CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE"

Transcription

1 CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE Les articles 6 et 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoient la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés pour exercer leur profession : ces sociétés, qui doivent remplir certaines conditions particulières pour être inscrites au Tableau, peuvent prendre la forme de sociétés civiles (article 6) ou de sociétés à responsabilité limitée ou anonymes (article 7). L article 7-II, 1 er alinéa de l ordonnance du 19 septembre 1945 autorise par ailleurs les experts-comptables à constituer des sociétés ayant pour objet exclusif la détention de parts ou d actions de sociétés d expertise comptable : ces sociétés dites de participations d expertise comptable sont inscrites au Tableau de l Ordre dans les mêmes conditions que les sociétés qui ont pour objet l exercice de la profession, sous réserve de celles relatives à la détention du capital social et des droits de vote. Notons que pour les personnes morales, l inscription principale correspond nécessairement à l adresse du siège social (article 44, 1 er alinéa du décret du 19 février 1970). I- SOCIETES AYANT POUR OBJET L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT-COMPTABLE Les sociétés ayant pour objet l exercice de la profession d expert-comptable peuvent prendre la forme soit de sociétés civiles, soit de sociétés à responsabilité limitée ou anonymes. Seules ces dernières sont habilitées à utiliser l appellation de sociétés d expertise comptable (article 7-I, 6 de l ordonnance du 19 septembre 1945). Les membres de l Ordre peuvent également constituer des sociétés d exercice libéral, dans les conditions prévues par la loi n du 31 décembre 1990 et par le décret n du 2 octobre A. SOCIETES CIVILES Les sociétés civiles constituées pour exercer la Profession d expert-comptable le sont dans les conditions prévues par les articles 1832 à du Code civil régissant le contrat de société en général et la société civile en particulier, sous réserve des conditions spécifiques posées par l ordonnance du 19 septembre 1945 (en vertu de l adage selon lequel le spécial l emporte sur le général). L article 6 de l ordonnance du 19 septembre 1945 dispose ainsi que Les experts-comptables peuvent constituer entre eux des sociétés civiles pour exercer leur profession, à la double condition : - que tous les associés soient individuellement membres de l ordre ; - que les sociétés ainsi constituées soient reconnues comme pouvant exercer la profession d expert-comptable par le conseil de l ordre et inscrites à son tableau. 1

2 1) CONDITION TENANT A LA QUALITE DES ASSOCIES Tous les associés doivent être individuellement membres de l Ordre, qui peuvent être des personnes physiques et / ou des personnes morales. Le Conseil supérieur, dans sa session du 7 juillet 1995, a en effet décidé que des participations pouvaient être prises dans des sociétés civiles d expertise comptable, soit par d autres sociétés civiles d expertise comptable, soit par des sociétés d expertise comptables à forme commerciale. Dans ce dernier cas, il n est pas exigé que les sociétés à forme commerciale, associées de la société civile, soient elles-mêmes détenues à 100% par des experts-comptables et remplissent à tout moment cette condition. 2) INSCRIPTION DU RESPONSABLE ORDINAL AU TABLEAU DE LA REGION DU SIEGE SOCIAL Le Conseil supérieur, dans sa session du 21 mai 1996, a décidé que le responsable ordinal d une société membre de l Ordre devait obligatoirement être inscrit au Tableau de la région du siège social de la société. S agissant d une société civile, le responsable ordinal est le gérant. En cas de pluralité de gérants, il faut et il suffit qu une seul soit inscrit au Tableau de la région du siège social. 3) APPELLATION DES SOCIETES CIVILES L article 18, second alinéa, de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoit que la raison sociale des sociétés civiles constituées entre membres de l Ordre doit être exclusivement composée de tous les noms des associés. La Commission du Tableau et de la Discipline du Conseil supérieur a précisé dans sa séance du 9 septembre 1997, qu il ne convenait pas de distinguer entre raison sociale, seule visée par l article 18 de l ordonnance statutaire et dénomination sociale, dans la mesure où l article 18 a été rédigé à une époque où cette distinction n existait pas pour les sociétés civiles, et que seul doit compter l esprit de la Loi. Pour tenir compte toutefois du cas des sociétés civiles qui comprennent un grand nombre d associés, mais aussi de ce qui existe en matière de sociétés civiles professionnelles (bien que les membres de l Ordre ne puissent constituer de SCP), cette Commission a admis, dans sa séance du 18 novembre 1997, que les sociétés civiles utilisent, comme dénomination sociale, le nom d un seul de ses associés, suivi de la mention et associés, sous réserve par ailleurs que le nom de l ensemble des associés de la société civile figure sur les documents sociaux, et notamment sur le papier à en-tête. B. SOCIETES D EXPERTISE COMPTABLE Les sociétés d expertise comptable peuvent prendre la forme soit de sociétés anonymes, soit de sociétés à responsabilité limitée (article 7 I 6 et 18, 2 ème alinéa de l ordonnance du 19 septembre 1945). 2

3 Ces sociétés sont soumises aux dispositions de la loi n du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales, sous réserve des dispositions spécifiques prévues par les textes statutaires, et notamment par l article 7 I de l ordonnance du 19 septembre 1945 : I. - Les experts-comptables sont également admis à constituer, pour exercer leur profession, des sociétés anonymes ou des sociétés à responsabilité limitée qui doivent satisfaire aux conditions suivantes : 1 Les experts-comptables doivent, directement ou indirectement par une société inscrite à l ordre, détenir une part du capital et des droits de vote égale au moins aux trois quarts dans les sociétés à responsabilité limitée et aux deux tiers dans les sociétés anonymes ; 2 Aucune personne ou groupement d intérêts, extérieurs à l ordre, ne doit détenir, directement ou par personne interposée, une partie du capital ou des droits de vote de nature à mettre en péril l exercice de la profession ou l indépendance des associés experts-comptables, ainsi que le respect par ces derniers des règles inhérentes à leur statut et à leur déontologie ; 3 L appel public à l épargne n est autorisé que pour des titres excluant l accès même différé ou conditionnel au capital ; 4 Les statuts subordonnent l admission de tout nouvel actionnaire à l agrément préalable du conseil d administration ou du conseil de surveillance ; 5 Les gérants, le président du conseil d administration ou du conseil de surveillance, les directeurs généraux ou les membres du directoire, ainsi que la moitié au moins des administrateurs ou des membres du conseil de surveillance, doivent être des expertscomptables, membres de la société ; 6 La société membre de l ordre communique annuellement aux conseils de l ordre dont elle relève la liste des ses associés ainsi que toute modification apportée à cette liste. Les dispositions du deuxième alinéa de l article 93 de la loi n du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales ne sont pas applicables aux sociétés inscrites à l ordre. Les sociétés ayant pour objet l exercice de la profession d expert-comptable sont seules habilitées à utiliser l appellation de société d expertise comptable. 1) CONDITION TENANT A LA DETENTION DU CAPITAL ET DES DROITS DE VOTE (ARTICLE 7- I-1 ) Les experts-comptables doivent, directement ou indirectement par une société inscrite à l ordre, détenir une part du capital et des droits de vote égale au moins aux trois quarts dans les sociétés à responsabilité limitée aux deux tiers dans les sociétés anonymes. a) Notion de détention indirecte par une société inscrite à l Ordre Le Comité national du Tableau a considéré dès 1971 que la prise en compte de la totalité des parts détenues dans le capital d une société membre de l Ordre par une autre société inscrite à l Ordre serait de nature à donner à une telle société des droits supérieurs à ceux d un expert-comptable et permettrait en outre de tourner les dispositions de l article 7 de l Ordonnance du 19 septembre 1945, dès lors que les Experts-Comptables ne détiendraient qu une fraction du capital de cette société ; que cette assimilation ne peut 3

4 donc être admise pour la totalité des parts ou des actions équivalente à celle des parts ou actions que les experts-comptables y détiennent par rapport à leur total. Il en résulte que si une société inscrite à l'ordre vient à détenir des parts d une autre société d expertise comptable, celles-ci n entreront en ligne de compte, dans le calcul de la quotité devant appartenir à des experts-comptables, que dans la proportion équivalente à celle des parts que les experts-comptables détiennent dans le capital de la société mère. Exemple Une société d expertise comptable A est détenue à 75% par des experts-comptables personnes physiques. Elle détient elle-même une participation de 50% dans une société d expertise comptable B. Les experts-comptables associés de la société A sont réputés détenir, indirectement par l intermédiaire de cette société, (75% x 50%), soit 37,50 % du capital de la société B. b) Démembrement des parts sociales ou des actions Sont visés par l article 7 I 1 de l ordonnance de 1945, comme devant être détenus dans certaines proportions par des experts-comptables, à la fois les droits de vote et le capital. Le problème se pose en cas de démembrement des parts sociales ou des actions d une société d expertise comptable. En effet, dans ce cas, le capital est considéré comme étant détenu par le nu-propriétaire, le droit de vote étant réparti entre lui et l usufruitier : - pour les SA, l usufruitier dispose du droit de vote dans les Assemblées générales ordinaires, le nu-propriétaire conservant le droit de vote dans les Assemblées générales extraordinaires, - pour les SARL, le droit de vote appartient au nu-propriétaire, sauf pour les décisions concernant l affectation des bénéfices, où il est réservé à l usufruitier. Le Conseil supérieur, dans sa session du 21 novembre 1996, a donc décidé que pour assurer le respect de l article 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945, le démembrement des parts ou actions de sociétés d expertise comptable ne peut être admis que dans le seul cas où le nu-propriétaire est expert-comptable et qu il dispose en outre des droits de vote normalement attribués à l usufruitier, celui-ci y ayant renoncé en sa faveur. 2- CONDITION TENANT A L INDEPENDANCE DES ASSOCIES (ARTICLE 7 I 2 ) L article 7 I 2 de l ordonnance du 19septembre 1945 dispose : Aucune personne ou groupements d intérêts, extérieurs à l ordre, ne doit détenir, directement ou par personne interposée, une partie du capital ou des droits de vote de nature à mettre en péril l exercice de la profession ou l indépendance des associés experts-comptables, ainsi que le respect par ces derniers des règles inhérentes à leur statut et à leur déontologie. 4

5 Cette disposition constitue une nouveauté de la loi du 8 août 1994, même si elle s inspire de celle qui était prévue à l article 7-8 de l ordonnance de 1945 dans sa rédaction antérieure à la réforme. Deux interprétations peuvent en être données : 1) On peut lire l article 7-I-2 comme un complément de l article 7-I-1 L article 7-I-1 prévoit en effet que les trois-quarts (SARL) ou les deux tiers (SA) du capital et des droits de vote doivent être détenus par des experts-comptables, ce qui signifie, a contrario, que le quart ou le tiers restant peut appartenir à des non-membres de l Ordre. Or ces dernières quotités constituent les minorités de blocage, qui permettent aux associés ou actionnaires qui les détiennent de s opposer à la prise de certaines décisions requérant la majorité qualifiée. L article 7-I-2 viendrait ainsi préciser que la détention de la minorité de blocage par des non membres de l Ordre constitue a priori une participation de nature à mettre en péril l exercice de la profession ou l indépendance des associés experts-comptables ( ). L articulation de ces deux dispositions conduirait à ce que les membres de l Ordre détiennent obligatoirement 75% + 1 part sociale (SARL) ou à 66% + une action (SA) du capital et des droits de vote. 2) On peut lire l article 7-I-2 à la lumière de l ancien article 7-8 qui prévoyait que les sociétés d expertise comptable ne devaient être sous la dépendance, même indirecte, d aucune personne ou groupement d intérêts. Dans ce cas, c est la notion d influence des non membres de l Ordre dans la société d expertise comptable qui compte, bien plus que le montant réel des participations qu ils y détiennent apparemment. On peut en effet tout à fait imaginer que l un des associés experts-comptables de la société soit dépendant, d une façon ou d une autre, d une personne ou d un groupement d intérêts extérieurs à l Ordre, qui même s il ne détient qu une partie infime des titres sociaux, disposerait cependant par cette personne interposée d une influence de nature à mettre en péril l exercice de la profession ou l indépendance des associés experts-comptables. Il conviendrait alors, dans cette acception de l article 7-I-2, de s assurer systématiquement des liens éventuels pouvant exister entre les associés non membres de l Ordre et les experts-comptables et des conséquences pouvant en découler pour la société. Il n existe pas, à l heure actuelle, de jurisprudence de principe permettant de trancher en faveur de l une ou l autre de ces interprétations. L on peut toutefois relever une décision du Comité national du Tableau rendue le 13 novembre 1997 à propos de l inscription en Corse d une SARL d expertise comptable dont le capital était détenu à 75% par des experts-comptables installés dans la région 5

6 lyonnaise, et à 25% par un non membre de l Ordre qui exerçait auparavant la profession de façon illégale dans le cadre d une association. L objectif avoué était la régularisation de la situation de cet illégal par son intégration en qualité de salarié de la société d expertise comptable ainsi constituée. Toutefois, il résultait des éléments du dossier que : - l association sous le couvert de laquelle le non membre de l Ordre exerçait illégalement la profession avait eu, dès 1992, des relations suivies avec les expertscomptables lyonnais, ces derniers supervisant plusieurs dossiers dont l exécution matérielle était assurée par l association ; - les chèques transmis au Conseil régional dans le cadre de la procédure d inscription au Tableau de la société d expertise comptable avaient été émis par l association en question ; - l adresse du siège social et le numéro de téléphone de la société d expertise comptable étaient les mêmes que ceux de l association ; - les experts-comptables associés de la société ne connaissaient ni le nombre, ni le nom des clients de l association qu ils étaient cependant supposés reprendre ; - l assemblée générale extraordinaire de l association a décidé sa liquidation le 1er octobre 1997, bien après la décision du Conseil régional refusant d inscrire la société d expertise comptable ; - l associé non membre de l Ordre de la société, qui était par ailleurs trésorier de l association, serait la seule personne représentant la société présente sur place en permanence. Le Comité national du Tableau a considéré que la liquidation de l association n avait d autre objet que de donner l apparence d une régularisation, qui ne pourra être réellement effective, compte tenu de tout ce qui précède, et notamment de la participation de l illégal au capital de la société d expertise comptable. Il a ainsi refusé, dans ces conditions, d inscrire cette société, estimant que l indépendance des membres de l Ordre associés de la société vis-à-vis de leur associé non membre de l Ordre n était pas établie, et que la condition prévue par l article 7-I-2 n était donc pas remplie. 3) CLAUSE D AGREMENT L article 7-I-4 de l ordonnance oblige les statuts à subordonner l admission de tout nouvel actionnaire à l agrément préalable du conseil d administration ou du conseil de surveillance. Ne sont visées par cette disposition que les sociétés d expertise comptable à forme anonyme. En effet, l article 45 1 er alinéa de la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales prévoit de façon impérative que les parts sociales des SARL ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société qu avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins les trois quarts des parts sociales : Article 45 1 er alinéa de la loi du 24 juillet 1966 : Les parts sociales ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société qu avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins les trois quarts des parts sociales. Les cessions de parts sociales ou d actions entre associés ou actionnaires d une société d expertise comptable ne sont donc pas soumises à agrément. 6

7 4) CONDITION TENANT A LA QUALITE DES MANDATAIRES SOCIAUX (ARTICLE 7 I 5 ) L article 7-I-5 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoit que Les gérants, le président du conseil d administration ou du conseil de surveillance, les directeurs généraux ou les membres du directoire, ainsi que la moitié au moins des administrateurs ou des membres du conseil de surveillance doivent être des experts-comptables, membres de la société. a) Inscription du responsable ordinal dans la région du siège social En application de la décision du 21 mai 1996 du Conseil supérieur, le représentant légal, responsable ordinal (le gérant, ou un des gérants en cas de pluralité, pour les SARL, le président du conseil d administration ou du directoire pour les SA) d une société membre de l Ordre doit obligatoirement être inscrit dans la région du siège social de cette société. b) Application de l article 7-IV de l ordonnance de 1945 L article 7-IV prévoit qu un expert-comptable ne peut participer à la gérance, au conseil d'administration ou au conseil de surveillance de plus de quatre sociétés membres de l'ordre. Cette disposition n est pas applicable aux administrateurs et aux membres du conseil de surveillance des sociétés dont le capital est détenu à concurrence de 20 p. 100 au moins par une autre société inscrite à l'ordre dans lesquelles ils exercent déjà l une ou l autre de ces fonctions, dans la mesure où le nombre des mandats détenus par les intéressés au titre de la présente disposition n excède pas quatre. Hors le cas des groupes de sociétés, un expert-comptable peut donc être gérant et / ou administrateur et / ou membre du conseil de surveillance de quatre sociétés membres de l Ordre (sociétés d expertise comptable ou de participations d expertise comptable) au maximum. Par ailleurs, s agissant de sociétés à forme commerciale, elles sont également soumises à la loi du 24 juillet 1966 qui prévoit dans son article 111 que nul ne peut exercer simultanément plus de deux mandats de président de conseil d administration de sociétés anonymes ayant leur siège social en France métropolitaine. Il en résulte qu un expert-comptable peut être gérant, administrateur et / ou membre du conseil de surveillance d au plus quatre sociétés membres de l Ordre, mais sans pouvoir exercer dans le cadre de ces quatre sociétés plus de deux mandats de président du conseil d administration. Le deuxième alinéa de l article 7-IV prévoit une dérogation au principe ci-dessus exposé dans le cadre des groupes de sociétés. Cette disposition ne vise que les groupes de sociétés anonymes, dès lors qu il n est plus fait référence qu aux fonctions d administrateur ou de membre du conseil de surveillance. Un expert-comptable est donc autorisé à exercer ces fonctions dans quatre sociétés membres de l Ordre supplémentaires, sous réserve que ces sociétés soient détenues à concurrence de 20 pour cent au moins par une autre société inscrite à l Ordre dans laquelle le professionnel considéré est déjà administrateur ou membre du conseil de surveillance. 7

8 L article 111 de la loi du 24 juillet 1966 prévoit également que les dispositions de l article 92, alinéas 2 et suivants, sont applicables, c est-à-dire que le président du conseil d administration d une société, même déjà titulaire de deux mandats peut, en outre, être titulaire, dans la limite de cinq mandats supplémentaires pour la loi du 24 juillet 1966, d autres sociétés dont le capital est détenu à concurrence d au moins 20% par une société dont il est administrateur. L application cumulée de l article 7-IV de l ordonnance du 19 septembre 1945 et de l article 111, deuxième alinéa de la loi du 24 juillet 1966, autorise donc un expertcomptable à être président du conseil d administration de quatre sociétés membres de l Ordre, à condition que ces sociétés soient détenues à concurrence de 20% au moins par une ou des sociétés déjà inscrites à l Ordre au sein desquelles le professionnel considéré exerce des fonctions d administrateur. Un membre de l Ordre peut donc être deux fois président du conseil d administration de sociétés anonymes inscrites à l Ordre au titre du premier alinéa de l article 7-IV, outre l exercice de fonctions d administrateur ou de gérant ou de membre du conseil de surveillance dans deux autres sociétés inscrites à l Ordre, et être par ailleurs président du conseil d administration de quatre autres sociétés membres de l Ordre au titre du deuxième alinéa de l article 7-IV de l ordonnance de Le Conseil supérieur a précisé, lors de sa session de mai 1996, que les fonctions de représentant permanent d une société d expertise comptable, exercées par un expertcomptable au conseil d administration d une autre société d expertise comptable, comptent dans le nombre des mandats visés à l article 7-IV de l ordonnance de On peut s interroger sur les conséquences de l application de ces dispositions sur l inscription d une société, lorsque est désigné comme mandataire social un membre de l Ordre qui a déjà atteint le nombre maximum de mandats sociaux qu il est en droit de détenir. L ordonnance du 19 septembre 1945 étant muette sur ce point, on peut se reporter au second alinéa de l article 92 de la loi du 24 juillet 1966 selon lequel toute personne physique qui, lorsqu elle accède à un nouveau mandat, se trouve en infraction avec les dispositions de l alinéa qui précède (limitant le nombre de mandats d administrateur détenus par une même personne physique), doit, dans les trois mois de sa nomination, se démettre de l un de ses mandats. A l expiration de ce délai, elle est réputée s être démise de son nouveau mandat et doit restituer les rémunérations perçues, sans que soit de ce fait, remise en cause la validité des délibérations auxquelles elle a pris part. Appliqué aux membres de l Ordre, ce principe conduirait à considérer que le nouveau mandat auquel accède un expert-comptable alors qu il exerce déjà par ailleurs les fonctions de gérant, administrateur ou membre du conseil de surveillance de quatre sociétés inscrites à l Ordre (plus, le cas échéant, les fonctions d administrateur ou de membre du conseil de surveillance de quatre autres sociétés appartenant à un groupe), est valable, mais que cet expert-comptable doit, dans un délai de trois mois se démettre de l un de ses autres mandats, sauf à être réputé démissionnaire à l expiration de ce délai de ce nouveau mandat. On ne pourrait alors refuser l inscription au Tableau de l Ordre d une société dont un (ou plusieurs) mandataire social aurait dépasser le nombre de mandats autorisés par l article 7-IV puisque ce nouveau mandat serait considéré comme valable et produisant 8

9 ses effets. Le Conseil régional devrait toutefois attirer l attention du membre de l Ordre concerné sur la nécessité de démissionner de l un de ses mandats, faute de quoi il serait réputé démissionnaire d office de ce nouveau mandat à l expiration d un délai de trois mois, faisant ainsi courir le risque à la société de ne plus remplir les conditions d inscription à l Ordre et donc d être radiée d office. Il n existe cependant aucune jurisprudence sur cette question, et le principe exposé cidessus ne constitue qu un élément de réflexion pour les conseils de l Ordre, sans avoir de valeur obligatoire. c) Sociétés anonymes Composition du conseil d administration SARL - gérant administrateurs salariés L article 7-I-6 de l ordonnance prévoit que les dispositions du deuxième alinéa de l article 93 de la loi n du 24 juillet 1996 sur les sociétés commerciales qui prévoit que le nombre des administrateurs liés à la société par un contrat de travail ne peut dépasser le tiers des administrateurs en fonctions ne sont pas applicables aux sociétés inscrites à l Ordre. Cette exception ne vise que les seules sociétés anonymes à conseil d administration. personne morale administrateur Une société d expertise comptable peut être désignée comme administrateur d une autre société d expertise comptable (décision du 18 novembre 1997 Commission du Tableau et de la Discipline du Conseil supérieur). La société administrateur doit alors désigner, parmi ses associés expertscomptables, un représentant permanent pour siéger au conseil d administration de sa filiale. Les fonctions de représentant permanent d une société d expertise comptable administrateur comptent dans le nombre de mandats pouvant être exercés par un même expert-comptable en application de l article 7-IV de l ordonnance de 1945 (Conseil supérieur 21 mai 1996). Ce représentant permanent ne doit par ailleurs pas être déjà administrateur à titre personnel de la seconde société. Il convient de noter qu aucun texte n interdit expressément de cumuler les fonctions d administrateur, détenues à titre personnel, et celles exercées en qualité de représentant permanent d une personne morale. Ce cumul serait cependant contraire à l esprit de la loi. En effet, le principe posé par l article 7-I-5 de l ordonnance du 19 septembre 1945, selon lequel la moitié au moins des membres du Conseil d administration doit être des membres de l Ordre, a pour objet d assurer le respect des règles particulières à l exercice de la Profession d expert-comptable, d ordre déontologique. Ce respect ne peut être assuré que si, outre la détention de la majorité en voix au sein du Conseil d administration, existe également une pluralité d experts-comptables siégeant effectivement à ce conseil ; seule cette pluralité peut garantir l indépendance des administrateurs et le contrôle effectif de la société par des 9

10 membres de l Ordre : le cumul de deux postes d administrateur par un même membre de l Ordre conduit à une majorité déguisée, dès lors qu il n y a plus de pluralité. SARL gérant associé indirect Il est par ailleurs admis que le gérant d une SARL d expertise comptable soit l un des associés experts-comptables d une société d expertise comptable elle-même associée de la SARL (décision du 18 novembre 1997 Commission du Tableau et de la Discipline du Conseil supérieur). 5) DENOMINATION SOCIALE DES SOCIETES D EXPERTISE COMPTABLE Il n existe pas de texte particulier concernant la dénomination sociale des sociétés d expertise comptable, mis à part l article 43 du décret du 19 février 1970 qui précise que les sociétés sont inscrites ( ) sous leur raison ou dénomination sociale. Le Conseil supérieur et le Comité national du Tableau ont cependant été amenés à fixer un certain nombre de règles, pour tenir compte notamment des obligations déontologiques que doivent respecter les sociétés d expertise comptables (article 13 de l ordonnance de 1945), étant rappelé que ces sociétés ne peuvent s inscrire que sous la dénomination sociale ou le sigle qui figure dans leurs statuts. a) Absence d antériorité La dénomination envisagée doit ne pas être déjà utilisée par une autre société inscrite au Tableau : il appartient au Conseil régional de s assurer de cette absence d antériorité. Si une société demande son inscription au Tableau sous une dénomination déjà utilisée par une société inscrite à l Ordre, le Conseil régional devra refuser l inscription sous cette dénomination, sauf pour la société demanderesse à justifier de l accord écrit de l autre société qui bénéficie de l antériorité. b) Dénomination sociale de fantaisie Lorsque la société adopte une dénomination sociale de fantaisie, la dénomination retenue : - ne doit prêter à aucune confusion avec celle d une autre société ayant pour objet l exercice d une autre profession ; - doit éviter de faire référence à une entreprise commerciale ou à un secteur économique déterminé, ce qui faciliterait le démarchage. Le Comité national du Tableau a ainsi rappelé dans une décision du 2 octobre 1997 que la référence, dans la dénomination sociale d une société d expertise comptable, à un secteur d activité économique déterminé, tel le secteur agricole, serait de nature à faciliter le démarchage, en violation des articles 23 de l ordonnance du 19 septembre 1945 et 12 a du code des devoirs professionnels. - ne doit pas porter atteinte à l image de la Profession ( Commission du Tableau et de la Discipline - décision du 9 septembre 1997 refusant l utilisation du sigle TRIADE en raison de sa connotation mafieuse). 10

11 S il apparaît à un Conseil régional que la dénomination choisie est susceptible d induire les tiers en erreur sur les travaux pouvant être réellement effectués, ce Conseil en demandera la modification. c) Nom patronymique Lorsqu une société adopte un nom patronymique, le nom choisi doit être : - celui d un actionnaire, - membre de l Ordre, - exerçant effectivement son activité dans la société. Lorsque ledit actionnaire cesse son activité et cède ses droits, la société n est pas tenue de modifier sa dénomination sociale : l Ordre admet la pérennité du nom professionnel. d) Dénomination sociale et réseau Un nombre significatif de cabinets d expertise comptable sont affiliés à des réseaux internationaux ou nationaux à vocation plus ou moins multidisciplinaire. L inscription des sociétés d expertise comptable sous la dénomination sociale des organisations auxquelles elles sont affiliées a été acceptée sous condition du respect, par l ensemble du réseau, des règles déontologiques de la profession comptable libérale (circulaire du Conseil supérieur du 9 décembre 1993 n 3233). 6) AUTRES DISPOSITIONS L article 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 comprend un certain nombre de dispositions qui ne constituent pas des conditions d inscription au Tableau de l Ordre des sociétés d expertise comptable mais des obligations mises à la charge de ces sociétés. Le non respect de ces obligations par une société d expertise comptable ne peut donc pas constituer, a priori, un motif de refus d inscription ou de radiation d office (article 16 dernier alinéa du décret du 15 octobre 1945), mais sera susceptible de faire l objet de sanctions disciplinaires. a) Appel public à l épargne L article 7-I-3 autorise les sociétés d expertise comptable à faire appel public à l épargne, mais seulement pour des titres excluant l accès même différé ou conditionnel au capital. Cette disposition vise à éviter l entrée dans le capital de la société d expertise comptable de non-membres de l Ordre et donc à faire respecter la quotité prévue par l article 7-I-1 de l ordonnance. Outre les sanctions disciplinaires, la société qui ferait appel public à l épargne en émettant des actions permettant un accès au capital risque de voir passer la quotité de ce dernier détenu par des membres de l Ordre en deçà du seuil des deux tiers : ne 11

12 respectant plus les conditions d inscription au Tableau de l Ordre, elle pourrait alors faire l objet d une procédure de radiation d office. b) Information des conseils de l Ordre L article 7-6 de l ordonnance oblige les sociétés membres de l Ordre à communiquer annuellement aux conseils de l Ordre dont elles relèvent (siège social et bureaux secondaires) la liste de leurs associés ainsi que toute modification apportée à cette liste. c) Prise de participations L article 7-II-2 ème alinéa de l ordonnance interdit à une société d expertise comptable de détenir des participations financières dans des entreprises de toute nature à l exception, et sous le contrôle du conseil régional de l ordre, de celles ayant pour objet l exercice des activités visées aux articles 2 et 22, 7 ème alinéa, sans que cette détention constitue l objet principal de son activité. Cette disposition a fait l objet d un avis de la part du Conseil supérieur (avis sur les filiales et participations 15 novembre 1995 SIC n 146 d octobre 1996 p. 27 et s.). II - SOCIETES AYANT POUR OBJET EXCLUSIF LA DETENTION DE PARTS OU D ACTIONS DE SOCIETES D EXPERTISE COMPTABLE (SOCIETES DE PARTICIPATIONS D EXPERTISE COMPTABLE) L article 7 II de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoit dans son premier alinéa la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés ayant pour objet exclusif la détention de parts ou d actions des sociétés mentionnées au I., c est-à-dire des sociétés d expertise comptable. Elles portent le nom de sociétés de participations d expertise comptable. Le Conseil supérieur a précisé, dans sa session du 10 juillet 1996, qu une telle société ne pouvait avoir d autre objet que la détention de parts ou d actions de sociétés d expertise comptable, sous réserve de l exercice de mandats d administrateur dans ses filiales, dans les conditions posées par l article 7-IV de l ordonnance, ce qui exclut la possibilité pour cette société d avoir pour objet social accessoire la gestion et le suivi administratif de ses filiales ou d exercer des activités administratives, qu elle leur re-facture, pour leur compte. Les sociétés de participations d expertise comptable : - ne peuvent pas exercer la Profession ni aucune autre activité de quelque nature que ce soit, - elles ne peuvent que détenir des parts ou des actions, - et uniquement dans des sociétés d expertise comptable. Ces sociétés sont inscrites au Tableau de l Ordre : l article 7-II 1 er alinéa dispose qu elles doivent respecter les conditions mentionnées au I. à l exception du 1, et précise à cet égard que les trois quarts du capital et des droits de vote doivent être détenus par des expertscomptables. 12

13 A. FORME DES SOCIETES DE PARTICIPATIONS D EXPERTISE COMPTABLE Les sociétés de participations d expertise comptable peuvent être constituées sous la forme de sociétés anonymes ou à responsabilité limitée, visées par le I de l article 7 auquel la disposition qui leur est applicable renvoie. Le Conseil supérieur a par ailleurs décidé, dans sa session du 7 juillet 1995, d admettre la constitution de sociétés de participations d expertise comptable à forme civile. B. CONDITIONS D INSCRIPTION DES SOCIETES DE PARTICIPATIONS D EXPERTISE COMPTABLE Les conditions d inscription au Tableau des sociétés de participations d expertise comptable sont les mêmes que pour les sociétés d expertise comptable, exposées ci-dessus et sur lesquelles nous ne reviendrons pas, à l exception de celle relative à la détention du capital social et des droits de vote (article 7-I-1 de l ordonnance). En effet, et quelle que soit leur forme juridique (SA, SARL, sociétés civiles), les trois quarts du capital et des droits de vote de ces sociétés doivent être détenus par des expertscomptables. Bien que l article 7-II 1 er alinéa ne le mentionne pas expressément, il semble que cette détention puisse être directe, ou indirecte par une société inscrite à l Ordre : il conviendra alors de calculer la quotité effective détenue par des membres de l Ordre dans le cadre de cette participation indirecte pour déterminer si cette détention des trois quarts est bien respectée (voir supra). Les remarques effectuées plus haut sur le démembrement des parts sociales ou des actions s appliquent également aux sociétés de participations d expertise comptable. C. SECTION DU TABLEAU Les textes actuellement applicables ne prévoient pas de section particulière pour inscrire les sociétés de participations d expertise comptable au Tableau de l Ordre. Le projet de décret relatif au Tableau qui a été élaboré à la suite de la réforme de 1994 prévoit la création d une section spécifique pour ces sociétés, en plus de celle existant déjà pour les sociétés d expertise comptable. Dans l attente de la parution de ce décret, et en accord avec le Ministère de Tutelle, il a été admis que les sociétés de participations d expertise comptable soient inscrites dans la section des sociétés d expertise comptable, sous réserve qu un élément d identification spécifique leur soit attribué. 13

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2016-394 du 31 mars 2016 relative aux sociétés constituées pour l exercice en commun

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-176 du 27 février 2013 portant statut particulier du corps des techniciens sanitaires et de

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 16 février 2016 relative aux modifications des règles de fonctionnement d Euroclear France en sa qualité de dépositaire central de titres concernant la désignation du dépositaire central de

Plus en détail

ASSOCIATION DES GITES RURAUX DE FRANCE ET DU TOURISME VERT DE L AUDE

ASSOCIATION DES GITES RURAUX DE FRANCE ET DU TOURISME VERT DE L AUDE ASSOCIATION DES GITES RURAUX DE FRANCE ET DU TOURISME VERT DE L AUDE Article 1 - Forme juridique L association des Gîtes Ruraux de France et du Tourisme Vert de L Aude est une association régie par la

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination Services médicaux interentreprises Bâtiment Travaux Publics et activités annexes de l Oise STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 - Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

STATUTS. Version du 1 er juillet 2013. Nom de fichier V.O. 1 er septembre 2008 1 à 10 ST200809.pdf 1 1 er juillet 2013 3 à 10 ST201307.

STATUTS. Version du 1 er juillet 2013. Nom de fichier V.O. 1 er septembre 2008 1 à 10 ST200809.pdf 1 1 er juillet 2013 3 à 10 ST201307. FÉDÉRATION FRANÇAISE DE TAROT http://www.fftarot.fr Allée des TEPPES ----------- 71380 OSLON Téléphone : 03 85 93 66 15 Télécopie : 03 85 93 66 25 Mail : webmaster@fftarot.fr STATUTS Version du 1 er juillet

Plus en détail

Statuts Roche Holding SA

Statuts Roche Holding SA Statuts Roche Holding SA 4 mars 2008 I. Raison sociale, but, siège et durée de la société 1 Sous la raison sociale «Roche Holding AG» «Roche Holding SA» «Roche Holding Ltd» existe une société anonyme qui

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT La Commission Bancaire de l Afrique Centrale, Vu la Convention du 16 octobre 1990 portant création d une Commission

Plus en détail

Objet : Les sociétés de participations financières de professions libérales (SPFPL)

Objet : Les sociétés de participations financières de professions libérales (SPFPL) Pascale MATHIEU Secrétaire générale Mathilde GUEST Conseillère juridique Ns. Ref. : DJA /PM/MG/n 1/2013.04.10 Objet : Les sociétés de participations financières de professions libérales (SPFPL) Les sociétés

Plus en détail

STATUTS DE L OFFICE DES SPORTS DE RENNES

STATUTS DE L OFFICE DES SPORTS DE RENNES STATUTS DE L OFFICE DES SPORTS DE RENNES TITRE 1 Dénomination Siège social Objet Ethique Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail

Statuts de Givaudan SA

Statuts de Givaudan SA Statuts de Givaudan SA Avril 2013 TABLE DES MATIÈRES Section 1 Raison Sociale, Siege et But... 3 Section 2 Capital... 4 Section 3 Organisation... 7 Section 4 Etablissement des Comptes et Emploi du Bénéfice...

Plus en détail

Service de Santé au Travail du Bâtiment. 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne STATUTS

Service de Santé au Travail du Bâtiment. 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne STATUTS Service de Santé au Travail du Bâtiment Et des Travaux Publics de la Loire 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne La Santé au Travail 42 LOIRE STATUTS TITRE I - CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

SECTION 1 : ADMINISTRATION

SECTION 1 : ADMINISTRATION Un règlement traitant de manière générale de l exécution et de la gestion des affaires du Council of Atlantic University Libraries - Conseil des bibliothèques universitaires de l Atlantique (la «société»)

Plus en détail

STATUTS DU RÉSEAU LEXICOLOGIE, TERMINOLOGIE, TRADUCTION, AISBL

STATUTS DU RÉSEAU LEXICOLOGIE, TERMINOLOGIE, TRADUCTION, AISBL Statuts du Réseau Lexicologie, Terminologie, Traduction, AISBL : 1 Réseau Lexicologie, terminologie, traduction ASSOCIATION INTERNATIONALE SANS BUT LUCRATIF c/o Centre de recherche en linguistique appliquée

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES

ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES DE PICARDIE-ARDENNES Association déclarée Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS Article 1 : Forme Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS I - But de la Fondation Article 1er L établissement dit CéMaVie fondé

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Chapitre I er - FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE. Chapitre 2 - CONDITIONS D ADHESION, DE DEMISSION, DE RADIATION ET D EXCLUSION.

REGLEMENT INTERIEUR. Chapitre I er - FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE. Chapitre 2 - CONDITIONS D ADHESION, DE DEMISSION, DE RADIATION ET D EXCLUSION. 13 TITRE 1 ER - FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE. Chapitre I er - FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE. Article 1à4-Les articles 1 à 4 des statuts s appliquent Article 5 - Objet du Règlement

Plus en détail

STATUTS DE L OPQIBI. Edition du 08/04/2010

STATUTS DE L OPQIBI. Edition du 08/04/2010 STATUTS DE L OPQIBI Edition du 08/04/2010 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur - 75002 Paris Tél. : 01.55.34.96.30 - Fax : 01.42.36.51.90 - E-mail : opqibi@wanadoo.fr Site Internet

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL STATUTS. Association Interentreprises de Santé au Travail du Grand Lyon (Association déclarée J.O. du 21 janvier 1980)

SANTE AU TRAVAIL STATUTS. Association Interentreprises de Santé au Travail du Grand Lyon (Association déclarée J.O. du 21 janvier 1980) SANTE AU TRAVAIL STATUTS Association Interentreprises de Santé au Travail du Grand Lyon (Association déclarée J.O. du 21 janvier 1980) Service Interentreprises de Santé au Travail 100 rue du 4 août 1789

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

CONVOCATIONS CEGID GROUP

CONVOCATIONS CEGID GROUP CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS CEGID GROUP Société anonyme à conseil d administration au capital de 8 771 404,15 euros Siège social : 52, Quai Paul Sédallian, 69009 LYON

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

S.O.I.TEC SILICON ON INSULATOR TECHNOLOGIES

S.O.I.TEC SILICON ON INSULATOR TECHNOLOGIES S.O.I.TEC SILICON ON INSULATOR TECHNOLOGIES Société anonyme au capital de 8 225 016,20 Euros Siège social : Parc Technologique des Fontaines, Chemin des Franques, 38190 BERNIN 384 711 909 RCS GRENOBLE

Plus en détail

Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville portant création du RIARC.

Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville portant création du RIARC. VERSION MODIFIEE DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET FINANCIER TITRE I : REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 er : OBJET Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville

Plus en détail

Statuts et fonctionnement

Statuts et fonctionnement Statuts et fonctionnement Raison sociale, nom commercial et siège social de la Société La dénomination sociale de la Société et son principal nom commercial est NextRadioTV. Le siège social de la Société

Plus en détail

Règlement intérieur de l'institut régional d'administration de Lyon

Règlement intérieur de l'institut régional d'administration de Lyon Règlement intérieur de l'institut régional d'administration de Lyon TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Conformément aux dispositions du décret n 84-588 du 10 juillet 1984 modifié relatif aux

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE INDUSTRIE, ÉNERGIE ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Décret n o 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l Institut

Plus en détail

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE I. Définition Acte juridique Il crée des droits et des obligations au profit ou à la charge des personnes auxquelles il s'applique. Acte individuel Il s'impose directement

Plus en détail

GUIDE DE REDACTION DES STATUTS

GUIDE DE REDACTION DES STATUTS GUIDE DE REDACTION DES STATUTS Ce guide a pour objectif de vous accompagner dans la rédaction des statuts de votre association sportive. Il vous permettra de comprendre les enjeux de la rédaction des statuts

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 Directive ------------------------------- Règles minimales communes applicables aux GIE et associations de moyens Les CIL sont des associations régies par la

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE SECTION 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES (p. 2-3) 1. But 2. Portée 3. Objectifs 4. Définitions TABLE DES MATIÈRES SECTION II OBLIGATIONS DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

STATUTS. ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer.

STATUTS. ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer. STATUTS Les soussignés : - (nom, prénoms, profession, domicile, inscription à l Ordre) - ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer. Article 1er -

Plus en détail

FICHE VII. LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL : ORGANISATION ET COMPOSITION

FICHE VII. LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL : ORGANISATION ET COMPOSITION FICHE VII. LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL : ORGANISATION ET COMPOSITION VII.1. Organisation : les différents niveaux de création de comités d hygiène, de sécurité et des

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DES ACTIONNAIRES DU 2 FEVRIER 2016 TEXTE DES RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DES ACTIONNAIRES DU 2 FEVRIER 2016 TEXTE DES RESOLUTIONS INSIDE SECURE Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 13.908.539,20 euros Siège social : Arteparc Bachasson Bâtiment A Rue de la carrière de Bachasson CS 70025-13590 Meyreuil

Plus en détail

STATUTS ADOPTES LE 30 JANVIER 1997

STATUTS ADOPTES LE 30 JANVIER 1997 1 STATUTS ADOPTES LE 30 JANVIER 1997 I Conformément à l Article L 411-1 et suivants du Livre IV du Code du Travail, il est constitué, entre tous ceux qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts un

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-15384 11-21994 Non publié au bulletin Rejet M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 février 2014. PROPOSITION DE LOI REJETÉE PAR LE SÉNAT, visant

Plus en détail

AVIS PREALABLE A L ASSEMBLEE

AVIS PREALABLE A L ASSEMBLEE DAMARTEX Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Capital social : 103.096.000 euros Siège social : 25 avenue de la Fosse-aux-Chênes 59100 Roubaix 441.378.312 RCS Lille Métropole AVIS PREALABLE

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 12 mars 2015 relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

IL EST RÉSOLU D ADOPTER L ARRÊTÉ No 1 DU CLUB VOITURES EUROPÉENNES D AUTREFOIS

IL EST RÉSOLU D ADOPTER L ARRÊTÉ No 1 DU CLUB VOITURES EUROPÉENNES D AUTREFOIS VOITURES EUROPÉENNES D AUTREFOIS IL EST RÉSOLU D ADOPTER L ARRÊTÉ No 1 DU CLUB VOITURES EUROPÉENNES D AUTREFOIS ARRÊTÉ #1 ARTICLE I - BUT ET OBJETS Les objectifs du Club des Voitures Européennes d Autrefois

Plus en détail

Composition C est le recteur qui fixe la composition de chaque jury académique pour la session annuelle considérée.

Composition C est le recteur qui fixe la composition de chaque jury académique pour la session annuelle considérée. Secteur Formation 13/02/2008 >> Les jurys académiques Utilitaire Evaluation et Titularisation des stagiaires IUFM Second degré Composition C est le recteur qui fixe la composition de chaque jury académique

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE. qui se tiendra le 21 octobre 2008 à 12,00 heures au siège social afin de débattre de l'ordre du jour suivant :

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE. qui se tiendra le 21 octobre 2008 à 12,00 heures au siège social afin de débattre de l'ordre du jour suivant : COMPAGNIE DE L'OCCIDENT POUR LA FINANCE ET L'INDUSTRIE, société anonyme Siège social : L-1145 Luxembourg, 180, rue des Aubépines R.C.S. Luxembourg B- 9539 Messieurs les actionnaires sont priés d'assister

Plus en détail

AMIDON 45 STATUTS. Mis à Jour le 27 juin 2005

AMIDON 45 STATUTS. Mis à Jour le 27 juin 2005 AMIDON 45 STATUTS Mis à Jour le 27 juin 2005 ARTICLE 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION Lors de l Assemblée Générale Constitutive du 20 mars 1996, il a été fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

1- Dénomination. 2- Objet

1- Dénomination. 2- Objet Association déclarée en préfecture du Nord le 4 décembre 1987- Parue au JO du 30 décembre 1987. Statuts validés en assemblée générale extraordinaire le 19 mai 2015. La Maison Des Associations a été créée

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR Préambule Lors de sa réunion du 7 décembre 2010, le Conseil d administration de la société ABC arbitrage s est doté d un règlement intérieur

Plus en détail

MODELE DE REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE

MODELE DE REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE FEDERATION FRANCAISE DE KARATE ET DISCIPLINES ASSOCIEES Porte d Orléans - 39 rue Barbès 92120 MONTROUGE MODELE DE REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE TITRE I ORGANES CENTRAUX DE LA LIGUE CHAPITRE I L ASSEMBLEE

Plus en détail

STATUTS DE ZWAHLEN & MAYR SA (projet soumis à l approbation de l AG du 29.4.2015)

STATUTS DE ZWAHLEN & MAYR SA (projet soumis à l approbation de l AG du 29.4.2015) STATUTS DE ZWAHLEN & MAYR SA (projet soumis à l approbation de l AG du 29.4.2015) Statuts (ancien texte) Statuts (nouveau texte proposé) Article premier : Raison sociale 1.1 Sous la raison sociale «Zwahlen

Plus en détail

FONDATION SAINT JEAN DE DIEU

FONDATION SAINT JEAN DE DIEU STATUTS FONDATION SAINT JEAN DE DIEU PRÉAMBULE La Fondation Saint Jean de Dieu a pour objet de poursuivre une œuvre âgée de plus de quatre siècles en France, fondée sur l inspiration originelle de Saint

Plus en détail

STATUTS LIGUE DES YVELINES ORGANISME DE PROXIMITE ET DE GESTION DE LA F.F.J.D.A.

STATUTS LIGUE DES YVELINES ORGANISME DE PROXIMITE ET DE GESTION DE LA F.F.J.D.A. STATUTS LIGUE DES YVELINES ORGANISME DE PROXIMITE ET DE GESTION DE LA TITRE I : OBJET, MISSIONS ET COMPOSITION Article 1 : objet L association dite «Ligue des Yvelines de judo, jujitsu, kendo et disciplines

Plus en détail

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE ------------------------------ ----------------------- LOI N 99/015 DU 22 DEC 1999 PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER L Assemblée Nationale

Plus en détail

rotocole Electoral 1 1CIPAV-CAVEC- AVOM-IRCEC Protocole Électoral

rotocole Electoral 1 1CIPAV-CAVEC- AVOM-IRCEC Protocole Électoral rotocole Electoral 1 1CIPAV-CAVEC- AVOM-IRCEC Protocole Électoral Élections du Conseil d administration 2013 Protocole Electoral 2 Table des matières Table des matières 2 1. Objet du Protocole 3 2. Composition

Plus en détail

Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.)

Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.) Mis à jour le 10 août 2009 Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.) Introduction : Les règles de déontologie relatives

Plus en détail

GENTICEL STATUTS MIS A JOUR LE 10 SEPTEMBRE 2015. Copie certifiée conforme par le Président du Directoire. Martin KOCH.

GENTICEL STATUTS MIS A JOUR LE 10 SEPTEMBRE 2015. Copie certifiée conforme par le Président du Directoire. Martin KOCH. GENTICEL Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 1.547.578,30 euros Siège social : 516, rue Pierre et Marie Curie 31670 Labège 439 489 022 RCS Toulouse STATUTS MIS A JOUR

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

Avis de réunion valant avis de convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE

Avis de réunion valant avis de convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE TRANSGENE Société anonyme au capital social de 72 470 137 N 317 540 581 Registre de Commerce de Strasbourg Siège social : boulevard Gonthier d Andernach 67400 Illkirch-Graffenstaden Avis de réunion valant

Plus en détail

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUT TYPE C.O. M.I.O. - version initiale Page 1 de 15 SOMMAIRE ARTICLE 1 : FORME... 3 ARTICLE 2 : DENOMINATION... 3 ARTICLE

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Société anonyme au capital social de 391 464,08 euros Siège social : 88 rue de la Folie Méricourt 75 011 Paris 382 954 279 RCS PARIS

Société anonyme au capital social de 391 464,08 euros Siège social : 88 rue de la Folie Méricourt 75 011 Paris 382 954 279 RCS PARIS MILLIMAGES Société anonyme au capital social de 391 464,08 euros Siège social : 88 rue de la Folie Méricourt 75 011 Paris 382 954 279 RCS PARIS TEXTE DES RESOLUTIONS A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION "PHOTO-CLUB DE BELFORT"

STATUTS ASSOCIATION PHOTO-CLUB DE BELFORT STATUTS ASSOCIATION "PHOTO-CLUB DE BELFORT" Titre I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Règlement intérieur de la FFII France

Règlement intérieur de la FFII France Règlement intérieur de la FFII France (version 1 - février 2006) Préambule Conformément aux statuts de l Association «FFII France», dite également FFII.fr, le règlement intérieur est établi par le Conseil

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

LMD Expertise comptable du DCG 2 Droit des sociétés Sup FOUCHER

LMD Expertise comptable du DCG 2 Droit des sociétés Sup FOUCHER LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 2 Droit des sociétés et autres groupements d'affaires 2 e ÉDITION Valérie Gomez-Bassac Françoise Rouaix Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

STATUTS TITRE I BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION. ARTICLE Ier : CONSTITUTION - DENOMINATION - SIEGE - DUREE

STATUTS TITRE I BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION. ARTICLE Ier : CONSTITUTION - DENOMINATION - SIEGE - DUREE COMITE DES OEUVRES SOCIALES DU PERSONNEL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DES ETABLISSEMENTS PUBLICS AFFILIES AU CENTRE DEPARTEMENTAL DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA HAUTE-VIENNE

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Texte applicable... 5. 2. Procédures de télé-déclaration... 7

SOMMAIRE. 1. Texte applicable... 5. 2. Procédures de télé-déclaration... 7 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 TITRE I TEXTE APPLICABLE ET PROCEDURES DE TELE-DECLARATION... 5 1. Texte applicable... 5 2. Procédures de télé-déclaration... 7 2.1. Si le client est un professionnel... 7

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS 1 NOTE DE COURS ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL SECTION 2 : ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL Six principaux points seront successivement abordés : - L organe

Plus en détail

STATUTS Approuvés par l arrêté du 17 décembre 1998 (journal officiel du 29 décembre 1998)

STATUTS Approuvés par l arrêté du 17 décembre 1998 (journal officiel du 29 décembre 1998) SOCIETE DES ANCIENS ELEVES DE L ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS Fondée en 1846 Reconnue d utilité publique par décret du 4 avril 1860 et d intérêt général le 31 mai 1961 STATUTS Approuvés

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

LA MISE EN PLACE DU COMITÉ D HYGIÈNE DE SÉCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

LA MISE EN PLACE DU COMITÉ D HYGIÈNE DE SÉCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL LA MISE EN PLACE DU COMITÉ D HYGIÈNE DE SÉCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL 1. Quel est le géographique de mise en place du CHSCT? 2. A partir de quel seuil d effectif la mise en place d un CHSCT devient-elle

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail