Dossier de presse 25 septembre Partenaire de l

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l"

Transcription

1 Dossier de presse 25 septembre 2013 Partenaire de l

2 Communiqué de presse Une fédération pour défendre les entreprises de titres-services Les titres-services connaissent un succès croissant. Près d un habitant sur dix les utilisent pour ses tâches ménagères, régularisant ainsi des activités précédemment réalisées en noir. Grâce au système, des entreprises ont pu être créées, recensées en 2012, générant de l emploi. Environ personnes travaillent dans les entreprises titre-service, ce qui représente 4,3 % de l emploi salarié en Belgique. Aujourd hui, le secteur suffoque. Soumises à des règles budgétaires de plus en plus strictes, des entreprises, même sainement gérées, sont mises à mal. Pour attirer l attention des pouvoirs publics sur les enjeux de leur secteur, les entreprises actives dans ce domaine ont décidé de créer l Union des entreprises de titres-services (Unitis). Les entreprises actives dans les titres-services ont dû s adapter aux changements. Le système des titres-services, conçu en 2001, a été revu à plusieurs reprises, notamment en ce qui concerne la valeur du titre, la déduction fiscale ou le montant du remboursement à l entreprise. La réglemention a également évolué. Depuis août 2012, les entreprises ont notamment l obligation de respecter un quota de 60 % d engagement de chômeurs complets indemnisés et/ou de bénéficiaires d un revenu d intégration. Ces mesures ont clairement un impact sur la rentabilité et donc la viabilité des entreprises. Les nouvelles règles applicables à partir de 2014 vont encore fragiliser un secteur pourtant porteur d emploi. Les chiffres de création de nouvelles entreprises et de faillites dans le secteur le démontrent. Le nombre d entreprises titres-services a crû chaque année de 5 à 12 % entre 2004 et En 2012, cette croissance se tasse. Il y avait entreprises en 2011 pour en 2012, soit moins d un demi-pourcent. Le nombre d'entreprises de titres-services en faillite a doublé en un an de temps et quadruplé sur une période de deux ans. Il y a eu 16 faillites en 2010, 29 en 2011, et 64 en 2012, plus de mille travailleurs ont ainsi perdu leur emploi dans ce secteur l'année dernière. Les chiffres du premier trimestre 2013 sont encore pires. Plus de 100 faillites ont été recensées pour le premier trimestre. Indexation et régionalisation Les entreprises sont en effet financièrement mises sous pression. Elles subissent l indexation automatique des salaires alors que le montant de l intervention fédérale n est que partiellement indexée. Ainsi, entre 2006 et 2011, le salaire horaire moyen brut d un travailleur du secteur a augmenté de plus de 20 % (25 % si l on tient compte de l ensemble des frais) alors que la valeur de remboursement d un titre à augmenter à peine de 4,9 % Autre enjeu crucial : celui de la régionalisation. L accord institutionnel d octobre 2011 prévoit la régionalisation des titres-services, en maintenant les aspects liés au droit du travail, au fédéral. Il prévoit également le transfert des financements liés aux titres-services de la sécurité sociale (1,444 millions d euros) et au crédit d impôts (131 millions d euros). Le transfert du dispositif va modifier la répartition des coûts, qui deviendront essentiellement régionaux, et des retours, qui resteront essentiellement fédéraux (diminution des allocations de chômage, accroissement des recettes de cotisations sociales).

3 Dans l état actuel des choses, la Région wallonne pourrait organiser un système similaire à celui existant. Elle disposera dans le cadre du transfert de moyens financiers suffisants dans les premières années. Pour Bruxelles, la situation sera problématique dès le transfert. Selon la clé de répartition IPP, le montant transféré (133,9 Millions d euros, soit 8,5 % de l assiette totale), est inférieur aux besoins du système des titres acquis par des Bruxellois (environ 12 %). La croissance attendue du dispositif accentuera le manque de moyens. Création et priorités d Unitis En raison de difficultés et enjeux du secteur mais aussi pour assurer la pérennité du système, les entreprises actives dans les titres-services ont décidé de s unir. Une fédération nationale a vu le jour : Unitis (Union des entreprises de titres-services). Unitis porte d une seule voix les revendications des entreprises actives dans le secteur. Unitis a pour ambition de défendre et de représenter spécifiquement les intérêts des entreprises de titresservices et a élaboré dix priorités : 1. Dans le cadre de la future régionalisation, assurer la pérennité du système des titresservices tout en garantissant une maîtrise budgétaire du dispositif 2. Maintenir le prix du titre et la déductibilité fiscale tels que prévus au 1 er janvier Toute nouvelle restriction mettrait en péril le secteur 3. Prendre en considération l indexation des salaires dans la valeur totale du titre sans pénaliser l utilisateur 4. Obtenir des moyens supplémentaires pour financer le passage au statut unique notamment l impact de la suppression du jour de carence et l extension des délais de préavis. 5. Sauvegarder l accès au marché des titres-services pour l ensemble des acteurs. Le financement des titres-services se justifie au regard de ses objectifs et de ses résultats 6. Travailler sur les modalités de recrutement des demandeurs d emploi notamment la modernisation de la règle des 60 % (obligation d engager des chômeurs complets indemnisés ou bénéficiaires d un revenu d intégration) 7. Simplifier les procédures administratives existantes relatives à certains types de groupescibles (ex : familles monoparentales, handicapés, fonctionnaires européens, ) 8. Soutenir la professionnalisation du secteur notamment par le développement d une charte de qualité 9. Améliorer la qualité des emplois des travailleurs. Il faut simplifier les conditions d accès au fonds de formation titres-services et augmenter les moyens de financement du personnel employé d encadrement 10. Encourager le recours aux aides à la gestion et à la formation des entrepreneurs: prime conseil, chèques formation, etc.

4 I. Contexte 1. Création d un système Le système des titres-services, instauré par la loi du 20 juillet 2001, a été lancé de manière effective en Il trouve son origine dans un accord de coopération relatif à l économie sociale, conclu le 4 juillet 2000 entre l État fédéral et les Régions. Cet accord visait notamment à soutenir les services de proximité qui créeraient des emplois stables. Au départ, le système était cofinancé par l État et par les Régions. En 2004, l État a décidé d intensifier le système, et l a pris intégralement à sa charge. Actuellement, le système des titres-services est donc entièrement fédéral mais sera régionalisé dans le cadre de la 6 ème réforme de l Etat. 2. Quels services? Les titres-services permettent à des particuliers de payer une entreprise agréée pour une aide de nature ménagère, soit : 1. le nettoyage du domicile y compris les vitres, la lessive et le repassage, les petits travaux de couture occasionnels, la préparation de repas; 2. les activités en dehors du lieu de résidence de l'utilisateur : les activités de courses ménagères, le transport accompagné de personnes à mobilité réduite, le repassage, y compris le raccommodage du linge à repasser. 3. Le triple objectif du système Répondre à une demande des particuliers souhaitant une aide pour différentes tâches ménagères et, ce, de manière administrativement simple et à un prix concurrentiel, pour l utilisateur des services, par rapport au prix qu il payerait normalement dans le circuit en noir ou gris ; La création d emplois permettant à des demandeurs d emploi ou des personnes peu qualifiées, d effectuer des activités sous un statut de travailleur, leur garantissant des conditions de travail et de rémunération décentes et liés par contrat de travail à une entreprise agréée ; La lutte contre le travail au noir dans le secteur des tâches ménagères. 4. Comment ça marche? L Onem confie l émission de titres-services à une entreprise émettrice privée. Celle-ci assure la livraison des titres auprès des utilisateurs et le paiement des titres utilisés aux entreprises prestataires. L Onem assure le suivi de ce marché public. L utilisateur paie le chèque, donc l heure de travail, 8,50 euros. Les sommes qu il a déboursées sont déductibles de ses impôts, à concurrence de 30 %, avec un plafond. On estime en général que le coût réel pour l utilisateur est de l ordre de 5,95 euros par heure de travail. L entreprise titre-service obtient auprès de la société émettrice le remboursement du titre, à raison de 22,04 euros. La différence entre ce montant et le prix payé par l utilisateur est payée par l Onem pour le compte de l État (13,54 euros). L Onem paie également à la société émettrice une indemnité pour les frais d émission et de remboursement des chèques.

5 Source : UCM-Service d études 5. Evolution du système Le système des titres-services a connu plusieurs changements, notamment en ce qui concerne la valeur du titre, la déduction fiscale ou le montant du remboursement à l entreprise. Initialement, la valeur faciale du titre-service était de 6,7 euros. Elle est ensuite passée à 7,5 euros. Depuis le 1 er janvier 2013, le prix d achat est de 8,5 euros et le nombre de titres a été limité à par ménage et 500 par personne. Le 1er juillet 2013, le montant maximal sur lequel porte la déduction fiscale pour les titresservices a été limité à EUR (920 EUR non indexé) par personne et par an. Une exception est toutefois prévue pour les dépenses réalisées avant le 1er juillet 2013, de sorte que pour ces dépenses la déduction fiscale est encore possible jusqu à euros (1.810 euro non indexé). A partir du 1er janvier 2014, le prix d'achat d'un titre-service passera de 8,50 euros à 9 euros pour les 400 premiers titres-services par personne ou pour les 800 premiers titres-services par ménage par année civile. Pour chaque titre-service supplémentaire, le prix passera de 9,50 EUR à 10 EUR. L'avantage fixé à 30 % du montant du titre acheté reste inchangé. Les titres achetés 9 euros reviennent dès lors à 6,30 euros pour l utilisateur. Pour un prix d achat de 10 euros, ils reviennent à 7 euros. L'entreprise agréée reçoit toujours une somme de 22,04 euros par titre-service, somme versée par la société émettrice de chèque.

6 Prix du titre-service Période de commande des titresservices par l utilisateur 6,7 euros 7 euros A partir du 1 er mai ,5 euros (valable jusqu au 30/04/2012 inclus) Montant de l intervention fédérale Montant total du remboursement à l entreprise 13,58 euros 20,28 euros Avant le 1/12/ ,22 euros 21,72 euros 7,5 euros (valable jusqu au 30/04/2012 inclus) Entre le 1/12/2012 et 31/12/ ,54 euros 22,04 euros 8,5 euros A partir du 1/1/ ,54 euros 22,04 euros 9,5 euros A partir du 1/1/2013 lors du dépassement du plafond de 400 ou 800 titres 9 euros A partir du 1/1/2014 pour les 400 premiers chèques 10 euros A partir du 1/1/2014 pour les 100 chèques suivants (400 à 500 chèques). La limite est fixée à 500 chèques par personne 12,54 euros 22,04 euros 13,04 euros 22,04 euros 12,04 euros 22,04 euros Les conditions d agrément pour les entreprises de titres-services ont aussi régulièrement évolué. Le plus gros changement concerne l obligation de respecter un quota d engagement de chômeurs. Ainsi, en août 2012, un projet d arrêté royal stipule que 60 % des nouveaux engagements doivent être accordés aux chômeurs complets indemnisés et/ou aux bénéficiaires d un revenu d intégration. II. Chiffres 1. Secteur en croissance Tant le nombre d entreprises titres-services, le nombre de travailleurs titres-services, le nombre d utilisateurs titres-services que le nombre de titres ont augmenté de 5 à 12 chaque année. Le système des titres-services continue de progresser même si une certaine stabilisation semble se dessiner Entreprises

7 actives Travailleurs (4 e trim.) Utilisateurs Chèques *100 35,9 53,2 73,6 78,2 96,8 108,7 122,5 Source : SPF Emploi et calculs UCM-Service d Etudes Répartition géographique Source : SPF Emploi et ONSS 2. Secteur générateur d emplois Le système des titres-services est un important générateur d emplois nouveaux. En 2011, travailleurs ont été actifs dans le système des titres-services, soit équivalents temps plein. Globalement, les emplois titres-services représentent 4,3 % de tous les emplois en Belgique. La Wallonie dénombre travailleurs et, Bruxelles, Le système continue de générer de nouveaux emplois. La crise économique, les différentes réformes du système n ont jusqu à présent eu aucune influence significative sur la création d emplois dans le système. a. Profil des travailleurs Le système des titres-services est un réservoir important d emplois pour : Les femmes : 94,8 % à Bruxelles et 97,5 % en Wallonie Les travailleurs peu qualifiés : 63 % à Bruxelles et 62,9 % en Wallonie Les travailleurs non belges: 77 % à Bruxelles et 13,9 % en Wallonie Les plus de 50 ans (16 % à Bruxelles et en Wallonie) et les moins de 30 ans (22 % à Bruxelles et en Wallonie)

8 Les demandeurs d emploi et inactifs : 58.1 % des travailleurs étaient demandeurs d emploi ou inactifs avant leurs entrées dans le système en Wallonie (contre 53.7 % à Bruxelles). La durée moyenne du chômage avant l entrée dans le dispositif est de 3.77 an en Wallonie et 2.46 à Bruxelles b. Organisation du travail Les travailleurs titres-services sont engagés sous contrat à durée indéterminée ou déterminée. Les contrats à durée déterminée peuvent prendre la forme de contrats pour une journée, une semaine ou un mois. La réglementation en vigueur depuis le 1 er septembre 2009 considère que le contrat avec un travailleur doit toujours être transformé en un contrat à durée indéterminée si ce travailleur, trois mois après la première déclaration Dimona, travaille toujours dans la même entreprise, indépendamment du nombre de jours effectivement prestés au cours de cette période. Le salaire horaire moyen est passé: de 8,76 euros en 2006 à 10,54 euros en D après un sondage réalisée auprès de travailleurs par Idea Consult en 2011, 86 % des travailleurs indiquent avoir choisi volontairement leur nombre d heures de travail, souvent ils optent pour un emploi à temps partiel. Le sondage indique que 84 % des travailleurs sont satisfaits à très satisfaits de leur emploi. Les motifs principaux pour travailler dans le dispositif: financiers (97,4 %), liés à la flexibilité qu offre ce type d emploi (90,1 %), lié à la possibilité de travailler à proximité du domicile ou encore la constitution des droits sociaux c. Le type d activité Le principal service est le nettoyage et il est effectué par 96 % des travailleurs, vient ensuite le repassage et le service de courses Activités exercées par les travailleurs ,2 96,4 79,8 69,9 18,2 24, ,8 4,7 12,2 18,3 18,9 16,5 2,4 Bruxelles n=251 Wallonie n= 1396 Source : Idea consult Les principales activités non autorisées qui ont été effectuées dans le cadre des titres-services sont :

9 En Wallonie : l accueil des personnes âgées/malades/handicapées, le jardinage et la réparation de maison A Bruxelles : l accueil des enfants, le jardinage et l accueil des personnes âges/malades/handicapées 3. Succès auprès des utilisateurs En 2011, personnes individuelles ont utilisé activement les titres-services. Ce nombre correspond à 1 habitant sur 10 de plus de 20 ans en Belgique ou 17 % des ménages en Belgique En 2011, ces utilisateurs ont acheté quasiment 110 millions de titres. Le profil des utilisateurs des titres-services évolue d année en année. Bien que le système soit surtout utilisé par des utilisateurs actifs de moins de 55 ans (6 utilisateurs sur 10), on note également un grand nombre d utilisateurs de plus 65 ans (26 %) ou même de plus de 80 ans (1 sur 10). En 2011, une moyenne de 127 titres a été achetée par utilisateur, c est légèrement plus qu en 2010 (124). 4. Croissance des chèques échangés Le nombre de titres achetés et remboursés continue de croître en 2011 (plus de 10 %), mais de manière moins prononcée qu en 2010 (plus de 20 %). Le nombre d utilisateurs actifs, d entreprises et de travailleurs progresse à un rythme plus lent (entre 5 % et 10 %), ce qui indique un accroissement de l intensité d utilisation des titres-services par utilisateur en Pluralité de prestataires Différents prestataires se partagent le marché des titres-services : les sociétés commerciales privées, les personnes physiques, les sociétés d intérim, les entreprises d insertion, les ASBL, les CPAS et communes, et les ALE entreprises sont agréées mais il y a 2708 entreprises actives. En 2011, 518 demandes d agrément ont été introduites. Pour rappel, l'agrément est octroyé par le Ministre fédéral de l Emploi. Pour l obtenir, l entreprise doit : avoir créé l entreprise et être en possession d un numéro d entreprise ; s inscrire et suivre une formation obligatoire donnée par l Onem ; verser un cautionnement de EUR sur un compte de l Onem ; introduire un formulaire de demande d agrément complet. L entreprise doit également établir un plan d entreprise, approuvé par un comptable agréé ou un comptable-fiscaliste agréé ou un expert-comptable.

10 en % Nbre d entreprises TS par type et par région (Sièg.soc.) ,6 40,1 19,3 14,7 0,5 7,8 14,1 11,5 8,9 1,5 1,2 0,2 2,2 9,3 Bruxelles n=401 Wallonie n=940 Source: IDEA Consult sur base des données de l ONEm (2011). Le marché des titres-services est de plus en plus représenté par des entreprises marchandes. On observait 16 % d entreprises privées commerciales en En 2011, elles représentaient 46 %. Par contre, les ASBL représentaient 21 % en 2004 contre 13 % en Certaines particularités régionales peuvent être relevées. A Bruxelles, 68,6 % des entreprises titres-services sont commerciales. Si l on ajoute les 14,7 % de personnes physiques, on obtient une présence de 83.3 % d entreprises privées (hors intérim). En Wallonie, les entreprises privées (hors intérim) représentent 59,4 %. Les entreprises d intérim occupent en moyenne le plus de travailleurs (885). Les personnes physiques, en revanche, sont souvent des petites entreprises. En moyenne, elles n occupent que 13 personnes par entreprise. Le nombre moyen de travailleurs par employeurs en 2011 peut se ventiler comme suit : Nombre moyen de travailleurs par employeur en 2011 Société commerciale privée 66 Intérim 885 Entreprise d insertion 115 ASBL 66 CPAS et commune 31 ALE 52 Personne physique 13 Total 62 Source : Idea Consult sur la base des données de l ONEM (2011) 5.1. Réglementions et contrôles

11 Du point de vue de l entreprise, une spécificité du secteur est que presque tous les paramètres sont déterminés par la réglementation, qui impose le type d activités, le tarif pour l utilisateur et le chiffre d affaires pour l entreprise, et interdit les dérogations, sous peine de risquer de perdre son agrément. Le principal poste de coût pour l entreprise, à savoir le coût salarial, est aussi fortement réglementé, de sorte que c est en somme la réglementation qui détermine la marge bénéficiaire de l entreprise. La réglementions et le fait que le système soit subsidié expliquent également que le secteur est fortement contrôlé. En 2011, 668 entreprises ont été contrôlées par l Onem. 257 n étaient pas conformes dont 26 pour infractions lourdes (usage de fausses identités, fourniture de prestation d activités non admises). Dans cinq cas, les infractions constatées étaient graves au point que l agrément a été retiré aux sociétés contrôlées. 83 autres sociétés ont perdu l agrément parce qu elles avaient des dettes à l égard de l ONSS, l Onem ou du ministère des Finances. 6. Le coût du système En 2011, le coût brut du système représentait près de 1,7 milliards, précisément euros. A savoir : L intervention publique pour les titres-services: euros Le coût pour l encadrement de la mesure (Sodexo, SPF emploi, Onem): euros La déductibilité fiscale: euros Les effets de retour sont importants: Les effets de retour directs réduisent le coût de euros et concernent la diminution des allocations de chômage, l accroissement de recettes des cotisations sociales et l accroissement de recettes des IPP Les effets de retour indirects réduisent le coût de euros. Ils englobent l accroissement de recettes des impôts des sociétés, la diminution des allocations de chômage du personnel d encadrement et l accroissement de recettes des cotisations sociales et de l IPP du personnel d encadrement Ces effets de retour réduisent le coût du dispositif de 45 %. Le coût net du système est évalué à 911,3 millions euros en Le dispositif induit également d autres effets indirects qui sont plus difficilement quantifiables: L économie suite au remplacement des travailleurs titres-services et d encadrement dans leur précédente fonction L accroissement des recettes de TVA suite à la consommation supplémentaire des travailleurs titres-services et personnel d encadrement L accroissement des recettes de l IPP des utilisateurs, suite à l augmentation de leurs heures de travail Ces effets sont estimés entre 384 millions et 523 millions d euros.

12 Impacts budgétaires du système des titres-service Coûts Effets de retour Indirects 2e ordre 523,3 Indirects 1er ordre 88 Directs ,1 Déductibilité fiscale Encadrement Intervention publique -220,9-13, Millions d'euros Compte tenu de tous les effets, la mise au travail d un travailleur titres-services coûte euros nets aux pouvoirs publics. Le coût net des titres-services en 2011 est de 527,3 millions d euros si on tient compte des effets de retour directs et indirects, pour un total de travailleurs. Les augmentations successives du prix du titres services devraient rapporter 106 millions pour la première augmentation et, dès 2014, 58 millions via l augmentation du prix du titres services et 28 millions via le plafonnement de la déductibilité. Un total de 192 millions d économie est dès lors prévu fin 2014, soit très approximativement 30% du coût net du système. 6. Enjeux a. L absentéisme, un problème majeur L absentéisme s accroît d année en année. En 2007, 58 % des travailleurs titres-services ont été absents pour maladie. En 2011: 72 % L absentéisme dans le secteur des titres-services est en moyenne beaucoup plus élevé que dans le secteur privé en Belgique (51 % des travailleurs du secteur privé ont été absents pour maladie contre 72 % de travailleurs titres-services). Les travailleurs plus âgés sont moins souvent absents pour maladie que les jeunes. L âge ne semble donc pas être le facteur explicatif du taux élevé d absentéisme. Les travailleurs hautement qualifiés et les travailleurs étrangers sont également moins souvent absents pour cause de maladie. La pénibilité de l emploi peut expliquer cet absentéisme. b. Le statut unique Le compromis sur le rapprochement des statuts ouvrier/employé du 8/7/2013 pourrait avoir un impact dramatique pour les entreprises du secteur. Le compromis prévoit en effet la suppression du jour de carence. Le jour de carence est le premier jour d une courte période de maladie (= moins de 14 jours calendrier de maladie) que l employeur ne doit pas payer.

13 Vu le taux d absentéisme élevé, c est un enjeu capital pour le secteur. En effet, si le jour de carence est supprimé et que l employeur doit rémunérer son personnel pour ce jour d absence, ce serait désastreux. Cela revient à l amputer de sa marge brute. c. La régionalisation L accord institutionnel d octobre 2011 prévoit la Régionalisation des Titres-Services, en maintenant les aspects liés au droit du travail, tels que ceux concernant les conditions de travail dans le secteur, au fédéral Il prévoit également le transfert de la sécurité sociale liée aux titres-services (1,444 millions d euros) et le crédit d impôts (131 millions d euros) Concrètement cela signifie que les régions pourront décider : des règles relatives à l intervention des pouvoirs publics dans la valeur d échange du Titre-Service, de la définition des activités autorisées, de la réglementation des prix, de la déduction fiscale fédérale qui accompagne l achat des titres. La gestion du dispositif est compliquée vu l intervention de trois acteurs (entreprises, travailleurs et bénéficiaires) qui peuvent se situer dans des régions différentes. La régionalisation du système pose plusieurs questions. 1. Pour les entreprises : Siège social vs siège d exploitation (section sui generis). Les chiffres de remboursement des titres services sont biaisés par un effet de siège social important, lié à l activité titres-services. 2. Les chiffres d achat ou de déduction fiscale par résidence des utilisateurs (61 % Flandre, 27,45 % Wallonie et 11,55 % Bruxelles) ou des travailleurs (60,1 % Flandre, 27,3 % Wallonie et 12,6 % Bruxelles) ramènent les utilisations régionales à des niveaux semblables à celui d'autres indicateurs (PIB et/ou revenus). 3. Pour les travailleurs : Mobilité interrégionale 4. La question des conditions de délivrance/suspension/retrait des agréments et la concordance entre régions doit être cohérente d. Le financement à Bruxelles Le transfert du dispositif va modifier la répartition des coûts, qui deviendront essentiellement régionaux, et des retours, qui resteront essentiellement fédéraux (diminution des allocations de chômage, accroissement des recettes de cotisations sociales). Dans l état actuel des choses, la Région wallonne peut organiser un système similaire à celui existant. Elle disposera dans le cadre du transfert de moyens financiers suffisants. L IPP fédéral est utilisée comme clé de répartition, soit 28,4 % ce qui représente une enveloppe budgétaire de 447,3 millions d euros. Ce pourcentage est donc légèrement supérieur à l utilisation actuelle du dispositif titres-services en Wallonie (environ 28 %). Néanmoins, si le système titres-services poursuit un développement dynamique, le système sera en péril. Une croissance de 10 % par an, toutes autres choses restant égales, représente, pour la Wallonie, un montant additionnel de 35 millions d euros en dépenses.

14 Pour Bruxelles, la situation sera problématique dès le transfert. Selon la clé IPP, un montant de 133,9 Millions d euros (8,5 %), pourrait être transféré soit un montant inférieur à la part des titres acquis par des Bruxellois (environ 12 %). La croissance attendue du dispositif accentuera le manque de moyens. e. Le prix et la déductibilité fiscale Les hausses de prix pourraient avoir un impact sur le succès et la pérennité du système. L augmentation du prix d achat des titres services (de 7,5 à 8,5 au 01/01/2013) et la limitation du nombre de titres par ménages (1.000 par ménage et 500 par personne) semblent avoir un impact sur la croissance du dispositif qu il conviendrait d objectiver. En effet, certaines entreprises en faillite avancent ces hausses comme une des causes de leurs difficultés. L impact des changements prévus au 1 er janvier 2014 devront être analysés. 7. Contact presse Unitis Union des entreprises de titres-services Nathalie Garcia-Hamtiaux, présidente Unitis : 0499/ Olivier Leroux, vice-président Unitis : 0485/

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Les Analyses du Centre Jean Gol La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Décembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures Gouvernement fédéral 27/11/2014 Loi-Programme : principales mesures FINANCES 1. Frais professionnels forfaitaires Les charges sur le travail sont trop élevées en Belgique. On a veillé à une augmentation

Plus en détail

Le travail à temps partiel Les pièges à éviter

Le travail à temps partiel Les pièges à éviter Le travail à temps partiel Les pièges à éviter 1 HOMMES - FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. FR-NL Deze brochure is

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Titre Cesu La Banque Postale

Titre Cesu La Banque Postale Titre Cesu La Banque Postale Les deux déclinaisons du Cesu Titre de Travail Simplifié (TTS) permet de rémunérer et de déclarer un salarié employé à domicile, s adresse aux entreprises, ainsi qu aux particuliers

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

L économie sociale face à la régionalisation des aides à l emploi

L économie sociale face à la régionalisation des aides à l emploi Numéro 10 Mars 20144 L économie sociale face à la régionalisation des aides à l emploi Les aides à l emploi, ce levier de développement important des entreprises de l économie sociale, ont été transférées

Plus en détail

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Contexte et entrée en vigueur A la suite de la crise économique mondiale, un certain nombre d'actions de crise temporaires ont été entreprises.

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider Le Syndicat libéral est là pour vous aider Introduction L entreprise qui vous occupe a été déclarée en faillite. Certes, il s agit d un coup

Plus en détail

Règlementation en matière de remboursement des frais

Règlementation en matière de remboursement des frais Règlementation en matière de remboursement des frais Le règlement ci-après établit les normes applicables au sein de l A.W.B.B. pour le remboursement par la Trésorerie des frais engagés par ses membres

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

Impact macro-économique des chèques-repas

Impact macro-économique des chèques-repas Impact macro-économique des chèques-repas Rapport final septembre 2013 Sur demande de Vouchers Issuers Association Cette étude a été effectuée par: Maarten Gerard Jean-François Romainville Daphné Valsamis

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs 2008 Elleboudt Laetitia La nouvelle Loi relative aux droits des volontaires A qui, à quoi et où s applique la nouvelle loi? Quel traitement fiscal pour

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier 1 Vous exercez votre activité professionnelle, salariée ou indépendante, sur le territoire français mais résidez sur le territoire

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013)

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) I. Calcul de l effectif Salariés pris en compte dans l effectif Est considérée comme salariée, toute personne ayant reçu une rémunération,

Plus en détail

FICHE n 4 Les éco-chèques

FICHE n 4 Les éco-chèques FICHE n 4 Les éco-chèques 1. Revendication Négocier la conversion des éco-chèques en salaire brut. 2. Législation a. En générale L accord interprofessionnel 2009-2010 instituait avec les éco-chèques un

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Le statut social des travailleurs indépendants Indépendant complémentaire

Le statut social des travailleurs indépendants Indépendant complémentaire Le statut social des travailleurs indépendants Indépendant complémentaire Une administration moderne, un service de qualité Sommaire Qu est ce qu un indépendant à titre complémentaire? 3 Personnes admises

Plus en détail

Les Services A la Personne / Services de Proximité

Les Services A la Personne / Services de Proximité Une collaboration : Avec le soutien de : Union Européenne Fonds Européen de Développement Régional «INTERREG efface les frontières» Les Services A la Personne / Services de Proximité Premier numéro des

Plus en détail

Renvoyer à : BP 10020 1070 ANDERLECHT Notre référence : Gestionnaire de clients: Téléphone: 02 643 18 11 E-mail: infokbaf@attentia.

Renvoyer à : BP 10020 1070 ANDERLECHT Notre référence : Gestionnaire de clients: Téléphone: 02 643 18 11 E-mail: infokbaf@attentia. Renvoyer à : BP 10020 1070 ANDERLECHT Notre référence : Gestionnaire de clients: Téléphone: 02 643 18 11 E-mail: infokbaf@attentia.be Demander un supplément PROVISOIRE aux allocations familiales Ce formulaire

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Dans ce document, vous trouverez toutes les informations utiles pour remplir le formulaire : QUE dois-je faire pour recevoir un

Dans ce document, vous trouverez toutes les informations utiles pour remplir le formulaire : QUE dois-je faire pour recevoir un Madame, Monsieur, Ce formulaire vous permet, si vous habitez avec votre famille en Belgique, de demander un PROVISOIRE aux allocations familiales en tant que : - Chômeur de longue durée (minimum 6 mois)

Plus en détail

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION Annexe 2 (doc. IW/13/CM.08) RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION (an c i e n n e m e n t «a l l o c a t i o n s d a t t e n t e») D ici exactement 475 jours, le 1 er janvier 2015, 30.000 personnes

Plus en détail

Septembre. Les rémunérations dépassant 4 fois le plafond de sécurité sociale applicable soit 12 344 euros pour 2013.

Septembre. Les rémunérations dépassant 4 fois le plafond de sécurité sociale applicable soit 12 344 euros pour 2013. Majoration de la contribution patronale d assurance chômage pour l embauche en CDD Depuis le 1 er Juillet 2013 le taux de la contribution patronale d assurance chômage a été modifié en cas d embauche d

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE. Indépendantes et Pluralistes ASBL. Secrétaire générale

C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE. Indépendantes et Pluralistes ASBL. Secrétaire générale Conception et rédaction : Mise en page : Editeur responsable : Anaïs ARMAND - Juriste Diana LUCIC - Infographiste Yamina GHOUL Secrétaire générale C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE Indépendantes

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf.

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf. Particulier employeur Juin 2012 Tout savoir sur le Cesu [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! Le Chèque emploi service universel (Cesu) L essayer, c est l adopter! Qui n a pas

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Gros plan sur les statuts Omnio et BIM!

Gros plan sur les statuts Omnio et BIM! EN PRATIQUE Gros plan sur les statuts Omnio et BIM! Une brochure des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Photos > Reporters www.mloz.be (

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

SIXIÈME RÉFORME DE L ÉTAT Au PS, nous avions promis de stabiliser le pays. Nous l avons fait. La réforme expliquée en 10 points

SIXIÈME RÉFORME DE L ÉTAT Au PS, nous avions promis de stabiliser le pays. Nous l avons fait. La réforme expliquée en 10 points SIXIÈME RÉFORME DE L ÉTAT Au PS, nous avions promis de stabiliser le pays. Nous l avons fait. La réforme expliquée en 10 points I. Rappel du contexte L actualité est telle qu un sujet chasse l autre. Mais

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/010 DÉLIBÉRATION N 14/006 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L ADMINISTRATION

Plus en détail

Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie)

Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie) MODELE S Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie) Les renseignements que vous fournissez dans

Plus en détail

EMPLOIS SUBVENTIONNÉS EN CPAS : «L ARTICLE 60, 7, LO»

EMPLOIS SUBVENTIONNÉS EN CPAS : «L ARTICLE 60, 7, LO» Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale a.s.b.l. Vereniging van de Stad en de Gemeenten Section CPAS Afdeling "Maatschappelijk Welzijn" van het Brussels Hoofdstedelijk

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

CAR ON DONNERA A CELUI QUI A (ET IL SERA DANS L ABONDANCE) : LE SYSTEME BELGE DES TITRES-SERVICES

CAR ON DONNERA A CELUI QUI A (ET IL SERA DANS L ABONDANCE) : LE SYSTEME BELGE DES TITRES-SERVICES CAR ON DONNERA A CELUI QUI A (ET IL SERA DANS L ABONDANCE) : LE SYSTEME BELGE DES TITRES-SERVICES PAR IVE MARX* et DIETER VANDELANNOOTE** *Professeur à l Universiteit Antwerpen ; Research fellow à l Institute

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS Un auto-entrepreneur déclaré peut choisir d exercer dans le secteur des services à la personne. Rappel : Le régime de l auto-entrepreneur

Plus en détail

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR 1 LE REGIME C est un nouveau régime plus simplifié pour exercer une activité indépendante Ce n est pas un nouveau statut juridique car un auto-entrepreneur

Plus en détail

Le Chèque emploi service universel en quelques mots

Le Chèque emploi service universel en quelques mots Le Chèque emploi service universel en quelques mots Qu'est-ce que le Chèque emploi service universel? Créé dans le cadre de la politique conduite pour favoriser les services à la personne (plan de développement

Plus en détail

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES Contenu Impôt des personnes morales ou impôt des sociétés 4 Impôt des personnes morales 5 Impôt des sociétés 9 TVA 10

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

Les soins de santé et la 6 ème réforme de l Etat

Les soins de santé et la 6 ème réforme de l Etat Les soins de santé et la 6 ème réforme de l Etat Michel BARBEAUX (professeur de Finances publiques à la FOPES UCL) L accord institutionnel pour la 6 ème réforme de l Etat, conclu le 11 octobre 2011, prévoit

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Tout savoir sur le Cesu

Tout savoir sur le Cesu Tout savoir sur le Cesu PARTICULIER EMPLOYEUR 2015 www.cesu.urssaf.fr LE CESU, L ESSAYER C EST L ADOPTER! Qui n a pas eu un jour envie d une aide pour le ménage, les devoirs des enfants, des travaux de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi Le 15 juillet 2013 Madame Rita Dionne-Marsolais Monsieur Gilles Duceppe Coprésidents Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Tour de la Place Victoria, C.P. 100 800, rue du Square Victoria,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales

Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales Article 1 : Ensemble de tâches Acerta (Sud) Secrétariat Social asbl», appelé ci-après «Acerta «se charge d effectuer les formalités ou tâches administratives

Plus en détail