L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France"

Transcription

1 L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

2 Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound) Focalisation d'un faisceau d'ultrasons de haute intensité en un point donné: Concentration de l'énergie au point focal Elévation de température ( C en quelques secondes) Destruction du point focal (nécrose de coagulation) Les tissus situés entre le transducteur et le point focal sont préservés Pas de destruction de tissu prostatique en avant du point focal ++

3 Peau Lésion de nécrose de coagulation au point focal Transducteur Tumeur Pas de destruction En aval du point focal Faisceau US de haute intensité Les tissus entre le transducteur et le point focal sont épargnés Adapté de: Kennedy JE et al. Nat Rev Cancer 2005; 5:341

4 Pré-requis Principe des US focalisés La quantité de tissu détruite en un seul tir est faible : Cylindre d'environ 20 mm x 2 mm x 2 mm Pour détruire toute la glande, il faut multiplier les tirs couche par couche

5 Pré-requis Traitement du cancer de prostate par US focalisés Application clinique la plus avancée AG ou rachi-anesthésie Transducteur endorectal Traitement sous guidage échographique

6 Pré-requis Traitement du cancer de prostate par US focalisés Précautions: Respecter marges de sécurité par rapport : au sphincter (pour éviter l incontinence), au rectum (pour éviter les fistules). Indications: Traitement curatif des cancers localisés (contre-indications ou refus d un traitement chirurgical) Traitement de «rattrapage» des récidives locales après radiothérapie (RT)

7 Pré-requis Récidives du cancer de prostate après RT Fréquentes: 46% ++ Options thérapeutiques : Prostatectomie de rattrapage Alternatives mini-invasives Hormonothérapie cryothérapie ultrasons focalisés Surveillance Le choix se fait selon l âge, les co-morbidités, le stade et le désir du patient.

8 Pré-requis HIFU et récidives locales de cancer après RT Indication: patients ayant une espérance de vie > 5 ans Résultats : comparables à ceux des autres traitements 73% de contrôle local* 84% de survie globale à 5 ans* Morbidité variable fistule rectale de 0 à 16% incontinence de 10 à 50% ** *Murat et al. Mid-term results demonstrate HIFU as an effective and acceptably morbid salvage treatment option for locally radiorecurrent prostate cancer. European Urology 55 (2009) **Chalasani et al. Salvage HIFU for recurrent prostate cancer after radiotherapy. Prostate Cancer Prostatic Dis. 2009;12(2):124-9.

9 Pré-requis HIFU et récidives locales de cancer après RT (2) Résultats Survie à 3 ans sans progression 53% pour les patients à faible risque de progression 42% à risque intermédiaire 25% à haut risque (selon d Amico) La survie diminue quand PSA pré HIFU élevé Hormonothérapie administrée Murat et al. European Urology 55 (2009)

10 Comment améliorer ces résultats? Par une sélection optimale des patients, But: éliminer les patients susceptibles d avoir des métastases occultes. Certains facteurs pronostiques ont déjà été étudiés T, Gleason et PSA pré RT (groupes à risque de progression selon classification de d Amico) Score de Gleason de la récidive Volume prostatique PSA pré HIFU Administration d une hormonothérapie concomitante (micro-métastases sousdiagnostiquées) IRM corps entier, PET, SPIO, : en cours d évaluation O. Rouvière Eur Journal of Radiology 2007 (63): 317

11 Comment améliorer ces résultats? Par une cartographie pré-thérapeutique exacte Il est actuellement prouvé (par corrélations biopsiques) que l IRM dynamique après injection constitue la meilleure technique de détection des récidives après RTH > T2 et >> EER (1, 2) Mais l IRM peut-elle aider à sélectionner les patients pour lesquels un traitement HIFU constitue une bonne indication? (1) O. Rouvière Urology 63 (5), 2004 (2) M.A. Haider IJROBP 70 (1), 2008

12 Objectif du travail Evaluer la valeur pronostique de l IRM IRM avant traitement par HIFU des récidives locales du cancer prostatique après radiothérapie.

13 Matériel et méthodes Etude rétrospective ( ) Critères d inclusion : Patients porteurs d une récidive locale de cancer de prostate après radiothérapie traités par HIFU (Ablatherm, EDAP, Vaulx-en-Velin) Et ayant eu une IRM pré-opératoire Acquisition axiale pondérée en T2 Acquisition dynamique après injection de gadolinium 2 patients exclus : 2 ème récidive après RT puis prostatectomie de rattrapage IRM réalisée 45 mois avant le traitement HIFU Au total : 38 patients Âge: ans (moyen: 71 ans) Délai moyen IRM - HIFU: 4.6 mois

14 Matériel et méthodes Méthode Deux lecteurs (consensus) IRM 1.5T, antenne corps Analyse combinée des séquences T2 et dynamique sauf pour un patient porteur d une prothèse de hanche gênant l étude dynamique (analyse des images T2 seules) Facteurs pronostiques étudiés: Volume de la récidive tumorale Distance entre le rectum et le point le plus antérieur de la récidive Extension de la récidive en avant du plan de l urètre Présence de tumeur à l apex Franchissement extra-capsulaire Atteinte des vésicules séminales (VS)

15 Matériels et méthodes Evaluation du volume tumoral en IRM Technique volumétrique: tracé manuel du contour de la tumeur sur les coupes axiales successives puis calcul automatique du volume dessiné. Réalisée en séquence dynamique (T2 pour patient porteur de la PTH) Dans les cas où il était noté plusieurs foyers, leurs volumes étaient calculés séparément puis additionnés.

16 Matériels et méthodes Ces données ont été comparées au résultat du traitement HIFU: Echec en cas de biopsie positive et/ou de mise sous hormonothérapie après HIFU Succès dans les autres cas. Analyse statistique utilisant le test de Kruskal-Wallis (pour le volume tumoral et la distance au rectum) et le test exact de Fischer (pour les atteintes antérieure, apicale, extra-capsulaire et aux VS )

17 Résultats Résultat E S Volume tumoral (cc) Le volume tumoral varie de 0.5 à 32 cc. Il est en moyenne plus élevé dans le groupe échec (E) que dans le groupe succès (S) (7.5 +/- 7.8 cc vs 4.7 +/- 4.7 cc) mais cette différence n est pas statistiquement significative (P= ; test de Kruskal-Wallis )

18 Résultats Résultat E S Distance Volume au tumoral rectum (cc) (mm) La distance rectum point antérieur de tumeur: 8 à 35 cm. Elle est en moyenne plus élevé dans le groupe échec (E) que dans le groupe succès (S) (20.9 +/- 6 mmvs /- 6.1 mm) mais cette différence n est pas statistiquement significative (P= )

19 Résultats 76% des patients groupe échec avaient une tumeur s étendant en avant du plan de l urètre, contre 19% des patients du groupe succès (p< 0.001) L extension en avant du plan de l urètre est significativement corrélée à l échec du traitement.

20 Résultats L atteinte des apex, des vésicules séminales et le franchissement de la capsule sont plus importants dans le groupe échec que dans le groupe succès mais la différence n est pas statistiquement significative.

21 Résultats Paramètre étudié Échec (17 patients) Succès (21 patients) Valeur statistique (p) Volume tumoral 7.5 +/- 7.8 cc 4.7 +/- 4.7 cc Distance au rectum /- 6.0 mm /- 6.1 mm Atteinte antérieure au plan de l urètre Atteinte vésicules séminales 13 /17 ( 76%) 4/21 (19%) < /17 (24%) 2/21 (10%) 0.37 Atteinte capsule 9/17 (53%) 8/21 (38%) 0.51 Atteinte apex 15/17 (88%) 17/21 (81%) 0.67

22 Discussion La position antérieure est significativement associée à l échec du traitement de rattrapage par ultrasons focalisés. Ceci s explique par le fait qu il n'y a pas de destruction de tissu prostatique en avant du point focal (limite technique).

23 Discussion Le volume tumoral pourrait aussi jouer un rôle Le volume tumoral pourrait aussi jouer un rôle dans l échec du traitement et sa valeur pronostique mériterait d être étudiée sur un plus grand échantillon

24 Discussion L atteinte des apex ne constitue pas, dans cette étude, un facteur de mauvais pronostic Ceci est discordant avec ce qui a été publié dans le traitement de première intention du cancer de prostate par HIFU Mais la forte proportion d atteinte apicale dans notre étude (84%) limite la portée de ce résultat

25 Quelques exemples Succès du traitement par HIFU A.H., 76 ans, récidive de cancer de prostate. IRM T2 et dynamique: petit foyer hypo-intense T2, prenant le contraste de façon précoce et intense dans la zone périphérique postérieure de la partie moyenne gauche, restant en arrière du plan de l urètre, avec une distance au rectum de 9 mm et un volume de 0.6 cc.

26 Quelques exemples Succès du traitement par HIFU C.J., 75 ans, récidive de cancer de prostate. IRM T2 et dynamique: foyer hypo-intense homogène T2, prenant le contraste de façon précoce et intense dans la zone périphérique de la partie moyenne gauche, restant en arrière du plan de l urètre, avec une distance au rectum de 17 mm et un volume de 2.8 cc.

27 Quelques exemples Echec du traitement par HIFU? C.J., 75 ans, récidive de cancer de prostate. IRM T2 et dynamique: plage prenant le contraste de façon précoce et modérée intéressant l apex gauche, mal individualisée en T2, dépassant en avant le plan de l urètre, avec une distance au rectum de 25 mm et un volume de 0.9 cc.

28 Quelques exemples? Echec du traitement par HIFU CB, 69A, récidive locale de cancer de prostate. Zone suspecte prenant le contraste de façon précoce, non identifiée en T2, localisée en avant du plan de l urètre, latéralisée à gauche (3 sextants), d un volume de 2.9 cc. Distance pôle antérieur de la tumeur- rectum= 26 mm

29 Conclusion : La position antérieure des récidives locales après radiothérapie semble un facteur important d échec du traitement HIFU. Le volume tumoral pourrait aussi avoir une Le volume tumoral pourrait aussi avoir une valeur pronostique et mériterait d être étudié sur un plus grand effectif.

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité:

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: détection des récidives r locales par IRM O Rouvière, N Girouin, L Glas, A Ben Cheikh, A Gelet, F Mège-Lechevallier, D Lyonnet Hôpital

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate

Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate Pilotez le progrès dans le traitement du cancer localisé de la prostate - High Intensity Focused Ultrasound www.edap-tms.com Ablatherm Prenez les commandes de votre nouvel assistant opératoire High Intensity

Plus en détail

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE Pr François Kleinclauss Service d Urologie et Transplantation Rénale CHU de Besançon FACTEURS DE CHOIX DU TRAITEMENT Classification pronostique de d Amico - PSA -

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans MISE AU POINT Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans La définition du stade T3 est ambiguë. Quelle est la signification, le pronostic, d une tumeur qui s étend au-delà de l

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE X. REBILLARD, A. VILLERS, A. RUFFION, P. BEUZEBOC, A. SOULIE, P. RICHAUD, B. BARRE, P. ESCHWEGE, E. FONTAINE, V. MOLINIE, J.L. MOREAU, M. PENEAU, V. RAVERY, F. STAERMAN 29 30 Progrès

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Diagnostic du cancer de la prostate

Diagnostic du cancer de la prostate Diagnostic du cancer de la prostate Daniel PORTALEZ, J.M LHEZ, B ELMAN, J BESSE, C LAVAL, B DOMENECH, D COLOMBIER, J.L GRANIER Toulouse Chapitre 1 : TR, PSA, Echographie Dias 2 à 26 Chapitre 2 : Biopsies

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Faculté de Médecine Paris 7 - Denis Diderot Département de FMC LES TUMEURS DE LA PROSTATE Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Professeurs Vincent DELMAS et Alain EDDI 1 Classement des cancers par

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU RECTUM

RTC 3D CANCER DU RECTUM RTC 3D CANCER DU RECTUM INDICATIONS de la RTE Adénocarcinome du rectum T3-4 ou N+ RT-CT concomitante pré-opératoire Adénocarcinome rectal avec facteur de risque de récidive locale (R1, T4, N+) Mais SANS

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ELIGARD 45 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 seringue pré remplie de poudre et 1 seringue pré remplie de solvant (CIP: 382 633-8) Laboratoire

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

Cancers digestifs Février 2011

Cancers digestifs Février 2011 Cancers digestifs Février 2011 CANCER DU RECTUM Version validée : 03/02/11 Cible(s) Rédacteur(s) Anatomopathologiste, chirurgien général, chirurgien digestif, chirurgien viscéral, gastroentérologue, généticien,,

Plus en détail

Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité par voie rectale d un adénocarcinome localisé de la prostate

Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité par voie rectale d un adénocarcinome localisé de la prostate AVIS SUR LES ACTES Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité par voie rectale d un adénocarcinome localisé de la prostate Classement CCAM : 08.03.01.01 code : JGNJ900 Décembre 2010 Ce document

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28 THESAURUS Cancer ORL Texte Crt Juin 2015 Thésaurus Cancer ORL Texte Crt Page 1 sur 28 INDEX DES ARBRES DECISIONNELS Arbre Titre Page Ia Attitudes thérapeutiques (avant radiothérapie) 3 Ib Attitudes thérapeutiques

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Moein Alizadeh, William Guertin, Louise Lambert, Louis Guertin, Manon Bélair, Luc

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE LOCALISE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE LOCALISE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE LOCALISE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Cas 1 Béatrice, femme de 47 ans, consulte suite à la palpation d une

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD I - CANCER COLIQUE Le colon : en amont de la jonction recto-sigmoïdienne,, plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie. Adénocarcinome

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Traitement du cancer localisé de la prostate. par Ultrasons Focalisés de Haute Intensité. Information patient

Traitement du cancer localisé de la prostate. par Ultrasons Focalisés de Haute Intensité. Information patient Traitement du cancer localisé de la prostate par Ultrasons Focalisés de Haute Intensité Information patient www.hifu-planet.fr Un site internet riche en informations est à votre disposition pour tout savoir

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier

Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier Échanges en radiothérapie du cancer du sein Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier Patiente de 62 ans Atcd néo sein gauche traité en 1995 par MCA gauche pour

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1 Étude TRAJAN : Facteurs associés aux délais d accès aux traitements du cancer du sein à partir d une représentation temporelle automatisée du parcours de soins Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1,

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé

Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé Progrès en Urologie (1997), 7, 449-454 Valeur de l IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé Jean-Louis PARIENTE (1), François JACOB (1), Hervé TRILLAUD (2), Colette DEMINIERE

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Il y a T3 et T3 T2b? T3 Il y a T3 et T3 et T3 Il y a T3 et T3 et T3 et T3 Bilan d extension TDM AP

Plus en détail

LE CANCER DE LA PROSTATE

LE CANCER DE LA PROSTATE LE CANCER DE LA PROSTATE Table des matières Table des matières 3 I - Epidémiologie 9 A. Incidence...9 B. Variations géographiques et ethniques...9 C. Variations avec l'âge...10 II - Facteurs étiologiques

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre.

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. F Peschaud Vendredi 11 décembre 2015 Adjuvant: Pourquoi? T3/T4 après RCT néoadjuvante: taux de récidive métastatique à 5 ans de 35% Stade III: Survie sans

Plus en détail

Cancer du col utérin invasif et grossesse

Cancer du col utérin invasif et grossesse La partie de l'image avec l'id de relation rid3 n'a pas été trouvée dans le fichier. Cancer du col utérin invasif et grossesse F. Narducci, MA Carillon, V. Emmanuelli, B. Castelain, S. Taieb, P. Collinet,

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge À partir de l exemple du cancer bronchique Wirtz Gil CHU de Strasbourg Éléments déterminants dans la discussion

Plus en détail

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France 1 Sx Rectum, logiciel d'aide au diagnostic dédié au rectum : résultats préliminaires. G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy,

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

PRECISION DE L IRM MULTIPARAMETRIQUE PROSTATIQUE DANS L EVALUATION DU VOLUME TUMORAL

PRECISION DE L IRM MULTIPARAMETRIQUE PROSTATIQUE DANS L EVALUATION DU VOLUME TUMORAL PRECISION DE L IRM MULTIPARAMETRIQUE PROSTATIQUE DANS L EVALUATION DU VOLUME TUMORAL F. Bratan, C. Mélodelima, F. Mège-Lechevallier, R. Souchon, O. Rouvière Département d Imagerie Urinaire et Vasculaire,

Plus en détail

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle Evaluation d un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle B. Lecourtois, J. Frandon, I. Bricault, G. Ferretti Clinique Universitaire de Radiologie et Imagerie Médicale CHU

Plus en détail

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban,

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, (2) Hôtel-Dieu de Paris, Paris - France La caractérisation d une

Plus en détail

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel La radiothérapie adaptative dans les tumeurs cervico-faciales Pierre Castadot 1,4, John A. Lee 1, Xavier Geets 1,2, Benoît Macq 3, Vincent Grégoire 1,2 1 Laboratoire d Imagerie Moléculaire et de Radiothérapie

Plus en détail

THYROGLOBULINE PRÉOPÉRATOIRE ET L ISSUE DU GANGLION SENTINELLE DANS LES CANCERS THYROÏDIENS DIFFÉRENCIÉS: Y A-T-IL UNE CORRÉLATION?

THYROGLOBULINE PRÉOPÉRATOIRE ET L ISSUE DU GANGLION SENTINELLE DANS LES CANCERS THYROÏDIENS DIFFÉRENCIÉS: Y A-T-IL UNE CORRÉLATION? THYROGLOBULINE PRÉOPÉRATOIRE ET L ISSUE DU GANGLION SENTINELLE DANS LES CANCERS THYROÏDIENS DIFFÉRENCIÉS: Y A-T-IL UNE CORRÉLATION? Anastasios Maniakas, Externe 2 Superviseur: Dr. R. Payne Départment d

Plus en détail

Cancer de prostate de stade T3 clinique : Histoire naturelle, les choix thérapeutiques et leurs résultats

Cancer de prostate de stade T3 clinique : Histoire naturelle, les choix thérapeutiques et leurs résultats ARTICLE DE REVUE Progrès en Urologie (1998), 8, 977-993 Cancer de prostate de stade T3 clinique : Histoire naturelle, les choix thérapeutiques et leurs résultats Michel PENEAU (1), Thierry PIÉCHAUD (2),

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail