Notes sur le temps en physique (classique)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notes sur le temps en physique (classique)"

Transcription

1 Notes sur le temps en physique (classique) Titre : Jean-Philippe Uzan Institut d Astrophysique de Paris Le sujet imposé par Annick était le temps en cosmologie. Ce qu un physicien peut faire, c est parler du temps dans un cadre théorique donné, c est-à-dire expliciter la représentation du temps dans ce cadre, et non chercher à élucider sa nature. Cette tâche incombe au philosophe. Le cadre cosmologique devient alors très intéressant. Mais, pour y arriver, je dois d abord rappeler la représentation du temps dans le cadre de la physique newtonienne, en relativité restreinte puis en relativité générale. Nous finirons par le contexte des modèles cosmologiques développés dans le cadre de la théorie de la relativité générale. Mon exposé se restreint au contexte classique et ne tiendra pas compte de ce que nous dit la mécanique quantique.simplement par manque de temps! Ces notes qui reprennent les grandes lignes de mon exposé ne doivent surtout pas être considérées comme un texte rédigé. Remarques préliminaires : Avant de commencer, je dois faire quelques remarques d ordre général. 1- En feuilletant dictionnaires et encyclopédies, il semble que nous n ayons pas de définition non tautologique du temps. Par exemple, celle de Giono, le temps est ce qui passe quand rien ne se passe est circulaire. D une certaine façon, Saint-Augustin avait déjà résumé la situation dans laquelle nous nous trouvons, Le mot temps ne nous dit rien de la chose qu il désigne. 2- Dans le langage courant, ce mot a de nombreux sens : succession/simultanéité/durée/changement/époque/devenir/attente/ Ceci risque de compliquer la discussion scientifique car nous allons devoir distinguer ces différents concepts. 3- En physique, il y a deux débats distincts autour du temps. Le premier concerne le cours du temps, c.-à-d. la façon d ordonner les événements causalement reliés. Le second concerne la flèche du temps. Ce problème semble surtout être une propriété des phénomènes temporels et non du temps lui-même. En effet, les lois de la physique microscopique sont invariantes sous un échange du sens de l écoulement du temps mais la nature nous offre de nombreux phénomènes irréversibles. La flèche du temps est une propriété de ces phénomènes. 4- En science en général, il semble y avoir une confusion entre le temps luimême et les phénomènes temporels (on parle du temps géologique, du temps biologique etc. pour désigner le temps ou plutôt l échelle de temps 1

2 des phénomènes géologiques ou biologiques). En particulier, la représentation (et la mesure du temps) se fait à travers une spatialisation. 5- Le lien entre le temps et le mouvement devra être clarifié. En particulier, le temps est souvent spatialisé en physique. Le temps et sa mesure dans la physique classique : On peut presque dater l apparition du temps dans la formulation des lois de la physique (mais je prends plein de bémols car je ne suis pas historien). Elle se fait avec l étude du mouvement. La science grecque classique s était principalement intéressée à la statique et la compréhension des lois du mouvement était assez limitée. Commençons par rappeler comment la mesure du temps a évolué. Les principaux outils dont on disposait étaient des clepsydres, des sabliers, des bougies graduées et des cadrans solaires. Ces derniers permettaient de mesurer le temps sur de longues durées mais en un endroit fixe et avec une faible précision (au mieux 5 à 10 minutes). Les clepsydres et les sabliers pouvaient être précis mais étaient souvent restreints à la mesure de petits temps et devenaient peu précis sur de longues périodes (il faut retourner le sablier, etc. ce qui entraîne une dérive non régulière). Les bougies étaient peu précises et ne permettaient pas de mesures reproductibles (chaque bougie étant différente). Les horloges apparaissent dès le XIVème siècle mais n indiquent alors que les heures. En 1583, Galilée réalise que les pendules permettent de mesurer le temps avec une bonne précision. Il dessina un projet d horloge à pendule mais elle ne fut jamais construite et c est Christiaan Huygens et Salomon Coster qui réalisèrent la première horloge de ce type en Les premières horloges «précises» et stables apparaissent au XVIIIème siècle, principalement sous l élan de John Harrisson (1734). Une horloge doit permettre de définir des intervalles de temps réguliers. Un problème semble cependant apparaître car comment savoir que les intervalles de temps donnés par l horloge sont réguliers si on ne possède pas déjà une horloge? Expliquons comment construire une horloge même si on ne possède pas un phénomène physique régulier. Supposons que nous disposions de deux objets (des clepsydres par exemple) qui peuvent ne pas être identiques et que nous voulions les graduer pour en faire des horloges. La seule hypothèse importante est que les phénomènes étudiés soient reproductibles (c'est-à-dire que, pour chaque clepsydre, si la situation initiale est identique alors l écoulement est identique). Pour obtenir la première graduation, on fait débuter l écoulement des deux clepsydres en même temps et on les arrête, arbitrairement, en même temps. On obtient ainsi une première graduation, notre unité de temps, qui est arbitraire. Pour obtenir la seconde graduation, on remplit une des deux clepsydres et on fait repartir l écoulement des deux clepsydres en même temps jusqu à ce que le niveau de la première atteigne la première graduation. On arrête alors l écoulement dans les deux clepsydres. On marque alors une deuxième graduation sur la seconde clepsydre. On peut continuer ainsi pour obtenir une clepsydre graduée régulièrement même si l écoulement de l eau n est pas régulier. On voit ainsi que l on peut fabriquer des horloges régulières à partir de phénomènes non réguliers pour peu que ces phénomènes soient reproductibles, c.-à-d. que le phénomène ne dépende pas de l instant dans le temps où il est initié. Il s agit là d une hypothèse forte de la physique : les lois physiques recherchées sont universelles, et ne dépendent pas du lieu où de l époque. Dans la construction précédente, le temps est assimilé à la notion de durée. 2

3 Revenons au concept de temps en physique. On peut dater son introduction à 1604 (date reconstruite par divers historiens). C est à cette époque que Galilée formule la loi de la chute des corps qui fait intervenir pour la première fois explicitement le paramètre temps (les vitesses de chute sont proportionnelles aux temps de chute). La formalisation du temps sera ensuite effectuée par Newton dès l ouverture des Principia (1687) : «Absolute, true, and mathematical time, of itself and of its own nature, flows equably without relate onto anything external, and by an other name is called duration» Cette définition nous renvoie à l image de la rivière d Héraclite. Le temps coule de façon inexorable. Il peut être décrit par une variable continue à une dimension. Ces hypothèses ne laissent que deux possibilités car les espaces à une dimension sont de deux types : les boucles et les lignes infinies. La physique invoque un autre principe, qui en soit est une lapalissade si on essaie de comprendre les lois de la nature. Il s agit du principe de causalité, qui stipule que «les causes précèdent les effets». On peut le reformuler en «les effets ne peuvent pas rétroagir sur leurs causes». Dans le cadre newtonien, cela implique que le temps ne peut pas être cyclique si bien qu il doit être linéaire. On en déduit donc que dans ce cadre, les voyages dans le temps sont strictement interdits. Remarquons tout de même ici que nous ne devons pas être impressionnés par les mots : comment distinguer une cause d un effet? Pour cette raison, le principe de causalité est un concept qu il faudra élucider et non une hypothèse à utiliser telle qu elle. Dans le cadre Newtonien, le temps est donc linéaire et il «coule» inexorablement de façon régulière, «en solitaire». On peut donc représenter l espace et le temps de la physique classique comme un cristal à trois dimensions comportant une horloge en chaque point. Toutes les horloges étant synchronisées, par construction. Le temps est aussi indépendant du mouvement des observateurs si bien que la montre d un tel observateur synchronisée avec une des horloges le sera avec toutes les autres et pour toujours. Le temps mesuré par deux voyageurs entre deux rencontres ne dépend pas de leurs chemins respectifs. Soulignons aussi que dans ce cadre, le temps est découplé du concept de mouvement ; ce n est pas parce que rien ne bouge que le temps n existe plus. Une autre façon de représenter cette structure est de considérer un «film d espaces», c.-à-d. une succession d espaces à divers temps (voir la figure 1). L espace-temps est alors une entité à 4 dimensions car il faut 4 nombres pour repérer tout événement, sa position spatiale et le temps où cet événement a lieu. Pour tout événement P, il existe une notion intuitive de simultanéité. Si l on considère un second événement Q, alors il y a trois cas de figures : (1) on peut aller de P à Q, Q appartient alors au futur de P, (2) on peut aller de Q à P, alors Q appartient au passé de P, (3) il est impossible de voyager entre P et Q, les deux événements sont alors simultanés. Cette structure repose donc sur la possibilité, en principe, de voyager à n importe quelle vitesse finie. 3

4 Fig. 1 : la représentation du temps en physique classique. L espace-temps possède quatre dimensions et peut être visualisé comme un cristal d horloges synchronisées (gauche) ou comme un feuilletage d espace (droite). La dynamique classique a été établie par Galilée et Newton avec l introduction des notions de vitesse et d accélération. L idée révolutionnaire consistait à réaliser qu une force modifie l accélération et non pas la vitesse. Un corps libre se déplace donc à vitesse constante (contrairement à la physique d Aristote). Une conséquence de ce principe d inertie est qu il est impossible de distinguer un mouvement à vitesse constante par rapport à l espace absolu d une situation de repos, c est ce que l on appelle le principe de relativité galiléenne. Ces référentiels sont appelés référentiels inertiels et forme une classe privilégiée de référentiel. En particulier, la cinématique galiléenne est caractérisée par la propriété d addition des vitesses : un observateur se déplaçant à la vitesse U par rapport à un référentiel fixe observera la vitesse V d un mobile par rapport à ce même référentiel comme V-U. Dans ce cadre, l état de tout système dont les positions et vitesses sont connus à un instant initial, peut être caractérisé à un instant final. La loi de la dynamique reliant l accélération à la force est cependant invariante si l on remplace t par t si bien que le sens d écoulement du temps est arbitraire et n affecte pas la dynamique. En particulier, n importe quel système peut retrouver dans son futur un état physique qu il a connu dans le passé (c est ce que l on appelle le Théorème de récurrence de Poincaré). Ceci n implique cependant pas que l on est revenu dans le passé. Les phénomènes physiques irréversibles ne satisfont pas cette propriété. Une dernière remarque concerne la notion d énergie. Pour un système mécanique en mouvement, il existe des fonctions des grandeurs cinématiques (vitesses, positions) qui conservent une valeur constante pendant le mouvement. Ces constantes du mouvement, aussi appelées intégrales premières du mouvement, sont reliées aux constantes arbitraires qui apparaissent dans la résolution des équations du mouvement. Pour un système de N particules, on a N positions et N vitesses si bien qu il apparaît 2N constantes arbitraires dans la solution. Une de ces constantes peut être supprimée car l origine des temps est arbitraire. Certaines des intégrales premières du mouvement ont une origine très profonde, liée aux propriétés de l espace et du temps. On peut montrer que l uniformité du temps, c.-à-d. la propriété que les lois de la physique sont les mêmes à tout temps (ce qui implique entre autre que le temps n apparaît pas explicitement dans ces lois), implique que l énergie est conservée. 4

5 Le temps de la relativité restreinte : La cinématique a été remise en cause à la fin du XIXème siècle principalement parce qu elle était en contradiction avec les lois de l électromagnétisme développées par James Clerck Maxwell. Le point central autour duquel s est construite la relativité restreinte est la propagation de la lumière Pour concilier la cinématique classique, la théorie de Maxwell et les résultats de l expérience de Michelson-Morley, trois solutions s offraient : 1- admettre que les postulats de la théorie de Maxwell n étaient pas corrects, 2- rendre compatible les postulats des deux théories, 3- admettre que les postulats de la cinématique classique n étaient pas corrects. La première solution se révéla rapidement inacceptable. La deuxième solution conduit à l introduction du concept d éther déterminant un référentiel privilégié servant de support à la propagation des ondes électromagnétiques. Cependant toutes les expériences tentant de mettre ce milieu en évidence ont échoué. La troisième solution se trouva être la bonne voie et mena, avec différentes étapes que nous ne détaillerons pas ici, à la formulation de la relativité restreinte, qui supplanta la cinématique galiléenne. Cette théorie est basée sur deux postulats : Premier postulat : tous les référentiels d inertie sont équivalents. Second postulat : la vitesse de la lumière dans le vide est indépendante de l état de mouvement de la source. Le premier postulat renforce le principe de relativité galiléenne et implique que les lois physiques prennent la même forme dans tous les référentiels d inertie. Le second est en contradiction flagrante avec le principe d additivité des vitesses de la cinématique galiléenne, en particulier parce que l on peut l écrire de façon symbolique «c+v=v» quelle que soit la vitesse v de l observateur, c étant la vitesse de la lumière. Ces postulats, dont la formulation est extrêmement simples ont des conséquences importantes pour la représentation du temps. Une petite expérience permet de prendre l ampleur des conséquences du second postulat. Considérons une horloge battant «la mesure» en faisant osciller des photons entre deux miroirs espacés d une distance d (voir Fig. 2). Un observateur 1 au repos par rapport aux miroirs observent que le faisceau lumineux est perpendiculaire aux miroirs si bien que le temps aller-retour de la lumière (c.-à-d. la période de l horloge) est T = 2d/c où c est la vitesse de la lumière dans le vide. Supposons maintenant que l horloge se déplace à une vitesse V par rapport au sol. Un observateur 2 immobile par rapport au sol observera que la lumière a un trajet oblique. La lumière se propageant toujours à la même vitesse (d après le second postulat) et le trajet à parcourir plus long, nous en déduisons que l observateur 2 voit l horloge battre plus lentement. La longueur du trajet de la lumière pour l observateur 2 est D=2 (d 2 +(V T /2) 2 ), T étant la période de l horloge mesurée par l observateur 2. Comme D=cT, on en déduit que T =T/ (1-v 2 /c 2 ). Le second postulat implique donc que la période d une horloge dépend de son état de mouvement : un observateur au repos par rapport à l horloge la voit battre plus rapidement qu un observateur en mouvement par rapport à elle. Il s agit là d un phénomène relativiste, appelé dilatation du temps, et absent de la description classique de l espace et du temps. La période mesurée par l observateur au repos par rapport à l horloge sera appelée période propre. Tout observateur aura ainsi un temps propre qui est celui qu il mesure avec une horloge qui se déplace avec lui. On peut synchroniser des horloges qui sont au repos les unes par rapport aux autres mais nous ne pouvons plus parler de temps absolu. 5

6 Ce phénomène ne devient important que pour des vitesses proche de celle de la lumière. Par exemple à un dixième de la vitesse de la lumière, l amplitude de l effet est de 0,5% et il devient de 2% pour une vitesse de neuf dixième de la vitesse de la lumière. Fig. 2 : Une horloge au repos par rapport à un observateur bat plus rapidement qe lorsqu elle de déplace par rapport à une vitesse V. Le second postulat remet en cause un deuxième présupposé de l espace-temps de la physique classique : la notion de simultanéité. La figure 3 illustre une situation où deux phénomènes physiques (en l occurrence des explosions) peuvent être perçues comme simultanées où non par différents observateurs, la conclusion dépendant de l état de mouvement de chacun des observateurs. Fig. 3 : Deux explosions se produisent en A et B. La lumière se propage à la vitesse c pour tous les observateurs. Un observateur au repos à mi-chemin entre les points d explosion déduit qu elles sont simultanées. Un observateur se déplaçant à la vitesse V vers la source B déduit que l explosion en B est antérieure à celle en A. Un observateur se déplaçant vers la source A arrive à la conclusion inverse. Ainsi, les postulats de la relativité restreinte remettent en cause les propriétés de l espace et du temps de Newton. En particulier, la notion de temps semble devenir dépendante de l état de mouvement de l observateur et la notion de simultanéité disparaît. Soulignons que la notion de causalité n est pas affectée et reste «absolue», c.-à-d. indépendante de l état de mouvement de l observateur si aucune particule ou signal ne peut se propager plus vite que la vitesse de la lumière. Une conséquence de cette nouvelle structure est une nouvelle vision de l espace et du temps. Comme le dit Hermann Minkowki dans une conférence en 1908, «L espace lui-même, le temps lui-même, sont condamnés à s évanouir tels de simples ombres, et seule une sorte d union des deux préserve une réalité indépendante.» Dans la vue de Minkowski, l espace et 6

7 le temps doivent être pensés ensemble dans une nouvelle structure, appelée espace-temps, qui dépasse la simple union de l espace et du temps. Ce nouvel espace possède quatre dimensions, ce qui le rend difficile à visualiser. Pour simplifier nous ne représenterons qu une ou deux dimensions d espace. La chose importante à se rappeler dans tous ces schémas est qu un point représente un événement, c.-à-d. un point de l espace à un instant donné. Le diagramme complet représente l ensemble de l histoire. Une particule, tandis qu elle perdure dans le temps, sera représentée par une ligne appelée ligne d univers. Commençons par considérer un flash de lumière émis en un point de l espace. La lumière se propage de façon isotrope à partir de son point d émission si bien qu à un instant t elle est localisée sur une sphère de rayon ct. La figure 4 représente ce phénomène dans l espace et dans l espace-temps. On voit alors que dans l espace-temps le flash de lumière occupe un cône, appelé cône de lumière, qui représente la série des sphères occupées par les photons.. Toute particule massive émise en même temps que le flash se propage plus lentement que la lumière si bien que sa ligne d univers doit se trouver à l intérieur du cône de lumière. Fig. 4 : Un flash de lumière est émis depuis un point de l espace. Le front d onde décrit une série de sphère de rayon croissant (gauche). Nous avons ici supprimé une dimension d espace si bien que les sphères sont représentées par des cercles. Dans l espace-temps, cet ensemble de sphère forme un cône : le cône de lumière. Cette structure doit être respectée en tous les points de l espace-temps. La figure 5 illustre alors notre espace-temps que nous pouvons voir comme un cristal de cône de lumière. Le cône de lumière d un événement P défini le futur de cet événement comme l ensemble des événements situés à l intérieur du cône formé par tous les rayons lumineux émis depuis P. Le passé de P est l ensemble des événements situés à l intérieur du cône formé par tous les rayons lumineux arrivant en P. Seuls ces événement peuvent influer sur l état physique d un système en P. Tous les points en dehors du cône représentent l ailleurs, c.-à-d. l ensemble des événements qui ne peuvent pas influencer ou être influencés par l événement P. 7

8 Fig. 5 : La structure de l espace-temps en un événement P (gauche) permet de définir le futur, le passé de cet événement. Tous les événements en dehors du cône de lumière ne peuvent pas être mis en contact causal avec P. (droite) : l espace-temps de Minkowski peut être vu comme un cristal de cônes de lumières. Toues les lignes d univers doivent se trouver à l intérieur d un tel cône en tout événement. Cette structure déduite de la finitude de la vitesse de la lumière implique aussi qu un observateur reçoit à un instant donné des signaux lumineux émis par en différents points de l espace-temps. Ainsi plus il regarde «loin» plus il observe des événements vieux. Ceci aura des conséquences importantes en cosmologie. La figure 6 illustre une différence importante entre l espace de Minkowski et l espace euclidien (l espace de la géométrie «ordinaire»). Dans ce dernier la distance entre deux points est définie positive contrairement à la distance entre deux événements. Ceci implique que l inégalité triangulaire n est plus respectée dans un espace de Minkowski. En particulier, la distance d espace-temps (c.-à-d. le temps propre) entre deux événements est nulle le long du cône de lumière. La figure 4 illustre aussi qu elle est inférieure pour un observateur voyageant. Ceci est connu sous le nom du paradoxe des jumeaux bien qu il n y ait aucun paradoxe! Fig. 6 : La distances dans un espace euclidien (gauche) est définie positive, contrairement à l espace de Minkowski (droite). Dans ce cas la distance représente le temps propre le long de la trajectoire reliant les événements. Ceci implique un renversement des inégalités triangulaires. 8

9 Le temps de la relativité générale : La relativité restreinte supposait l existence de référentiels inertiels et travaillait dans leur cadre. La relativité générale établit quant à elle les lois de la physique dans des référentiels quelconques. La relativité générale étend les postulats précédents à tout référentiel. Le principe d équivalence, c.-à-d. le fait que tout corps tombe de la même façon indépendamment de sa masse et de sa composition chimique, conduit à une théorie métrique de la gravitation. Dans une telle théorie, l espace-temps a une structure géométrique (courbure) qui est déterminée par son contenu en matière et le mouvement de la matière est contraint par la géométrie. En particulier, on peut montrer que la gravitation peut localement être effacée si bien que localement (c.-à-d. autour de chaque point de l espace-temps) l espace-temps a la structure d un espace-temps de Minkowski. Ceci n est cependant pas vrai de façon globale si bien que l on peut concevoir l espace-temps comme une mosaïque d espace-temps de Minkowski. Mais la grande différence est que maintenant l espace-temps devient dynamique est n est plus une donnée extérieure dont on choisit les propriétés comme dans le cas de la physique newtonienne ou de la relativité restreinte. La figure 7 représente cette structure. En chaque point on peut définir un cône de lumière et les lignes d univers des particules massives doivent en tout point être à l intérieur de ce cône. Fig. 7 : La structure de l espace-temps de la relativité générale. Ceci implique que la structure causale de l espace-temps est plus complexe que celle de l espace-temps de Minkowski. On peut distinguer plusieurs notions. On dit qu un espace est orientable temporellement si on peut définir de façon continue une notion de passé et de futur. La figure 8 donne un exemple d un espace-temps, artificiel, qui ne satisfait pas cette propriété. Fig. 8 : Exemple d un espace-temps non-orientable temporellement. 9

10 Le deuxième ingrédient est celui de boucle temporelle. Il s agit de déterminer si l espacetemps possède des lignes d univers fermées. Dans un tel cas, un observateur dont c est la ligne d univers revient dans son propre passé et peut agir sur son passé, ce qui est en contradiction avec le principe de causalité. La figure 9 donne deux exemples de telles boucles temporelles. On impose ainsi la condition de causalité forte qui stipule que l espace-temps ne doit pas posséder de telles boucles. Une seconde notion de causalité, appelée causalité stable, apparaît dans ces études. Elle revient à faire l hypothèse de l existence d une fonction temps globale. Cette hypothèse très forte revient à supposer que l espace-temps quadri-dimensionel peut être feuilleté en une succession d espaces de dimension trois, et que ce feuilletage est caractérisé par la donnée d une seule fonction. D un point de vue théorique, il existe des solutions de la relativité générale qui ne satisfont pas ces conditions, qui sont rajoutées a posteriori. Les espaces-temps correspondant à des situations rencontrées dans la nature les respectent cependant. Fig. 9 : Boucles temporelles fermées. D un point de vue plus opérationnel, remarquons que le temps est la seule chose que l on peut mesurer dans un tel espace-temps. En effet, la distance entre deux points ne peut pas être déterminées avec une règle. La façon la plus simple de définir une distance entre deux observateurs est d échanger un signal lumineux. L observateur 1 envoie un signal vers l observateur 2 qui le lui renvoie à l aide d un miroir. Le signal revient à l observateur 1 au bout d un temps propre T (i.e. au bout du temps T mesuré par l observateur 1). Cet observateur définit alors la distance entre lui et l observateur 2 comme ct/2 (voir Fig. 10). Nous arrivons à la conclusion surprenante que le temps, que nous ne savons toujours pas définir, est la seule chose que nous pouvons mesurer et la seule dimension dans laquelle nous ne pouvons pas voyager. La méthode de mesure des distances que nous venons de décrire est en fait celle qui est implicitement supposée dans le système d unités internationales Puisque l valeur de la vitesse de la lumière a été fixée si bien que l unité de longueur (le mètre) est dérivée de l unité de temps (la seconde). 10

11 Fig. 10 : La mesure de distance entre les lignes d univers des observateurs A et B passe par l échange de signaux lumineux et une mesure de temps. Tout comme en relativité restreinte le temps propre mesuré entre deux événements dépend de la ligne d univers empruntée entre ces deux événements. Alors que la dilatation relative du temps ne dépendait que de la vitesse relative entre les deux observateurs dans le cadre de la relativité restreinte, elle dépend maintenant aussi de la structure géométrique de l espacetemps. En particulier, cela implique qu une horloge dans un champ de gravitation faible bat plus vite que dans un champ fort. Cet effet, nommé effet Einstein, a été vérifié expérimentalement. Par exemple, ne pas le prendre en compte induirait une dérive journalière de 14 km sur le système de positionnement GPS (voir figure 11). Fig. 11 : Le système GPS déduit la distance relative entre deux points du globe terrestre à partir de la comparaison de temps de propagation de signaux entre ces points et plusieurs satellites. Ne pas prendre en compte la relativité générale dans cette comparaison induirait une dérive journalière de 14 km. Pour finir ce tour d horizon de la relativité générale, revenons sur des affirmations selon lesquels le temps n existerait pas en relativité générale. Il me semble est que la conclusion selon laquelle le temps existe ou pas dépend du point de vue que l on adopte. En effet, la structure de l espace-temps étant déterminée, nous avons la connaissance globale de la structure à quatre dimensions et de toutes les trajectoires (les lignes d univers) de toutes les particules. Dans ce cadre, on peut en effet affirmer que le temps n existe pas et que seul l espace-temps est donné, ce dernier n étant soumis à aucune évolution. Cependant, les lignes d univers permettent de définir un temps propre le long de chacune d elles si bien qu à partir d une famille de lignes d univers on peut construire une fonction temps et un feuilletage de l espace-temps. Dans ce cadre l espace-temps est vu (de l intérieur) comme une succession d espace de dimension 3. On peut alors dire qu un temps existe, même si différents feuilletages sont possible (voir la figure 12). Ceci revient un peu à se demander si le temps 11

12 existe dans un film. En regardant la bobine entière (extérieur), on déduit que non alors qu en la projetant (intérieur), on déduit que oui. Cette distinction se retrouve au niveau de la formulation de la théorie (lagrangienne versus hamiltonienne). La question à laquelle nous devons répondre est comment choisit-on un feuilletage plutôt qu un autre. Pour cela, il nous faut, enfin, se plonger dans le cadre cosmologique. Fig. 12 : Différentes façons de «parcourir» le même espace-temps. Le temps en cosmologie : L univers était dès l Antiquité une référence pour la mesure du temps (cycle, cadran). En effet, les hommes ont tout d abord basé la mesure du temps sur des phénomènes périodiques terrestres (nombres d hivers ou d étés) et les calendriers sont nés de ces cycles. La cosmologie est un discours qui demande de définir ce qu est l univers. Elle est énoncée dans un cadre cosmologique précis qui sert de banc d essai aux nouvelles théories physiques (voir figure 13). Fig. 13 : l évolution de ce que recouvre le terme univers selon les périodes de l histoire. L univers actuel n est plus restreint à notre système solaire ou à notre galaxie mais à une extension beaucoup plus grande. Nous appelons univers observable la partie de notre 12

13 espace-temps que nous pouvons observer, c.-à-d. qui se trouve à l intérieur de notre cône de lumière passé. Toute l information que nous pouvons récolter concernant notre univers est localisée dans ce cône, et en fait sur la surface du cône car cette information est obtenue à partir d observation de photons. Ceci est une limitation car nous n observons qu un seul univers à partir d un seul point de l espace-temps. La théorie moderne de la cosmologie repose sur la théorie de la relativité générale. Les modèles d univers qui y sont déduits ont la particularité d être en expansion et ont été développés par Lemaître et Friedmann au débit des années Une des hypothèses centrale de ces modèles est le principe cosmologique. L expansion de l univers implique que la distance entre deux galaxies est une fonction croissante du temps, si bien qu un observateur voit toutes les autres galaxies s éloigner de lui. Cependant l univers n a pas de centre et la même conclusion serait tirée par un observateur d une autre galaxie. L expansion a une conséquence importante ; elle étire aussi les longueurs d onde si bien que la longueur d onde reçue est plus grande que la longueur d onde d émission. C est ce que nous appelons le décalage spectral vers le rouge qui mesure la croissance relative entre l émission et la réception. Quand nous observons une galaxie, par exemple, nous pouvons mesurer sa position sur la voûte céleste (la direction d observation) et son décalage spectral. Ce dernier est caractéristique du moment d émission de la lumière que nous recevons mais le temps mis par la lumière pour nous parvenir ne peut pas être mesuré ; il est déterminé par un calcul qui fait des hypothèses sur l univers dans son ensemble (composition matérielle ). Remarquons le lien entre une mesure locale (celle d un temps entre deux événements et la structure globale de l espace-temps. De façon surprenante toute l évolution de l univers peut être décrite sans faire référence explicitement au temps mais seulement au facteur de croissance de l univers. Cette fonction joue le rôle d une fonction temps globale. On en déduit qu en cosmologie l expansion, et en fait le principe cosmologique, de l univers fournit un feuilletage préférentiel et donc un temps préférentiel. L expansion offre aussi une voie pour comprendre la flèche du temps qui serait déterminée par le feuilletage préférentiel lié à l expansion. Pour aller plus loin dans cette direction, il faudrait introduire la notion d entropie dans un cadre relativiste. Afin de montrer que la gravité joue un rôle dans ces notions d entropie, la figure 13 illustre l évolution d un nuage de gaz sans et avec gravitation. Pour un gaz ordinaire, la croissance d entropie tend à rendre le gaz plus homogène. Pour un gaz auto-gravitant, c est le contraire. Le fait que l univers se trouvait initialement dans un état où la matière était répartie de façon très homogène renferme la raison de sa très faible entropie initiale. Ces quelques éléments illustrent la relation étroite qui unie gravitation, cosmologie et la flèche du temps. 13

14 . Fig. 14 : Pour un gaz ordinaire, la croissance d entropie tend à rendre le gaz plus homogène. Pour un gaz auto-gravitant, c est le contraier. Conclusion : Ce tour d horizon nous a montré que la représentation et les propriétés du temps ont énormément évolué avec notre connaissance de la physique. Le temps n est plus une donnée extérieure mais une structure à déterminer. Les notions de causalité et les propriétés de la lumière ont été au centre de nos considérations. La cosmologie offre une vision nouvelle, en particulier concernant l origine de la flèche du temps. Bibliographie : Brans, I. Stengers et Vincke, Temps et devenir, Patino. O. Costa de Beauregard, Le second principe de la science du temps, Seuil. Pascault et Vidal, A chacun son temps, Flammarion. M. Paty et al., Le temps et sa flèche, Flammarion, R. Penrose, The emperor s new mind, Oxford university press, 1989 P. Peter et J.-P. Uzan, Cosmologie primordiale, Belin, C. Semay et B. Sylvestre-Brac, Relativité restreinte, Dunod, J.-P. Uzan et R. Lehoucq, Les constantes fondamentales, Belin, H.D. Zeh, The physical basis of the direction of time, Springer,

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

RELATIVITE RESTREINTE

RELATIVITE RESTREINTE RELATIVITE RESTREINTE Introduction A la fin du 19eme siècle, la physique a atteint un niveau de développement remarquable. Un vaste ensemble de phénomènes naturels sont expliqués. La mécanique de Newton

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

Le temps en cosmologie (sujet imposé!) Le temps en physique (classique) Jean-Philippe. Uzan. Uzan. Institut d Astrophysique de Paris

Le temps en cosmologie (sujet imposé!) Le temps en physique (classique) Jean-Philippe. Uzan. Uzan. Institut d Astrophysique de Paris Le temps en cosmologie (sujet imposé!) Le temps en physique (classique) Jean-Philippe Uzan Institut d Astrophysique de Paris Jean-Philippe Uzan Institut d Astrophysique de Paris Rencontres de berber 2006

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Couplages et colorations d arêtes

Couplages et colorations d arêtes Couplages et colorations d arêtes Complément au chapitre 5 «Une employée mécontente» et au chapitre 9 «L apprentie sudokiste» Considérons n équipes de hockey qui doivent s affronter lors d un tournoi.

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Plus courts et plus longs chemins

Plus courts et plus longs chemins Plus courts et plus longs chemins Complément au chapitre 8 «Une voiture nous attend» Soit I={1,2,,n} un ensemble de tâches à ordonnancer. La durée d exécution de chaque tâche i est connue et égale à p

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

1. Petite incursion dans la relativité restreinte

1. Petite incursion dans la relativité restreinte 1. Petite incursion dans la relativité restreinte Les mystères les plus malins sont ceux qui se cachent dans la lumière. Jean Giono * 1.1. Un peu d histoire En publiant l article «Électrodynamique des

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS Paris 7 QA 421-422 1992 93 THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS EXAMEN, t 0 = mardi 7 septembre 1993, 8h 30 t = 4 heures Il n est pas totalement inutile de lire l énoncé : les questions sont en principe, et parfois

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Temps Distance Vitesse

Temps Distance Vitesse Temps Distance Vitesse Jean-Noël Gers Février 2005 CUEEP Département Mathématiques p1/27 Ce dossier contient un certain nombre de problèmes classiques sur la rencontre de mobiles évoluant à vitesse constante.

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

DS n 6 (1h30) Chap D3+D4 27/03/2015. DEVOIR SURVEILLÉ n 6 Un petit tour à la fête foraine CALCULATRICE INTERDITE!!!

DS n 6 (1h30) Chap D3+D4 27/03/2015. DEVOIR SURVEILLÉ n 6 Un petit tour à la fête foraine CALCULATRICE INTERDITE!!! DEVOIR SURVEILLÉ n 6 Un petit tour à la fête foraine CALCULATRICE INTERDITE!!! Brenda Semeda-Moreiro, une élève de, décide de passer tout son week-end à réviser le contrôle de physique prévu pour lundi.

Plus en détail

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Journées Afscet au moulin d Andé samedi 16 mai 2015 1 membre de l Association Française de Science des Systèmes. Carlo Rovelli Physicien

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Forces et mouvement. Suite: la dynamique

Forces et mouvement. Suite: la dynamique Les forces Forces et mouvement Tout ce qui se passe dans l Univers est provoqué par des forces. Une force est une poussée ou une traction qui provoque le déplacement ou la rotation des objets. Il faut

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Se positionner grâce aux ondes GPS, horloges et relativité (3) Extrait du programme d enseignement

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes Noms des étudiants composant le binôme : TP Cours ocométrie des lentilles minces divergentes Estimer la distance focale image d une lentille divergente est moins aisé que de déterminer celle d une lentille

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES page XII- XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES Le but de ce chapitre est de rencontrer quelques-unes des nombreuses associations de lentilles sphériques minces tout en manipulant les connaissances

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Comment mesure-t-on la masse des planètes?

Comment mesure-t-on la masse des planètes? Comment mesure-t-on la masse des planètes? Evidemment, les planètes ne sont pas mises sur une balance. Ce sont les mathématiques et les lois physiques qui nous permettent de connaître leur masse. Encore

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Interaction magnétique

CHAPITRE 2 : Interaction magnétique CHAPITRE 2 : Interaction magnétique Prérequis 1. L aiguille d une boussole possède : plusieurs pôles Nord et plusieurs pôles Sud, uniquement un pôle Nord et un pôle Sud, plusieurs pôles Nord ou plusieurs

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Qu est-ce que le temps? «Qui pourra le définir [le temps]? et pourquoi l'entreprendre, puisque tous les hommes conçoivent ce qu'on veut dire en parlant du temps sans qu'on

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Statistiques Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des systèmes

Plus en détail

1. La notion de force

1. La notion de force 1. La notion de force livre page 6 & 7 a) introduction Tu as déjà sûrement entendu le terme de force, c est en effet un mot utilisé fréquemment dans le langage commun : on parle de la force publique, de

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

La science des fusées 1

La science des fusées 1 Mth1101 - TD - Application 9 : optimisation avec contraintes, multiplicateurs de Lagrange La science des fusées 1 Introduction Une fusée comporte plusieurs étages composés d un moteur et de son carburant.

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail