Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois"

Transcription

1 Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la Belgique et son rôle international, Bruxelles concentre un grand nombre de professions pour lesquelles les exigences linguistiques sont élevées. De nombreuses entreprises belges ont en outre leur siège social établi en Région bruxelloise. Par ailleurs, la Région est bilingue. Tous ces éléments ont un impact sur les exigences linguistiques et l utilisation des langues sur le marché du travail bruxellois. La connaissance des deux langues nationales (la combinaison du français et du néerlandais) est l exigence la plus fréquente. Dans cette note, deux parties sont distinguées avec, d une part, les exigences linguistiques sur le marché du travail bruxellois et, d autre part, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi inscrits chez Actiris. La partie 1 traitera des exigences linguistiques sur le marché du travail bruxellois sur la base des offres d emploi reçues par Actiris au cours de l année Dans un premier temps, on vérifiera quelles langues sont le plus souvent demandées dans les offres d emploi. On examinera ensuite les exigences linguistiques selon un certain nombre de variables comme le domaine professionnel et le niveau d études renseigné dans l offre d emploi. Enfin, les exigences linguistiques seront considérées sous l angle du secteur d activité et de la taille de l entreprise des employeurs qui ont introduit les offres d emploi chez Actiris. La partie 2 analysera les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi inscrits chez Actiris. Leur niveau de connaissance des deux langues nationales sera examiné à partir d une série de caractéristiques, comme le niveau d études et l âge, et à partir du domaine professionnel des demandeurs d emploi. On vérifiera, au moyen d une analyse longitudinale, le lien entre les connaissances linguistiques et les probabilités de sortir du chômage. On examinera ensuite les différentes langues pour lesquelles les demandeurs d emploi possèdent de bonnes connaissances orales. Finalement, on abordera la question des demandeurs d emploi ne possédant qu une connaissance élémentaire de la langue nationale utilisée dans leur dossier. 1. Exigences linguistiques spécifiées dans les offres d emploi Dans cette partie, les exigences linguistiques sont examinées du côté de la demande sur le marché du travail bruxellois, sur la base des offres d emploi reçues par Actiris. Avant d examiner plus en détail les exigences linguistiques, il convient de noter que l employeur ne spécifie pas toujours dans l offre d emploi les connaissances linguistiques requises. Il arrive aussi parfois que les exigences linguistiques figurent dans la zone libre du texte. C est la raison pour laquelle ces données doivent être interprétées avec la circonspection nécessaire. 1

2 En 2010, des exigences linguistiques étaient spécifiées explicitement dans 48,0% des offres d emploi reçues par Actiris. Dans le cas des offres d emploi relatives aux fonctions critiques, ce chiffre passe à 61,2% (43,6% pour les fonctions non critiques). Si les offres d emploi reçues requièrent des connaissances linguistiques, il s agit principalement de la connaissance des deux langues nationales (français/néerlandais). Près de 90% des offres d emploi requérant des connaissances linguistiques, exigent une connaissance des deux langues nationales (français/néerlandais). Ce constat confirme le rapport d étude 1 du TIBEM qui spécifiait également que l exigence la plus fréquente en Région bruxelloise est la combinaison du français et du néerlandais. Dans 30% des offres d emploi comprenant des exigences linguistiques, une connaissance de l anglais est requise, généralement en combinaison avec le néerlandais et le français. Dans seulement 4% des cas, la connaissance d une autre langue est demandée. Il s agit ici principalement de la connaissance de l allemand et en deuxième lieu de l espagnol. L italien, l arabe et le turc reviennent aussi sporadiquement dans les offres d emploi. GRAPHIQUE 1 : REPARTITION DES OFFRES D EMPLOI EN FONCTION DES EXIGENCES LINGUISTIQUES Exigences linguistiques 48,0% Français & néerlandais 65,6% Pas d'exigences linguistiques 52,0% Français & néerlandais + anglais 21,1% Anglais 9,1% Autres 4,1% 1 Tweetaligheid in Beweging, Bilinguisme en Mouvement, pour plus d informations, consulter le rapport d enquête «Entreprises bruxelloises et langues étrangères : pratiques et coût d une main d œuvre ne maîtrisant pas les langues étrangères» via 2

3 1.1 Offres d emploi et domaine professionnel Les connaissances linguistiques exigées, tant en ce qui concerne la nature (oral/écrit) qu en ce qui concerne le niveau, peuvent varier considérablement selon la fonction stipulée dans l offre d emploi. Ainsi, par exemple, il est demandé d être parfaitement bilingue dans certains cas, tandis qu une connaissance élémentaire des deux langues nationales suffit dans d autres cas. En outre, les exigences linguistiques diffèrent considérablement d une profession à l autre et selon le domaine professionnel. Les exigences sont surtout plus importantes pour les professions nécessitant des contacts avec des personnes externes. De même, elles sont plus importantes dans certains domaines professionnels, comme l indique le graphique suivant qui propose un aperçu des exigences linguistiques par domaine professionnel. Au vu des données de ce graphique, les exigences linguistiques sont ainsi surtout élevées dans les domaines suivants : ingéniorat, informatique, gestion et économie/finances/droit. Dans plus des trois quarts des offres d emploi reçues par Actiris pour des postes d ingénieur et d informaticien, les employeurs posent des exigences linguistiques explicites. Le domaine professionnel «gestion» regroupe les professions de directeur ainsi que de responsable d entreprise et de projet. Plus de 70% de ces offres d emploi spécifient des connaissances linguistiques. L enseignement, la construction ainsi que la sécurité et le nettoyage, par contre, sont des domaines où les exigences linguistiques sont relativement faibles. GRAPHIQUE 2 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LE DOMAINE PROFESSIONNEL INGENIORAT INFORMATIQUE GESTION ECONOMIE, FINANCES, DROIT ADMINISTRATION SCIENCES COMMERCE INDUSTRIE TRANSPORT TOTAL PSYCHO-SOCIAL, CULTURE HORECA, ALIMENTATION MEDICAL SECURITE, NETTOYAGE CONSTRUCTION ENSEIGNEMENT 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques 3

4 1.2 Offres d emploi et niveau d études Le graphique suivant donne la répartition des offres d emploi en fonction des exigences linguistiques et du niveau d études. Il indique que les exigences linguistiques sont proportionnelles au niveau d études. Lorsqu il est demandé dans les offres d emploi un faible 2 niveau d études, des exigences linguistiques explicites sont posées dans trois offres sur dix. Si par contre, un diplôme plus élevé (universitaire ou non) est exigé, de telles exigences sont mentionnées explicitement dans une offre d emploi sur deux. GRAPHIQUE 3 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LE NIVEAU D ETUDES Faible 30,1% 69,9% Moyen 44,6% 55,4% Supérieur 49,8% 50,2% Non précisé 56,6% 43,4% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques Remarques : le niveau d études n est pas toujours explicitement spécifié dans les offres d emploi, soit que le niveau d études soit implicitement lié à la profession recherchée (par exemple : ingénieur, médecin ), soit que l employeur n ait pas jugé utile de le préciser dans la mesure où l attention sera porté principalement sur certaines aptitudes ou compétences des candidats (par exemple : vendeur). 2 Un diplôme de l enseignement primaire ou tout au plus de l enseignement secondaire inférieur. 4

5 1.3 Offres d emploi selon le secteur d activité Lorsque l on considère les offres d emploi spécifiant des exigences linguistiques en fonction du secteur d activité de l entreprise, il apparaît que les institutions financières, les services aux entreprises et le commerce sont les secteurs ayant les exigences linguistiques les plus élevées. Dans ces secteurs, le contact avec le client est généralement primordial. Inversement, les exigences linguistiques sont les plus faibles au sein des secteurs de l éducation et de la construction. À l exception du secteur de la construction, tous les secteurs d activité dont les exigences linguistiques se situent en dessous de la moyenne relèvent du secteur non marchand. On constate donc que les exigences linguistiques sont globalement plus importantes dans le secteur privé que dans le secteur non marchand au sens large (administration, santé et action sociale, éducation). Sachant qu Actiris reçoit proportionnellement plus d offres d emploi du secteur non marchand que du secteur privé, on peut donc en déduire que les exigences linguistiques au niveau global de la Région bruxelloise sont logiquement plus élevées que celles enregistrées au niveau des offres d emploi reçues par Actiris (48%). GRAPHIQUE 4 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LE SECTEUR D ACTIVITE ACTIVITÉS FINANCIÈRES SERVICES AUX ENTREPRISES COMMERCE TRANSPORTS ET COMMUNICATIONS INDUSTRIE HÔTELS ET RESTAURANTS TOTAL SERVICES COLL., SOCIAUX ET PERS. ADMINISTRATION PUBLIQUE SANTÉ ET ACTION SOCIALE CONSTRUCTION ÉDUCATION 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques 5

6 1.4 Offres d emploi selon la taille de l entreprise Y a t il un lien entre les exigences linguistiques spécifiées dans les offres d emploi et la taille de l entreprise? Sur la base des offres d emploi reçues par Actiris, il est difficile de tirer une conclusion univoque au vu des variations observées selon la classe de taille. Les données reprises dans le graphique suivant indiquent toutefois que, malgré les oscillations, les petites et moyennes entreprises (PME) ont des exigences linguistiques un peu plus faibles que les entreprises occupant au moins 50 travailleurs. Ces dernières spécifient ainsi des exigences linguistiques dans plus de la moitié de leurs offres d emploi. Par ailleurs, il ressort de l analyse du TIBEM que les PME et les plus grosses entreprises ont les mêmes besoins en langues à Bruxelles. À la différence près que les grosses entreprises disposent de plus de personnel ainsi que de moyens financiers et organisationnels pour pallier le manque de connaissances linguistiques de leur personnel. GRAPHIQUE 5 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LA TAILLE DE L ENTREPRISE < 20 travailleurs 45,5% 54,5% travailleurs 39,5% 60,5% travailleurs 55,4% 44,6% > 200 travailleurs 51,2% 48,8% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques 6

7 2. Compétences linguistiques des demandeurs d emploi Pour les travailleurs en Région bruxelloise, la connaissance de plusieurs langues a une valeur ajoutée élevée. Il est également très important pour les demandeurs d emploi de connaître plusieurs langues pour trouver un emploi. Les employeurs bruxellois exigent le plus souvent la connaissance du français et du néerlandais, et ce quel que soit le type de travail, le secteur d activité ou la taille de l entreprise (voir première partie de cette note). Dans cette partie, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi 3 sont analysées sur la base de leurs connaissances orales. Ce choix repose sur le fait que les offres d emploi requièrent surtout des compétences orales et communicatives. La part de demandeurs d emploi déclarant disposer au minimum d une connaissance moyenne (orale) de la deuxième langue nationale s élève à 22,7%. Cette proportion passe à 8,6% si l on considère uniquement les demandeurs d emploi qui affirment disposer d une bonne connaissance de l autre langue nationale. Par contre, 31,9% des demandeurs d emploi déclarent disposer au minimum d une connaissance moyenne de l anglais (16,9% disent avoir une bonne connaissance). On constate donc que les demandeurs d emploi affirment avoir une meilleure connaissance de l anglais que de la deuxième langue nationale. Il convient toutefois de noter que le niveau est principalement attribué sur la base des déclarations des demandeurs d emploi. Ces chiffres doivent dès lors être interprétés avec la circonspection nécessaire. 2.1 Connaissances linguistiques selon les caractéristiques des demandeurs d emploi De manière générale, on constate que les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi augmentent en fonction du niveau d études. Ce constat est clairement mis en avant dans le graphique suivant. Plus spécifiquement, la proportion de demandeurs d emploi ayant au minimum une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale est fortement reliée au niveau d études. Ainsi, 52,8% d universitaires inscrits comme demandeur d emploi déclarent posséder au minimum une connaissance moyenne de l autre langue nationale, alors que cette proportion tombe à 35,5% pour les demandeurs d emploi possédant un diplôme du secondaire supérieur. Seuls 18,6% des demandeurs d emploi ayant tout au plus un diplôme de l enseignement primaire affirment avoir au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. On constate également pour les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance de la deuxième langue nationale une progression avec le niveau d études, néanmoins les écarts entre les faiblement et les fortement qualifiés sont moins marqués. Il est enfin à relever que dans la catégorie «autres études», 6,9% des demandeurs d emploi à peine ont au minimum un niveau moyen de connaissance de la deuxième langue nationale (1,9% seulement a une bonne connaissance de l autre langue nationale). Cette catégorie 3 Demandeurs d emploi inoccupés inscrits chez ACTIRIS au 31 janvier

8 comprend principalement des demandeurs d emploi qui ont fait leurs études à l étranger. À noter qu il s agit ici d un groupe considérable en Région bruxelloise. En effet, plus d un tiers des demandeurs d emploi bruxellois sont inscrits dans cette catégorie. GRAPHIQUE 6 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES EN FR/NL ET LE NIVEAU D ETUDES 60,0% 52,8% 50,0% 45,3% 40,0% 35,5% 30,0% 20,0% 18,6% 25,3% 17,6% 21,7% 10,0% 9,5% 10,1% 12,3% 6,9% 1,9% 0,0% Primaire Secondaire inférieur Secondaire supérieur Sup. non univ. Universitaire Autres études Connaissance moyenne FR/NL Bonne connaissance FR/NL La différence concernant les connaissances linguistiques selon le niveau d études est encore plus prononcée chez les demandeurs d emploi ayant au minimum une connaissance moyenne et une bonne connaissance de l anglais. Chez les demandeurs d emploi infrascolarisés (disposant tout au plus un diplôme de l enseignement secondaire inférieur), la connaissance de l anglais est inférieure à la connaissance des deux langues nationales. Inversement, les demandeurs d emploi moyennement et hautement qualifiés ont une meilleure connaissance de l anglais que de la deuxième langue nationale. Dans la catégorie «autres études», presque un quart des demandeurs d emploi ont au moins une connaissance moyenne de l anglais et 14% une bonne connaissance, chiffre également nettement plus élevé que pour leurs connaissances de la deuxième langue nationale. 8

9 GRAPHIQUE 7 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES EN ANGLAIS ET LE NIVEAU D ETUDES 100,0% 90,0% 87,0% 80,0% 73,4% 70,0% 60,0% 58,9% 50,0% 40,0% 40,1% 40,7% 30,0% 20,0% 10,0% 9,8% 3,8% 20,9% 8,5% 17,5% 23,8% 13,7% 0,0% Primaire Secondaire inférieur Secondaire supérieur Sup. non univ. Universitaire Autres études Connaissance moyenne anglais Bonne connaissance anglais En ce qui concerne les compétences linguistiques des demandeurs d emploi selon l âge, les jeunes de moins de 25 ans sont relativement plus nombreux à avoir au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. Près de 30% des jeunes demandeurs d emploi bruxellois déclarent ainsi posséder au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. On constate que les demandeurs d emploi ayant une connaissance au minimum moyenne de l autre langue nationale diminue avec l âge. Par contre, pour les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance des deux langues nationales, il y a peu de différences selon l âge. À noter toutefois que la proportion de bons bilingues (français néerlandais) est légèrement plus importante chez les plus de 50 ans. Parmi ceux ci, 12,6% des demandeurs d emploi déclarent disposer d une bonne connaissance de l autre langue nationale. 9

10 GRAPHIQUE 8 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES FR/NL ET LA CLASSE D AGE 35,0% 30,0% 28,4% 27,0% 25,0% 20,0% 21,5% 19,3% 20,6% 15,0% 12,6% 10,0% 9,2% 7,4% 7,2% 7,9% 5,0% 0,0% < > 50 Connaissance moyenne FR/NL Bonne connaissance FR/NL Source : Actiris, calcul Observatoire bruxellois de l Emploi Tout comme les exigences linguistiques peuvent sensiblement différer dans les offres d emploi en fonction du domaine professionnel, les compétences linguistiques des demandeurs d emploi varient de manière notable selon les professions auxquelles ils aspirent. La part de demandeurs d emploi déclarant être au minimum moyennement bilingues (français/néerlandais), varient de 49,2% à 7,2%. Pour les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance de la deuxième langue, le pourcentage oscille entre 24,4% et 2,8%. Tout comme pour les offres d emploi, les connaissances linguistiques (FR/NL) des demandeurs d emploi sont plus élevés dans les domaines professionnels où la communication et les contacts jouent un rôle important. 10

11 GRAPHIQUE 10 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES FR/NL ET LE DOMAINE PROFESSIONNEL GESTION ECONOMIE, FINANCES, DROIT INGENIORAT ADMINISTRATION INFORMATIQUE PSYCHO-SOCIAL, CULTURE SCIENCES COMMERCE ENSEIGNEMENT TOTAL MEDICAL TRANSPORT INDUSTRIE HORECA, ALIMENTATION CONSTRUCTION SECURITE, NETTOYAGE 14,8% 15,0% 14,3% 11,0% 11,0% 10,3% 10,0% 9,5% 8,6% 5,9% 18,5% 6,7% 16,8% 6,6% 16,7% 5,2% 14,0% 4,3% 10,9% 2,8% 7,2% 24,4% 27,5% 27,2% 25,8% 22,7% 34,4% 33,6% 49,2% 46,4% 42,7% 39,1% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% 30,0% 35,0% 40,0% 45,0% 50,0% 55,0% 60,0% Connaissance moyenne FR/NL Bonne connaissance FR/NL 11

12 2.1.1 Analyse longitudinale des demandeurs d emploi selon les connaissances linguistiques L Observatoire bruxellois de l Emploi a réalisé une analyse longitudinale des demandeurs d emploi inscrits en janvier 2010 pour vérifier le lien entre les connaissances linguistiques et les probabilités de sortir du chômage. Cette population a été suivie pendant une période de 12 mois, selon qu elle sortait ou non du chômage. À cette fin, l Observatoire a comparé les flux de sortie de deux groupes de demandeurs d emploi (cohortes) 4 : les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance ou une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 1) ; les demandeurs d emploi n ayant aucune connaissance ou ayant moins qu une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 2). Ces deux groupes ont donc été suivis pendant une période de 12 mois afin de vérifier dans quelle mesure la connaissance de la deuxième langue nationale avait un impact sur la sortie du chômage. En ce qui concerne le taux de sortie, les demandeurs d emploi peuvent ne plus être inscrits pour diverses raisons : travail mais aussi radiation suite à une absence à une convocation, maladie (mutuelle), entrée en formation, (pré)pension, déménagement vers une autre région Dans le cadre de cette analyse, l Observatoire a également comparé l écart observé au niveau des probabilités de trouver un emploi selon que les demandeurs d emploi aient ou non une connaissance au moins moyenne de l autre langue nationale. En ce qui concerne le taux de sortie vers l emploi, seul le flux de sortie vers un emploi est pris en considération. Ces deux cohortes ont été réparties en fonction de la durée d inactivité et du niveau d études. Il s agit de deux facteurs qui ont un impact important sur les chances de sortie des demandeurs d emploi. 4 Fin janvier 2010, on dénombrait DEI inscrits chez ACTIRIS. Le groupe 1 est constitué de demandeurs d emploi ayant au moins une connaissance moyenne de l autre langue nationale et compte personnes. Le groupe 2 est constitué des demandeurs d emploi n ayant aucune connaissance ou ayant moins qu une connaissance moyenne de l autre langue nationale et compte personnes. 12

13 TABLEAU 1 : Durée d inactivité TAUX DE SORTIE DU CHÔMAGE ET DIFFÉRENCE ENTRE LES TAUX DE SORTIES VERS L EMPLOI SELON LA DURÉE D INACTIVITÉ ET LE NIVEAU D ÉTUDES Niveau d études DEI Taux de sortie du chômage (situation après 1 an) Groupe 1 Groupe 2 Connaissance Pas ou faible moyenne de connaissance de l autre langue l autre langue nationale nationale Différence en % entre les taux de sortie vers l emploi Faible 63,8 65,5 63,5 9,1 - de 6 mois Moyen 70,2 71,5 69,9 10,4 Élevé 78,1 76,6 78,6 0,0 Autres études 65,0 66,3 65,0 23,2 Total - de 6 mois 67,8 71,0 67,3 20,8 Faible 57,0 57,7 56,8 8,9 6 mois à 1 an Moyen 63,1 63,9 62,9 6,5 Élevé 74,3 73,1 74,9 0,2 Autres études 57,6 60,5 57,5 22,9 Total 6 mois à 1 an 61,1 64,6 60,4 19,6 Faible 37,9 39,4 37,6 8,4 1 an et + Moyen 45,6 46,2 45,3 4,9 Élevé 58,9 56,8 60,4-8,5 Autres études 36,6 42,5 36,3 26,2 Total 1 an et + 41,6 46,3 40,5 22,7 TOTAL 51,3 53,4 50,8 16,1 Si l on examine par exemple la situation des demandeurs d emploi ayant une durée d inactivité de moins de 6 mois et un niveau d études moyen, à savoir tout au plus un diplôme de l enseignement secondaire supérieur, il ressort du tableau ci dessus qu ils ont un taux de sortie général de 70,2%, quel que soit le niveau de connaissance de la deuxième langue nationale. Lorsque ces demandeurs d emploi ont au minimum une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale, le taux de sortie s élève alors à 71,5% (groupe 1) contre 69,9% quand ils n ont aucune connaissance ou quand ils ont moins qu une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 2). Considérant uniquement le flux de sortie vers un emploi, il ressort par ailleurs que le groupe 1 a 10,4% de chances supplémentaires de trouver un emploi par rapport au groupe 2. Au vu des données, on constate ainsi que, de manière globale, les demandeurs d emploi ayant une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 1) affichent un taux de sortie plus élevé (53,4%) que l autre groupe (50,8%). Il existe donc une relation positive entre les connaissances linguistiques et la probabilité de sortir du chômage. Outre la relation entre les connaissances linguistiques et les probabilités de sortir du chômage, on remarquera que ces dernières diminuent par ailleurs à mesure que la durée d inactivité augmente tandis qu elles sont plus importantes au fur et à mesure que le niveau d études progresse. 13

14 Seules les personnes hautement qualifiées (quelle que soit leur durée d inactivité) ne sont pas concernées par une relation positive entre le taux de sortie et la connaissance de la deuxième langue nationale. En outre, les demandeurs d emploi qui ont au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 1) ont davantage de chances de trouver un emploi. Parmi eux, ceux qui ont une durée d inactivité de moins de 6 mois ont ainsi 20,8% de chances supplémentaires de trouver un emploi par rapport aux demandeurs d emploi qui ont moins qu une connaissance moyenne. Pour les demandeurs d emploi ayant une durée d inactivité de plus d un an, l écart entre les taux de sortie vers l emploi s établit même à 22,7%. La connaissance de la deuxième langue nationale constitue un atout pour trouver un emploi, en particulier pour les demandeurs d emploi ayant effectué leurs études à l étranger. Pour ceux ci en effet, les connaissances linguistiques revêtent une importante plus value. Pour les demandeurs d emploi présentant un niveau d études faible ou moyen, la connaissance d une deuxième langue nationale revêt aussi une plus value explicite. Par contre, en ce qui concerne les personnes hautement qualifiées, c est avant tout le diplôme qui prime sur le marché du travail. 14

15 2.2 Les différentes langues maîtrisées par les demandeurs d emploi Le caractère international et multiculturel de la Région bruxelloise est un fait. On constate que les demandeurs d emploi bruxellois parlent souvent d autres langues que le français ou le néerlandais. Sur la base de leur déclaration, on a examiné la langue ou les langues (à l exception du français et du néerlandais) pour laquelle ou lesquelles le demandeur d emploi avait une bonne connaissance orale. Le tableau qui suit indique que près de six demandeurs d emploi sur dix parlent correctement une autre langue, quelle que soit leur connaissance du français et du néerlandais. La majorité d entre eux, soit 80%, a une bonne connaissance orale d au moins une autre langue, 16% connaissent deux autres langues et 3% déclarent avoir une bonne connaissance de trois autres langues au moins. TABLEAU 2 : DEMANDEURS D EMPLOI AYANT UNE BONNE CONNAISSANCE ORALE D UNE AUTRE LANGUE (A L EXCLUSION DU FRANÇAIS ET DU NEERLANDAIS) JANVIER 2011 DEI % Parlent bien une autre langue (à l exclusion du français et du néerlandais) ,9 - dont 1 langue ,3 - dont 2 langues ,3 - dont 3 ou plusieurs langues ,3 TOTAL DEI ,0 Afin de vérifier quelles langues maîtrisent effectivement les demandeurs d emploi, une distinction a été opérée entre les langues de l Union européenne et les langues extracommunautaires. Le top 5 des langues européennes maîtrisées principalement par les demandeurs d emploi reprend en première place l anglais, suivi (dans une mesure nettement moindre) par l espagnol, l italien, le portugais et l allemand. Les langues extracommunautaires principales dont les demandeurs d emploi déclarent avoir une bonne connaissance orale sont l arabe et le turc. Vient largement plus loin la connaissance du russe. Il est à noter que la connaissance des autres langues non européennes est fortement diversifiée. En effet, les dossiers des demandeurs d emploi reprennent une quarantaine de langues différentes (hors UE), dont les demandeurs d emploi ont une bonne connaissance orale. Ajoutons aussi ici que les demandeurs d emploi sont plutôt tentés de renseigner dans leur dossier des langues qui sont considérées comme pertinentes sur le marché du travail comme le néerlandais, le français, l anglais, l espagnol, l italien et l allemand. Les connaissances des autres langues, considérées de moindre importance pour une intégration sur le marché du travail, sont indiquées de manière moins systématique par les demandeurs d emploi dans leur dossier. 15

16 Le tableau suivant donne la répartition des demandeurs d emploi déclarant bien maîtriser une autre langue (en dehors du français et du néerlandais), de nouveau selon le niveau d études. Sur la base de ces données, un certain nombre de constats intéressants peuvent être tirées. Ainsi, plus le niveau d études est élevé, plus le nombre de demandeurs d emploi parlant une autre langue augmente. Alors que la part de demandeurs d emploi parlant une autre langue est de 39% lorsqu ils ont terminé leurs études primaires, elle s élève à 70% parmi ceux qui ont un diplôme universitaire. Notons cette dernière proportion se retrouveaussi chez les demandeurs d emploiqui relèvent de la catégorie «autres études». Il est à ce propos intéressant de faire une distinction entre ceux qui parlent une langue de l Union européenne et ceux qui parlent une langue extra communautaire. La proportion de demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance orale d une langue européenne (entendez de l anglais principalement) est plus significative chez les personnes hautement qualifiées. Chez les universitaires surtout, 65% des demandeurs d emploi déclarent parler une autre langue. Chez les non universitaires, la proportion s établit à près de la moitié des demandeurs d emploi. On constate la situation inverse chez les demandeurs d emploi qui ont une bonne connaissance orale d une langue extra communautaire. Ici, la proportion de personnes hautement qualifiées est inférieure à celle d infrascolarisés. Notons toutefois que la proportion de personnes ayant une bonne connaissance orale d une langue non européenne est plus élevée avant tout parmi les demandeurs d emploi qui relèvent de la catégorie «autres études». En effet, la moitié des demandeurs d emploi de cette catégorie parle correctement une langue extra communautaire. Pour rappel, la catégorie «autres études» comprend principalement des demandeurs d emploi qui ont effectué leurs études à l étranger. TABLEAU 3 : DEMANDEURS D EMPLOI AYANT UNE BONNE CONNAISSANCE ORALE D UNE AUTRE LANGUE (A L EXCLUSION DU FRANÇAIS ET DU NEERLANDAIS) SELON LE NIVEAU D ETUDES JANVIER 2011 DEI % CE avec bonnes connaissances orales d une autre langue* % CE avec bonnes connaissances orales d une langue UE* % CE avec bonnes connaissances orales d une langue non UE Enseignement primaire ,3 13,0 27,8 Secondaire inférieur ,6 16,8 30,1 Secondaire supérieur ,9 25,2 26,2 Supérieur non universitaire ,8 46,9 12,2 Universitaire ,1 65,0 10,9 Autres études ,9 29,1 49,9 TOTAL ,9 27,3 33,8 * À l exclusion du français et du néerlandais 16

17 2.3 Connaissances linguistiques élémentaires des demandeurs d emploi Dans cette partie, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi sont analysées à partir d un angle d approche différent. Nous nous attardons ici sur les connaissances élémentaires de la langue du dossier des demandeurs d emploi. Autrement dit, cette analyse étudie, d une part, les connaissances élémentaires en français des demandeurs d emploi ayant un dossier francophone et, d autre part, les connaissances élémentaires en néerlandais des demandeurs d emploi ayant un dossier néerlandophone. Cette manière d aborder les connaissances linguistiques permet de définir la proportion de demandeurs d emploi qui n ont qu une connaissance élémentaire de la langue dans laquelle le dossier a été établi. À cet égard, ce n est plus la connaissance orale qui est étudiée, mais la connaissance écrite qui est examinée. Le tableau suivant reprend la proportion de demandeurs d emploi qui n ont qu une connaissance (écrite) élémentaire de la langue de leur dossier, selon le niveau d études. La répartition des demandeurs d emploi de moins de 30 ans y est également proposée. Insistons préalablement sur le fait que ces données doivent être interprétées avec la circonspection nécessaire. Le niveau des connaissances linguistiques est en effet attribué sur la base des déclarations du demandeur d emploi. TABLEAU 4 : DEMANDEURS D EMPLOI SELON LE NIVEAU D ETUDES ET CONNAISSANCES ELEMENTAIRES DE LA LANGUE DE LEUR DOSSIER (JANVIER 2011) DEI % Connaissances linguistiques élémentaires DEI < 30 ans % Connaissances linguistiques élémentaires (DEI < 30 ans) Enseignement primaire , ,4 Secondaire inférieur , ,1 Secondaire supérieur , ,3 Supérieur non universitaire , ,6 Universitaire , ,8 Autres études , ,1 TOTAL , ,7 Source : Actiris, calcul Observatoire bruxellois de l Emploi La part de demandeurs d emploi ne possédant qu une connaissance élémentaire de la langue nationale utilisée dans leur dossier s élève à 10,2%. Elle est de 5,7% chez les demandeurs d emploi de moins de 30 ans. Cela signifie que les jeunes (< 30 ans) en général ont une meilleure connaissance de la langue de leur dossier, soit le français soit le néerlandais. On a vu précédemment que les demandeurs d emploi qui avaient fait leurs études à l étranger avaient une connaissance très faible de l autre langue nationale (6,9% déclarent avoir au minimum une connaissance moyenne, voir graphique 6). En outre, il ressort du tableau ci dessus qu une part considérable d entre eux ne maîtrise aucune des deux langues nationales. Près d un quart de tous les demandeurs d emploi qui ont fait leurs études à l étranger affirment disposer d une connaissance écrite élémentaire de la langue dans 17

18 laquelle ils se sont inscrits. Chez les jeunes demandeurs d emploi (< 30 ans), cette proportion est approximativement d un cinquième. Ne pas maîtriser au moins une des langues nationales constitue souvent un obstacle dans la recherche d un emploi. Il ressort d une enquête 5 du SPF Économie sur les migrants en Belgique que plus de 30% de ceux ci trouvent que leurs connaissances d au moins une des langues du pays d accueil doit être améliorée pour trouver un travail. Le tableau 5 propose un aperçu des demandeurs d emploi ayant une connaissance élémentaire de la langue de leur dossier selon la classe d âge. La répartition des demandeurs d emploi de la catégorie «autres études» y est également proposée. TABLEAU 5 : DEMANDEURS D EMPLOI SELON LA CLASSE D AGE ET CONNAISSANCE ELEMENTAIRE DE LA LANGUE DE LEUR DOSSIER (JANVIER 2011) DEI % Connaissances linguistiques élémentaires DEI «Autres études» % Connaissances linguistiques élémentaires (DEI «Autres études») < 25 ans , ,2 25 à 29 ans , ,7 30 à 39 ans , ,0 40 à 49 ans , ,0 50 ans et plus , ,0 TOTAL , ,2 Au vu des données, on constate que la part des demandeurs d emploi qui n ont qu une connaissance élémentaire de la langue de leur dossier augmente en fonction de l âge. Ainsi, chez les plus de 50 ans, elle est trois fois plus importante que chez les moins de 25 ans. Ceci indique que les jeunes ont en général une meilleure connaissance d au moins une des langues nationales. Ce constat ressortait également du tableau 4. En ce qui concerne les demandeurs d emploi inscrits dans la catégorie «autres études», on note aussi une augmentation de la part des demandeurs d emploi qui ont seulement une connaissance élémentaire de la langue de leur dossier (soit du français, soit du néerlandais), en fonction de l âge. Toutefois, le paramètre de l âge est moins déterminant pour cette catégorie de demandeurs d emploi. La proportion de demandeurs d emploi n ayant qu une connaissance de base de la langue de leur dossier passe de 20% chez les moins de 25 ans à 28% chez les plus de 50 ans. Bien que l âge soit moins déterminant, le pourcentage n en est pas moins assez élevé quel que soit l âge. 5 Un module spécial dans le cadre de l Enquête sur les Forces de Travail a été réalisé au cours du deuxième trimestre 2008 sur les migrants en Belgique, c est à dire sur les personnes qui ne sont pas nées en Belgique. 18

19 Conclusion La présente analyse met en exergue l écart qui existe entre les connaissances en langues des demandeurs d emploi et les exigences linguistiques posées par les employeurs. La Région de Bruxelles Capitale concentre un grand nombre de postes de travail requérant des connaissances linguistiques élevées. Sur la base des offres d emploi reçues par Actiris, il ressort que 48% des offres spécifient explicitement des exigences linguistiques. Dans le cas des offres d emploi relatives aux fonctions critiques, ce chiffre passe à 61,2% (43,6% pour les fonctions non critiques). Près de 90% de ces offres d emploi requièrent une connaissance des deux langues nationales. Environ 30% des offres d emploi exigent, outre la connaissance des deux langues nationales, une connaissance de l anglais. Dans seulement un nombre limité d offres d emploi, la connaissance d autres langues encore est demandée. On a pu voir que les exigences linguistiques diffèrent considérablement d une profession à l autre, par domaine professionnel ou encore selon le secteur d activité. On exige, par exemple, dans certains cas, d être parfaitement bilingue et, dans d autres cas, de posséder une connaissance de base de la deuxième langue nationale. Les connaissances linguistiques s imposent surtout pour les fonctions nécessitant des contacts avec des clients et dans certains domaines professionnels. C est par exemple le cas pour les professions de téléphoniste (84%), de secrétaire (77%) et de vendeur (65%) et également dans les domaines professionnels tels que l ingéniorat (78%), l informatique (77%) et la gestion ou le management (73%). Par contre, les exigences linguistiques sont moins prononcées dans les domaines de l enseignement (13%), de la construction (27%) ou du nettoyage (28%). D un point de vue sectoriel, les exigences linguistiques sont globalement plus importantes dans les secteurs des services aux entreprises, des activités financières, du commerce que dans les secteurs de la santé et action sociale, de la construction ou de l éducation. En outre, on a pu constater que les exigences linguistiques sont proportionnelles au niveau d études demandé par les employeurs et que les plus grandes entreprises posent des exigences en langues un peu plus élevées. La part de demandeurs d emploi déclarant disposer d au moins une connaissance moyenne (orale) de la deuxième langue nationale s élève à 22,7%. Cette proportion passe à 8,6% si l on considère uniquement les demandeurs d emploi qui affirment disposer d une bonne connaissance de l autre langue nationale. En revanche, 31,9% des demandeurs d emploi déclarent disposer d une connaissance moyenne de l anglais (16,9% disent avoir une bonne connaissance). De manière générale, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi augmentent avec le niveau d études. À titre d exemple, 52,8% des universitaires affirment avoir au minimum une connaissance moyenne de l autre langue nationale, alors que cette proportion est de 22,3% pour les demandeurs d emploi infrascolarisés (enseignement primaire et secondaire inférieur). Les demandeurs d emploi qui ont effectué leurs études à l étranger n ont pour leur part qu une connaissance très faible de l autre langue nationale (seuls 6,9% affirment avoir au moins une connaissance moyenne). 19

20 En ce qui concerne les compétences linguistiques des demandeurs d emploi selon l âge, il apparaît que les jeunes (< 25 ans) sont relativement plus nombreux à avoir au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. Près de 30% des jeunes demandeurs d emploi bruxellois déclarent disposer au moins d un niveau de connaissance moyen de l autre langue nationale. Considérant toutefois les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance des deux langues nationales, les différences selon l âge sont minimes. Les compétences linguistiques des demandeurs d emploi varient sensiblement par profession. Tout comme pour les offres d emploi, le bilinguisme des demandeurs d emploi est plus important dans les professions où priment la communication et les contacts. L analyse longitudinale réalisée par l Observatoire indique que la connaissance moyenne de l autre langue nationale a un impact positif sur le taux de sortie du chômage et le taux sortie vers l emploi des demandeurs d emploi. Quelle que soit leur durée d inactivité, les probabilités de trouver un travail sont plus importantes pour les demandeurs d emploi ayant au moins une connaissance moyenne de l autre langue nationale. La connaissance de l autre langue nationale représente un atout important pour trouver un travail, à plus forte raison pour les demandeurs d emploi faiblement et moyennement scolarisés. Si l absence des compétences linguistiques nécessaires réduit les chances des demandeurs d emploi de trouver un emploi, ce ne signifie toutefois pas nécessairement une exclusion sur le marché du travail. Outre le français ou le néerlandais, les demandeurs d emploi bruxellois parlent souvent une autre langue. Quelle que soit leur connaissance des deux langues nationales, près de six demandeurs d emploi bruxellois sur dix déclarent disposer d une bonne connaissance orale d au moins une autre langue (à l exclusion du français et du néerlandais). Les principales langues de l Union européenne maîtrisées par les demandeurs d emploi sont l anglais, suivi (dans une mesure significativement moindre) par l espagnol, l italien, le portugais et l allemand. Les principales langues non UE dont les demandeurs d emploi ont une bonne connaissance orale sont l arabe et le turc. Par ailleurs, une part importante des demandeurs d emploi ne maîtrisent aucune des deux langues nationales. Ne pas maîtriser au moins une des langues nationales constitue souvent un obstacle non négligeable dans la recherche d un emploi. Près d un quart de tous les demandeurs d emploi qui ont fait leurs études à l étranger affirment disposer uniquement d une connaissance élémentaire de la langue dans laquelle ils se sont inscrits. Observatoire bruxellois de l Emploi, septembre

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2014 FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois 1. Introduction : contexte et tendances générales Depuis maintenant

Plus en détail

Rémunération des fonctionnaires fédéraux

Rémunération des fonctionnaires fédéraux Rémunération des fonctionnaires fédéraux Comparaison avec le secteur privé et le secteur public Team Politique des Rémunérations et des Carrières SPF P&O Février 2014 Table des matières Résumé analytique...

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire?

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Note Synthétique Juin 2010 Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Dossier rédigé sur la base du rapport homonyme d IDEA Consult Le bureau d études IDEA

Plus en détail

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays?

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Actuellement, 8,8 % offres d emploi affichées au pays exigent des candidats qu ils parlent les deux langues officielles. Il s agit d une baisse

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/114 DELIBERATION N 08/029 DU 3 JUIN 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU RÉPERTOIRE

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Le multilinguisme au travail dans le contexte québécois de la francisation des entreprises

Le multilinguisme au travail dans le contexte québécois de la francisation des entreprises Le multilinguisme au travail dans le contexte québécois de la francisation des entreprises Résumé Afin de répondre aux préoccupations de la population relativement au français, le gouvernement du Québec

Plus en détail

ATTENTION, les codes de cours pour Erasmus ne sont pas encore disponibles. Cette liste peut encore changer! Bloc Cours ECTS Période Bloc 1 1) UE

ATTENTION, les codes de cours pour Erasmus ne sont pas encore disponibles. Cette liste peut encore changer! Bloc Cours ECTS Période Bloc 1 1) UE ATTENTION, les codes de cours pour Erasmus ne sont pas encore disponibles. Cette liste peut encore changer! Bloc Cours ECTS Période Bloc 1 1) UE Droit & Economie (5 ECTS) 2ème quadri Bloc 1 Fondements

Plus en détail

Les salaires belges dans le peloton de tête européen

Les salaires belges dans le peloton de tête européen electriceye 1 Les salaires belges dans le peloton de tête européen Les salaires belges dans le peloton de tête européen 1. En moyenne, le Belge gagne entre 2.000 et 3.000 euros brut par mois En 2011, un

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2015 Table des matières Introduction... 4 Le rapport 2015... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires

Plus en détail

Enquête sur les binationaux et algériens souhaitant revenir sur le marché du travail de leur pays d origine

Enquête sur les binationaux et algériens souhaitant revenir sur le marché du travail de leur pays d origine Enquête sur les binationaux et algériens souhaitant revenir sur le marché du travail de leur pays d origine TABLE DES MATIERES PRESENTATION DE L ETUDE Avant-propos Pourquoi une telle enquête? Méthodologie

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES

LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES Eurobaromètre spécial 386 LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES RAPPORT Terrain : Février - Mars 2012 Publication : Juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de l

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone. Service des statistiques et des sondages

Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone. Service des statistiques et des sondages 2010 Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Révision linguistique Graphisme Martine Pelletier

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Inventaire des principales mesures d aide à l emploi 2014

Inventaire des principales mesures d aide à l emploi 2014 Inventaire des principales mesures d aide à l emploi 2014 Editeur responsable : Grégor Chapelle, Boulevard Anspach 65-1000 Bruxelles - 02/2014 Cet inventaire des principales mesures en faveur de l emploi

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

Trouver un job, mode d emploi chapitre 6 Dès la fin de vos études, c est l univers du travail qui s ouvre à vous.

Trouver un job, mode d emploi chapitre 6 Dès la fin de vos études, c est l univers du travail qui s ouvre à vous. Trouver un job, mode d emploi chapitre 6 Dès la fin de vos études, c est l univers du travail qui s ouvre à vous. Si certains décrochent d emblée le job de leurs rêves, pour d autres le parcours vers l

Plus en détail

Résumé et synthèse. 1) Introduction

Résumé et synthèse. 1) Introduction Analyse des besoins en aide scolaire d élèves de l enseignement secondaire supérieur général et de technique de qualification fréquentant une école sur la commune de Saint-Gilles. Résumé et synthèse 1)

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

CONCOURS D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ÈRE CLASSE DE CHANCELLERIE NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ÈRE CLASSE DE CHANCELLERIE NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ÈRE CLASSE DE CHANCELLERIE NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS EXTERNE : I - Épreuves écrites d'admissibilité : 1 Epreuve consistant à partir d'un texte d'ordre général d

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 53

guide du créateur d entreprise 53 05 Faire appel à des subsides guide du créateur d entreprise 53 Il est important de savoir qu il existe toute une série d incitants auxquels vous pouvez faire appel lors du lancement de votre affaire.

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Àune époque lointaine, mais dont plusieurs

Àune époque lointaine, mais dont plusieurs Utilisation de l ordinateur au travail Katherine Marshall Àune époque lointaine, mais dont plusieurs se souviennent encore, les machines à écrire, les services de dactylographie, les doubles au carbone,

Plus en détail

Evaluation des EC de langue vivante étrangère. Masters MEEF. EC 2.1 et 7.1

Evaluation des EC de langue vivante étrangère. Masters MEEF. EC 2.1 et 7.1 Evaluation des EC de langue vivante étrangère Masters MEEF EC 2.1 et 7.1 Préambule : Le cadrage 1 des Master MEEF précise dans son article 8 : «La formation intègre un enseignement visant la maîtrise d

Plus en détail

Analyse des besoins en langues à l ONUG : résultats préliminaires

Analyse des besoins en langues à l ONUG : résultats préliminaires Analyse des besoins en langues à l ONUG : résultats préliminaires 1. Introduction En novembre 2010 (du 1er au 19 novembre) le Programme des langues et des techniques de communication a mené une analyse

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Conditions des Prêts d études

Conditions des Prêts d études Conditions des Prêts d études (contrat de crédit général - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941) Interventions

Plus en détail

MASTER SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. www.univ-littoral.fr

MASTER SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. www.univ-littoral.fr MASTER SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Territoires, Culture,Tourisme et Dynamiques Transfrontalières LANGUES APPLIQUÉES ET TERRITOIRES TRANSFRONTALIERS www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION Le Master

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Respect du. multiculturalisme. L administration fédérale: un employeur pluriel

Respect du. multiculturalisme. L administration fédérale: un employeur pluriel Respect du multiculturalisme L administration fédérale: un employeur pluriel Plus se joignent de voix diverses et contraires, plus merveilleux aussi résonne le concert. Angelus Silesius Respect du multiculturalisme

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Vu la demande du Hoger Instituut voor de Arbeid du 30 mars 2006; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 27 avril 2006;

Vu la demande du Hoger Instituut voor de Arbeid du 30 mars 2006; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 27 avril 2006; CSSS/06/085 1 DELIBERATION N 06/041 DU 18 JUILLET 2006 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL CODEES ISSUES DU DATAWAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL ET PROTECTION SOCIALE PAR LA BANQUE

Plus en détail

Contrairement à une formation classique, le dispositif

Contrairement à une formation classique, le dispositif Repères HORS SERIE EMPLOI FORMATION n 21 - Juillet 2014 Les parcours VAE en Haute-Normandie Contrairement à une formation classique, le dispositif de la Validation des Acquis de l Expérience offre des

Plus en détail

Respect de la personne handicapée. L administration fédérale: un employeur pluriel

Respect de la personne handicapée. L administration fédérale: un employeur pluriel Respect de la personne handicapée L administration fédérale: un employeur pluriel Plus se joignent de voix diverses et contraires, plus merveilleux aussi résonne le concert. Angelus Silesius Respect de

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les dentistes ETAT DE LA SITUATION 2010

La planification de l offre médicale en Belgique: les dentistes ETAT DE LA SITUATION 2010 La planification de l offre médicale en Belgique: les dentistes ETAT DE LA SITUATION 2010 V1.0 Bruxelles, novembre 2011 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise annexetdh_v1 0_FR

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise (Nouvelle réglementation régimes généraux) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

Analyse : Le parcours d intégration

Analyse : Le parcours d intégration Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : Le parcours d intégration Juin 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets G R E F Bretagne INSERTION PROFESSIONNELLE des bénéficiaires d un CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) IROISE PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région 8 bénéficiaires

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Le divorce. Laure Chaussebourg Valérie Carrasco Aurélie Lermenier

Le divorce. Laure Chaussebourg Valérie Carrasco Aurélie Lermenier Secrétariat Général Service support et moyens du ministère Sous-direction de la Statistique et des Études Le divorce Laure Chaussebourg Valérie Carrasco Aurélie Lermenier Juin 2009 2 SG-2S2M- SDSE BDSE100

Plus en détail

Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne

Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne Le 28 novembre 2006. Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne Michel Mathy I NTRODUCTION L article 10 de la loi du 20 juillet 2001, visant à favoriser le développement de services

Plus en détail

Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne)

Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne) Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne) Madame, Mademoiselle, Monsieur, Afin de permettre l examen de votre demande d admission à

Plus en détail

Classe préparatoire annuelle 2 e année Classe préparatoire annuelle 3 e année

Classe préparatoire annuelle 2 e année Classe préparatoire annuelle 3 e année Photographie A coller Ici Merci Classe préparatoire annuelle 2 e année Classe préparatoire annuelle 3 e année Année universitaire 2012-2013 Dossier de candidature Etudiant NOM (MAJUSCULE) M Me Cadre réservé

Plus en détail

Le don d argent des ménages aux associations et aux fondations

Le don d argent des ménages aux associations et aux fondations Le don d argent des ménages aux associations et aux fondations Étude des dons réalisés par les Français en 2008, enregistrés dans les déclarations de revenus 2009 Préface de Philippe Dumas Co-auteur du

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE MASTER Professionnel Droit de l Entreprise (GEFIRE) Programme Juristes Francophones Année Universitaire 2005-2006

DOSSIER DE CANDIDATURE MASTER Professionnel Droit de l Entreprise (GEFIRE) Programme Juristes Francophones Année Universitaire 2005-2006 DOSSIER DE CANDIDATURE MASTER Professionnel Droit de l Entreprise (GEFIRE) Programme Juristes Francophones Année Universitaire 2005-2006 NOM Prénom Photo Adresse complète N 0 de téléphone : Adresse électronique

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.)

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100 Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100.01 Titre I : Dispositions générales Art. 1 - Le Diplôme Européen de Compétences Professionnelles

Plus en détail

Note explicative (anglais)

Note explicative (anglais) Note explicative (anglais) Objet : lettre aux enseignants de langues de la classe de terminale Cher(e) Collègue, L équipe responsable de l entrée en première année de Langues Etrangères Appliquées est

Plus en détail

Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99. Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi

Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99. Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99 Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi Esteban Martinez TEF-ULB L établissement par les entreprises d un bilan social est

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

GIRONDE BILAN TOURISTIQUE

GIRONDE BILAN TOURISTIQUE GIRONDE BILAN TOURISTIQUE 2012 COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DE LA GIRONDE MAISON DU TOURISME DE LA GIRONDE 21, cours de l Intendance 33000 BORDEAUX Tél. : 05 56 52 61 40 Fax : 05 56 81 09 99 E-Mail

Plus en détail

OFFICE EUROPÉEN DE SÉLECTION DU PERSONNEL (EPSO)

OFFICE EUROPÉEN DE SÉLECTION DU PERSONNEL (EPSO) 17.11.2010 FR Journal officiel de l'union européenne C 312 A/1 V (Avis) PROCÉDURES ADMINISTRATIVES OFFICE EUROPÉEN DE SÉLECTION DU PERSONNEL (EPSO) AVIS DE CONCOURS GÉNÉRAL EPSO/AST/111/10 SECRÉTAIRES

Plus en détail

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F)

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) BRUXELLES SPF ECONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ENERGIE AFG07004 Contexte de la fonction Le Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes

Plus en détail

Formulaire de demande de plan de consolidation en diversité

Formulaire de demande de plan de consolidation en diversité Ministère de la Région de BruxellesCapitale Territoriaal Pact(e) territorial Diversité en Région de BruxellesCapitale La politique de diversité en entreprise ne s arrête pas après l élaboration d un plan

Plus en détail

Formations à la carte

Formations à la carte Formations à la carte FORMATIONS À LA CARTE Notre catalogue vous offre près de 200 cours au choix. Vous en trouverez un aperçu dans les pages qui suivent. La durée des formations dépend de nombreux facteurs

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

ANNEXE 1. Demande d équivalence d un diplôme d enseignement secondaire supérieur en vue de poursuivre des études dans l enseignement supérieur

ANNEXE 1. Demande d équivalence d un diplôme d enseignement secondaire supérieur en vue de poursuivre des études dans l enseignement supérieur ANNEXE 1 Demande d équivalence d un diplôme d enseignement secondaire supérieur en vue de poursuivre des études dans l enseignement supérieur SERVICE DES EQUIVALENCES DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Adresse

Plus en détail

Le marché des programmes de français : vue

Le marché des programmes de français : vue Le marché des programmes de français : vue d ensemble d une recherche préliminaire ICEF Workshop Montréal, 10 mai 2015 Marie-Christine Morin Responsable des programmes français, Langues Canada LANGUES

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux Institut des comptes nationaux Comptes régionaux 2003-2011 Contenu de la publication Cette publication présente les données concernant les agrégats par branche d activité et les comptes des revenus des

Plus en détail

Service Etudes. CONGE PARENTAL Evolution de la répartition homme/femme 2002 à 2012

Service Etudes. CONGE PARENTAL Evolution de la répartition homme/femme 2002 à 2012 Service Etudes CONGE PARENTAL Evolution de la répartition homme/femme 22 à 212 Table des matières : 1 INTRODUCTION 1 2 MÉTHODOLOGIE 1 3 HISTORIQUE 2 4 AUGMENTATION DE LA PART DES HOMMES EN CONGÉ PARENTAL

Plus en détail

Formulaire de demande de plan de diversité en Région de Bruxelles-Capitale

Formulaire de demande de plan de diversité en Région de Bruxelles-Capitale Ministère de la Région de BruxellesCapitale Territoriaal Pact(e) territorial Diversité Formulaire de demande de plan de diversité en Région de BruxellesCapitale Le plan de diversité est un instrument flexible

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail

Virginie Moffet Nicolas Béland Robert Delisle

Virginie Moffet Nicolas Béland Robert Delisle Virginie Moffet Nicolas Béland Robert Delisle Langue de travail dans les grandes entreprises du Québec. Quelle place pour le français? Suivi de la situation linguistique É TUDE 10 LANGUE DE TRAVAIL DANS

Plus en détail

Moniteur de prévention incendie 2012

Moniteur de prévention incendie 2012 Moniteur de prévention incendie 2012 Page 1 de 9 Introduction Dans le cadre du Plan national de Prévention des Incendies dans les Habitations 2012, le Service public fédéral Intérieur a commandé, en collaboration

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues, littératures et civilisations étrangères de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation -2012 Section

Plus en détail

Newsletter Droit du Travail OCTOBRE 2012 LA FAUSSE INDÉPENDANCE : NOUVELLES INITIATIVES LÉGALES

Newsletter Droit du Travail OCTOBRE 2012 LA FAUSSE INDÉPENDANCE : NOUVELLES INITIATIVES LÉGALES Newsletter Droit du Travail OCTOBRE 2012 LA FAUSSE INDÉPENDANCE : NOUVELLES INITIATIVES LÉGALES La fausse indépendance est un phénomène qui est de nouveau pleinement le centre d intérêt des derniers mois.

Plus en détail

Université du Maine - Domaine Arts, Lettres, Langues Master LEA 1. Master mention «Langues Etrangères, Affaires et Commerce»

Université du Maine - Domaine Arts, Lettres, Langues Master LEA 1. Master mention «Langues Etrangères, Affaires et Commerce» Master mention «Langues Etrangères, Affaires et Commerce» Spécialité «Négociateur Trilingue en Commerce International des Services» Description de la formation Par les cours qu'il propose, le M se veut

Plus en détail

Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-chrétiens) au Parlement européen AVIS DE RECRUTEMENT N 2015/4/AST

Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-chrétiens) au Parlement européen AVIS DE RECRUTEMENT N 2015/4/AST Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-chrétiens) au Parlement européen AVIS DE RECRUTEMENT N 2015/4/AST Poste: ASSISTANT (F/M) Agent temporaire de langue tchèque pour le Service des Travaux Parlementaires

Plus en détail

Préparation concours TEAM- Toulouse

Préparation concours TEAM- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com SOMMAIRE : Préparation concours TEAM- Toulouse I. Concours TEAM : présentation 2

Plus en détail

Adrem Flash ONMEDIA. E-newsletter 31 octobre 2013. Étude CIM 2012-2013: presse et cinéma

Adrem Flash ONMEDIA. E-newsletter 31 octobre 2013. Étude CIM 2012-2013: presse et cinéma Adrem Flash ONMEDIA Les résultats de l étude CIM 2012-2013 pour la presse et le cinéma ont été publiés le 24 septembre. Il s agit de la première édition d une nouvelle étude d audience qui ne mesure plus

Plus en détail

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUERO.CH. WWW.BUERO.CH Statistique de la prévoyance vieillesse L

Plus en détail

ÉPREUVES D'ADMISSION 2011 QUESTIONNAIRE SOCIO-CULTUREL RC-R/TV

ÉPREUVES D'ADMISSION 2011 QUESTIONNAIRE SOCIO-CULTUREL RC-R/TV Le questionnaire est à remettre le premier jour des épreuves, à savoir, le 31 août 2011 lors de l épreuve langage cinéma ÉPREUVES D'ADMISSION 2011 QUESTIONNAIRE SOCIO-CULTUREL RC-R/TV NOM PRENOM : : NATIONALITE

Plus en détail

Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE

Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE Fédération des Étudiants Francophones ASBL - 20 rue de la Sablonnière,1000 Bruxelles - tél

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail