L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)"

Transcription

1 (S04-J1-3) Parallèlement à l organisation des structures de la Police et de la Gendarmerie Nationales, à leurs enquêtes, existe une organisation de la justice pénale. Cette organisation repose sur un certain nombre de principes généraux. 1/ La séparation des pouvoirs entre les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires ; le pouvoir judiciaire ne fait qu appliquer la loi. 2/ Le droit à une procès équitable et contradictoire : connaissance des faits reprochés et de la procédure qui va suivre. 3/ L égalité des justiciables devant la justice : poursuite et jugement selon les même règles. 4/ Le respect de la présomption d innocence : toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n a pas été établie. La loi réprime les atteintes à cette présomption. 5/ Le doit d être jugé dans un délai raisonnable. 6/ La possibilité de faire appel de tout jugement ou arrêt. 7/ Indépendance des magistrats : statut protecteur à l issue de la scolarité à l ENM (Bordeaux). 8/ Séparation des magistrats du parquet et du siège : une autorité pour requérir la peine, une autre pour la prononcer. Le Parquet, ou Ministère Public, représente la société ; il est hiérarchisé et placé sous la dépendance du Garde des Sceaux Le siège, dont l indépendance est garantie par l inamovibilité. Cette organisation judiciaire pénale se compose de Tribunaux et de Cours. Elle est chargée de faire appliquer la loi pénale et in fine de rendre des décisions (ordonnances durant l instruction, jugement en 1 ère instance, arrêt en appel et cassation). Nous examinerons tout d abord les juridictions du siège, en respectant l ordre du procès pénal : les juridictions d instruction (I), les juridictions de jugement du 1 er degré (II), les juridictions de recours (III). Puis nous positionnerons le Ministère Public au sein de cette organisation (IV). I/ Les juridictions d instruction. Instruction obligatoire pour les crimes, facultative pour les délits et exceptionnelle pour les contraventions. Obligatoire dans tous les cas pour les mineurs lors de crimes ou délits. Réalisée par un Juge d Instruction (ou Juge pour enfants pour les mineurs), assisté le cas échéant dans certaines opérations par un Juge des libertés et de la détention (depuis une loi de 2000). En créant un appel contre les jugements rendus en cour d Assises, cette loi de 2000 supprime en principe l instruction criminelle à deux degrés jusqu alors obligatoire. A/ Les juridictions d instruction du 1 er degré. 1/ Le Juge d instruction. = magistrat du siège du Tribunal Correctionnel ; toujours assisté de son greffier. Rôle d enquêteur + autorité juridictionnelle (ordonnances Saisi in rem par le Procureur de la République, ou par plainte avec constitutions de partie civile. 2/ Le juge des libertés et de la détention. = magistrat du siège ayant rang de président, 1 er vice président ou président du Tribunal Correctionnel. Exemples de pouvoirs : Quant à la détention provisoire (placement, prolongation, remise en liberté) et au contrôle judiciaire (placement) Quant à la procédure policière (perquisition sans assentiment de nuit, prolongations exceptionnelles de GAV dans les 15 hypothèses de criminalité organisée). 1

2 B/ Second degré d instruction : chambre de l instruction. = 1 section de la cour d appel. 1 président (avec des pouvoirs propres) + 2 conseillers. Pouvoirs : Contrôle de l activité du Juge d Instruction et du Juge des Libertés et de la Détention Juridiction d appel des ordonnances de ces 2 juridictions Juridictions d instruction des crimes dans l hypothèse où réouverture d une instruction pour charges nouvelles ou requalification en faits criminels de faits relevants initialement du Tribunal Correctionnel ou de Police Contrôle de l activité des APJ et des OPJ Traitement des demandes d extraditions, des mandats d arrêt européens et des demandes d amnistie. II/ Juridiction de jugement de 1 er degré. Elles jugent les affaires au fond. Il peut s agir de juridiction de droit commun (A) mais aussi d exception (B). A/ Les juridictions de droit commun. Compétence matérielle en fonction de la classification tripartite des infractions. Jugement possible à la fois sur l action publique et sur l action civile. 1/ La Juridiction de Proximité (loi de 2002). Liste précise des contraventions commises par les majeurs et les 4 1ères classes de contraventions pour les mineurs. 2/ Le Tribunal de Police. Contraventions des 5 classes (sauf 5 ème pour les mineurs). Ministère Public = Procureur de la République pour la 5 ème classe (Commissaire, Commandant ou Capitaine de Police pour les 4 1ères classes, le Maire ou ses adjoints en cas de nécessité absolue). Saisine par citation directe / par comparution volontaire / par convocation par APJ ou OPJ / par saisine du Juge d Instruction ou de la Chambre de l Instruction / par saisine d autres juridictions. 3/ Le Tribunal Correctionnel. Juge les délits (sauf commis par un mineur) + contraventions connexes à un délit. Principe : collégialité à 3 juges + 1 représentant du Ministère Public (Procureur de la République). Mais aujourd hui, de plus en plus souvent : juge unique quand peine encourue inférieure ou égale à 5 ans (sauf opposition du juge au vue de la complexité de l affaire ou état de récidive). Saisine par citation directe / par comparution volontaire / par convocation par APJ ou OPJ / par saisine du Juge d Instruction ou de la Chambre de l Instruction / par saisine d autres juridictions. 4/ La Cour d Assises. Plénitude de juridictions. = crimes de majeurs ne relevant pas d une juridiction spécialisée + délits connexes + contraventions connexes. Juridiction non permanente ; une par département. Magistrats professionnels + jury populaire. La cour = 1 président + 2 assesseurs + greffier + Ministère Public (représenté par le Procureur Général, un avocat général ou Procureur de la République). Le jury = 9 jurés tirés au sort à partir des listes électorales. Mode de saisine = ordonnance (Juge d Instruction) ou arrêt de mise en accusation (Chambre de l Accusation). 5/ Le Juge d Application des Peines + le Tribunal d Application des Peines. Fixent les modalités d application des peines privatives ou restrictives de liberté. JAP = droit commun TAP = 1 président + 2 JAP compétence en matière de libération conditionnelle et réexamen des mesures de sûreté (Ministère Public = Procureur de la République). 2

3 B/ Les juridictions d exception. 1/ Les juridictions pour mineurs. L âge : celui de l auteur au jour de la commission de l infraction. Juge des Enfants délits et contraventions de 5 ème classe Tribunal des Enfants crimes par mineurs de 16 ans délits et contraventions de 5 ème classe non conservés par Juge des Enfants Cour d Assises des Mineurs crimes par mineurs de 16 à 18 ans 2/ Les juridictions de la criminalité organisée. Procureur de la République et Juge d Instructions spécialisés exercent une compétence concurrente à celle du droit commun. 8 juridictions interrégionales (Paris, Lyon, Marseille, Lille, Rennes, Bordeaux, Nancy et Fort de France). Comment s opère le transfert? un Procureur de la République peut demander à un Juge d Instruction de se dessaisir du dossier au profit de la juridiction d instruction interrégionale ; le dossier sera ensuite transmis au Procureur de la République près de cette juridiction. Remarque : le terrorisme reste une spécificité avec un Parquet + un Juge d Instruction + juridictions de jugements spécialisées. 3/ Les juridictions des hommes politiques. La Haute Cour de Justice. = juge de Président de lé République en cas de crime de haute trahison (non défini). Composée à parité de membres de l Assemblée Nationale et du Sénat. Le Ministère Public est représenté par le Procureur Général près la Cour de Cassation. Préalablement, instruction par une commission. Après jugement, pas de recours possible. La Cour de Justice de la République. = juge les membres du gouvernement pour les crimes et délits commis dans l exercice de leurs fonctions. Saisine par plainte d un particulier ou du Procureur Général de la Cour de Cassation. Instruction par divers magistrats. III/ Les voies de recours. A/ Voies de recours ordinaires. 1/ L opposition. Contre des jugements rendus par défaut (absence justifiée ou non fautive) du Tribunal de Police, Tribunal Correctionnel, Cour d Appel Opposition faite par le prévenu condamné, le CR Le délai d opposition suspend l exécution de la décision attaquée : o Si le prévenu forme opposition = jugement par défaut est non avenu + la même juridiction doit examiner une nouvelle fois entièrement la décision ; s il acquiesce la décision, il devra l exécuter. o Si opposition et : -notification de la date et qu il ne se présente pas à la nouvelle audience = jugement réputé contradictoire - absence de notification et personne non avisée, possible itératif défaut lors du 2 nd jugement 2/ L appel. Plusieurs chambres auprès de la Cour d Appel. La Chambre des Appels Correctionnels. Jugements des tribunaux correctionnels et plus rarement de Police (peine d amende prononcée supérieure à 2 ème classe ou suspension permis de conduire inférieure ou égale à 3 ans prononcée ; peine encourue = 5 ème classe. La Chambre de l Application des Peines. Contre les décisions du JAP ou du TAP. La Chambre Spéciale de la Cour d Appel. Contre les décisions du Juge des Enfants en formation de jugement, Tribunal pour enfants. délai d appel = 10 jours 3

4 3/ La Cour d Assises du 2 nd Ressort (loi de 2000). Contre la décision de Cour d Assises Par le condamné ou le Procureur Général (depuis loi de 2002, y compris en cas d acquittement) Composition = cour + 12 jurés Arrêt susceptible d un pourvoi en cassation B/ Voies de recours extraordinaires. 1/ Le pourvoi en cassation, Chambre Criminelle. Juridiction suprême, unique, sise à Paris. Un 1 er président et 6 présidents de Chambre (5 chambres civiles et 1 chambre criminelle) Ministère Public = Procureur Général, un 1 er Avocat Général, avocats généraux et 2 substituts. Contre les décisions rendues en dernier ressort (1 er et dernier OU dernier ressort) par les juridictions d instruction ou de jugement. Délai de 5 jours à compter de la décision attaquée. 2/ Le pourvoi en révision. = réparation de l erreur judiciaire. - Adressée à la commission de révision des condamnations instaurée près la Cour de Cassation. - Par le Ministre de la Justice, le condamné, ses parents ou toutes personne missionnée par lui. - Seulement contre les condamnations correctionnelles et criminelles. - Aucune condition de délai exigé. Motif : faux témoignages, fait nouveau instaurant le doute, But : acquittement, relaxe, Si approbation par la commission, effet dévolutif à la Cour de révision qui peut : - suspendre l exécution de la décision - annuler la décision avec ou sans renvoi 3/ Le réexamen d une décision pénale après le prononcé d un arrêt de la Cour Européenne des Droits de l Homme. Loi du 15/06/2000 = art ss du CPP. Insérer schéma. 4

5 IV/ Le Ministère Public. A/ Ses caractères. 1/ Le Ministère Public est hiérarchisé. - Garde des Sceaux (à la tête, mais pas membre du Ministère Public, et pas forcément magistrat ; c est un homme politique) - Procureurs Généraux près les cours d appel - Procureurs de la République près les tribunaux correctionnels, TAP, - Officiers du Ministère Public près les Tribunaux de police et juridictions de proximité Cette subordination hiérarchique implique 2 conséquences : - Direction et contrôle des chefs hiérarchiques : le Procureur de la République et le Procureur Général sont chefs de leur Parquet - Autorité du Garde des Sceaux : le Ministre de la Justice adresse aux magistrats du Ministère Public des instructions générales d action publique le Ministre peut obliger au Ministère Public par instructions écrites et versées au dossier (sur 1 dossier précis) d engager ou de faire engager des poursuites (ne peut enjoindre de ne pas poursuivre) Remarque : le Procureur Général devra agir de même auprès du Procureur de la République. Cet ordre de poursuivre (du Garde des Sceaux ; du Procureur Général ; du Procureur de la République) ne signifie pas pouvoir de substitution «la plume est serve mais la parole est libre» 2/ Le Ministère Public est indivisible. - Les magistrats d un parquet peuvent se remplacer au cours des audiences ; ils sont interchangeables - L acte accompli par l un engage le Ministère Public dans son ensemble 3/ Le Ministère Public est indépendant. Vis-à-vis des magistrats du siège et de la partie civile. 4/ Le Ministère Public est irrécusable. Ses magistrats ne peuvent être révoqués par les parties. 5/ Le Ministère Public est irresponsable. Sauf faute personnelle du magistrat (=faute de l Etat) ou infraction pénale. B/ Rôle du Ministère Public. 1/ Dans l exercice de l action publique. L action publique ne lui appartient pas, elle lui est confiée par la loi. 2/ Dans l exercice de la Police Judiciaire. Le Procureur de la République possède presque tous les pouvoirs de l OPJ ; il dirige l enquête. 3/ Dans le contrôle de la Police Judiciaire. Contrôle direct par le Procureur de la République (avis, transmissions de procédure) Surveillance par le Procureur Général des opérations + habilitations et notations des OPJ. 5

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE -----------------

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- LOI N -010/93/ADP PORTANT ORGANISATION JUDICIAIRE AU BURKINA FASO L ASSEMBLEE DES

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Bulletin. d information N 664. 1 er juillet 2007. Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications. Publication bimensuelle

Bulletin. d information N 664. 1 er juillet 2007. Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications. Publication bimensuelle Bulletin d information Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications N 664 Publication bimensuelle 1 er juillet 2007 Les éditions des DIOLH;OR I@@C=C?FM internet Consultez sur www.courdecassation.fr

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

n 1 des Chambre criminelle Publication mensuelle Janvier 2013 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS

n 1 des Chambre criminelle Publication mensuelle Janvier 2013 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS n 1 des Chambre criminelle Publication mensuelle Janvier 2013 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS COUR DE CASSATION BULLETIN DES ARRÊTS CHAMBRE CRIMINELLE N O 1 JANVIER 2013 Arrêts et ordonnances INDEX

Plus en détail

Section 3 : Des agents de police judiciaire 19-20 09 Section 4 : Des fonctionnaires et agents chargés de certaines fonctions de police judiciaire

Section 3 : Des agents de police judiciaire 19-20 09 Section 4 : Des fonctionnaires et agents chargés de certaines fonctions de police judiciaire REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE PRESSIIDENCE DE LA REPUBLIIQUE SSeeccrrééttaarri iaatt Géénnéérraal l dduu Goouuvveerrnneemeenntt Année 2007 SOMMAIRE INTITULE Articles Page Dispositions

Plus en détail

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police TRIBUNAL DE POLICE Tribunal de police tribunal de police Jugements Ordonnances pénales Belley 99 78-21,2% 22 6-72,7% TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE Juridiction de proximité BELLEY Jugements Ordonnances pénales

Plus en détail

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel 1 ère partie : le cadre A) Le système institutionnel : La constitution La France est dotée d une constitution portant

Plus en détail

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 13 Les mesures de sûreté 1. La surveillance judiciaire 160 2. Le placement sous surveillance électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 4. La surveillance de sûreté 167 5. L inscription au fichier

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

FRANCE 21 May/mai 2015

FRANCE 21 May/mai 2015 FRANCE 21 May/mai 2015 Dans la perspective de la réunion du DH-GDR des 27 au 29 mai prochain, je vous prie de bien vouloir trouver une présentation des mécanismes de réouverture des procédures civiles

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE Audience solennelle du Mardi 3 Janvier 29 Données statistiques 35, boulevard Gambetta BP 474 69665 PRÉSENTATION DU RESSORT Population : TRIBUNAL DE POLICE

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 12 juin 1970. SECONDE N 125 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER MINITERE DE LA JUSTICE

REPUBLIQUE DU NIGER MINITERE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE DU NIGER MINITERE DE LA JUSTICE CODE DE PROCEDURE PENALE Loi n 61-33 du 14 août 1961 portant institution du Code de procédure pénale, modifiée par la Loi n 2003-026 du 13 juin 2003, la Loi n

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL

JUGEMENT CORRECTIONNEL Cour d Appel de Bourges I Tribunal de Grande Instance de Bourges Jugement du : 30/09/2011 Chambre Correctionnel N minute : 1000/2011 L Copie à Copie à Grosse pour signification Pièces d'exécution Extrait

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 LIVRE I De l exercice de l action publique et de l instruction TITRE I : Des autorités chargées de l action

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris Ministère Public Extra 1«de»«* mlmtujt» **m ts n n j?e o u lf,b u n a î Gs'snds in sta n c e d e PARIS û République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 23eme chambre

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

Circulaire du SADJPV du 9 octobre 2007 relative aux droits des victimes dans le procès pénal et à leur mise en œuvre

Circulaire du SADJPV du 9 octobre 2007 relative aux droits des victimes dans le procès pénal et à leur mise en œuvre Indemnisation Partie civile Victimes Circulaire du SADJPV du 9 octobre 2007 relative aux droits des victimes dans le procès pénal et à leur mise en œuvre NOR : JUSJ0790006C Le garde des sceaux, ministre

Plus en détail

1. Informations générales 124

1. Informations générales 124 L Accès au droit, LE recours et LES requêtes 122 11_4 4 Contrôles extérieurs des conditions de détention Le Comité de prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants (CPT) Le CPT est

Plus en détail

ANNEXE II SCHEMAS SIMPLIFIES DES CIRCUITS "AMENDE" ENTRE LE GREFFE ET LE TRESOR

ANNEXE II SCHEMAS SIMPLIFIES DES CIRCUITS AMENDE ENTRE LE GREFFE ET LE TRESOR ANNEXE II SCHEMAS SIMPLIFIES DES CIRCUITS "AMENDE" ENTRE LE GREFFE ET LE CIRCUIT DES AMENDES : GREFFE / DES ORDONNANCES PENALES DELICTUELLES Procédure prévue aux articles 495 et suivants, R. 41-3 à R.

Plus en détail

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi Centre socio-médico-judiciaire, Juge de l application des peines Juridiction régionale de la rétention de sûreté Rétention de sûreté Surveillance de sûreté Surveillance électronique mobile Circulaire de

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

La Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

La Garde des Sceaux, Ministre de la Justice DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRÄCES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la Législation Pénale Générale Circulaire du 19 mars 2002 Date d application : immédiate La Garde

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PARQUET GENERALITES Registre de circulaires (1816-1823), vrac salle 36, travée 153, t 2 Statistiques : Statistiques annuelles

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011 Introduit il y a plus de 25 ans dans notre système pénal, le travail d intérêt général (TIG) apparaît plus que jamais comme une

Plus en détail

INSTITUTIONS JUDICIAIRES 1 ère PARTIE LES ORGANES JUDICIAIRES NATIONAUX CHAPITRE PRELIMINAIRE - LE PERSONNEL JUDICIAIRE 2

INSTITUTIONS JUDICIAIRES 1 ère PARTIE LES ORGANES JUDICIAIRES NATIONAUX CHAPITRE PRELIMINAIRE - LE PERSONNEL JUDICIAIRE 2 INSTITUTIONS JUDICIAIRES 1 ère PARTIE LES ORGANES JUDICIAIRES NATIONAUX CHAPITRE PRELIMINAIRE - LE PERSONNEL JUDICIAIRE 2 Fatou Kiné CAMARA, Docteure d Etat en droit Chargée d enseignement Faculté des

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE Cour d'appel de Nancy Tribunal de Grande Instance de Nancy Jugement du : 11/04/2013 CHAMBRE JUGE UNIQUE ROUTE-NA Nô minute : N parquet : Plaidé le 21/03/2013 Délibéré le 11/04/2013 JUGEMENT CORRECTIONNEL

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N 1003077 M. Yves Alain LXXXX M. Vennéguès Magistrat désigné M. Bernard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Rennes

Plus en détail

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr]

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] BUREAU DU CONSEIL CONSULTATIF DE PROCUREURS EUROPEENS (CCPE-Bu) LES ALTERNATIVES AUX POURSUITES «LES MESURES ALTERNATIVES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 19 décembre 2014 de présentation des dispositions applicables à compter du 1 er janvier 2015 de la loi n 2014-535 du 27 mai 2014 portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1 AFFAIRES JUDICIAIRES CONVENTION Article 1 Les deux Etats instituent un échange régulier d informations en matière d organisation judiciaire, de législation et de jurisprudence. Article 2 Les deux Etats

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pénal

Lutter contre l habitat indigne : Guide pénal Lutter contre l habitat indigne : Guide pénal 1 er septembre 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement Délégation à l hébergement et à l accès au logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines 1 I. L existence d un texte II. Un texte devant respecter la hiérarchie des normes Textes de référence L article 111-1 du code pénal dispose

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 23 mai 2014 de présentation des dispositions de procédure pénale applicables le 2 juin 2014 de la loi portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement européen et du Conseil,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE. Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011

GUIDE METHODOLOGIQUE. Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011 GUIDE METHODOLOGIQUE Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011 Introduit il y a plus de 25 ans dans notre système pénal, le travail d intérêt général (TIG) apparaît plus que jamais comme une

Plus en détail

Les droits des victimes

Les droits des victimes SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE Avocat Dépôt de plainte Soutien psychologique? Association d'aide aux victimes Aide juridictionnelle Indemnisation I Les droits

Plus en détail

l individualisation des peines et renforçant l efficacité des sanctions pénales instituant la contrainte pénale.

l individualisation des peines et renforçant l efficacité des sanctions pénales instituant la contrainte pénale. DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES DIRECTION DE L ADMINISTRATION PENITENTIAIRE Le 26 septembre 2014 Date d application : 1 er octobre 2014 La garde des sceaux, ministre de la justice à POUR

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE)

CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE) Strasbourg, 7 février 2012 CCPE(2011)7 CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE) Questionnaire en vue de l élaboration de l Avis n o 7 sur la gestion des moyens des ministères publics 1 SECTION

Plus en détail

Rencontre des hautes juridictions de France et d Israël. Séminaire du 23 mai 2011 à la Cour de cassation. L exécution des décisions de justice

Rencontre des hautes juridictions de France et d Israël. Séminaire du 23 mai 2011 à la Cour de cassation. L exécution des décisions de justice 1/36 Rencontre des hautes juridictions de France et d Israël Séminaire du 23 mai 2011 à la Cour de cassation L exécution des décisions de justice L EXECUTION DES DECISIONS PENALES Dans son Traité des délits

Plus en détail

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE Pouvoir judiciaire Le Pouvoir judiciaire est l institution chargée d administrer la justice à travers ses tribunaux. Sa fonction est d assurer la préservation, la protection

Plus en détail

LES CONTRAVENTIONS ROUTIERES

LES CONTRAVENTIONS ROUTIERES LES CONTRAVENTIONS ROUTIERES L'automobile occupe une place prépondérante dans notre société. La saturation quotidienne des infrastructures routières urbaines nuit à la santé publique, tant en matière de

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE

CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE Académie de Grenoble Cour d Appel de Grenoble Logo CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE Le succès de la première convention de collaboration signée le 1 er septembre 1994 invite les partenaires

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

Les droits des victimes

Les droits des victimes SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE Avocat Dépôt de plainte Soutien psychologique? Association d'aide aux victimes Aide juridictionnelle Indemnisation I Les droits

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4019 M. H. c/ Préfet de la Réunion Renvoi du Conseil d Etat. Rapp. T. Fossier. Séance du 7 septembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4019 M. H. c/ Préfet de la Réunion Renvoi du Conseil d Etat. Rapp. T. Fossier. Séance du 7 septembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4019 M. H. c/ Préfet de la Réunion Renvoi du Conseil d Etat Rapp. T. Fossier Séance du 7 septembre 2015 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat va vous conduire

Plus en détail

La comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ou le «plaider coupable» à la française

La comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ou le «plaider coupable» à la française Vincent LEMAIRE Avocat 6 boulevard Wilson 35800 DINARD Tél. : 09 52 59 42 51 - Fax : 09 57 59 42 51 contact@avocat-vincent-lemaire.fr À jour au 30/12/2012 La comparution sur reconnaissance préalable de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 6 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale relatives à la lutte contre la violence routière résultant de la loi n 2011-267 du 14 mars

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT. (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire)

Commentaire. Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT. (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire) Commentaire Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire) Par un arrêt n 4008 en date du 22 juin 2011, la chambre criminelle

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/04/2015 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 25 avril 1985 N de pourvoi: 85-91324 Publié au bulletin Cassation Pdt. M. Ledoux, président Rapp. M. Monnet, conseiller apporteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 11VE01445 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COROUGE, président Mme Elise COROUGE, rapporteur Mme COURAULT, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation. Numéro du rôle : 5744 Arrêt n 163/2014 du 6 novembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques. Les différentes manières dont on saisit la justice pénale

Guide des bonnes pratiques. Les différentes manières dont on saisit la justice pénale Guide des bonnes pratiques Les différentes manières dont on saisit la justice pénale Le droit pénal est une matière transversale présente dans tous les domaines du droit: en droit de la famille, en droit

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 6 avril 2005 Rejet Irrecevabilité N de pourvoi : 00-80418 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE

Plus en détail

Le code de l organisation judiciaire nous fait obligation de tenir pendant la première quinzaine du mois de janvier une audience solennelle.

Le code de l organisation judiciaire nous fait obligation de tenir pendant la première quinzaine du mois de janvier une audience solennelle. DISCOURS de M. Jean-Claude CLEMENT, Procureur de la République Audience de rentrée du Tribunal de Grande Instance de NEVERS du mardi 10 janvier 2012 à 11 heures Monsieur le Premier Président, Monsieur

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires criminelles et des grâces Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31 mars

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Sous-direction des personnes placées sous main de justice (PMJ) Pôle PSEM Septembre 2007 Le placement sous

Plus en détail

GUIDE A L USAGE DES CANDIDATS : LE JUGE DE PROXIMITE

GUIDE A L USAGE DES CANDIDATS : LE JUGE DE PROXIMITE GUIDE A L USAGE DES CANDIDATS : LE JUGE DE PROXIMITE «Un citoyen au service de la Justice» Depuis de très nombreuses années, le législateur français, à l instar de ce qui existe dans d autres pays, a souhaité

Plus en détail