Cours de gestion financière (M1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de gestion financière (M1)"

Transcription

1 Cours de gestion financière (M1) Séances (8 9) du 14 et du 21 novembre 2014 Modigliani Miller : économie fiscale de l endettement, coût moyen pondéré du capital, approche de Miles et Ezzell, coûts directs et indirects de faillite 1

2 Plan des séances du 14 et du 21 novembre Analyse financière selon Modigliani et Miller Économie fiscale de l endettement Rentabilité de l actif et des éléments du passif Valeur de l entreprise non endettée (financée à 100% par fonds propres) et de l entreprise endettée Taux d actualisation des flux d actif, de passif Coût moyen pondéré du capital Analyse financière et financement des investissements selon Miles et Ezzell Taux d endettement constant au lieu de niveau d endettement constant Coûts de faillite et limites à l endettement Objectifs pédagogiques : maîtriser les raisonnements sousjacents aux calculs financiers 2

3 Économie fiscale de la dette Analyse financière (Modigliani Miller) Synthèse des notations relatives aux cash-flows, : flux de trésorerie d activité Avant paiement de l impôt sur les bénéfices des sociétés Se décompose en flux d exploitation et flux d investissement, : flux nets versés aux actionnaires à la date, : les actionnaires financent l entreprise, : flux nets versés aux créanciers à la date : valeur de marché de la dette financière nette à la date Hypothèse : dette «à court-terme» et sans risque de défaut Emprunt en et remboursement en La valeur nominale de la dette est égale à sa valeur de marché 3

4 Économie fiscale de la dette 4 Analyse financière (Modigliani Miller) Récapitulatif des notations relatives aux cash-flows Dette supposée sans risque de défaut Pour l instant Taux d intérêt :, taux sans risque entre et Similaire au taux sans risque du MEDAF, : flux d intérêt en Dans notre cadre simplifié = charge financière déductible Pour une entreprise payant l impôt sur les bénéfices des sociétés, la réduction d impôt due à la présence de dette est, Le fait que la dette soit exigible en n empêche pas qu elle soit renouvelée Emprunt renouvelé possibilité de dette perpétuelle

5 5 Analyse financière (Modigliani Miller) La réduction d IS est égale à, Démonstration : résultat avant paiement de l IS et avant charges d intérêt : EBIT (Earnings Before Interest and Taxes), taux sur l encours de dette Supposons,, est la charge financière déductible confondue ici avec le flux d intérêt Impôt d une société non endettée : Économie fiscale de la dette Modigliani Miller Impôt d une société endettée :, Économie fiscale :, On n a pas besoin ici de supposer EBIT = flux d activité

6 6 Analyse financière (Modigliani Miller) Dans le cadre fiscal français, que signifie charge financière déductible?

7 7 Analyse financière (Modigliani Miller) Il faut bien prendre en compte les charges financières nettes des produits financiers

8 Analyse financière (Modigliani Miller) Il y a un plafonnement des charges financières déductibles On ne peut déduire que 75% des charges financières Par ailleurs, pour des filiales, on ne peut faire remonter du cash de manière arbitraire via des paiements d intérêt 8

9 Économie fiscale de la dette Modigliani Miller Analyse financière (Modigliani Miller) Récapitulatif des notations relatives aux cash-flows,, : Cash-flows disponibles pour les bailleurs de fonds, actionnaires et créanciers «Régime stationnaire» : flux de trésorerie liés à l exploitation = flux comptables liés à l exploitation flux de trésorerie liés aux investissements (y compris cessions d actifs) = flux comptables liés aux investissements En régime stationnaire,, résultat avant charges d intérêt et IS EBIT Impôt sur les bénéfices, pour la période, : cash-flow d une entreprise non endettée Pour une entreprise endettée, il faut rajouter l économie fiscale de la dette, 9

10 Économie fiscale de la dette Analyse financière (Modigliani Miller) Que se passe-t-il si la dette n est pas à court-terme? L économie fiscale de la dette est égale à charge financière déductible Dans une comptabilité de dette en coût amorti, la charge financière comptable est égale au produit de la valeur de la dette au bilan et du taux effectif Cadre IFRS, pas PCG Que se passe-t-il si l entreprise n est pas en régime stationnaire? L impôt sur les bénéfices des sociétés n est pas égal à, La relation «cash-flow d une entreprise non endettée économie fiscale de la dette,, reste vraie de manière générale 10

11 Économie fiscale de la dette 11 Analyse financière (Modigliani Miller) Le cash-flow disponible pour les bailleurs de fonds d une entreprise endettée est égal au cash-flow d une entreprise non endettée, plus l économie fiscale de la dette,,, : Cash-flow disponible pour les bailleurs de fonds D où l équation :,,,, D où : valeur de l entreprise non endettée, valeur de l économie fiscale de la dette valeur de marché des actions ( ) valeur de marché de la dette ( ) Proposition 1 de Modigliani et Miller (1963)

12 Valeur de l entreprise non endettée Analyse financière (Modigliani Miller) Plaçons-nous dans le cas où la dette reste constante Cadre à la Modigliani et Miller Nous savons que la valeur actuelle des flux d économie fiscale, au taux d actualisation est égale à, Proposition 1 Modigliani et Miller, valeur de l entreprise non endettée Comme :, Dette constante,,, devient :,, Remarque : on peut écrire, et, (voir graphique) 12

13 13 Analyse financière (Modigliani Miller) Décomposition de l actif Coût du capital Modigliani Miller VA de l IS VA de l IS VAAF Valeur de l actif Valeur de l entreprise non endettée, Dette Actions Valeur de l entreprise endettée

14 14 Analyse financière (Modigliani Miller) On définit les rentabilités de la valeur de l entreprise non endettée,,, des fonds propres,,, de la dette,,,,,,,, Coût du capital Modigliani Miller,,, Propriété : Modigliani et Miller (1963),,, Généralise le résultat obtenu quand

15 Analyse financière (Modigliani Miller) Démonstration : comme,, il faut démontrer :,,, D après les définitions des rentabilités :,,,,, En remplaçant,,,,, par leurs expressions (équations colorées transparent 11), on obtient :,,,, D après les définitions des rentabilités :,, Coût du capital Modigliani Miller Ce qui donne le résultat attendu 15

16 16 Analyse financière (Modigliani Miller) Le résultat précédent permet d obtenir le taux d actualisation des flux d activité, Flux reçus par les actionnaires d une entreprise non endettée Au dénominateur : valeur d une entreprise non endettée À l équilibre, correspond à la rentabilité des actions On va supposer le flux d activité stationnaire :, D où, valeur actuelle d une rente perpétuelle Coût du capital Modigliani Miller

17 Analyse financière (Modigliani Miller) On peut définir la valeur économique du passif, ce qui est dû aux actionnaires et aux créanciers, comme D où, comme pour les rentabilités de portefeuille, «rentabilité du passif» :,,, Voir raisonnement en l absence d impôt sur les bénéfices des sociétés Pas d hypothèse faite concernant la dette. À ne pas confondre avec la «rentabilité de l actif» Coût du capital Modigliani Miller,, 17

18 18 Analyse financière (Modigliani Miller) Coût du capital Modigliani Miller Flux, valeurs et taux de rentabilité associés à l entreprise non endettée et à l entreprise endettée Relations locales (entre et ) Cadre de Modigliani et Miller (endettement constant) : flux d économie fiscale de l endettement : VAAF, valeur actuelle de l avantage fiscal Entreprise non endettée Entreprise endettée Flux Valeur Taux d actualisation,,,,,, +,,,,,

19 19 Analyse financière (Modigliani Miller) On remarque qu on peut réécrire : Coût du capital Modigliani Miller,,,,,, Soit :,,, Proposition 2 de Modigliani et Miller (1963) Ce qui généralise les résultats antérieurs au cas où

20 20 Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Analyse financière (Modigliani Miller) Définition du coût moyen pondéré du capital Taux d actualisation des cash-flows espérés de l entreprise non endettée tel que valeur de l entreprise endettée Démonstration (cadre MM, flux stationnaires, dette constante, entreprise perpétuelle),, Ventilation des flux de l entreprise non endettée. En prenant les valeurs attendues (espérance)

21 21 Analyse financière (Modigliani Miller) Définition du coût moyen pondéré du capital Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Taux d actualisation des cash-flows espérés de l entreprise non endettée tel que valeur de l entreprise endettée Fin de la démonstration (cadre MM, flux stationnaires, dette constante, entreprise perpétuelle) Comme

22 Analyse financière (Modigliani Miller) CMPC (WACC), MM, version 2, Or,, est le coût du capital Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Taux auquel actualiser les flux d activité espérés pour obtenir la valeur des actifs Ou taux auquel actualiser les flux d activité espérés (après IS) pour obtenir la valeur de l entreprise non endettée 22

23 Analyse financière (Modigliani Miller) Comparaison entre les formules de Modigliani Miller Dans les deux cas, on détermine le taux d actualisation, coût du capital rajusté à appliquer aux cash-flows d un projet financé à par fonds propres, estimé à partir des rentabilités historiques des actions Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller où, Difficulté à déterminer, car n est pas directement estimable (il faut utiliser une formule de «deleveraging» 23

24 Analyse financière (Modigliani Miller) Flux, valeurs et taux de rentabilité associés à l entreprise non endettée et à l entreprise endettée Cadre de Modigliani et Miller (endettement constant, flux stationnaires) Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Flux Valeur Taux d actualisation Entreprise non endettée,, + Entreprise endettée On rappelle que le CMPC est le taux d actualisation permettant de relier valeur de l entreprise endettée et flux de l entreprise endettée 24

25 Analyse financière (Modigliani Miller) Exemple illustratif (WACC GM) Considérons une entreprise industrielle, ici General Motors On trouve que le ratio Dette / Fonds Propres est de 0,96 au troisième trimestre Il s agit ici de données comptables On trouve que le niveau du «price to book» pour GM est d environ Ceci donne On a supposé ici que la valeur de marché de la dette est égale à la valeur inscrite au bilan (comment le vérifier?) 25

26 Analyse financière (Modigliani Miller) Exemple illustratif (WACC GM) Taux sans risque : Prime de risque : (JP Morgan) Le site du Nasdaq nous indique un beta : On retiendra un taux d imposition aux États-Unis de Pour des comparaisons internationales quant aux taux d IS, voir KPMG Les taux des obligations GM sont de l ordre de 5% Le WACC est Toutes les hypothèses sont-elles valides? 26

27 Analyse financière (Modigliani Miller) À droite, le ROE vu par la direction financière de GM Il est intéressant de consulter les rapports trimestriels de General Motors On y trouve des indications sur le WACC de GME GME : General Motors Europe De l ordre de 17%! Comment expliquer la différence avec le chiffre précédent? Pour une analyse financière prospective, voir Les ratios de levier sont comparables aux nôtres, ainsi que le coût de la dette Mais on arrive à un WACC de 13% dû à un expected ROE de 21% Les niveaux irréalistes de ROE attendus ne sont absolument pas en ligne avec les analyses de JP Morgan 27

28 Analyse financière (Modigliani Miller) Utilisation de coûts du capital différenciés par projets? En fonction du risque de chaque projet, ce qu on devrait faire en théorie Chaque projet ou division de l entreprise a son propre beta et sa structure de financement En pratique, les conglomérats diversifiés ont trop tendance à utiliser un WACC unique Ce qui revient à subventionner les divisions de l entreprise les plus risquées au détriment des moins risquées Sur et sous investissements Inefficience des marchés internes de capitaux! Krüger, P., Landier, A., & Thesmar, D. (2011). The WACC fallacy: The real effects of using a unique discount rate. 28

29 Coût moyen pondéré du capital Modigliani Miller Analyse financière (Modigliani Miller) La formule de Modigliani Miller (1963) et Hamada (1972) Suppose un niveau de dette constant Comme précédemment, on peut aussi faire l hypothèse d un taux d endettement constant Miles et Ezzell (1980) On obtient alors la formule due notamment à Harris et Pringle (1985) 29

30 30 Financement des investissements Quel taux d endettement (attention au contexte)? Nous avons défini comme étant la fraction de l investissement financé par dette ou. est un taux d endettement initial Endettement rapporté au montant investi et pas à la valeur économique des flux rapportés par l investissement Nous avions antérieurement défini le taux d endettement comme, Ce taux d endettement est aussi noté Selon les conventions retenues dans le livre De Modigliani et Miller à Miles et Ezzell

31 31 Financement des investissements Approche de Modigliani et Miller Calcul de la valeur actuelle de l économie fiscale liée à l endettement Niveau d endettement constant : De Modigliani et Miller à Miles et Ezzell Taux d actualisation des flux d économie fiscale taux d intérêt de la dette = taux sans risque Approche de Miles et Ezzell Taux d endettement constant :,, Cohérent avec l idée d un taux d endettement cible Taux d actualisation des flux d économie fiscale coût d opportunité du capital

32 Financement des investissements Plaçons nous à la date et notons, la valeur de marché d une société non endettée Les flux de trésorerie reçus par les bailleurs de fonds sont égaux à,, Dans le livre, p. 331,, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Supposons que,, avec Les flux d activité, suivent une marche aléatoire est un terme de bruit, appelé aussi innovation et représente l impact de l information nouvelle sur les flux d activité Le concept de marche aléatoire est couramment utilisé en finance de marché et est lié à l efficience informationnelle des marchés. 32

33 Financement des investissements Implications de la dynamique des flux de trésorerie,,,, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,,,, Les flux de trésorerie d activité postérieurs à sont tous d espérance, Les flux de trésorerie reçus par les bailleurs de fonds postérieurs à sont donc tous d espérance, Ceci va simplifier les calculs suivants de valeur actuelle On peut généraliser le modèle précédent au cas où le taux de croissance des flux d activité est d espérance constante. Plus réaliste pour les valeurs de croissance, sans difficulté mathématique particulière, notations plus lourdes 33

34 34 Financement des investissements Calculons maintenant la valeur en de l entreprise non endettée :, Le taux d actualisation à appliquer aux flux reçus par l ensemble des bailleurs de fonds, est donné par Voir transparents précédents Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,,,,,, On peut ainsi relier la valeur de l entreprise non endettée en et le flux de trésorerie,

35 Financement des investissements L évaluation de l avantage fiscal de la dette s est faite jusqu à présent en supposant que la valeur de la dette restait constante On suppose maintenant que le taux d endettement défini par, est constant,,, Taux d endettement courant et pas taux d endettement initial Le taux d endettement est mesuré par rapport à des valeurs de marché (et pas des valeurs comptables) Donc,, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,,,,,, 35

36 Financement des investissements,,,,, L économie fiscale de la dette à la date est donnée par, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell même espérance de flux qu avant Le flux d économie fiscale de la dette est proportionnel au flux d actif C est donc le taux d actualisation des flux d actif qui doit s appliquer, soit Cependant, il y un décalage d une période À la date, le flux payé est proportionnel à, Et non à, Dès la date, on connait le flux payé en 36

37 37 Financement des investissements Calcul de l avantage fiscal de la dette Notons Recevoir, recevoir en, est équivalent à, L échéancier précédent est la somme d un flux immédiat ( ) de payés aux dates en et d une suite de flux futurs La valeur de cette suite de flux futurs est obtenue en actualisant l espérance des cash-flows futurs, soit, (rente perpétuelle) au taux Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell,

38 38 Financement des investissements Calcul de l avantage fiscal de la dette (suite et fin) La valeur actuelle de la rente perpétuelle de montant pour un taux d actualisation est égale à Il faut aussi prendre en compte le flux immédiat de L avantage fiscal de la dette est donc égal à Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell formule donnée page 341 dans le livre L avantage fiscal de la dette est plus faible que dans le cas précédent (taux d actualisation plus élevé)

39 39 Financement des investissements On peut donc écrire la valeur actuelle du projet en prenant en compte l économie fiscale de la dette comme On rappelle que Notons, Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell, Coût du capital ajusté selon la formule de Miles-Ezzell,

40 Financement des investissements Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Formule de Miles Ezzell Hypothèse : le taux d endettement reste constant : taux d actualisation à appliquer aux cash-flows espérés pour un projet financé à par fonds propres : coût du capital rajusté : Taux d intérêt payé sur la dette (taux sans risque) : fraction de l investissement initialement financé par de la dette : taux d imposition sur les bénéfices des sociétés 40

41 41 Financement des investissements Miles, J. A., & Ezzell, J. R. (1980). Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell The weighted average cost of capital, perfect capital markets, and project life: a clarification. Journal of Financial and Quantitative Analysis La formule telle qu elle apparaît dans l article original Formulation similaire dans Harris et Pringle (1985) Risk-adjusted discount rates-extensions from the average-risk case, Journal of Financial Research

42 Financement des investissements Miles et Ezzell supposent que le taux d endettement est ramené au taux d endettement cible chaque année À l intérieur de chaque année, l endettement reste constant en niveau D où l utilisation du taux pour l actualisation sur l année à venir et le terme correctif Harris et Pringle (1985) supposent que le taux d endettement est maintenu en permanence au niveau du taux cible. Et que la charge d intérêt est payée de manière continue Le terme disparait Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Formule plus simple, mais cadre d analyse différent 42

43 Financement des investissements On peut ainsi considérer différentes politiques d endettement Niveau de dette constant Coût du Capital Rajusté Formule de Miles Ezzell Niveau de dette réajusté de manière plus ou moins fréquente pour revenir à un taux d endettement cible Mais on change au passage la fréquence de paiement des intérêts et de l IS (problème de comparabilité) Les méthodes de coût du capital rajusté sont séduisantes mais dangereuses de par leur trompeuse simplicité La méthode de la VAR oblige à une réflexion financière bénéfique Explicitation des flux d économie fiscale et de leur valeur actuelle Autres politiques d endettement : écrêtage de la dette Le caractère réaliste des politiques d endettement est discutable Elles ont un effet en retour sur le risque de défaut et le taux d intérêt 43

44 Exercice : valeur d une entreprise endettée en présence d IS Source : Finance 3 e édition, Pearson Farber, Laurent, Oosterlinck, Pirotte Pages 228 et suivantes La société électrique française (SEF) va prochainement être introduite en Bourse. Vous êtes chargé de déterminer le prix auquel les actions seront vendues. Vous avez rassemblé les données suivantes Résultat d exploitation attendu millions d (perpétuité) Dette : millions d euros (perpétuité) Taux d IS : % Rentabilité exigée en l absence d endettement % Taux d intérêt sans risque % 44

45 Exercice : valeur d une entreprise endettée en présence d IS Calculez la valeur de l entreprise non endettée Déterminez l économie fiscale annuelle résultant de l endettement Quelles sont les valeurs de l entreprise et des actions Quelle est la rentabilité attendue des actions,? Calculez le coût moyen pondéré du capital On rappelle les données Résultat d exploitation attendu : millions d (une perpétuité) Dette : millions d euros (une perpétuité) Taux d IS : % Rentabilité exigée en l absence d endettement % Taux d intérêt sans risque % 45

46 Exercice : valeur d une entreprise endettée en présence d IS Valeur d une entreprise endettée en présence d IS (suite) Calculez la valeur de l entreprise non endettée,,, % millions Déterminez l économie fiscale annuelle résultant de l endettement millions Valeur actuelle de l avantage fiscal est millions Quelles sont les valeurs de l entreprise et des actions? millions E millions 46

47 Exercice Valeur d une entreprise endettée en présence d IS Quelle est la rentabilité attendue des actions,?,,,,,,, Autre approche millions,, 47

48 48 Exercice Valeur d une entreprise endettée en présence d IS Calculez le coût moyen pondéré du capital On est dans le cas standard de MM, dette constante perpétuelle, régime stationnaire Les notations ou, sont utilisées dans les transparents Autre approche,

49 49 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Vous venez de recevoir de nouvelles informations concernant la Société d Électricité (SE) dont vous aimeriez déterminer la valeur Résultat d exploitation attendu millions d (perpétuité) Taux d IS : Rentabilité exigée en l absence d endettement Taux d intérêt sans risque Le conseil d administration vient de déterminer le taux d endettement L objectif est de maintenir le niveau de la dette constant

50 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Calculez le coût moyen pondéré du capital par deux méthodes Déterminer la valeur de l entreprise Quelles sont les valeurs de la dette et des actions Quelle est la valeur de l économie fiscale? millions d Taux d IS : Rentabilité exigée en l absence d endettement Taux d intérêt sans risque taux d endettement 50

51 51 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Calculez le coût moyen pondéré du capital (deux méthodes) Première méthode : formule de Modigliani Miller La seconde méthode

52 52 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré La seconde méthode fait appel à l autre formule de MM Détermination de Détermination de,,,,

53 Exercice : calculer la valeur d une entreprise endettée sur la base du coût moyen pondéré Calculer la valeur de l entreprise, % Calculer la valeur de la dette et des actions millions millions E millions Calculer la valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Méthode 1 : millions Méthode 2 :, % millions millions 53

54 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Pour des entreprises à durée de vie infinie Pas de risque de défaut Le taux payé sur la dette est le taux sans risque En cohérence avec l absence de risque de défaut Et le taux sans risque constant : pas de risque de taux d intérêt Niveau de dette constant Modigliani Miller (1963) Taux d endettement constant Miles - Ezzell (1980) Pour les deux politiques d endettement, la valeur de l avantage fiscal de la dette augmente proportionnellement à 54

55 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Ceci implique la recherche d un endettement maximal Financement à 100% par endettement Quand le taux d endettement augmente, les charges d intérêt augmentent On peut raisonner de manière incrémentale L entreprise qui augmente son endettement doit continuer à payer les intérêts de la dette antérieure et payer en outre les intérêts de la dette nouvellement émise Ou directement sur le stock (encours) de dette La charge d intérêt est le produit du montant nominal de la dette et du taux sur encours. Normalement, le taux d intérêt sur encours augmente avec l encours de dette. 55

56 56 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Les charges d intérêt augmentent avec Ceci augmente les flux d économie fiscale de la dette,, taux sur encours défini comme le rapport entre la charge d intérêt et le montant nominal de la dette Tant que l entreprise survit Un endettement excessif augmente la probabilité d une interruption de l activité Et donc d une réduction du nombre de périodes Et que les résultats restent positifs L augmentation des charges d intérêt diminue le résultat imposable qui peut devenir négatif.

57 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Les cash-flows d économie fiscale de la dette ne vont continuer à augmenter avec l endettement que pour des entreprises avec des résultats élevés, peu volatils et pérennes Profil type d une valeur de rendement Dans ce cas, le risque de défaut est faible et le taux d actualisation à appliquer reste proche du taux sans risque Dans le cas contraire où les cash-flows d économie fiscale baissent (en espérance) Le taux d actualisation à appliquer est plus élevé Par exemple, chez MM, le taux de la dette risquée Double peine concernant la valeur de l avantage fiscal Ceci peut conduire à limiter l endettement 57

58 Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette Valeur actuelle de l avantage fiscal de la dette En l absence d IS Une modification du taux d endettement n a pas d effet sur la valeur totale des droits détenus par les actionnaires et les créanciers Dans les modèles de M M ou M E, l avantage fiscal de la dette augmente linéairement avec l endettement Un taux d endettement trop élevé peut entraîner des difficultés financières. De ce fait, la valeur actuelle d avantage fiscal de la dette Peut diminuer si l endettement devient excessif 58

59 59 Coûts de faillite Coûts de faillite (bankruptcy costs) Il s agit des coûts liés à la restructuration ou la liquidation d une entreprise en difficulté Ceci inclut les coûts liés à une situation de «détresse financière» Avant le défaut Liées à un endettement trop élevé en regard de la rentabilité de l actif, Ces coûts de «faillite» vont entraîner une réduction de l espérance des flux d activité Impact négatif de l endettement sur les flux d activité Autre effet tendant à limiter l intérêt de l endettement Et contrebalançant l avantage fiscal de l endettement,

60 Coûts de faillite directs Frais de justice, expertises, avocats, conseils Selon Weiss (1990), 3% de la valeur des actifs ou 20% de la valeur des actions, 1 an avant la faillite Données américaines, grandes entreprises Chapitre 11 de la loi sur les faillites régit la réorganisation d entreprises, aux États-Unis Enron 30 millions $ par mois, 750 millions $ au total Worldcom (réorganisation pour devenir MCI) 657 millions $ United Airlines, 8,6 millions $ par mois pour des conseils juridiques et d organisation Lehman Brothers, 1,6 milliards de $ de frais, début 2012 Coûts importants en niveau, mais plus faibles en rapport de la valeur des actifs que l avantage fiscal de l endettement 60

61 Coûts de faillite Coûts de faillite indirects liés à la crainte d une faillite par les partenaires de l entreprise Pertes de clients ou diminution des marges par client Diminution de la valeur des garanties, du service après-vente Exemple déjà cité sur les garanties de longue durée accordée par certaines marques aux acheteurs de leurs véhicules Si une entreprise de ce type connait des difficultés financières, ces garanties seront moins attractives et le paquet «voiture + services attachés» devient moins compétitif Ceci a un effet sur le niveau des ventes et leur profitabilité Certaines entreprises doivent souscrire des assurances : garantie décennale dans le bâtiment Ces coûts d assurance vont également augmenter si l entreprise connaît des difficultés financières Perte de confiance des clients dans la qualité des produits 61

62 62 File d attente devant une agence de Northern Rock Coûts de faillite Coûts de faillite indirects Perte de réputation : Le cas d une banques moindre confiance des clients entreprises des banques ou des clients particuliers ayant des dépôts à terme ou des dépôts à vue au-delà du seuil d assurance des dépôts Les dépôts en devises ne sont pas forcément assurés En cas de crise bancaire systémique, le fonds d assurance des dépôts ou l État du lieu de résidence des déposants ne disposent pas forcément de ressources suffisances Le coût d assurance des dépôts peut augmenter La banque peut chercher à limiter le retrait de dépôts par une meilleure rémunération ou chercher des ressources supplémentaires sur le marché interbancaire (par exemple) Diminution de la marge d intérêt, crise de liquidité Pouvant entraîner la faillite de la banque

63 Coûts de faillite Coûts de faillite indirects Diminution de la palette des fournisseurs Crainte des fournisseurs de ne pas être payés En octobre 2001, les avions de Swissair ont été cloués au sol, faute de pouvoir faire le plein Risque de rupture d approvisionnement Augmentation des prix d achat (moindre pouvoir de négociation) Diminution des délais de paiement : impact négatif sur la trésorerie dans un contexte où elle est déjà dégradée. Augmentation des impayés sur les créances clients Les clients font le pari qu ils ne seront pas relancés ou poursuivis s ils pensent que l entreprise est trop occupée par ailleurs. 63

64 Coûts de faillite Coûts de faillite indirects Départ d employés et difficulté à en recruter de nouveaux Peur de perdre son emploi Sauf à payer des salaires plus élevés Démotivation pour acquérir des expertises spécifiques à l entreprise Pacific Gas and Electric Co a dû mettre la main à la poche pour retenir 17 collaborateurs clés Liquidation forcée des actifs pour améliorer la trésorerie Fire sales, ventes en urgence et au rabais d actifs Vente d avions par une compagnie aérienne en difficulté Rabais de 15 à 40% par rapport aux conditions normales Pulvino (1998, 1999), Kruse (2002) Chiffres similaires pour les actifs financiers des banques 64

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Théorie Financière 2014-2015

Théorie Financière 2014-2015 Théorie Financière 2014-2015 1. Introduction Professeur Kim Oosterlinck E-mail: koosterl@ulb.ac.be Organisation du cours (1/4) Cours = Théorie (24h) + TPs (12h) + ouvrages de référence Cours en français

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Fondements de Finance Programme Grande Ecole Master In Management Chapitre 9. : Le coût du capital et la structure financière Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Préambule La Structure du capital =

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 SCHNEIDER ELECTRIC - 2014 1 SOMMAIRE Comptes consolidés au 31 décembre 2014... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider Partie V Structure financière et valeur de l entreprise Chapitre 14 La structure financière en marchés parfaits Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit

Plus en détail

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Objectifs de la session. Comprendre les calculs de Valeur Actuelle (VA, Present Value, PV) Formule générale, facteur d actualisation (discount

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Séance (6) du 24 octobre 2014 Choix d investissement, VAN, TRI

Cours de gestion financière (M1) Séance (6) du 24 octobre 2014 Choix d investissement, VAN, TRI Cours de gestion financière (M1) Séance (6) du 24 octobre 2014 Choix d investissement, VAN, TRI 1 2 Décision financière des entreprises Plan de la séance du 24 octobre Chapitres 6 et 7 du livre Cas avec

Plus en détail

Cegedim : Le retour à une croissance solide se confirme

Cegedim : Le retour à une croissance solide se confirme SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

La gestion budgétaire

La gestion budgétaire Partie 3 1. Prévisions financières 1.1. Gestion budgétaire 1.2. Elaboration d un «business plan» 1.3. Influence des marchés financiers La gestion budgétaire Cette technique permet de «garder le cap» pour

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Cegedim : Une année 2014 stratégique

Cegedim : Une année 2014 stratégique SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière annuelle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée Auditée

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER Concession d un terminal à conteneurs avec adossement 1/ CONSEILS PREALABLES A L UTILISATION DU MODELE Logiciel requis : Excel 2000 pour PC Données

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Comment évaluer son entreprise dans un contexte de crise?

Comment évaluer son entreprise dans un contexte de crise? IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Comment évaluer son entreprise dans un contexte de crise? p. 5/ L avis CNC 2011/23 relatif au traitement comptable des contrats

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. La théorie de la valeur... 20 A. Les notions de base de mathématiques financières... 20 B. Les annuités constantes...

TABLE DES MATIÈRES. II. La théorie de la valeur... 20 A. Les notions de base de mathématiques financières... 20 B. Les annuités constantes... TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La valeur et le temps... 15 I. De la difficulté d estimer la valeur d un bien... 15 A. La valeur est une rente... 16 B. La valeur est un retour sur investissement... 18 II.

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES Objet de la séance 5: les séances précédentes

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

(10 points) ACIIA Questions Examen Final I Mars 2006 page 1 / 11

(10 points) ACIIA Questions Examen Final I Mars 2006 page 1 / 11 Question 1: Economie (40 points) a) Depuis ces dernières années, la Chine connaît de très forts taux de croissance de son produit intérieur brut (GDP) et de ses exportations. Dans le même temps, la Chine

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 11. Politique de dividende Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 11. Dividendes Printemps 2011 1 / 39 Plan I Introduction II Les modalités de rémunération des

Plus en détail

Quel financement pour les PME? 7 recommandations de base pour l entrepreneur en recherche de financement externe

Quel financement pour les PME? 7 recommandations de base pour l entrepreneur en recherche de financement externe Quel financement pour les PME? 7 recommandations de base pour l entrepreneur en recherche de financement externe TRANSMISSION D'ENTREPRISE Remise au sein de la famille Séparation du capital et du management

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Dérivation du modèle Les extensions du modèle Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Marché

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

L interprétation des documents financiers et la planification financière

L interprétation des documents financiers et la planification financière 73 CHAPITRE 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière OBJECTIFS Comparer les visions économique et comptable de l entreprise. Montrer comment l information comptable peut

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes.

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes. Plan Intérêts 1 Intérêts 2 3 4 5 6 7 Retour au menu général Intérêts On place un capital C 0 à intérêts simples de t% par an : chaque année une somme fixe s ajoute au capital ; cette somme est calculée

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 30 juin 2015 IFRS - Information Réglementée - Auditée

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES Plan Introduction Partie 1: Rappel des principales méthodes d évaluation financière Partie 2: la méthode Discounted Cash Flow Partie 3: la méthode des

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse.

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. 12 mars 2004 Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. L Offre et la diffusion au public de la note d information restent

Plus en détail

Calcul d analyse financière

Calcul d analyse financière Calcul d analyse financière Version du 1 er octobre 2014 Cette fiche s'adresse aux services de l État mandatés pour mener une analyse financière et est susceptible de contribuer à la définition du niveau

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA SCISSION SUR LA VALEUR DES APPORTS

RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA SCISSION SUR LA VALEUR DES APPORTS APPORT DE LA BRANCHE D ACTIVITE «GESTIONS DES FLUIDES» RELATIVE A LA CONCEPTION ET A LA FABRICATION DE POCHES A USAGE UNIQUE ET CONTAINERS, EXPLOITEE PAR SARTORIUS STEDIM BIOTECH AU PROFIT DE SARTORIUS

Plus en détail

En cours d homologation

En cours d homologation 1 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION En cours d homologation REGLEMENT N 2015-05 DU 2 JUILLET 2015 relatif aux instruments financiers à terme et aux opérations de couverture PREAMBULE

Plus en détail

Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS

Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS CONFERENCE IMA DU 5 AVRIL 2006 Jean-Pierre COLLE et Raphaël JACQUEMARD Associés KPMG 1 Introduction Jusqu à une période récente et

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail