Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :"

Transcription

1 Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril

2 Communiqué de synthèse La prévention, le soin et la recherche en cancérologie constituent un défi de santé publique majeur, et plus encore en Picardie qui voit sa population particulièrement exposée aux risques de cancer. Pour relever ces défis et mettre en œuvre les meilleures avancées scientifiques sur le sujet, le CHU Amiens Picardie crée le Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC), désormais pôle de référence régional pour les professionnels de santé, les patients et les chercheurs. Ce centre rassemble les services et les expertises du CHU dans une organisation centrée autour du patient et de sa prise en charge. Il coordonne l action de tous les acteurs et concentre les moyens de diagnostic, de traitement, de suivi et de recherche en s adossant à un plateau technique de dernière génération. Il mobilise plus de 400 professionnels de santé rompus à la prise en charge des patients atteints de cancer, dont 96 médecins spécialisés et internes. Il réalisera en 2014 environ hospitalisations dont concerneront des jeunes de moins de 18 ans. Le Centre Régional Universitaire de Cancérologie est désormais la nouvelle référence en matière de prise en charge des cancers pour tous les habitants de la Picardie. Contact presse : service communication Avril

3 Une réponse aux enjeux régionaux et nationaux en matière de Cancer En Picardie, les taux de mortalité chez l homme et chez la femme sont dans les plus élevés de France comme le reste de la région Nord dans son ensemble. Cette situation régionale est multifactorielle : elle est associée aux caractères socio-économiques régionaux, elle est la conséquence d un déficit en terme de prévention, formation, dépistage mais aussi structurelle. Les progrès déjà réalisés depuis quelques années doivent être confortés. Au cours des deux dernières décennies, la pratique de la cancérologie a dû faire face à des évolutions considérables : - Augmentation de la fréquence des cancers en partie liée au vieillissement de la population et des files actives de patients liées à l amélioration de leur survie. Ces deux éléments sont associés à une augmentation considérable des besoins en cancérologie. - Sophistication des plateformes d explorations en imagerie, en endoscopie, etc permettant une amélioration du diagnostic et de la surveillance. Utilisation de nouvelles techniques de diagnostic en anatomo-pathologie justifiant des expertises spécifiques dans chaque type de cancer ou d hémopathie. - Intervention quasi constante de l ensemble du plateau technique, biochimie, hématologie, immunologie, génétique nécessitant une spécialisation et une constante évolution technique dans la caractérisation des tumeurs et l orientation des traitements. - Amélioration des «schémas thérapeutiques personnalisés» utilisant de nouveaux médicaments et des bio-marqueurs spécifiques et nécessitant une expertise encore rare. - Développement des prises en charge ambulatoire, médicale et chirurgicale justifiant de nouvelles organisations des établissements de santé. - Pour l hématologie, alourdissement considérable des schémas thérapeutiques justifiant le recours croissant à des structures spécialisées capables de gérer les aplasies longues ou les greffes autologues ou allogéniques de cellules souches hématopoïétiques. - Nécessité couteuse de mise en conformité réglementaire des différentes structures dans la prise en charge. La nécessité de mettre en place une prise en charge globale du cancer avec les consultations d annonce, le plan personnalisé de soins, l accompagnement de la maladie par les soins de support. Avril

4 2014 consacrera un nouveau positionnement de la Cancérologie publique au service de la population et d une dynamique régionale, par la création d un Centre Régional Universitaire de Cancérologie au sein du CHU d Amiens Picardie (CeRUC). Cette structure renforcera la fonction de recours et de référence, mise à la disposition de la région et des acteurs en cancérologie, en lien étroit avec l ensemble des structures régionales et nationales. Une réorganisation profonde a été engagée par le CHU pour mettre en œuvre ce projet ambitieux de CeRUC, dont les objectifs sont de faire bénéficier à la population picarde les développements d une recherche clinique et translationnelle active et d assurer une équité d accès aux soins, quel que soit le lieu de vie des patients. Le Centre Régional Universitaires de Cancérologie du CHU d Amiens Picardie sera centre de recours régional et a pour mission : - d améliorer la qualité de la prise en charge des patients atteints de cancer avec une meilleure identification de la filière cancérologie et une optimisation du parcours de soins, - de développer l expertise des spécialités d organes en rapport avec la cancérologie, - de facilité l accès aux soins pour la population de la région, - de collaborer avec les établissements de la région et d améliorer les partenariats avec les professionnels de proximité et les représentants des patients, - de développer la recherche clinique, translationnelle et fondamentale dans le cadre de la dynamique universitaire, de structurer le projet d enseignement et de formation en cancérologie sur les sites du CHU, d être centre de recours régional. Ce projet répond totalement aux exigences territoriales et régionales en matière de cancérologie. Il représente une émanation directe du CHU, répondant aux directions impulsées par l INCa dans le cadre des plans Cancer et en association avec lui, dans le cadre de conventions signées antérieurement. Par sa dimension clinique, sa prise en charge globale de la pathologie oncologique, son plateau technique, ses activités de recherche et de formation, le CeRUC, unique structure universitaire, se positionne comme recours et garant d un meilleur accès à l innovation et aux soins pour les patients de la région. La qualité des équipes médicales, paramédicales et administratives, leur synergie ont permis la création de ce centre. Le CeRUC s intégrera dans la politique de l Agence Régionale de Santé Picardie et travaillera avec les centres hospitaliers de Picardie et les réseaux régionaux. Il participera activement à la mise en place de programmes d éducation thérapeutique, à l information des patients et sera un centre d expertise auprès des tutelles. Avril

5 Le CeRUC concentre les moyens du CHU dans une nouvelle organisation Les différents secteurs : - Consultation Oncologie (Pr B. CHAUFFERT) et Hématologie (Pr J.P. MAROLLEAU) (2013 : + de consultations) ; Depuis octobre 2013, mise en place d une consultation d Oncogériatrie (Dr R. FOURNIER) en collaboration avec l Unité de Coordination Oncogériatrique du Dr CAROLLA. - Hôpital de Jour commun Oncologie et Hématologie de plus de 50 lits (+ de passages par an) ; Celui-ci regroupera dans un futur proche l ensemble des Hôpitaux de jour de chimiothérapie du CHU. - Hospitalisation conventionnelle : Oncologie : 17 lits L Oncologie prend en charge l ensemble des pathologies cancéreuses mais a développé une compétence particulière dans la cancérologie digestive, cervicofaciale, les sarcomes, les cancers d origine indéterminée, la neuro-oncologie et l oncogériatrie. La dynamique du service et l implication dans les projets de recherche clinique et fondamentale permettent de susciter des vocations avec un nombre grandissant d étudiants en DES et en DESC. Hématologie : 2 services (conventionnelle : 10 lits Soins intensifs allogreffe : 20 lits) Toutes les pathologies hématologiques malignes sont prises en charge. En juillet 2012, réalisation de la première allogreffe de cellules souches hématopoïétiques en Picardie. Le service d Hématologie répond ainsi aux besoins de la région et conforte sa position de recours. Son implication dans le domaine de la recherche clinique et fondamentale est constante. Le développement de toutes ces activités n a pu se Avril

6 faire qu avec le soutien et l aide de la Région Picardie et des Fonds Européens de développement Régional (FEDER). - Radiothérapie (Dr A. COUTTE) comporte trois accélérateurs à particules dont deux dits «en miroir» avec la technique RapidArc-IMRT pour les tumeurs des voies aérodigestives supérieures, les tumeurs encéphalique et les tumeurs pelviennes, un scanner de simulation et deux projecteurs de source type PDR pour la curiethérapie à bas débit pulsé. En 2014 sera mise en place la radiothérapie en conditions stéréotaxiques et la curiethérapie à haut débit de dose. Ces techniques permettront une plus grande précision, une meilleure tolérance et un temps de traitement plus court. - Le Centre d Etude et de Traitement de la Douleur (Dr E. SERRA) qui s est engagé à mettre en place une permanence quotidienne de consultations antidouleur en Cancérologie. - les soins palliatifs avec son équipe mobile et son unité de soins (Dr M. DELLOUE). L unité de soins palliatifs se compose de dix chambres individuelles avec possibilité d accueil des familles, des enfants. Il permet l adaptation thérapeutique, le répit familial, l accompagnement de la fin de vie jusqu au décès. L Unité est associée à une équipe mobile de soins palliatifs (Dr C. JOSSE) qui met en œuvre des actions de conseils, soutien, concertation. L équipe mobile travaille en étroite concertation avec les professionnels des autres services cliniques. Son action se fait dans le respect de la loi Leonetti. L équipe mobile de soins palliatifs participe à l orientation du patient à sa sortie en partenariat avec les réseaux de ville. Avril

7 - Le service d Anatomie et Cytologie Pathologiques (Pr H. SEVESTRE) : (+ de actes par an) qui a su renforcer au fil des années les plus hautes exigences techniques et médicales dans l interpénétration forte des savoirs et enjeux de l Anatomie et Cytologie Pathologiques en Cancérologie. Il est dépositaire de la Tumorothèque de Picardie. Ce laboratoire travaille en relation étroite avec : - La Laboratoire d Oncobiologie Moléculaire (Dr B. GUBLER). Cette plateforme régionale, labélisée par l INCa, répond aux exigences de la Cancérologie moderne tant en diagnostique qu en thérapeutique permettant une meilleure utilisation des thérapeutiques ciblées. Le service d Anatomie et Cytologie Pathologiques ainsi que le Laboratoire d oncobiologie Moléculaire sont en constante évolution technique, révolution couteuse mais indispensable à la prise en charge des patients. Le CeRUC est la réponse au développement de ces nouvelles technologies. Avril

8 - Département Interdisciplintaire des Soins de Support pour le patient en Oncologie (DISSPO) (Dr E. SERRA, Dr M. BEAUMONT) Les soins de support constituent l ensemble des soins nécessaires aux personnes malades parallèlement aux traitements spécifiques oncologiques. Ils s appuient sur un travail coordonné et multidisciplinaire pour proposer au patient cancéreux une prise en charge dans sa globalité et sa singularité quel que soit le moment de sa maladie. Au sein du DISSPO sont regroupées les activités suivantes : Prise en charge psychologique pour le patient et/ou pour ses proches. Les enfants dont l un des parents est atteint d un cancer peuvent également bénéficier d un soutien («petits et grands dires). Sophrologie Prise en charge de la douleur aiguë ou chronique, liée à la maladie et/ou aux traitements Prise en charge des troubles alimentaires et suivi diététique (atelier du goût) Prise en charge sociale au sens large avec mise en place d une consultation pour l étiologie des cancers professionnels et le maintien dans l emploi Conseil en image corporelle par une infirmière formée à la socioesthétique Ateliers de qi gong (exercices de santé chinois) Activité physique adaptée Ateliers d art-thérapie (mise en place prochaine) Consultation de prévention des cancers (mise en place prochaine) Le CHU, par le CeRUC, est le premier établissement hospitalier de Picardie à proposer une telle offre. Le CeRUC travaille en étroite collaboration avec des Unités fonctionnelles de cancérologie d organes possédant toutes les technologies modernes, tant diagnostiques que thérapeutiques. Ce sont des équipes chirurgicales spécialisées (Chirurgie hépatique Pr J.M. REGIMBEAU Chirurgie plastique Pr R. SINNA), en particulier dans la reconstruction faciale (Pr B. DEVAUCHELLE). L ensemble des services seront regroupés dans un lieu unique avec l ouverture du Nouveau CHU. Ils interagissent en permanence, favorisant une meilleure prise en charge des patients en Cancérologie. Avril

9 Le CeRUC facilite la prise en charge des patients - La mise en place de chemins cliniques permettant une réduction des délais de prise en charge pour les nouveaux patients Les chemins cliniques permettent dans un délai rapide de coordonner l ensemble des rendezvous : consultation clinique, exploration, imagerie, biopsie (prélèvement) et pose d accès vasculaire. Cette organisation permet la synthèse et la présentation du dossier du patient en réunion de concertation pluridisciplinaire. Des filières sont déjà organisées : signalons la clinique du sein et le circuit du ganglion qui existent maintenant depuis deux ans et ont démontré la preuve de leur efficacité. De nouveaux parcours patients seront développés pour améliorer la rapidité de la prise en charge. - La mise en place d un dossier médical informatisé Ce dossier de cancérologie commun est individualisé et comprend toutes les informations du patient. Il permet à n importe quel instant et dans le cadre de l urgence un accès à toutes les informations nécessaires pour une meilleure prise en charge du patient. Il favorise l échange d informations entre les professionnels. Y seront intégrés progressivement le recueil d informations externes (compte rendu de radiologie, anatomopathologie, courrier, bilan sanguin ). Ce dossier médical exhaustif simple à consulter pourra être communiquant avec le dossier médical personnalisé et le DCC permettant ainsi au patient d avoir rapidement un accès à son dossier médical de même que pour les médecins traitants. - Le renforcement des relations avec l ensemble des professionnels de santé de Picardie Une participation interdisciplinaire des professionnels libéraux permettra une amélioration constante de la prise en charge des patients, du transfert de l information. - Le développement du dépistage, de la prévention, de l information Par sa dimension régionale, le Centre régional et universitaire de cancérologie participe aux actions de santé publique. Il est en relation et adossé au Registre des Cancers de la Somme, labellisé par le Réseau National FRACIM. Avril

10 Le CeRUC renforce la recherche et l enseignement - Recherche A côté de la pratique quotidienne de la prise en charge des patients, la recherche clinique, fondamentale et l innovation sont devenues indispensables pour améliorer le taux de guérison. La recherche clinique est de plus en plus professionnelle et nécessite des infrastructures complexes et des moyens considérables. Elle s appuie sur la Direction de la Recherche Clinique (DRCI) et sur des Centres de Recherche Clinique avec du personnel dédié aux différentes étapes de l activité. Elle nécessite des structures de soins dédiées, des centres de ressources biologiques, des plateformes technologiques diverses qui sont garants de l innovation et de l accès aux thérapeutiques nouvelles. - La recherche clinique s effectue au sein d un Centre de Recherche Clinique en cancérologie (CRCc) en association avec la Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation. Le nombre de protocoles et d inclusions est en augmentation constante depuis plusieurs années : environ 150 études cliniques ouvertes avec plus de 430 patients inclus, depuis La recherche fondamentale s effectue au sein de l équipe d accueil labélisée EA 4666 intitulée Lymphocyte Normal Pathologique et Cancers dirigée par le Pr J.P. MAROLLEAU. Quatre axes de recherche y sont développés : Hépatocarcinome, ONCOSIDE en collaboration avec le Laboratoire de Chimie du Professeur Denis POSTEL, Leucémie lymphoïde chronique et reconstruction faciale après chirurgie carcinologique. L ensemble de ces activités de recherche est fortement soutenu par la Région Picardie et le CHU. - La recherche c est aussi la recherche en soins infirmiers dont les travaux ont fait l objet de nombreuses présentations nationales et ont permis l obtention d un prix Laurette Fugain pour le travail sur le goût. - Enseignement et formation - Responsables des DES d Hématologie, Oncologie, Radiothérapie. Formation post universitaire. Répartition des internes et formation post internat (CCA, assistant partagé ) - Participation active à une politique régionale en matière de cancérologie en rapport avec les instances. Formation médicale continue en rapport avec les médecins de ville - Organisation de réunions scientifiques et de la Journée de Cancérologie du CHU d Amiens - Formation paramédicale Avril

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 Communiqué de presse, le 7 janvier 2014 L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 L Institut de Formation des Professions de Santé du CHRU de Tours

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 1. OU EN EST LE CENTRE HOSPITALIER DE LOURDES? En dépit du contexte difficile que connaît le milieu de la santé, le Centre Hospitalier de Lourdes poursuit sa progression.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

LA PHARMACIE : UNE FORMATION, DES MÉTIERS

LA PHARMACIE : UNE FORMATION, DES MÉTIERS LA PHARMACIE : UNE, DES MÉTIERS TOUS LES MÉTIERS DE LA PHARMACIE SUR WWW.ORDRE.PHARMACIEN.FR Dr Gérard NOËT Pharmacien biologiste médical à Paris Pourquoi choisir «Pharmacie»? La Santé est un secteur d

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Projet d établissement 2012-2016. Projet de Prise en charge du Patient Synthèse

Projet d établissement 2012-2016. Projet de Prise en charge du Patient Synthèse Projet d établissement 2012-2016 Projet de Prise en charge du Patient Synthèse 1 Les axes stratégiques du Projet de Prise en charge du Patient Le CHR de La Réunion occupe déjà une place importante dans

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Un des plus grands services de médecine nucléaire en France

Un des plus grands services de médecine nucléaire en France Dossier de presse 1 Mai 2013 Jérôme Céa Jérôme Céa Un des plus grands services de médecine nucléaire en France Le Département de médecine nucléaire du Centre Léon Bérard et le service de médecine nucléaire

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 1 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé.

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Les référentiels régionaux : quels liens avec les recommandations de l INCa et les sociétés savantes? Eric Bauvin Réseau Oncomip Association des Coordonnateurs de

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL

Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL Mardi 15 novembre 2011- Espace Vianey -Quai de la Rapée- Paris 12 FHF CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 Des pôles cliniques

Plus en détail

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Dossier de presse 2012 Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Contact presse Tél : 01 48 03 72 47 Charlotte RICHARD Courriel : communication@canceropole-idf.fr VOIR LE CANCER : une

Plus en détail

clinique monticelli-vélodrome 1er centre ambulatoire de Marseille Présentation du projet architectural - 26 juin 2014 www. generale-de-sante-fr

clinique monticelli-vélodrome 1er centre ambulatoire de Marseille Présentation du projet architectural - 26 juin 2014 www. generale-de-sante-fr clinique monticelli-vélodrome 1er centre ambulatoire de Marseille Présentation du projet architectural - 26 juin 2014 www. generale-de-sante-fr COMMUNIQUE DE PRESSE Marseille, le 26 juin 2014 GENERALE

Plus en détail

Projet Éducatif Territorial 2013-2015

Projet Éducatif Territorial 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine- Saint-Denis agissant

Plus en détail

DES BÉNÉVOLES DE LA CROIX-ROUGE EN FORMATION AU SERVICE DES URGENCES DE LA CLINIQUE SAINTE ANNE À STRASBOURG DOSSIER DE PRESSE

DES BÉNÉVOLES DE LA CROIX-ROUGE EN FORMATION AU SERVICE DES URGENCES DE LA CLINIQUE SAINTE ANNE À STRASBOURG DOSSIER DE PRESSE DES BÉNÉVOLES DE LA CROIX-ROUGE EN FORMATION AU SERVICE DES URGENCES DE LA CLINIQUE SAINTE ANNE À STRASBOURG DOSSIER DE PRESSE CLINIQUE SAINTE ANNE CROIX-ROUGE URGENCES SECOURISME FORMATION PRÉVENTION

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Arnaud Pouillart Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise,

Plus en détail

APPEL A PROJETS CONJOINT. Sciences Humaines et Sociales en Cancérologie, BRIO, HEADS et La Ligue contre le Cancer de la Gironde 2015, AAPC SHS 2015

APPEL A PROJETS CONJOINT. Sciences Humaines et Sociales en Cancérologie, BRIO, HEADS et La Ligue contre le Cancer de la Gironde 2015, AAPC SHS 2015 APPEL A PROJETS CONJOINT Sciences Humaines et Sociales en Cancérologie, BRIO, HEADS et La Ligue contre le Cancer de la Gironde 2015, AAPC SHS 2015 Le SIRIC BRIO, La Ligue contre le Cancer de la Gironde

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE

INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE POSE DE LA PREMIERE PIERRE 9 SEPTEMBRE 2011 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr COMMUNIQUE DE SYNTHESE

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

LE METIER D INFIRMIER

LE METIER D INFIRMIER LE METIER D INFIRMIER L infirmier ou l infirmière «donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. Il participe à différentes

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine Travail en partenariat : illustration avec le Réseau de Cancérologie d Aquitaine Atelier CCECQA 23 septembre 2014 Dr V. Bousser Réseau de Cancérologie d Aquitaine (RCA) 70 membres (établissements de santé,

Plus en détail

GOCE «GRAND OUEST POUR LES CANCERS DE L ENFANT»

GOCE «GRAND OUEST POUR LES CANCERS DE L ENFANT» Diapositive 1/12 «GRAND OUEST POUR LES CANCERS DE L ENFANT» 8ème Congrès régional FHF Pays de la Loire : Parcours de santé 3 et 4 septembre 2015 Diapositive 2/12 L oncologie pédiatrique en France Les cancers

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND

TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND HISTORIQUE Lois Création des RCP Création des consultations LOIS Ce sont les Etats Généraux de 1998 des malades du cancer

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

PROJET D ÉTABLISSEMENT

PROJET D ÉTABLISSEMENT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS PROJET D ÉTABLISSEMENT 2016-2020 Éditorial Ce projet d établissement a été élaboré collectivement et dans le dialogue. C est le fruit d un travail participatif,

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN www.reseau-osean.com Passé Juin 1998 réunion d un groupe de travail association

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire Mardi 4 octobre 2011 dossier de presse Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire par Gilles ARTIGUES, vice-président chargé de l Education

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE Base réglementaire La formation: Article D 4391-1(Décret du 26 mars 2010) du Code de la santé publique

Plus en détail

Référentiel de formation des études paramédicales 2009

Référentiel de formation des études paramédicales 2009 Référentiel de formation des études paramédicales 2009 Plan Contexte d émergence de la réforme des études Principes du référentiel de formation Organisation de la formation Unités d enseignement et stages

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

L HÔPITAL NORD, PÔLE D EXCELLENCE DANS LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL

L HÔPITAL NORD, PÔLE D EXCELLENCE DANS LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL L HÔPITAL NORD, PÔLE D EXCELLENCE DANS LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DU CENTRE DE MÉDECINE FŒTALE ET DU LABORATOIRE DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE FOETO-MATERNELLE HÔPITAL NORD VENDREDI

Plus en détail

Les maisons de santé de proximité en Languedoc-Roussillon

Les maisons de santé de proximité en Languedoc-Roussillon Les maisons de santé de proximité en Languedoc-Roussillon Signature de la convention régionale relative aux maisons de santé de proximité Mercredi 16 juillet 2008 Georges Frêche, Président de la Région

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Assistance Publique Hôpitaux de Marseille L excellence pour tous, chaque jour L AP-HM RÉPOND À 3 GRANDES MISSIONS Les soins et la prévention L enseignement La recherche Avec 3 400 lits et places, l AP-HM

Plus en détail

Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue

Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue DOSSIER DE PRESSE le 14 décembre 2015 Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue Dans le cadre du Gérontopôle Régional de Saint-Etienne et pour répondre aux besoins croissants de prise en charge

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Convention de partenariat Etat/OPPBTP sur la prévention

Plus en détail

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l EHPAD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG 28/04/2011 XVème conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane «répond à un besoin de la population» «dans une

Plus en détail

Ministère de la santé de la famille et des personnes handicapées Paris, le 29 mars 2004 Direction de l hospitalisation Et de l organisation des soins

Ministère de la santé de la famille et des personnes handicapées Paris, le 29 mars 2004 Direction de l hospitalisation Et de l organisation des soins Ministère de la santé de la famille et des personnes handicapées Paris, le 29 mars 2004 Direction de l hospitalisation Et de l organisation des soins Sous-Direction de l organisation du système de soins

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Annonce en oncologie pédiatrique : création d une équipe ressource régionale. CNRC 2015, 1-2 octobre Amiens

Annonce en oncologie pédiatrique : création d une équipe ressource régionale. CNRC 2015, 1-2 octobre Amiens Annonce en oncologie pédiatrique : création d une équipe ressource régionale CNRC 2015, 1-2 octobre Amiens Le réseau OncoPed PL Le réseau régional ONCOPED PL existe depuis 2010 Une contractualisation en

Plus en détail

9 ème Colloque inter 3C

9 ème Colloque inter 3C 9 ème Colloque inter 3C L éducation thérapeutique du patient pour qui pourquoi? «Bien gérer sa thérapie orale au quotidien». Programme d éducation thérapeutique inter hospitaliers pour les patients recevant

Plus en détail

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1 Pôle UBAAR : urgences, bloc, ambulatoire, anesthésie et réanimation Hôpital de jour pluridisciplinaire (Livret réalisé par l équipe d infirmières de médecine, validé par le cadre) Galerie sainte Geneviève,

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail