Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique"

Transcription

1 Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l Tableau de bord annuel de l économie marocaine Juillet 2002

2 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation Evolution de la valeur ajoutée réelle par principales branches de la comptabilité nationale Contribution des principales branches de la comptabilité nationale à la croissance du PIB réel Equilibre ressources-emplois (aux prix courants) Contribution des éléments de la demande finale à la croissance économique Evolution de la formation brute du capital fixe par nature Evolution du revenu national brut disponible Répartition de l épargne nationale brute Evolution de la consommation finale Evolution des éléments du compte capital de la nation Echanges extérieurs Importations par principaux produits (y.c AT) Exportations par principaux produits (y.c AT) Importations par principaux partenaires (y.c AT) Exportations par principales destinations (y.c AT) Transactions réalisés dans le cadre du régime des admissions temporaires Principaux indicateurs du commerce extérieur (y.c AT) Balance des paiements Indicateurs de compétitivité 18 Comparaison des parts de marché européen du Maroc avec un échantillon de pays concurrents Comparaison des parts de marché absolues du Maroc avec un échantillon de pays concurrents Evolution des parts de marché absolues par secteur Evolution des parts de marché relatives par secteur Evolution de la demande étrangère adressé au Maroc Monnaie et bourse Principaux indicateurs de la monnaie et crédits Evolution des agrégats de la monnaie et des placements liquides Contreparties de l agrégat monétaire M3 Evolution du nombre de sociétés cotées en Bourse de Casablanca Indicateurs relatifs à la bourse des valeurs Evolution des éléments du compte des résultats des banques commerciales Structure des crédits et des dépôts des banques commerciales Structure des crédits distribués par les banques

3 Structure des actifs financiers des agents non financiers Mobilisation de l épargne financière par réseau de collecte Situation de l épargne financière Prix Indice du coût de la vie Indice des prix à la production par secteur Indice de volume des exportations par groupement d utilisation Indice de volume des importations par groupement d utilisation Indice des valeurs moyennes à l exportation Indice des valeurs moyennes à l importation Indice des prix à l exportation Indice des prix à l importation Termes de l échange nets Evolution des taux d intérêt Evolution des taux de change en dirhams des principales monnaies étrangères

4 Note de présentation La Direction de la Politique Economique Générale (DPEG) élabore pour la neuvième fois un tableau de bord annuel de l économie marocaine. Celui-ci prend en considération un certain nombre d indicateurs permettant de cerner l évolution économique et financière du Maroc durant la période , de faciliter la comparaison de ses performances avec celles des pays concurrents ou partenaires et de mesurer la compétitivité de l économie marocaine. La présentation de ce tableau de bord est conçue de manière à faire ressortir les mutations structurelles de l économie marocaine depuis L analyse détaillée des indicateurs permet à la DPEG de tirer des enseignements du passé pour affiner ses prévisions et ses évaluations d impacts des mesures de politique économique. L'exploitation et l'analyse des indicateurs présentés dans ce tableau de bord font ressortir, à titre d'illustration et sans exhaustivité, les enseignements ci-après. 1. Agrégats nationaux 1.1. Croissance économique Insuffisance de la croissance économique entre 1980 et 2001 : 3,2% en moyenne par an alors que la population active nationale s est développée de 3% (4% pour la population active urbaine). Ralentissement de la croissance économique réelle depuis 1993 (2,9% avec une croissance potentielle de 2,6%) en raison de la persistance de la sécheresse ces dernières années et de la faible progression des secteurs porteurs de valeur ajoutée notamment les secteurs des services. Stagnation, entre 1993 et 2001, de la structure de la production qui reste caractérisée par le poids élevé de l agriculture dans le PIB réel (14,6%) et par le niveau de développement insuffisant de l industrie (17,9%) et de l activité du bâtiment et travaux publics (4,3%). Contribution insuffisante du secteur agricole (0,4%) à la croissance économique réelle 1 (3,2%) durant la période à cause de l'évolution erratique de sa production d'une année à l'autre (entre -43,9% et +78%). Croissance nette de la part du secteur de l énergie dans le PIB réel surtout durant la dernière décennie : 5,1% en 2001 contre 3,5% en Sa contribution à la croissance économique est passée de 0% durant la période à 0,2% durant la période pour atteindre 0,3% durant la période Pour plus de détail sur les contributions sectorielles à la croissance économique réelle, voir le tableau de bord sectoriel de l économie marocaine. I Direction de la Politique Economique Générale

5 Contribution faible du secteur des industries de transformation à la croissance économique réelle durant la période (0,6%) malgré l importance de son poids dans le PIB réel (17,6%). Ceci est dû à son rythme de croissance peu élevé, enregistré durant la même période (3,5%). Baisse de la part de la valeur ajoutée de l industrie agro-alimentaire dans le PIB réel de 4,7% en 1981 à 3,7% en 1999, alors que celle de l industrie chimique et parachimique a augmenté de 1,7 point entre 1980 et 1999 (passant de 5,1% à 6,8% respectivement). Stagnation des parts de l industrie du textile/cuir, de l industrie mécanique/métallurgique, et de l industrie électrique/électronique dans la constitution du PIB réel respectivement autour de 4,4%, 2,4% et 0,6% durant la période Baisse des parts dans le PIB réel des secteurs des mines et du BTP respectivement de 4,6% et 6,3% en 1980 à 2,8% et 4,6% en Ceci est dû essentiellement à leurs faibles rythmes de croissance (0,7% pour le secteur des mines et 1,7% pour le secteur du BTP). Toutefois, il faut signaler la reprise de l activité du secteur du BTP depuis 1996 (sa contribution à la croissance du PIB réel est de 0,3% en 2001). Stagnation des parts dans le PIB réel des secteurs du commerce (y compris DTI) et de l hébergement/restauration durant la période autour de 20,4% et 1,4% respectivement. Amélioration nette de la part du secteur des transports et communications dans le PIB réel : 7,2% en 2001 contre 5,1% en Ce secteur demeure parmi les plus prometteurs, surtout la branche des nouvelles technologies de l information qui est en pleine expansion. Augmentation de la part de la valeur ajoutée de l administration publique dans le PIB réel de près de 5,1 points entre 1980 et 2001 (11,9% à 17%). Le rythme de croissance de la valeur ajoutée de l administration publique s est établi à 4,7% durant la période Contribution des éléments de la demande finale à la croissance économique Diminution de la contribution de la consommation privée à la croissance économique nominale de 7,3% durant la période à 3,3% durant la période Malgré cette diminution, la croissance économique reste essentiellement tirée par la consommation des ménages. Stagnation des parts de la consommation privée et des importations de biens et services dans le PIB nominal respectivement à 69% et 30% durant la période Progression de la part moyenne de la consommation publique dans le PIB nominal : 18,2% durant la période contre 15,8% durant la période Reprise de la croissance du taux d investissement brut 2 (19,6% 1996 à 22,8% en 2001), suite à l amélioration de l environnement juridique et réglementaire des affaires et à la consolidation de l effort d investissement de l Etat. 2 C est la formation brute du capital fixe (FBCF) augmentée de la variation du stock rapportée au PIB nominal. II Direction de la Politique Economique Générale

6 Baisse de la contribution moyenne de l investissement intérieur brut à la croissance économique nominale : 1,1% durant la période contre 1,9% durant la période et 5,5% durant la période Amélioration du taux d exportation 3 de 9,8 points : 24,8% en 2001 contre 15% en Amélioration de la contribution du solde commercial à la croissance économique nominale de -4% durant la période à -0,4% durant la période et à 0,9% en Depuis 1996, elle a régressé pour se situer à 0,1% en 2001 en rapport avec la facture énergétique. Mutation structurelle de l investissement caractérisée par une augmentation de la part de la formation brute du capital fixe (FBCF) en matériel et outillage de 44,3% durant la période à 50% durant la période au détriment de la FBCF en bâtiment (30% à 27,5%) et en travaux publics (21,8% à 17,8%). Baisse de la part des aménagements et plantations et celle du bétail dans la FBCF totale entre 1996 et 2001 de 3,6% et 1,6% à 3,2% et 1,4% respectivement. Baisse de la productivité du facteur capital entre 1985 et 2001 comme l indique l évolution moyenne de l ICOR 4. Celui-ci est passé de 2,6 unités de capital pour une unité de production en 1985 à 6,1 en Evolution des éléments du revenu national brut disponible et de l épargne Stagnation de la part des transferts nets reçus du reste du monde dans le revenu national brut disponible autour de 3,7% durant la période Cette part a par la suite augmenté pour atteindre 7,9% en Fléchissement de la part du revenu national brut disponible destinée à la consommation des ménages résidents de 65,9% durant la période à 63,9% durant la période et à 62,8% durant la période suite à la baisse du rythme de croissance de la consommation privée à 11,5% et 10,1% à 4,3% durant les mêmes périodes. Amélioration du taux d'épargne nationale de 15,8% en moyenne à la veille de l ajustement structurel à 20,8% pour la période Ce taux a baissé de 21% en 1992 à 16,8% en 1995 puis a augmenté par la suite pour atteindre 25,5% en Hausse importante de la part de l épargne de l Etat (solde ordinaire) dans l épargne nationale brute de 9,8% en 1983 à 24,1% en Stagnation de la part de l épargne extérieure dans l épargne nationale depuis 1993 autour de 20,8%. Cette part s est appréciée de 14 points entre 1999 et 2001 (passant de 16,9% à 30,9%). 3 C est les exportations de biens et services rapportées au PIB nominal. 4 (ICOR) Incremental Capital Output Ratio = Moyenne mobile sur 5 ans de la FBCF / moyenne mobile sur 5 ans de la variation du PIB hors agriculture. La moyenne mobile a été introduite pour corriger les fluctuations erratiques du PIB hors agriculture. III Direction de la Politique Economique Générale

7 Baisse de la capacité d autofinancement de l économie marocaine de 1,3% en 1987 à 1,5 en pourcentage du PIB en En 2001, elle s est redressée à la hausse pour atteindre 4,8%. 2. Commerce extérieur 5 Dégradation du déficit de la balance commerciale de 5 points du PIB pour atteindre 11,4% en 2001 contre 7,4% en 1997 suite au renchérissement de la facture pétrolière qui s est établie à 27,2% des exportations globales et à 5,7% du PIB en l an Légère amélioration du taux de couverture des importations par les exportations de 62,2% en 1992 à 73,9% en 1997, puis, baisse par la suite à 64,8% en 2001 en relation avec le choc pétrolier. Augmentation du taux de couverture de la balance des produits finis de consommation de 82,6% en 1980 à 147,4% en Ce taux qui a baissé à 104,9% en 2001, est appelé à diminuer avec le démantèlement tarifaire. Baisse du taux de couverture de la balance alimentaire de 139,2% durant la période à 117,9% durant la période Importations Ralentissement de la progression des importations de 10,3% l an au cours de la période à 6,7% l an durant la période Augmentation de la part des produits alimentaires dans les importations : 11,9% durant la période contre 10,9% durant la période Cette part est beaucoup plus importante pour les années de sécheresse : 1993 (12,9%), 1995 (13,7%), 1997 (11,3%) et 2000 (11,6%), en raison de la dépendance de l économie marocaine en matière d importation de blé. Celles-ci ont représenté 4,6%, 4,7%, 3,8% et 4,5% des importations globales respectivement en 1993, 1995, 1997 et Allégement de la facture énergétique en pourcentage du PIB (4,1% durant la période contre 4,6% durant la période et 7% durant la période ) suite à la baisse du prix international du pétrole. Cette tendance s est renversée pour les années 2000 et 2001 avec la montée des prix du baril (33 dollars en septembre 2000) occasionnant une augmentation de la part de l énergie et lubrifiants dans les importations totales de 12,3% 1999 à 17,6% en Baisse de la part des produits bruts dans les importations globales de 12,6% durant la période à 8,1% durant la période Stagnation de la part des demi-produits dans les importations globales durant la période autour de 23%. Cette part a régressé à 12,2% en Y compris les admissions temporaires sans paiement (AT) IV Direction de la Politique Economique Générale

8 Stabilité de la part des produits finis d équipement dans les importations globales à près de 22,3% durant la période Hausse de la part des produits finis de consommation dans les importations globale de 7,1% durant la période à 13,7% durant la période et à 21,8% durant la période Cette augmentation est expliquée en partie par la réduction des tarifs douaniers. Augmentation sensible de la part de l Union européenne 6 dans les importations du Maroc passant de 32,8% en 1984 (dont 18,3% pour la France) à 56,3% en 2001 (dont 25% pour la France). Celle des pays arabes reste toujours faible Exportations Ralentissement de la progression des exportations de 14,8% l an entre 1983 et 1992 à 7,2% l an durant la période Recul de la part des produits alimentaires dans les exportations globales de 25,4% en moyenne durant la période à 23,2% durant la période et à 20,4% entre 1993 et Fléchissement de la part des agrumes dans les exportations globales de 12% en 1980 à 2,5% en 2001 alors que celle des produits de la mer a augmenté de 4,6% à 11,1% entre temps. Baisse de la part des phosphates et de ses dérivés dans les exportations globales de 46,5% en 1984 à 17,3% en En effet, la part des phosphates est passée de 12,4% durant la période à 5,5% durant la période et celles de l acide phosphorique et des engrais naturels et chimiques ont chuté respectivement de 6,4% et 10,5% à 4,9% et 7,4% pour les mêmes périodes. Augmentation de la part des produits finis d équipement dans les exportations globales de 0,4% durant la période à 3% durant la période et à 6,7% durant la période Progression des exportations des produits finis de consommation à un rythme de croissance de 25,7% durant la période , ce qui a porté sa contribution dans les exportations globales de 14,3% en 1982 à 39,5% en cette augmentation a touché les exportations des vêtements confectionnés (22,4% en 1992 contre 4,4% en 1982) et les articles de bonneterie (9,4% en 1992 contre 1,6% en 1982). Pour la période , la part des produits finis de consommation s est située autour de 38,9% (22,1% pour les vêtements confectionnés et 10,5% pour les articles de bonneterie). Augmentation de la part de l Union européenne 7 dans les exportations globales de 54,6% en 1980 (dont 25,2% pour la France ) à 73,3% en 2001 (dont 32,9% pour la France). 6 Non compris l ex-république Démocratique Allemande (R.D.A) avant Non compris l ex-république Démocratique Allemande (R.D.A) avant V Direction de la Politique Economique Générale

9 Evolution du rythme de croissance de la valeur ajoutée dans le cadre du régime des admissions temporaires de 31,5% en moyenne pour la période à 14,9% pour la période Augmentation de la part des réexportations suite à des admissions temporaires sans paiement dans les exportations globales de 6,9% en 1986 et de 14,6% en 1990 à 34,9% en 2001, ce qui confirme l importance du régime des admissions temporaires dans la promotion des exportations. 3. Balance des paiements Augmentation des recettes touristiques de 2,6% du PIB au cours de la période à 5% en La crise du secteur touristique a fait que le niveau atteint en 1990 n a été retrouvé qu en Ce niveau a même été dépassé en 2000 et 2001 (respectivement 6,1% et 7,5%) avec la reprise dans le secteur. Fléchissement des transferts privés en pourcentage du PIB de 8,4% en 1990 à 6,2% en Depuis, les transferts ont augmenté pour se situer à 10,7% du PIB en Stagnation de la part des dépenses du revenu de l investissement dans le PIB durant la période à près de 4,7%. Cette part a chuté de 5,3% en 1993 à 3,4% en 2001 en relation avec la gestion active de la dette extérieure. Amélioration des investissements directs étrangers en moyenne de 2,6 points du PIB entre les deux périodes et , passant de 0,9% à 3,5%. Cette augmentation est liée aux opérations de privatisation. 4. Indicateurs de compétitivité Stagnation de la part absolue du Maroc (0,14%) dans le marché mondial durant la période Relativement à un échantillon de pays concurrents 8, la part relative du marché mondial détenue par le Maroc a régressé passant de 2% en 1980 à 1,1% en 2000 alors que celle de l échantillon a gagné 5,7 points (12,6% en 2000 contre 6,9% en 1980). Augmentation de la part du Maroc dans le marché européen de 0,23% en 1980 à 0,27% en Depuis, elle a légèrement baissé pour atteindre 0,25% en Celle de l échantillon est passée de 3,9% à 5,8% durant la période Renforcement de la part du Maroc aussi bien sur le marché mondial que sur le marché européen dans le secteur du textile et cuir et le secteur agroalimentaire : Pour le secteur du textile, la part du Maroc sur le marché mondial est passée de 0,26% en 1980 à 0,70% en 2000 et sur le marché européen, elle a évolué de 0,44% à 1,74% entre temps. 8 L échantillon comprend les pays suivants : Maroc, Tunisie, Egypte, Turquie, Portugal, Irlande, Chili, Brésil, Mexique, Malaisie, Indonésie, Philippines et Corée du sud. VI Direction de la Politique Economique Générale

10 Pour le secteur agroalimentaire, la part du Maroc sur le marché mondial est passée de 0,22% en 1984 à 0,36% en 2000 et sur le marché européen, elle a progressé de 0,38% à 0,54% entre 1984 et Chute dans le secteur de la chimie de la part du Maroc sur le marché mondial (0,26% en 2000 contre 0,55% en 1981) et sur le marché européen (0,16% en 2000 contre 0,72% en 1981). Notre pays est spécialisé en effet dans des créneaux comme les engrais où le marché mondial évolue lentement contrairement aux produits pharmaceutiques et la chimie finie qui connaissent une expansion. Croissance significative des exportations marocaines en comparaison avec la demande étrangère en valeur adressée au Maroc durant la période : 11,3% l an pour les exportations marocaines en valeur (hors A.T) contre 5,8% l an pour la demande étrangère adressée au Maroc. Forte progression de la demande étrangère en valeur adressée au Maroc par les pays hors Union européenne dans les années 90 (6,6% l an pour la période ) en comparaison avec celle émanant de l Union européenne (3,6% l an durant la même période). 5. Secteur financier 5.1. Monnaie et crédits Accroissement de l agrégat monétaire M3 lié étroitement à l évolution de la production depuis la réforme du secteur financier. Ralentissement de la création monétaire durant la période : le rythme de croissance de l agrégat monétaire M3 a baissé de 12,9% l an en moyenne entre 1983 et 1992 à 9% l an entre 1993 et Amélioration des réserves en devises entre 1995 et 2001 passant de 4,6 à 9,9 mois d importations de marchandises, en raison entre autres des recettes de la deuxième licence GSM en 1999 et la privatisation d une part de Maroc Télécom en Amélioration du taux de liquidité totale de l économie de 44% en 1982 à 96,7% en Cette amélioration est expliquée par une augmentation de la liquidité de l économie (12,3%) plus rapide que le rythme de la croissance économique nominale (7,7%) entre temps. Progression de la part des concours à l'économie de 27,7% du PIB nominal en 1982 à 56,7% en Leur part dans les contreparties de la masse monétaire est passée de 63,6% en 1982 à 71,1% en En 2001, cette part s est établie à 65%. Diminution de la part des créances sur l Etat dans les contreparties de la masse monétaire de 54,6% en 1983 à 23,5% en VII Direction de la Politique Economique Générale

11 5.2. Bourse des valeurs Réduction du nombre de sociétés cotées jusqu à 1997, liée à la radiation de certaines entreprises n obéissant pas aux critères de transparence exigés par la réforme de la Bourse. Ce nombre reste faible (54 en 2001) eu égard à l effectif des entreprises potentiellement éligibles. Concentration de la capitalisation boursière sur le secteur des banques et des sociétés financières (56,5% en 2000) suivi par le secteur industriel (27% en 2000), malgré l émergence de certains secteurs, surtout le secteur énergétique et minier (13,1% en 2000 contre 0,9% en 1993). Développement de la capitalisation boursière impulsé en 1990 par l augmentation des fonds propres des banques et à partir de 1993 par les privatisations. Par rapport au PIB, la capitalisation boursière a atteint 39,9% en 1999 contre 3,6% en Depuis, elle a chuté à 27,4% du PIB en Tendance à la baisse du rendement moyen général (2,1% en 1999 contre 5,8% en 1990), ce qui contribue en partie au ralentissement observé dans le développement de l activité boursière (compartiment actions essentiellement). Fléchissement du rythme de croissance de l indice général de la Bourse de Casablanca de 49,3% en 1997 à 15,3% en 2000 et 8,8% en Le marché boursier a fait l objet au cours des deux derniers exercices (2000 et 2001) de mesures de dynamisation et de concertation avec les partenaires 5.3. Secteur bancaire Ralentissement de la croissance des éléments du compte résultat des banques commerciales (non compris les ex-organismes financiers spécialisés) de 19,6% en 1993 à 7,3% en 1999 pour le produit net bancaire, 10,4% en 1993 à 8,5% en 1999 pour les frais généraux et de 30,4% à 6% pour le résultat brut d exploitation. Baisse de la part des comptes à vue dans le total des dépôts (50,1% en 1999 contre 56,1% en 1990) au profit des comptes rémunérés (49,9% en 1999 contre 43,9% en 1993). Fléchissement de la part des crédits à court terme dans le total des crédits distribués par les banques commerciales de 77,1% en 1991 à 53,2% en Les crédits à long et moyen termes ont vu leur part augmenter de 22,9% à 46,8% du total des crédits durant la même période Epargne financière Progression de l épargne financière en terme de flux de 1,6% l an entre 1995 et 2000 avec une nouvelle répartition des fonds mobilisés. La part des intermédiaires financiers est restée prépondérante en 2000 (52,8%). VIII Direction de la Politique Economique Générale

12 Augmentation de la part des avoirs liquides dans l épargne financière en terme de flux de 16,1% en 1993 à 44% en Cependant, les parts moyennes des placements à court et moyen termes ont baissé respectivement de 24,6% et de 5,4% en 1993 à 21,9% et -3,9% en Baisse du ratio épargne financière rapportée à l investissement intérieur brut de 54,5% en 1996 à 36,6% en Chute de la part de l épargne financière dans l épargne nationale brute de 70,8% en 1994 à 39% en Prix, taux d intérêts et taux de change 7.1. Les prix Maîtrise de l inflation (variation de l indice du coût de la vie) dont le rythme de croissance a baissé de 11,5% durant la période à 6,4% durant la période , pour se situer à 0,6% en Baisse de la variation de l indice du coût de la vie hors alimentation de 8,4% l an durant la période à 3,2% l an durant la période Augmentation plus rapide du SMIG que celle enregistrée par le revenu par habitant ou par l indice des prix à la consommation à partir de Ralentissement de la croissance des indices des prix à la production des secteurs miniers, énergétique et industriel, respectivement 0,9%, 0,4% et 2,6% durant la période contre 3,7%, 4,1% et 7,2% durant la période Baisse de la progression des indices des prix des exportations et des importations respectivement à 5,1% et 3,7% l an durant la période Pour les exportations, la baisse concerne essentiellement les produits énergétiques (9,4%), les demi-produits (9,3%) et les biens finis d équipement (6,2%) tandis que l indice des prix des produits alimentaires a augmenté de 5,5% durant la même période. Pour les importations, la chute concerne les produits énergétiques (8%), les produits bruts (6,5%) et les biens finis de consommation (9%) durant la période Amélioration des termes de l échange à un rythme de croissance de 4,8% durant la période Cette hausse concerne essentiellement les produits finis de consommation dont les termes de l échange se sont améliorés de 35,5% entre 1993 et Taux d intérêts et taux de change Baisse des taux d intérêt créditeurs (dépôts 6-12 mois) de 11,49% en 1993 à 4,69% en Les taux débiteurs à court, moyen et long termes ont également baissé, passant respectivement de 14% à 7,25%, de 14% à 7,75% et de 14% à 8,5% entre 1993 et IX Direction de la Politique Economique Générale

13 Appréciation du taux de change effectif nominal et réel du dirham respectivement de 28,9% et 21,7% entre 1990 et Le renforcement du coefficient de pondération de l Euro dans le panier de cotation du dirham, en avril 2001, a permis une baisse de la parité du dirham de 5% Appréciation en nominal du dirham de 8,3% par rapport à la monnaie unique européenne l Euro 9 entre 1990 et Cependant, il s est déprécié entre 1990 et 2001 de 37,5% par rapport au dollar et de 10,1% par rapport à la livre sterling. 9 Sur la période , le cours de vente de l'euro a été construit sur la base des taux de conversion des monnaies participants à l'euro arrêtés par le conseil européen le 31 décembre X Direction de la Politique Economique Générale

14 Principaux indicateurs macroéconomiques

15 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Principaux indicateurs macroéconomiques Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI Principaux indicateurs macroéconomiques En % (1) 83-92(1) 93-01(1) PIB aux prix constants (en millions de dirhams) Taux de croissance (prix constants) du : PIB global -2,8 9,6-0,6 4,3 6,3 8,3-2,6 10,4 2,5 3,9 6,9-4,1-1,0 10,4-6,6 12,2-2,2 7,7-0,1 1,0 6,5 3,2 3,9 2,9 PIB potentiel (2) 4,8 4,6 4,4 4,3 4,2 4,1 3,9 3,7 3,5 3,2 3,0 2,8 2,7 2,6 2,6 2,6 2,6 2,6 2,5 2,5 2,5 4,7 4,1 2,6 PIB marchand -4,8 9,7-2,5 4,0 6,7 8,6-4,1 11,8 2,0 4,3 6,8-5,3-2,2 12,6-8,9 13,8-3,1 8,6-0,6 0,9 6,9 2,2 3,7 2,9 PIB hors agriculture 3,1 5,7 1,4 4,5 4,2 2,6 3,0 6,3 2,0 6,1 3,6 4,2 0,0 2,6 2,3 3,6 3,2 4,4 3,2 3,4 3,7 4,4 4,0 2,9 PIB aux prix courants (en millions de dirhams) PIB par habitant (DH/hab/an) Part en pourcentage du PIB nominal du : Investissement brut (3) 24,2 26,1 28,2 24,0 25,3 27,1 22,8 21,1 21,1 23,7 25,2 22,6 23,2 22,5 21,3 20,7 19,6 20,7 22,2 23,1 23,6 22,8 26,3 23,4 21,9 Epargne intérieure brute (4) 14,9 13,0 15,5 16,1 15,5 18,9 17,0 17,2 19,4 18,7 19,9 17,7 17,2 17,3 16,1 14,2 15,7 16,9 17,6 18,8 17,4 19,1 14,5 18,0 17,1 Epargne nationale brute (5) 17,0 14,5 16,5 17,9 17,9 20,9 21,9 22,3 21,8 20,5 24,8 21,6 22,1 20,9 19,8 17,3 19,7 20,4 21,8 22,6 22,2 27,7 16,0 21,6 21,6 Consommation publique 18,3 19,1 18,3 16,8 15,6 15,8 15,4 15,7 15,4 15,7 15,5 15,6 16,8 18,1 17,1 17,4 16,9 17,8 18,0 19,1 19,1 19,5 18,6 15,8 18,2 Consommation intérieure des ménages 68,7 70,0 68,4 69,9 72,2 69,4 71,4 71,4 67,9 69,4 68,9 69,7 70,1 68,5 69,8 71,5 71,2 68,7 68,1 66,3 68,3 67,9 69,0 69,9 68,8 Taux d'épargne nationale brute (6) 16,7 14,3 16,3 17,6 17,5 20,5 20,9 21,3 21,3 20,2 23,7 20,8 21,0 20,2 19,1 16,8 18,9 19,7 20,9 21,8 21,1 25,5 15,8 20,8 20,7 ICOR (7) ,6 2,5 2,7 2,4 2,7 2,9 3,2 3,3 4,2 4,1 4,3 4,6 4,8 4,5 5,3 5,8 6,1 3,4 2,8 4,8 Taux d'ouverture de l'économie (8) 41,3 50,7 48,2 46,2 53,1 52,2 44,7 45,3 45,9 46,7 52,4 48,8 50,1 51,6 50,0 56,7 50,0 54,6 54,0 56,7 61,3 59,7 46,9 48,6 55,3 Importations de biens et services en pourcentage du PIB 26,3 32,9 31,6 28,5 33,1 32,3 27,1 26,7 25,1 27,8 31,0 28,3 30,1 30,3 29,2 33,2 28,8 30,9 31,1 32,6 36,2 35,0 30,4 28,9 32,1 Exportations de biens et services en pourcentage du PIB 15,0 17,7 16,6 17,8 20,0 19,9 17,6 18,5 20,8 18,9 21,4 20,4 20,0 21,3 20,9 23,6 21,2 23,7 22,9 24,1 25,1 24,8 16,5 19,7 23,2 Déficit commercial en pourcentage du PIB 9,6 13,2 14,6 11,0 13,6 13,1 7,8 7,2 4,7 8,7 9,6 8,5 10,7 9,9 9,0 9,4 7,7 7,4 8,7 9,4 12,3 11,4 12,7 9,2 9,5 Solde du compte courant/pib -7,5-12,2-12,3-6,5-7,8-6,7-1,3 0,9 2,1-3,5-0,8-1,5-1,5-2,0-2,4-3,6 0,1-0,3-0,4-0,5-1,4 4,9-10,8-2,1-0,4 Taux de couverture de la balance commerciale (9) 57,4 53,5 47,9 57,5 55,7 56,2 66,4 69,6 79,6 65,9 66,6 68,3 62,2 65,1 66,9 69,0 70,9 73,9 69,5 69,5 64,3 64,8 52,3 65,3 68,1 Taux d'inflation (indice coût de la vie) 9,4 12,5 10,5 6,2 12,5 7,8 8,7 2,8 2,3 3,1 7,0 8,0 5,7 5,2 5,1 6,1 3,0 1,0 2,7 0,7 1,9 0,6 11,5 6,4 2,9 Taux de croissance de M ,3 10,6 17,8 16,1 9,7 15,3 12,7 19,0 17,2 9,6 8,1 10,5 7,7 6,7 9,2 6,0 10,2 8,4 14,1 14,2 9,0 Taux de liquidité (10) ,0 47,4 46,2 49,0 50,7 58,1 55,9 59,6 64,0 63,9 69,4 73,4 73,7 78,5 74,1 80,6 81,1 89,5 90,4 95,8 58,4 82,8 Taux de change DH/Euro 6,244 6,270 6,574 7,189 8,028 9,281 9,996 9,882 9,797 11,085 11,267 11,590 11,172 11,210 11,372 11,271 10,776 10,729 10,480 9,850 10,162 6,257 9,469 10,780 Taux de change DH/Dollar US 4,346 5,229 5,983 7,358 9,009 9,976 9,032 8,290 8,289 8,465 8,288 8,817 8,592 9,415 9,118 8,450 8,776 9,591 9,631 9,840 10,618 11,399 5,186 8,612 9,649 Taux de change effectif réel (11) 88,9 91,1 91,7 94,1 96,9 100,0 100,8 101,7 104,2 105,2 108,2 108,2 Taux créditeur à court terme 11,49 8,80 8,30 8,29 7,62 6,52 5,42 4,95 4,69 7,34 Indice de la bourse de Casablanca 83,3 87,5 84,5 87,3 100,6 122,7 158,7 181,1 201,9 259,8 342,3 342,4 447,1 667,5 803,7 777,1 658,4 609,7 Taux d'activité urbain 46,0 47,2 46,7-46,3 47,1 48,0 48,0 48,2 49,4 49,6 49,7 47,7 47,9 49,7 52,0 49,5 49,3 48,1 48,1 47,0 46,0 46,6 48,2 48,6 Taux de chômage urbain 9,8 12,3 12,7-18,8 13,9 15,9 14,7 13,9 16,2 15,8 17,3 16,0 15,9 20,7 22,9 18,1 16,9 19,1 22,0 21,4 19,5 11,6 15,8 19,6 Masculin 9,0 10,4 11,8-16,8 11,9 14,1 13,4 12,8 15,0 14,2 15,3 13,0 14,2 17,3 18,7 16,1 15,3 17,5 20,3 19,8 18,0 10,4 14,1 17,9 Féminin 12,2 17,5 15,4-25,1 19,8 21,5 18,5 17,3 19,8 20,4 23,3 25,3 21,7 30,7 32,2 23,6 21,7 24,4 27,6 26,7 24,7 15,0 21,2 26,5 Déficit global/pib 10,1 14,0 12,0 9,2 7,8 8,0 8,6 5,7 4,6 6,0 3,5 3,1 2,2 2,4 3,3 5,2 3,0 1,4 3,8-0,9 5,9 2,7 12,1 5,3 3,0 Déficit global (hors privatisation)/pib 10,1 14,0 12,0 9,2 7,8 8,0 8,6 5,7 4,6 6,0 3,5 3,1 2,2 3,3 4,0 5,6 3,8 3,0 3,9-0,8 5,9 8,8 12,1 5,3 3,5 1) Moyenne sur la période en question. 6) l'épargne nationale brute rapportée au revenu national brut disponible 2) Le PIB potentiel est mesuré à l'aide du filtre Hodrick-Prescott, 7) c'est le ratio : (moyenne mobile sur cinq ans de la FBCF totale) / (moyenne mobile sur 5 ans de la variation du PIB hors agriculture). 3) L'investissement brut est la FBCF plus la variation du stock 8) c'est les importations plus les exportations de biens et services au sens de la comptabilité nationale (y compris AT) en pourcentage du PIB. 4) L'épargne intérieure brute est le PIB aux prix courants moins la consommation finale des ménages résidents 9) c'est les exportations de marchandises rapportées aux importations (y compris les admissions temporaires sans paiement). moins la consommation finale des administrations publiques 10) Liquidité totale (agrégat monétaire M3 plus le total des placements liquides) rapportée au PIB nominal 5) L'épargne nationale brute est le revenu national brut disponible moins la consommation finale des 11) la donnée de 2000 correspond à la moyenne des trois premiers trimestres ménages résidents moins la consommation finale des administrations publiques 1

16 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Principaux indicateurs macroéconomiques Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI 15 Evolution des principaux indicateurs de l'économie marocaine Déficit global du Trésor /PIB 10 Taux d'inflation 5 (Croissance du PIB non agricole (prix constants Solde du compte courant/pib

17 Comptes et agrégats de la nation

18 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI Evolution de la valeur ajoutée réelle par principales branches de la comptabilité nationale (En millions DH) Secteur primaire Secteur secondaire Mines Energie Industries manufacturières Industrie agroalimentaire Industrie du textile et cuir Industrie chimique et parachimique Industrie mécanique et métallurgique Industrie électrique et électronique Bâtiment et travaux publics Services marchands (y compris DTI) Commerce (y compris DTI) Transports & Communications Hébergement et restauration Autres (1) Administration publique PIB global ) Les institutions financières, services marchands imputés et autres services marchands non financiers. Variation de la valeur ajoutée réelle par principales branches de la comptabilité nationale (1) 83-92(1) 93-01(1) Secteur primaire -28,6 35,0-10,4 3,7 18,5 36,7-23,6 31,4 4,6-5,0 21,7-35,5-6,8 61,4-43,9 78,0-26,5 27,9-16,7-14,7 27,3-1,8 1,7 2,8 Secteur secondaire 2,6 2,8 1,3 1,4 5,8 0,9 1,6 8,2-1,1 8,9 0,6 2,3-0,9 4,0 4,5 4,8 5,5 2,3 2,7 2,5 5,4 2,7 2,9 3,4 Mines 1,7-5,1 3,9 6,5-0,5-2,8-1,3 12,0-17,9 10,1-11,5 5,0-3,5 8,5 1,2 2,2 15,3-3,3-1,2-5,2 7,5-1,7-0,1 2,2 Energie -1,5 3,5 4,9 2,3 4,8 5,9 7,5 7,3 5,0 6,4 4,6 5,4-0,4 7,8 16,0 13,4 6,4 5,1 3,2-0,5 8,1 1,0 5,4 6,4 Industries manufacturières 1,5 5,3 4,2 4,3 7,1 1,2 3,1 6,0-0,6 11,4 3,2 2,7-0,9 3,8 3,7 2,9 3,4 2,1 2,7 3,5 4,2 3,4 4,2 2,8 Industrie agroalimentaire 3,9 4,0 0,0 1,5 3,9-1,7 1,1 0,4 4,0 4,4 6,1 4,5-1,2 3,3 1,2 5,0-2,6 7,2-0,6 4,0 2,4 1,7 Industrie du textile et cuir 0,0 1,2 6,0 1,6-0,9 4,9 5,6 4,5 9,9 4,1 7,0 1,7 1,1 3,4 5,1 0,2 3,4 1,3 0,6 0,6 4,4 2,2 Industrie chimique et parachimique -0,8 12,8 6,8 11,1 5,9 3,3 4,2 10,5-14,9 26,3 0,4 4,7 1,1 3,2 4,8 4,6 6,6 0,3 3,6 5,8 5,4 3,4 Industrie mécanique et métallurgique 4,1-0,3-0,4 0,3 26,7-6,1-1,4 6,4 4,5 4,4 0,4-0,2-8,1 10,7 2,3 0,9 3,2 2,3 4,9 1,9 3,2 2,2 Industrie électrique et électronique 5,5 4,8 26,1-4,2 24,7 10,4 7,6 4,5 29,8 8,1-1,3-7,9-6,6-8,2 3,5 0,6 7,7 4,6 14,4 5,2 9,1 2,0 Bâtiment et travaux publics 8,2 1,7-9,4-11,6 7,4 0,0-5,0 14,1 6,9 1,4-3,6-3,6 0,5-1,4-0,5 5,9 7,0 4,1 4,9 7,1 5,8 4,9-0,6 3,7 Services marchands 0,6 6,9-2,2 6,2 3,0 2,4 2,8 6,1 3,1 5,9 4,4 6,2-1,4 2,9-0,7 2,1 1,8 6,8 3,8 5,1 2,2 3,7 3,8 2,5 Commerce (y compris DTI) 1,0 9,0-6,2 8,5 2,3 1,5 2,6 6,6 5,1 7,5 6,9 6,2-5,7 1,2-1,6 4,4 0,8 7,7 4,0 5,6 3,3 4,9 4,0 2,1 Transports & Communications 4,1 5,3 6,8 2,8 4,2 0,0 5,2 3,8 1,4 5,9 4,1 10,5 8,1 5,0 1,8 2,8 2,4 8,7 8,1 9,4 1,0 4,7 4,4 5,2 Hébergement et restauration 0,6 4,5 3,3 4,9 6,2 1,7 3,8 3,4 17,6 0,4-15,9 17,4 4,8 0,3-7,1 1,3 5,2 5,7 2,1 8,0-1,2 2,5 3,9 2,0 Autres (2) -1,5 4,0 0,3 4,0 3,4 5,4 2,0 6,7-1,6 3,7 2,8 2,5 1,6 5,6 0,7-2,7 3,0 4,0 0,9 0,5 1,0 1,2 2,9 1,6 Administration publique 12,3 8,8 12,0 6,3 4,0 6,6 6,1 3,3 5,0 1,7 7,5 2,9 4,9-0,3 5,7 5,0 2,2 3,2 2,5 1,4 4,6 10,6 5,5 3,2 PIB global -2,8 9,6-0,6 4,3 6,3 8,3-2,6 10,4 2,5 3,9 6,9-4,1-1,0 10,4-6,6 12,2-2,2 7,7-0,1 1,0 6,5 3,2 3,5 2,9 (1) Variation annuelle moyenne sur la période en question. (2) Les institutions financières, services marchands imputés et autres services marchands non financiers. 3

19 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI Structure de la valeur ajoutée réelle par principales branches de la comptabilité nationale (1) 83-92(1) 93-01(1) Secteur primaire 18,4 13,5 16,7 15,0 14,9 16,6 21,0 16,5 19,6 20,0 18,3 20,8 14,0 13,2 19,3 11,6 18,3 13,8 16,4 13,7 11,5 13,8 16,2 17,8 14,6 Secteur secondaire 30,9 32,6 30,6 31,2 30,3 30,2 28,1 29,3 28,7 27,7 29,1 27,3 29,1 29,2 27,5 30,7 28,7 31,0 29,4 30,3 30,7 30,4 31,4 29,0 29,8 Mines 4,6 4,8 4,2 4,4 4,4 4,2 3,7 3,8 3,8 3,1 3,3 2,7 2,9 2,9 2,8 3,1 2,8 3,3 3,0 2,9 2,7 2,8 4,5 3,6 2,9 Energie 3,2 3,3 3,1 3,3 3,2 3,2 3,1 3,4 3,3 3,4 3,5 3,4 3,7 3,8 3,7 4,6 4,6 5,0 4,9 5,1 5,0 5,1 3,2 3,4 4,7 Industries manufacturières 16,8 17,6 16,9 17,7 17,7 17,8 16,6 17,6 16,9 16,4 17,6 16,9 18,1 18,1 17,1 18,9 17,4 18,4 17,4 17,9 18,3 18,0 17,1 17,3 17,9 Industrie agroalimentaire 4,4 4,7 4,4 4,5 4,3 4,2 3,9 4,0 3,6 3,7 3,7 3,7 4,0 4,0 3,7 4,1 3,8 3,8 3,8 3,7 4,5 3,9 3,8 Industrie du textile et cuir 4,4 4,5 4,2 4,4 4,3 4,0 3,9 4,2 4,0 4,3 4,3 4,3 4,6 4,7 4,4 4,9 4,4 4,6 4,4 4,4 4,3 4,2 4,5 Industrie chimique et parachimique 5,1 5,2 5,4 5,8 6,1 6,1 5,8 6,2 6,2 5,2 6,3 5,9 6,5 6,6 6,2 6,9 6,4 7,0 6,5 6,8 5,2 6,0 6,6 Industrie mécanique et métallurgique 2,6 2,7 2,5 2,5 2,4 2,9 2,5 2,5 2,4 2,5 2,5 2,3 2,4 2,2 2,3 2,5 2,2 2,3 2,2 2,3 2,6 2,5 2,3 Industrie électrique et électronique 0,4 0,4 0,4 0,5 0,5 0,6 0,6 0,6 0,6 0,8 0,8 0,7 0,7 0,7 0,5 0,6 0,5 0,6 0,6 0,7 0,4 0,6 0,6 Bâtiment et travaux publics 6,3 7,0 6,5 5,9 5,0 5,1 4,7 4,5 4,7 4,9 4,8 4,3 4,3 4,4 3,9 4,2 3,9 4,3 4,2 4,4 4,7 4,6 6,6 4,8 4,3 Services marchands (y compris DTI) 38,8 40,1 39,1 38,5 39,2 38,0 35,9 37,9 36,4 36,6 37,3 36,4 40,3 40,1 37,4 39,8 36,2 37,7 37,4 38,9 40,4 38,8 39,3 37,6 38,5 Commerce (y compris DTI) 20,7 21,5 21,3 20,1 20,9 20,2 18,9 19,9 19,2 19,7 20,4 20,4 22,5 21,4 19,7 20,7 19,3 19,9 19,9 20,7 21,6 21,0 21,2 20,2 20,5 Transports & Communications 5,2 5,6 5,4 5,8 5,7 5,6 5,2 5,6 5,2 5,2 5,3 5,1 5,9 6,5 6,1 6,7 6,1 6,4 6,5 7,0 7,6 7,2 5,4 5,4 6,7 Hébergement et restauration 1,5 1,5 1,4 1,5 1,5 1,5 1,4 1,5 1,4 1,6 1,6 1,2 1,5 1,6 1,4 1,4 1,3 1,4 1,4 1,4 1,5 1,4 1,5 1,5 1,4 Autres (2) 11,4 11,5 11,0 11,1 11,0 10,7 10,4 10,9 10,6 10,1 10,1 9,7 10,4 10,7 10,2 11,0 9,5 10,0 9,7 9,8 9,7 9,2 11,3 10,5 10,0 Administration publique 11,9 13,7 13,6 15,3 15,6 15,3 15,0 16,3 15,3 15,7 15,3 15,4 16,5 17,5 15,8 17,9 16,8 17,5 16,8 17,2 17,3 17,0 13,1 15,6 17,1 PIB global 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 (1) Structure annuelle moyenne sur la période en question. (2) Les institutions financières, services marchands imputés et autres services marchands non financiers. Contribution des principales branches de la comptabilité nationale à la croissance du PIB réel (1) 83-92(1) 93-01(1) Secteur primaire -5,3 4,7-1,7 0,6 2,8 6,1-4,9 5,2 0,9-1,0 4,0-7,4-1,0 8,1-8,5 9,0-4,8 3,8-2,7-2,0 3,1-0,3 0,3 0,4 Secteur secondaire 0,8 0,9 0,4 0,4 1,8 0,3 0,5 2,4-0,3 2,5 0,2 0,6-0,3 1,2 1,2 1,5 1,6 0,7 0,8 0,8 1,6 0,8 0,9 1,0 Mines 0,1-0,2 0,2 0,3 0,0-0,1 0,0 0,5-0,7 0,3-0,4 0,1-0,1 0,2 0,0 0,1 0,4-0,1 0,0-0,2 0,2-0,1 0,0 0,1 Energie 0,0 0,1 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0,0 0,3 0,6 0,6 0,3 0,3 0,2 0,0 0,4 0,0 0,2 0,3 Industries manufacturières 0,3 0,9 0,7 0,8 1,3 0,2 0,5 1,0-0,1 1,9 0,6 0,5-0,2 0,7 0,6 0,6 0,6 0,4 0,5 0,6 0,8 0,6 0,7 0,5 Industrie agroalimentaire 0,2 0,2 0,0 0,1 0,2-0,1 0,0 0,0 0,1 0,2 0,2 0,2 0,0 0,1 0,0 0,2-0,1 0,3 0,0 0,2 0,1 0,1 Industrie du textile et cuir 0,0 0,1 0,3 0,1 0,0 0,2 0,2 0,2 0,4 0,2 0,3 0,1 0,1 0,2 0,2 0,0 0,2 0,1 0,0 0,0 0,2 0,1 Industrie chimique et parachimique 0,0 0,7 0,4 0,6 0,4 0,2 0,2 0,7-0,9 1,4 0,0 0,3 0,1 0,2 0,3 0,3 0,4 0,0 0,2 0,3 0,3 0,2 Industrie mécanique et métallurgique 0,1 0,0 0,0 0,0 0,6-0,2 0,0 0,2 0,1 0,1 0,0 0,0-0,2 0,2 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 Industrie électrique et électronique 0,0 0,0 0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,2 0,1 0,0-0,1 0,0-0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,1 0,0 Bâtiment et travaux publics 0,5 0,1-0,6-0,7 0,4 0,0-0,2 0,6 0,3 0,1-0,2-0,2 0,0-0,1 0,0 0,2 0,3 0,2 0,2 0,3 0,3 0,3 0,0 0,2 Services marchands 0,3 2,8-0,9 2,4 1,2 0,9 1,0 2,3 1,1 2,2 1,7 2,3-0,6 1,2-0,2 0,8 0,7 2,6 1,4 2,0 0,9 1,5 1,4 1,0 Commerce (y compris DTI) 0,2 1,9-1,3 1,7 0,5 0,3 0,5 1,3 1,0 1,5 1,4 1,3-1,3 0,2-0,3 0,9 0,2 1,5 0,8 1,2 0,7 1,0 0,8 0,4 Transports & Communications 0,2 0,3 0,4 0,2 0,2 0,0 0,3 0,2 0,1 0,3 0,2 0,5 0,5 0,3 0,1 0,2 0,1 0,6 0,5 0,7 0,1 0,3 0,2 0,3 Hébergement et restauration 0,0 0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,2 0,0-0,2 0,2 0,1 0,0-0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 Autres (2) -0,2 0,5 0,0 0,4 0,4 0,6 0,2 0,7-0,2 0,4 0,3 0,2 0,2 0,6 0,1-0,3 0,3 0,4 0,1 0,0 0,1 0,1 0,3 0,2 Administration publique 1,5 1,2 1,6 1,0 0,6 1,0 0,9 0,5 0,8 0,3 1,2 0,5 0,8-0,1 0,9 0,9 0,4 0,6 0,4 0,2 0,8 1,4 0,9 0,6 Croissance du PIB global -2,8 9,6-0,6 4,3 6,3 8,3-2,6 10,4 2,5 3,9 6,9-4,1-1,0 10,4-6,6 12,2-2,2 7,7-0,1 1,0 6,5 3,2 3,5 2,9 (1) Contribution annuelle moyenne sur la période en question. (2) Les institutions financières, services marchands imputés et autres services marchands non financiers. 4

20 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI Structure du PIB réel par principales branches de la comptabilité nationale Administration publique (Services marchands (y compris DTI Bâtiment et travaux publics 40 Industries manufacturières 30 Energie 20 Mines 10 Secteur primaire

21 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI Equilibre ressources emplois (aux prix courants) (En millions de DH) Importations de biens et services (1) PIB Total des ressources Consommation finale intérieure Consommation des Administrations Publiques Consommation des Ménages FBCF Variation des Stocks Exportations des Biens et services (1) Total des emplois (1) y compris AT Source : - Direction de la Statistique - Office des changes pour les AT Variation des éléments de l'équilibre ressources emplois (aux prix courants) En % Importations de biens et services - 33,5 12,7-3,8 31,7 12,4 0,5-0,2 9,1 17,9 22,8 3,9 6,8 3,1 7,8 14,7-1,5 6,7 9,0 5,4 13,6 4,5 22,7 9,6 6,9 Consommation finale intérieure - 9,1 14,5 6,6 14,8 11,9 21,7 1,6 10,9 9,1 8,8 15,0 2,5 1,9 12,6 3,1 12,3-2,1 7,6-0,2 4,8 8,0 11,8 10,1 5,2 Consommation des ménages - 8,6 14,9 9,0 17,1 10,7 23,0 1,2 10,2 9,3 8,9 15,2 1,2-0,2 14,2 3,3 12,9-3,8 7,1-2,1 5,5 7,4 11,7 10,4 4,8 Consommation publique - 10,9 12,7-2,2 5,1 17,4 15,8 3,7 13,8 8,5 8,4 14,3 8,4 10,3 6,2 2,4 9,9 5,2 9,5 6,7 2,3 10,2 11,8 9,2 5,8 FBCF - 24,5 23,7-4,5 7,1 15,3 10,2-4,1 17,7 18,6 15,6 5,5 1,2 4,1 2,1 4,3 2,6 6,2 15,1 8,1 4,2-0,1 24,1 7,9 5,1 Exportations de biens et services - 25,9 10,1 14,2 27,4 14,9 5,2 7,0 29,7-2,5 24,0 8,7-1,3 8,7 9,9 13,8 1,9 11,5 4,2 5,9 6,7 6,8 17,8 12,2 7,7 Epargne nationale brute - -9,0 33,1 16,0 13,2 34,8 25,4 3,1 13,1 0,7 32,7-1,2 2,9-3,1 5,9-11,7 29,0 3,5 15,1 4,6 0,3 35,1 10,0 13,4 4,3 Part dans le PIB des éléments de l'équilibre ressources emplois (aux prix courants) En % Importations de biens et services 26,3 32,9 31,6 28,5 33,1 32,3 27,1 26,7 25,1 27,8 31,0 28,3 30,1 30,3 29,2 33,2 28,8 30,9 31,1 32,6 36,2 35,0 30,4 28,9 32,1 Propension moyenne à consommer 87,1 89,1 86,7 86,7 87,8 85,2 86,8 87,1 83,3 85,1 84,4 85,3 86,9 86,6 86,9 88,9 88,0 86,5 86,1 85,4 87,5 87,3 87,6 85,7 87,0 Consommation des Administrations Publiques 18,3 19,1 18,3 16,8 15,6 15,8 15,4 15,7 15,4 15,7 15,5 15,6 16,8 18,1 17,1 17,4 16,9 17,8 18,0 19,1 19,1 19,5 18,6 15,8 18,2 Consommation des Ménages 68,7 70,0 68,4 69,9 72,2 69,4 71,4 71,4 67,9 69,4 68,9 69,7 70,1 68,5 69,8 71,5 71,2 68,7 68,1 66,3 68,3 67,9 69,0 69,9 68,8 Taux d'investissement (1) 22,2 26,0 27,3 24,4 23,1 23,1 21,3 20,2 20,5 22,8 24,0 22,2 22,3 22,8 20,7 21,4 19,4 20,7 22,0 23,7 24,1 22,3 25,3 22,3 21,9 Taux d'investissement brut (2) 24,2 26,1 28,2 24,0 25,3 27,1 22,8 21,1 21,1 23,7 25,2 22,6 23,2 22,5 21,3 20,7 19,6 20,7 22,2 23,1 23,6 22,8 26,3 23,4 21,9 Taux d'exportation 15,0 17,7 16,6 17,8 20,0 19,9 17,6 18,5 20,8 18,9 21,4 20,4 20,0 21,3 20,9 23,6 21,2 23,7 22,9 24,1 25,1 24,8 16,5 19,7 23,2 (1) FBCF/PIB (2) (FBCF + Variation des stocks)/pib 6

22 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Direction de la Politique Economique Générale/ DI/ SBDCI Structure du PIB réel avant, au cours et après l'ajustement Evolution des taux d'épargne et du taux d'investissement ,1 15,6 17, Investissement brut/pib ,3 37,6 38, Taux d'épargne nationale brute ,4 29,0 29,8 18 Taux d'épargne intérieure brute ,2 17,8 14, Secteur primaire Secteur secondaire Services marchands Administration publique

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Compétitivité des exportations au Maroc

Compétitivité des exportations au Maroc Royaume du Maroc Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les documents de travail engagent cependant la responsabilité

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012

Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012 Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012 1 1. Tendances économiques et commerciales mondiales 2. Configuration du commerce mondial en 2011 3. Tendances de la balance commerciale marocaine

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Direction des Etudes et des Prévisions Financières Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des principaux indicateurs économiques, financiers et sociaux novembre 9 Table des matières Indicateurs macro-économiques 1 Comptes de

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Bulletin de La conjoncture économique Marocaine

Bulletin de La conjoncture économique Marocaine Bulletin de La conjoncture économique Marocaine 1- Indicateurs économiques et financiers 2- Conjoncture sectorielle 3- Faits marquants 3eme trimestre 2011 Contacts : Département Analyse & Corporate Loubna

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS

INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS è INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS IMEE N 11/2011 Le chiffre du mois Les recettes MRE ont atteint à fin novembre 2011 53,7Milliards de dirhams contre 49,7Milliards de dirhams un an auparavant.

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE, MONETAIRE ET FINANCIERE

REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE, MONETAIRE ET FINANCIERE REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE, MONETAIRE ET FINANCIERE Octobre 2 Le présent document a été préparé sur la base des données statistiques arrêtées le 7 octobre 2 Table des matières Vue d ensemble...5

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC -=-=-=- OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- BALANCE DES PAIEMENTS 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC FORUM SUR LE COMMERCE EN AFRIQUE DU NORD 19-20 Février 2007, Marrakech Session parallèle 2: «concilier facilitation du commerce et conformité avec les normes de gouvernance financière» REFORME DU SECTEUR

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE

REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE Janvier 215 REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE, MONETAIRE ET FINANCIERE Janvier 215 Le présent document a été préparé sur

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

STATISTIQUE DU COMMERCE E X T E R I E U R STATISTIQUES DU COMM- MERCE EXTERIEUR

STATISTIQUE DU COMMERCE E X T E R I E U R STATISTIQUES DU COMM- MERCE EXTERIEUR STATISTIQUE DU COMM- DU COMMERCE MERCE EXTERIEUR E X T E R I E U R Statistique du Commerce Extérieur S E R I E Statistiques du commerce extérieur I - Introduction Les statistiques des échanges commerciaux

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 35 / 2015 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 16 juin 2015 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

Le modèle de croissance marocain : opportunités et vulnérabilités

Le modèle de croissance marocain : opportunités et vulnérabilités Juin 214 / N o 14 Macroéconomie & développement Introduction Depuis la crise financière internationale de 28, les pays de la région du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord (Middle East and North Africa,

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 36 / 2015 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 22 septembre 2015 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca)

Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca) Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue»

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» PRÉSENTATION DES RÉSULTATS AU 30 JUIN 2010 «Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» Attijariwafa bank - Résultats au 30 juin 2010 1 Sommaire Conjoncture macro-économique et financière

Plus en détail

Quelle Education-Formation, Quel Emploi pour le Maroc de demain?

Quelle Education-Formation, Quel Emploi pour le Maroc de demain? ROYAUME DU MAROC CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE ET DE L'AVENIR Quelle Education-Formation, Quel Emploi pour le Maroc de demain? Programme d'action pour une meilleure articulation entre l'education, la

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Note de Conjoncture. Version provisoire. Sommaire VUE D ENSEMBLE

Note de Conjoncture. Version provisoire. Sommaire VUE D ENSEMBLE Note de Conjoncture < N 219 Mai 215 La croissance de l économie mondiale se poursuit à un rythme soutenu, dans un contexte Version provisoire marqué par des niveaux bas des cours de pétrole et par des

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation L'épargne intérieure au Maroc Décembre 2001 Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail