L ACTION EN COMBLEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACTION EN COMBLEMENT"

Transcription

1 L ACTION EN COMBLEMENT DE PASSIF I. Introduction 1. L action en comblement de passif est un instrument d inspiration française imaginé par le législateur afin d atténuer les effets de la séparation des patrimoines et de limitation de la responsabilité induits par la technique de la personnalité morale. Elle permet aux créanciers de mettre directement en cause la responsabilité des dirigeants sur une base extra contractuelle lorsqu ils ont commis une faute qualifiée de grave et caractérisée et ayant contribué à la faillite de la société. Le législateur a ainsi voulu combattre «ceux qui laissent les sociétés dont ils sont dirigeants de droit ou de fait tomber en faillite sans conséquences dommageables pour leur patrimoine personnel» 1. Elle est régie par l article 530 du Code des sociétés, libellé comme suit : «En cas de faillite de la société et d'insuffisance de l'actif et s'il est établi qu'une faute grave et caractérisée dans leur chef a contribué à la faillite, tout administrateur ou ancien administrateur, ainsi que toute autre personne qui a effectivement détenu le pouvoir de gérer la société, peuvent être déclares personnellement obligés, avec ou sans solidarité, de tout ou partie des dettes sociales a concurrence de l'insuffisance d'actif.» La même disposition existe pour les gérants de SPRL (art. 265, al. 1) et administrateurs de SCRL (art. 409, al. 1). 2. Cette action s inscrit dans le paysage particulier qu est celui de la responsabilité des dirigeants de sociétés à l égard des tiers. Il résulte d une jurisprudence constante de la Cour de cassation que l administrateur est assimilé à un mandataire, et que les tiers, en dehors des hypothèses d infractions pénales ou de violations du Code des sociétés ou des statuts, ne peuvent engager la responsabilité des dirigeants que pour autant qu on soit en dehors du champ contractuel, ce qui implique selon la Cour de cassation que le dommage du tiers soit étranger à l exécution du contrat 2. Il faut, en d autres termes, que le tiers prouve l existence d un dommage distinct du dommage qui résulte de l inexécution du contrat. Cette règle conduit à une immunité presque totale des administrateurs à l égard des tiers. Conçue comme une aggravation nécessaire de la responsabilité des dirigeants, l action en comblement de passif s inscrit dans ce paysage comme une brèche à cette immunité puisqu elle permet aux créanciers de mettre directement en cause la responsabilité des dirigeants en cas de faillite sur une base extra contractuelle. 1 Exposé des motifs, Doc. parl., Sénat, n 415-1, p Conditions du cumul de responsabilité, Cass. 7 novembre 1997, R.G.D.C., 1998, p. 153; R.C.J.B. 1999, p. 730 et note V. SIMONART ; J.D.S.C., 2000, p. 5 et note M. COIPEL. 1

2 3. Cette disposition a été insérée dans notre droit en La règle n a pas changé depuis, mais des modifications importantes sont intervenues. Une évolution remarquable est le fait pour les créanciers de pouvoir intenter cette action individuellement, alors qu elle était auparavant de la compétence exclusive du curateur. Nous reviendrons sur cette modification qui fait l objet de vives discussions. II. Les conditions 4. L action présente des particularités importantes qui la distinguent des actions en responsabilité classiques, tant du point de vue de la faute (grave et caractérisée), du dommage (présumé), que du lien de causalité entre la faute et le dommage (qui ne doit pas être prouvé, au contraire du lien de causalité entre la faute et la faillite, d ailleurs atténué). A. Auteurs de la faute : dirigeants de droit ou de fait 5. L action peut viser l administrateur de la société mais également «toute autre personne qui a effectivement détenu le pouvoir de gérer la société». L article 530 étend ainsi la responsabilité pour faute grave et caractérisée à ceux qui, sans en avoir la qualité, ont effectivement et concrètement exercé les pouvoirs de gestion de la société. Cette assimilation est courante en droit des sociétés et la disposition ne fait ici que répéter un principe acquis 4. L administrateur de fait peut être défini comme celui qui, sans avoir été régulièrement investi à cette fin, s est effectivement comporté comme un administrateur, en prenant, seul ou avec d autres, des décisions ressortissant à l administration de la société et que seul l organe d administration aurait pu prendre 5. Trois conditions ont été mises en évidence par la doctrine et la jurisprudence pour qu une personne puisse être considérée comme un administrateur de fait 6 : La personne visée doit avoir agi sans que son intervention ne repose sur une base légale ou contractuelle, en toute indépendance et liberté 7. La personne en cause doit avoir accompli des actes positifs de gestion. Des abstentions ou des négligences ne sont donc pas suffisantes. Les actes posés doivent être des actes de gestion au sens de l article 522 du Code des sociétés 8. La frontière entre le simple avis ou observation et la véritable prise de décision est souvent difficile à établir. La jurisprudence se montre néanmoins généralement assez sévère dans l appréciation de ces conditions. Ainsi, par exemple, les contraintes que fait peser une banque ayant consenti d importants prêts sur la direction d une société n en fait pas un dirigeant de 3 Loi du 4 août 1978, M. B., 17 août Voy. notamment Cass. 11 décembre 1961, Pas., 1962, I. P. 445 ; Cass., 29 novembre 1971, R.P.S., 1973, p P. VAN OMMESLAGHE ET X. DIEUX, «Les sociétés commerciales. Examen de jurisprudence ( )», R.C.J.B., 1993, p. 791, n J. TIMP, «De feitelijke bestuurder», Jura Falc., 1995, p. 198 et s. 7 Bruxelles, 14 novembre 1998, T.R.V., 1998, p P. VAN OMMESLAGHE et X. DIEUX, «Les sociétés commerciales. Examen de jurisprudence ( )», R.C.J.B., 1993, p. 791, n 130. Contra : J. TIMP, op.cit., Jura Falc., 1995, p. 199, selon lequel les termes «toute autre personne qui a effectivement détenu le pouvoir de gérer la société» recouvre une notion plus large pouvant englober d autres actes que ceux visés par la disposition. 2

3 fait lorsqu il se limite à exercer un contrôle strict des crédits 9 ; le fait pour l Etat belge de subordonner son soutien à la nomination d un manager de crise ne le rend pas administrateur de fait 10 ; la franchise suppose une nécessaire ingérence du franchiseur dans les affaires du franchisé et le fait pour le franchiseur de mettre à disposition du franchisé un savoir-faire, une assistance, des conseils de gestion et de production n en fait pas pour autant un dirigeant de fait 11. Notons qu une éventuelle décharge accordée au gérant est inopérante dans le cadre de cette action. Il ne s agit en effet pas d une actio mandati puisqu elle met en œuvre la responsabilité aquilienne du gérant, mais d un droit propre des créanciers 12. B. La faillite et l insuffisance d actif 6. Puisque l action tend à combler le passif d une faillite, une condition sine qua non de l action est, cela va de soi, qu elle soit exercée à l encontre de dirigeants d une société déclarée en faillite. Il fallait également auparavant que la faillite n ait pas été clôturée puisque l action ne pouvait être intentée que par le curateur pendant l exercice de sa mission. La loi du 2 septembre a implicitement modifié cette exigence puisque les créanciers peuvent désormais intenter euxmêmes cette action, dans le délai requis par l article 198 du Code des sociétés, à savoir un délai de 5 ans à dater des fautes ou de leur découverte si elles ont été volontairement dissimulées Il faut par ailleurs une insuffisance d actif, qu il y ait un passif à combler. L insuffisance d actif est définie dans le cadre de l article 530 comme «la différence entre l actif et le passif, non pas comme elle ressort du bilan au jour de la déclaration de faillite, mais étant le solde négatif tel qu il existera après les frais de liquidation de la faillite, après les indemnité de préavis et autres dettes de la masse» 14. L insuffisance d actif ne doit donc exister que dans son principe au moment de l introduction de l action : il suffit qu il apparaisse que les créanciers sociaux ne seront pas intégralement payés. Son montant exact sera déterminé progressivement aux cours des opérations de liquidation et fixé par le juge à la clôture de la faillite. Il servira de base pour la fixation du montant de l indemnité due par le dirigeant fautif (voy. infra, n 17). Le juge peut néanmoins condamner le dirigeant à un montant provisionnel en attendant une évaluation définitive du montant de l insuffisance d actif. 9 Bruxelles, 1 er février 1992, R.P.S., 1993, p Gand, 26 mars 1993, R.D.C., 1993, p Mons, 13 janvier 2003, J.D.S.C., 2004, p W. DERIJCKE, «Action en comblement de passif et atrophie de l actif net : chrestomathie», R.P.S., 1999, p. 163, n 11 ; D. GOL, op. cit., D.A.O.R., 2005, p. 149, n J. VANANROYE, «Curator, individuele schuldeiser en bestuuraansprakelijkheid», in Curatoren en vereffenaars: actuele ontwikkelingen, Anvers, Intersentia, 2006, p. 278, n J. RONSE, «La responsabilité fautive des administrateurs et gérants en cas de faillite et d insuffisance d actif», R.P.S., 1979, p. 296 ; J. WINDEY, «Incidence du concordat et de la faillite sur la responsabilité des administrateurs et fondateurs»., R.D.C., 2001, p. 327, n

4 C. Une faute grave et caractérisée 1. Définition 8. L action en comblement de passif requiert l existence d une faute grave et caractérisée dans le chef du dirigeant. Le type de faute importe peu : il peut s agir d une faute de gestion, d un délit, d une faute contractuelle, ou de tout autre manquement, pourvu qu il soit grave et caractérisé 15. La notion de faute grave et caractérisée n est définie ni dans la loi ni dans les travaux préparatoires. Ces derniers indiquent seulement qu elle a un «caractère exceptionnel» 16. La doctrine et la jurisprudence ont donc été amenées à en expliciter le contenu, qui reste vague et laisse peu de place à l anticipation Une définition de la faute grave, fréquemment reprise par la jurisprudence, a été donnée par I. VEROUGSTRAETE, selon lequel il s agit de «celle qu un dirigeant raisonnablement prudent et diligent n aurait pas commise et qui heurte les normes essentielles de la vie en société» 18. J. RONSE la définit comme «la légèreté ou l insouciance impardonnable, c'est-àdire l acte ou l omission où l auteur est conscient ou ne pouvait ne pas l être de ce que son comportement contribuera au dommage, ce qui, dans notre matière, signifie qu il contribuera à la faillite de la société» 19. L appréciation de la faute grave se fait donc par référence au standard de comportement du dirigeant raisonnablement prudent et diligent et ne requiert pas que celui-ci ait eu conscience des conséquences dommageables de son acte La faute caractérisée vise l acte qui doit être considéré comme «gravement fautif par tout homme raisonnable» 21, la faute «incontestable», «nettement marquée», et dans l appréciation de laquelle le juge ne peut, «faisant preuve d une sagacité que lui a donné l écoulement du temps depuis qu a été commis le manquement, ignorer les difficultés d appréciation de fait que devait connaître le dirigeant au moment où il accomplissait l acte prétendument fautif» 22. Ce dernier élément illustre le principe de l appréciation marginale qui doit animer le juge lorsqu il apprécie la responsabilité d un dirigeant pour les décisions qu il a prises 23. La combinaison des deux critères conduit à qualifier de grave et caractérisé l acte qui doit être perçu par tous comme une faute que n aurait pas commise le dirigeant raisonnable et prudent, et qui heurte les normes essentielles de la vie en société I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 628, n 1062 ; J. RONSE, op.cit., R.P.S., 1979, p Rapport au Sénat, Doc. parl., Sénat, , n 415/2, p X. DIEUX, «La responsabilité des dirigeants», in Actualités en droit des sociétés, Bruxelles, Bruylant, 2006, p I. VEROUGSTRAETE, «L action en comblement de passif», in Les créanciers et le droit de la faillite, Bruxelles, Bruylant, 1983, p. 8 ; Gand, 21 décembre 2000, R.D.C., 2001, p. 739 ; Liège, 13 janvier 2004, D.A.O.R., 2005, p J. RONSE, op. cit., R.P.S., 1979, p. 300 ; Charleroi, 8 septembre 1992, R.P.S., 1993, p J. WINDEY, op. cit., R.D.C., 2001, p. 325, n 99; F. PINTE, «Commentaire de l article 530 du Code des sociétés», in Commentaire systématique du Code des sociétés, Bruxelles, Kluwer, O. RALET, Responsabilités des dirigeants de sociétés, Bruxelles, Larcier, 1996, p I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 628, n J. RONSE, op. cit., p I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 629, n

5 11. Ont ainsi, par exemple, été qualifiées de fautes graves et caractérisées : - des prélèvements massifs dans les avoirs sociaux atteignant près du double du capital social 25, - le fait d engager des dépenses inconsidérées sans proportion avec les capacités financières de la société 26, - l exercice d une activité en suivant une politique aventureuse devant nécessairement mener à la faillite 27, - la poursuite d une activité gravement déficitaire au mépris des intérêts des créanciers 28, - la tenue d une comptabilité fragmentaire 29, - la tenue d une comptabilité fausse et la poursuite d une exploitation pendant deux années alors que le capital était perdu 30, - le fait pour une gérante d avoir laissé son mari gérant de fait user et abuser de la société 31. Un intéressant arrêt de la Cour d appel de Gand souligne qu il n y a logiquement pas lieu à application de l article 530 lorsque la société était déjà en état de faillite virtuelle au moment de la faute La présomption en matière de fraude fiscale 12. Le législateur a en outre institué une présomption irréfragable de faute grave et caractérisée. Ainsi, toute «fraude fiscale grave et organisée au sens de l article 3, 2, de la loi du 11 janvier 1993 relative à la prévention de l utilisation du système financier aux fins de blanchiment d argent», est considérée, irréfragablement, comme une fraude grave et caractérisée (art. 530, 2) 33. Cette modification issue de la loi du 2 septembre 2002 a été jugée nécessaire par le législateur afin d empêcher que des criminels ne recourent à la faillite pour se débarrasser de sociétés écran et pour permettre au fisc de poursuivre les dirigeants de fait de pareilles sociétés Cette présomption facilite la tâche du demandeur, puisqu elle dispense d apporter la preuve du caractère grave et caractérisé de la faute et qu elle n admet pas la preuve contraire. Il ne reste dès lors plus, en présence d une telle fraude, qu à prouver le lien de causalité entre la fraude et la faillite (voir infra, n 14). Mais qu entend-on par «fraude fiscale grave et organisée»? Les travaux parlementaires renvoient à l exposé des motifs de la loi du 7 avril 1995, qui la définissent comme celle qui met en œuvre des mécanismes «complexes ou qui use de procédés à dimension 25 Comm. Bruxelles, 17 mai 1983, R.D.C., 1984, p Comm. Bruxelles, 11 décembre 1984, R.D.C., 1985, p Mons, 22 mars 1993, R.P.S., 1993, p Comm. Charleroi, 8 septembre 1992, R.P.S., 1993, p Comm. Charleroi, 7 janvier 1997, J.D.S.C., 1999, p Comm. Bruxelles, 8 décembre 1981, B.R.H., 1982, p Comm. Dendermonde, 6 décembre 1999, T.R.V., 2000, p Gand, 21 décembre 2000, R.D.C., 2001, p Loi du 4 septembre 2002 modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites, le Code judiciaire et le Code des sociétés. 34 Rapport au Sénat, Doc. parl., Sénat, , n 2-877/8, II.B.1. 5

6 internationale» 35. Sont cités en exemple les infractions aux articles 73 et 73bis du Code de TVA et en particulier les délits communément dénommés carrousels. Cette formule vague risque néanmoins de retirer à la disposition toute son efficacité, puisqu à la preuve du caractère grave et caractérisé de la faute se substitue celle du caractère complexe ou international du procédé utilisé 36. D. La faute doit avoir contribué à la faillite 14. Il faut enfin, pour donner lieu à l action en comblement de passif, apporter la preuve d un lien de causalité entre la faute et la faillite. L action présente à nouveau une particularité sur ce point puisque les termes «contribué à la faillite» n exigent qu un lien de causalité partiel. Il n est pas nécessaire que la faute soit la cause décisive et immédiate de l insuffisance d actif, il suffit qu elle en constitue l une des causes, qu elle ait contribué, parmi d autres éléments, à la faillite 37. Il n est par contre pas nécessaire de démontrer un lien entre la faute et l insuffisance d actif. Le dirigeant est en effet présumé responsable, si sa faute a contribué à la faillite, de l ensemble de l insuffisance d actif 38. Autre particularité de l action par rapport aux actions en responsabilité classiques, puisque aucun lien de causalité n est requis entre la faute et le dommage. E. L exception pour les petites SPRL et SCRL 15. L article 265, 1 er, alinéa 2 du Code des sociétés dispose, pour les SPRL, que : «L'alinéa 1er n'est toutefois pas applicable lorsque la société en faillite a réalisé, au cours des trois exercices qui précèdent la faillite, un chiffre d'affaires moyen inférieur à euros, hors taxe sur la valeur ajoutée, et lorsque le total du bilan au terme du dernier exercice n'a pas dépassé euros». La même disposition existe pour les SCRL (art. 409, 1 er, alinéa 2). Il revient au dirigeant de prouver que la société ne dépasse pas les seuils fixés Les seuils applicables l étant sur base des résultats des trois exercices qui précèdent la faillite, des discussions existent sur le point de savoir si l exception peut s appliquer lorsque la société du dirigeant dont la responsabilité est poursuivie n a pas trois années d existence. Certains juges soutiennent que l exception doit dans ce cas d office s appliquer 40. Cette interprétation, minoritaire, retire toute efficacité à la disposition 41, et ne respecte pas le texte 35 Exposé des motifs, Doc. parl., Sénat, , n 1323/1, p I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 630, n J. WINDEY, op. cit., R.D.C., 2001, p. 326, n D. GOL, «Action en comblement de passif et appréciation de la faute», D.A.O.R., 2005, p. 149, n Comm. Charleroi, 7 janvier 1997, R.D.C., 1997, p. 643 ; M. A. DELVAUX, «L exclusion de l action en comblement de passif instaurée en faveur des petites SPRL et SCRL : qui prouve quoi?», J.D.S.C., 2005, p Voy. par exemple Comm. Bruxelles, 14 février 1999, J.D.S.C., 1999, p La majorité des faillites des SPRL surviennent en effet moins de trois années après la faillite de la société. Dans ce sens : I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 628, n 1061 ; F. T KINT, «Les responsabilités en cas de faillite et de liquidation volontaire»., D.A.O.R., 1996, p

7 légal, puisqu il s agit d une exception à une règle générale qui doit, comme toute exception, s interpréter strictement. Il est donc généralement soutenu que le dirigeant ne peut, dans ce cas, invoquer cette exception 42. Une alternative a néanmoins été trouvée par certains juges, qui consiste à procéder à une projection dans le temps sur base des résultats déjà réalisés par la société et d anticiper les résultats qu elle aurait du obtenir entre la déclaration de faillite et le terme des trois années 43. Cette méthode est néanmoins aléatoire car elle ne tient pas compte des nombreuses circonstances qui peuvent bouleverser les prévisions de la vie de la société d une année à l autre 44. III. Le montant de l indemnité 17. Le texte laisse au juge une liberté presque totale pour la fixation du montant de l indemnité. Il peut condamner le dirigeant fautif à tout ou partie de l insuffisance d actif, avec ou sans solidarité. La disposition s écarte, à nouveau, des principes classiques du droit commun de la responsabilité puisque l indemnité peut, en théorie, excéder le dommage causé par la faute 45. Même si cela a et est encore contesté 46, le texte est clair et l interpréter comme limitant l indemnité au dommage causé par la faute serait y ajouter une condition qu il ne contient pas. Le juge dispose donc d un pouvoir discrétionnaire pour fixer le montant de l indemnité, mais modèrera sa condamnation en tenant compte des circonstances, de la gravité de la faute, et de la répartition des taches entre les administrateurs Lorsque l action est introduite par le curateur, le montant de l indemnité est réparti en ne tenant compte que des causes de préférences dont sont titulaires les créanciers privilégiés généraux, la masse des créanciers chirographaires et des créanciers hypothécaires et privilégiés spéciaux pour le solde de leur créance formant une masse commune. Il semble en effet qu il faille considérer l indemnité comme tout montant qui se serait trouvé en espèces au jour de le faillite 48. Lorsque l action est intentée par un créancier individuellement, il va de soi que la condamnation ne pourra excéder le montant de son préjudice. Nous verrons plus loin comment ce préjudice doit être évalué (voir n 21). IV. Titulaires de l action A. Situation antérieure 19. La jurisprudence et la doctrine étaient auparavant unanimes : l action en comblement de passif relevait du monopole du curateur. La Cour de cassation considère en effet que sont 42 O. RALET, op.cit., p. 180, n 125 ; M. A. DELVAUX, «L exclusion de l action en comblement de passif instaurée en faveur des petites SPRL et SCRL : qui prouve quoi?», J.D.S.C., 2005, p. 191 ; I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 628, n 1061 ; CL. PARMENTIER, «La responsabilité des dirigeants d entreprise en cas de faillite», R.D.C., 1986, n Gand, 16 juin 2003, NjW, 2004, p Qualifiée même de fantaisiste par M. A. DELVAUX, «L exclusion de l action en comblement de passif instaurée en faveur des petites SPRL et SCRL : qui prouve quoi?», J.D.S.C., 2005, p J. RONSE, op. cit., R.P.S., 1979, p. 304 ; 46 F. T KINT, op. cit., D.A.O.R., 1996, p. 21, n Comm. Charleroi, 16 décembre 1998, R.D.C., 2000, p. 642 ; Comm. Termonde, 6 décembre 1999, R.D.C., 2000, p I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 633, n

8 communs à l ensemble des créanciers, et relèvent du monopole du curateur, les droits résultant de dommages causés par la faute de toute personne qui a pour effet de diminuer l actif ou d aggraver le passif de la faillite 49. S agissant d une action tendant à combler le passif d une faillite, elle relevait donc logiquement de la compétence exclusive du curateur. Les cas d application restaient néanmoins relativement rares 50. Les curateurs étaient en effet peu enclins à poursuivre les dirigeants pour faute grave et caractérisée dans la mesure où cette procédure est complexe et est de nature à retarder la liquidation de la faillite, au préjudice parfois des créanciers eux-mêmes. B. La loi du 2 septembre Pour pallier à cette insuffisance, la loi du 2 septembre 2002 a modifié substantiellement le régime de l action en comblement de passif en conférant au créancier un droit individuel d initiative et de poursuite. Cette disposition est une petite révolution en la matière puisqu il s agit d une action tendant à la réparation d un dommage par définition collectif, qui devrait, selon la jurisprudence de la Cour de cassation, être de la compétence exclusive du curateur. L article 530, 1, alinéa 2, dispose que «L'action est recevable de la part tant des curateurs que des créanciers lésés. Le créancier lésé qui intente une action en informe le curateur. Dans ce dernier cas, le montant alloué par le juge est limité au préjudice subi par les créanciers agissants et leur revient exclusivement, indépendamment de l'action éventuelle des curateurs dans l'intérêt de la masse». La ratio legis a clairement été exprimée dans les travaux préparatoires : «Les curateurs ne sont pas très enclins à établir ce genre de responsabilités, notamment parce que le tribunal les presse, à juste titre selon le commissaire du gouvernement, de clôturer les faillites qu ils administrent. Pareilles actions débouchent en effet souvent sur des procédures complexes et très longues, pendant lesquelles la faillite ne peut être clôturée, qui peut porter préjudice aux créanciers» 51. Le législateur entend ainsi encourager ce type d action, jugé trop rare. 21. Avant cette modification, l action ne pouvait être intentée que par le curateur. Son profit tombait donc nécessairement dans la masse et était réparti en tenant compte des causes de préférence des créanciers. L ordre de répartition en matière de faillite était donc respecté. Qu en est-il actuellement lorsqu un créancier intente cette action individuellement? Comment le montant de son indemnité va-t-il être déterminé? On touche là à la problématique centrale de cette modification, relevée lors des travaux préparatoires 52, et relative à la manière dont doit être évalué le dommage du créancier demandeur. Est-ce qu il correspond au montant total de sa créance? Doit-on faire une règle de trois en tenant compte de la part du créancier poursuivant dans le passif de la faillite? Voire mettre le créancier dans la même situation que celle dans laquelle il se trouverait si l action avait été introduite par le curateur (et donc prendre en compte son rang au sein de la masse)? Prenons un exemple : imaginons que l insuffisance d actif s élève à un montant de , que les dirigeants sont reconnus responsables pour faute grave et caractérisée à 49 Cass., 2 mars 1995, Pas., 1995, I, p. 127 ; Cass., 5 décembre 1997, R.D.C., 1998, p P. COPPENS et F. T KINT, «Examen de jurisprudence. Les faillites et les concordats», R.C.J.B., 1984, n 81, p. 519 et 1991, n 89, p Rapport à la chambre, Doc. parl. Chambre, , n 1132/13, p Doc. parl., Sénat, , 2-877/4, p

9 concurrence d un montant de , et qu un créancier a une créance de Celuici introduit une action en comblement de passif afin de voir condamner les dirigeants fautifs à indemniser son préjudice. Quel sera le montant attribué au créancier? Dans la première hypothèse (si l on considère que son préjudice correspond au montant de sa créance), il pourrait se voir attribuer les pouvant être mis à charge des dirigeants. Dans ce cas, l action aura véritablement l effet d un privilège en faveur du premier créancier agissant puisque les créanciers introduisant une action ultérieurement ne pourront plus rien obtenir. Dans la seconde hypothèse (règle de trois en tenant compte de la part du créancier dans le passif de la faillite), il ne pourrait toucher tout au plus qu un cinquième du montant pouvant être mis à charge des dirigeants ( ) dans la mesure où la part du montant de sa créance correspond à un cinquième du passif de la faillite. Enfin, dans la dernière hypothèse, il faudrait non seulement tenir compte de sa part dans le passif de la faillite, mais également de son rang. S il s agit d un créancier chirographaire, la condamnation pourrait se réduire à un euro symbolique, et s il s agit d un créancier privilégié, l indemnité pourrait au contraire être augmentée pour tenir compte de ses causes de préférence. On voit donc que les montants peuvent varier du tout au tout en fonction de la méthode choisie. La solution la plus logique consiste, à mon sens, à retenir la deuxième méthode 53. La première est excessive. Comment justifier en effet qu un créancier soit indemnisé de la totalité de sa créance individuelle par le biais d une condamnation censée réparer un dommage collectif causé à l ensemble de la masse? Quant à la troisième méthode, elle retire tout intérêt à la disposition puisque si le créancier peut diligenter lui-même l action et en retirer un profit exclusif, ce n est pas pour qu on le replace dans la même situation que celle qui aurait été la sienne si le curateur avait agi. 22. Il reste que le régime instauré confère une véritable «prime à la rapidité» en cas d insolvabilité du dirigeant puisque le créancier qui obtient en premier un jugement exécutoire pourra le faire exécuter et prélever ce qui peut l être dans le patrimoine du dirigeant avant les autres. Dans notre exemple, si le dirigeant n a que et que notre créancier obtient un jugement exécutoire en premier, il pourra les prélever, laissant les autres créanciers et le curateur sans possibilité de prélever quoi que ce soit ultérieurement. Cette conséquence a d ailleurs été identifiée dans les travaux préparatoires : «En reconnaissant le droit d action individuelle au créancier lésé, on crée dans les faits un privilège en faveur du créancier le plus rapide, le mieux informé et le plus fortuné car le premier créancier qui aboutira dans son action sera payé sur le patrimoine du dirigeant responsable» 54. Elle est néanmoins tempérée par l obligation pour le créancier qui intente l action d en informer le curateur 55. Ainsi informé, le curateur aura la possibilité d intervenir volontairement ou d intenter une procédure parallèle. En cas d insolvabilité du dirigeant, la 53 Dans le même sens : J. VANANROYE, «Curator, individuele schuldeiser en bestuuraansprakelijkheid», in Curatoren en vereffenaars: actuele ontwikkelingen, Anvers, Intersentia, 2006, p. 280, n Doc. parl., Sénat, , n 2-877/8, p. 21 ; Voy. également Rapport à la chambre, Doc. parl. Chambre, , n 1132/13, p Cette obligation n est soumise à aucune forme, délai, ni sanction particulière. Elle devra à tout le moins se faire à un moment où le curateur peut encore introduire l action. 9

10 répartition du montant récupéré se fera alors selon les règles du droit commun, au pro rata de la créance de chacun Cette obligation n existe cependant pas entre créanciers. Le créancier qui agit ne doit pas en avertir les autres créanciers. Si le curateur reste inactif, les autres créanciers, qui n ont pas été informés de l existence de la procédure, risquent de ne plus rien pouvoir récupérer si le dirigeant est insolvable. La responsabilité du curateur pourra néanmoins être mise en cause pour ne pas avoir agi D un point de vue procédural, le concours d actions individuelles et collective peut être résolu de deux manières. Soit les actions sont jointes pour cause de connexité 59 et le montant aux différents demandeurs sera calculé afin de ne pas excéder l insuffisance d actif. Soit les actions ne sont pas jointes, et il semble, dans ce cas, que l action du créancier devra être suspendue afin d attendre le résultat de l action collective 60. V. Conclusion 24. Le système en vigueur auparavant avait le mérite d être cohérent. Puisque l action en comblement de passif tendait à la réparation d un dommage par définition collectif, elle relevait du monopole du curateur et son profit était réparti entre les créanciers en tenant compte de leurs causes de préférence. Le législateur a modifié en profondeur ce système en permettant aux créanciers de l intenter individuellement et d être indemnisés sans que les causes de préférence des autres créanciers ne soient respectées. Le montant perçu par le créancier individuel est ainsi soustrait au concours des créanciers et attribué sans tenir compte de l ordre de répartition en matière de faillite. La motivation du législateur est avant tout pragmatique. Les actions en comblement de passif étaient autrefois rares, les curateurs étant peu enclins à les intenter, ce qui mettait les dirigeants à l abri de poursuites sur base de l article 530 C. Soc. Cette modification encouragera certains créanciers qui détiennent des informations particulières en raison de leurs fonctions ou de leur participation dans la société (créanciers institutionnels, membres du personnel, actionnaires, cocontractant ) à introduire eux-mêmes 56 E. HUPIN, «Les nouvelles responsabilités des dirigeants de sociétés», in Faillites et concordats. Les nouveautés introduites par la loi du 4 septembre Le bilan de la réforme et les perspectives., Bruxelles, Vanham & Vanham, 2003, p. 15/20, n Dans notre exemple, si le curateur obtient la condamnation du dirigeant pour les restants et que le dirigeant n a que , notre créancier touchera un cinquième du montant ( ) et le curateur , à répartir entre les autres créanciers. 58 Elle le pourra d autant plus aisément que dans l état actuel de la jurisprudence de la Cour de cassation, toute diminution d actif et tout accroissement du passif, démontrent la faute du curateur. Voir E. HUPIN, «Les nouvelles responsabilités des dirigeants de sociétés», in Faillites et concordats. Les nouveautés introduites par la loi du 4 septembre Le bilan de la réforme et les perspectives., Bruxelles, Vanham & Vanham, 2003, p.14/ Ce qui sera probablement toujours le cas en vertu de l article 30 du Code judiciaire. 60 I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, 2003, p. 632, n

11 l action et à en retirer un profit exclusif, alors qu ils n avaient parfois auparavant aucun intérêt à communiquer ces informations au curateur en raison de leur rang 61. Les actions vont donc vraisemblablement se multiplier et donner lieu à des condamnations qui n auraient autrefois jamais eu lieu. Le but du législateur sera probablement atteint, au détriment certes des principes 62. Julien Carette 61 E. HUPIN, «Les nouvelles responsabilités des dirigeants de sociétés», in Faillites et concordats. Les nouveautés introduites par la loi du 4 septembre Le bilan de la réforme et les perspectives., Bruxelles, Vanham & Vanham, 2003, p.15/ A. ZENNER relève à cet égard à juste titre que ce n est pas la première règle qui porte atteinte au principe d égalité entre les créanciers. Les causes de préférence et les procédures permettant aux créanciers de le contourner sont en effet nombreuses. 11

12 VI. Bibliographie J. VANANROYE, «Curator, individuele schuldeiser en bestuuraansprakelijkheid», in Curatoren en vereffenaars: actuele ontwikkelingen, Anvers, Intersentia, 2006, p E. JANSSENS et A. HELLEMANS, «De verzwaarde aansprakelijkheid van bestuurders in geval van faillissement (artikel 530 W. Venn.) : een stand van zaken», La Basoche, 2005, p P. DE WOLF, «Variations sur la responsabilité des administrateurs», DAOR 2005, p. 95. D. GOL, «Action en comblement de passif et appréciation de la faute», D.A.O.R., 2005, p P. COPPENS et F. T KINT, «Examen de jurisprudence. Les faillites, les concordats et les privilèges», R.C.J.B., 2005, p M. A. DELVAUX, «L exclusion de l action en comblement de passif instaurée en faveur des petites SPRL et SCRL : qui prouve quoi?», J.D.S.C., 2005, p O. RALET, Responsabilités des dirigeants de sociétés, Bruxelles, Larcier, 1996, et 2 e édition, M-A DELVAUX, «L action en comblement de passif : qui peut l introduire? Contre qui?», J.D.S.C., 2004, p I. VEROUGSTRAETE, Manuel de la faillite et du concordat, Bruxelles, Kluwer, P. KILESTE, Dernières évolutions en droit des sociétés, Bruxelles, Editions du Jeune Barreau de Bruxelles, M-A DELVAUX, «La charge de la preuve des conditions pour bénéficier de l exclusion de l action en comblement de passif instaurée en faveur des petites SPRL», J.D.S.C., 2003, p E. HUPIN, «Les nouvelles responsabilités des dirigeants de sociétés», in Faillites et concordats. Les nouveautés introduites par la loi du 4 septembre Le bilan de la réforme et les perspectives., Bruxelles, Vanham & Vanham, A. ZENNER, Faillites et concordats La réforme et sa pratique, Bruxelles, Larcier, M. COIPEL, Droit des sociétés commerciales. SA, SPRL et SCRL, Bruxelles, Kluwer, 2 e éd., T. BOSLY et M. ALHADEFF, «La loi de «réparation» de la loi du 8 août 1997 sur les faillites : une nouvelle occasion manquée?», R.D.C., 2002, p J. WINDEY, «Incidence du concordat et de la faillite sur la responsabilité des administrateurs et fondateurs»., R.D.C., 2001, p. 294 F. PINTE, «Commentaire de l article 530 du Code des sociétés», in Commentaire systématique du Code des sociétés, Bruxelles, Kluwer, W. DERIJCKE, «Action en comblement de passif et atrophie de l actif net : chrestomathie», R.P.S., 1999, p O. CAPRASSE, «La responsabilité civile professionnelle des administrateurs», Act. Dr., 1997, p F. T KINT, «Les responsabilités en cas de faillite et de liquidation volontaire»., D.A.O.R., 1996, p. 9. J. TIMP, «De feitelijke bestuurder», Jura Falc., 1995, p P. VAN OMMESLAGHE ET X. DIEUX, «Les sociétés commerciales. Examen de jurisprudence ( )», R.C.J.B., 1993, p I. VEROUGSTRAETE, «L action en comblement de passif», in Les créanciers et le droit de la faillite, Bruxelles, Bruylant, J. RONSE, «La responsabilité fautive des administrateurs et gérants en cas de faillite et d insuffisance d actif», R.P.S., 1979, p

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Action en comblement du passif et appréciation de la faute

Action en comblement du passif et appréciation de la faute sur les sociétés commerciales a été abordée Ion ; des assemblées générales des 18 mai 1995 et 17 mai 1996 à l occasion desquelles il fut décidé de poursuivre les activités tout en demandant au conseil

Plus en détail

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980 Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI tendant à modifier l'article 99 de la loi n 67-563 du 13 juillet 1967 sur le

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

Responsabilités aggravées pour insuffisance du capital social en cas de faillite

Responsabilités aggravées pour insuffisance du capital social en cas de faillite B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Responsabilités aggravées pour insuffisance du capital social en cas de faillite Introduction 1. Bien que le Code des sociétés

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés.

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés. Droit de rencontres «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Mai 2011 Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés I.- Introduction & rappels II.- La Loi-programme du 20 juillet 2006

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

L alourdissement récent de la responsabilité des dirigeants

L alourdissement récent de la responsabilité des dirigeants DROIT FISCAL L alourdissement récent de la responsabilité des dirigeants Jean-Marie Cougnon Expert-comptable Conseil fiscal A lire l exposé des motifs de la loi-programme du 20 juillet 2006, la nouvelle

Plus en détail

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5870 Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 1675/13, 3, et 1675/13bis, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7 Table des matières 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation...... 7 Michèle GRÉGOIRE doyenne de la Faculté de droit de l U.L.B., avocate Vanessa DE FRANCQUEN collaboratrice scientifique

Plus en détail

Vincent Carron, avocat à Genève, spécialiste FSA en droit du travail

Vincent Carron, avocat à Genève, spécialiste FSA en droit du travail Tribunal fédéral 4A_428/2014 destiné à la publication I ère Cour de droit civil Arrêt du 12 janvier 2015 (f) Résumé et analyse Proposition de citation : Vincent Carron, L action de l employé contre l administrateur

Plus en détail

PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE

PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE Assurances 1 Responsabilité civile automobile Assurance obligatoire Garantie Etendue Véhicule assuré en quelque lieu qu il se trouve

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5660. Arrêt n 41/2014 du 6 mars 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5660. Arrêt n 41/2014 du 6 mars 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5660 Arrêt n 41/2014 du 6 mars 2014 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 15, 1er, et 17 de l arrêté royal n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons. Numéro du rôle : 4873 Arrêt n 16/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4035 Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 44, alinéa 2, de la loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire, posée

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

Responsabilité des administrateurs

Responsabilité des administrateurs Présentation pour Ideark, Martigny, 31.10.2008 Responsabilité des administrateurs 1. Notion d administrateur 2. Insolvabilité 3. Assurances sociales 4. Impôts 5. Défaut de diligence et de loyauté 6. Responsabilité

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES. Rapport luxembourgeois. Alex ENGEL Avocat au Barreau de Luxembourg

LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES. Rapport luxembourgeois. Alex ENGEL Avocat au Barreau de Luxembourg LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES Rapport luxembourgeois Alex ENGEL Avocat au Barreau de Luxembourg Quelle est la notion de société dans votre droit? Y a-t-il une définition légale ou un concept

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4952. Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4952. Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4952 Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, alinéa 6, de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, posée par la Cour d appel

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

Responsabilité et assurance des dirigeants de société

Responsabilité et assurance des dirigeants de société Responsabilité et assurance des dirigeants de société Séminaire Philippe & Partners IJE - 13 octobre 2015 Marc GOUDEN Denis PHILIPPE Avocats associés Barreaux de et de Jean-François POLAIN Avocat associé

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ CIVILE DES ADMINISTRATEURS DES ASSOCIATIONS SANS BUT LUCRATIF

LA RESPONSABILITÉ CIVILE DES ADMINISTRATEURS DES ASSOCIATIONS SANS BUT LUCRATIF LA RESPONSABILITÉ CIVILE DES ADMINISTRATEURS DES ASSOCIATIONS SANS BUT LUCRATIF I. L ORGANISATION DE L ASBL 1. Structure juridique 1.1 Personnalité juridique L association sans but lucratif (ci-après ASBL)

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

Responsabilité des employés représentants permanents d une personne morale nommée administrateur et couverture du risque lié à la fonction

Responsabilité des employés représentants permanents d une personne morale nommée administrateur et couverture du risque lié à la fonction www.vdelegal.be Responsabilité des employés représentants permanents d une personne morale nommée administrateur et couverture du risque lié à la fonction Bruxelles, septembre 2003 Johan VANDEN EYNDE Julien

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5301. Arrêt n 162/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5301. Arrêt n 162/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5301 Arrêt n 162/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1675/13, 3, deuxième tiret, du Code judiciaire, posées par le Tribunal

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3702 Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 1675/7, 1er, 2 et 4, 1675/12, 1er et 2, et 1675/13, 1er, du Code judiciaire,

Plus en détail

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 15 JANVIER 2013 2012/AM/439

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 15 JANVIER 2013 2012/AM/439 LGIQUE CIAIRE VAIL S ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 15 JANVIER 2013 2012/AM/439 Règlement collectif de dettes - Plan de règlement judiciaire prévoyant une remise partielle de dettes dette constituée d indemnités

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE GUILL c. LUXEMBOURG. (Requête n o 14356/08) ARRÊT STRASBOURG. 16 février 2012

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE GUILL c. LUXEMBOURG. (Requête n o 14356/08) ARRÊT STRASBOURG. 16 février 2012 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE GUILL c. LUXEMBOURG (Requête n o 14356/08) ARRÊT STRASBOURG 16 février 2012 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT GUILL c. LUXEMBOURG 1 En l affaire

Plus en détail

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL RELATIVE AUX DROITS DES CONSOMMATEURS COM(2008) 614/3 Prise de position du CCBE sur la proposition de directive

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE DÉFINITIONS GÉNÉRALES Preneur d assurance Assuré Assureur Contrat Sinistre La personne physique ou morale qui conclut le contrat, ci-après désignée par le pronom «vous». Toute personne qui peut faire appel

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES L acompte sur dividende face au dividende intercalaire Avis du 14 janvier 2009 La Commission a été interrogée sur le mode de calcul, la périodicité et la comptabilisation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. Numéro du rôle : 2785 Arrêt n 163/2003 du 10 décembre 2003 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. La Cour

Plus en détail

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789).

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). INTRODUCTION : 1 Rappel historique : publiques. Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). Libre formation

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

L exécution provisoire : rapport belge. (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat)

L exécution provisoire : rapport belge. (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) L exécution provisoire : rapport belge. (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. Quels titres (cf. art. 32 Règlement 44/01/CE) peuvent être exécutés de

Plus en détail

La responsabilité des dirigeants. Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques. Guide pratique

La responsabilité des dirigeants. Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques. Guide pratique La responsabilité des dirigeants Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques Guide pratique Table des matières 1. Quelles sont les fautes susceptibles d engager la responsabilité civile des dirigeants?

Plus en détail

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note :

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note : Règlement 1346/2000, procédure collective ouverte en France et avertissement des créanciers résidant dans d autres pays de l Union européenne : la méconnaissance du formalisme exigé par le droit européen

Plus en détail

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties :

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties : ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses Cette synthèse a pour objet de répondre aux questions les plus fréquemment posées relatives au contrat d assurance RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions relatives

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 13 Table alphabétique.................................................... 25 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4298 Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1er, alinéa 1er, a), de la loi du 6 février 1970 relative à la prescription des

Plus en détail

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen FR Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen http://ec.europa.eu/civiljustice/ Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Préface Les particuliers

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos 5

Table des matières. Avant-propos 5 Table des matières Avant-propos 5 Le monopole légal conféré à l architecte 7 Isabelle Durant Section 1. Les travaux visés par le monopole légal des architectes 10 1 er. La portée initiale du texte de l

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

La responsabilité des avocats en droit belge

La responsabilité des avocats en droit belge La responsabilité des avocats en droit belge Vincent CALLEWAERT Maître de conférences invité à l UCL Avocat au barreau de Bruxelles A. La nature de la responsabilité 1.- Il est aujourd hui acquis, tant

Plus en détail

Un comptable (-fiscaliste) assuré en vaut deux!

Un comptable (-fiscaliste) assuré en vaut deux! B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Un comptable (-fiscaliste) assuré en vaut deux! Comme tout professionnel du chiffre le sait, il est obligé de contracter

Plus en détail

Numéro du rôle : 6062. Arrêt n 167/2015 du 26 novembre 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 6062. Arrêt n 167/2015 du 26 novembre 2015 A R R E T Numéro du rôle : 6062 Arrêt n 167/2015 du 26 novembre 2015 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 31, alinéa 2, 4, du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par le Tribunal

Plus en détail

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques est définie comme une utilisation à d autres

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Jurisprudences (publiées)

Jurisprudences (publiées) Jurisprudences (publiées) 2015 JurisNews - Regard sur le Droit du Travail Conséquences à tirer de la notification irrégulière d une modification substantielle C.S.J. 05 12 2014 N 38929 du rôle La Cour

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Présentation 3 Introduction Structures des procédures collectives 13 PARTIE 1 Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Chapitre 1 Information économique 21 1 Information des dirigeants 21

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

La responsabilité des dirigeants. D & O Guide pratique. Parce qu entreprendre c est oser prendre des risques

La responsabilité des dirigeants. D & O Guide pratique. Parce qu entreprendre c est oser prendre des risques La responsabilité des dirigeants D & O Guide pratique Parce qu entreprendre c est oser prendre des risques 1 2 3 4 5 6 Quelles sont les fautes susceptibles d engager la responsabilité civile des dirigeants?

Plus en détail

Au niveau de la responsabilité financière De nombreux entrepreneurs sont réticents à opter pour des entités où leur contribution aux

Au niveau de la responsabilité financière De nombreux entrepreneurs sont réticents à opter pour des entités où leur contribution aux Quand le choix de la forme juridique d une société est déterminant Il a des conséquences notamment sur la responsabilité financière des associés, le partage du capital, le régime fiscal de l'entreprise

Plus en détail

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5257 Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3bis, 2 à 4, de l arrêté royal n 22 du 24 octobre 1934 relatif à l interdiction

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Note technique accompagnant l Avis CNC 2013/14 - Traitement comptable des impôts différés sur des plus-values réalisées bénéficiant du régime de la taxation différée et

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN ESPAGNE PROCEDURE UNIQUE DE CONCOURS

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN ESPAGNE PROCEDURE UNIQUE DE CONCOURS L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN ESPAGNE PROCEDURE UNIQUE DE CONCOURS I. L OUVERTURE DE LA PROCEDURE... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE... 3 B. LES EFFETS DE L OUVERTURE... 4 II. LES ISSUES DE LA

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ LOGISTIQUE TRANSPORT. Action directe en paiement du transporteur. Article L.132-8 du code de commerce

ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ LOGISTIQUE TRANSPORT. Action directe en paiement du transporteur. Article L.132-8 du code de commerce Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ LOGISTIQUE TRANSPORT LOGISTIQUE TRANSPORT Septembre 2008 Action directe en paiement du transporteur Article L.132-8 du code de commerce L article L 132-8

Plus en détail

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4991 Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 41 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, posée par le

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Quelques remarques générales à propos. de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport

Quelques remarques générales à propos. de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport Quelques remarques générales à propos de la responsabilité civile des administrateurs d une ASBL dans le monde du sport I. Introduction : Le rappel des règles ci-dessous ne concerne que les associations

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail