- Par - La Direction Technique Chargée de la Comptabilité Nationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Par - La Direction Technique Chargée de la Comptabilité Nationale"

Transcription

1 Collections Statistiques N 182/2014 Série E : Statistiques Economiques N 75 EVOLUTION DES ECHANGES EXTERIEURS DE MARCHANDISES DE 2001 A Par - La Direction Technique Chargée de la Comptabilité Nationale Alger, Office National des Statistiques Mars 2014

2 «COLLECTIONS STATISTIQUES» est une publication d informations et d analyses statistiques éditée par l Office National des Statistiques, Avenue BELKACEMI Mohamed El Annasser - ALGER - Office National des Statistiques. ALGERIE. Commerce Extérieur / Office National des Statistiques.- Alger : ONS, p. : Tabl., Graph. : (21 x 29,7 cm), -(coll.statis., n 182 : série E) ISSN / ISBN / D.L. : /Commerce Extérieur / Evolution des échanges de marchandises / Algérie / / Collections Statistiques N 182/ 2014 Série E : Economie N 75 Evolution des Echanges de Marchandises de 2001 à 2012 Directeur de la Publication : Mounir Khaled BERRAH Administration : ONS Avenue BELKACEMI Mohamed El Annasser - ALGER - Elaboration : Direction Comptabilité Nationale Montage et Impression : Les Ateliers de l Imprimerie de l O.N.S./D.P.D.D.I. 8 & 10 Rue des Moussebiline - Alger courriel : site web : :/ : (021) Diffusion : D.P.D.D.I. / O.N.S ISSN : ISBN DL :

3 S O M M A I R E : Introduction générale 1 Sources d informations. 2 Nomenclatures et classifications utilisées. 3 Les indices de valeur unitaire des importations de marchandises : Quelques éléments de 5 Quelques éhdldéfinitions i utiles 7 Principaux résultats de l exercice Première partie : Les importations Importation de marchandises par groupe d utilisation 14 Importation de marchandises par région économique 15 Importation de marchandises selon les principaux pays d origine 15 Evolution des importations de marchandises selon la CGCE 20 Importations de marchandises selon le secteur d activité (NSA) 23 Importations de marchandises selon la branche d activité (NAPR) 25 Importations de marchandises selon la NAA 30 Evolution des importations selon la classification type pour le commerce international version 4 43 Les principaux produits importés de 2002 à Les dix premiers pays fournisseurs de l Algérie de 2001 à Evolution de la structure des importations de marchandises par groupe d utilisation en provenance des régions économiques 84 Les principaux produits importés de la France en Les principaux produits importés de la Chine en Les principaux produits importés de l Italie en Les principaux produits importés de l Espagne en Les principaux produits importés de l Allemagne en Les principaux produits importés de l Argentine en Les principaux produits importés de la Turquie en Les principaux produits importés des Etats Unis d Amérique en Les principaux produits importés du Brésil en Les principaux produits importés de la république de Corée en

4 Deuxième partie : Les exportations Evolution des exportations par groupe d utilisation 91 Evolution des exportations par région économique 92 Evolution des exportations de marchandises selon les principaux pays de destination 93 Exportations de marchandises selon la Classification par Grandes Catégories Economiques 96 Exportation (CGCE) de marchandises selon le secteur d activité (NSA) 99 Exportations de marchandises selon la branche d activité (NAPR) 100 Exportation de marchandises selon la NAA 106 Evolution des exportations selon la classification type pour le commerce international version Les principaux produits hors hydrocarbures exportés de 2001 à Les dix premiers pays clients de l Algérie de 2001 à Les vingt premiers pays clients de l Algérie pour les produits hors hydrocarbures 155 troisième partie : Quelques indicateurs Taux de l effort à l exportation par NSA ( ) 158 Taux de pénétration par NSA ( ) 158 Taux d internationalisation par NSA ( ) 158 Evolution des importations par rapport aux ressources NSA ( ) 159 Evolution des exportations par rapport aux emplois NSA ( ) 159 Evolution de la balance commerciale par pays 160 Evolution annuelle des indices des valeurs unitaires à l importation ( ) Indices annuels des valeurs unitaires des importations des marchandises par groupe d utilisation 162 Indices semestriels des valeurs unitaires des importations des marchandises par groupe 163 Indices d ili trimestriels i des valeurs unitaires des importations des marchandises par groupe 164 Evolution d ili i mensuelle des indices des valeurs unitaires 166

5 Introduction générale Les données sur le commerce extérieur de marchandises, faut il le rappeler revêtent une importance primordiale et font l objet d une attention particulière par les pouvoirs publics et les opérateurs économiques (entreprises).cet intérêt croissant est justifié par un ensemble de raisons parmi lesquelles on peut citer : Les données sur le commerce extérieur sont significatives en première analyse des conditions dont l économie perd ou acquiert des revenus à travers l examen des soldes commerciaux au niveau global ou par pays ou zones géographiques Les données structurelles par produit permettent de mesurer le degré de dépendance de notre économie aussi bien en termes d exportations que d importations. Ces éléments permettent également de juger de la vulnérabilité de notre économie face à des chocs exogènes (prix internationaux et taux de change) Et pour finir, les données sur le commerce extérieur sont d une importance capitale pour les entreprises en termes d analyse des marchés. Toutes ces raisons justifient l attention particulière portée aux données du commerce extérieur particulièrement dans un contexte d ouverture plus important de l économie (accord d association, OMC, différentes zones de libre échange). Les données sur les importations et exportations de marchandises sont abondantes et élaborées selon des standards internationaux régulièrement révisés pour tenir compte aussi bien des changements technologiques (révision des nomenclatures) que des changements réglementaires qui nécessitent des révisions dans les systèmes d évaluation. Ainsi, il est à noter que les données sur le commerce extérieur peuvent être considérées comme celles qui ont bénéficié de la normalisation la plus importante et de l intérêt les plus élevés de la part des pouvoirs publics qui ont crée une structure spécialisée au sein des la direction générale des douanes (Centre National de l Informatique et des Statistiques (CNIS)) dont le rôle est exclusivement orienté sur la production des statistiques douanières et l automatisation des procédures. La présente publication sur le commerce extérieur ne substitue pas aux différents contenus offerts par le CNIS aussi bien en format papier qu en ligne, mais propose un contenu analytique différent par notamment des systèmes de classification des produits permettant une évaluation des importations et des exportations par activités économiques, une distinction de ce qui peut être considéré comme biens de consommation intermédiaires, ou biens d équipements. Pour finir, une évaluation de nos échanges extérieurs par grandes zones économiques est proposée et également le partage prix volume de nos échanges permettant d identifier si la croissance des échanges extérieurs est due à des augmentations ou baisses de prix ou de volume. C est pour tenter d illustrer dans les meilleures conditions les différentes questions que se posent un utilisateur des données sur les échanges extérieurs que cette publication présente une série d analyse sous forme de tableaux au niveau de détails le plus fin possible des classifications utilisées.

6 Sources d information Toutes les informations relatives aux importations de marchandises et exportations émanent de la Direction Générale des Douanes. Les données de base sont issues d un fichier élaboré sur la base de déclarations douanières et contenant des informations organisées selon une nomenclature issue du système harmonisé de classification des marchandises (habituellement dénommé tarif douanier) qui est une nomenclature internationale de classification des produits importés ou exportés. Le fichier est élaboré mensuellement par la direction générale des douanes, mais celui ci est transmis trimestriellement à l ONS, il contient les données suivantes : Le code du produit (TDA) à huit (8) positions ; L intitulé du produit; La valeur en dinar des importations et exportations ; Les quantités importées et exportées (en kg) ; Le mois ; Le pays d origine ; Le Groupe d Utilisations (GU) ; Les droits et taxes (en centimes). La structure générale du Fichier se présente donc comme suit : Code TDA Intitulé du produit Valeur en DA Quantité en KG Mois Pays d origine Groupe utilisation Droits douanes de Le fichier annuel des importations de marchandises peut contenir jusqu à enregistrements. En ce qui concerne les exportations de marchandises, il est important de signaler que du fait de l importance des hydrocarbures (ils représentent près de 97% du total des exportations de marchandises) par rapport aux exportations des marchandises hors hydrocarbures la source douane est remplacée par la source entreprise pour les exportations d hydrocarbures. Ainsi les exportations d hydrocarbures sont directement issue d une source comptable, soit le bilan et les comptes d exploitation de SONATRACH et les rapports conjoncturels (trimestriels) élaborés par le ministère de l énergie et des mines qui élaborent des données sur les exportations par produits en quantité, valeur en dollars et en dinars. Par conséquent, pour les marchandises hors hydrocarbures, l information de base provient de la Direction Générale des Douanes et présente une structure identique à celle du fichier des importations de marchandises. 2

7 Nomenclatures et classifications Utilisées Pour permettre une analyse plus complète des données de base élaborées selon le tarif douanier algérien issu d une nomenclature internationale de produit propre à la classification des importations et des exportations : le système harmonisé ; des classifications spécifiques aux échanges extérieurs sont utilisées et elles sont sommairement décrites ci dessous. Nous commençons naturellement par la nomenclature de base qui est le tarif douanier algérien. 1 Le Tarif Douanier Algérien : Au niveau d information le plus fin, les statistiques du commerce extérieur par produit sont codifiées selon le Tarif Douanier Algérien (TDA). Il s agit en fait d une nomenclature fondamentale dans le cas des statistiques du commerce extérieur. La nomenclature tarifaire qui comporte huit positions est basée, pour ses six premières positions sur une classification internationale, le Système Harmonisé de désignation et de codification des marchandises (SH), et donc permet aisément de procéder à toutes les comparaisons internationales. Les deux dernières positions sont à l initiative du pays qui utilise le SH et prend en charge les caractéristiques spécifiques des échanges du pays. 2 La nomenclature des Activités et des Produits (1980) : Une table de passage (correspondance) permet d attribuer à chaque produit (TDA) un code NAP à cinq chiffres. Le Code NAP est très utile pour les besoins de la comptabilité nationale et facilite les agrégations des produits en branches et secteurs d activité économique. De même, il sert à convertir les statistiques élaborées selon les codes TDA en codes utilisés pour l ensemble des opérations sur les biens et services de la comptabilité nationale et de ce fait, facilite l établissement des Equilibres Ressources Emplois (ERE) par produit. 3 Les nomenclatures dérivées de la NAP (1980): Elles sont essentiellement au nombre de deux selon le niveau d agrégation recherché : la Nomenclature des Activités et des Produits Résumés (NAPR) qui permet d agréger les produits en branches d activité (jusqu à 74 branches pour les importations et exportations de marchandises), et la Nomenclature des Secteurs d Activité (NSA) qui permet de procéder à des regroupements par secteur d activité (au nombre de 14 pour les importations et exportations de marchandises). 4 La Nomenclature Algérienne des Produits (NAP) 2002 : Cette nomenclature qui a fait l objet d un décret en 2002 vient remplacer la NAP de Elle est proche des nomenclatures internationales, en particulier de la Classification Centrale des Produits des Nations Unies, et se prête donc facilement aux comparaisons internationales. Les produits sont codifiés à six positions. Une table de passage du TDA à la NAP 2002 a été élaborée. 3

8 5 La Nomenclature Algérienne des Activités (NAA 2002) : C est aussi une nouvelle nomenclature qui est parfaitement articulée avec la NAP Elle est en harmonie avec la Classification Internationale Type par Industrie (CITI Rev 3.0) des Nations Unies. Elle est organisée selon plusieurs niveaux : Niveau 560 : il s agit des Classes (codes à 4 chiffres) Niveau 220 : il s agit des Groupes (codes à 3 chiffres) Niveau 60 : il s agit des Divisions (codes à deux chiffres) Niveau 17 : il s agit des Sections (premier chiffre du code) 6 La Classification par Grandes Catégories Economiques : Il s agit d une nomenclature qui est recommandée par les Nations Unies pour classer les produits selon leurs natures économiques. Par exemple dans les produits alimentaires, cette classification permet de distinguer les produits de base et les produits ayant subi une transformation. Dans les deux catégories, elle distingue aussi les produits principalement destinés à la consommation et les produits principalement destinés à l industrie. D une manière plus générale la CGCE permet de faire la distinction entre les trois grandes catégories nécessaires à l analyse économique : les biens de consommation, les biens intermédiaires et les biens d investissement. 7 La classification type pour le commerce international (quatrième version révisée) C est une nomenclature recommandée par les Nations Unie dans le but d améliorer la comparabilité des statistiques du commerce international de marchandises. La CTCI initiale a été adoptée en 1960 et révisée en 1968 pour faciliter le passage a la nomenclature douanière de Bruxelles (NDB). Après l adoption du système harmonisé la troisième révision de la CTCI intervient en 1985 (CTCI rev. 3). En 2004 après la révision du système harmonisé, une quatrième révision de la CTCI est proposée (CTCT rev.4). La CTCI est organisée en : 8 catégories (codes à un chiffre). 65 divisions (codes à 2 chiffres). 260 groupes (codes à 3chiffres). 8 Autres Classifications : Il s agit d autres codes qui sont utilisés pour faciliter l analyse et l agrégation des données en catégories homogènes et sont généralement associé au tarif douanier. Parmi les plus importants nous pouvons citer le code pays et la classification en groupements d utilisation qui est une classification onusienne permettant de regrouper les marchandises importées et exportées en catégories homogènes (or industriel, biens alimentaires, produits énergétiques, matières premières, produits bruts, demi produits, équipements agricoles, équipements industriels et biens de consommation industriels). Ces codes permettent, par exemple, de connaître les principaux fournisseurs et les principaux clients de l Algérie, la structure de notre commerce extérieur par région économique (zone géographique), la structure de notre commerce extérieur par grandes catégories de produits. 4

9 Les indices de valeur unitaire des importations de marchandises: Quelques éléments de méthodologie L Office National des Statistiques (ONS) élabore régulièrement des indices de prix (respectivement de volume) pour les importations de marchandises. Concernant le commerce extérieur, il est plus correct de parler d indice de valeur unitaire. En effet, les prix du commerce extérieur sont en fait des valeurs moyennes à l importation obtenues en rapportant une information en valeur à une information en quantité. La source privilégiée d informations pour le calcul d indices de valeur unitaire des importations de marchandises est la statistique douanière qui élabore mensuellement des relevés des échanges extérieurs (import et export des marchandises) selon une nomenclature de produits qui est le système harmonisé (SH) et qui consiste en plus de positions tarifaires ou produits. Sur la base de cette information brute, un échantillon représentatif de produits est constitué (cet échantillon n est pas aléatoire) et servira de base au calcul d indices de valeur unitaire des importations de marchandises. Actuellement, l échantillon de produits regroupe plus de produits et qui représente en termes de valeur plus de 75% des importations totales des marchandises. Bien entendu, le choix de l échantillon constitue l étape la plus importante de la procédure de calcul de l indice. En effet, le fait que l indice soit calculé selon une périodicité mensuelle, le choix d un échantillon de produits représentatif se complique. C est pourquoi, il a été décidé de travailler sur un couple d années ( ), et d intégrer un produit à partir du moment où il est importé au moins six fois dans l année. Ce travail effectué, il s agit ensuite de prendre les produits ainsi sélectionnés et communs aux deux années. Cet échantillon de produits sélectionné servira au calcul de l indice de valeur unitaire. Les informations douanières n étant pas spécifiquement dédiées à un tel usage, il est nécessaire d effectuer un certain nombre de tests supplémentaires consistant à juger de la fiabilité de l information collectée mois après mois. Ces tests consistent en l examen de l évolution des valeurs unitaires à l aide de ratios qui permettent de détecter les valeurs aberrantes et porter les corrections si cela est possible, sinon tout simplement ne pas tenir compte du produit considéré. Le fichier de produits constitué, il s'agit de juger de sa représentativité à travers la construction d'un indicateur de représentativité qui consiste à rapporter la valeur des produits retenus dans l'échantillon pour une période donnée (le mois en ce qui nous concerne) à la valeur de l'ensemble des produits importés durant la période. Ces indicateurs peuvent être calculés à différents niveaux d agrégation. L échantillon constitué, les indices calculés sont des indices de valeur unitaire (prix), et sont calculés à différents niveaux d agrégations selon la classification par groupe d utilisation (GU) pour l essentiel. 5

10 Il est nécessaire d introduire la différence entre période de base et période de référence. La période de base est une période ou sont effectuées les procédures de choix des produits, alors que la période de référence sert au calcul de l'indice. L'ensemble des indices sera calculé par rapport à cette période de référence Les indices de valeur unitaire sont calculés selon la formule Paasche qt*pt IVU = po *qt Disposant d indices de valeurs unitaires à différents niveaux d agrégations calculés sur l échantillon de produits et d indices de valeurs courantes qu il est possible de calculer sur tous les produits importés des quasi indices de volume en effectuant le rapport indice de valeur courante/ indice de valeur unitaire. Il convient de rappeler que les exportations algériennes sont très fortement dominées par les hydrocarbures qui représentent environ 97% de la valeur totale de ventes algériennes vers l étranger. De ce fait, l indice des valeurs unitaires à l exportation ne traduit finalement que le mouvement du cours des hydrocarbures, information qui est disponible par ailleurs. 6

11 Quelques définitions utiles 1 Importations et Exportations : il s agit de l'ensemble des opérations sur les biens et services entre les unités institutionnelles résidentes et le reste du monde, avec changement ou transfert de propriété. Il s'agit de tous les biens et services qui sortent de manière définitive du territoire économique vers le reste du monde ou qui entre de manière définitive du reste du monde. 2 CAF : Les importations de marchandises sont évaluées en CAF c est à dire Coût Assurance Fret, hors droits de Douane et hors TVA. Le prix CAF est donc le prix de la marchandise livrée à la frontière du pays importateur avant acquittement des droits à l importation et autres impôts sur les importations et avant paiement des marges de commerce et de transport à l intérieur du pays. 3 FOB : Les Exportations de marchandises sont évaluées en FOB, c est à dire Free On Board, ou prix de la marchandise à la frontière du pays exportateur. Le prix FOB comprend le prix de base de la marchandise, les services de transport et de distribution jusqu à la frontière du pays exportateur, les impôts nets de subventions acquittés dans le pays exportateur. 4 Taux de Couverture : C est le rapport entre les exportations de marchandises FOB et les importations de marchandises CAF. 5 Balance Commerciale : C est la différence entre les exportations de marchandises et les importations de marchandises. De ce fait, la Balance commerciale est en FOB/CAF. 6 Termes nets de l'échange : C est le rapport entre l indice des prix à l exportation et l indice des prix à l importation. Lorsque le rapport est supérieur à un, on dit qu il y a amélioration des termes nets de l échange. Lorsque le rapport est inférieur à l unité, on conclue qu il y a détérioration des termes nets de l échange. 7 Les Termes Bruts de l échange : C est le rapport entre les exportations en valeur et les indices des prix à l importation. C est aussi le produit de l indice du volume exporté par les termes nets de l échange. 8 Taux de l effort à l exportation : Ce taux représente la part en pourcentage de la production qui est vendue à l extérieur (exportée). 9 Taux de pénétration : Représente la part en pourcentage des importations dans le marché intérieur. Le marché intérieur étant égal à la somme de la production, des importations et des droits de douanes diminuée des exportations hors marges commerciales et marges de transport et corrigée des autres impôts et autres subventions sur les produits. 10 Taux d internationalisation : il est égal à l effort à l exportation majoré par le produit du taux de pénétration du marché intérieur et du complément du taux à l exportation. Taux d internationalisation = Effort à l export + [(1 Effort à l exportation) x Taux Pénétration)] 11 Pour le calcul des taux de l effort à l exportation, de pénétration et d internationalisation, il est nécessaire de disposer d agrégats au prix du marché. Autrement dit, la valeur de la production doit inclure la TVA, les marges commerciales et les marges de transport. Les importations doivent être aux prix intérieurs donc y compris les droits de douanes et la TVA. Ne disposant pas de ces éléments permettant de passer au prix du marché et aux prix intérieurs (c est à dire la TVA, les droits de douanes et les marges commerciales et de transport par branches et secteurs d activité), les calculs de ces taux sont réalisés sur des agrégats ne contenant pas ces taxes et ces marges, ce qui biaise quelque peu les calculs et peut fausser les indications fournies par ces indicateurs. On remarquera, que plus le niveau d agrégation est grand, meilleure est la qualité de ces indicateurs. 7

12 Principales évolutions des échanges extérieurs de marchandises et analyse des évolutions entre 2011 et 2012 Les échanges extérieurs de marchandises sur la période sont caractérisés par un taux de croissance moyen annuel en valeurs courantes et en DA de 14,3% pour les importations et de 9,9% pour les exportations. L évolution plus rapide des importations par rapport aux exportations a conduit depuis 2001 à une tendance à la baisse des soldes commerciaux. En 2012 les importations de marchandises sont évaluées à milliards de DA soit 5,1 fois les importations de l année 2001 qui s élevaient rappelons le à 765 milliards de DA. Cette augmentation des importations fait passer ainsi la propension moyenne à importer de 18,1% en 2001 à 24,7% en Pour les exportations, en 2012 il est enregistré un niveau de milliards de DA soit 3,8 fois les exportations de 2001 qui s élevaient à milliards de DA. La décomposition des évolutions des échanges extérieurs en éléments de prix et de volume sur la période fait ressortir une croissance moyenne annuelle en volume des importations de 9% alors que les exportations de marchandises sont caractérisées par une croissance moyenne annuelle de 0,8%. Ces tendances montrent notamment que la croissance des recettes d exportations est intégralement expliquée par l évolution des prix internationaux (principalement ceux des hydrocarbures) car le taux de croissance moyen annuel est de 10,9% sur la période Les importations sont sur une tendance de croissance, en volume, importante et les prix internationaux interviennent aussi dans l explication de l évolution des importations, en effet la tendance sur la période indiquent que les prix à l importation ont évolué en moyenne annuelle de 4,8%. En 2012, à l évidence la situation des échanges extérieurs est fortement marquée par les tendances décrites ci dessus. Mais il faut noter qu en 2012 par rapport à 2011 la non dégradation de la balance commerciale est due au fait que : Malgré une croissance en volume, les importations en valeurs courantes se sont stabilisées compte tenu de la baisse des prix de 1,7%. Les exportations de nouveau caractérisées par des baisses en volume connaissent des évolutions de prix moindres mais encore importantes soit 8,7%. Ces évolutions antagoniques en prix et en volume des importations et des exportations ont concouru à stabiliser le niveau de nos exportations et de nos importations et par conséquent à ne pas dégrader la situation de nos équilibres extérieurs. Cependant, il est à noter que les évolutions de prix à l importation et à l exportation ont conduit à une légère hausse de nos termes de l échange qui passent de 105,5% en 2011 à 110,6% en Cette analyse effectuée en valeurs courantes (en DA) comporte un élément de prix important qui est l évolution du taux de change, qui compte tenu de la dépréciation du dinar contribue à augmenter les recettes d exportations en DA et en même temps notre facture d importations. 8

13 Une lecture des principales grandeurs de nos échanges extérieurs en dollars conduit à considérer que le solde de nos échanges extérieurs de nos marchandises a connu une baisse par rapport à celui de 2011 avec 23,5 milliards de dollars en 2012 contre 26,5 milliards de dollars soit une baisse de 11,3%. En termes de taux de couverture de nos importations par les exportations, nous demeurons de nouveau dans une situation confortable même si ce taux a baissé en 2012 à 147% La baisse du solde commercial est due à l évolution plus rapide du niveau d importations (50,4 milliards de dollars en 2012 contre 47,3 milliards de dollars en 2011) soit un accroissement de 6,6% et un niveau d exportations de marchandises (73,9 milliards de dollars en 2012 contre 73,8 milliards de dollars en 2011) soit un accroissement modeste de 0,2%. La structure par produits de nos importations est marquée par la forte augmentation du groupe «Energie et lubrifiants» soit 325,8% ce groupe ne représente que 4% des importations totales. Les biens de consommation et les matières premières ont évolué entre 2012 et 2011 respectivement de 16,7 % et 4%.Les autres groupes de produits, c'est à dire les équipements agricoles, les produits bruts, alimentation boissons et tabac et les équipements industriels enregistrent des baisses de leurs valeurs de 14,8%, 10,4%, 8,4% et 3,6%. Les exportations hors hydrocarbures demeurent toujours marginales et ne représentent que 2,8% du total des exportations soit une valeur de 2,1 milliards de dollars. Les pays de l Union Européenne demeurent les principaux fournisseurs et clients de l Algérie avec 52,3% d importations en provenance de l UE et 55,3% d exportations vers l Union Européenne. L émergence de l Asie et particulièrement la Chine comme partenaire commercial important est de nouveau confirmée en 2012 puisque nos importations en provenance de cette zone représentent 20,9%, nos exportations vers cette zone sont de 7,7%. 9

14 Tab. 1-Echanges extérieurs (En millions de dollars US) Libellés Importations (CAF) Exportations (FOB) Balance commerciale (FOB-CAF) Taux de couverture (%) (FOB/CAF) Indice de prix à l'importation 23,5-1,7 Indice de prix à l exportation 30,3 8,7 Termes nets de l'échange (%) 105,5 110,6 Tab.2-Echanges extérieurs par groupe d utilisation (En millions de dollars US) Libellés Importations Exportations Alimentation, boissons, tabac ,6 Energie et lubrifiants * ,0* Matières premières ,7 Produits bruts ,2 Demi-produits ,0 Equipements agricoles ,2 Equipements industriels ,4 Biens de consommation ,2 Total * Source : Sonatrach 10

15 Tab3-Echanges extérieurs par région économique (En millions de dollars US) Régions économiques Importations Exportations Solde Importations Exportations Solde Union Européenne , , Autres pays d'europe , ,8 99 Amérique du Nord , , Amérique Latine , ,3 614 Maghreb , , Pays Arabes , ,1-557 Afrique , ,2-616 Asie , , Reste du monde , ,8-356 Total Tab. 4 - Evolution du commerce extérieur de 2001 à 2012 En Millions de DA libellés Importations de marchandises (CAF) (M) , , , , , , ,1 Exportations de marchandises (FOB) , , , , , , ,1 Balance commerciale ( FOB-CAF) , , , , , , ,0 Taux de couverture (%) (FOB/CAF) 193,5 156,9 181,6 177,8 229,1 255,3 219,9 Le PIB , , , , , , ,4 M/PIB (%) 18,1 21,2 19,9 21,4 19,7 18,3 20,5 Indice de prix à l'importation (base 1994) 135,5 136,0 141,1 154,0 164,9 171,8 187,0 Indice de prix à l'exportation (base 1994) 326,8 319,3 374,7 447,8 624,2 748,4 801,5 Termes nets de l'échange (%) (base 100) 2,4 2,3 2,7 2,9 3,8 4,4 4,3 Importation aux prix de 1994 (CAF) , , , , , , ,3 Exportations aux prix de 1994 (FOB) , , , , , , ,9 (Suite) libellés Importations de marchandises (CAF) (M) , , , , ,9 Exportations de marchandises (FOB) , , , , ,4 Balance commerciale ( FOB-CAF) , , , , ,5 Taux de couverture (%) (FOB/CAF) 198,1 117,3 143,9 155,5 145,6 Le PIB , , , , ,8 M/PIB (%) 23,3 28,6 25,1 23,7 24,7 Indice de prix à l'importation (base 1994) 214,2 208,9 211,4 261,0 256,7 Indice de prix à l'exportation (base 1994) 1001,9 721,8 966,4 1259,1 1369,0 Termes nets de l'échange (%) (base 100) 4,7 3,5 4,6 4,8 5,3 Importation aux prix de 1994 (CAF) , , , , ,5 Exportations aux prix de 1994 (FOB) , , , , ,2 11

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2015-01

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2015-01 Institut des comptes nationaux Statistique du commerce extérieur Bulletin mensuel 2015-01 Contenu de la publication Les règlements européens cités dans la notice méthodologique en fin de publication prescrivent

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

FORMALITES DOUANIERES

FORMALITES DOUANIERES FORMALITES DOUANIERES En France métropolitaine, pour les envois intra-métropole et vers les pays de l Union Européenne, toute vente de marchandise est soumise à la TVA. En revanche, les marchandises exportées

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

STATISTIQUE DU COMMERCE E X T E R I E U R STATISTIQUES DU COMM- MERCE EXTERIEUR

STATISTIQUE DU COMMERCE E X T E R I E U R STATISTIQUES DU COMM- MERCE EXTERIEUR STATISTIQUE DU COMM- DU COMMERCE MERCE EXTERIEUR E X T E R I E U R Statistique du Commerce Extérieur S E R I E Statistiques du commerce extérieur I - Introduction Les statistiques des échanges commerciaux

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2012-12

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2012-12 Institut des comptes nationaux Statistique du commerce extérieur Bulletin mensuel 2012-12 Contenu de la publication Les règlements européens cités dans la notice méthodologique en fin de publication prescrivent

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

LISTE DES CODES NACE - version 2012 Code Description

LISTE DES CODES NACE - version 2012 Code Description LISTE DES CODES NACE - version 2012 Code Description 011 Cultures non permanentes 012 Cultures permanentes 013 Reproduction de plantes 014 Production animale 015 Culture et élevage associés 016 Activités

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

NOTE TRIMESTRIELLE SUR LES STATISTIQUES DU COMMERCE EXTÉRIEUR

NOTE TRIMESTRIELLE SUR LES STATISTIQUES DU COMMERCE EXTÉRIEUR Institut National de la Statistique et de la Démographie NOTE TRIMESTRIELLE SUR LES STATISTIQUES DU COMMERCE EXTÉRIEUR Deuxième trimestre 2014 Août 2014 INSD, Avenue Pascal ZAGRE, Ouaga 2000, 01 BP 374

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Global WorkPlace Solutions. Créer un avantage concurrentiel

Global WorkPlace Solutions. Créer un avantage concurrentiel Global WorkPlace Solutions Créer un avantage concurrentiel Prêt pour le business? Etre un business international profitable n est pas chose facile. Le maintenir en tête requiert pensée innovante, courage

Plus en détail

LA NOMENCLATURE DOUANIERE ET TARIFAIRE (Cameroun)

LA NOMENCLATURE DOUANIERE ET TARIFAIRE (Cameroun) LA NOMENCLATURE DOUANIERE ET TARIFAIRE (Cameroun) Afin de faciliter l application du tarif extérieur commun (application des mêmes droits de douane quelque soit le point d entrée de la marchandise sur

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2013-04

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2013-04 Institut des comptes nationaux Statistique du commerce extérieur Bulletin mensuel 2013-04 Contenu de la publication Les règlements européens cités dans la notice méthodologique en fin de publication prescrivent

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin trimestriel 2012-I

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin trimestriel 2012-I Institut des comptes nationaux Statistique du commerce extérieur Bulletin trimestriel 2012-I E Institut des comptes nationaux Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure Révisé: le 2 novembre, 2005 TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU LE MOINS ÉLEVÉ (S) (basé sur FND013.TTL) TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU MOYEN (M) (basé sur FND037.TTL) Titre et code séquentiel au niveau

Plus en détail

TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX STATISTIQUES Continentalisation Cahier de recherche 9-9 Décembre 199 ----------------------------- COMMERCE, CROISSANCE ET EMPLOI : LE CAS DU MEXIQUE TABLEAUX STATISTIQUES Afef Benessaieh et Christian Deblock Groupe

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Education Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Comment passer de "bon" à "très bon"? "Les clés de l amélioration des systèmes scolaires" est le titre du nouveau rapport publié par McKinsey

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Vous trouverez dans cette brochure un aperçu des tarifs concernant: 1. Paiements internationaux 2 2. Opérations

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Table des matières Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell...

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016 CESI-ERA- 1415 - Informations Programme Erasmus ERASMUS 2014-2016 Période d Etude Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour une

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

Annexe 4. Activité économique et installations classées.

Annexe 4. Activité économique et installations classées. Annexe 4. Activité économique et installations classées. La nomenclature d'activités économique a été élaborée dans un cadre européen harmonisé, imposé par un Règlement (CEE) du Conseil (n 3037/90 du Conseil

Plus en détail

Royaume du Maroc ETUDES DEPF. Direction des Etudes et des Prévisions Financières. Compétitivité des exportations marocaines : quel bilan?

Royaume du Maroc ETUDES DEPF. Direction des Etudes et des Prévisions Financières. Compétitivité des exportations marocaines : quel bilan? ETUDES DEPF Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Compétitivité des exportations marocaines : quel bilan? mai 2013 Sommaire INTRODUCTION... 3 1. PERFORMANCE GLOBALE DES EXPORTATIONS

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2012 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Guide de préparation au virement SEPA pour les PME

Guide de préparation au virement SEPA pour les PME Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Fonds internationaux d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures

Fonds internationaux d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures Fonds internationaux d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures Édition 2012 Rôle des FIPOL Le Fonds de 1992 et, le cas échéant, le Fonds complémentaire, fournissent un

Plus en détail

Les Français ais et à la consommation

Les Français ais et à la consommation Les Français ais et le crédit à la consommation Introduction Crédit Agricole Consumer Finance, acteur majeur du crédit à la consommation en Europe, publie un sondage réalisé par Opinionway sur les Français

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Étiquette des rencontres d affaires en pays étranger Guide des références sur Internet

Étiquette des rencontres d affaires en pays étranger Guide des références sur Internet Étiquette des rencontres d affaires en pays étranger Guide des références sur Internet à l intention des entreprises des secteurs de l agroalimentaire et des fruits de mer de la C.-B. Sa Majesté la Reine

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

11 848 milliards de $EU. Statistiques du commerce international 2014 TOTAL MARCHANDISES. milliards de $EU PRODUITS MANUFACTURÉS

11 848 milliards de $EU. Statistiques du commerce international 2014 TOTAL MARCHANDISES. milliards de $EU PRODUITS MANUFACTURÉS Statistiques du commerce international 2014 Voyages 1 185 milliards de $EU Exportations mondiales 2013 TOTAL SERVICES COMMERCIAUX 4 645 milliards de $EU Transport 905 milliards de $EU Autres services commerciaux

Plus en détail

GUIDE TARIFAIRE Pour les particuliers carte SIM prépayée AfoneMobile (cartes et recharges par internet et/ou par téléphone)

GUIDE TARIFAIRE Pour les particuliers carte SIM prépayée AfoneMobile (cartes et recharges par internet et/ou par téléphone) Tarifs applicables au 31/10/2011 pour toute nouvelle souscription GUIDE TARIFAIRE Pour les particuliers carte SIM prépayée AfoneMobile (cartes et recharges par internet et/ou par téléphone) AfoneMobile

Plus en détail

LISTE DES ACTIVITÉS ET EMBOÎTEMENT CITI-NACE-NAF

LISTE DES ACTIVITÉS ET EMBOÎTEMENT CITI-NACE-NAF LISTE DES ACTIVITÉS ET EMBOÎTEMENT CITI-NACE-NAF Guide de lecture On trouvera ci-après la liste des intitulés de la nomenclature d'activités française (NAF), tous niveaux confondus : sections codifiées

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail