INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM"

Transcription

1 INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM 1

2 SOMMAIRE Avant propos... page 3 Introduction... page Objet... page Définitions des termes... page 4 Principes de bonnes pratiques... page 6 I - Fonctionnement du laboratoire... page 6 I Organisation du laboratoire... page 6 I Personnel... page 7 I Installation... page 7 I Appareillage... page 7 I Réactifs, solutions et produits... page 8 I Elimination des déchets... page 8 II - Conduite de la recherche... page 9 II Projet de recherche... page 9 II Protocole... page 9 II Conduite d une recherche... page 10 II Rapport final de la recherche... page 11 III - Archivage... page 12 III Conservation de documents concernant la recherche... page 12 III Conservation des produits après étude... page 13 IV - Cessation d activité d un laboratoire... page 13 2

3 AVANT PROPOS Une démarche de sensibilisation des formations de recherche de l INSERM à la mise en œuvre des bonnes pratiques de laboratoire a été retenue comme un des six objectifs de travail de l intercommission n 2 de l INSERM Utilisation thérapeutique de produits humains et de produits de substitution. En effet, l application des bonnes pratiques de laboratoire apparaît de plus en plus indispensable aux activités des formations de recherche de l INSERM. Elle doit permettre d une part la valorisation des résultats obtenus par leurs personnels vis à vis de la communauté scientifique internationale et d éventuels partenaires d origine publique ou privée. D autre part, elle doit assurer un transfert fiable et rapide des produits issus de la recherche vers des applications à visée thérapeutique ou diagnostique. A cet effet, ce fascicule regroupe les notions essentielles des bonnes pratiques de laboratoire pouvant être suivies au sein des formations de recherche de l INSERM. Il a été rédigé à partir de documents internationaux 1 largement utilisés par les industriels, dans un souci d adaptation au contexte particulier de la recherche publique. Il n a pas comme finalité d entraver la liberté créative des chercheurs mais plutôt de leur permettre d exploiter au mieux le fruit de leur travail. Les recommandations contenues dans ce document constituent le plus souvent un rappel de tout ce qu il convient d organiser, de respecter, d étudier, de conserver et de vérifier afin de réaliser une recherche de qualité. Ainsi, la traçabilité des produits et des résultats, la rédaction de procédures opératoires standard et la tenue rigoureuse d un cahier de laboratoire sont des pratiques qui devraient devenir routinières dans les laboratoires de notre Institut. Ce document ne prétend pas se substituer aux réglementations existantes. Ainsi, les laboratoires de recherche impliqués dans la préparation de produits faisant l objet d études précliniques ou cliniques ont à suivre des règles de bonne exécution pour lesquelles des documents existent déjà (bonnes pratiques de fabrication 2 ) ou sont en cours de rédaction 3. De même, les bonnes pratiques de l expérimentation animale 9ont l objet d un décret 4. 1 Les principes de l O.C.D.E. de bonnes pratiques de laboratoire, monographie de l environnement n 45, 1992, révisée 1997 disponible sur le site ; Code of federal regulations - Vol. 21 Part 58 - Revised April 1997 : GLP for conducting nonclinical laboratory studies. 2 Bonnes pratiques de fabrication : La réglementation des médicaments dans l Union Européenne, Vol. IV ; Bonnes pratiques en thérapie cellulaire, Agence française du sang - 20 novembre Bonnes pratiques de laboratoire : Arrêté du 14 mars 2000 relatif aux bonnes pratiques de laboratoire (J.O. n 70 du 23 mars 2000 page 4465) 4 Décret n du 19 octobre 1987 modifié par le Décret n du 29 mai 2001 modifiant le décret n du 19 octobre 1987 pris pour l application de l article 454 du code pénal et du troisième alinéa de l article 276 du code rural et relatif aux expériences pratiquées sur les animaux 3

4 INTRODUCTION 1 - Objet Le présent fascicule de bonnes pratiques de laboratoire s adresse à toutes les personnes travaillant au sein des laboratoires de l INSERM, quelle que soit leur qualification. Le respect des recommandations a pour but d'assurer la qualité, la traçabilité et l'intégrité des données produites au cours de la recherche. Lorsqu'un laboratoire de l INSERM utilise les services d'un laboratoire sous-traitant, pour effectuer une analyse ou une autre prestation, il doit notifier au laboratoire de sous-traitance que cette prestation fait partie d un projet de recherche qui doit être effectué en conformité avec les bonnes pratiques de laboratoire. Les dispositions relatives aux études cliniques chez l homme 5 et à l utilisation des animaux de laboratoire 4 et des organismes génétiquement modifiés (OGM) 6, font l objet d une réglementation particulière et ne seront pas abordées dans le présent fascicule. 2 - Définitions des termes Les termes suivants, utilisés dans ce fascicule ont la signification indiquée ci-dessous : a - bonnes pratiques de laboratoire : ensemble des mesures permettant d'assurer au cours de la recherche, la qualité, la traçabilité et l'intégrité des données. Elles définissent les modes 5 Voir notamment à ce propos : Article L et suivant du Code de la Santé Publique relatifs aux Recherches biomédicales, Article R.5118 du Code de la Santé Publique pour les médicaments et produits soumis à autorisation, Arrêté du 9 décembre 1996 fixant les normes et protocole applicables aux essais analytiques, aux essais toxicologiques et pharmacologiques ainsi qu à la documentation clinique auxquels sont soumis les médicaments ou produits mentionnés à l article L.601 du Code de la Santé Publique (J.O.n 303 du 29 décembre 1996 page 19401) modifiée par l Arrêté du 3 mars 2000 (J.O n 58 du 9 mars 2000 page 3682) et par l Arrêté du 14 mars 2000 (J.O. n 65 du 17 mars 2000 page 4153), Avis aux expérimentateurs qui dirigent et surveille la réalisation d essais de sécurité sur les médicaments à usage humain ( J.O. n du 14 juin 2000 page, Bulletin Officiel solidarité Santé ). 6 Voir l article L531-1 et suivants du Code de l Environnement. 4

5 d organisation des recherches et les conditions dans lesquelles elles sont planifiées, réalisées, contrôlées, enregistrées et diffusées ; b - cahier de laboratoire : document source, quel que soit le support : papier (l utilisation d encre indélébile étant alors impérative) ou informatique, permettant le recueil des données brutes d une façon infalsifiable ; c - directeur du projet de recherche : responsable de la conduite complète d'une recherche. Si le directeur du projet de recherche n est pas le directeur de la formation de recherche, ce dernier est également responsable du projet de recherche ; d - données brutes : ensemble des comptes rendus : cahiers de laboratoire, rapports, mémorandums, notes ou leur copie conforme (quel que soit le support : papier ou informatique) qui sont le résultat des observations originales et des activités développées au cours de la recherche. Si des copies conformes des données brutes ont été effectuées, la copie conforme ou la transcription exacte peut remplacer les documents originaux comme donnée brute. Les données brutes peuvent inclure des photographies, des copies, des microfilms ou microfiches, des imprimés provenant d'enregistrements d'ordinateur, de supports magnétiques et données enregistrées à partir d'instruments automatisés ; e - échantillon : toute partie du produit prélevée au cours de la recherche pour examen ou analyse ; f - procédures opératoires standard : modes opératoires écrits qui décrivent la façon de réaliser certains protocoles ou travaux routiniers de laboratoire dont le détail ne figure normalement pas dans le projet de recherche ; g - produit : tout élément faisant l objet de la recherche ou servant de référence, de témoin ou de contrôle au cours de la recherche (médicament, produit chimique, produit biologique, produit électronique, matériel médical pour usage humain...) ; h - projet de recherche : document décrivant la justification, les objectifs, les protocoles et les méthodes statistiques de la recherche ; i - protocole : document décrivant les méthodologies utilisées au cours du développement du projet de recherche. 5

6 PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES I - FONCTIONNEMENT DU LABORATOIRE I Organisation du laboratoire a- chaque laboratoire doit élaborer des procédures opératoires standard rédigées par l ensemble du personnel du laboratoire et propres à assurer la qualité des résultats générés au cours des études menées dans le laboratoire ; b- les procédures opératoires standard doivent décrire précisément toutes les tâches et manipulations de routine effectuées dans le laboratoire ; c- les procédures opératoires standard doivent être constamment accessibles ; d- les procédures opératoires standard sont régulièrement révisées ; e- un dossier historique des procédures opératoires standard et de toutes leurs révisions datées doit être conservé (cf Archivage, chap. III-2). Pour exemple, les procédures opératoires standard organisent (liste non exhaustive) : 1. l attribution des tâches et responsabilités aux personnels du laboratoire de recherche 2. la réception, l identification, la conservation, la manipulation, le mélange et la méthode d'échantillonnage des produits à tester et de référence 3. la collecte et l identification des échantillons 4. le traitement, la conservation et la récupération des résultats 5. l entretien, le calibrage et la maintenance des appareillages 6. l élimination des déchets 7. le nettoyage et la stérilisation des matériels 6

7 I Personnel a - toute personne d un laboratoire INSERM impliquée dans la conduite ou responsable d un travail de recherche doit posséder la formation, la pratique et l expérience lui permettant d assurer les fonctions assignées ; b - le directeur de la formation de recherche doit veiller au respect des principes relatifs aux bonnes pratiques de laboratoire dans sa formation ; c - le directeur du projet de recherche, sous la responsabilité du directeur de la formation de recherche, est chargé de la bonne conduite du projet de recherche ainsi que de l'interprétation, de l'analyse et de l'établissement du rapport final de la recherche. I Installation a - chaque laboratoire doit posséder les locaux et les aménagements permettant le déroulement correct de la recherche ; b - par ses dimensions, sa construction et sa localisation, le laboratoire doit répondre aux exigences de la recherche et permettre de réduire au mieux les perturbations qui pourraient altérer le déroulement normal de la recherche. Sa configuration doit permettre un certain degré de séparation afin d'éviter qu'une fonction ou une activité ne nuise au déroulement normal de la recherche. I Appareillage Les appareils utilisés dans le laboratoire doivent être régulièrement nettoyés, entretenus, étalonnés et inspectés conformément aux procédures opératoires standard. Il faut tenir un registre de ces opérations. 7

8 I -5 - Réactifs, solutions et produits a - tous les réactifs et les solutions doivent porter une étiquette indiquant l'identité, le titre, la concentration, les conditions de conservation et la date de péremption et/ou de préparation. On ne doit pas utiliser des réactifs ou des solutions altérées ou périmées ; b - les méthodes de préparation et de conservation d un produit utilisé au cours de l étude doivent être consignées. Dans le cas où des produits commercialisés sont utilisés au cours de l étude, ils doivent être définis par leur étiquetage ; c - des procédures opératoires standard doivent être établies pour la manipulation des produits utilisés au cours de l étude de façon à assurer que : 1. le stockage est adéquat 2. la répartition est effectuée de façon à exclure la possibilité de contamination et de détérioration du produit 3. l'identification exacte est maintenue durant la répartition 4. la réception et la répartition de chaque lot sont consignées. La consignation doit comporter la date et la quantité de chaque lot répartie ou retournée. I Elimination des déchets La manutention et l évacuation des déchets générés au cours de la réalisation du projet de recherche doivent s effectuer de manière conforme à la législation et à la réglementation en vigueur 7. A cet effet, 1. il faut disposer d installations appropriées de collecte, de stockage et d évacuation 2. il faut disposer de méthodes de décontamination et de transport 3. il faut tenir des registres relatifs aux activités de décontamination et de transport. II - CONDUITE DE LA RECHERCHE 7 Décret n du 28 mai 1982 relatif à l hygiène et la sécurité du travail ainsi qu à la prévention médicale dans la fonction publique, modifiée ; Arrêté du 5 décembre dit arrêté ADR - relatif au transport des marchandises dangereuses par route ; 8

9 II Projet de recherche a - pour chaque recherche, l ensemble des participants à la recherche établit un projet de recherche écrit avant le début des expériences ; b - le projet de recherche doit être conservé en tant que donnée brute ; c - tous les changements ou révisions apportés au projet de recherche, y compris leurs justifications, doivent être approuvés par le directeur du projet de recherche et clairement indiqués et conservés. II Protocole a - pour chaque expérience un protocole est écrit et approuvé par le directeur du projet de recherche et éventuellement par le directeur de la formation de recherche ; b - le protocole peut figurer dans le cahier de laboratoire ; c - il indique clairement les objectifs et toutes les méthodes pour son exécution. Le protocole doit contenir les informations suivantes : 1. un titre descriptif et l'énoncé du but de l expérience 2. la mention du projet auquel se rapporte le protocole 3. l'identité des produits utilisés 4. une description détaillée du plan expérimental 5. une description des méthodes statistiques éventuellement proposées d - l expérience doit être conduite en suivant le protocole ; e - tous les changements ou révisions apportés au protocole initial, ainsi que les raisons de les faire, doivent être approuvés par le directeur du projet de recherche, datés et conservés avec le protocole. Déchets d activités de soins et assimilés : voir les articles R et suivants du Code de la Santé Publique. 9

10 II Conduite d une recherche a - La recherche est conduite sous la responsabilité du directeur du projet de recherche. Celui-ci doit s assurer que : 1. toutes les personnes prenant part à la réalisation de la recherche sont informées du contenu du projet de recherche 2. les protocoles sont respectés et toute modification est enregistrée 3. toutes les données expérimentales, y compris les observations inattendues, sont correctement enregistrées et vérifiées 4. tout événement imprévu pouvant affecter la qualité et l'intégrité de la recherche est enregistré et si une correction a été apportée, elle est documentée et enregistrée 5. toutes les mesures propres à assurer la confidentialité des résultats nominatifs sont prises en conformité avec la réglementation en vigueur 8 6. tous les principes de bonnes pratiques de laboratoire du présent document sont pris en compte ; b- toutes les données générées au cours d'une recherche, sauf celles produites par des systèmes automatiques, doivent être enregistrées directement dans le cahier de laboratoire ; 1. le cahier de laboratoire tenu sous la responsabilité du directeur du projet de recherche est la propriété de l INSERM. Il pourra être mise à disposition de toutes personnes dûment mandatées par le Directeur général de l INSERM. Le cahier de laboratoire ne doit pas sortir du laboratoire de recherche lorsque le personnel impliqué dans le projet de recherche quitte le laboratoire. Seules des copies du cahier de laboratoire peuvent sortir du laboratoire. 2. toutes les entrées de données doivent être datées à la date d'entrée et signées ou paraphées par la personne qui les effectue 8 Loi n du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés, modifiée. 10

11 3. tout changement d'entrée doit être effectué de façon à ne pas masquer l'entrée d'origine, doit indiquer la raison du changement et doit être daté et signé au moment du changement 4. toute correction d'entrée provenant de systèmes automatisés doit être effectuée de façon à ne pas masquer l'entrée d'origine, doit indiquer la raison du changement, doit être datée et la personne responsable du fonctionnement du système automatisé doit être identifiée. II Rapport final de la recherche a - Un rapport final doit être rédigé pour chaque recherche et doit inclure (liste non limitative) : 1. les coordonnées du laboratoire qui a effectué la recherche et les dates de début et de fin de recherche 2. le nom du directeur du projet de recherche, les noms des autres scientifiques et professionnels impliqués dans l'étude 3. le plan d étude, les protocoles ainsi que tous les changements apportés 4. l identification des produits utilisés au cours de la recherche 5. la description des matériels et méthodes utilisés y compris les méthodes statistiques 6. la description de tous les événements ayant pu affecter la qualité ou l'intégrité des données 7. le lieu où tous les échantillons, les données brutes et le rapport final doivent être conservés b - le rapport final doit être signé et daté par le directeur du projet de recherche et par le directeur de la formation de recherche ; c - les corrections ou additifs au rapport final doivent être apportés sous forme d'amendement par le directeur du projet de recherche. L'amendement doit identifier clairement la partie du rapport final qui a été modifiée et indiquer les raisons de la correction ou de l'additif et 11

12 doit être signé et daté par le directeur du projet de recherche et par le directeur de la formation de recherche. III - ARCHIVAGE III - 1 Conservation de documents concernant la recherche a - Toutes les données brutes, la documentation, les protocoles, les rapports finaux générés par la recherche doivent être conservés ; b - Selon les prescriptions du présent fascicule, il faudra conserver : 1. un exemplaire des procédures opératoires standard et leurs modifications comportant la date de leur mise en oeuvre 2. les documents relatifs aux instruments et à leur entretien 3. les cahiers de laboratoire c - les archives doivent être entreposées dans un local adapté à cet usage, permettant la conservation des documents sans altération (température, état hygrométrique en particulier) ; d - au cas où des documents sont conservés sous forme informatique, la procédure de stockage doit être établie pour éviter toute perte accidentelle des informations. Les informations archivées doivent être dupliquées sur deux supports distincts : le premier servant à la consultation habituelle et le second étant gardé en réserve. Les informations archivées doivent pouvoir être facilement accessibles et consultées pendant toute la durée de leur conservation ; e - l organisation et le classement doivent permettre une consultation rapide et facile. Les documents archivés ou se référant aux archives doivent être numérotés pour permettre un recouvrement aisé ; f - les documents écrits (protocoles, procédures opératoires standard et résultats nominatifs) ne doivent pas sortir du laboratoire lorsque le personnel impliqué dans la recherche concernée quitte l INSERM. Seules des copies des documents écrits peuvent sortir du laboratoire ; 12

13 g - les enregistrements exigés peuvent être archivés soit sous forme originale, soit sous forme de copies conformes telles que photocopies, microfilms, microfiches ou toute autre reproduction exacte des originaux. III - 2 Conservation des produits après l étude a - les produits devant être conservés sont à répertorier de manière à faciliter un stockage ordonné et une localisation rapide ; b - les prélèvements liquides, les échantillons et les produits préparés spécialement, qui sont relativement fragiles et dont la stabilité et la qualité s'altèrent notablement pendant la conservation, ne doivent être conservés qu'aussi longtemps que la qualité de la préparation permettra leur évaluation. IV - CESSATION D ACTIVITE D UN LABORATOIRE Si un laboratoire cesse son activité, la direction de l INSERM doit être avertie du lieu où sont entreposés les produits et les documents générés au cours des recherches. 13

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Système documentaire des laboratoires

Système documentaire des laboratoires Système documentaire des laboratoires Réseau National des Laboratoires du Sénégal Atelier de formation des formateurs Maïmouna Diop Kantoussan 1 Introduction Objectifs Comprendre l utilité de la mise en

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3.

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Annexe III.8.11. de l arrêté royal du 16 janvier 2006 fixant les modalités des agréments, des

Plus en détail

L objectif du projet est la mise en oeuvre d une chaudière à granulés bois et d un plancher chauffant à basse température

L objectif du projet est la mise en oeuvre d une chaudière à granulés bois et d un plancher chauffant à basse température PRESENTATION DU PROJET L objectif du projet est la mise en oeuvre d une chaudière à granulés bois et d un plancher chauffant à basse température 1 - ETENDUE DE LA PRESTATION Les travaux concernent la conception

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

POLITIQUE D ARCHIVAGE

POLITIQUE D ARCHIVAGE DGAL 136 POLITIQUE D ARCHIVAGE 1. CONTEXTE...1 2. OBJECTIFS...2 3. ENVIRONNEMENT RÉGLEMENTAIRE POUR L ARCHIVAGE DE L INFORMATION TOUT AU LONG DE SON CYCLE DE VIE...2 4. MISE EN OEUVRE DE LA POLITIQUE D

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

C.C.T.G. SOMMAIRE DESCRIPTION DES OUVRAGES ARTICLE 101 DEFINITION DES TRANCHES 2 ARTICLE 102 DESCRIPTION DES TRAVAUX 2

C.C.T.G. SOMMAIRE DESCRIPTION DES OUVRAGES ARTICLE 101 DEFINITION DES TRANCHES 2 ARTICLE 102 DESCRIPTION DES TRAVAUX 2 C.C.T.G. SOMMAIRE DESCRIPTION DES OUVRAGES ARTICLE 100 CHAMP D APPLICATION 2 ARTICLE 101 DEFINITION DES TRANCHES 2 ARTICLE 102 DESCRIPTION DES TRAVAUX 2 ARTICLE 103 CONSISTANCE DES TRAVAUX 2 ARTICLE 104

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS

PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS Conformément à la Politique sur la gestion de documents et des archives de l Université de Montréal (ajouter le numéro), et à la norme ISO 15489, la Division

Plus en détail

Chaque lot de ce cahier des charges fera l objet d une proposition détaillée et dissociée des autres lots.

Chaque lot de ce cahier des charges fera l objet d une proposition détaillée et dissociée des autres lots. du contrôle périodique, de l entretien et de l éventuelle fourniture ou remplacement d extincteurs et autres prestations de sécurité incendie Date diffusion : novembre 2010 du contrôle périodique, de l

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 8 juin 2006 relatif à l agrément des établissements mettant sur le marché des produits d origine animale

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X DEC/GX DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X Ce formulaire de demande concerne les déclarations prévues aux 1 et 3 de l article R.1333-19 du code de la santé

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Agent logistique

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP N 38 - SOCIAL n 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 3 mars 2016 ISSN 1769-4000 DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP L essentiel La carte d identification professionnelle

Plus en détail

Grand-Duché du Luxembourg

Grand-Duché du Luxembourg Version 2.0 16.06.2014 Page 1 de 20 Lignes directrices d audit de la règle technique d exigences et de mesures pour la certification des Prestataires de Services de Dématérialisation ou de Conservation

Plus en détail

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE ENTREPRISES Marché unique : mise en œuvre et législation des biens de consommation Produits pharmaceutiques : cadre législatif et autorisations de mise sur le marché

Plus en détail

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE La réglementation française applicable à la recherche sur la personne n est pas la même selon la typologie de la recherche. On distingue 3 catégories de recherches

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006 RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION du 14 décembre 2006 portant modalités d application du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Objectifs des membres du RESOLAB pour l année 2010

Objectifs des membres du RESOLAB pour l année 2010 des membres du RESOLAB pour l année 2010 1. Introduction 1.1. Contexte 1/ La est reconnue comme standard par l OIE en ce qui concerne les laboratoires d analyses officielles, l imposant ainsi à tous les

Plus en détail

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences CQP Conduite de ligne de conditionnement Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Conduite de ligne de conditionnement est capable de : Conduire tous les équipements d une ligne de conditionnement

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

Guide relatif à l assurance de la qualité applicable au transport des matières radioactives

Guide relatif à l assurance de la qualité applicable au transport des matières radioactives Guide relatif à l assurance de la qualité applicable au transport des matières radioactives Références [1] Paragraphe 1.7.3 de l accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Technicien

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-113 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA COMMUNE DE MONACO RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Chef d'établissement 30 ans dans l intérêt de l entreprise

Chef d'établissement 30 ans dans l intérêt de l entreprise Registre unique du personnel Un registre du personnel doit être tenu dans les établissements industriels, agricoles et commerciaux, les offices publics et ministériels, les professions libérales, les sociétés

Plus en détail

DOSSIER D AUTORISATION D OUVERTURE FABRICANT-IMPORTATEUR D ALIMENTS MEDICAMENTEUX

DOSSIER D AUTORISATION D OUVERTURE FABRICANT-IMPORTATEUR D ALIMENTS MEDICAMENTEUX DOSSIER D AUTORISATION D OUVERTURE FABRICANT-IMPORTATEUR D ALIMENTS MEDICAMENTEUX MODALITES PRATIQUES La demande et le dossier sont établis en 2 exemplaires. Ils sont adressés à l Anses - Agence nationale

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MARCHE N 07-2015

CAHIER DES CHARGES MARCHE N 07-2015 CAHIER DES CHARGES MARCHE N 07-2015 FOURNITURE, LIVRAISON ET INSTALLATION DE RAYONNAGES FIXES DESTINES A L ARCHIVAGE DES DOSSIERS DU CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Acheteur public : Centre de Gestion de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE Adoptée par le Comité d éthique de la recherche et le Conseil d administration du CHU Sainte-Justine le 16 juin 2004

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LA COLLECTE ET LA CONSERVATION DE LA COPIE DE DOCUMENTS D IDENTITE OFFICIELS

Plus en détail

Demande d enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles

Demande d enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles Demande d enregistrement au répertoire national des certifications s Assistant comptable des services financiers Option «Comptabilité du matériel» Option «Gestion des matériels» Dossier n : Page 1 sur

Plus en détail

Dossier de Consultation des Entreprises. Réfection de la terrasse de la cour de l Institut Supérieur de Mécanique de Paris SUPMÉCA

Dossier de Consultation des Entreprises. Réfection de la terrasse de la cour de l Institut Supérieur de Mécanique de Paris SUPMÉCA Dossier de Consultation des Entreprises Réfection de la terrasse de la cour de l Cahier des Clauses Techniques Particulières C.C.T.P. 1 GÉNÉRALITÉS... 2 1.1 OBJET DES TRAVAUX... 2 1.2 CLASSEMENT DE L ÉTABLISSEMENT...

Plus en détail

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL 16/12/2014 Tout employeur doit tenir un certain nombre de registres destinés à l'information des administrations. Leur nombre varie en fonction de

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 6 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 6 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)22 ENV/JM/MONO(99)22 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Job Opening: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A

Job Opening: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A Job Opening: Job Title: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A Cadre organisationnel Les postes de professeurs

Plus en détail

Spécificité des études multisites dans le cadre des bonnes pratiques de laboratoire (BPL)

Spécificité des études multisites dans le cadre des bonnes pratiques de laboratoire (BPL) Dominique ABDON - Actualités en toxicocinétique - 28 septembre 2005, Paris - Spécificité des études multisites dans le cadre des bonnes pratiques de laboratoire (BPL) Dominique Abdon Chef de l unité d

Plus en détail

TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY

TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY MARCHE A BONS DE COMMANDE MARCHÉ N 1/ST/2013 REGLEMENT DE LA

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste Compétences requises pour le technologiste de laboratoire médical généraliste au niveau d entrée Date d entrée en vigueur : examens

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

PROCEDURE DE DELIVRANCE D UNE AUTORISATION D EXPLOITATION D UN ETABLISSEMENT DE PRODUCTION DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

PROCEDURE DE DELIVRANCE D UNE AUTORISATION D EXPLOITATION D UN ETABLISSEMENT DE PRODUCTION DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION DE LA PHARMACIE PROCEDURE DE DELIVRANCE D UNE AUTORISATION D EXPLOITATION

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Les bonnes pratiques cliniques : avis aux promoteurs et aux investigateurs

Les bonnes pratiques cliniques : avis aux promoteurs et aux investigateurs Les bonnes pratiques cliniques : avis aux promoteurs et aux investigateurs Texte des bonnes pratiques cliniques non paru au JO, avis aux promoteurs et aux investigateurs. Texte du Ministère des Affaires

Plus en détail

Carnet de maintenance. - Chariots élévateurs -

Carnet de maintenance. - Chariots élévateurs - Carnet de maintenance - Chariots élévateurs - SOMMAIRE 0. Préambule...2 1. Références réglementaires...2 2. Principe...2 3. Support et disponibilité...2 4. Contenu...3 5. Modèle de carnet de maintenance...3

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

ISM-ATEX Installation Service Maintenance en ATEX Version 7.0 Décembre 2014 REGLEMENT QUALITE DE CERTIFICATION

ISM-ATEX Installation Service Maintenance en ATEX Version 7.0 Décembre 2014 REGLEMENT QUALITE DE CERTIFICATION REGLEMENT QUALITE DE CERTIFICATION Installation - Service - Maintenance en ATEX VERSION 7.0 Référentiel ISM-ATEX page 1 / 130 PARTIE 2-1 PARTIE 1 Quel est le champ d application de la certification ISM-ATEX?

Plus en détail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Trois décrets du 30 août 2010 modifient les obligations de l employeur en cas d utilisation d installations électriques

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE UN OUTIL D ÉVALUATION DES RISQUES A PRIORI POUR UNE MEILLEURE GESTION DE LA PRÉVENTION

LE DOCUMENT UNIQUE UN OUTIL D ÉVALUATION DES RISQUES A PRIORI POUR UNE MEILLEURE GESTION DE LA PRÉVENTION LE DOCUMENT UNIQUE UN OUTIL D ÉVALUATION DES RISQUES A PRIORI POUR UNE MEILLEURE GESTION DE LA PRÉVENTION Auteur : Brigitte GUILLAUME Conseiller Hygiène Sécurité Conseil général du Val d Oise INTRODUCTION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 3 janvier 2008 relatif à l agrément des centres de formation professionnelle

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE CESTAS Tél. : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 MARCHE DE PRESTATION CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération*

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération* DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES Etude de programmation pour Nom de l opération* (Programme fonctionnel, architectural, urbanistique, technique et environnemental dans le cas d une réhabilitation)

Plus en détail

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE INTRODUCTION > Chapitre 1 L environnement et le Développement durable 9 S engager > Chapitre 2 Principes de mise en œuvre 19 Comprendre Savoir-faire Partager

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

CONTROLE DIAGNOSTIC DE L EXISTANT DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONTROLE DIAGNOSTIC DE L EXISTANT DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEPARTEMENT D EURE-ET-LOIR Service de l assainissement non collectif 1 rue Porte Chartraine BP 30034 28211 NOGENT-LE-ROI Cedex CONTROLE DIAGNOSTIC DE L EXISTANT DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

APPEL D OFFRE A PROCEDURE ADAPTEE. Rénovation de la salle de TP de chimie. Cahier des Charges

APPEL D OFFRE A PROCEDURE ADAPTEE. Rénovation de la salle de TP de chimie. Cahier des Charges APPEL D OFFRE A PROCEDURE ADAPTEE Rénovation de la salle de TP de chimie. Cahier des Charges Date de parution : 20 Mars 2015 Date limite de remise des offres : 20 Avril 2015 12h 8 décembre 2008 à 16 heures

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juin 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-021960 Monsieur le Directeur Général Hôpital NECKER 75015 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO : RÉACTIFS ET SYSTÈMES

DISPOSITIFS MÉDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO : RÉACTIFS ET SYSTÈMES LA DÉMARCHE QUALITÉ DISPOSITIFS MÉDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO : RÉACTIFS ET SYSTÈMES Ils sont conformes à la directive européenne 98/79/CE et marqués CE. La conformité à cette directive est évaluée par

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-39 DU 19 MARS 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA POSTE MONACO RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-16 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE

DÉLIBÉRATION N 2014-16 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DÉLIBÉRATION N 2014-16 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

PROJET D ARRETE DU MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE DU, FIXANT LES REGLES DE BONNE PRATIQUE DE LABORATOIRE

PROJET D ARRETE DU MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE DU, FIXANT LES REGLES DE BONNE PRATIQUE DE LABORATOIRE REPUBLIQUE TUNISIENNE ****----**** MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ****----**** UNITE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE PROJET D ARRETE DU MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE DU, FIXANT LES REGLES DE BONNE

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF ALUMINIUM MENAGER PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits certifiés 4.2.

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Décret n o 2016-175 du 22 février 2016 relatif à la carte d identification

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE DU BATIMENT DE COORDINATION DECHETS CAS DES OPERATIONS DE CONSTRUCTION

MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE DU BATIMENT DE COORDINATION DECHETS CAS DES OPERATIONS DE CONSTRUCTION GUIDE A LA REDACTION D'UN CAHIER DES CHARGES Pour tout bénéficiaire d un concours financier de l ADEME dans le cadre du dispositif d aide à la décision CAHIER DES CHARGES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE DU

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Location et maintenance de photocopieurs

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Location et maintenance de photocopieurs MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Location et maintenance de photocopieurs CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) Date limite de réception des offres : 22 février

Plus en détail

Décret n du 22 février 2016. relatif à la carte d identification professionnelle des salariés du bâtiment et des travaux publics NOR : ETST1532009D

Décret n du 22 février 2016. relatif à la carte d identification professionnelle des salariés du bâtiment et des travaux publics NOR : ETST1532009D RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Décret n du 22 février 2016 relatif à la carte d identification professionnelle des salariés

Plus en détail

Les éléments à mentionner dans son mémoire technique

Les éléments à mentionner dans son mémoire technique Les éléments à mentionner dans son mémoire technique Voici les éléments et parties qu'il est indispensable de mentionner dans son mémoire technique : I. Profil Général de la société Nom et raison sociale

Plus en détail

Marché n : 2015_BRIEC_S_001_Diagnostic assainissement. Objet : Prestations d inspection des réseaux d assainissement

Marché n : 2015_BRIEC_S_001_Diagnostic assainissement. Objet : Prestations d inspection des réseaux d assainissement CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (CCP) VALANT ACTE D ENGAGEMENT Marché n : 2015_BRIEC_S_001_Diagnostic assainissement Objet : Prestations d inspection des réseaux d assainissement Cette consultation a

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 8 mars 2011. Renouvellement des mandats de Henri Giscard d Estaing et Michel Wolfovski

COMMUNIQUE DE PRESSE 8 mars 2011. Renouvellement des mandats de Henri Giscard d Estaing et Michel Wolfovski COMMUNIQUE DE PRESSE 8 mars 2011 Renouvellement des mandats de Henri Giscard d Estaing et Michel Wolfovski Le conseil d administration réuni jeudi 3 mars 2011 à l issue de l Assemblée Générale annuelle

Plus en détail

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Pr DERRJI S S. Derraji 18/01/2011 1 Plan Introduction Historique Décret 2-09-139 - CHAPITRE 1 : Objectifs,

Plus en détail

Exigences pour la certification de mouvements et de montres mécaniques résistant aux champs magnétiques de 1,5 T (15 000 G)

Exigences pour la certification de mouvements et de montres mécaniques résistant aux champs magnétiques de 1,5 T (15 000 G) Institut fédéral de métrologie METAS METAS-N001 Exigences pour la certification de mouvements et de montres mécaniques résistant aux champs magnétiques de 1,5 T (15 000 G) Numéro du document: METAS-N001/f

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION

RÈGLES DE CERTIFICATION Revu par : Valide pour : Révision : No. : Estelle MAILLER DNV GL Business Assurance France 19 PSY03 Approuvé par : Date : Replace : Pages : Antoine Thomassin 2015-10-07 18 1 sur 8 RÈGLES DE CERTIFICATION

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI.

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI. Bureau du vérificateur général du Canada Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI Juillet 2014 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du

Plus en détail

Document de consultation. Mesure de gestion des risques pour le Dianiline, produits de réaction avec le styrène et le 2,4,4-triméthylpentène (BNST)

Document de consultation. Mesure de gestion des risques pour le Dianiline, produits de réaction avec le styrène et le 2,4,4-triméthylpentène (BNST) Document de consultation Mesure de gestion des risques pour le Dianiline, produits de réaction avec le styrène et le 2,4,4-triméthylpentène (BNST) Numéro de registre du Chemical Abstracts Service (n o

Plus en détail