Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois"

Transcription

1 Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la Belgique et son rôle international, Bruxelles concentre un grand nombre de professions pour lesquelles les exigences linguistiques sont élevées. De nombreuses entreprises belges ont en outre leur siège social établi en Région bruxelloise. Par ailleurs, la Région est bilingue. Tous ces éléments ont un impact sur les exigences linguistiques et l utilisation des langues sur le marché du travail bruxellois. La connaissance des deux langues nationales (la combinaison du français et du néerlandais) est l exigence la plus fréquente. Dans cette note, deux parties sont distinguées avec, d une part, les exigences linguistiques sur le marché du travail bruxellois et, d autre part, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi inscrits chez Actiris. La partie 1 traitera des exigences linguistiques sur le marché du travail bruxellois sur la base des offres d emploi reçues par Actiris au cours de l année Dans un premier temps, on vérifiera quelles langues sont le plus souvent demandées dans les offres d emploi. On examinera ensuite les exigences linguistiques selon un certain nombre de variables comme le domaine professionnel et le niveau d études renseigné dans l offre d emploi. Enfin, les exigences linguistiques seront considérées sous l angle du secteur d activité et de la taille de l entreprise des employeurs qui ont introduit les offres d emploi chez Actiris. La partie 2 analysera les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi inscrits chez Actiris. Leur niveau de connaissance des deux langues nationales sera examiné à partir d une série de caractéristiques, comme le niveau d études et l âge, et à partir du domaine professionnel des demandeurs d emploi. On vérifiera, au moyen d une analyse longitudinale, le lien entre les connaissances linguistiques et les probabilités de sortir du chômage. On examinera ensuite les différentes langues pour lesquelles les demandeurs d emploi possèdent de bonnes connaissances orales. Finalement, on abordera la question des demandeurs d emploi ne possédant qu une connaissance élémentaire de la langue nationale utilisée dans leur dossier. 1. Exigences linguistiques spécifiées dans les offres d emploi Dans cette partie, les exigences linguistiques sont examinées du côté de la demande sur le marché du travail bruxellois, sur la base des offres d emploi reçues par Actiris. Avant d examiner plus en détail les exigences linguistiques, il convient de noter que l employeur ne spécifie pas toujours dans l offre d emploi les connaissances linguistiques requises. Il arrive aussi parfois que les exigences linguistiques figurent dans la zone libre du texte. C est la raison pour laquelle ces données doivent être interprétées avec la circonspection nécessaire. 1

2 En 2010, des exigences linguistiques étaient spécifiées explicitement dans 48,0% des offres d emploi reçues par Actiris. Dans le cas des offres d emploi relatives aux fonctions critiques, ce chiffre passe à 61,2% (43,6% pour les fonctions non critiques). Si les offres d emploi reçues requièrent des connaissances linguistiques, il s agit principalement de la connaissance des deux langues nationales (français/néerlandais). Près de 90% des offres d emploi requérant des connaissances linguistiques, exigent une connaissance des deux langues nationales (français/néerlandais). Ce constat confirme le rapport d étude 1 du TIBEM qui spécifiait également que l exigence la plus fréquente en Région bruxelloise est la combinaison du français et du néerlandais. Dans 30% des offres d emploi comprenant des exigences linguistiques, une connaissance de l anglais est requise, généralement en combinaison avec le néerlandais et le français. Dans seulement 4% des cas, la connaissance d une autre langue est demandée. Il s agit ici principalement de la connaissance de l allemand et en deuxième lieu de l espagnol. L italien, l arabe et le turc reviennent aussi sporadiquement dans les offres d emploi. GRAPHIQUE 1 : REPARTITION DES OFFRES D EMPLOI EN FONCTION DES EXIGENCES LINGUISTIQUES Exigences linguistiques 48,0% Français & néerlandais 65,6% Pas d'exigences linguistiques 52,0% Français & néerlandais + anglais 21,1% Anglais 9,1% Autres 4,1% 1 Tweetaligheid in Beweging, Bilinguisme en Mouvement, pour plus d informations, consulter le rapport d enquête «Entreprises bruxelloises et langues étrangères : pratiques et coût d une main d œuvre ne maîtrisant pas les langues étrangères» via 2

3 1.1 Offres d emploi et domaine professionnel Les connaissances linguistiques exigées, tant en ce qui concerne la nature (oral/écrit) qu en ce qui concerne le niveau, peuvent varier considérablement selon la fonction stipulée dans l offre d emploi. Ainsi, par exemple, il est demandé d être parfaitement bilingue dans certains cas, tandis qu une connaissance élémentaire des deux langues nationales suffit dans d autres cas. En outre, les exigences linguistiques diffèrent considérablement d une profession à l autre et selon le domaine professionnel. Les exigences sont surtout plus importantes pour les professions nécessitant des contacts avec des personnes externes. De même, elles sont plus importantes dans certains domaines professionnels, comme l indique le graphique suivant qui propose un aperçu des exigences linguistiques par domaine professionnel. Au vu des données de ce graphique, les exigences linguistiques sont ainsi surtout élevées dans les domaines suivants : ingéniorat, informatique, gestion et économie/finances/droit. Dans plus des trois quarts des offres d emploi reçues par Actiris pour des postes d ingénieur et d informaticien, les employeurs posent des exigences linguistiques explicites. Le domaine professionnel «gestion» regroupe les professions de directeur ainsi que de responsable d entreprise et de projet. Plus de 70% de ces offres d emploi spécifient des connaissances linguistiques. L enseignement, la construction ainsi que la sécurité et le nettoyage, par contre, sont des domaines où les exigences linguistiques sont relativement faibles. GRAPHIQUE 2 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LE DOMAINE PROFESSIONNEL INGENIORAT INFORMATIQUE GESTION ECONOMIE, FINANCES, DROIT ADMINISTRATION SCIENCES COMMERCE INDUSTRIE TRANSPORT TOTAL PSYCHO-SOCIAL, CULTURE HORECA, ALIMENTATION MEDICAL SECURITE, NETTOYAGE CONSTRUCTION ENSEIGNEMENT 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques 3

4 1.2 Offres d emploi et niveau d études Le graphique suivant donne la répartition des offres d emploi en fonction des exigences linguistiques et du niveau d études. Il indique que les exigences linguistiques sont proportionnelles au niveau d études. Lorsqu il est demandé dans les offres d emploi un faible 2 niveau d études, des exigences linguistiques explicites sont posées dans trois offres sur dix. Si par contre, un diplôme plus élevé (universitaire ou non) est exigé, de telles exigences sont mentionnées explicitement dans une offre d emploi sur deux. GRAPHIQUE 3 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LE NIVEAU D ETUDES Faible 30,1% 69,9% Moyen 44,6% 55,4% Supérieur 49,8% 50,2% Non précisé 56,6% 43,4% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques Remarques : le niveau d études n est pas toujours explicitement spécifié dans les offres d emploi, soit que le niveau d études soit implicitement lié à la profession recherchée (par exemple : ingénieur, médecin ), soit que l employeur n ait pas jugé utile de le préciser dans la mesure où l attention sera porté principalement sur certaines aptitudes ou compétences des candidats (par exemple : vendeur). 2 Un diplôme de l enseignement primaire ou tout au plus de l enseignement secondaire inférieur. 4

5 1.3 Offres d emploi selon le secteur d activité Lorsque l on considère les offres d emploi spécifiant des exigences linguistiques en fonction du secteur d activité de l entreprise, il apparaît que les institutions financières, les services aux entreprises et le commerce sont les secteurs ayant les exigences linguistiques les plus élevées. Dans ces secteurs, le contact avec le client est généralement primordial. Inversement, les exigences linguistiques sont les plus faibles au sein des secteurs de l éducation et de la construction. À l exception du secteur de la construction, tous les secteurs d activité dont les exigences linguistiques se situent en dessous de la moyenne relèvent du secteur non marchand. On constate donc que les exigences linguistiques sont globalement plus importantes dans le secteur privé que dans le secteur non marchand au sens large (administration, santé et action sociale, éducation). Sachant qu Actiris reçoit proportionnellement plus d offres d emploi du secteur non marchand que du secteur privé, on peut donc en déduire que les exigences linguistiques au niveau global de la Région bruxelloise sont logiquement plus élevées que celles enregistrées au niveau des offres d emploi reçues par Actiris (48%). GRAPHIQUE 4 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LE SECTEUR D ACTIVITE ACTIVITÉS FINANCIÈRES SERVICES AUX ENTREPRISES COMMERCE TRANSPORTS ET COMMUNICATIONS INDUSTRIE HÔTELS ET RESTAURANTS TOTAL SERVICES COLL., SOCIAUX ET PERS. ADMINISTRATION PUBLIQUE SANTÉ ET ACTION SOCIALE CONSTRUCTION ÉDUCATION 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques 5

6 1.4 Offres d emploi selon la taille de l entreprise Y a t il un lien entre les exigences linguistiques spécifiées dans les offres d emploi et la taille de l entreprise? Sur la base des offres d emploi reçues par Actiris, il est difficile de tirer une conclusion univoque au vu des variations observées selon la classe de taille. Les données reprises dans le graphique suivant indiquent toutefois que, malgré les oscillations, les petites et moyennes entreprises (PME) ont des exigences linguistiques un peu plus faibles que les entreprises occupant au moins 50 travailleurs. Ces dernières spécifient ainsi des exigences linguistiques dans plus de la moitié de leurs offres d emploi. Par ailleurs, il ressort de l analyse du TIBEM que les PME et les plus grosses entreprises ont les mêmes besoins en langues à Bruxelles. À la différence près que les grosses entreprises disposent de plus de personnel ainsi que de moyens financiers et organisationnels pour pallier le manque de connaissances linguistiques de leur personnel. GRAPHIQUE 5 : OFFRES D EMPLOI ET EXIGENCES LINGUISTIQUES SELON LA TAILLE DE L ENTREPRISE < 20 travailleurs 45,5% 54,5% travailleurs 39,5% 60,5% travailleurs 55,4% 44,6% > 200 travailleurs 51,2% 48,8% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Exigences linguistiques Pas d'exigences linguistiques 6

7 2. Compétences linguistiques des demandeurs d emploi Pour les travailleurs en Région bruxelloise, la connaissance de plusieurs langues a une valeur ajoutée élevée. Il est également très important pour les demandeurs d emploi de connaître plusieurs langues pour trouver un emploi. Les employeurs bruxellois exigent le plus souvent la connaissance du français et du néerlandais, et ce quel que soit le type de travail, le secteur d activité ou la taille de l entreprise (voir première partie de cette note). Dans cette partie, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi 3 sont analysées sur la base de leurs connaissances orales. Ce choix repose sur le fait que les offres d emploi requièrent surtout des compétences orales et communicatives. La part de demandeurs d emploi déclarant disposer au minimum d une connaissance moyenne (orale) de la deuxième langue nationale s élève à 22,7%. Cette proportion passe à 8,6% si l on considère uniquement les demandeurs d emploi qui affirment disposer d une bonne connaissance de l autre langue nationale. Par contre, 31,9% des demandeurs d emploi déclarent disposer au minimum d une connaissance moyenne de l anglais (16,9% disent avoir une bonne connaissance). On constate donc que les demandeurs d emploi affirment avoir une meilleure connaissance de l anglais que de la deuxième langue nationale. Il convient toutefois de noter que le niveau est principalement attribué sur la base des déclarations des demandeurs d emploi. Ces chiffres doivent dès lors être interprétés avec la circonspection nécessaire. 2.1 Connaissances linguistiques selon les caractéristiques des demandeurs d emploi De manière générale, on constate que les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi augmentent en fonction du niveau d études. Ce constat est clairement mis en avant dans le graphique suivant. Plus spécifiquement, la proportion de demandeurs d emploi ayant au minimum une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale est fortement reliée au niveau d études. Ainsi, 52,8% d universitaires inscrits comme demandeur d emploi déclarent posséder au minimum une connaissance moyenne de l autre langue nationale, alors que cette proportion tombe à 35,5% pour les demandeurs d emploi possédant un diplôme du secondaire supérieur. Seuls 18,6% des demandeurs d emploi ayant tout au plus un diplôme de l enseignement primaire affirment avoir au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. On constate également pour les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance de la deuxième langue nationale une progression avec le niveau d études, néanmoins les écarts entre les faiblement et les fortement qualifiés sont moins marqués. Il est enfin à relever que dans la catégorie «autres études», 6,9% des demandeurs d emploi à peine ont au minimum un niveau moyen de connaissance de la deuxième langue nationale (1,9% seulement a une bonne connaissance de l autre langue nationale). Cette catégorie 3 Demandeurs d emploi inoccupés inscrits chez ACTIRIS au 31 janvier

8 comprend principalement des demandeurs d emploi qui ont fait leurs études à l étranger. À noter qu il s agit ici d un groupe considérable en Région bruxelloise. En effet, plus d un tiers des demandeurs d emploi bruxellois sont inscrits dans cette catégorie. GRAPHIQUE 6 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES EN FR/NL ET LE NIVEAU D ETUDES 60,0% 52,8% 50,0% 45,3% 40,0% 35,5% 30,0% 20,0% 18,6% 25,3% 17,6% 21,7% 10,0% 9,5% 10,1% 12,3% 6,9% 1,9% 0,0% Primaire Secondaire inférieur Secondaire supérieur Sup. non univ. Universitaire Autres études Connaissance moyenne FR/NL Bonne connaissance FR/NL La différence concernant les connaissances linguistiques selon le niveau d études est encore plus prononcée chez les demandeurs d emploi ayant au minimum une connaissance moyenne et une bonne connaissance de l anglais. Chez les demandeurs d emploi infrascolarisés (disposant tout au plus un diplôme de l enseignement secondaire inférieur), la connaissance de l anglais est inférieure à la connaissance des deux langues nationales. Inversement, les demandeurs d emploi moyennement et hautement qualifiés ont une meilleure connaissance de l anglais que de la deuxième langue nationale. Dans la catégorie «autres études», presque un quart des demandeurs d emploi ont au moins une connaissance moyenne de l anglais et 14% une bonne connaissance, chiffre également nettement plus élevé que pour leurs connaissances de la deuxième langue nationale. 8

9 GRAPHIQUE 7 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES EN ANGLAIS ET LE NIVEAU D ETUDES 100,0% 90,0% 87,0% 80,0% 73,4% 70,0% 60,0% 58,9% 50,0% 40,0% 40,1% 40,7% 30,0% 20,0% 10,0% 9,8% 3,8% 20,9% 8,5% 17,5% 23,8% 13,7% 0,0% Primaire Secondaire inférieur Secondaire supérieur Sup. non univ. Universitaire Autres études Connaissance moyenne anglais Bonne connaissance anglais En ce qui concerne les compétences linguistiques des demandeurs d emploi selon l âge, les jeunes de moins de 25 ans sont relativement plus nombreux à avoir au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. Près de 30% des jeunes demandeurs d emploi bruxellois déclarent ainsi posséder au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. On constate que les demandeurs d emploi ayant une connaissance au minimum moyenne de l autre langue nationale diminue avec l âge. Par contre, pour les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance des deux langues nationales, il y a peu de différences selon l âge. À noter toutefois que la proportion de bons bilingues (français néerlandais) est légèrement plus importante chez les plus de 50 ans. Parmi ceux ci, 12,6% des demandeurs d emploi déclarent disposer d une bonne connaissance de l autre langue nationale. 9

10 GRAPHIQUE 8 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES FR/NL ET LA CLASSE D AGE 35,0% 30,0% 28,4% 27,0% 25,0% 20,0% 21,5% 19,3% 20,6% 15,0% 12,6% 10,0% 9,2% 7,4% 7,2% 7,9% 5,0% 0,0% < > 50 Connaissance moyenne FR/NL Bonne connaissance FR/NL Source : Actiris, calcul Observatoire bruxellois de l Emploi Tout comme les exigences linguistiques peuvent sensiblement différer dans les offres d emploi en fonction du domaine professionnel, les compétences linguistiques des demandeurs d emploi varient de manière notable selon les professions auxquelles ils aspirent. La part de demandeurs d emploi déclarant être au minimum moyennement bilingues (français/néerlandais), varient de 49,2% à 7,2%. Pour les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance de la deuxième langue, le pourcentage oscille entre 24,4% et 2,8%. Tout comme pour les offres d emploi, les connaissances linguistiques (FR/NL) des demandeurs d emploi sont plus élevés dans les domaines professionnels où la communication et les contacts jouent un rôle important. 10

11 GRAPHIQUE 10 : PART DES DEMANDEURS D EMPLOI SELON LES CONNAISSANCES LINGUISTIQUES FR/NL ET LE DOMAINE PROFESSIONNEL GESTION ECONOMIE, FINANCES, DROIT INGENIORAT ADMINISTRATION INFORMATIQUE PSYCHO-SOCIAL, CULTURE SCIENCES COMMERCE ENSEIGNEMENT TOTAL MEDICAL TRANSPORT INDUSTRIE HORECA, ALIMENTATION CONSTRUCTION SECURITE, NETTOYAGE 14,8% 15,0% 14,3% 11,0% 11,0% 10,3% 10,0% 9,5% 8,6% 5,9% 18,5% 6,7% 16,8% 6,6% 16,7% 5,2% 14,0% 4,3% 10,9% 2,8% 7,2% 24,4% 27,5% 27,2% 25,8% 22,7% 34,4% 33,6% 49,2% 46,4% 42,7% 39,1% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% 30,0% 35,0% 40,0% 45,0% 50,0% 55,0% 60,0% Connaissance moyenne FR/NL Bonne connaissance FR/NL 11

12 2.1.1 Analyse longitudinale des demandeurs d emploi selon les connaissances linguistiques L Observatoire bruxellois de l Emploi a réalisé une analyse longitudinale des demandeurs d emploi inscrits en janvier 2010 pour vérifier le lien entre les connaissances linguistiques et les probabilités de sortir du chômage. Cette population a été suivie pendant une période de 12 mois, selon qu elle sortait ou non du chômage. À cette fin, l Observatoire a comparé les flux de sortie de deux groupes de demandeurs d emploi (cohortes) 4 : les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance ou une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 1) ; les demandeurs d emploi n ayant aucune connaissance ou ayant moins qu une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 2). Ces deux groupes ont donc été suivis pendant une période de 12 mois afin de vérifier dans quelle mesure la connaissance de la deuxième langue nationale avait un impact sur la sortie du chômage. En ce qui concerne le taux de sortie, les demandeurs d emploi peuvent ne plus être inscrits pour diverses raisons : travail mais aussi radiation suite à une absence à une convocation, maladie (mutuelle), entrée en formation, (pré)pension, déménagement vers une autre région Dans le cadre de cette analyse, l Observatoire a également comparé l écart observé au niveau des probabilités de trouver un emploi selon que les demandeurs d emploi aient ou non une connaissance au moins moyenne de l autre langue nationale. En ce qui concerne le taux de sortie vers l emploi, seul le flux de sortie vers un emploi est pris en considération. Ces deux cohortes ont été réparties en fonction de la durée d inactivité et du niveau d études. Il s agit de deux facteurs qui ont un impact important sur les chances de sortie des demandeurs d emploi. 4 Fin janvier 2010, on dénombrait DEI inscrits chez ACTIRIS. Le groupe 1 est constitué de demandeurs d emploi ayant au moins une connaissance moyenne de l autre langue nationale et compte personnes. Le groupe 2 est constitué des demandeurs d emploi n ayant aucune connaissance ou ayant moins qu une connaissance moyenne de l autre langue nationale et compte personnes. 12

13 TABLEAU 1 : Durée d inactivité TAUX DE SORTIE DU CHÔMAGE ET DIFFÉRENCE ENTRE LES TAUX DE SORTIES VERS L EMPLOI SELON LA DURÉE D INACTIVITÉ ET LE NIVEAU D ÉTUDES Niveau d études DEI Taux de sortie du chômage (situation après 1 an) Groupe 1 Groupe 2 Connaissance Pas ou faible moyenne de connaissance de l autre langue l autre langue nationale nationale Différence en % entre les taux de sortie vers l emploi Faible 63,8 65,5 63,5 9,1 - de 6 mois Moyen 70,2 71,5 69,9 10,4 Élevé 78,1 76,6 78,6 0,0 Autres études 65,0 66,3 65,0 23,2 Total - de 6 mois 67,8 71,0 67,3 20,8 Faible 57,0 57,7 56,8 8,9 6 mois à 1 an Moyen 63,1 63,9 62,9 6,5 Élevé 74,3 73,1 74,9 0,2 Autres études 57,6 60,5 57,5 22,9 Total 6 mois à 1 an 61,1 64,6 60,4 19,6 Faible 37,9 39,4 37,6 8,4 1 an et + Moyen 45,6 46,2 45,3 4,9 Élevé 58,9 56,8 60,4-8,5 Autres études 36,6 42,5 36,3 26,2 Total 1 an et + 41,6 46,3 40,5 22,7 TOTAL 51,3 53,4 50,8 16,1 Si l on examine par exemple la situation des demandeurs d emploi ayant une durée d inactivité de moins de 6 mois et un niveau d études moyen, à savoir tout au plus un diplôme de l enseignement secondaire supérieur, il ressort du tableau ci dessus qu ils ont un taux de sortie général de 70,2%, quel que soit le niveau de connaissance de la deuxième langue nationale. Lorsque ces demandeurs d emploi ont au minimum une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale, le taux de sortie s élève alors à 71,5% (groupe 1) contre 69,9% quand ils n ont aucune connaissance ou quand ils ont moins qu une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 2). Considérant uniquement le flux de sortie vers un emploi, il ressort par ailleurs que le groupe 1 a 10,4% de chances supplémentaires de trouver un emploi par rapport au groupe 2. Au vu des données, on constate ainsi que, de manière globale, les demandeurs d emploi ayant une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 1) affichent un taux de sortie plus élevé (53,4%) que l autre groupe (50,8%). Il existe donc une relation positive entre les connaissances linguistiques et la probabilité de sortir du chômage. Outre la relation entre les connaissances linguistiques et les probabilités de sortir du chômage, on remarquera que ces dernières diminuent par ailleurs à mesure que la durée d inactivité augmente tandis qu elles sont plus importantes au fur et à mesure que le niveau d études progresse. 13

14 Seules les personnes hautement qualifiées (quelle que soit leur durée d inactivité) ne sont pas concernées par une relation positive entre le taux de sortie et la connaissance de la deuxième langue nationale. En outre, les demandeurs d emploi qui ont au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale (groupe 1) ont davantage de chances de trouver un emploi. Parmi eux, ceux qui ont une durée d inactivité de moins de 6 mois ont ainsi 20,8% de chances supplémentaires de trouver un emploi par rapport aux demandeurs d emploi qui ont moins qu une connaissance moyenne. Pour les demandeurs d emploi ayant une durée d inactivité de plus d un an, l écart entre les taux de sortie vers l emploi s établit même à 22,7%. La connaissance de la deuxième langue nationale constitue un atout pour trouver un emploi, en particulier pour les demandeurs d emploi ayant effectué leurs études à l étranger. Pour ceux ci en effet, les connaissances linguistiques revêtent une importante plus value. Pour les demandeurs d emploi présentant un niveau d études faible ou moyen, la connaissance d une deuxième langue nationale revêt aussi une plus value explicite. Par contre, en ce qui concerne les personnes hautement qualifiées, c est avant tout le diplôme qui prime sur le marché du travail. 14

15 2.2 Les différentes langues maîtrisées par les demandeurs d emploi Le caractère international et multiculturel de la Région bruxelloise est un fait. On constate que les demandeurs d emploi bruxellois parlent souvent d autres langues que le français ou le néerlandais. Sur la base de leur déclaration, on a examiné la langue ou les langues (à l exception du français et du néerlandais) pour laquelle ou lesquelles le demandeur d emploi avait une bonne connaissance orale. Le tableau qui suit indique que près de six demandeurs d emploi sur dix parlent correctement une autre langue, quelle que soit leur connaissance du français et du néerlandais. La majorité d entre eux, soit 80%, a une bonne connaissance orale d au moins une autre langue, 16% connaissent deux autres langues et 3% déclarent avoir une bonne connaissance de trois autres langues au moins. TABLEAU 2 : DEMANDEURS D EMPLOI AYANT UNE BONNE CONNAISSANCE ORALE D UNE AUTRE LANGUE (A L EXCLUSION DU FRANÇAIS ET DU NEERLANDAIS) JANVIER 2011 DEI % Parlent bien une autre langue (à l exclusion du français et du néerlandais) ,9 - dont 1 langue ,3 - dont 2 langues ,3 - dont 3 ou plusieurs langues ,3 TOTAL DEI ,0 Afin de vérifier quelles langues maîtrisent effectivement les demandeurs d emploi, une distinction a été opérée entre les langues de l Union européenne et les langues extracommunautaires. Le top 5 des langues européennes maîtrisées principalement par les demandeurs d emploi reprend en première place l anglais, suivi (dans une mesure nettement moindre) par l espagnol, l italien, le portugais et l allemand. Les langues extracommunautaires principales dont les demandeurs d emploi déclarent avoir une bonne connaissance orale sont l arabe et le turc. Vient largement plus loin la connaissance du russe. Il est à noter que la connaissance des autres langues non européennes est fortement diversifiée. En effet, les dossiers des demandeurs d emploi reprennent une quarantaine de langues différentes (hors UE), dont les demandeurs d emploi ont une bonne connaissance orale. Ajoutons aussi ici que les demandeurs d emploi sont plutôt tentés de renseigner dans leur dossier des langues qui sont considérées comme pertinentes sur le marché du travail comme le néerlandais, le français, l anglais, l espagnol, l italien et l allemand. Les connaissances des autres langues, considérées de moindre importance pour une intégration sur le marché du travail, sont indiquées de manière moins systématique par les demandeurs d emploi dans leur dossier. 15

16 Le tableau suivant donne la répartition des demandeurs d emploi déclarant bien maîtriser une autre langue (en dehors du français et du néerlandais), de nouveau selon le niveau d études. Sur la base de ces données, un certain nombre de constats intéressants peuvent être tirées. Ainsi, plus le niveau d études est élevé, plus le nombre de demandeurs d emploi parlant une autre langue augmente. Alors que la part de demandeurs d emploi parlant une autre langue est de 39% lorsqu ils ont terminé leurs études primaires, elle s élève à 70% parmi ceux qui ont un diplôme universitaire. Notons cette dernière proportion se retrouveaussi chez les demandeurs d emploiqui relèvent de la catégorie «autres études». Il est à ce propos intéressant de faire une distinction entre ceux qui parlent une langue de l Union européenne et ceux qui parlent une langue extra communautaire. La proportion de demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance orale d une langue européenne (entendez de l anglais principalement) est plus significative chez les personnes hautement qualifiées. Chez les universitaires surtout, 65% des demandeurs d emploi déclarent parler une autre langue. Chez les non universitaires, la proportion s établit à près de la moitié des demandeurs d emploi. On constate la situation inverse chez les demandeurs d emploi qui ont une bonne connaissance orale d une langue extra communautaire. Ici, la proportion de personnes hautement qualifiées est inférieure à celle d infrascolarisés. Notons toutefois que la proportion de personnes ayant une bonne connaissance orale d une langue non européenne est plus élevée avant tout parmi les demandeurs d emploi qui relèvent de la catégorie «autres études». En effet, la moitié des demandeurs d emploi de cette catégorie parle correctement une langue extra communautaire. Pour rappel, la catégorie «autres études» comprend principalement des demandeurs d emploi qui ont effectué leurs études à l étranger. TABLEAU 3 : DEMANDEURS D EMPLOI AYANT UNE BONNE CONNAISSANCE ORALE D UNE AUTRE LANGUE (A L EXCLUSION DU FRANÇAIS ET DU NEERLANDAIS) SELON LE NIVEAU D ETUDES JANVIER 2011 DEI % CE avec bonnes connaissances orales d une autre langue* % CE avec bonnes connaissances orales d une langue UE* % CE avec bonnes connaissances orales d une langue non UE Enseignement primaire ,3 13,0 27,8 Secondaire inférieur ,6 16,8 30,1 Secondaire supérieur ,9 25,2 26,2 Supérieur non universitaire ,8 46,9 12,2 Universitaire ,1 65,0 10,9 Autres études ,9 29,1 49,9 TOTAL ,9 27,3 33,8 * À l exclusion du français et du néerlandais 16

17 2.3 Connaissances linguistiques élémentaires des demandeurs d emploi Dans cette partie, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi sont analysées à partir d un angle d approche différent. Nous nous attardons ici sur les connaissances élémentaires de la langue du dossier des demandeurs d emploi. Autrement dit, cette analyse étudie, d une part, les connaissances élémentaires en français des demandeurs d emploi ayant un dossier francophone et, d autre part, les connaissances élémentaires en néerlandais des demandeurs d emploi ayant un dossier néerlandophone. Cette manière d aborder les connaissances linguistiques permet de définir la proportion de demandeurs d emploi qui n ont qu une connaissance élémentaire de la langue dans laquelle le dossier a été établi. À cet égard, ce n est plus la connaissance orale qui est étudiée, mais la connaissance écrite qui est examinée. Le tableau suivant reprend la proportion de demandeurs d emploi qui n ont qu une connaissance (écrite) élémentaire de la langue de leur dossier, selon le niveau d études. La répartition des demandeurs d emploi de moins de 30 ans y est également proposée. Insistons préalablement sur le fait que ces données doivent être interprétées avec la circonspection nécessaire. Le niveau des connaissances linguistiques est en effet attribué sur la base des déclarations du demandeur d emploi. TABLEAU 4 : DEMANDEURS D EMPLOI SELON LE NIVEAU D ETUDES ET CONNAISSANCES ELEMENTAIRES DE LA LANGUE DE LEUR DOSSIER (JANVIER 2011) DEI % Connaissances linguistiques élémentaires DEI < 30 ans % Connaissances linguistiques élémentaires (DEI < 30 ans) Enseignement primaire , ,4 Secondaire inférieur , ,1 Secondaire supérieur , ,3 Supérieur non universitaire , ,6 Universitaire , ,8 Autres études , ,1 TOTAL , ,7 Source : Actiris, calcul Observatoire bruxellois de l Emploi La part de demandeurs d emploi ne possédant qu une connaissance élémentaire de la langue nationale utilisée dans leur dossier s élève à 10,2%. Elle est de 5,7% chez les demandeurs d emploi de moins de 30 ans. Cela signifie que les jeunes (< 30 ans) en général ont une meilleure connaissance de la langue de leur dossier, soit le français soit le néerlandais. On a vu précédemment que les demandeurs d emploi qui avaient fait leurs études à l étranger avaient une connaissance très faible de l autre langue nationale (6,9% déclarent avoir au minimum une connaissance moyenne, voir graphique 6). En outre, il ressort du tableau ci dessus qu une part considérable d entre eux ne maîtrise aucune des deux langues nationales. Près d un quart de tous les demandeurs d emploi qui ont fait leurs études à l étranger affirment disposer d une connaissance écrite élémentaire de la langue dans 17

18 laquelle ils se sont inscrits. Chez les jeunes demandeurs d emploi (< 30 ans), cette proportion est approximativement d un cinquième. Ne pas maîtriser au moins une des langues nationales constitue souvent un obstacle dans la recherche d un emploi. Il ressort d une enquête 5 du SPF Économie sur les migrants en Belgique que plus de 30% de ceux ci trouvent que leurs connaissances d au moins une des langues du pays d accueil doit être améliorée pour trouver un travail. Le tableau 5 propose un aperçu des demandeurs d emploi ayant une connaissance élémentaire de la langue de leur dossier selon la classe d âge. La répartition des demandeurs d emploi de la catégorie «autres études» y est également proposée. TABLEAU 5 : DEMANDEURS D EMPLOI SELON LA CLASSE D AGE ET CONNAISSANCE ELEMENTAIRE DE LA LANGUE DE LEUR DOSSIER (JANVIER 2011) DEI % Connaissances linguistiques élémentaires DEI «Autres études» % Connaissances linguistiques élémentaires (DEI «Autres études») < 25 ans , ,2 25 à 29 ans , ,7 30 à 39 ans , ,0 40 à 49 ans , ,0 50 ans et plus , ,0 TOTAL , ,2 Au vu des données, on constate que la part des demandeurs d emploi qui n ont qu une connaissance élémentaire de la langue de leur dossier augmente en fonction de l âge. Ainsi, chez les plus de 50 ans, elle est trois fois plus importante que chez les moins de 25 ans. Ceci indique que les jeunes ont en général une meilleure connaissance d au moins une des langues nationales. Ce constat ressortait également du tableau 4. En ce qui concerne les demandeurs d emploi inscrits dans la catégorie «autres études», on note aussi une augmentation de la part des demandeurs d emploi qui ont seulement une connaissance élémentaire de la langue de leur dossier (soit du français, soit du néerlandais), en fonction de l âge. Toutefois, le paramètre de l âge est moins déterminant pour cette catégorie de demandeurs d emploi. La proportion de demandeurs d emploi n ayant qu une connaissance de base de la langue de leur dossier passe de 20% chez les moins de 25 ans à 28% chez les plus de 50 ans. Bien que l âge soit moins déterminant, le pourcentage n en est pas moins assez élevé quel que soit l âge. 5 Un module spécial dans le cadre de l Enquête sur les Forces de Travail a été réalisé au cours du deuxième trimestre 2008 sur les migrants en Belgique, c est à dire sur les personnes qui ne sont pas nées en Belgique. 18

19 Conclusion La présente analyse met en exergue l écart qui existe entre les connaissances en langues des demandeurs d emploi et les exigences linguistiques posées par les employeurs. La Région de Bruxelles Capitale concentre un grand nombre de postes de travail requérant des connaissances linguistiques élevées. Sur la base des offres d emploi reçues par Actiris, il ressort que 48% des offres spécifient explicitement des exigences linguistiques. Dans le cas des offres d emploi relatives aux fonctions critiques, ce chiffre passe à 61,2% (43,6% pour les fonctions non critiques). Près de 90% de ces offres d emploi requièrent une connaissance des deux langues nationales. Environ 30% des offres d emploi exigent, outre la connaissance des deux langues nationales, une connaissance de l anglais. Dans seulement un nombre limité d offres d emploi, la connaissance d autres langues encore est demandée. On a pu voir que les exigences linguistiques diffèrent considérablement d une profession à l autre, par domaine professionnel ou encore selon le secteur d activité. On exige, par exemple, dans certains cas, d être parfaitement bilingue et, dans d autres cas, de posséder une connaissance de base de la deuxième langue nationale. Les connaissances linguistiques s imposent surtout pour les fonctions nécessitant des contacts avec des clients et dans certains domaines professionnels. C est par exemple le cas pour les professions de téléphoniste (84%), de secrétaire (77%) et de vendeur (65%) et également dans les domaines professionnels tels que l ingéniorat (78%), l informatique (77%) et la gestion ou le management (73%). Par contre, les exigences linguistiques sont moins prononcées dans les domaines de l enseignement (13%), de la construction (27%) ou du nettoyage (28%). D un point de vue sectoriel, les exigences linguistiques sont globalement plus importantes dans les secteurs des services aux entreprises, des activités financières, du commerce que dans les secteurs de la santé et action sociale, de la construction ou de l éducation. En outre, on a pu constater que les exigences linguistiques sont proportionnelles au niveau d études demandé par les employeurs et que les plus grandes entreprises posent des exigences en langues un peu plus élevées. La part de demandeurs d emploi déclarant disposer d au moins une connaissance moyenne (orale) de la deuxième langue nationale s élève à 22,7%. Cette proportion passe à 8,6% si l on considère uniquement les demandeurs d emploi qui affirment disposer d une bonne connaissance de l autre langue nationale. En revanche, 31,9% des demandeurs d emploi déclarent disposer d une connaissance moyenne de l anglais (16,9% disent avoir une bonne connaissance). De manière générale, les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi augmentent avec le niveau d études. À titre d exemple, 52,8% des universitaires affirment avoir au minimum une connaissance moyenne de l autre langue nationale, alors que cette proportion est de 22,3% pour les demandeurs d emploi infrascolarisés (enseignement primaire et secondaire inférieur). Les demandeurs d emploi qui ont effectué leurs études à l étranger n ont pour leur part qu une connaissance très faible de l autre langue nationale (seuls 6,9% affirment avoir au moins une connaissance moyenne). 19

20 En ce qui concerne les compétences linguistiques des demandeurs d emploi selon l âge, il apparaît que les jeunes (< 25 ans) sont relativement plus nombreux à avoir au moins une connaissance moyenne de la deuxième langue nationale. Près de 30% des jeunes demandeurs d emploi bruxellois déclarent disposer au moins d un niveau de connaissance moyen de l autre langue nationale. Considérant toutefois les demandeurs d emploi ayant une bonne connaissance des deux langues nationales, les différences selon l âge sont minimes. Les compétences linguistiques des demandeurs d emploi varient sensiblement par profession. Tout comme pour les offres d emploi, le bilinguisme des demandeurs d emploi est plus important dans les professions où priment la communication et les contacts. L analyse longitudinale réalisée par l Observatoire indique que la connaissance moyenne de l autre langue nationale a un impact positif sur le taux de sortie du chômage et le taux sortie vers l emploi des demandeurs d emploi. Quelle que soit leur durée d inactivité, les probabilités de trouver un travail sont plus importantes pour les demandeurs d emploi ayant au moins une connaissance moyenne de l autre langue nationale. La connaissance de l autre langue nationale représente un atout important pour trouver un travail, à plus forte raison pour les demandeurs d emploi faiblement et moyennement scolarisés. Si l absence des compétences linguistiques nécessaires réduit les chances des demandeurs d emploi de trouver un emploi, ce ne signifie toutefois pas nécessairement une exclusion sur le marché du travail. Outre le français ou le néerlandais, les demandeurs d emploi bruxellois parlent souvent une autre langue. Quelle que soit leur connaissance des deux langues nationales, près de six demandeurs d emploi bruxellois sur dix déclarent disposer d une bonne connaissance orale d au moins une autre langue (à l exclusion du français et du néerlandais). Les principales langues de l Union européenne maîtrisées par les demandeurs d emploi sont l anglais, suivi (dans une mesure significativement moindre) par l espagnol, l italien, le portugais et l allemand. Les principales langues non UE dont les demandeurs d emploi ont une bonne connaissance orale sont l arabe et le turc. Par ailleurs, une part importante des demandeurs d emploi ne maîtrisent aucune des deux langues nationales. Ne pas maîtriser au moins une des langues nationales constitue souvent un obstacle non négligeable dans la recherche d un emploi. Près d un quart de tous les demandeurs d emploi qui ont fait leurs études à l étranger affirment disposer uniquement d une connaissance élémentaire de la langue dans laquelle ils se sont inscrits. Observatoire bruxellois de l Emploi, septembre

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Portrait statistique de la jeunesse bruxelloise à son arrivée sur le marché du travail

Portrait statistique de la jeunesse bruxelloise à son arrivée sur le marché du travail Portrait statistique de la jeunesse bruxelloise à son arrivée sur le marché du travail Observatoire bruxellois de l Emploi février 2011 0. Introduction L évolution démographique et le niveau de chômage

Plus en détail

Le travail après la retraite

Le travail après la retraite Grant Schellenberg, Martin Turcotte et Bali Ram L es travailleurs prennent leur retraite de diverses façons. Certains quittent un emploi de longue date, faisant une transition nette du travail aux loisirs.

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et conduite de projet en PME-PMI de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Magali Beffy, Delphine Perelmuter* Pour l année scolaire 2007-2008, les

Plus en détail

Etude sur les besoins d'aides à la communication vus par les interprètes en langue des signes et les professionnels bilingues réalisée en 2009

Etude sur les besoins d'aides à la communication vus par les interprètes en langue des signes et les professionnels bilingues réalisée en 2009 Etude sur les besoins d'aides à la communication vus par les interprètes en langue des signes et les professionnels bilingues réalisée en 2009 Info-Sourds de Bruxelles Observatoire de l'accueil et de l'accompagnement

Plus en détail

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés n 58 novembre 2010 ISSN 1967-6158 Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi Données 2008 emploi formation insertion Franche-Comté La loi du 10 juillet 1987 relative à l obligation

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2012 Table des matières Le rapport 2012... 6 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE Synthèse des principaux résultats Conseil Régional du Centre Septembre 2003 BVA OPINION 191 avenue du Général

Plus en détail

Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage

Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage Table des matières I. Qu entend-on par travail à temps partiel dans l assurance-chômage? II. III. IV. items spéciaux: Qu est-ce que l allocation de

Plus en détail

Communiqué de presse Pressemitteilung Comunicato Stampa

Communiqué de presse Pressemitteilung Comunicato Stampa Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Service d information Informationsdienst Servizio informazioni Servetsch d infurmaziun

Plus en détail

Testing de maitrise du français en Communauté germanophone

Testing de maitrise du français en Communauté germanophone Ministerium der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens Testing de maitrise du français en Communauté germanophone Rapport intermédiaire : Mars 2013- Elèves de la 6 e année secondaire Niveau B2 Département

Plus en détail

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques Résumé Table des matières Origines de l Enquête... 3 Pilotage de l Enquête... 3 Résultats : niveau de langue... 6 Performance globale... 6

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le

Plus en détail

TAUX DE SURVIE DES ENTREPRISES AU QUÉBEC ET TAUX DE PASSAGE

TAUX DE SURVIE DES ENTREPRISES AU QUÉBEC ET TAUX DE PASSAGE TAUX DE SURVIE DES ENTREPRISES AU QUÉBEC ET TAUX DE PASSAGE Ministère de l Industrie et du Commerce Direction générale de la planification Direction de l analyse économique Mars 2001 RÉALISATION Cette

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Evolution du public de BRUXELLES FORMATION et partenaires de 2000 à 2008

Evolution du public de BRUXELLES FORMATION et partenaires de 2000 à 2008 Evolution du public de BRUXELLES FORMATION et partenaires de 2000 à 2008 Service Études et Statistiques Table des matières Table des matières...2 I. Introduction...3 A. Définition du public concerné par

Plus en détail

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Fonds Social Européen Gestion des âges "Du dire au faire" Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Panels 1374 sur trois banques en France (banques A, B et C) et une banque en Europe (la D) (1).

Plus en détail

Titre. Les aides à l emploi et. les aides économiques Aides Régionales. Date. LOYERS 02 février 2009. S.Baldewyns Conseil en Ressources Humaines

Titre. Les aides à l emploi et. les aides économiques Aides Régionales. Date. LOYERS 02 février 2009. S.Baldewyns Conseil en Ressources Humaines Titre Les aides à l emploi et Date les aides économiques Aides Régionales LOYERS 02 février 2009 1 PLAN FORMATION INSERTION (P.F.I.) Siège d exploitation en Région Wallonne Pour tout demandeur d emploi

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ)

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) EMPLOI-QUÉBEC ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) RAPPORT ANALYTIQUE VOLUME 12 ENQUÊTE 2012 SUR LES DONNÉES DE 2011 Ce document a été préparé par la Direction de l analyse et de l information

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 :

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 : LE TRÉSORIER D ENTREPRISE EN 2011 2 AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du

Plus en détail

Tableau de bord du marché de l'emploi

Tableau de bord du marché de l'emploi Tableau de bord du marché de l'emploi Période de référence : 31 décembre 2013 31 décembre 2014 n 3 juin 2015 1. Les flux de main-d'œuvre salariée : nombre de recrutements et de fins de contrat Flux et

Plus en détail

Communiqué de presse IMMOBILIER

Communiqué de presse IMMOBILIER Notre étude sur les attentes des Belges francophones en matière d immobilier montre que la maison et particulièrement à la campagne est le type d habitat recherché en premier lieu. On recherche plutôt

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 28 mars 2013 Le marché du travail en Belgique en 2012 Nouveaux chiffres de l enquête sur les forces de travail Combien de personnes ont exercé un travail rémunéré? Combien

Plus en détail

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Copyright Photo Alto L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Le phénomène de concentration continue d impacter le nombre des entreprises de la branche mais n a pas d incidence négative sur l emploi puisque

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Tableau de bord du marché de l'emploi

Tableau de bord du marché de l'emploi Tableau de bord du marché de l'emploi Période de référence : 31 mars 2014 31 mars 2015 n 4 octobre 2015 SOMMAIRE 1. Les flux de main-d'œuvre salariée : nombre de recrutements et de fins de contrat... 2

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

Etude Mercuri Urval informations et données générales destinées à la presse

Etude Mercuri Urval informations et données générales destinées à la presse Contacts presse: Yannik Broquet Senior Consultant Mobile 0032 591325 yannik.broquet@mercuriurval.com Etude Mercuri Urval informations et données générales destinées à la presse Démarche orientée-client

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information, communication, culture de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019

Plus en détail

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG 1. Eléments statistiques 1.1. réussite par UE en 2014 et 2015 Le taux de réussite par UE est repris dans les tableaux ci-après pour 2014 et 2015. En moyenne

Plus en détail

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION

ACADEMIE DE POITIERS. Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles PREMIERE EPREUVE D ADMISSION ACADEMIE DE POITIERS Rapport de jury du concours de recrutement des professeurs des écoles Concours externe - Session 2014 PREMIERE EPREUVE D ADMISSION Statistiques Discipline Moyenne Ecart-type NB candidats

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit Public. Institut catholique de Lille - ICL. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit Public. Institut catholique de Lille - ICL. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit Public Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée.

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée. INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2013 Édition révisée Faits saillants COMPARAISON DE RÉMUNÉRATION ET MARCHÉ DU TRAVAIL o

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue Les avis de la Chambre des Métiers Code du travail formation continue Projet de loi portant modification des articles L. 542-7. à L. 542-14., ainsi que des articles L. 542-17. et L. 542-19. du Livre

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le 25.06.2009 MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon)

L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon) Galedi Nzey L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon) INTRODUCTION Au Gabon, avant 1981, la formation de tous

Plus en détail

ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE

ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE Établissement public fondé en 1841 Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Recommandations de l Académie royale de Médecine de Belgique pour garantir une formation

Plus en détail

Quel salaire pour quel travail?

Quel salaire pour quel travail? 1 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 12 octobre 2010 Quel salaire pour quel travail? Quel est le secteur le mieux payé? Quelles professions permettent de gagner

Plus en détail

Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel

Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel Synthèse des données sociodémographiques de 2011 Le document Principales caractéristiques de la population

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

3. Dossier L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre 9

3. Dossier L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre 9 3. Dossier L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre 9 Bien que l activité féminine soit en augmentation constante en Belgique, force est de constater que les inégalités professionnelles

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en système d information

Licence professionnelle Coordinateur de projets en système d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en système d information Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHÈSE "NORD" (SOUS- PROJET 1) Compétences en langues pour les industries et les métiers des langues

RAPPORT DE SYNTHÈSE NORD (SOUS- PROJET 1) Compétences en langues pour les industries et les métiers des langues RAPPORT DE SYNTHÈSE "NORD" (SOUS- PROJET 1) Compétences en langues pour les industries et les métiers des langues Introduction Le présent rapport est basé sur les rapports nationaux danois, lithuanien

Plus en détail

Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens. Synthèse des résultats

Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens. Synthèse des résultats 17 juin 2013 Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens Synthèse des résultats AIST89 17 bis avenue de la Puisaye CS 315 89005 AUXERRE - Tél. : 03 86

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

Etude du recrutement des étudiants de Licence 1 et 2 inscrits dans les filières proposées à la fois à Marseille et à Aix en 2005/06 et 2006/07

Etude du recrutement des étudiants de Licence 1 et 2 inscrits dans les filières proposées à la fois à Marseille et à Aix en 2005/06 et 2006/07 Etude du recrutement des étudiants de Licence 1 et 2 inscrits dans les filières proposées à la fois à Marseille et à Aix en 2005/06 et 2006/07 Note établie par l Sylvie David Juin 2007 Présentation L Espace

Plus en détail

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Juillet 2014 Rédaction Chakib Benzakour Traitement statistique Raluca Paula Filip

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 168» (préqualification, qualification, dynamique insertion)

«Extrait du cahier de l OPEQ n 168» (préqualification, qualification, dynamique insertion) «Extrait du cahier de l OPEQ n 168» L INSERTION PROFESSIONNELLE A 6 MOIS DES STAGIAIRES DU PRF 2008-2009 (préqualification, qualification, dynamique iertion) LA FILIERE HOTELLERIE-RESTAURATION-TOURISME

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses AVRIL 2011 N 033 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARCOURS DES INTÉRIMAIRES : les intérimaires les plus expérimentés ont été moins

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR Région économique du Nord-Est Profils régionaux du Nouveau-Brunswick : Faits saillants et mises à jour Région économiques du

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Introduction Pourquoi cette enquête? Dans le cadre de la crise financière, les medias abordent le chômage des jeunes en Europe de manière récurrente.

Plus en détail

8Dy 75. Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires. Christian RAGUSICH Georges AKHRAS

8Dy 75. Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires. Christian RAGUSICH Georges AKHRAS Actes du 20 e colloque de l AQPC RÉUSSIR AU COLLÉGIAL 8Dy 75 Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires Christian RAGUSICH Georges AKHRAS Deux prédicteurs de réussite aux études postsecondaires

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses?

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Dominique LEFILLIATRE Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

Rapport intermédiaire sur le signalement des œuvres introuvables

Rapport intermédiaire sur le signalement des œuvres introuvables Le est une fonctionnalité mise en ligne par l Hadopi le 12 mars 2014 permettant à un internaute de signaler via un formulaire toute œuvre culturelle qu il souhaite consommer et qu il n arrive pas à trouver

Plus en détail

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES 27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES UNE PHOTOGRAPHIE DE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ AU-DELÀ DES CLICHÉS Majoritaires dans la population, en situation de quasi parité dans la population active occupée,

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites d admissibilité des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Préparation concours ACCES- Toulouse

Préparation concours ACCES- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation concours ACCES- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours ACCES : définition 2

Plus en détail