Cours de gestion financière (M1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de gestion financière (M1)"

Transcription

1 Cours de gestion financière (M1) Séances (8 9) du 14 et du 21 novembre 2014 Modigliani Miller : économie fiscale de l endettement, coût moyen pondéré du capital, approche de Miles et Ezzell, coûts directs et indirects de faillite 1

2 Plan des séances du 14 et du 21 novembre Analyse financière selon Modigliani et Miller Économie fiscale de l endettement Rentabilité de l actif et des éléments du passif Valeur de l entreprise non endettée (financée à 100% par fonds propres) et de l entreprise endettée Taux d actualisation des flux d actif, de passif Coût moyen pondéré du capital Analyse financière et financement des investissements selon Miles et Ezzell Taux d endettement constant au lieu de niveau d endettement constant Coûts de faillite et limites à l endettement Objectifs pédagogiques : maîtriser les raisonnements sousjacents aux calculs financiers 2

3 Économie fiscale de la dette Analyse financière (Modigliani Miller) Synthèse des notations relatives aux cash-flows, : flux de trésorerie d activité Avant paiement de l impôt sur les bénéfices des sociétés Se décompose en flux d exploitation et flux d investissement, : flux nets versés aux actionnaires à la date, : les actionnaires financent l entreprise, : flux nets versés aux créanciers à la date : valeur de marché de la dette financière nette à la date Hypothèse : dette «à court-terme» et sans risque de défaut Emprunt en et remboursement en La valeur nominale de la dette est égale à sa valeur de marché 3

4 Économie fiscale de la dette 4 Analyse financière (Modigliani Miller) Récapitulatif des notations relatives aux cash-flows Dette supposée sans risque de défaut Pour l instant Taux d intérêt :, taux sans risque entre et Similaire au taux sans risque du MEDAF, : flux d intérêt en Dans notre cadre simplifié = charge financière déductible Pour une entreprise payant l impôt sur les bénéfices des sociétés, la réduction d impôt due à la présence de dette est, Le fait que la dette soit exigible en n empêche pas qu elle soit renouvelée Emprunt renouvelé possibilité de dette perpétuelle

5 5 Analyse financière (Modigliani Miller) La réduction d IS est égale à, Démonstration : résultat avant paiement de l IS et avant charges d intérêt : EBIT (Earnings Before Interest and Taxes), taux sur l encours de dette Supposons,, est la charge financière déductible confondue ici avec le flux d intérêt Impôt d une société non endettée : Économie fiscale de la dette Modigliani Miller Impôt d une société endettée :, Économie fiscale :, On n a pas besoin ici de supposer EBIT = flux d activité

6 6 Analyse financière (Modigliani Miller) Dans le cadre fiscal français, que signifie charge financière déductible?

7 7 Analyse financière (Modigliani Miller) Il faut bien prendre en compte les charges financières nettes des produits financiers

8 Analyse financière (Modigliani Miller) Il y a un plafonnement des charges financières déductibles On ne peut déduire que 75% des charges financières Par ailleurs, pour des filiales, on ne peut faire remonter du cash de manière arbitraire via des paiements d intérêt 8

9 Économie fiscale de la dette Modigliani Miller Analyse financière (Modigliani Miller) Récapitulatif des notations relatives aux cash-flows,, : Cash-flows disponibles pour les bailleurs de fonds, actionnaires et créanciers «Régime stationnaire» : flux de trésorerie liés à l exploitation = flux comptables liés à l exploitation flux de trésorerie liés aux investissements (y compris cessions d actifs) = flux comptables liés aux investissements En régime stationnaire,, résultat avant charges d intérêt et IS EBIT Impôt sur les bénéfices, pour la période, : cash-flow d une entreprise non endettée Pour une entreprise endettée, il faut rajouter l économie fiscale de la dette, 9

10 Économie fiscale de la dette Analyse financière (Modigliani Miller) Que se passe-t-il si la dette n est pas à court-terme? L économie fiscale de la dette est égale à charge financière déductible Dans une comptabilité de dette en coût amorti, la charge financière comptable est égale au produit de la valeur de la dette au bilan et du taux effectif Cadre IFRS, pas PCG Que se passe-t-il si l entreprise n est pas en régime stationnaire? L impôt sur les bénéfices des sociétés n est pas égal à, La relation «cash-flow d une entreprise non endettée économie fiscale de la dette,, reste vraie de manière générale 10

11 Économie fiscale de la dette 11 Analyse financière (Modigliani Miller) Le cash-flow disponible pour les bailleurs de fonds d une entreprise endettée est égal au cash-flow d une entreprise non endettée, plus l économie fiscale de la dette,,, : Cash-flow disponible pour les bailleurs de fonds D où l équation :,,,, D où : valeur de l entreprise non endettée, valeur de l économie fiscale de la dette valeur de marché des actions ( ) valeur de marché de la dette ( ) Proposition 1 de Modigliani et Miller (1963)

12 Valeur de l entreprise non endettée Analyse financière (Modigliani Miller) Plaçons-nous dans le cas où la dette reste constante Cadre à la Modigliani et Miller Nous savons que la valeur actuelle des flux d économie fiscale, au taux d actualisation est égale à, Proposition 1 Modigliani et Miller, valeur de l entreprise non endettée Comme :, Dette constante,,, devient :,, Remarque : on peut écrire, et, (voir graphique) 12

13 13 Analyse financière (Modigliani Miller) Décomposition de l actif Coût du capital Modigliani Miller VA de l IS VA de l IS VAAF Valeur de l actif Valeur de l entreprise non endettée, Dette Actions Valeur de l entreprise endettée

14 14 Analyse financière (Modigliani Miller) On définit les rentabilités de la valeur de l entreprise non endettée,,, des fonds propres,,, de la dette,,,,,,,, Coût du capital Modigliani Miller,,, Propriété : Modigliani et Miller (1963),,, Généralise le résultat obtenu quand

15 Analyse financière (Modigliani Miller) Démonstration : comme,, il faut démontrer :,,, D après les définitions des rentabilités :,,,,, En remplaçant,,,,, par leurs expressions (équations colorées transparent 11), on obtient :,,,, D après les définitions des rentabilités :,, Coût du capital Modigliani Miller Ce qui donne le résultat attendu 15

16 16 Analyse financière (Modigliani Miller) Le résultat précédent permet d obtenir le taux d actualisation des flux d activité, Flux reçus par les actionnaires d une entreprise non endettée Au dénominateur : valeur d une entreprise non endettée À l équilibre, correspond à la rentabilité des actions On va supposer le flux d activité stationnaire :, D où, valeur actuelle d une rente perpétuelle Coût du capital Modigliani Miller

17 Analyse financière (Modigliani Miller) On peut définir la valeur économique du passif, ce qui est dû aux actionnaires et aux créanciers, comme D où, comme pour les rentabilités de portefeuille, «rentabilité du passif» :,,, Voir raisonnement en l absence d impôt sur les bénéfices des sociétés Pas d hypothèse faite concernant la dette. À ne pas confondre avec la «rentabilité de l actif» Coût du capital Modigliani Miller,, 17

18 18 Analyse financière (Modigliani Miller) Coût du capital Modigliani Miller Flux, valeurs et taux de rentabilité associés à l entreprise non endettée et à l entreprise endettée Relations locales (entre et ) Cadre de Modigliani et Miller (endettement constant) : flux d économie fiscale de l endettement : VAAF, valeur actuelle de l avantage fiscal Entreprise non endettée Entreprise endettée Flux Valeur Taux d actualisation,,,,,, +,,,,,

19 19 Analyse financière (Modigliani Miller) On remarque qu on peut réécrire : Coût du capital Modigliani Miller,,,,,, Soit :,,, Proposition 2 de Modigliani et Miller (1963) Ce qui généralise les résultats antérieurs au cas où

20 20 Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Analyse financière (Modigliani Miller) Définition du coût moyen pondéré du capital Taux d actualisation des cash-flows espérés de l entreprise non endettée tel que valeur de l entreprise endettée Démonstration (cadre MM, flux stationnaires, dette constante, entreprise perpétuelle),, Ventilation des flux de l entreprise non endettée. En prenant les valeurs attendues (espérance)

21 21 Analyse financière (Modigliani Miller) Définition du coût moyen pondéré du capital Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Taux d actualisation des cash-flows espérés de l entreprise non endettée tel que valeur de l entreprise endettée Fin de la démonstration (cadre MM, flux stationnaires, dette constante, entreprise perpétuelle) Comme

22 Analyse financière (Modigliani Miller) CMPC (WACC), MM, version 2, Or,, est le coût du capital Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Taux auquel actualiser les flux d activité espérés pour obtenir la valeur des actifs Ou taux auquel actualiser les flux d activité espérés (après IS) pour obtenir la valeur de l entreprise non endettée 22

23 Analyse financière (Modigliani Miller) Comparaison entre les formules de Modigliani Miller Dans les deux cas, on détermine le taux d actualisation, coût du capital rajusté à appliquer aux cash-flows d un projet financé à par fonds propres, estimé à partir des rentabilités historiques des actions Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller où, Difficulté à déterminer, car n est pas directement estimable (il faut utiliser une formule de «deleveraging» 23

24 Analyse financière (Modigliani Miller) Flux, valeurs et taux de rentabilité associés à l entreprise non endettée et à l entreprise endettée Cadre de Modigliani et Miller (endettement constant, flux stationnaires) Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Flux Valeur Taux d actualisation Entreprise non endettée,, + Entreprise endettée On rappelle que le CMPC est le taux d actualisation permettant de relier valeur de l entreprise endettée et flux de l entreprise endettée 24

25 Analyse financière (Modigliani Miller) Exemple illustratif (WACC GM) Considérons une entreprise industrielle, ici General Motors On trouve que le ratio Dette / Fonds Propres est de 0,96 au troisième trimestre Il s agit ici de données comptables On trouve que le niveau du «price to book» pour GM est d environ Ceci donne On a supposé ici que la valeur de marché de la dette est égale à la valeur inscrite au bilan (comment le vérifier?) 25

26 Analyse financière (Modigliani Miller) Exemple illustratif (WACC GM) Taux sans risque : Prime de risque : (JP Morgan) Le site du Nasdaq nous indique un beta : On retiendra un taux d imposition aux États-Unis de Pour des comparaisons internationales quant aux taux d IS, voir KPMG Les taux des obligations GM sont de l ordre de 5% Le WACC est Toutes les hypothèses sont-elles valides? 26

27 Analyse financière (Modigliani Miller) À droite, le ROE vu par la direction financière de GM Il est intéressant de consulter les rapports trimestriels de General Motors On y trouve des indications sur le WACC de GME GME : General Motors Europe De l ordre de 17%! Comment expliquer la différence avec le chiffre précédent? Pour une analyse financière prospective, voir Les ratios de levier sont comparables aux nôtres, ainsi que le coût de la dette Mais on arrive à un WACC de 13% dû à un expected ROE de 21% Les niveaux irréalistes de ROE attendus ne sont absolument pas en ligne avec les analyses de JP Morgan 27

28 Analyse financière (Modigliani Miller) Utilisation de coûts du capital différenciés par projets? En fonction du risque de chaque projet, ce qu on devrait faire en théorie Chaque projet ou division de l entreprise a son propre beta et sa structure de financement En pratique, les conglomérats diversifiés ont trop tendance à utiliser un WACC unique Ce qui revient à subventionner les divisions de l entreprise les plus risquées au détriment des moins risquées Sur et sous investissements Inefficience des marchés internes de capitaux! Krüger, P., Landier, A., & Thesmar, D. (2011). The WACC fallacy: The real effects of using a unique discount rate. 28

29 Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Analyse financière (Modigliani Miller) La formule de Modigliani Miller (1963) et Hamada (1972) Suppose un niveau de dette constant Comme précédemment, on peut aussi faire l hypothèse d un taux d endettement constant Miles et Ezzell (1980) On obtient alors la formule due notamment à Harris et Pringle (1985) 29

30 30 Financement des investissements Quel taux d endettement (attention au contexte)? Nous avons défini comme étant la fraction de l investissement financé par dette ou. est un taux d endettement initial Endettement rapporté au montant investi et pas à la valeur économique des flux rapportés par l investissement Nous avions antérieurement défini le taux d endettement comme, Ce taux d endettement est aussi noté Selon les conventions retenues dans le livre De Modigliani et Miller à Miles et Ezzell

31 31 Financement des investissements Approche de Modigliani et Miller Calcul de la valeur actuelle de l économie fiscale liée à l endettement Niveau d endettement constant : De Modigliani et Miller à Miles et Ezzell Taux d actualisation des flux d économie fiscale taux d intérêt de la dette = taux sans risque Approche de Miles et Ezzell Taux d endettement constant :,, Cohérent avec l idée d un taux d endettement cible Taux d actualisation des flux d économie fiscale coût d opportunité du capital

32 Financement des investissements Plaçons nous à la date et notons, la valeur de marché d une société non endettée Les flux de trésorerie reçus par les bailleurs de fonds sont égaux à,, Dans le livre, p. 331,, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Supposons que,, avec Les flux d activité, suivent une marche aléatoire est un terme de bruit, appelé aussi innovation et représente l impact de l information nouvelle sur les flux d activité Le concept de marche aléatoire est couramment utilisé en finance de marché et est lié à l efficience informationnelle des marchés. 32

33 Financement des investissements Implications de la dynamique des flux de trésorerie,,,, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,,,, Les flux de trésorerie d activité postérieurs à sont tous d espérance, Les flux de trésorerie reçus par les bailleurs de fonds postérieurs à sont donc tous d espérance, Ceci va simplifier les calculs suivants de valeur actuelle On peut généraliser le modèle précédent au cas où le taux de croissance des flux d activité est d espérance constante. Plus réaliste pour les valeurs de croissance, sans difficulté mathématique particulière, notations plus lourdes 33

34 34 Financement des investissements Calculons maintenant la valeur en de l entreprise non endettée :, Le taux d actualisation à appliquer aux flux reçus par l ensemble des bailleurs de fonds, est donné par Voir transparents précédents Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,,,,,, On peut ainsi relier la valeur de l entreprise non endettée en et le flux de trésorerie,

35 Financement des investissements L évaluation de l avantage fiscal de la dette s est faite jusqu à présent en supposant que la valeur de la dette restait constante On suppose maintenant que le taux d endettement défini par, est constant,,, Taux d endettement courant et pas taux d endettement initial Le taux d endettement est mesuré par rapport à des valeurs de marché (et pas des valeurs comptables) Donc,, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,,,,,, 35

36 Financement des investissements,,,,, L économie fiscale de la dette à la date est donnée par, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell même espérance de flux qu avant Le flux d économie fiscale de la dette est proportionnel au flux d actif C est donc le taux d actualisation des flux d actif qui doit s appliquer, soit Cependant, il y un décalage d une période À la date, le flux payé est proportionnel à, Et non à, Dès la date, on connait le flux payé en 36

37 37 Financement des investissements Calcul de l avantage fiscal de la dette Notons Recevoir, recevoir en, est équivalent à, L échéancier précédent est la somme d un flux immédiat ( ) de payés aux dates en et d une suite de flux futurs La valeur de cette suite de flux futurs est obtenue en actualisant l espérance des cash-flows futurs, soit, (rente perpétuelle) au taux Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,

38 38 Financement des investissements Calcul de l avantage fiscal de la dette (suite et fin) La valeur actuelle de la rente perpétuelle de montant pour un taux d actualisation est égale à Il faut aussi prendre en compte le flux immédiat de L avantage fiscal de la dette est donc égal à Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell formule donnée page 341 dans le livre L avantage fiscal de la dette est plus faible que dans le cas précédent (taux d actualisation plus élevé)

39 39 Financement des investissements On peut donc écrire la valeur actuelle du projet en prenant en compte l économie fiscale de la dette comme On rappelle que Notons, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell, Coût du capital ajusté selon la formule de Miles-Ezzell,

40 Financement des investissements Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Formule de Miles Ezzell Hypothèse : le taux d endettement reste constant : taux d actualisation à appliquer aux cash-flows espérés pour un projet financé à par fonds propres : coût du capital rajusté : Taux d intérêt payé sur la dette (taux sans risque) : fraction de l investissement initialement financé par de la dette : taux d imposition sur les bénéfices des sociétés 40

41 41 Financement des investissements Miles, J. A., & Ezzell, J. R. (1980). Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell The weighted average cost of capital, perfect capital markets, and project life: a clarification. Journal of Financial and Quantitative Analysis La formule telle qu elle apparaît dans l article original Formulation similaire dans Harris et Pringle (1985) Risk-adjusted discount rates-extensions from the average-risk case, Journal of Financial Research

42 Financement des investissements Miles et Ezzell supposent que le taux d endettement est ramené au taux d endettement cible chaque année À l intérieur de chaque année, l endettement reste constant en niveau D où l utilisation du taux pour l actualisation sur l année à venir et le terme correctif Harris et Pringle (1985) supposent que le taux d endettement est maintenu en permanence au niveau du taux cible. Et que la charge d intérêt est payée de manière continue Le terme disparait Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Formule plus simple, mais cadre d analyse différent 42

43 Financement des investissements On peut ainsi considérer différentes politiques d endettement Niveau de dette constant Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Niveau de dette réajusté de manière plus ou moins fréquente pour revenir à un taux d endettement cible Mais on change au passage la fréquence de paiement des intérêts et de l IS (problème de comparabilité) Les méthodes de coût du capital rajusté sont séduisantes mais dangereuses de par leur trompeuse simplicité La méthode de la VAR oblige à une réflexion financière bénéfique Explicitation des flux d économie fiscale et de leur valeur actuelle Autres politiques d endettement : écrêtage de la dette Le caractère réaliste des politiques d endettement est discutable Elles ont un effet en retour sur le risque de défaut et le taux d intérêt 43

44 Exercice : valeur d une entreprise endettée en présence d IS Source : Finance 3 e édition, Pearson Farber, Laurent, Oosterlinck, Pirotte Pages 228 et suivantes La société électrique française (SEF) va prochainement être introduite en Bourse. Vous êtes chargé de déterminer le prix auquel les actions seront vendues. Vous avez rassemblé les données suivantes Résultat d exploitation attendu millions d (perpétuité) Dette : millions d euros (perpétuité) Taux d IS : % Rentabilité exigée en l absence d endettement % Taux d intérêt sans risque % 44

45 Exercice : valeur d une entreprise endettée en présence d IS Calculez la valeur de l entreprise non endettée Déterminez l économie fiscale annuelle résultant de l endettement Quelles sont les valeurs de l entreprise et des actions Quelle est la rentabilité attendue des actions,? Calculez le coût moyen pondéré du capital On rappelle les données Résultat d exploitation attendu : millions d (une perpétuité) Dette : millions d euros (une perpétuité) Taux d IS : % Rentabilité exigée en l absence d endettement % Taux d intérêt sans risque % 45

46 Exercice : valeur d une entreprise endettée en présence d IS Valeur d une entreprise endettée en présence d IS (suite) Calculez la valeur de l entreprise non endettée,,, % millions Déterminez l économie fiscale annuelle résultant de l endettement millions Valeur actuelle de l avantage fiscal est millions Quelles sont les valeurs de l entreprise et des actions? millions E millions 46

47 Exercice Valeur d une entreprise endettée en présence d IS Quelle est la rentabilité attendue des actions,?,,,,,,, Autre approche millions,, 47

48 48 Exercice Valeur d une entreprise endettée en présence d IS Calculez le coût moyen pondéré du capital On est dans le cas standard de MM, dette constante perpétuelle, régime stationnaire Les notations ou, sont utilisées dans les transparents Autre approche,

49 49 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Vous venez de recevoir de nouvelles informations concernant la Société d Électricité (SE) dont vous aimeriez déterminer la valeur Résultat d exploitation attendu millions d (perpétuité) Taux d IS : Rentabilité exigée en l absence d endettement Taux d intérêt sans risque Le conseil d administration vient de déterminer le taux d endettement L objectif est de maintenir le niveau de la dette constant

50 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Calculez le coût moyen pondéré du capital par deux méthodes Déterminer la valeur de l entreprise Quelles sont les valeurs de la dette et des actions Quelle est la valeur de l économie fiscale? millions d Taux d IS : Rentabilité exigée en l absence d endettement Taux d intérêt sans risque taux d endettement 50

51 51 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Calculez le coût moyen pondéré du capital (deux méthodes) Première méthode : formule de Modigliani Miller La seconde méthode

52 52 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré La seconde méthode fait appel à l autre formule de MM Détermination de Détermination de,,,,

53 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Calculer la valeur de l entreprise, % Calculer la valeur de la dette et des actions millions millions E millions Calculer la valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Méthode 1 : millions Méthode 2 :, % millions millions 53

54 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Pour des entreprises à durée de vie infinie Pas de risque de défaut Le taux payé sur la dette est le taux sans risque En cohérence avec l absence de risque de défaut Et le taux sans risque constant : pas de risque de taux d intérêt Niveau de dette constant Modigliani Miller (1963) Taux d endettement constant Miles - Ezzell (1980) Pour les deux politiques d endettement, la valeur de l avantage fiscal de la dette augmente proportionnellement à 54

55 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Ceci implique la recherche d un endettement maximal Financement à 100% par endettement Quand le taux d endettement augmente, les charges d intérêt augmentent On peut raisonner de manière incrémentale L entreprise qui augmente son endettement doit continuer à payer les intérêts de la dette antérieure et payer en outre les intérêts de la dette nouvellement émise Ou directement sur le stock (encours) de dette La charge d intérêt est le produit du montant nominal de la dette et du taux sur encours. Normalement, le taux d intérêt sur encours augmente avec l encours de dette. 55

56 56 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Les charges d intérêt augmentent avec Ceci augmente les flux d économie fiscale de la dette,, taux sur encours défini comme le rapport entre la charge d intérêt et le montant nominal de la dette Tant que l entreprise survit Un endettement excessif augmente la probabilité d une interruption de l activité Et donc d une réduction du nombre de périodes Et que les résultats restent positifs L augmentation des charges d intérêt diminue le résultat imposable qui peut devenir négatif.

57 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Les cash-flows d économie fiscale de la dette ne vont continuer à augmenter avec l endettement que pour des entreprises avec des résultats élevés, peu volatils et pérennes Profil type d une valeur de rendement Dans ce cas, le risque de défaut est faible et le taux d actualisation à appliquer reste proche du taux sans risque Dans le cas contraire où les cash-flows d économie fiscale baissent (en espérance) Le taux d actualisation à appliquer est plus élevé Par exemple, chez MM, le taux de la dette risquée Double peine concernant la valeur de l avantage fiscal Ceci peut conduire à limiter l endettement 57

58 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette En l absence d IS Une modification du taux d endettement n a pas d effet sur la valeur totale des droits détenus par les actionnaires et les créanciers Dans les modèles de M M ou M E, l avantage fiscal de la dette augmente linéairement avec l endettement Un taux d endettement trop élevé peut entraîner des difficultés financières. De ce fait, la valeur actuelle d avantage fiscal de la dette Peut diminuer si l endettement devient excessif 58

59 59 Coûts de faillite Coûts de faillite (bankruptcy costs) Il s agit des coûts liés à la restructuration ou la liquidation d une entreprise en difficulté Ceci inclut les coûts liés à une situation de «détresse financière» Avant le défaut Liées à un endettement trop élevé en regard de la rentabilité de l actif, Ces coûts de «faillite» vont entraîner une réduction de l espérance des flux d activité Impact négatif de l endettement sur les flux d activité Autre effet tendant à limiter l intérêt de l endettement Et contrebalançant l avantage fiscal de l endettement,

60 Coûts de faillite directs Frais de justice, expertises, avocats, conseils Selon Weiss (1990), 3% de la valeur des actifs ou 20% de la valeur des actions, 1 an avant la faillite Données américaines, grandes entreprises Chapitre 11 de la loi sur les faillites régit la réorganisation d entreprises, aux États-Unis Enron 30 millions $ par mois, 750 millions $ au total Worldcom (réorganisation pour devenir MCI) 657 millions $ United Airlines, 8,6 millions $ par mois pour des conseils juridiques et d organisation Lehman Brothers, 1,6 milliards de $ de frais, début 2012 Coûts importants en niveau, mais plus faibles en rapport de la valeur des actifs que l avantage fiscal de l endettement 60

61 Coûts de faillite Coûts de faillite indirects liés à la crainte d une faillite par les partenaires de l entreprise Pertes de clients ou diminution des marges par client Diminution de la valeur des garanties, du service après-vente Exemple déjà cité sur les garanties de longue durée accordée par certaines marques aux acheteurs de leurs véhicules Si une entreprise de ce type connait des difficultés financières, ces garanties seront moins attractives et le paquet «voiture + services attachés» devient moins compétitif Ceci a un effet sur le niveau des ventes et leur profitabilité Certaines entreprises doivent souscrire des assurances : garantie décennale dans le bâtiment Ces coûts d assurance vont également augmenter si l entreprise connaît des difficultés financières Perte de confiance des clients dans la qualité des produits 61

62 62 File d attente devant une agence de Northern Rock Coûts de faillite Coûts de faillite indirects Perte de réputation : Le cas d une banques moindre confiance des clients entreprises des banques ou des clients particuliers ayant des dépôts à terme ou des dépôts à vue au-delà du seuil d assurance des dépôts Les dépôts en devises ne sont pas forcément assurés En cas de crise bancaire systémique, le fonds d assurance des dépôts ou l État du lieu de résidence des déposants ne disposent pas forcément de ressources suffisances Le coût d assurance des dépôts peut augmenter La banque peut chercher à limiter le retrait de dépôts par une meilleure rémunération ou chercher des ressources supplémentaires sur le marché interbancaire (par exemple) Diminution de la marge d intérêt, crise de liquidité Pouvant entraîner la faillite de la banque

63 Coûts de faillite Coûts de faillite indirects Diminution de la palette des fournisseurs Crainte des fournisseurs de ne pas être payés En octobre 2001, les avions de Swissair ont été cloués au sol, faute de pouvoir faire le plein Risque de rupture d approvisionnement Augmentation des prix d achat (moindre pouvoir de négociation) Diminution des délais de paiement : impact négatif sur la trésorerie dans un contexte où elle est déjà dégradée. Augmentation des impayés sur les créances clients Les clients font le pari qu ils ne seront pas relancés ou poursuivis s ils pensent que l entreprise est trop occupée par ailleurs. 63

64 Coûts de faillite Coûts de faillite indirects Départ d employés et difficulté à en recruter de nouveaux Peur de perdre son emploi Sauf à payer des salaires plus élevés Démotivation pour acquérir des expertises spécifiques à l entreprise Pacific Gas and Electric Co a dû mettre la main à la poche pour retenir 17 collaborateurs clés Liquidation forcée des actifs pour améliorer la trésorerie Fire sales, ventes en urgence et au rabais d actifs Vente d avions par une compagnie aérienne en difficulté Rabais de 15 à 40% par rapport aux conditions normales Pulvino (1998, 1999), Kruse (2002) Chiffres similaires pour les actifs financiers des banques 64

Analyse financière (Modigliani Miller) Cours de gestion financière (M1) Analyse financière (Modigliani Miller) Analyse financière (Modigliani Miller)

Analyse financière (Modigliani Miller) Cours de gestion financière (M1) Analyse financière (Modigliani Miller) Analyse financière (Modigliani Miller) Cours de gestion financière (M1) Séance (9) du 27 novembre 2015 Coût Moyen Pondéré du Capital (cadre de Modigliani et Analyse financière () Définition du coût moyen pondéré du capital Taux d actualisation

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Plan de la séance 11. Objectifs pédagogiques. Coûts de faillite

Cours de gestion financière (M1) Plan de la séance 11. Objectifs pédagogiques. Coûts de faillite Cours de gestion financière (M1) Séance 11 du 11 décembre 2015 Analyse économique des droits de propriété des actionnaires et des créanciers Impact de l augmentation du risque sur les choix d investissement

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Non pertinence de la

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

Théorie Financière 2014-2015

Théorie Financière 2014-2015 Théorie Financière 2014-2015 1. Introduction Professeur Kim Oosterlinck E-mail: koosterl@ulb.ac.be Organisation du cours (1/4) Cours = Théorie (24h) + TPs (12h) + ouvrages de référence Cours en français

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Fondements de Finance Programme Grande Ecole Master In Management Chapitre 9. : Le coût du capital et la structure financière Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Préambule La Structure du capital =

Plus en détail

Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ

Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ A quoi sert ce document? Vous faire connaitre une partie de l ensemble des méthodes d évaluation d une entreprise Ne pas faire l apologie d une et une seule

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des actifs et des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Flux d

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Gestion financière des entreprises

Gestion financière des entreprises Gestion financière des entreprises OBJECTIFS PEDAGOGIQUES : 1 - Permettre d'appréhender les états financiers produits par la comptabilité comme des outils retraçant tant l'activité de gestion que la situation

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/9 30/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 2

Plus en détail

Plan de la séance du 13 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeurs comptables et de marché des actifs

Plan de la séance du 13 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeurs comptables et de marché des actifs Cours de gestion financière (M1) Séance (7) du 13 novembre 2015 Comptabilité économique et financière (Modigliani et Miller) Plan de la séance du 13 novembre Comptabilité économique et financière Flux

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

Luxair S.A. Annexe aux comptes annuels 1. Note 1 Généralités. 3.2.2 Immobilisations corporelles

Luxair S.A. Annexe aux comptes annuels 1. Note 1 Généralités. 3.2.2 Immobilisations corporelles Annexe aux comptes annuels 1 Note 1 Généralités La Société Luxembourgeoise de Navigation Aérienne S.A. («LUXAIR»), ci-après la Société, est une société anonyme de droit luxembourgeois, constituée le 9

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Chapitre 3 - L interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3 TABLE DES MATIÈRES Avant-Propos... 3 Finance I. Les bases de l analyse financière... 7 Fiche 1. Introduction à l analyse financière... 9 Fiche 2. Fiche 3. Fiche 4. Fiche 5. Fiche 6. Fiche 7. Fiche 8. Fiche

Plus en détail

La planification financière

La planification financière Chapitre 7 La planification financière Introduction Analyser, classer et sélectionner des projets d investissement en s assurant de leur capacité à créer de la valeur pour l entreprise. Planification financière

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Wacc et risque de défaut Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Stocks, Flux et Actualisation (MM1) Approche de Modigliani-Miller (première version) Approche Théorique Approche Théorique Agrégat Flux

Plus en détail

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification F. Meunier 19 janvier 2015 On précise dans cet article les notions de valorisation d une entreprise par la méthode des flux de trésorerie actualisés

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Chapitre 3 Principes d'évaluation

Chapitre 3 Principes d'évaluation Chapitre 3 Principes d'évaluation I Evaluation des actifs postérieurement à leur date d'entrée (PCG) Introduction : Règles générales concernant les dépréciations A Analyse des actifs autres que les immobilisations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

Introduction aux documents financiers

Introduction aux documents financiers Introduction aux documents financiers 3 questions ==> 3 documents Une photo instantanée : quelle est la situation actuelle de l entreprise? Bilan Deux films : L entreprise a-t-elle vendu à profit? Compte

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

Choix d investissement (VAN et TRI) Cours de gestion financière (M1) Investissement. Choix d investissement. Objectifs pédagogiques

Choix d investissement (VAN et TRI) Cours de gestion financière (M1) Investissement. Choix d investissement. Objectifs pédagogiques Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Choix d investissement (VAN, TRI) Choix d investissement () Objectifs pédagogiques Savoir comment utiliser le MEDAF pour déterminer le taux

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES

4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES 4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES Principe de création de valeur (règle de la VAN) évaluer les cash-flows futurs évaluation d'une action : cash-flow = dividende modèle d'actualisation des dividendes

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Dérivation du modèle Les extensions du modèle Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Marché

Plus en détail

Exemple de sujet d examen

Exemple de sujet d examen Exemple de sujet d examen Durée : 3 heures Table financière et calculatrice scientifique autorisées Les étudiants ont à répondre aux exercices joints Notation : EX 1 (3 pts.) ; EX 2 (5 pts.) EX 3 (6 pts.)

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Les ratios de rentabilité d une entreprise

Les ratios de rentabilité d une entreprise IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Les ratios de rentabilité d une entreprise p. 6/ Visite du fisc : le fisc peut-il entrer chez un contribuable comme bon lui

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2010 1

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2010 1 GROUPE Comptes consolidés Au 31 décembre 2010 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Sommaire. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC

Sommaire. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Approvisionnement énergétique 14 septembre 2015 Explications relatives

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

DEVOIR GESTION FINANCIERE Durée : 4 heures

DEVOIR GESTION FINANCIERE Durée : 4 heures DEVOIR GESTION FINANCIERE Durée : 4 heures Matériel autorisé : Calculatrice de poche à fonctionnement autonome et sans imprimante Le sujet se présente sous la forme de DEUX dossiers indépendants. PREMIER

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros)

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros) L analyse financière Le bilan comptable d une entreprise est un document de synthèse, établi au moins une fois par an, à la fin de l exercice comptable. Il donne un aperçu du patrimoine de l entreprise

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Programme détaillé. FINANCES POUR NON FINANCIER Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h)

Programme détaillé. FINANCES POUR NON FINANCIER Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Programme détaillé FINANCES POUR NON FINANCIER Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

UE6 Finance d entreprise

UE6 Finance d entreprise 1210006 SESSION 2012 UE6 Finance d entreprise Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats Informations financières historiques Compte de résultat consolidé Milliers d'euros Notes 31 mars 2014 31 mars

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail