalisée par le professionnel chargé de l accompagnement de la famille ou le référent de l enfant si celui-ci fait déjà l objet d une mesure : Professionnels de la MDS Professionnels des services extérieurs (AEMO A / AEMO J) Référent de l enfant s il est déjà placé Sur cette base, la demande doit être présentée par écrit au Responsable de Secteur ASE avant de contacter la structure Pour accord de principe sur l orientation du projet en cas de demande d AP Pour s assurer de la faisabilité du projet en cas de demande dans un cadre judiciaire L évaluation (sur laquelle le RS ASE aura apposé son visa) est ensuite transmise au service pressenti pour assurer l accompagnement qui, selon les modalités d admission définie dans leur projet de service, pourra : Confirmer (ou non) par écrit la possibilité de prise en charge au sein de leur service Définir les premiers objectifs de travail Ces préalables respectés, le RS ASE pourra contractualiser la mesure d accueil provisoire sur la base du projet défini avec la famille le magistrat aura les éléments nécessaires pour lui permettre de statuer : soit ordonner le placement à l ASE avec orientation vers ce dispositif (charge à l ASE d orienter vers un service autorisé), soit laisser l ASE organiser cette mesure dans le cadre d un AP. 2) Les objectifs du travail éducatif dans l accompagnement des enfants et des familles Les objectifs essentiels se situent sur les plans suivants : place de l enfant dans sa famille : tenir compte des besoins physiologiques, affectifs, psychologiques de l enfant, 3/7

4 compétences et responsabilités parentales : développer et consolider les compétences parentales par un travail de guidance, de soutien, d incitation pour garantir l existence d un cadre familial sécurisant pour l enfant, inscription de la famille dans un environnement socio-familial porteur : rechercher en particulier des relais assurant une prise en charge de l enfant dans le réseau familial de proximité et dans le réseau de droit commun (centre social, activités sportives/culturelles, soutien scolaire, etc.), et garantissant sa visibilité par différents partenaires qui relaient la fonction d observation de l enfant une fois la mesure terminée. Ces objectifs sont à adapter aux risques signalés dans l évaluation initiale sous les rubriques : d identification de la nature du danger : - au niveau des besoins physiologiques et psychologiques de l enfant, - de ses besoins affectifs, observations sur son attachement aux personnes et aux objets, à son attention, à son développement psycho-affectif, de ses loisirs, - aux niveaux du danger signalé, en fonction de l âge de l enfant. de repérage des domaines d intervention : - objectifs contractualisés avec la famille : objectifs de l accompagnement à partager avec la famille, - objectifs de désignation des partenaires, dont la présence est nécessaire : en interne, TISF, psychologue et partenaires à l extérieur. Il s agit de procéder à une évaluation globale de la situation et de rapporter tous ces éléments d information, issus de différents professionnels, dans le Projet Educatif Individualisé. 3) Les modalités d intervention des équipes Le déroulement d une intervention procède par les étapes essentielles suivantes : Des objectifs de travail éducatif sont fixés sur la base d une proposition faite à la famille, l accord des parents étant explicitement recherché Des points d étape réguliers sont établis (concertations en présence du chef de service de la structure et, si besoin, du référent ASE pour mesurer l évolution de la situation familiale). Les axes du travail éducatif sont régulièrement redéfinis, avec un partage des rôles avec les partenaires le cas échéant. Les interventions éducatives se focalisent sur certains moments clés dans le «faire avec» : par ex. le mercredi, ou les soirées pour faciliter le travail scolaire, ou les week-ends, qui sont les moments où les compétences parentales peuvent être mises à contribution. Les visites à domicile peuvent être programmées avec la famille ou être réalisées à l improviste si la situation le nécessite. La famille doit connaitre ces modalités d intervention dès le début de la mesure. Il est possible de s appuyer sur l organisation d ateliers pour les enfants et pour les parents (par ex. avec des jeux). L intervention éducative repose sur un binôme d éducateurs, pour élargir le potentiel de disponibilité, et éventuellement pour dissocier des objectifs de travail éducatif avec les enfants de ceux qui concernent les parents. Le référentiel d intervention auprès de l enfant et de sa famille devra prévoir une intervention pluridisciplinaire avec un psychologue, des travailleurs sociaux, éventuellement d autres qualifications, comme EJE, CESF, auxiliaire de puériculture. Un système d astreinte doit être prévu pour permettre une intervention rapide en cas de crise et, si besoin, organiser le repli de l enfant dans la structure de recours 4/7

5 4) Le rôle de l ASE la mise en place de ces dispositifs pourrait être l occasion de repenser la répartition de la charge de travail entre professionnels des MDS et des services qui exercent une référence globale sur les situations. Le référent ASE peut être très distancié et intervenir en début et en fin de mesure, où à la demande du service en cas de besoin et de réorientation nécessaire. D autre part ces interventions ne pourront pas être cumulées avec des mesures d AEMO. 5) La question du «repli» en cas d urgence Il est nécessaire de disposer d un recours en hébergement de l enfant en cas de danger, ou de crise, dans la famille. L accueil en cas de repli est organisé par le service chargé de la mesure DMAD/DARF. Ce temps de repli ne doit pas être uniquement une «mise à l abri». Il doit être un véritable temps de travail avec l enfant et sa famille En cas de repli, le RS ASE doit être informé dans les meilleurs délais par un écrit circonstancié justifiant l accueil en urgence dans l établissement. S il s agit d une décision judicaire, il appartiendra au RS ASE d en informer le juge des enfants. L organisation des solutions de repli : A tout moment, si un état de crise aigüe le justifie, l équipe éducative chargée du suivi peut organiser l accueil de l enfant Dans le cadre d un accueil provisoire, l accueil de l enfant n est possible, en cas de crise, qu avec l accord des parents. Si les parents s y opposent, il appartiendra à l équipe éducative du DMAD/DARF d interpeller en urgence le RS ASE pour une demande d OPP au Parquet si l état de danger de l enfant le nécessite, voire de solliciter directement le Parquet si le RS ASE ne peut être joint. Dans le cadre d une mesure judiciaire, l accueil de l enfant ne nécessite pas une nouvelle décision et se fait même sans l adhésion des parents. Le repli ne peut pas être supérieur à quinze jours consécutifs. Si le repli dure plusieurs jours, une concertation doit avoir lieu avec l ASE pour redéfinir les objectifs fixés avec la famille ou réorienter la mesure sur une autre réponse (de même si les situations de repli de courte durée devaient se répéter sur un laps de temps court). La décision de repli ne peut pas revenir à l éducateur seul qui serait confronté à une situation de crise dans la famille. Un lien avec un tiers, à priori un cadre hiérarchique, est nécessaire. Il convient de permettre au travailleur social de se distancier de l urgence et de ne pas être en situation de décideur. Cette nécessité est à mettre en lien avec la mise en place impérative d une astreinte à la fois au niveau de l équipe éducative et des cadres. Si le retour de l enfant au domicile n est pas possible, l enfant est réorienté vers un lieu d accueil permanent. Dans le cadre d un accueil provisoire, si les parents s opposent à la réorientation et demandent le retour de leur enfant à domicile ou demandent la fin de l accueil 5/7

6 provisoire, sur évaluation de l équipe éducative du DMAD et du référent ASE, le RS ASE demande en urgence une OPP au Parquet si l état de danger pour l enfant le nécessite. Dans le cadre d une mesure judiciaire, il est demandé au juge des enfants de mettre fin à la disposition visant au maintien du mineur à domicile dans le cade du placement ASE. 6) La durée de la mesure Elle est prévue pour 6 mois, renouvelable une fois, si nécessaire. Trois semaines au minimum avant la date de fin de mesure, l établissement devra transmettre au Responsable de Secteur ASE un rapport complet, précisant les modalités d intervention, tant vis-à-vis de l enfant que de sa famille, les dates et les objectifs d intervention ainsi que l évaluation de ces objectifs. Ce rapport devra particulièrement préciser de quelle manière la famille a été inscrite dans un environnement socio-familial porteur, garantissant notamment des relais de prise en charge de l enfant dans le réseau de droit commun. En cas de demande de renouvellement, ce rapport devra en outre préciser les éléments justifiant la poursuite de l intervention et les objectifs visés. Il n y a pas lieu d envoyer d autres écrits au RS ASE durant la mesure, sauf incident et en cas de repli sur la structure. IV. MOYENS HUMAINS : RATIOS, TYPES DE PROFESSIONNELS Le nombre de places à créer, par territoire de MDS, sera fonction du nombre d enfants issus de ce territoire faisant l objet d une décision de placement soit en MECS soit en Placement familial. A titre de cadrage de départ, l objectif est de créer une capacité d intervention pour 10 % des enfants placés originaires de chaque territoire. Cette capacité d intervention détermine le format des équipes éducatives à constituer, en partant d un ratio d encadrement de 1 ETP éducatif pour 7 jeunes avec possibilité d en suivre 9 en cas de fratrie (1 place d internat = 3 prises en charge DMAD). Par suite, le nombre d ETP éducatifs à redéployer à partir des internats existants, qui ne seront pas situés nécessairement sur le même territoire que celui de la création du service, découle de ce mode de calcul. Le détail du nombre d enfants placés originaires de chaque territoire et les modalités d articulation entre les équipes à créer, les professionnels des MDS, et les autres partenaires seront examinés, au niveau des territoires, dans le cadre de réunions d élaboration avec les Directeurs de MDS. V. MOYENS FINANCIERS Ces services doivent dépendre d établissements ou services existants. Leur développement ne pourra s envisager que par redéploiement. Les reconversions de places d accueil classique se feront sur la base du rapport suivant : une place d accueil classique reconvertie permettra la mise en place de 3 places de prise en charge dans les dispositifs DMAD / DARF. 6/7

7 Le repérage des places ou unités d internat à reconvertir se fera en fonction de la répartition des places d internat telles qu elles existent aujourd hui, d une part et, des besoins repérés au niveau de chacun des territoires du département, concernant les nouveaux dispositifs, d autre part. Les moyens libérés par la fermeture des places ou unités d internat seront réemployés pour le fonctionnement des nouveaux dispositifs. Le financement par dotation mensuelle sera généralisé à tous les établissements en VI. L EVALUATION Les expérimentations sur ces dispositifs feront l objet d une évaluation à compter de juin Ces évaluations porteront à minima sur les critères suivants : - Le nombre d enfants suivis - La part des mesures en DMAD et en DARF - La part des mesures administratives et judiciaires - La durée des mesures - Le parcours des enfants pris en charge (mesure antérieure au dispositif, décision à la sortie du dispositif ) et la situation de l enfant au moment de l évaluation - La nature de l accompagnement proposé à chaque situation (objectifs fixés, types d interventions, professionnels mobilisés, fréquence des interventions ) - La gestion des situations d urgence ayant généré un «repli» au sein de l établissement (nombre, nature des situations, processus de gestion (prise de décision, explication à la famille et à l enfant ), modalités de préparation du retour de l enfant dans sa famille, aménagements du projet initial ) - L effectivité de la mise en place d un «dispositif de veille» avant la fin de mesure - L accompagnement par la structure de la mise en place de ces nouveaux services (organisation retenue, association du personnel, formation proposée, ) 7/7

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PRESENTATION DU SERVICE Chef de service : Frédéric Beyssac Tel : 06 32 12 32 28 Accueil de 12 enfants et/ou adolescents (+ suivi du service de placement

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.)

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) Les Maisons d Enfants SAINT-JOSEPH et LAMON-FOURNET ont su répondre au besoin d un dispositif éducatif innovant qui met les familles des jeunes confiés en

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Service d accompagnement à la vie sociale

CAHIER DES CHARGES Service d accompagnement à la vie sociale CAHIER DES CHARGES Service d accompagnement à la vie sociale 20 février 2013 1 Février 2013 SOMMAIRE I. CONTEXTE 3 II. EXIGENCES REQUISES AFIN D ASSURER LA QUALITÉ DE L ACCOMPAGNEMENT 3 1) Population accompagnée

Plus en détail

De la prévention précoce à la protection des enfants en danger

De la prévention précoce à la protection des enfants en danger De la prévention précoce à la protection des enfants en danger Nécessaires articulations entre les professionnels de l'enfance Place et rôle des services départementaux et de Justice Dr. Anne Alauzen DPMIS

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ Guide Pratique Protection de l enfance L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger L ACCUEIL DU MINEUR ET DU JEUNE MAJEUR Ce

Plus en détail

Dép. 10 «Placement Hors les Murs»

Dép. 10 «Placement Hors les Murs» Dép. 10 «Placement Hors les Murs» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le «Placement Hors les Murs» -PHOM- s est mis en place en mars 2005, à titre expérimental sur l agglomération

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Ce dossier d admission doit être retourné dûment rempli (y compris les pièces complémentaires jugées utiles) :

Ce dossier d admission doit être retourné dûment rempli (y compris les pièces complémentaires jugées utiles) : Ce dossier d admission doit être retourné dûment rempli (y compris les pièces complémentaires jugées utiles) : Par courrier à l adresse suivante : CEP/ITEP 1 rue de Vassoigne 08140 BAZEILLES Ou par fax

Plus en détail

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70 Ce chapitre concerne la prévention et la protection de l enfance, avec la présentation de deux dispositifs complémentaires et qui s articulent entre eux : la protection administrative et la protection

Plus en détail

Les Sablons. Maison d Enfants à Caractère Social et Familial non traditionnelle. Protéger, éduquer, restaurer, construire, accompagner.

Les Sablons. Maison d Enfants à Caractère Social et Familial non traditionnelle. Protéger, éduquer, restaurer, construire, accompagner. Les Sablons Maison d Enfants à Caractère Social et Familial non traditionnelle Protéger, éduquer, restaurer, construire, accompagner. Depuis plus de 80 ans, l association Les Nids protège les enfants en

Plus en détail

LE REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE A L ENFANCE

LE REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE A L ENFANCE LE REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE A L ENFANCE Le règlement départemental d aide sociale à l enfance a été approuvé en Assemblée départementale le 02.12.2003. Des modifications ont été approuvées

Plus en détail

Le placement des enfants confiés à l aide sociale à l enfance

Le placement des enfants confiés à l aide sociale à l enfance ODPE du Finistère Le placement des enfants confiés à l aide sociale à l enfance Chaque fois que possible, le mineur est maintenu dans son environnement familial. L accueil d un enfant dans le cadre de

Plus en détail

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DU TRAVAIL FAMILIAL PREAMBULE L aide à domicile vise à renforcer le maintien de l autonomie des familles dont l équilibre est momentanément ou non affecté. En préservant et/ou en restaurant

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE Service de l aide sociale à l enfance Cellule Recueil Orientation Enfance Famille 2bis boulevard Murat BP 3888 53030 LAVAL CEDEX Tél 02 43 59 57 84 Allo enfance maltraitée

Plus en détail

Maison de l Enfance et de la Famille Métropole Roubaix - Tourcoing 35, rue Charlie Chaplin - 59100 Roubaix Tél. 03.20.80.71.98 - Fax : 03.20.80.05.

Maison de l Enfance et de la Famille Métropole Roubaix - Tourcoing 35, rue Charlie Chaplin - 59100 Roubaix Tél. 03.20.80.71.98 - Fax : 03.20.80.05. Maison de l Enfance et de la Famille Métropole Roubaix - Tourcoing 35, rue Charlie Chaplin - 59100 Roubaix Tél. 03.20.80.71.98 - Fax : 03.20.80.05.39 - roubaix@epdsae.fr www.epdsae.fr La Maison de l Enfance

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans.

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L enfant en danger Repérage de l enfance en danger > En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L accueil d urgence > 216 enfants de

Plus en détail

Maison d Enfants Jean-Baptiste d Allard Situation Géographique MONTBRISON

Maison d Enfants Jean-Baptiste d Allard Situation Géographique MONTBRISON Foyer d adolescentes Maison d Enfants Jean-Baptiste d Allard Situation Géographique MONTBRISON vers A 72 SNCF Internat vers D 8 Petit J.B. Maison d enfants Jean-Baptiste d Allard JB Ligne de car saint-étienne

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Actu Formation - VAE

Actu Formation - VAE Réforme du diplôme d état d éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) Référentiels Arrêté du 16/11/2005, JO du 25/11/05 Pour rappel le DEEJE réformé par le décret du 3 novembre 2005 est dorénavant considéré

Plus en détail

INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT

INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT Guide Pratique Protection de l enfance INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION

Plus en détail

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES. document. detravail. SÉRIE STATISTIQUES N 173 septembre 2012

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES. document. detravail. SÉRIE STATISTIQUES N 173 septembre 2012 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document detravail SÉRIE STATISTIQUES N 173 septembre 2012 Les établissements et services en faveur des enfants et adolescents

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Le placement des enfants confiés à l aide sociale à l enfance

Le placement des enfants confiés à l aide sociale à l enfance ODPE du Finistère Le placement des enfants confiés à l aide sociale à l enfance Chaque fois que possible, le mineur est maintenu dans son environnement familial. L accueil d un enfant dans le cadre de

Plus en détail

Métiers de la petite enfance en Ile-de-France Diagnostic partagé de la formation et de l emploi. Décembre 2010

Métiers de la petite enfance en Ile-de-France Diagnostic partagé de la formation et de l emploi. Décembre 2010 Métiers de la petite enfance en Ile-de-France Diagnostic partagé de la formation et de l emploi Décembre 2010 Synthèse Introduction 1) Formation Diplôme Département 75 77 78 91 92 93 94 95 Total

Plus en détail

PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1

PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1 SOMMAIRE PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1 LIVRE I L AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET ADULTES HANDICAPES... 3 PARTIE

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Dossier de Presse. Association Les Nids Reconnue d utilité publique

Dossier de Presse. Association Les Nids Reconnue d utilité publique Depuis plus de 80 ans, l association Les Nids protège les enfants en difficulté en Haute-Normandie Dossier de Presse Association Les Nids Reconnue d utilité publique Une mission sociale L association Les

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014 Comité AcHILE Atelier jeunesse 20 juin 2014 1 2 Atelier jeunesse Les axes de progression identifiés lors de la journée du 25 octobre 2013 Emploi Favoriser les moyens de la mobilité des jeunes Ne pas oublier

Plus en détail

Date de clôture : 20 mars 2015

Date de clôture : 20 mars 2015 Règlement de l appel à projets «Soutien aux actions multi-territoires en Politique de la ville» Date de clôture : 20 mars 2015 1. Cadre d intervention Depuis plusieurs années, la Région Île-de-France s

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes MESURE D ACCOMPAGNEMENT PROTÉGÉ DES ENFANTS

Plus en détail

Service d investigation, d orientation et d action éducative. SIOAE La Courneuve / Aulnay

Service d investigation, d orientation et d action éducative. SIOAE La Courneuve / Aulnay Service d investigation, d orientation et d action éducative SIOAE La Courneuve / Aulnay Le SIOAE La Courneuve / Aulnay a été missionné par le Tribunal pour enfants de Bobigny pour exercer une des trois

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

Maison d Enfants. Les Pléiades. Livret d accueil

Maison d Enfants. Les Pléiades. Livret d accueil Maison d Enfants Les Pléiades Livret d accueil Bienvenue aux Pléiades Bonjour, Vous allez séjourner dans l un des établissements de l Association des Dames de la Providence. Ce livret a été conçu à votre

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE

EDUCATEUR SPECIALISE EDUCATEUR SPECIALISE PROTOCOLE DE DISPENSE ET D ALLEGEMENT DE FORMATION Les principes Les allègements de formation et les dispenses de domaines de formation sont définis par les articles 8, 9, 10 et 11

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers 1 - Les objectifs des travaux Explorer les contours des métiers

Plus en détail

SOMMAIRE MODALITES DE PASSAGE ENTRE LES SERVICES... MODALITES D ORIENTATION SPECIFIQUES AU SEAU...

SOMMAIRE MODALITES DE PASSAGE ENTRE LES SERVICES... MODALITES D ORIENTATION SPECIFIQUES AU SEAU... 27/12/2011 p1 SOMMAIRE I II MODALITES DE PASSAGE ENTRE LES SERVICES... MODALITES D ORIENTATION SPECIFIQUES AU SEAU... p9 p9 IV PRINCIPES COMMUNS DEVELOPPES DANS LE DISPOSITIF... p9 1/ LA REFERENCE EDUCATIVE...

Plus en détail

ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL

ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL 42, rue de Marseille 69007 LYON Tel : 04 72 71 96 99 Fax : 04 72 73 09 02 E-mail : mais@mais.asso.fr Web : www.mais.asso.fr ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL complémentaire sur les

Plus en détail

DIRECTION DU DEVELOPPEMENT SOCIAL SERVICE ENFANCE - FAMILLE DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL

DIRECTION DU DEVELOPPEMENT SOCIAL SERVICE ENFANCE - FAMILLE DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL DIRECTION DU DEVELOPPEMENT SOCIAL SERVICE ENFANCE - FAMILLE DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL 2011 La profession d assistant familial est définie par l article L.421-2 du Code de l action sociale et des familles

Plus en détail

Conseil général de la Moselle SCHEMA ENFANCE JEUNESSE FAMILLE 2014-2018

Conseil général de la Moselle SCHEMA ENFANCE JEUNESSE FAMILLE 2014-2018 Conseil général de la Moselle SCHEMA ENFANCE JEUNESSE FAMILLE 2014-2018 Version définitive du 3 décembre 2013 1 I. INTRODUCTION... 6 Propos liminaires... 6 Le contexte législatif... 10 La loi du 5 mars

Plus en détail

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX Cité administrative Jean Montalat BP 314 19011 TULLE Cedex PREMIER DEGRE GUIDE DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Marie BOISSAVI-MERCKX Responsable départementale Conseillère technique de service social 05.87.01.20.31

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Création : Plan Créatif Corporate - Réalisation : Pellicam productions - Impression : Grenier - Avril 2013 Crédits photo : Jean Moulin, Didier Adam, Diane Grimonet. Diplôme Universitaire Le Diplôme universitaire

Plus en détail

Elaboration du schéma départemental 2014-2018. Retour sur la 1 ère phase de concertation mars- juin 2013

Elaboration du schéma départemental 2014-2018. Retour sur la 1 ère phase de concertation mars- juin 2013 Elaboration du schéma départemental 2014-2018 Retour sur la 1 ère phase de concertation mars- juin 2013 Ordre du jour Propos introductifs de Brigitte Périllié, Vice présidente chargée de l enfance et de

Plus en détail

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION Guide Pratique Protection de l enfance LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger LA CELLULE DÉPARTEMENTALE

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

BP 2006. Fiche financière de dépenses ENFANCE. Mis à jour le 03/02/2006 à 09:44. Libellé programme. Gest recettes enfance

BP 2006. Fiche financière de dépenses ENFANCE. Mis à jour le 03/02/2006 à 09:44. Libellé programme. Gest recettes enfance BP 2006 Mis à jour le 03/02/2006 à 09:44 Fiche financière de dépenses ENFANCE Opération opération Section Code NA Nature analytique Imputation BP 2006 1999P041 Gest recettes 1999P041O001 Recettes et annulations

Plus en détail

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels R.A.M. Relais Assistants Maternels Un lieu d informations, de rencontres et d échanges au service des parents, des jeunes enfants, des professionnels de l accueil de la Petite Enfance outil technique à

Plus en détail

SCHÉMA DÉPARTEMENTAL DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION DE L ENFANCE 2014-2018

SCHÉMA DÉPARTEMENTAL DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION DE L ENFANCE 2014-2018 SCHÉMA DÉPARTEMENTAL DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION DE L ENFANCE 2014-2018 PÔLE DE LA SOLIDARITÉ DÉPARTEMENTALE DIRECTION ENFANCE FAMILLE Sommaire Le mot du Président du Conseil Général...4 I. Un schéma

Plus en détail

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP La prestation de compensation du handicap (PCH) a été instaurée par la loi n 2005-102 du 11 février 2005. Elle est attribuée à la personne qui présente

Plus en détail

INSPECTION ACADEMIQUE. Photo de. L élève DOSSIER DE CANDIDATURE SESSION N... DECISION DE LA COMMISSION D ADMISSION

INSPECTION ACADEMIQUE. Photo de. L élève DOSSIER DE CANDIDATURE SESSION N... DECISION DE LA COMMISSION D ADMISSION INSPECTION ACADEMIQUE DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE CLASSE RELAIS de adresse tel. fax mail COORDONNATEUR.. DOSSIER DE CANDIDATURE ANNEE SCOLAIRE SESSION N... Photo de l élève Début de session. Fin de

Plus en détail

Les métiers et formations du secteur social et médico-social. Jeudi 20 mai 2010 IRTS/ERREFOM

Les métiers et formations du secteur social et médico-social. Jeudi 20 mai 2010 IRTS/ERREFOM Les métiers et formations du secteur social et médico-social Jeudi 20 mai 2010 IRTS/ERREFOM 1 SOMMAIRE Le secteur social et médico-social en France - Les chiffres clés - Les établissements et services

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Conseil général des Hauts de Seine

Conseil général des Hauts de Seine Mars 2011 Conseil général des Hauts de Seine SCHÉMA DEPARTEMENTAL DE PREVENTION ET DE PROTECTION DE L ENFANCE ET DE LA JEUNESSE 2012 2016 Profil du public accueilli à l Aide Sociale à l Enfance des Hauts

Plus en détail

Dép. 25 «Le relais parental»

Dép. 25 «Le relais parental» Dép. 25 «Le relais parental» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le relais parental de Besançon a été inauguré en 1994 ; en 1998, le conseil général du Doubs a sollicité

Plus en détail

«SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU»

«SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU» «SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU» Action collective sur les modes de garde Année 2012 au L.A.E.P. d un V.F.E Organisée et animée par : M. A, Assistant social stagiaire 2 ème année Partenaires concernés : Mme

Plus en détail

SOMMAIRE. Aides en faveur des structures d'accueil de la petite enfance 5. Aide sociale à l'enfance 5

SOMMAIRE. Aides en faveur des structures d'accueil de la petite enfance 5. Aide sociale à l'enfance 5 SOMMAIRE SOLIDARITE Aides en faveur des structures d'accueil de la petite enfance 5 Aide sociale à l'enfance 5 Aide sociale Personnes Agées - Personnes Handicapées 28 Particuliers accueillant à domicile

Plus en détail

M.A.S.P. MESURE D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL PERSONNALISE

M.A.S.P. MESURE D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL PERSONNALISE M.A.S.P. MESURE D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL PERSONNALISE GUIDE TECHNIQUE 2014 1 INTRODUCTION La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs rénove l ensemble du dispositif

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

octobre 2011 ALERTER ET PROTÉGER CG63/Steffie Bidet extrait de l album «Edgar» Edition Conseil général du Puy-de-Dôme, 2009.

octobre 2011 ALERTER ET PROTÉGER CG63/Steffie Bidet extrait de l album «Edgar» Edition Conseil général du Puy-de-Dôme, 2009. octobre 2011 ALERTER ET PROTÉGER CG63/Steffie Bidet extrait de l album «Edgar» Edition Conseil général du Puy-de-Dôme, 2009. Alerter et protéger I Sommaire MOT DU PRÉSIDENT... p.4 PRÉSENTATION... p.5

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les enseignants des écoles publiques NOTE DE SERVICE N 1. Rentrée 2010

Mesdames et Messieurs les enseignants des écoles publiques NOTE DE SERVICE N 1. Rentrée 2010 Dax le 31 août 2010 Circonscription Dax Sud Adour 8 rue Sainte Ursule BP 362 40100 DAX ce.ien40-dax-adour@ac-bordeaux.fr tel : 05 58 74 68 23 L Inspectrice de l Education Nationale à Mesdames et Messieurs

Plus en détail

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE 1 LE HANDICAP, UN ATOUT POUR L ENTREPRISE DÉMYSTIFIER LE HANDICAP ET FAVORISER LE MAINTIEN DANS L EMPLOI CONNAITRE LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE ADMINISTRATIVE DU HANDICAP MIEUX CONNAÎTRE LE HANDICAP

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale)

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Son histoire 1972 Situé à Villefranche-sur-Saône, le FTVS était un service de transition professionnelle vers le milieu ordinaire. 1993

Plus en détail

Département 74 «SEMOH A.RETIS»

Département 74 «SEMOH A.RETIS» Département 74 «SEMOH A.RETIS» PRÉSENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L Association Recherche, Education, Territoires, Interventions, Sociabilités (A.RETIS) a démarré avec

Plus en détail

Les établissements hébergeant des enfants et des adolescents en difficulté sociale

Les établissements hébergeant des enfants et des adolescents en difficulté sociale ét udes résultats et N 743 novembre 2010 Les établissements hébergeant des enfants et des adolescents en difficulté sociale Premiers résultats de l enquête ES 2008 En 2008, la capacité d hébergement des

Plus en détail

LE PROJET POUR L ENFANT

LE PROJET POUR L ENFANT Groupe d appui pour accompagner la réforme de la protection de l enfance LE PROJET POUR L ENFANT Fiche technique Mars 2010 Pour accompagner la mise en œuvre de la loi réformant la protection de l enfance

Plus en détail

Secteur social et médico-social : zoom sur quatre métiers qui recrutent

Secteur social et médico-social : zoom sur quatre métiers qui recrutent Métiers... Secteur social et médico-social : zoom sur quatre métiers qui recrutent Le secteur social et médico-social est constitué d une large gamme d organismes et de services qui offrent des services

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL L accueil collectif de mineurs intercommunal est une action dépendante de la Communauté de Communes Epte-Vexin-Seine. Habilité par le ministère

Plus en détail

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8 Chapitre 8 Les lieux de placement collectif en France LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent désignés par le terme générique d «internat spécialisé». Le nombre d enfants séparés

Plus en détail

Schéma départemental de prévention et de protection de l enfance et de la jeunesse 2012-2016

Schéma départemental de prévention et de protection de l enfance et de la jeunesse 2012-2016 Schéma départemental de prévention et de protection de l enfance et de la jeunesse 2012-2016 www.hauts-de-seine.net Une ambition renouvelée au service de la protection de l enfance dans les Hauts-de-Seine

Plus en détail

La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial

La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial Service Accompagnement Social et Budgétaire La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial une intervention qui vient enrichir le dispositif d assistance éducative SOMMAIRE p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Schéma départemental enfance famille 2012-2016. Orientations. Conseil général des pyrénées-atlantiques

Schéma départemental enfance famille 2012-2016. Orientations. Conseil général des pyrénées-atlantiques Schéma départemental enfance famille 2012-2016 Conseil général des pyrénées-atlantiques Orientations Éditorial : Consolider les fondations de notre avenir La loi du 5 mars 2007 a désigné le Président

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

1/9. Tableau de gestion des archives produites par le service de l Aide Sociale à l Enfance du Conseil Général du Tarn

1/9. Tableau de gestion des archives produites par le service de l Aide Sociale à l Enfance du Conseil Général du Tarn 1/9 Tableau de gestion des archives produites par le service de l Aide Sociale à l Enfance du onseil Général du Tarn Archives départementales du Tarn onseil général : Aide Sociale à l Enfance 05/05/2010

Plus en détail

Rapport d activité des services du pôle Solidarités. Année 2013. www.hauts-de-seine.net

Rapport d activité des services du pôle Solidarités. Année 2013. www.hauts-de-seine.net Rapport d activité des services du pôle Solidarités Année 2013 Garches, Marnes-la-Coquette et Vaucresson www.hauts-de-seine.net Les services départementaux du Pôle Solidarités sur la commune Chef de file

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Programme détaillé Les enfants à besoins spécifiques dans les adoptions tardives

Programme détaillé Les enfants à besoins spécifiques dans les adoptions tardives Programme détaillé Les enfants à besoins spécifiques dans les adoptions tardives La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical,

Plus en détail

C HARTE. en Maine-et-Loire. pour la protection de. pour la protection de l enfance en danger

C HARTE. en Maine-et-Loire. pour la protection de. pour la protection de l enfance en danger Conseil général de Maine-et-Loire, DISS - Aide sociale à l Enfance Bâtiment HARCOURT - 26 Ter. rue de Brissac 49047 ANGERS CEDEX 01 Tél. 02 41 81 43 93 - www.cg49.fr Réalisation : Département de Maine-et-Loire

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Fondation d Auteuil Etablissements Saint-Roch

Fondation d Auteuil Etablissements Saint-Roch St-Rochok.qxp 07/11/2007 10:39 Page 1 Midi-Pyrénées Fondation d Auteuil Etablissements Saint-Roch Durfort-Lacapelette (82) St-Rochok.qxp 07/11/2007 10:39 Page 2 La Fondation d Auteuil Œuvre d Eglise, fondation

Plus en détail

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 I. CONTEXTE En application de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 et par délibération n 2005/013 du Conseil d Administration du

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail