Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010"

Transcription

1 Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Service Certification des Etablissements de Santé Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Juillet 2015

2 Sommaire Abréviations et acronymes... 3 Introduction Données générales Typologie des établissements ayant fait l objet d une décision de certification Niveaux de certification atteints Répartition des types de décisions V2010 prononcées Répartition des décisions par critère V Evolution des niveaux de certification V Perspectives Annexe : Correspondance des critères V2010 thématiques V ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

3 Abréviations et acronymes CH... Centre Hospitalier CHS... Centre Hospitalier Spécialisé CHU... Centre Hospitalier Universitaire CLCC... Centre de Lutte Contre le Cancer CQ... Compte Qualité DAQSS.. Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins EPP... Evaluation des Pratiques Professionnelles EPSM... Etablissement Public de santé Mentale ES... Etablissement de Santé ESPIC... Etablissement de Santé Privé d Intérêt Collectif GCS... Groupement de Coopération Sanitaire HAD... Hospitalisation à Domicile HAS... Haute Autorité de Santé HIA... Hôpital d Instruction des Armées HL... Hôpital Local IND... Indicateur MCO... Médecine Chirurgie Obstétrique MS... Mesure de Suivi PEC... Prise en charge PEP... Pratiques Exigibles Prioritaires PL... Privé Lucratif RS... Rapport de Suivi SCES... Service de Certification des Établissements de Santé SLD... Soins de Longue Durée SM... Santé Mentale SSR... Soins de Suite et de Réadaptation VC... Visite Ciblée VI... Visite Initiale VS... Visite de Suivi ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

4 Introduction Au sein de la Haute Autorité de santé, la procédure de certification est mise en œuvre par le service Certification des établissements de santé (SCES). Au-delà des 473 experts-visiteurs qui réalisent les visites de certification, le SCES compte 51 collaborateurs chargés d assurer notamment l information sur la certification, la gestion des experts-visiteurs et la conception de méthodes, outils et système d information ainsi que le suivi longitudinal des établissements dans leur démarche de certification. Afin de renforcer l articulation HAS / ARS tout au long de la procédure de certification d un établissement, le suivi de ces démarches est assuré par des chefs de projet et des assistantes-gestionnaires répartis, depuis octobre 2013, en 3 grands ensembles régionaux : Près de 2700 établissements de santé (ES) ont été engagés dans la procédure de certification V2010. Plus de 2600 visites ont été réalisées entre janvier 2010 et décembre 2014 et une soixantaine de constats de non mise en œuvre a été prononcée. Au lancement de la V2014, l objet de ce document est de présenter un premier bilan des résultats de certification de la V2010. Il concerne les 2562 ES qui, au 1 er mai 2015, ont fait l objet d une décision de certification du Collège après leur visite initiale. Il s agit ici de proposer une vision globale : - permettant à chaque établissement de se positionner par rapport à l ensemble ou par rapport à d autres établissements similaires ou proches, - tirant les leçons du retour d expérience et proposant des perspectives pour la V2014. Ce premier bilan ouvre des pistes de réflexion par thématique, sectorielles ou régionales. Il sera suivi, courant 2015, d autres publications plus ciblées sur ces sujets. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

5 1. Données générales Au 1 er mai 2015, 2562 ES ont fait l objet d une décision de la HAS sur les quelques 2600 ES qui ont fait l objet d une visite initiale au titre de la V2010, soit la quasi-totalité des ES engagés dans la procédure de certification. Nombre d'établissements Nbre_ES_Avec_Décision_V2010 Nb_Visites_Initiales_Réalisées Figure 1 Répartition régionale des 2562 ES ayant fait l objet d une décision de de la HAS La figure 1 présente le nombre d ES ayant fait l objet d une décision de la HAS par rapport au nombre d ES visités dans les 26 régions de France. Ainsi, en Auvergne, Champagne- Ardenne et en Guyane, la totalité des ES a fait l objet d une décision après visite initiale. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

6 2. Typologie des établissements ayant fait l objet d une décision de certification 39,15% 30,80% 24,08% 2,97% 1,91% 0,35% 0,70% 0,04% CH CHS / EPSM CHU HIA ESPIC CLCC GCS Privé PL (Privé Lucratif) Secteur public (36%) Secteur privé (64%) Figure 2 Typologie des 2562 ES ayant fait l objet d une décision de certification La figure 2 présente les ES ayant fait l objet d une décision de la HAS : 36% des ES relèvent du secteur public et 64% du secteur privé. A titre d exemple, dans le secteur public, 789 CH sur 799 ont fait l objet d une décision n (soit 30.80% des ES) et dans le secteur privé, les 18 CLCC ont fait l objet d une décision de certification (soit 0.70% des ES). ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

7 3. Niveaux de certification atteints Un barème de cinq niveaux de certification a été retenu, en fonction des recommandations, réserves et/ou réserves majeures prononcées par le Collège de la HAS sur les critères du Manuel de certification : - Certification sans recommandation ; - Certification avec recommandation(s) : au moins une recommandation ; - Certification avec réserve(s) : au moins une réserve (et, éventuellement des recommandations) ; - Sursis à certification : au moins une réserve majeure. La HAS décide alors de surseoir à la décision en attendant les résultats de la modalité de suivi ; - Non certification : lorsque le dossier fait état d au moins une réserve majeure, de 50% des thématiques impactées, d un tiers des critères PEP impactés par une réserve ou une réserve majeure et d un tiers des décisions V2007 non suivies d effets. Dans ce cas, l établissement est non certifié et il est réengagé dans une nouvelle démarche de certification. Certification avec réserves; 930; 36,3% Non Certification; 10; 0,4% Sursis à Certification; 320; 12,5% Certification sans recommandation; 438; 17,1% Certification avec recommandations; 864; 33,7% Figure 3 Répartition des niveaux de certification atteints après visite initiale (N=2562 ES) La figure 3 montre que, suite à leur visite initiale : ES soit 17,1% ont été certifiés sans recommandation, ES soit 33,7% ont été certifiés avec recommandation(s), ES soit 36,3% ont été certifiés avec réserve(s), ES soit 12,5% ont fait l objet d un sursis à certification, la décision sera donc prise à l issue de la mesure de suivi, - 10 ES soit 0,4% ont été non certifiés. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

8 Les résultats de certification atteints après visite initiale peuvent être répartis : - Par type d ES (figure 4), - Par type de prise en charge (figure 5), - Ou par région (figure 6). 0,51% 1,32% 0,49% 0,20% 18% 21% 24% 22% 6% 9% 9% 34% 50% 29% 46% 53% 35% 44% 100% 36% 37% 29% 18% 41% 33% 20% 44% 25% 6% 7% CH CHS / EPSM CHU HIA ESPIC CLCC GCS Privé PL (Privé Lucratif) Certification sans recommandation Certification avec recommandations Certification avec réserves Sursis à certification Non Certification Figure 4 - Répartition des niveaux de certification après VI par type d ES (N=2562 ES) La figure 4 permet de voir la répartition des résultats atteints par type d ES à l issue de leur visite initiale. Ainsi, pour la catégorie des CH : - 50 ES soit 6% des CH ont été certifiés sans recommandation, ES soit 29% des CH ont été certifiés avec recommandations, ES soit 46% des CH ont été certifiés avec réserves, - 4 ES soit 0,51% des CH ont été non certifiés, ES soit 18% des CH ont fait l objet d un sursis à certification. La figure 4 montre également que : - Aucune décision de non-certification n a été prise à l égard d un CHU, d un HIA, d un CLCC ou d un ES privé lucratif. - Après visite initiale, les CHU ont le plus fort taux de sursis à la certification. - En revanche, aucun HIA et aucun CLCC n a fait l objet d un sursis à certification. - Si les CLCC ont le meilleur taux de certification sans aucune décision, aucun CHU en revanche n a été certifié sans décision. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

9 2,4% 0,4% 0,5% 0,2% 10% 11% 17% 9% 9% 8% 40% 32% 42% 50% 35% 29% 29% 31% 41% 38% 31% 29% 19% 25% 9% 12% 14% 25% HAD MCO Multi PEC SLD SM SSR Certification sans recommandation Certification avec recommandations Certification avec réserves Sursis à Certification Non Certification Figure 5 Répartition des niveaux de certification après VI par type de prise en charge (N=2562 ES) Les résultats atteints à l issue de la visite initiale peuvent également être répartis selon les types de prise en charge réalisés (figure 5). A titre d exemple, pour les établissements ayant une prise en charge unique d HAD : - 16 ES soit 19% sont certifiés sans recommandation, - 24 ES soit 29% sont certifiés avec recommandation(s), - 33 ES soit 40% sont certifiés avec réserve(s), - 2 ES soit 2.4% ont été non certifiés, - 8 ES soit 10% ont fait l objet d un sursis à la certification. Au global, un quart des ES mono-prise en charge MCO et SSR est certifié sans décision, suivi de près par les ES mono-prise charge HAD. Les ES mono-prise en charge Santé Mentale sont le plus souvent certifiés avec recommandation(s). Toutes prises en charge confondues, la proportion de certification avec réserve(s) est assez forte après visite initiale (près de 36% en moyenne). Elle l est particulièrement dans les ES multi-prise en charge 1. En revanche, aucun ES mono-prise en charge SM ou SLD n a fait l objet d une décision de non-certification. 1 Un établissement multi-prise en charge (multipec) est un établissement ayant au moins deux activités différentes. Par exemple, un centre hospitalier qui a des autorisations d activité pour X lits et places de MCO, Y lits et places de SSR et Z places de HAD. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

10 4% 8% 7% 3% 1% 5% 8% 6% 3% 1% 1% 1% 8% 11% 14% 13% 12% 12% 11% 14% 13% 16% 13% 17% 23% 15% 16% 21% 23% 26% 29% 27% 33% 37% 33% 18% 32% 33% 38% 31% 32% 35% 42% 41% 36% 37% 41% 35% 50% 29% 43% 43% 40% 44% 42% 44% 33% 32% 40% 31% 22% 54% 36% 37% 38% 29% 35% 32% 37% 36% 28% 44% 29% 37% 20% 32% 26% 6% 33% 38% 32% 39% 23% 32% 11% 31% 21% 24% 6% 11% 16% 17% 14% 2% 23% 15% 14% 6% 18% 23% 14% 9% 13% 22% 16% 29% 12% 8% 9% 24% 14% Certification sans recommandation Certification avec recommandations Certification avec réserves Sursis à certification Non Certification Figure 6 Répartition des niveaux de certification par région après VI (N=2562 ES) Après visite initiale, 7 des 26 régions ont vu certains de leurs ES non certifiés, soit 2 en Auvergne, Haute-Normandie et Rhône-Alpes et 1 en région Centre, Pays de la Loire, Picardie et Guadeloupe. La Guadeloupe est également marquée par un fort taux de sursis à la certification, comme la Martinique (un tiers de leurs ES respectifs), suivies par la Guyane. La Champagne-Ardenne et la Franche-Comté voient quant à elles, la moitié de leurs ES certifiés avec réserve(s). L Alsace, l Aquitaine, la Corse, le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et PACA sont 6 régions dont plus de la moitié des ES sont certifiés avec ou sans recommandation(s). ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

11 4. Répartition des types de décisions V2010 prononcées Dans le processus décisionnel V2010, une décision est un axe d amélioration rattaché à un critère. Elle est prise au regard des éléments d appréciation non satisfaits ou faisant l objet d une satisfaction partielle. Il existe 3 types de décisions en fonction du nombre et/ou de la gravité des dysfonctionnements constatés : - recommandation ; - réserve ; - réserve majeure. 24% 5% 71% Recommandation Réserve Réserve Majeure Figure 7 Répartition des types de décisions prononcées après VI (N=2562 ES) Sur les 85 critères que compte le Manuel de certification V2010, la figure 7 montre que décisions ont été prononcées après la visite initiale de ES, réparties comme suit : recommandations ; réserves ; réserves majeures. A noter que ces chiffres importants s expliquent en partie par le fait que, dans les ES multiprise en charge, un même critère peut faire l objet de plusieurs décisions selon le nombre de prises en charge. Ainsi, un ES qui compterait 3 types de PEC peut faire l objet, sur la gestion du dossier patient (critère 14.a) de 3 décisions, les avis étant prononcés pour chaque PEC. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

12 5. Répartition des décisions par critère V2010 Tous niveaux confondus, chacun des 85 critères du manuel V2010 a fait l objet d au moins une décision au cours de la procédure V2010. nombre des décisions Critère 20.a Critère 14.a Critère 20.a bis Critère 11.c Critère 15.a Critère 12.a Critère 23.a Critère 1.f Critère 8.f Critère 28.a Recommandation Réserve Réserve Majeure Figure 8 Pour les 10 critères les plus fréquemment concernés, répartition par niveau de décision après VI (N=2562 ES) Après visite initiale, les critères les plus fréquemment objets de décisions, quel qu en soit le niveau, sont les critères : - 20.a Management de la prise en charge médicamenteuse du patient, - 14.a Gestion du dossier patient, - 20.a bis Prise en charge médicamenteuse du patient 2. La gestion du dossier patient et la prise en charge médicamenteuse sont des problématiques anciennes dans les ES, sujets constants de décisions de certification, du fait de l accroissement des exigences en la matière mais également de la persistance de dysfonctionnements en termes d organisation ou de pratiques. Dans de nombreux cas, sur ces critères, les insuffisances sont liées, d une part, aux retards de déploiement de l informatisation et, d autre part, au non-respect des règles établies. L analyse des décisions V2010 a d ailleurs permis d identifier sur ces thématiques, certains écarts de pratiques considérés comme suffisamment graves pour justifier, à eux-seuls, une décision, quelle que soit la cotation. Ceci explique le nombre important de décisions sur ces 3 critères et, en V2014, dans une logique de continuité, la HAS est en responsabilité d exiger la résolution rapide, effective et pérenne de ces situations qui mettent en jeu la sécurité des patients, voire des professionnels, de manière grave et immédiate. Elle attire donc la vigilance des ES sur les principales situations à risques les plus fréquemment observées en V Deux critères (20.a et 20a bis) relatifs à la prise en charge médicamenteuse et son management coexistent depuis avril En effet, suite au retour d expérience V2010, la révision du manuel de certification a conduit à la scission du critère 20.a, sans modification des éléments d appréciation, afin de permettre une identification plus fine des dysfonctionnements. 3 Cf. Guide Retour d expérience Processus décisionnel V2010 et articulation avec la V2014 Site internet HAS (liste non exhaustive) ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

13 La figure 8 montre également de nombreuses décisions impactant les critères 11.c et 23.a. A la différence du dossier patient et de la prise en charge médicamenteuse qui sont des thématiques traditionnellement impactées par des décisions depuis la version 1 de la procédure de certification, les critères 11.c et 23.a constituent des exigences nouvelles, introduites en V2010 dans le manuel de certification. Ainsi, outre le nombre important de décisions prises, le critère 11.c relatif à l information du patient en cas de dommage lié aux soins, est marqué par une forte proportion de réserves majeures (presque 11%). S il s explique par l absence de démarche structurée dans de nombreux ES, le nombre de décisions et son caractère exponentiel ont alerté la HAS qui a rapidement placé ce critère sous surveillance et déployé des actions d information à destination des ES concernés afin de les guider dans la mise en œuvre des actions nécessaires. La même démarche a été mise en place pour le critère 23.a relatif à l éducation thérapeutique du patient, introduit dans la version 2011 du manuel de certification V2010. Ce critère s inscrit dans une volonté de faire effet levier sur la mise en place des programmes d éducation thérapeutique autorisés par les ARS. Dans le cadre du retour d expérience V2010, l analyse des dossiers concernés a incité la HAS à : - Revoir les modalités d investigation en valorisant toute action éducative ciblée permettant aux patients de participer aux suites des traitements et des soins à l issue du séjour 4. - Minorer le niveau de décision, particulièrement dans les établissements accueillant des patients âgés, dépendants, souffrant de détérioration intellectuelle et d altération cognitive. 4 ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

14 Focus sur les critères PEP La certification V2010 a conduit à identifier au sein du manuel de certification, certains critères qualifiés de «pratiques exigibles prioritaires» (PEP 5 ). Il s agit de critères pour lesquels des attentes particulièrement signalées sont exprimées. Ils ont fait l objet de 9150 décisions sur les décisions prises après visite initiale (figure 7) Critère 20.a Critère 14.a Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère Critère 20.a bis 15.a 12.a 1.f 8.f 13.a 8.g 14.b 8.b 26.a 26.b 9.a 25.a Recommandation Réserve Réserve Majeure Figure 9 Palmarès des critères PEP après VI (2562 ES) Après visite initiale, les critères PEP les plus fréquemment objets de décisions, quel qu en soit le niveau, sont les critères : - 20.a Management de la prise en charge médicamenteuse du patient, - 14.a Gestion du dossier patient, - 20.a bis Prise en charge médicamenteuse du patient 6. Pour ces critères, le nombre important de décisions traduit la persistance de dysfonctionnements anciens en termes d organisation et de pratiques mais est aussi la conséquence de la duplication des décisions par prise en charge dans les ES concernés 7 (figure 8). Ce n est pas le cas des critères relatifs aux secteurs à risque qui font également l objet d un nombre de décisions important sans qu il soit accentué par la duplication par PEC. Ainsi, la figure 9 montre que : - le critère 26.a relatif à l organisation du bloc opératoire a fait l objet de 96 réserves et 29 réserves majeures - le critère 26.b sur l organisation de l activité d endoscopie a conduit à 53 réserves et 25 réserves majeures. Par comparaison, si l on considère qu un ES multipec compte en moyenne 3 prises en charge, les 415 réserves prononcées sur ce critère n ont concerné que 138 ES, alors que les réserves sur le bloc opératoire ont-elles concerné 96 ES. 5 Critères signalés par un logo dédié dans la liste des thématiques en Annexe. 6 Deux critères (20.a et 20a bis) relatifs à la prise en charge médicamenteuse et son management coexistent depuis avril En effet, suite au retour d expérience V2010, la révision du manuel de certification a conduit à la scission du critère 20.a, sans modification des éléments d appréciation, afin de permettre une identification plus fine des dysfonctionnements. 7 Un ES qui compterait 3 types de PEC peut faire l objet, sur la gestion du dossier patient (critère 14.a), de 3 décisions, les avis étant prononcés pour chaque PEC. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

15 6. Evolution des niveaux de certification V2010 A niveau d exigence constant, l évolution des résultats par année depuis 2011 montre que les niveaux de certification sont restés stables (figure 10), traduisant l impact des démarches d amélioration menées en continu par les ES pour répondre aux attendus. Figure 10 Evolution des niveaux de certification par an suite à VI. Ainsi, après visite initiale : - Le nombre de décisions de certification est en moyenne de 17% avec un très faible écart-type de 16 à 18%, - Le nombre de décisions de certification avec recommandation(s) est en moyenne de 34,4% avec un écart-type de 30 à 37%. - Le nombre de décisions de certification avec réserve(s) est marqué quant à lui par une diminution constante de 43 à 36%, - en lien avec une augmentation progressive des sursis à la décision de certification qui ont légèrement augmenté de 9 à 12%. - Enfin, le nombre de décisions de non-certification est resté stable autour de 0,30% en moyenne. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

16 7. Perspectives 7.1. Modalités de suivi V2010 Après visite initiale, la décision peut être assortie d une modalité de suivi (MS). Les modalités de suivi donnent à l établissement l opportunité de montrer sa réactivité dans la résolution d une problématique donnée et de rendre compte des actions mises en œuvre ou qu il s engage à mettre en œuvre. Il ne s agit pas d une nouvelle procédure mais d une suite de la démarche initiale de certification. En fonction du niveau de certification, il existe trois types de modalités de suivi dont l échéance est fixée par la HAS : - plan d actions si la HAS a prononcé des recommandations pour lesquelles l ES s engage à résoudre les dysfonctionnements relevés avant la prochaine procédure de certification, - rapport de suivi si la HAS a prononcé des réserves (et, exceptionnellement pour des réserves majeures portant sur les indicateurs en 8g et 8h), - visite de suivi dès que la HAS décide de surseoir à sa décision. Lorsque des dysfonctionnements persistent après mesure de suivi, la HAS peut décider de diligenter une visite ciblée sur les points concernés. Cette situation est envisagée lorsque la mesure de suivi ne permet pas de s assurer qu il ne subsiste pas de risque majeur pour la sécurité du patient. Ce n est qu à l issue des résultats de la visite ciblée que la HAS décide du niveau de certification de l établissement Rapport de Suivi V2010 Visite de Suivi V2010 Visite Ciblee V2010 Nombre_MS_réalisées Nombre_MS_prononcées Figure 11 Répartition des 1814 mesures de suivi réalisées par rapport aux 1928 décidées Au 1 er mai 2015, la HAS a prononcé 1928 MS dont 1590 RS, 308 VS et 30 VC. La figure 11 montre que près de 94% des mesures de suivi V2010 ont été réalisées au 1 er mai 2015, principalement des rapports de suivi (plus de 82%). - 95% des rapports de suivi, - 91% des visites de suivi, - 90% des visites ciblées. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

17 Un bilan complet et définitif des résultats V2010 sera établi lorsque la totalité des mesures de suivi V2010 aura été réalisée. Toutefois, on peut dès à présent souligner la progression dans le niveau atteint par les établissements pour répondre aux exigences du manuel de certification avec une augmentation de la proportion des ES certifiés sans recommandation et une nette diminution des ES certifiés avec réserve(s). Niveau de certification Après VI V2010 Après MS V2010 Certification 17,1% 37,3% Certification avec recommandations 33,7% 56,9% Certification avec réserves 36,3% 5,8% Sursis à certification 12,5% - 8 Non certification 0,40% 1 cas Figure 12 Evolution des niveaux de certification entre visites initiales et mesures de suivi. Ainsi que l indique la figure 12, toutes prises en charge confondues, la certification avec recommandation(s) est le niveau de certification le plus fréquent après mesure de suivi V2010 et le nombre d établissements certifiés est multiplié par deux, ce qui montre que la plupart des ES, après mesure de suivi, parvient à répondre au référentiel. Si en V2010, près de 6% des ES restent certifiés avec réserve(s) à l issue de la mesure de suivi, il convient de noter qu en V2014, le processus décisionnel prévoit le sursis à la décision de certification dès lors que les éléments constitutifs d une réserve seront réunis. 8 En application de la procédure, il n y a pas de sursis à certification après mesure de suivi, le maintien de réserve(s) majeure(s) après suivi conduisant à la non-certification. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

18 7.2. Projections V2014 Pour la V2014, la HAS a choisi une approche par thématique : une liste de thématiques a été établie et une correspondance avec les critères du manuel de certification définie. Il est donc possible, sur la base des données V2010, de dépasser les décisions par critère et d établir une projection des résultats par thématique. C est ce que propose la figure % 1% 1% 8% 5% 2% 4% 4% 1% 4% 4% 1% 5% 2% 1% 2% 4% 4,1% 8% 20% 17% 13% 13,4% 14% 18% 17% 19% 16% 21,4% 27% 25% 31% 25% 23% 22% 29% 33% 33% 27% 30% 44,2% 53% 79% 82% 67% 62% 71% 60% 66% 71% 81% 42,4% 55% 63% 73% 91% 73% 81% 80% 82% 74,5% 67% Recommandation Réserve Réserve Majeure Figure 13 Répartition des décisions par thématique V2014 après visite initiale Si le management de la prise en charge médicamenteuse et la gestion du dossier patient restent des axes d amélioration importants (figures 8 et 9), il apparaît nécessaire d inscrire le management de la qualité et des risques dans les priorités à travailler en V2014 tout comme les travaux à poursuivre pour sécuriser la prise en charge des patients dans les secteurs à risque. ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

19 8. Annexe : Correspondance des critères V2010 thématiques V2014 ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

20 ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

21 2 avenue du Stade de France Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. : +33 (0) Fax. : +33 (0) ACC01_T213_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Juillet /21

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Programme de développement. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012

Programme de développement. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012 Programme de développement des soins palliatifs (2008-2012) Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012 Axe 1: Poursuivre le développement

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Accréditation des laboratoires de ais

Accréditation des laboratoires de ais Accréditation des laboratoires de biologie médicale m français ais Hélène MEHAY Directrice de la section Santé Humaine Cofrac 52 rue Jacques Hillairet 75012 Paris Journée FHF Centre 30 juin 2015 1 L accréditation

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Certification ISO 9001 de la prise en charge médicamenteuse

Certification ISO 9001 de la prise en charge médicamenteuse Certification ISO 9001 de la prise en charge médicamenteuse Jeudi 9 avril 2015 1 Sommaire Présentation de la Maison de santé Marie Galène La démarche de certification ISO 9001 à Marie Galène Pourquoi cette

Plus en détail

Version synthétique des rapports de certification. Méthodologie. (Janvier 2010)

Version synthétique des rapports de certification. Méthodologie. (Janvier 2010) Version synthétique des rapports de certification Méthodologie (Janvier 2010) RAPPEL DU CONTEXTE 2 RAPPEL DU CONTEXTE La HAS en quelques mots La Haute Autorité de santé (HAS) est une autorité publique

Plus en détail

SDRSIS Systèmes d information en santé

SDRSIS Systèmes d information en santé SDRSIS Systèmes d information en santé SCHÉMA DIRECTEUR RÉGIONAL DES SYSTÈMES D INFORMATION EN SANTÉ SDRSIS Systèmes d information en santé Introduction...4 La démarche...5 Le contexte des Systèmes d

Plus en détail

Programme Hôpital numérique

Programme Hôpital numérique Programme Hôpital numérique Boite à outils pour l atteinte des pré-requis Fiches pratiques Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire 1. LE PROGRAMME HOPITAL NUMERIQUE... 3 2. LE SOCLE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Le DMP en Bretagne. Assemblée générale ANIORH. Vendredi 7 Décembre 2012

Le DMP en Bretagne. Assemblée générale ANIORH. Vendredi 7 Décembre 2012 Le DMP en Bretagne Assemblée générale ANIORH Vendredi Ordre du Jour 1- Présentation du DMP 2- Déploiement du DMP en Bretagne 3- Présentation de la démarche en établissement 4- Présentation de la démarche

Plus en détail

La dématérialisation des échanges grâce aux messageries sécurisées de santé

La dématérialisation des échanges grâce aux messageries sécurisées de santé La dématérialisation des échanges grâce aux messageries sécurisées de santé HOPITECH - Angers 10 Octobre 2014 Vladimir Vilter ASIP Santé Comment échanger par mail les données de santé des patients facilement

Plus en détail

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté :

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Retour d'expérience du GCS EMOSIT-FC GCS EMOSIST-fc 10, avenue Clemenceau 25000 Besançon PLAN DE LA PRESENTATION 1 La Franche-Comté & EMOSIST-FC 2 Organiser

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

Programme de développement. Comité plénier du 10 janvier 2012

Programme de développement. Comité plénier du 10 janvier 2012 Programme de développement des soins palliatifs (2008-2012) Comité plénier du 10 janvier 2012 Axe 1: Poursuivre le développement de l offre hospitalière et favoriser l essor des dispositifs extrahospitaliers

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Basse-Normandie Champagne-Ardenne Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims RECRUTE DEUX PRATICIENS EN ANESTHÉSIE-RÉANIMATION À TEMPS PLEIN Missions : Renseignements & candidatures : 03 26 78 74 44

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Organisation du Système de Santé en France

Organisation du Système de Santé en France Organisation du Système de Santé en France Dr Marion ALBOUY-LLATY Staff de santé publique 5 janvier 2011 Organisation du Système de Soins en France Plan 1. Introduction et Définitions 2. La Demande de

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Dispositif de certification Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a initié la procédure de certification des coordinations

Plus en détail

Etude sur l évolution des diagnostics et des stratégies régionales d innovation dans les régions françaises dans le cadre des PO FEDER 2007-2013

Etude sur l évolution des diagnostics et des stratégies régionales d innovation dans les régions françaises dans le cadre des PO FEDER 2007-2013 Etude sur l évolution des diagnostics et des stratégies régionales d innovation dans les régions françaises dans le cadre des PO FEDER 2007-2013 Volume 1 Rapport final (synthèse) Juillet 2010 ADE s.a.

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE N 51243#03 Décret n 2010-1618 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n 2007-1873 du 26 décembre 2007 instituant une aide à l acquisition des véhicules propres

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES DOSSIER DE PRESSE 17 AOÛT 2015 COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES Cout de la vie étudiante selon les villes universitaires CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales ANNEXE VI Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales SOMMAIRE 1. LES RESSOURCES DES COLLECTIVITES NE SONT PAS MODIFIEES EN 2010, UNE COMPENSATION RELAIS SE SUBSTITUANT A L ANCIENNE

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CRF DE SAINT BLANCARD

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CRF DE SAINT BLANCARD RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CRF DE SAINT BLANCARD - 32140 - Saint Blancard JUILLET 2012 SOMMAIRE PREAMBULE 4 1. Les objectifs de la certification des établissements de santé 5 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Livret de Présentation (Extrait du livret des patients distribué à leur accueil)

Livret de Présentation (Extrait du livret des patients distribué à leur accueil) Livret de Présentation (Extrait du livret des patients distribué à leur accueil) Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles PASTEUR «Tout faire pour la personne, ne rien faire à sa place»

Plus en détail

SERVICE CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ. Guide utilisateur Compte Qualité dans SARA

SERVICE CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ. Guide utilisateur Compte Qualité dans SARA SERVICE CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Guide utilisateur Compte Qualité dans SARA Novembre 2014 ACC01_T193_A HAS / Service de Certification des Établissements de Santé / Novembre 2014 2 SOMMAIRE

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale»

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Article 1 : Organisateur du concours L association France Energie Eolienne, située au 12 rue Vivienne, 75002 Paris, SIRET n 432 446

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

Edition février 2015. CEGEDIM CD, droits réservés : GDR_201502

Edition février 2015. CEGEDIM CD, droits réservés : GDR_201502 1 Edition février 215 Chaque mois, CEGEDIM CD propose une vue de son référentiel ENTREPRISES, constitué à partir du répertoire SIRENE (source INSEE) valorisé (fiabilisation & enrichissement), pour vous

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche»

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» 7 juillet 2014 L infrastructure de données scientifiques: un système qui combine contenu, services et infrastructures

Plus en détail

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A Certification V2014 Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé Juillet 2013 ACC01-F203-A Sommaire 1. Les enjeux et les ambitions : une démarche plus

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Rapport final version définitive. 12 Février 2013 Elise PICON Dr Nadine SANNINO Béatrice MINET- Anne-Cécile HENOCQ Romain SEIGNEUR

Rapport final version définitive. 12 Février 2013 Elise PICON Dr Nadine SANNINO Béatrice MINET- Anne-Cécile HENOCQ Romain SEIGNEUR DGCS EVALUATION DU DISPOSITIF LITS HALTES SOINS SANTE (LHSS) Rapport final version définitive 12 Février 2013 Elise PICON Dr Nadine SANNINO Béatrice MINET- Anne-Cécile HENOCQ Romain SEIGNEUR DGCS-1788-EVALUATION

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Evaluation du secteur des mutuelles du Livre III du code de la mutualité

Evaluation du secteur des mutuelles du Livre III du code de la mutualité Inspection générale des affaires sociales Evaluation du secteur des mutuelles du Livre III du code de la mutualité RAPPORT Anne-Marie BROCAS, Michel DURAFFOURG, Jean-Paul SEGADE Membres de l Inspection

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

PROGRAMMES "CONTROLE DE GESTION" LA REUNION 2015

PROGRAMMES CONTROLE DE GESTION LA REUNION 2015 LA REUNION 05 Le contexte de la tarification à l'activité et des contraintes croissantes sur les ressources des établissements de santé ont fait du contrôle de gestion une fonction importante. Il n'en

Plus en détail

État des lieux de l observation en santé et de ses déterminants en région

État des lieux de l observation en santé et de ses déterminants en région Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé 62 boulevard Garibaldi 75015 Paris Tél : 01 56 58 52 40 info@fnors.org www.fnors.org État des lieux de l observation en santé et de ses déterminants

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012 L assurance, une perte de repères pour l acheteur hospitalier? Des contrats en petits caractères. Le Code des Assurances prévaut sur le Code des Marchés publics.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Organisation

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Organisation MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins _ Bureau des coopérations et contractualisations

Plus en détail