Cours Accidents Biochimiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours Accidents Biochimiques"

Transcription

1 Toxicité des gaz en plongée Justification Rappels Plongée à l air Intoxication O 2 Effet Paul Bert Effet Lorrain Smith Hyperoxie Hypoxie Intoxication N 2 Intoxication CO 2 Intoxication CO Intoxication huile Plongée Nitrox Cours Accidents Biochimiques Toxicité des gaz en plongée - E.B - Eric BRASSART (E2) Responsables pédagogiques Jacques Duquenoy (MF2) Justification Lors de sa plongée, le plongeur respire de l air (ou mélange) sous pression. A partir de certaines pressions partielles quelques uns de ces gaz dissous dans les tissus peuvent être toxiques. La pression absolue augmentant avec la profondeur, cette dernière augmente la toxicité des gaz inhalés. Ce qui revient à dire qu un gaz respirable à une profondeur donnée peut ne plus l être à une profondeur plus élevée. Les conséquences sont des perturbations de l état de conscience du plongeur pouvant dégénérer et entraîner la noyade. Rappels Composition de l air : réel Oxygène (O2) : 20,946 % Azote (N2) : 78,084 % Argon (Ar) : 0,934 % Dioxyde de Carbone (CO2) : 0,033 % Gaz Rares 1 (traces) : 0,03% simplifié Oxygène (O2) : 21 % Azote (N2) : 79 % Poids : 1,293 kg /m 3 soit 1,3 g /litre La pression partielle (Pp) d un gaz est égale à : (Formule de DALTON) Plongée à l air P P Gaz x = P abs %Gaz x 100 Les principaux constituant de l air sont l azote et l oxygène et sont susceptibles en fonction de leur concentration de devenir toxique. D autre gaz, peuvent venir s ajouter à la composition de l air dans les bouteilles, lorsque le local du compresseur n est pas en conformité et sont appelés polluants : Gaz carbonique, monoxyde de carbone, vapeurs d huile. Toxicité de l oxygène Lorsque l oxygène respiré n est plus dans des proportions de pression partielle comprise entre 0,21 bar et 1,6 bars (Normoxie), il devient dangereux pour le plongeur. En dessous de 0,21 bar on parle d Hypoxie qui est toléré par le corps humain jusqu à une valeur de 0,16 bar. Au dessus de 1,6 bars on parle d Hyperoxie. 1 Néon, Hélium, krypton, Hydrogène, Xénon, Radon, Oxyde de carbone

2 Néanmoins il faut faire attention à la zone de Normoxie car en fonction du temps d inhalation d oxygène des effets secondaires peuvent se faire sentir quelques heures après : jusqu à 0,6 bars pas d effet secondaire quelque soit le temps d inhalation, de 0,6 à 1,6 bars apparition d effets toxiques après plusieurs heures. C est ce qui est appelé l effet Lorrain Smith (voir fin du cours). Hypoxie Pression Partielle d oxygène Normoxie Hyperoxie Effet Lorrain Smith Effet Paul Bert L Hyperoxie : 0,16 bar 0,21 bar 0,6 bar 1,6 bars Figure 1 : Toxicité de l oxygène La limite de 1,6 bars de pression partielle d O 2 donne pour les plongées à l air une profondeur maximale de : P P O 2 = 1,6 bars = P Abs 21 1,6 100 P Abs = = 7,61 bars P hydro =6,61 donc profondeur = 66 mètres. La profondeur maximale autorisée étant de 60 mètres ce risque est théoriquement exclus de la plongée à l air. Néanmoins ce risque peut exister dans le cas de la plongée aux mélanges et dans le cas de paliers à l oxygène pur. Rappels : Pour les paliers à l oxygène pure la profondeur limite d utilisation est de 6 mètres (voir cours sur les tables partie inhalation d O 2 aux paliers). PpO 2 max=1,6 bars = P Abs %O2 (100% d oxygène) P Abs = 1,6 bars donc la profondeur maximale = 6 mètres Pour les mélanges voir paragraphe suivant : plongée aux mélanges. Lorsque la pression partielle d oxygène devient supérieure à 1,6 bars, l oxygène devient neurotoxique, déclenchant la crise d hyperoxie encore appelée effet Paul Bert 2. Cette crise peu apparaître après un délais variable en fonction des individus. Les paramètres le déclenchant sont liés : à la pression partielle d oxygène, à la sensibilité de chaque individu (des études montrent un déclenchement entre 7 min à 2h30 dans des conditions de plongée similaire), à des facteurs favorisants comme : les efforts, la fatigue, l anxiété, la chaleur, le froid A titre indicatif le tableau suivant donne une idée du temps avant déclenchement de l effet Paul Bert : PpO 2 (bar) Temps avant déclenchement 1,7 7 heures 1,8 3 heures 2 50 min 3 30 min 3,5 10 min Tableau 1 : valeur indicative pour le déclenchement de l effet Paul Bert 2 Paul Bert (1833 Auxerre-1886 Tonkin) Professeur de physiologie à la Sorbonne, membre de l académie des sciences, il a été également député républicain, ministre de l Instruction publique et des cultes du gouvernement Gambetta.

3 Mécanisme Les premiers symptômes, imperceptibles en règles générales, sont les suivants : Crampes, accélération du pouls, réduction du champ visuel, modification de l humeur, gênes de la ventilation, secousses musculaires. Un retour à une situation normale peut être retrouvé par la diminution de la PpO 2, soit en remontant, soit en changeant le gaz respiré. Phase de contraction incontrôlé de l ensemble des muscles et en particulier ceux de l appareil respiratoire. Spasme glottique entraînant une apnée pouvant déboucher sur une surpression pulmonaire en cas de remontée. La phase suivante se manifeste par crise de tétanie et de convulsion rappelant l'épilepsie. Elle se caractérise par des contractions et décontractions musculaires répétitives, s il n y a pas de retour à la normale la noyade est assurée (lâché d embout). Après un retour à la normale en O 2 la crise ne laisse pas de trace, voire pas de souvenir et provoque l endormissement du plongeur. Symptômes Face rose, Crampes, Troubles de la vision, Gênes de la ventilation, Accélération du pouls, Humeur variable, Crises Epileptiques, Perte de connaissances. Etre à l écoute des sensations de son corps (essayer de détecter les signes avant coureur de la crise). Lors du déclenchement d une crise c est aux membres de la palanquée de prendre en charge le plongeur et de déterminer le moment opportun pour le remonter en toute sécurité. saisir le plongeur, changer de détendeur en lui donnant votre détendeur de secours (si nécessaire) et lui maintenir en bouche, rejoindre progressivement la surface en respectant la décompression (vitesse de remontée, palier(s)) et surveiller la ventilation (surpression pulmonaire). En surface le déséquiper, sécher, couvrir, le coucher Prévenir et confier le plongeur à une équipe médicale spécialisée. Contrôle de la teneur en oxygène dans le gaz (pour les mélanges autres que l air), Respect des profondeurs maximales de plongée en fonction des gaz. l Hypoxie Cause Lorsque la pression partielle d O 2 dans un mélange gazeux passe en dessous de 0,16 bar, le plongeur risque de perdre connaissance et finalement de se noyer. La sensibilité des individus est là aussi fonction de paramètres non généralisables. La limite minimale de 0,16 bars est fixée par l arrêté du 9 juillet Mécanisme Lors d un appauvrissement de l oxygène dans un gaz inhalé par un plongeur, ce dernier va dans un premier temps compenser ce manque par une augmentation du rythme ventilatoire et ressentir cette accélération comme un léger essoufflement. Si la situation en O 2 continue à se dégrader le corps humain se met en veille en ne donnant l oxygène qu aux organes vitaux (cerveau et cœur). Cela provoque une perte de connaissance sans signes précurseurs. Cette perte de connaissance subite provoquera une mort par noyade si la pression partielle de O 2 n est pas rétablie.

4 Symptômes maux de tête, essoufflement, perte de connaissance L écoute des sensations de son corps (essayer de détecter l essoufflement naissant et demander de l air à un membre de la palanquée Pas évident), Lors de l évanouissement c est aux membres de la palanquée de le prendre en charge, et d avoir la présence d esprit de diagnostiquer une perte de connaissance dû au gaz. Donner le détendeur de secours et remonter le plongeur en respectant les procédure de décompression (vitesse de remontée, palier) et s assurer de la ventilation du plongeur (danger de surpression pulmonaire). En surface le déséquiper, sécher, couvrir, le coucher, lui faire inhaler de l O 2 Prévenir et confier le plongeur à une équipe médicale spécialisée. Contrôle de la teneur en oxygène dans le mélange (pour les mélanges autres que l air). Remarque : L hypoxie n arrive jamais dans les plongées à l air par contre elle peut se produire dans les plongées avec recycleur ou les plongées multi-mélanges. Intoxication dû à l azote (N 2 ) Lorsque la pression partielle en azote est comprise entre 3,2 bars et 4 bars les sujets les plus sensibles peuvent ressentir certains troubles, entre 4 bars et 5,6 bars tous les plongeurs peuvent être Narcosé, au delà la pression partielle d azote est dangereuse. Pression Partielle d Azote PpN 2 = 0,8 bar PpN 2 = 3,2 bars PpN 2 = 4 bars PpN 2 = 5,6 bars Zone à risque pour les plus sensibles Zone à risque pour tous Zone dangereuse Surface 30 mètres 40 mètres 60 mètres Figure 2 : risque de Narcoses L azote lorsqu il est en concentration importante dans le corps humain peut provoquer certains troubles psychiques altérant le raisonnement, l attention, la mémoire, l humeur, la perception, la psychomotricité. Mécanisme L azote est un gaz chimiquement neutre, qui agit sur l'organisme, dés lors que la PpN 2 dans l organisme s élève, en saturant les parties grasses des cellules nerveuses (Myéline), provoquant ainsi un ralentissement dans les transmissions de signaux entres les neurones, les neurones et les synapses etc. Cela provoquera une désorganisation de l activité nerveuse et intellectuelle. Une narcose survient sournoisement (à l insu du plongeur) de manière progressive ou brutale. Il n y a pas vraiment de seuil expérimental au delà duquel on pourrait assurer que tous les plongeurs seraient atteint. Leur déclenchement est fonction de nombreux paramètres qui dépendent essentiellement de l état physique et psychique de chacun. Malgré des points communs, toutes les expériences de narcoses diffèrent. Pour les plongeurs les plus sensibles le risque peut débuter dès 30 m (voir Figure 2), et cela peut concerner le plongeur expérimenté (effort violent). A 40 m, tout le monde est plus ou moins narcosé, mais chez les plongeurs expérimentés et habitués le contrôle individuel minimisent les symptômes. Après le retour à une PpN 2 normale, la narcose stop automatiquement et ne laisse pas de traces. Symptômes sensation de bien être ou au contraire angoisse,

5 perte du sens du temps et des distances, difficulté de concentration, lenteur mentale, amplification des sons, sensations d'écho, rétrécissement du champs visuel, dialogue intérieur, obnubilation. Lors de la détection d une Narcose chez un plongeur le maintenir et le remonter de quelques mètres, Suivant son agitation veiller à le saisir de manière sécuritaire (pour le sauveteur, pour l assisté), Interrompre la plongée en veillant au respect de la décompression, Sur le bateau surveiller son état. Eviter les profondeurs excessives, ou si vous souhaitez descendre profond c est avec de l entraînement (Après un long moment sans plongée on ne fait pas une profonde directement), Vitesse de descente modérée (Moins de 30m/min), Préférer les descentes avec un repère visuel du style une roche, un bout, Pour les plus sensible descendre la tête en haut, Santé physique et psychique? Remarques Ce que perçoit le plongeur Difficultés à anticiper des actions, a prendre des décisions, Difficultés à se concentrer, à fixer son attention Difficultés à mémoriser des données (valeur des instruments), Troubles de l humeur (euphorie, angoisse etc..) Troubles de la perception (auditive et oculaire) Habileté diminuée Mauvaise évaluation du temps Ce que perçoivent les autres membres de la palanquée Pas de réponses au signes conventionnels Attitude incohérente dans la palanquée (extase devant des cailloux, sa montre ) Non respect des consignes Intoxication dû au Gaz Carbonique (CO 2 ) La teneur normale de CO 2 dans l air est bien insuffisante pour créer n importe quelle type d intoxication lors d une plongée à l air et ceci quelque soit la profondeur atteinte. Pour un air pollué à 1% en CO 2, le tableau ci-dessous donne les conséquences relatives à son absorption en fonction de sa pression partielle. Profondeur PpCO 2 symptôme (mètre) (bar) Surface 0,01 Rien 10 0,02 Maux de tête, léger essoufflement 20 0,03 Essoufflement prononcé, maux de tête, vertiges, narcose. 30 0,04 Essoufflement important, nausée, vertiges, narcose intense, délire 40 0,05 Essoufflement très important, délire, perte de conscience, mort Tableau 2 : conséquence de l inhalation de CO2 en fonction de sa pression partielle A titre de comparaison la quantité de CO 2 dans l air est de 0,037% ce qui correspondra pour une profondeur de 60 mètres à une pression partielle de ce gaz de 0,00259 bar. Cela donne un seuil qui est 8 fois inférieur à celui du mal de tête!!! Donc pourquoi y a t il des intoxication au CO 2?

6 En plongée à l air cette intoxication vient de l essoufflement dû à un effort mal géré. Ce type d incident peut rapidement dégénérer en un accident à finalité dramatique : Noyade, surpression pulmonaire, Accident de décompression. L essoufflement est la manifestation ventilatoire d une intoxication au CO 2, ou plus techniquement à l hypercapnie. Cette incident est dû à la mauvaise élimination du CO 2 par la ventilation, ou plus exceptionnellement il peut être dû à une mauvaise manipulation lors du gonflage des blocs ou à une non conformité de la station de gonflage : (local mal ventilé, prise d air mal positionné ). Mécanismes Lors d effort nos cellules consomment plus d oxygène et rejettent plus de CO 2. Notre corps va réguler cet apport et ce rejet complémentaires en accentuant la ventilation pour satisfaire l équilibre (respiration plus rapide et plus ample qu au repos). L essoufflement va naître à partir du moment où le plongeur va amplifier son effort : le rythme de respiration va encore s élever mais l ampleur va diminuer et cela va aboutir inexorablement à un manque de renouvellement d air dans les tissus alvéolaires. Le CO 2. n étant plus évacué suffisamment l organisme va demander d inspirer d avantage alors qu il faudrait expirer le gaz toxique des poumons, pour le renouveler. On débouche sur une situation de blocage d inspiration donnant une sensation d étouffement au plongeur, qui va dégénérer fatalement. Remarques Des facteurs favorisants comme la profondeur (viscosité de l air) l espace mort des instruments respiratoires peuvent accentuer ce phénomène. D autres facteurs comme les efforts, l émotivité, le manque de technique (palmage, canard, lestage etc..), mauvais réglage de détendeur, mauvaise ouverture de bouteille et le froid peuvent également favoriser l hypercapnie. Symptômes maux de tête, essoufflement, nausée, délire, vertige, perte de connaissance, mort. Faire cesser tout effort, Calmer le plongeur, Mettre fin à la plongée, Lors de la mise à l eau surveiller la palanquée pour détecter les essoufflements de surface, (quelqu un qui part essoufflé n améliorera pas sa situation au fond, à cause de la densité de l air), lors de courant mettre des lignes de vies pour rejoindre le bateau, Faire effectuer un palmage adaptée au niveau des plongeurs, Vérifier les consommation d air, Vérifier la ventilation en plongée en visualisant les bulles des membres de l équipe. Intoxication dû au Monoxyde de Carbone (CO) Le monoxyde de carbone n est pas un constituant de l air, s il se trouve mélangé au mélange contenu dans les bouteilles de plongée c est qu il y est entré accidentellement. Le Monoxyde de Carbone (CO) est le résultat d une combustion d un élément (matériau) contenant du carbone (gaz d échappement, fumée de cigarette etc.). C est un gaz inodore, incolore, et l'intoxication par le CO est très grave, généralement mortelle ou laissant un handicap mental sévère. C'est une intoxication du sang qui bloque l'oxygénation du cerveau.

7 Mécanismes Le CO se fixe sur les molécules d'hémoglobines formant une molécule stable. La présence de 0,1% de CO suffit à réduire de moitié la capacité de transport de l oxygène dans le sang. Si ce pourcentage augmente l'oxygène n'est plus transporté jusqu aux organes et le cerveau privé de cet élément meurt ou subit des lésions souvent définitives. Symptômes Les symptômes sont les mêmes que dans le cas d une intoxication au CO 2 maux de tête, essoufflement, nausée, délire, vertige, perte de conscience. En règle générale l incident venant d un air vicié chargé au gonflage, l intoxication n est pas individuelle et le reste de la palanquée ou du groupe de plongeur risque d avoir ou aura les mêmes symptômes. Mettre immédiatement sous O 2 le plongeur, Evacuer vers un service d urgence approprié et capable de traiter ce type d intoxication. Rechercher les causes ayant conduit à cette intoxication Alerter les pompiers car plusieurs clubs, auraient pu gonfler leur bouteille à la même station de gonflage. Dans le local de gonflage, vérifier que le local soit correctement ventilé, et que la prise d air soit située en hauteur et éloignée de toute source polluante, surtout en cas de vent. Intoxication dû à l huile Ces vapeurs viennent d un mauvaise entretien du compresseur servant au gonflage (filtre non entretenu, ou non changé aux dates prévues). Faire les vidanges des compresseurs dans les temps, Utiliser les huiles prescrites par les constructeurs. Il faut respecter la norme de qualité de l air comprimé mise en œuvre dans la norme Européenne EN

8 Effet Lorrain Smith Cause Dans la zone de Normoxie il y a une respiration d O2 à une pression partielle supérieure à 0,6 bars pendant plusieurs heures. Mécanismes/Symptômes Face rose Gêne respiratoire Toux Brûlures alvéolaires Œdème pulmonaire Diminuer la PpO 2 Traitements médicaux Ne pas respirer d O 2 plus de 2 heures à une PpO 2 0,6 bar Remarque : cet effet ne concerne pas la plongée loisirs mais plutôt les plongées professionnelles où les temps sous l eau sont supérieurs à 2 heures. Plongée Nitrox Le terme Nitrox représente la contraction de NITRogène (Azote) et OXygène, dont le niveau d oxygène à été enrichi par rapport à l air. Les proportions sont indiqués par deux chiffres marqués comme suit Exemple : (40/60) Cela correspond à un mélange constitué de 40 % d oxygène et 60% d azote. Ces mélanges imposent de nouvelles profondeurs maximales afin d éviter l effet Paul BERT ou l hyperoxie Exemple : NITROX (40/60) Profondeur Max =? P P O 2 Max = 1,6 bars = P Abs ,6 100 P Abs = = 4 bars 40 P hydro = 3 donc profondeur = 30 mètres Profondeur équivalente de l air? (prof. Fictive) PpN P abs = 2 0,79 0,6 4 P Abs = = 3,03 0,79 donc Profondeur équivalente = 21 mètres. Remarque : C est cette profondeur fictive qui sera utilisé pour la décompression dans les tables

Qualification NITROX. Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231

Qualification NITROX. Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231 Qualification Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231 PLAN Plus d oxygène : 2 Qu est-ce que le Nitrox? Plus d oxygène : Mélange d oxygène et d azote dont le pourcentage en O 2 est supérieur à celui

Plus en détail

Cours N2 : Dissolution des gaz

Cours N2 : Dissolution des gaz Sommaire Cours N2 : Dissolution des gaz Justification ADD et tables de décompression Rappels Physique : la pression Composition de l air Mise en évidence Ennoncé de la loi de Henri Application à la plongée

Plus en détail

Physique Composition de l air, l dissolution des gaz et appareil respiratoire

Physique Composition de l air, l dissolution des gaz et appareil respiratoire Physique Composition de l air, l dissolution des gaz et appareil respiratoire Club du CSA de Ruelle Cours niveau 2 et 3 PSM - CSA Ruelle 2009 1 / 16 Introduction Sujets : la composition de l air et la

Plus en détail

PLONGEE NITROX Sommaire

PLONGEE NITROX Sommaire Sommaire Abréviations, Introduction, Rappels de la Physique Relation profondeur, Rappels mathématiques, Dalton, Pression partielle, Echelle des Valeurs PPO², Avantages/Inconvénients Réglementation Les

Plus en détail

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression Dissolution des Gaz & Accidents de décompression 1 Plan du cours Introduction Rappels Pression Composition de l air Pression partielle Courbe de sécurité Anatomie Dissolution des Gaz (Loi de Henry) Mise

Plus en détail

SUPPORT DE FORMATION NITROX ELEMENTAIRE

SUPPORT DE FORMATION NITROX ELEMENTAIRE SUPPORT DE FORMATION NITROX ELEMENTAIRE INTRODUCTION a) Définition Le NITROX est un mélange composé de 2 gaz : le Nitrogène (azote en anglais) et l'oxygène, lorsque ce mélange est différent de l'air. On

Plus en détail

Les molécules des gaz considérés.

Les molécules des gaz considérés. Comité RABA GUC plongée Mars 2009 Support de cours N1 N2 Apnée Philippe Péan MEF1 www.apnealp.fr.nf La respiration en apnée 1) O2 et CO2 a) Définition Le dioxygène (noté O 2 ) et le dioxyde de carbone

Plus en détail

Physique : Comportement des gaz dans les mélanges

Physique : Comportement des gaz dans les mélanges Question 1 00PHY-DT-4-02(1) 1) Si l'on considère que la PpO2 max. admissible pour ne pas avoir d'accident hyperoxique est de 1.6b, quelle est la profondeur limite d'utilisation d'un mélange 60% N2, 40%

Plus en détail

LES ACCIDENTS BIOCHIMIQUES Dr Philippe WELTER

LES ACCIDENTS BIOCHIMIQUES Dr Philippe WELTER LES ACCIDENTS BIOCHIMIQUES 2014 Dr Philippe WELTER Les Accidents Biochimiques Composition de l Air : inspiration : O 2 N 2 CO 2 Les Accidents Biochimiques Composition de l Air : O 2 N 2 CO 2 inspiration

Plus en détail

Givrage des détendeurs

Givrage des détendeurs COMMISSION TECHNIQUE REGIONALE EST Givrage des détendeurs Recommandations issues d un groupe de travail des Instructeurs de la CTR EST Pourquoi aborder ce sujet? Accidents fréquents dans nos eaux intérieures

Plus en détail

Le froid. JLH Cmas *** 1

Le froid. JLH Cmas *** 1 Le froid JLH Cmas *** 1 Plan Objectif Mécanisme La régulation thermique La neutralité thermique Les sources de chaleur Production de chaleur (thermogenèse) La déperdition de chaleur en plongée thermolyse)

Plus en détail

ADD ET AUTRES ACCIDENTS

ADD ET AUTRES ACCIDENTS ADD ET AUTRES ACCIDENTS Rappels... 2 Les accidents de décompression... 3 A. Causes et mécanisme... 3 B. Symptômes... 3 C. Prévention... 8 D. Conduite à tenir... 9 Les accidents biochimiques (toxiques)...11

Plus en détail

Cours Niveaux 3 LA REMONTEE - 1ère partie CB/03-2012

Cours Niveaux 3 LA REMONTEE - 1ère partie CB/03-2012 Cours iveaux 3 LA REMOTEE - 1ère partie Plan du cours La remontée est un moment crucial de la plongée puisque nous allons subir, comme à la descente, des variations de volumes mais nous devrons aussi veiller

Plus en détail

Le froid et les dangers du milieu

Le froid et les dangers du milieu Le froid et les dangers du milieu Table des matières I]Le froid...2 a)le refroidissement du corps en plongée...2 1)Éléments favorisants...2 2)Symptômes...2 3)Prévention...3 4)Comportement...3 b)le givrage

Plus en détail

Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur

Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur I Introduction 1-Généralités Le SGS permet : -la mise en sécurité du plongeur en surface

Plus en détail

PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS

PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS (Version 2012/01) Table des matières 1 Généralités... 4 1.1 Compétences du plongeur 1*... 4 1.2 Prérogatives du plongeur 1*... 4

Plus en détail

Consommation d air et autonomie

Consommation d air et autonomie Consommation d air et autonomie Cours N3 09/12/2013 François KERISIT E2 Tek Plongée Odyssée 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 2 Objectif Autonomie : jusqu à 40m, entre N3 jusqu à 60m, avec un

Plus en détail

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes :

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes : Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée Physiologie et barotraumatismes La physiologie et les barotraumatismes : Physiologie : L oreille La petite et la grande circulation Les accidents barotraumatiques La surpression

Plus en détail

La toxicité des gaz en plongée

La toxicité des gaz en plongée La toxicité des gaz en plongée Cours de Niveau 4 21/08/2016 Version 1 Historique du document Date version auteur changement/ajout 21/08/2016 1 Création 2 of 13 Table des matières 1 Introduction... 4 2

Plus en détail

EXAMEN NIVEAU II SESSION 2006

EXAMEN NIVEAU II SESSION 2006 EXAMEN NIVEAU II SESSION 2006 NOM : PRENOM : AGE : CLUB : Vous avez deux heures pour répondre aux questions. Prenez le temps de lire correctement l énoncé des questions. Pour les exercices de tables, vous

Plus en détail

BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression

BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression - 1 - BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression I Rappels 1. Mariotte PV=constante 2. mécanisme des barotraumatismes changement rapide de profondeur 3. localisations

Plus en détail

18 La plongée sous-marine - l adaptation de l organisme et ses limites

18 La plongée sous-marine - l adaptation de l organisme et ses limites 18 La plongée sous-marine - l adaptation de l organisme et ses limites C est la pression qui est lue sur le profondimètre (ou gauge pressure des Anglo- Saxons). La plupart des profondimètres sont étalonnés

Plus en détail

LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ

LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ FICHE N LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ Les termes «remontée gilet», «assistance gilet», «sauvetage gilet» sont désormais remplacés par «remontée d un plongeur en difficulté». Description du geste

Plus en détail

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE Introduction : Copier/coller dans la barre d adresse internet : http://www.youtube.com/watch?v=ehynwvndugc Christophe Lemaître 100m, 9.98 secondes,

Plus en détail

Noyade. Rémy HELLER MF2

Noyade. Rémy HELLER MF2 Noyade Rémy HELLER MF2 12 février 2014 Plan Définition Mécanismes Classification CAT Prévention Définition La noyade est une asphyxie aiguë consécutive à l irruption de liquide dans l arbre respiratoire

Plus en détail

La sécurité est l affaire de tous!

La sécurité est l affaire de tous! Document d Informatiion Communall sur lles Riisques Majeurs OUILLON Notre commune n est, hélas, pas à l abri de catastrophes naturelles ou industrielles. Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM)

Plus en détail

Cours N4 - Saison 2011/2012. La dissolution des gaz : Mécanismes et facteurs favorisants.

Cours N4 - Saison 2011/2012. La dissolution des gaz : Mécanismes et facteurs favorisants. Cours N4 - Saison 2011/2012. 1 Plan du cours 1. Objectif / But 2. Rappels 3. La dissolution des gaz et les facteurs favorisants / La loi de Henry 4. Application à la saturation / désaturation 5. Conclusions

Plus en détail

Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d et noyade

Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d et noyade Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d (ADD) et noyade Club du CSA de Ruelle Cours niveau 2 et 3 PSM - CSA Ruelle 2009 1 / 29 Introduction Sujets : les accidents liés à la pression. La

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents 1 Les différents types d accidents Les barotraumatismes L essoufflement L accident de décompression Le froid 2 Les différents types d accidents de plongée 1

Plus en détail

Les accidents toxiques l hyperoxie la narcose

Les accidents toxiques l hyperoxie la narcose Les accidents toxiques l hyperoxie la narcose 1. Justification Les accidents toxiques (dus à la toxicité des gaz) les plus fréquents sont l essoufflement et la narcose, incidents bénins bénin mais pouvant

Plus en détail

PLONGEUR EN AUTONOMIE 20 m

PLONGEUR EN AUTONOMIE 20 m PROFIL GENERAL Le plongeur titulaire de la qualification Plongeur Autonome 20 m (PA20) est capable de réaliser des plongées d exploration : Jusqu à 20 m de profondeur, au sein d une palanquée, en autonomie,

Plus en détail

Plan. Flottabilité (1) Rappels. Révisions Physique 27/04/2015. Quelques rappels des lois de physique utiles pour la plongée Mariotte Dalton Charles

Plan. Flottabilité (1) Rappels. Révisions Physique 27/04/2015. Quelques rappels des lois de physique utiles pour la plongée Mariotte Dalton Charles Plan Quelques rappels des lois de physique utiles pour la plongée Mariotte Dalton Charles Exercices! Cours N4 8-Avr-2015 Olivier Daumin CODEP01 ASEGF Plongée & Maïali Cours N4 Révisions 8-Avr-2015 Olivier

Plus en détail

LES ACCIDENTS. Le niveau 2 avec «Les Dauphins Bragards Bernard HYEULLE»

LES ACCIDENTS. Le niveau 2 avec «Les Dauphins Bragards Bernard HYEULLE» LES ACCIDENTS Le niveau 2 avec «Les Dauphins Bragards Bernard HYEULLE» LES ACCIDENTS : Les barotraumatismes ou mécaniques Accidents dues aux différences de pression Les biochimiques ou bio toxiques Accident

Plus en détail

Ambiances thermiques. La surveillance médicale

Ambiances thermiques. La surveillance médicale Ambiances thermiques La surveillance médicale 1. Quels sont les effets du travail au froid ou à la chaleur?...2 2. Quelle est la perte hydrique maximale sur une journée?...2 3. Qu'est-ce l'acclimatement

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

Les accidents biochimiques Niveau 2

Les accidents biochimiques Niveau 2 Les accidents biochimiques Niveau 2 La loi de Dalton nous dit que la pression partielle de chaque gaz (pour nous les différents gaz composant l air) dépend de la quantité de ce gaz (pourcentage) et de

Plus en détail

ATTENTION! TRAVAILLER À LA CHALEUR... Victime d un coup de chaleur

ATTENTION! TRAVAILLER À LA CHALEUR... Victime d un coup de chaleur TRAVAILLER À LA CHALEUR... ATTENTION! Victime d un coup de chaleur 22 juin : un coup de chaleur met fin à la vie d un ouvrier avant même sa troisième journée de travail. L ouvrier empilait des planches

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

Préparation au Niveau 4

Préparation au Niveau 4 Cours 5 Les limites de la plongée à l air. Page 1 sur 6 Plan du cours. 1. La plongée à l air. 2. Pression partielle et règle de Dalton. 2.1 Expérience de Berthollet. 2.2 Formulation de la loi. 3. Limite

Plus en détail

Chapitre 1 : L air qui nous entoure

Chapitre 1 : L air qui nous entoure Version élèves Chapitre 1 : L air qui nous entoure. L atmosphère terrestre Document A p14 Réponses aux questions en cours, sauf la numéro 5 : 1/ Qu est ce que l atmosphère terrestre? Où se situe t-elle?

Plus en détail

Cours Tables - Niveau 2

Cours Tables - Niveau 2 Cours Tables - Niveau 2 Pourquoi ce cours? Historique des tables Rappels : Décompression Courbe de sécurité Utilisation des tables : Limites Profils Paramètres Sommaire Partie 1 Présentation des tables

Plus en détail

Fiche d information sur les agents cryogènes et la glace sèche

Fiche d information sur les agents cryogènes et la glace sèche Fiche de sécurité chimique # 19 Fiche d information sur les agents cryogènes et la glace sèche Les cryogènes servent à générer des températures sous les -153 C. Ce sont des substances qui, à température

Plus en détail

Mise à jour de la fonction cardio-fréquencemètre de. Français

Mise à jour de la fonction cardio-fréquencemètre de. Français Mise à jour de la fonction cardio-fréquencemètre de Français Remarque importante pour les personnes portant des stimulateurs cardiaques, des défibrillateurs ou autres appareils électroniques implantés.

Plus en détail

Intoxications par le monoxyde de carbone : un danger méconnu. Vendredi 9 octobre 2015 Hubert Boulanger / Direction de la Santé Publique

Intoxications par le monoxyde de carbone : un danger méconnu. Vendredi 9 octobre 2015 Hubert Boulanger / Direction de la Santé Publique Intoxications par le monoxyde de carbone : un danger méconnu Vendredi 9 octobre 2015 Hubert Boulanger / Direction de la Santé Publique 1 Plan I ) Les dangers liés au monoxyde de carbone (CO) II ) Expositions

Plus en détail

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012 1 AGIR DEVANT UN MALAISE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Effectuer des gestes simples pour mettre en confiance la victime et: Luiproposerdesemettreaurepos Écouter ses plaintes

Plus en détail

L accident de décompression. Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1

L accident de décompression. Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1 L accident de décompression Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1 Plan du cours Introduction et rappels Principe de la dissolution des gaz Conséquences biologiques Symptomatologie de l ADD Facteurs favorisants Traitement

Plus en détail

Dissolution des gaz Loi Henry

Dissolution des gaz Loi Henry Dissolution des gaz Loi Henry William HENRY ( 1775 1836) En 1803, William Henry, physicien et chimiste Anglais, présente la loi qui porte désormais son nom. Selon cette loi, en l absence de réaction chimique

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS INTRODUCTION Les dangers dans un espace clos : Occasionnent souvent des accidents graves ou mortels Travail à chaud Conditions de travail 60 % des victimes sont des travailleurs

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Prévention des risques

Prévention des risques Prévention des risques INTRODUCTION 1 Les barotraumatismes 2 La toxicité de l oxygène 3 La narcose 4 L essoufflement 5 Le froid CONCLUSION INTRODUCTION Ce cours n a pas pour objectif de vous effrayer sur

Plus en détail

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP [Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP Approche quantitative de l énergétique biologique : adaptation des fonctions respiratoire et cardiaque au cours d un exercice physique

Plus en détail

Prévention des accidents en plongée 1

Prévention des accidents en plongée 1 Préparation Niveau II Prévention des accidents en plongée 1 Les accidents biomécaniques ou barotraumatismes. Les accidents biochimiques Vincent Bonnemaison Club Subaquatique de Charenton 1/21 Version 1

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

plaisir Tables de plongée

plaisir Tables de plongée plaisir Tables de plongée MN 90 - FFESSM Mode d emploi pour les livres Plongée Plaisir Etabli par Alain FORET Les tables MN90, conçues par la Marine nationale, ont été publiées initialement en 1990 puis

Plus en détail

P** CMAS.CH. CMAS.CH Formation selon CMAS International

P** CMAS.CH. CMAS.CH Formation selon CMAS International P** CMAS.CH CMAS.CH Formation selon CMAS International TABLE DES MATIÈRES LES COURS DU BREVET DE PLONGEUR 2 ÉTOILES.... 3 1 BUT... 4 2 DÉFINITION... 4 Organisation et durée de la formation... 4 Admission

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

UNE PLONGEE SCIENTIFIQUE : Ça s organise

UNE PLONGEE SCIENTIFIQUE : Ça s organise UNE PLONGEE SCIENTIFIQUE : Ça s organise Gilles SARAGONI PREAMBULE Ce cours d organisation d une plongée scientifique est une présentation et une introduction à une grande partie des cours qui vont être

Plus en détail

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance Les incontournables QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible pendant une durée maximale de 10? Ils sont en course de vitesse ( 30 m 40 m) - l énergie est fournie par les réserves

Plus en détail

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE Les questions portent sur l état psychologique tel qu il était dernièrement, c'est à dire en pensant aux 4 ou 5 derniers jours. Répondez aux questions instinctivement

Plus en détail

FORMATION DE MONITEUR LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER

FORMATION DE MONITEUR LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER LE M1 CMAS.CH PAR CROSS-OVER M. ZÜRCHER 2010 Philosophie de la formation M1 par cross-over. Les objectifs de formation d un plongeur CMAS sont de préparer le plongeur à être

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Comment sauver un chien en cas d'urgence

Comment sauver un chien en cas d'urgence Comment sauver un chien en cas d'urgence 1 Conseils de base S i le chien est victime d un accident ou d une maladie soudaine, nous devrons d abord conserver notre calme. Les numéros de téléphone du vétérinaire

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

Procédure: L acces aux espaces confines

Procédure: L acces aux espaces confines Table des matières 1 Objectif...1 2 Champ d application...1 3 Définitions...1 4 Flowchart...1 5 Procére...1 5.1 Méthode...1 5.2 Mesures de gaz...2 5.3 Surveillance au trou d homme...3 5.4 Le soudage, le

Plus en détail

Accidents toxiques et essoufflement

Accidents toxiques et essoufflement Accidents toxiques et essoufflement Club du CSAR Plongée Sous Marine Cours niveau 2 et 3 PSM - CSA Ruelle 2013 1 / 16 Introduction Sujets : les accidents liés à la dangerosité des gaz. Objectif du cours

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Le Groupe LOURMEL soutient la FFAAIR Depuis sa création en 1953, notre groupe assure la protection sociale du secteur des industries graphiques. En complément de nos

Plus en détail

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES...

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES... Cours prépa niveau 1 La Pression et ses effets sur l'organisme (Les barotraumatismes et la surpression pulmonaire) SITUATION : début de formation N1, 3 ème cours théorique. Cours n 1 : Le matériel de plongée

Plus en détail

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro»

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I :

Plus en détail

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique.

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique. ECSTASY QU EST-CE QUE C EST? À l origine, l ecstasy (ecsta, X, XTC ) désigne une molécule chimique, la MDMA, de la famille des amphétamines. Elle se trouve sous forme de comprimés, de poudre, de gélules...

Plus en détail

Réunion Scientifique du 14 décembre 2013. HTA et Plongée

Réunion Scientifique du 14 décembre 2013. HTA et Plongée Réunion Scientifique du 14 décembre 2013 HTA et Plongée HTA = Maladie de la vasomotricité avec dysfonction endothéliale - atteintes viscérales spécifiques - facteur de risque maladie athéromateuse Hypertendu

Plus en détail

Contrainte thermique Les effets sur le corps

Contrainte thermique Les effets sur le corps Un partenariat Contrainte thermique Les effets sur le corps La contrainte thermique, par la chaleur ou par le froid, enclenche des mécanismes physiologiques de régulation permettant au corps de maintenir

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Présentation du DAAF

DOSSIER DE PRESSE Présentation du DAAF 2015 DOSSIER DE PRESSE Présentation du DAAF Sensibilisation aux Détecteurs Avertisseurs Automatiques de Fumée IL N Y A PAS DE FUMEE SANS FEU, AYEZ LE REFLEXE DAAF! SDIS02 SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE

Plus en détail

1 Pression atmosphérique en altitude

1 Pression atmosphérique en altitude Plongées et altitude 8. mars 200 Maud Quillon maud.quillon@gmail.com MOTS Clefs : altitude, ADD, variation de volume, adaptation des tables, étalonnage des instruments atmosphérique en altitude Quand on

Plus en détail

CURSUS DE FORMATION DE L ANMP

CURSUS DE FORMATION DE L ANMP CURSUS DE FORMATION CURSUS DE FORMATION DE L ANMP Les pages qui suivent vous présentent le nouveau programme de formation de l ANMP. Les dispositions réglementaires qui régissent le cadre de formation

Plus en détail

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Plan du cours. 1. Les termes savants utilisés! 1.1 La Force. 1.2 La Température. 1.3 La Pression. 1.4 Le Volume. 2. Variations de volumes et de pression. 2.1

Plus en détail

Atelier sur la qualité de l air intérieur

Atelier sur la qualité de l air intérieur Atelier sur la qualité de l air intérieur Évaluation des contaminants atmosphériques courants dans les systèmes de ventilation Dru Sahai Santé publique Ontario Atelier sur la qualité de l air intérieur

Plus en détail

UTILISATION DES RECYCLEURS

UTILISATION DES RECYCLEURS UTILISATION DES RECYCLEURS Gilles SARAGONI IE CNRS CEFREM UMR 5110 Université de Perpignan CNRS EPHE 1 Sommaire Historique Principe Les différentes familles de recycleurs Avantages Autonomie Décompression

Plus en détail

1.1. Seuil de toxicité de l O 2

1.1. Seuil de toxicité de l O 2 L hyperoxie 1. Définitions Définition: l hyperoxie est l état qui résulte de l inhalation d oxygène pur ou en mélange à des PP supérieures à 0,2 b (normoxie) En plongée à l air, la PP O 2 est toujours

Plus en détail

0820 000 688 info@vigirisk.com

0820 000 688 info@vigirisk.com 0820 000 688 info@vigirisk.com vous invite à lire attentivement cette fiche de tâche et à exécuter l action qui vous incombe dans le délai imparti. «Les constructeurs, propriétaires et exploitants des

Plus en détail

Ecole des Astéries - Questions pour réviser le brevet 1*

Ecole des Astéries - Questions pour réviser le brevet 1* Ecole des Astéries - Questions pour réviser le brevet 1* 1) Pourquoi la plongée est un sport dangereux nécessitant une formation spécifique? Citez 3 dangers principaux 2) Quelles sont les 3 conditions

Plus en détail

COURS NIVEAU 3 THEME «AU FOND»

COURS NIVEAU 3 THEME «AU FOND» COURS NIVEAU 3 THEME «AU FOND» N3 Thème «Au fond» «La consommation» «L essoufflement» «La narcose» «L hyperoxie» N3 Thème «Au fond» Consommation N3 Thème «Au fond» «Consommation» Relation autonomie / profondeur

Plus en détail

Cours Niveau 2. Tables MN 90. BRASSART Eric (E2) Création : janvier 2005 Modification : Décembre 2005. Tables MN 90

Cours Niveau 2. Tables MN 90. BRASSART Eric (E2) Création : janvier 2005 Modification : Décembre 2005. Tables MN 90 Tables Type de Plongées Simple Remontée lente Successive Consécutive Procédures de rattrapages Remontée rapide Palier interrompu - E.B- Cours Niveau 2 Tables MN 90 BRASSART Eric (E2) Création : janvier

Plus en détail

Physique Niveau Ⅳ Première Partie

Physique Niveau Ⅳ Première Partie Physique Niveau Ⅳ Première Partie Les pressions. La Flottabilité Archimède. La compressibilité des gaz Mariotte. Le gonflage des bouteilles. Son et Lumière en plongée. Exercices d application. Les pressions

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit NET TONDEUSE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence Utilisation commerciale Fournisseur NET TONDEUSE BNETT Aérosol lubrifiant MINERVA-OIL SAS Rue du 11

Plus en détail

Pression, volume et barotraumatismes. Pression, volume et barotraumatismes 1

Pression, volume et barotraumatismes. Pression, volume et barotraumatismes 1 Pression, volume et barotraumatismes Pression, volume et barotraumatismes 1 Pression, volume et barotraumatisme La pression et le volume d un gaz sont étroitement liés. Le plongeur respire de l air à pression

Plus en détail

Proposition d ordonnance visant à la sécurisation des habitations par l installation de détecteurs de monoxyde de carbone

Proposition d ordonnance visant à la sécurisation des habitations par l installation de détecteurs de monoxyde de carbone Proposition d ordonnance visant à la sécurisation des habitations par l installation de détecteurs de monoxyde de carbone (déposée par Didier Gosuin & Viviane Teitelbaum) DEVELOPPEMENT Un arrêté gouvernemental

Plus en détail

Brevet de Plongeur P2 / CMAS

Brevet de Plongeur P2 / CMAS Brevet de Plongeur P2 / CMAS 1 Conditions d admission à l examen... 1 2 de la session... 1 3 Jury de l examen... 1 4 Délivrance du Brevet... 1 5 Les épreuves... 1 5.1 Exercices à réaliser pendant l enseignement

Plus en détail

Formation MF1. Éléments de physique dans l enseignement de la plongée. FFESSM comité Inter Régional LRMP

Formation MF1. Éléments de physique dans l enseignement de la plongée. FFESSM comité Inter Régional LRMP Formation MF1 Éléments de physique dans l enseignement de la plongée Enseigner de la physique...pourquoi? Pour comprendre et prévenir des accidents : Barotraumatismes, ADD, toxicités de gaz. Pour comprendre

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

Nitrox AIR NITROX. Ppgaz = %gaz X Pabsolue. Exemple de l air atmosphérique (20%O2, 80%N2) au niveau de la mer (1bar) :

Nitrox AIR NITROX. Ppgaz = %gaz X Pabsolue. Exemple de l air atmosphérique (20%O2, 80%N2) au niveau de la mer (1bar) : Nitrox 1 : Définition : Définition : Le nitrox est un air enrichie en O2. Comme l air atmosphérique, le nitrox est un donc un mélange composé d azote (N2) et d oxygène (O2), mais les proportions d O2 sont

Plus en détail

Thème sécurité partie SVT

Thème sécurité partie SVT Thème sécurité partie SVT Place dans le sujet traité. intervention du collègue d Histoire Géographie Education civique : amène le sujet avec l ASSR (par exemple); «permis à points» : retraits de points

Plus en détail

Prévention des accidents en plongée 2

Prévention des accidents en plongée 2 Accidents 2 Préparation Niveau II Prévention des accidents en plongée 2 Accidents biophysiques Autres accidents Vincent BONNEMAISON Club Subaquatique de Charenton 1/14 Version 1 : Vincent Bonnemaison 22.01.2003

Plus en détail

Risques communs à tous les secteurs professionnels

Risques communs à tous les secteurs professionnels 1 Nom : Prénom : Distribué le : Classe : Risques communs à tous les secteurs professionnels Plan du module : Risques liés à l activité physique Risques liés à la charge mentale Risques liés au bruit 2

Plus en détail

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire Chapitre 2 Le fonctionnement de l appareil respiratoire Rappels : * chez les animaux, les mouvements respiratoires (inspiration, expiration) permettent le renouvellement de l air ou de l eau dans les organes

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail