Modèle explicatif des croyances relatives à l hypertension artérielle chez les hommes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle explicatif des croyances relatives à l hypertension artérielle chez les hommes"

Transcription

1 Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l espace francophone 3 juin 2015 Modèle explicatif des croyances relatives à l hypertension artérielle chez les hommes Anne-Marie Leclerc, inf. Ph.D. (c) Geneviève Côté, M.A. Francine de Montigny, inf. Ph.D. Lyne Cloutier, inf. Ph.D.

2 Plan de la présentation Introduction Problématique Méthodologie Résultats Discussion Conclusion 2

3 Introduction L hypertension (HTA) touche près de 6 millions de Canadiens (Robitaille et al., 2012). Malgré les efforts déployés au Canada, du travail reste à faire quant au diagnostic, à la gestion et au contrôle de l HTA (McAlister et al., 2009). Les hommes ayant un diagnostic d HTA ont un taux de mortalité plus élevé que les femmes (Daugherty et al., 2013) 5

4 Problématique Les lignes directrices sont sans distinction quant au genre (Daskalopoulou et al., 2015). Plusieurs avenues pourraient expliquer la particularité des hommes en regard du traitement de l HTA : la conception de la santé les comportements de santé l utilisation des services de santé les différences physiologiques l adhésion au traitement 4 (Leclerc, de Montigny & Cloutier, 2015 ; Leclerc, 2013)

5 Problématique Objectif de l étude: Explorer l expérience des hommes atteints d HTA. Question de recherche : Quelles sont les perceptions et croyances des hommes, en regard de l HTA? 5

6 Méthodologie 6

7 Méthodologie Devis Phénoménologie Milieu et échantillon Région de la Mauricie et du Centre-du-Québec Outils de collecte de données Entretien de 60 minutes Questionnaire sociodémographique 7

8 Méthodologie Cadre conceptuel Modèle des croyances relatives à la santé de Becker (1974) Analyse des données selon Giorgi (1997): Collecte des données verbales Lecture des données Division en unités de signification Organisation des données brutes dans le langage de la discipline 8

9 Résultats 9

10 Résultats 24 participants masculins Âgés entre 47 et 87 ans (moyenne de 63 ans) Plus de la moitié sont mariés Le revenu annuel brut se situe dans la moyenne La majorité a minimalement des études secondaires complétées 10

11 Modèle explicatif des croyances relatives à l HTA chez les hommes Pseudo-banalisation de l HTA Reliée à la perception - Ce n est pas une maladie - Normalité avec l âge - Causé par l hérédité Se manifeste par - Déni - Sentiment de fatalité S explique par - Attentes élevées envers les traitements non-pharmacologiques -Manque de connaissance sur la maladie 11

12 Résultats Et c'est ça, on ne sent rien, c'est comme si c'était une maladie qui n'existe pas, comme si on me fait prendre des médicaments pour rien, comme ça. Tu es plus vieux, c'est normal, c'est une maladie quand tu es plus vieux. (Participant 21) 12

13 Résultats Mais, la tension, je me suis dit, c'est une affaire qui se rajoute à un certain âge, c'est un peu normal, peut-être. Comme on dit, à un certain âge, les petits bobos sortent. (Participant 31) 13

14 Résultats Quand tu n as jamais été malade et tout d'un coup, tu tombes. Je n appelle pas ça malade, mais des bobos héréditaires. Ça peut être l'hérédité. (Participant 33) 14

15 Résultats C'est d'admettre que j'avais cette maladie-là. C'est plutôt à ce niveau-là que l'hypertension est venue me déranger, d'admettre que je pouvais avoir ce genre de maladie là, alors que je ne croyais pas... (Participant 23) 15

16 Résultats Qu'est-ce que vous voulez que je fasse? C'est là! (HTA) C'est dans mes gènes [ ]. Le reste, qu'est-ce que tu veux qu'on fasse? Même si je m'en faisais. C'est ça. (Participant 30) 16

17 Résultats Ça fait que quand mon médecin m'a dit que je faisais de la pression, je n'avais jamais entendu parler de ça. C'est ça qui est le pire. (Participant 26) 17

18 Résultats C'est pour ça que j'attends, si je peux prendre ma retraite, je veux arrêter de travailler, je pourrais me réinscrire pour faire du conditionnement, me repartir. Je veux voir s'il va avoir une différence, je vais voir si je vais réussir à baisser ma pression avec ça. (Participant 25) 18

19 Modèle explicatif des croyances relatives à l HTA chez les hommes Pseudo-banalisation de l HTA Reliée à la perception - Ce n est pas une maladie - Normalité avec l âge - Causé par l hérédité Se manifeste par - Déni - Sentiment de fatalité S explique par - Attentes élevées envers les traitements non-pharmacologiques -Manque de connaissance sur la maladie 19 - Prise de mesure de pression à domicile (MPAD) - Peur - Nervosité Éléments facilitateurs - Présence du support d une conjointe - Bonne relation avec les professionnels de la santé Si symptômes

20 Modèle explicatif des croyances relatives à l HTA chez les hommes Éléments facilitateurs - Présence du support d une conjointe - Bonne relation avec les professionnels de la santé -Prise de mesure de pression à domicile (MPAD) Pseudo-banalisation de l HTA 20 Reliée à la perception - Ce n est pas une maladie - Normalité avec l âge - Causé par l hérédité Se manifeste par - Déni - Sentiment de fatalité S explique par Si symptômes - Peur - Nervosité - Attentes élevées envers les traitements non-pharmacologiques -Manque de connaissance sur la maladie

21 Discussion 21

22 Discussion La notion de contrôle est un élément central dans la gestion de la maladie. L aspect asymptomatique de la maladie altère la perception de la sévérité des conséquences. La retraite est un moment important dans la modification des habitudes de vie. 22

23 Recommandations Pratique clinique Explorer les perceptions et croyances Transfert des connaissances adapté La recherche Étude quantitative Perspective féminine La formation Enseignement sur la santé des hommes 23

24 Conclusion Retombées attendues Mieux comprendre la perspective masculine Interventions ciblées pour la gestion de l HTA Perspectives futures Autres maladies 24

25 Merci! 25

26 Références et remerciements Becker, M. H. (1974). The health belief model and personal health behavior. Thorofare, N.J.: Slack. Daskalopoulou, S. S., et al. (2015). The 2015 canadian hypertension education program recommendations for blood pressure measurement, diagnosis, assessment of risk, prevention, and treatment of hypertension. The Canadian Journal of Cardiology, 31(5): Daugherty, S. L., et al. (2013). Sex differences in cardiovascular outcomes in patients with incident hypertension. Journal of Hypertension, 31(2), Giorgi, A. (1997). De la méthode phénoménologique utilisée comme mode de recherche qualitative en sciences humaines: théorie, pratique et évaluation in La recherche qualitative : diversité des champs et des pratiques au Québec. (pp ). Boucherville, Québec: Gaétan Morin Leclerc, A.-M., de Montigny & Cloutier, L. (2015). L'expérience des hommes atteints d'hypertension artérielle. Canadian Journal of Cardiovascular Nursing, 25(2). Leclerc, A.-M. (2013). L expérience des hommes atteints d hypertension artérielle. Mémoire de maîtrise. Université du Québec à Trois-Rivières, Trois- Rivières, Québec. McAlister, F. A., Feldman, R. D., Wyard, K., Brant, R., & Campbell, N. (2009). The impact of the Canadian Hypertension Education Programme in its first decade. European Heart Journal, 30(12), Robitaille, C., et al. (2012). Diagnosed hypertension in Canada: incidence, prevalence and associated mortality. CMAJ: Canadian Medical Association Journal 184(1), E49-E56. 26

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 17 janvier 2014 Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 1. Introduction o Mieux comprendre comment la formation continue peut contribuer au développement des compétences

Plus en détail

Objectifs. Lyne Cloutier, inf. PhD Professeure titulaire, UQTR 2015-05-19

Objectifs. Lyne Cloutier, inf. PhD Professeure titulaire, UQTR 2015-05-19 La mesure de la pression artérielle en 2015 : encore une place de choix dans la pratique infirmière auprès des personnes atteintes d hypertension artérielle Lyne Cloutier, inf. PhD Professeure titulaire,

Plus en détail

Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale

Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale Par Chantal Sylvain, erg., Ph.D. Journée de la Chaire de recherche en réadaptation 12 novembre 2015

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

Florette Giasson, Janelle de Rocquigny, Danielle de Moissac PLSR 2011 Gatineau

Florette Giasson, Janelle de Rocquigny, Danielle de Moissac PLSR 2011 Gatineau Florette Giasson, Janelle de Rocquigny, Danielle de Moissac PLSR 2011 Gatineau Je reconnais moi-même l atout que j apporte aux clients parce que je suis francophone. Ça me fait plaisir de servir les gens

Plus en détail

Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle!

Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle! Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle! Diane Dubeau La coparentalité, au cœur de ce défi Université du Québec en Outaouais Département de psychoéducation et psychologie 8 ème SuPÈRE

Plus en détail

Freins à la vaccination antigrippale chez les professionnels de sante

Freins à la vaccination antigrippale chez les professionnels de sante Freins à la vaccination antigrippale chez les professionnels de sante libéraux Marion Jeannin, Laurence Baumann, Gérard Pellissier, Elisabeth Bouvet, Jean-Pierre Aubert Contexte: grippe des soignants en

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec -Sondage CROP réalisé pour l AQESSS -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec -Sondage CROP réalisé pour l AQESSS - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec -Sondage CROP réalisé pour l AQESSS - Présentation des résultats Par Alain Giguère Président, CROP inc. 21 Mai 2009 1

Plus en détail

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants..

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants.. Valérie Berger Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR CHU de Bordeaux Geneviève Chêne PU-PH pole

Plus en détail

C EST BON de se sentir accompagné

C EST BON de se sentir accompagné C EST BON de se sentir accompagné Le service d accompagnement pour mieux vivre avec une maladie chronique. Pour en savoir plus : 0811 709 709 Prix d un appel local depuis un poste fixe. ameli-sophia.fr

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Le choix éclairé lors de l accouchement:

Le choix éclairé lors de l accouchement: Le choix éclairé lors de l accouchement: Les femmes ont-elles vraiment le choix? Conférencière: Myriam Hivon Chercheur(e)s: Vania Jimenez, Abby Lippman, Michael Klein Collaborateurs(trices): Marleen Dehertog,

Plus en détail

Le partage des connaissances et l adoption du Dossier de Santé Électronique au Québec

Le partage des connaissances et l adoption du Dossier de Santé Électronique au Québec Le partage des connaissances et l adoption du Dossier de Santé Électronique au Québec Marie-Pierre Gagnon, Ph.D Julie Duplantie, M.Sc Haifa Mezni, PhD (cand.) Jean-Paul Fortin, MD, MPH, MBA, CSPQ Lise

Plus en détail

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS!

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! Éditorial Par Alexia Dion Du Collège St-Maurice Image tirée du film «Les Combattants» L e sexisme au travail touche particulièrement les femmes, depuis les dernières

Plus en détail

ASSURANCE MIEUX-ÊTRE PROTECTION CONTRE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES D UN CANCER

ASSURANCE MIEUX-ÊTRE PROTECTION CONTRE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES D UN CANCER ASSURANCE MIEUX-ÊTRE PROTECTION CONTRE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES D UN CANCER Cette année seulement, on estime que 171 000 nouveaux cas de cancer se manifesteront au Canada. 30 % de ces cas toucheront

Plus en détail

Santé physique et santé mentale: deux expertises,une même profession

Santé physique et santé mentale: deux expertises,une même profession 1 Santé physique et santé mentale: deux expertises,une même profession Optimisation de la gestion du diabète et réseautage interne au CSSS de Gatineau entre VERS SA Santé et l hôpital Pierre-Janet Marie

Plus en détail

L influence relative lors d une prise de décision d achat en ligne en couple : cas de l achat d un voyage

L influence relative lors d une prise de décision d achat en ligne en couple : cas de l achat d un voyage Présentation à la CERG 2010 7 mai 2010 L influence relative lors d une prise de décision d achat en ligne en couple : cas de l achat d un voyage Abdelouahab Mekki Berrada Abdelouahab.Mekki-Berrada@hec.ca

Plus en détail

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Perception des enjeux de santé et de bien-être Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Un taux de participation record 97% Une excellente représentativité de la fonction RH au Une enquête

Plus en détail

Se «tournée» vers le patient

Se «tournée» vers le patient Se «tournée» vers le patient Joane Boulanger, inf., M. Sc., Conseillère cadre secteur évaluation de la qualité, Direction des soins infirmiers et des regroupements clientèles (DSI-RC) Ariane Delisle, inf.,

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de:

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: ! Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: Trouver des moyens de sensibiliser la popula3on à la situa3on de la pauvreté locale. Offrir un répertoire de ressources. Par3ciper

Plus en détail

L exploitation financière des personnes âgées : Ça semblait être une bonne idée. Chad McCleave B.Comm. C.A.; First Seniors, Newmarket, Ontario, Canada

L exploitation financière des personnes âgées : Ça semblait être une bonne idée. Chad McCleave B.Comm. C.A.; First Seniors, Newmarket, Ontario, Canada L exploitation financière des personnes âgées : Ça semblait être une bonne idée Chad McCleave B.Comm. C.A.; First Seniors, Newmarket, Ontario, Canada Par l intermédiaire du Secrétariat aux Affaires des

Plus en détail

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente.

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Je suis Véronique Lamontagne et j ai réalisé mon projet sous la direction de

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. VERTISSEMENT e texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com e texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation de

Plus en détail

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Marie-Thérèse Lussier MD, MSc Claude Richard PhD 5 e rendez-vous de la gestion des maladies chroniques Montréal, 2 octobre 2014 Plan Introduction

Plus en détail

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS?

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? Marie-Christine Saint-Jacques Sylvie Drapeau Catherine Turbide Colloque international : Autour de l enfant : Parents, intervenant-e-s-institutions

Plus en détail

RISQUE DE LYMPHOEDÈME CHEZ LES FEMMES ATTEINTES D UN CANCER DU SEIN : EFFETS D UNE INTERVENTION ÉDUCATIVE ET RETOMBÉES SUR LA PRATIQUE INFIRMIÈRE

RISQUE DE LYMPHOEDÈME CHEZ LES FEMMES ATTEINTES D UN CANCER DU SEIN : EFFETS D UNE INTERVENTION ÉDUCATIVE ET RETOMBÉES SUR LA PRATIQUE INFIRMIÈRE RISQUE DE LYMPHOEDÈME CHEZ LES FEMMES ATTEINTES D UN CANCER DU SEIN : EFFETS D UNE INTERVENTION ÉDUCATIVE ET RETOMBÉES SUR LA PRATIQUE INFIRMIÈRE DUBOIS, S., Inf., Ph. D. Directrice des soins infirmiers,

Plus en détail

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS Francine Ducharme, Ph. D. Véronique Dubé, Ph. D. Université de Montréal 16 avril 2015 L APPUI Estrie

Plus en détail

SolIDaRITÉ. Du nouveau DanS l aide À DoMIcIle... Le baluchonnage. Xavier Chambelland - Cg47. www.cg47.fr. Mode d emploi

SolIDaRITÉ. Du nouveau DanS l aide À DoMIcIle... Le baluchonnage. Xavier Chambelland - Cg47. www.cg47.fr. Mode d emploi SolIDaRITÉ Du nouveau DanS l aide À DoMIcIle... Le baluchonnage Mode d emploi www.cg47.fr le baluchonnage Quésaco? Le baluchonnage est un mot qui nous vient du Québec... C est aussi un nouveau service

Plus en détail

Conséquences des épisodes de near miss sur la santé des femmes au Maroc

Conséquences des épisodes de near miss sur la santé des femmes au Maroc Conséquences des épisodes de near miss sur la santé des femmes au Maroc Bouchra ASSARAG;B.DUJARDIN; A.ESSOLBI; I.CHERKAOUI; V.DE BROUWERE 57 ème Colloque de l IMT, ENSP, Rabat, Maroc 24-27 Novembre 2015

Plus en détail

Pourquoi apprendre? Danny Patry Montérégie (2002)

Pourquoi apprendre? Danny Patry Montérégie (2002) Pourquoi apprendre? C'est la première question que vous devez vous poser. Peu importe l'école que vous choisirez et le professeur que vous aurez, cela n'a pas vraiment d'importance si vous ne savez pas

Plus en détail

La transformation du rôle des gestionnaires dans un contexte de restructuration dans le système de santé au Québec

La transformation du rôle des gestionnaires dans un contexte de restructuration dans le système de santé au Québec Centres Centres de de et services et services Stratégies de La transformation du rôle des gestionnaires dans un contexte de restructuration dans le au Québec Par: Émilie Gibeau Sous la supervision de:

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements.

Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements. Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements. Une enquête comparative Lyon-Montréal Nathalie Ortar, Claudio Ribeiro, Stéphanie Vincent-Geslin Julie-Anne Boudreau, Pascal Pochet, Louafi Bouzouina,

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

BIENVENUE PARTENAIRES :

BIENVENUE PARTENAIRES : BIENVENUE PARTENAIRES : Proches aidants demandés! Pourquoi ne sont-ils pas au rendez-vous? Francine Ducharme, professeure, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal et titulaire de la Chaire

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

AUTO-ÉVALUATION. Le moment du repas et des collations. Fiche pédagogique numéro 4. Nom de l éducatrice : Date :

AUTO-ÉVALUATION. Le moment du repas et des collations. Fiche pédagogique numéro 4. Nom de l éducatrice : Date : AUTO-ÉVALUATION Le moment du repas et des collations Nom de l éducatrice : Date : Fiche pédagogique numéro 4 OBJECTIFS de l outil d auto-évaluation: Permettre à l éducatrice de réactiver ses connaissances

Plus en détail

L absentéisme. L impact des absences au travail

L absentéisme. L impact des absences au travail L absentéisme L impact des absences au travail Un vaccin contre l absentéisme? Pourquoi la santé organisationelle? Changer notre centre d intérêt éê Comprendre les besoins des employés en matière de santé

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

une intervention concrète et concertée de l adulte témoin face à la violence.

une intervention concrète et concertée de l adulte témoin face à la violence. Intervention 100 %: une intervention concrète et concertée de l adulte témoin face à la violence. Claudine Pelletier, ps.éd. agente de soutien régional pour la stratégie gouvernementale pour prévenir et

Plus en détail

Le suivi psychosocial en soins palliatifs

Le suivi psychosocial en soins palliatifs Le suivi psychosocial en soins palliatifs un besoin du client et de ses proches Par Johanne Audet, travailleuse sociale Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord (Secteur Orléans) Congrès RSP,

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

limites! Un avenir sans La formation professionnelle et technique (FPT) et les personnes handicapées

limites! Un avenir sans La formation professionnelle et technique (FPT) et les personnes handicapées Un avenir sans limites! La formation professionnelle et technique (FPT) et les personnes handicapées Tu es une personne avec un handicap? Tu te questionnes sur ton avenir professionnel? Tu te demandes

Plus en détail

Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie!

Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie! Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie! VOUS POUVEZ Y ARRIVER! j u l i e @ r i c h e r t r a n s f o r m a t i o n s. c o m Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa

Plus en détail

Résultats de l enquête. satisfaction 2009

Résultats de l enquête. satisfaction 2009 Résultats de l enquête satisfaction 2009 80 % de participation, merci de votre collaboration! Votre participation Vous avez été 2 038 à être sollicités et 1 638 à répondre à l enquête Quille Satisf Action.

Plus en détail

FEMMES. Matinée de partage et d échange du 18 mars 2010

FEMMES. Matinée de partage et d échange du 18 mars 2010 DIAGNOSTIC SANTE DES FEMMES Atelier Sante Ville du 13éme Matinée de partage et d échange du 18 mars 2010 OBJECTIFS DE LA MATINÉE DE PARTAGE SUR LE DIAGNOSTIC SANTÉ DES FEMMES Croiser les regards des différents

Plus en détail

Loyauté perçue et réelle dans les coopératives de services financiers : Quels sont les principaux déterminants?

Loyauté perçue et réelle dans les coopératives de services financiers : Quels sont les principaux déterminants? Loyauté perçue et réelle dans les coopératives de services financiers : Quels sont les principaux déterminants? André Leclerc Chaire des caisses populaires acadiennes en gestion des coopératives Université

Plus en détail

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS CHAPITRE 20 - CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Les points de référence de performance 4 étapes pour transformer les enquêtes

Plus en détail

Certaines personnes disent que je suis un garçon précoce. Surtout parce qu elles croient que je suis trop petit pour savoir les mots difficiles.

Certaines personnes disent que je suis un garçon précoce. Surtout parce qu elles croient que je suis trop petit pour savoir les mots difficiles. UN Certaines personnes disent que je suis un garçon précoce. Surtout parce qu elles croient que je suis trop petit pour savoir les mots difficiles. Mais j en sais plusieurs, par exemple : sordide, néfaste,

Plus en détail

kinésiologie institut de du québec

kinésiologie institut de du québec questionnaire sur l'aptitude à l'activité physique (Q AAPm) et formulaires de consentement pour l'évaluation de la condition physique et la prescription d'exercices institut de kinésiologie du québec Consignes

Plus en détail

Analyse de pratiques en groupe avec des étudiantes infirmières en pratique avancée: une avenue novatrice

Analyse de pratiques en groupe avec des étudiantes infirmières en pratique avancée: une avenue novatrice Analyse de pratiques en groupe avec des étudiantes infirmières en pratique avancée: une avenue novatrice Kathleen Lechasseur, inf., Ph.D. Professeure adjointe Faculté des sciences infirmières Université

Plus en détail

Je protège mon cerveau

Je protège mon cerveau Je protège mon cerveau en soignant mon hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle De très bonnes nouvelles L augmentation du nombre de patients traités

Plus en détail

SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL

SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL Ce questionnaire aborde différents aspects de votre vie professionnelle ; pour chacun d eux, indiquez si vous l estimez plus ou moins

Plus en détail

Maigrir: pour le meilleur et non le pire

Maigrir: pour le meilleur et non le pire Maigrir: pour le meilleur et non le pire Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Directrice générale, ÉquiLibre Chantal Bayard, B.Sc. Soc, MA Chargée de projet, ASPQ À la suite de cet atelier, le participant sera

Plus en détail

LES COMMUNICATIONS MÉDIATISÉES : CHOIX ET USAGE RÔLE DU LIEN SOCIO-AFFECTIF ET DU CONTEXTE

LES COMMUNICATIONS MÉDIATISÉES : CHOIX ET USAGE RÔLE DU LIEN SOCIO-AFFECTIF ET DU CONTEXTE LES COMMUNICATIONS MÉDIATISÉES : CHOIX ET USAGE RÔLE DU LIEN SOCIO-AFFECTIF ET DU CONTEXTE Liv Lefebvre LES COMMUNICATIONS MÉDIATISÉES Systèmes techniques qui médiatisent les communications humaines Comment

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH une élaboration et une mise en œuvre impliquant l association Aides 44 et l équipe éducative du service d infectiologie CHU

Plus en détail

patients par praticien, pour une dizaine d heures de travail. du 8 e arrondissement, nous passions trente à quarante

patients par praticien, pour une dizaine d heures de travail. du 8 e arrondissement, nous passions trente à quarante INTRODUCTION La première grande différence entre les deux disciplines s exprime dès le début de la consultation : en effet, les visions du corps humain de la part de ces deux professionnels sont d emblée

Plus en détail

Rapport sur le test de laboratoire d ENP à l hôpital cantonal de Saint- Gall

Rapport sur le test de laboratoire d ENP à l hôpital cantonal de Saint- Gall Rapport sur le test de laboratoire d ENP à l hôpital cantonal de Saint- Gall 1 Situation de départ 1.1 European Nursing care Pathways (ENP ) Depuis plusieurs années on travaille, à différents niveaux,

Plus en détail

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART Ressources au service du représentant Primerica Table des matières Pour les clients qui n ont pas bénéficié d une analyse des besoins

Plus en détail

Communiqué de presse. Le 24 mai 2016

Communiqué de presse. Le 24 mai 2016 Communiqué de presse Le 24 mai 2016 Selon une étude, l'envoi d'un simple texto hebdomadaire aux jeunes femmes au Kenya améliore grandement la probabilité qu'elle subissent un test pour le VIH Des chercheurs

Plus en détail

Trousse d éducation pour adultes du Recensement

Trousse d éducation pour adultes du Recensement Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 2 : Le processus du recensement Aperçu Dans cette activité, les élèves apprendront le processus à suivre pour remplir le questionnaire du

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Forum de l association des Comptables généraux associés Montréal L allocution prononcée

Plus en détail

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe.

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : 50+ en Europe Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe. ID Ménage 2 3 0 4 2 0 0 ID Indiv. Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe Vignettes B Comment REMPLIR ce

Plus en détail

OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE GUIDE DESTINÉ AUX PROCHES, AUX INTERVENANTS ET AUX PROFESSIONNELS 1 Pourquoi obtenir un consentement? Lors

Plus en détail

Diagnostic éducatif. DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011. A. Communier et D. Couralet

Diagnostic éducatif. DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011. A. Communier et D. Couralet Diagnostic éducatif DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011 A. Communier et D. Couralet Objectifs de la matinée Définir le diagnostic éducatif Analyser le déroulement

Plus en détail

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015 Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité Mars 2015 Table des matières CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 4 RÉSULTATS DÉTAILLÉS Section A : Clients D sans puissance

Plus en détail

Résultats : «Quelles sont vos perspectives professionnelles 2015?»

Résultats : «Quelles sont vos perspectives professionnelles 2015?» Résultats : «Quelles sont vos perspectives professionnelles 2015?» Fin décembre 2014/Début janvier 2015 1 Contexte Objectifs visés: Relever le moral des cadres en début d année Prendre connaissance des

Plus en détail

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe.

Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : 50+ en Europe Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe. ID Ménage 2 3 0 4 2 0 0 ID Indiv. Date d Entretien : ID Enquêteur : Prénom du Répondant : "50+ en Europe" Enquête sur la Santé, le Vieillissement, et la Retraite en Europe Vignettes A Comment REMPLIR ce

Plus en détail

Une ethnographe acrobate : Enquêter sur différents groupes au sein d une même institution

Une ethnographe acrobate : Enquêter sur différents groupes au sein d une même institution Une ethnographe acrobate : Enquêter sur différents groupes au sein d une même institution Alice OLIVIER 6ème Congrès de l Association Française de Sociologie RT 20 - Méthodes 29 juin 2015 Une recherche

Plus en détail

Comment parler [avec succès] à mon banquier? Bien s'entourer, se préparer, négocier. Jeudi 8 octobre 2015

Comment parler [avec succès] à mon banquier? Bien s'entourer, se préparer, négocier. Jeudi 8 octobre 2015 Comment parler [avec succès] à mon banquier? Bien s'entourer, se préparer, négocier Jeudi 8 octobre 2015 Les intervenants Sébastien ISAIA Ancien directeur d'agence Société Générale et Directeur financier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2008. L Institut de Beauté à Domicile Imaginé il y a 40 ans et toujours dans l air du temps!

DOSSIER DE PRESSE 2008. L Institut de Beauté à Domicile Imaginé il y a 40 ans et toujours dans l air du temps! L Institut de Beauté à Domicile Imaginé il y a 40 ans et toujours dans l air du temps! DOSSIER DE PRESSE 2008 Contact Presse 3d Communication Adélaïde Mulot +33 (0) 1 46 05 87 87 amulot@3dcommunication.fr

Plus en détail

Participation. Déterminant clé du vieillissement réussi et en santé. Enjeu majeur de la politique de l Organisation mondiale

Participation. Déterminant clé du vieillissement réussi et en santé. Enjeu majeur de la politique de l Organisation mondiale Colloque RIPPH «Les défis de la participation sociale des aînés ayant des incapacités : Interagir pour des politiques, des recherches et des pratiques porteuses de changement» 31 octobre et 1 er novembre

Plus en détail

Tous que j avais. Français 9, Andrew Cheung (Chapitre 1 & 2) et Jon Parkinson (Chapitre 3 & 4) Le 21 avril 2015

Tous que j avais. Français 9, Andrew Cheung (Chapitre 1 & 2) et Jon Parkinson (Chapitre 3 & 4) Le 21 avril 2015 Tous que j avais Français 9, Andrew Cheung (Chapitre 1 & 2) et Jon Parkinson (Chapitre 3 & 4) Le 21 avril 2015 Table de matières Chapitre 1(la prise) 1 Chapitre 2(la vente).2 Chapitre 3(la punition)..3

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Formation interprofessionnelle en promotion de la santé : des étudiants au service de la communauté francophone d Ottawa

Formation interprofessionnelle en promotion de la santé : des étudiants au service de la communauté francophone d Ottawa 4e Colloque international des programmes locaux et régionaux de santé, Ottawa, Juin 2011 Formation interprofessionnelle en promotion de la santé : des étudiants au service de la communauté francophone

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Causerie organisée par : La collection Infirmières, communautés et sociétés Presses de

Plus en détail

RÉSUMÉ. Vous parlez. Nous écoutons. Les choses s améliorent. RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES AVANTAGES ET SERVICES

RÉSUMÉ. Vous parlez. Nous écoutons. Les choses s améliorent. RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES AVANTAGES ET SERVICES Marketing Research and Intelligence Association L Association de la recherche et de l intelligence marketing RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES 2015 RÉSUMÉ ÉVÉNEMENTS ET COURS AVANTAGES

Plus en détail

Annexe C Directives à l intention du conjoint

Annexe C Directives à l intention du conjoint Annexe C Directives à l intention du conjoint 2015-16 Centre de services aux étudiants 1120-2010 12th Avenue Regina, Canada S4P 0M3 306-787-5620 (Regina) 1-800-597-8278 (sans frais) 306-787-1608 (télécopieur)

Plus en détail

Représentations des connaissances et compétences en enseignement de la littératie et

Représentations des connaissances et compétences en enseignement de la littératie et Représentations des connaissances et compétences en enseignement de la littératie et besoins exprimés par les enseignants André C. Moreau (UQO), Martine Leclerc (UQO) et Roger Prud homme (consultant) Société

Plus en détail

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN Les étudiants travaillent en groupes, chaque groupe recevant une étude de cas différente (Erin, Jenny, Abby ou

Plus en détail

L homoparentalité au prisme de la recomposition familiale : l expérience de mères et de belles-mères lesbiennes

L homoparentalité au prisme de la recomposition familiale : l expérience de mères et de belles-mères lesbiennes L homoparentalité au prisme de la recomposition familiale : l expérience de mères et de belles-mères lesbiennes K. Lavoie, M.-C. Saint-Jacques, M. Greenbaum ACFAS, Université Concordia 12 mai 2014 Pourquoi

Plus en détail

PRESSURE POINTS SERIES: Présentation des problèmes liés à l hypertension artérielle

PRESSURE POINTS SERIES: Présentation des problèmes liés à l hypertension artérielle PRESSURE POINTS SERIES: NO.1 Présentation des problèmes liés à l hypertension artérielle BLOOD PRESSURE ASSOCIATION L hypertension artérielle représente la plus importante cause connue de handicap et de

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Le coaching en milieu scolaire

Le coaching en milieu scolaire Le coaching en milieu scolaire Le soutien scolaire, c est un ensemble de compétences Soutien en milieu scolaire Conseiller(ère) en orientation bilan d'orientation orientation scolaire Coaching Découvrir

Plus en détail

RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale

RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale Un chef de file dans les immeubles à revenus au Québec! RE/MAX Du Cartier A.S. Commercial Division 1290 Avenue Bernard Montréal, Québec Canada H2V 1V9 Albert

Plus en détail

DSM 5 : Enjeux et impacts

DSM 5 : Enjeux et impacts DSM 5 : Enjeux et impacts Résultats du sondage sur les préoccupations des membres du Réseau national d expertise en TED concernant le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders DSM-5. Mars 2013

Plus en détail

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier».

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier». Bienvenue dans ce module de formation destiné aux personnes qui œuvrent en milieu hospitalier, que ce soit à des fonctions cliniques, techniques, administratives, de gestion ou de soutien. Ce module de

Plus en détail

IMPLICATION DU TRAVAILLEUR DANS LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE et L HTA EN MILIEU DU TRAVAIL prix care challenge dans la catégorie coup de pouce 2012

IMPLICATION DU TRAVAILLEUR DANS LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE et L HTA EN MILIEU DU TRAVAIL prix care challenge dans la catégorie coup de pouce 2012 DEFI DES MALADIES CHRONIQUES : UN APPEL A L EXPERTISE INFIRMIERE IMPLICATION DU TRAVAILLEUR DANS LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE et L HTA EN MILIEU DU TRAVAIL prix care challenge dans la catégorie coup de

Plus en détail

FEF3U4 Projet Culminant: Proposition d une journée de sensibilisation à Riverdale. (15% de la note finale)

FEF3U4 Projet Culminant: Proposition d une journée de sensibilisation à Riverdale. (15% de la note finale) FEF3U4 Projet Culminant: Proposition d une journée de sensibilisation à Riverdale (15% de la note finale) Pour l année scolaire 2015/2016, le proviseur a décidé de permettre que la voix des élèves soit

Plus en détail

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Dana Paquette Agence de la santé publique du Canada Plan Justification d'une approche

Plus en détail

Rapport Omnibus. Perception à l égard des nouveaux compteurs à distance d Hydro-Québec. Projet 14277-002 Octobre 2011

Rapport Omnibus. Perception à l égard des nouveaux compteurs à distance d Hydro-Québec. Projet 14277-002 Octobre 2011 Rapport Omnibus Perception à l égard des nouveaux compteurs à distance d Hydro-Québec Projet 14277-002 Octobre 2011 4 Léger Marketing a été mandatée par le Syndicat des employé(e)s de techniques professionnelles

Plus en détail

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Zohra Mimouni, Collège Montmorency Laura King, Cégep André-Laurendeau Chantal Courtemanche, Collège Montmorency Troubles de lecture? Distinguer

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

Rôle des conseillers scolaires

Rôle des conseillers scolaires Rôle des conseillers scolaires Le 10 mars 2007 Colloque de la FPFA Atelier présenté par Anne-Marie Boucher, présidente CSSA et Dolorèse Nolette, directrice générale, CSNO Qui sont les conseillers scolaires?

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail