LETTRE FINANCIÈRE n 100

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE FINANCIÈRE n 100"

Transcription

1 LETTRE FINANCIÈRE n 100 V - Septembre oici la centième Lettre Financière que nous vous expédions! Avec un nouveau design, comme il se doit! Et un constat aussi, très favorable aux cabinets de gestion de patrimoine indépendants! En effet, nous pensons que nos clients vont avoir de plus en plus besoin de nos services, car si autrefois l'etat, les banques et les services de retraite offraient des garanties sérieuses, aujourd'hui, tout cela est parti en "fumée" En conséquence, il faut trouver autre chose en se constituant un patrimoine solide et bien localisé, car demain, le niveau des retraites oscillera entre 250 et 500 euros par mois car le régime actuel est d'ores et déjà en faillite. Le sillon entre les riches et les pauvres va encore se creuser, ce qui va aggraver les risques de conflits sociaux, un autre élément contre lequel il faut se prémunir lorsque l'on gère son patrimoine, car nombre de gouvernements adorent la "chasse aux riches" pour, soi-disant, donner aux pauvres.

2 Comme vous le verrez dans les articles suivants, le déficit réel de la France atteint pratiquement milliards d'euros, une somme astronomique, impossible à rembourser, annonciatrice de futures crises, car aux milliards de dettes de l'etat dont on nous parle tant, il faut ajouter les milliards qui doivent être provisionnés pour payer les retraites des fonctionnaires, et les 187 milliards destinés au financement du MES pour sauver l'euro. Vous le savez, l'etat nous prend de plus en plus pour nous offrir de moins en moins. Plus d'impôts, cela signifie plus de fuites d'entrepreneurs vers l'étranger et donc plus de chômeurs, mais dans le même temps, les recettes fiscales stagnent ce qui est particulièrement visible en ce moment, avec son corollaire de baisse des niveaux de retraites et de remboursements des médicaments. Naturellement, et vous le verrez dans l'article ci-joint, de plus en plus de voix s'élèvent pour un non-remboursement partiel de la dette ce qui, le moment venu, générera des pertes en capital pour ceux qui placent à 3% "garanti". Mieux encore : la Commission Européenne s'élève pour que ce ne soit plus le contribuable qui sauve les banques en cas de faillite mais l'épargnant luimême qui y place son argent et qui doit pouvoir être appelé en garantie. Or, comme les banques elles-mêmes sont "gorgées" d'emprunts d'etats, attendez-vous à des pertes en capital dans votre banque française en cas de coup dur. C'est ce que l'on appelle maintenant "le syndrome chypriote". Un beau matin, on bloque les comptes bancaires des clients et on en prélève une partie via une taxe. Mais cela ne s'arrête pas là, car comme vous allez pouvoir le découvrir, François Hollande entend "orienter" l'épargne des contrats d'assurance-vie français vers le logement social et le financement des PME, et ce, "de gré ou de force".

3 Ces deux pans de l'économie n'étant pas rentables, et l'etat n'ayant plus les moyens de les financer, une allocation d'actifs obligatoire va être votée pour les contrats d'assurance-vie français. Que penser de tout cela? Tout simplement que la France n'offre plus de garanties, ce qui est paradoxal avec la reprise économique mondiale que l'on commence à connaître. Avec son endettement massif, son économie en récession et son racket fiscal, la France est très mal en point et n'est pas compétitive dans la mondialisation. Dès lors, attendez-vous à de mauvaises surprises avec ce pays où on ne doit plus y posséder que des investissements immobiliers très bien ciblés présentant de bonnes valeurs d'actifs (immobilier commercial, maisons de retraite médicalisées, vignobles, forêts). Pour le reste, et étant donné que vous avez la possibilité de localiser votre épargne dans n'importe quel pays de l'union Européenne, seuls l'allemagne et le Luxembourg offrent à nos yeux les garanties nécessaires pour y domicilier votre argent. En conséquence, nous avons choisi le Luxembourg et les fiscalités de l'assurance-vie luxembourgeoise et celle des bons de capitalisation luxembourgeois pour réaliser, à travers le monde, les achats d'actifs de qualité qui ont notre préférence (immobilier international, actions, obligations, matières premières et métaux précieux). Un dernier point également : Qu'on se le dise bien, le "secret bancaire" est "mort" dans le monde. Ses jours sont comptés et le rythme est rapide. La raison : tous nos Etats, Etats-Unis en tête, sont surendettés, et ils doivent mettre la main très vite sur des centaines de milliards d'impôts supplémentaires.

4 Les Américains ont donc mis en place le système "FACTA", qui oblige n'importe quelle banque de la planète à signaler immédiatement au fisc américain toute ouverture de compte réalisé par l'un de ses résidents. Bien entendu, le Japon et l'union Européenne exigent la même chose et légifèrent très vite. Ainsi, nous passons du "secret bancaire" à "l'échange automatique d'informations", et si demain vous ouvrez un compte à Singapour, au Brésil ou à Hong-Kong, la banque en question devra immédiatement en informer votre administration fiscale. Cela étant, il est écœurant de constater que certains banquiers proposent à leurs clients des montages à Singapour, à Panama ou aux Iles Caïmans pour fuir la Suisse ou Monaco par exemple, alors même que le secret bancaire ne demeurera dans ces pays que 2 à 3 ans au maximum. Demain, c'est du pénal aggravé qui frappera ces clients, car ils auront réalisé des montages plus lointains, plus sophistiqués et plus exotiques d'où il sera encore plus difficile de faire sortir l'argent. En attendant, les banquiers en question auront prélevé de substantielles commissions, et ils sont déjà prêts à "vendre" leurs listings clients aux fiscs concernés le moment venu. De toute façon, ils n'auront pas le choix. En fait, pour les personnes concernées, il ne reste que trois possibilités : 1) L'expatriation Vous changez de pays et vous emmenez votre argent avec vous en sachant que vous ne devez plus rien détenir dans votre pays natal sous peine de requalification, ce qui inclut, entre autre, la vente de la résidence principale et la fermeture de tous vos comptes bancaires. 2) La régularisation C'est ce que nous pratiquons avec nos avocats d'affaires qui ont des relations avec Bercy. Vous payez une taxe, votre argent est officialisé et vous pouvez rester en France (voir article).

5 3) L'optimisation fiscale Nous la pratiquons constamment en exploitant en toute légalité les textes fiscaux qui donnent la possibilité aux particuliers et aux entreprises de payer moins d'impôts. Et pour conclure sur une "note fiscale", la France devrait savoir, si elle connaissait correctement son histoire, que le racket fiscal qu'elle pratique actuellement ne mène toujours qu'à des catastrophes. Il y a 400 ans, Louis XIV est encore jeune et le peuple français croule sous les impôts. Une guerre civile éclate, que l'on appellera "La Fronde". Elle générera des milliers de morts, mais ce n'était pas encore dans l'air du temps de destituer un roi. Pourtant, 150 ans plus tard, les années 1788 et 1789 sont des années de mauvaises récoltes. La France est en faillite et le racket fiscal sévit. On connaît la suite Aujourd'hui, nombre de nos clients chefs d'entreprises refusent des marchés et n'embauchent plus, sur le conseil de leur cabinet d'expertise comptable, parce que ce ne serait que financer le fisc Ce n'est pas de bon augure et ce n'est pas ainsi que l'on relance un pays Didier Maurin P.S. : pour en savoir plus, consultez nos sites Internet La présente note d information, en tenant compte des différentes tendances qui s expriment dans le monde de l économie ou dans la presse financière, a pour but de vous informer et de vous faire partager mon analyse financière personnelle afin de vous permettre de faire vos choix et de prendre vos décisions dans les meilleures conditions possibles. Gardez toutefois présent à l esprit que les marchés financiers sont susceptibles de fluctuer à la hausse comme à la baisse, que les performances passées ne préjugent pas des performances à venir, et qu il n est donc pas prudent ni raisonnable de concevoir un investissement sur les marchés financiers et immobiliers comme un placement à court terme et/ou sans risque. N omettez pas en outre de considérer qu il importe de diversifier votre patrimoine en tenant compte tout à la fois de vos propres objectifs et de la conjoncture du moment.

6 Source : Les Echos 17/18 mai 2013 Source : Les Echos 21 mai 2013

7 Source : Les Echos 31 mai 2013

8

9 Source : Les Echos 4 juin 2013

10

11 Source : Les Echos 3 juin 2013

12 Source : Les Echos 27 août 2013 Source : Les Echos 17 juin 2013

13 Source : Les Echos 26 août 2013

14 Source : extrait d'interview de Vincent Strauss Les Echos 3 septembre 2013

15 Source : Les Echos 23 juillet 2013

16 Dette publique : et si les retraites n étaient pas payées en France? 30 juil 2013 Isabelle Mouilleseaux Catégorie: Article, Inflation, dettes souveraines et récession C est actuellement la question que se posent les anciens employés du service public de la ville de Detroit qui vient de se déclarer en faillite. Ils craignent de voir leurs pensions amputer, et ils ont raison. L expert mandaté par l état du Michigan pour gérer le délicat cas de Detroit vient d ores et déjà d annoncer que les retraites devront être réduites tôt ou tard. Ceci pourrait-il nous arriver en France? Chose promise est-elle chose due? Ou une promesse n est-elle finalement que du vent, le vent pouvant tourner? Pour ma part, et surtout venant de l Etat, je préfère "un tiens à deux tu l auras". Ce que l on crée réellement et ce que l on promet : état des lieux milliards d euros, c est la "richesse" créée chaque année par la France. Je me permets de mettre des guillemets, car curieusement, les dépenses publiques de l Etat (57% du PIB) entrent dans le calcul du PIB, ce qui m a toujours paru être une aberration. En effet, une dépense n est pas une création de richesse puisque sa contrepartie (sa source) est la ponction fiscale ou le recours à l endettement (la dette publique). Seul ce qui est effectivement créé et produit est source de vraie richesse. Principal pourvoyeur : les entreprises (43% du PIB seulement) milliards d euros. Ca, c est ce que nous devons collectivement. C est le montant de notre dette publique accumulée depuis 40 ans. 92% du PIB et plus du double de la création de richesse vraie, réelle, celle des entreprises. Cette dette croit au rythme de 320 millions d euros par jour ; la charge de la dette pèse pour 46 milliards dans notre budget. 46 milliards d euros c est plus que les recettes fiscales annuelles collectées au titre de l impôt sur les sociétés Notez au passage la fâcheuse tendance des politiques, tous bords confondus, à "pyramider à la hausse" en matière de dette publique. Comment s en offusquer, me direz-vous : il leur faut bien satisfaire leurs clients, la cour, l aréopage et surtout être réélu. Les promesses, ça coûte cher. Le problème, c est que tout le monde ne bénéficie pas équitablement de cette manne savamment redistribuée, avec grâce et sans parcimonie, par nos zélés politiques Si la génération du baby-boom en a très largement profité, les jeunes, littéralement exclus du système (des retraites et du travail), sont les grandes victimes. A eux de payer les

17 avantages acquis de leurs aînés auxquels ils n auront pas droit. On comprend leur amertume. Difficile d en vouloir aux quelque jeunes qui ont déjà plié bagages depuis 2008 pour tenter leur chance sous des cieux plus cléments Où en étions-nous? Ah oui milliards d euros de dettes donc. - Ajoutons à ces milliards quelque milliards d euros supplémentaires A ce stade, le compteur taquine tout de même les milliards Soit 245% du PIB, quasiment six fois la vraie richesse annuelle créée par nos entreprises. On ne joue plus en catégorie poids plumes milliards d euros de dette supplémentaire : de quoi parle-t-on? Du très discret hors bilan. Vous savez, ces dettes qu on ne comptabilise pas dans le bilan parce que qualifiées d "incertaines" On y trouve notamment les garanties données par la France au MES pour "sauver l euro" (187 milliards d euros), ou encore les engagements de retraite de l Etat au titre des fonctionnaires (1 679 milliards). Ce qui est frappant, c est la trajectoire de cette dette : elle a doublé en cinq ans, et triplé depuis 2005 (le rapport Pébereau chiffrait il y a huit ans les engagements hors bilan à milliards d euros). Curieusement, il n existe aucune règle internationale (ni européenne) pour définir ce qui relève du bilan et du hors-bilan. Ainsi, les Anglo-Saxons mettent les engagements de retraite des fonctionnaires dans le bilan (ils sont compris dans la dette), contrairement à nous. Il sera intéressant de voir ce qui va se passer avec les retraites des fonctionnaires de la ville de Detroit, soi-disant garanties par la Constitution de l état du Michigan. Serontelles effectivement payées? Ou les fonctionnaires verront-ils leur retraite partir partiellement en fumée comme ce fut le cas pour les ex-salariés de General Motors en 2008? En attendant, votre perspicacité vous pousse à vous demander pourquoi les retraites futures à payer aux fonctionnaires sont cataloguées "incertaines" puisque classées en hors-bilan Se pourrait-il que l Etat ne verse pas les retraites promises? Il semblerait que ce soit possible. En effet, ces engagements ne sont pas contractuels ; et encore moins garantis par la Constitution. Ce droit à la retraite est purement statutaire et ce statut peut évoluer à tout moment. Une "simple" réforme du statut de la fonction publique permettrait ainsi de revoir à la baisse, ou à la hausse tout l édifice. Donc si un jour la France devait par je ne sais quel hasard fortuit se prendre le mur Source : La Chronique Agora Mardi 30 juillet 2013

18 Le sauvetage dont vous serez le héros : celui de votre banque Cécile Chevré Hier, nous avons vu que les banques européennes s'étaient transformées en véritables bombes incendiaires pour la zone euro : sous-capitalisées, bourrées jusqu'à la gueule d'actifs toxiques, de dettes souveraines explosives et surtout hors de contrôle... Pour la plupart d'entre elles, la question n'est pas de savoir si elles vont avoir besoin d'être recapitalisées mais de quand... et de combien. Les besoins sont en effet énormes. Je vous le disais hier, selon Goldman Sachs, dans l'état actuel de condition de marchés (boursier et obligataire), ces besoins se montent déjà à 298 milliards d'euros. Une estimation plus que basse puisqu'elle se fonde uniquement sur les capitaux nécessaires pour satisfaire aux règles de Bâle III dont nous avons vu les limites hier et qu'elle ne prend pas en compte un pourtant probable krach boursier ou obligataire. Ainsi, en cas de krach des marchés actions (une chute de 40% sur un trimestre), les pertes enregistrées par Natixis, Société Générale, Axa, Crédit Agricole et BNP Paribas atteindraient à 262 milliards d'euros. Je concluais l'article d'hier en soulignant que nombre de banques européennes, et non des moindres puisque Deutsche Bank, Crédit Agricole, Natixis ou encore Société Générale sont concernées, fonctionnent avec un effet de levier de 50. Il suffit donc à ces banques d'enregistrer une perte d'environ 2% sur l'ensemble de leurs actifs pour se trouver en situation de faillite. Or avec les pertes à venir sur les dettes des pays périphériques de la zone euro et les risques grandissants de krach obligataire, une dépréciation de plus de 2% des actifs détenus par les banques est un scénario très probable. Face à ces risques, les banques se sont avérées incapables d'assurer elles-mêmes leur recapitalisation. Reste à savoir où trouver les milliards nécessaires. Le scénario d'une nouvelle crise bancaire est d'ailleurs tellement probable que les autorités politiques, économiques et bancaires européennes planchent dessus depuis des mois. Qui va renflouer les banques? Dans un premier temps, ce sont les Etats qui se sont directement chargés de renflouer leurs banques. C'est ce qui s'est passé en Irlande ou en Espagne. Le risque a été alors déplacé des banques aux Etats. Etouffées par le sauvetage de leur système bancaire, l'espagne et l'irlande ont dû faire appel à l'aide européenne pour ne pas être entraînées dans la spirale de la faillite. Même chose à Chypre.

19 Le sauvetage direct par les Etats s'étant avéré plus dangereux qu'autre chose, les Européens ont fait une double proposition : - la mise en place d'une union bancaire européenne, confiée à la BCE - et la possibilité d'un renflouement direct (mais sous certaines conditions) par le MES, le mécanisme européen de stabilité Une décision qui signe le début d'une longue série de discussions, débats et confrontations au sein de la zone euro et de l'union européenne. Le projet d'union bancaire a été adopté en 2012 avec pour date d'application 2014, mais depuis les différents acteurs ont tant de mal à se mettre d'accord que l'union avance à pas comptés. Voici où nous en sommes, tout en sachant qu'il faudra encore des mois et des mois de discussions pour que l'union bancaire prenne réellement forme : - le contrôle sera exercé par la BCE, qui va devoir s'organiser et se réformer pour assurer ce rôle qui sort un peu de nulle part. La BCE est, puisqu'on finit par l'oublier, une banque centrale... pas une autorité de contrôle du système bancaire. Il va donc falloir qu'elle se réforme pour assurer de manière concomitante ces deux rôles. - Le sauvetage des banques en danger sera assuré par le MES, par la création d'un fonds commun financé par les banques elles-mêmes et par les Etats (à hauteur de 20%). Seules les banques dont la faillite présente un important risque systémique (soit une contagion au reste du système bancaire européen) pourront y faire appel. Notons que l'enveloppe allouée pour ces sauvetages est pour le moment plafonnée à 60 milliards d'euros. A comparer aux 298 milliards dont les banques ont besoin pour se recapitaliser. Le fonds de garantie bancaire d'environ 100 milliards. Enfin et surtout, le recours au MES ne sera pas rétroactif, et ne concernera donc pas les aides déjà accordées par les Etats irlandais et espagnol à leurs banques. De quoi limiter sérieusement l'intervention du MES. - La règle du "bail-in" a été privilégiée (aux dépends du bail-out, à savoir le sauvetage par les Etats). De tous les principes que je viens d'énumérer, celui-ci doit tout particulièrement retenir votre attention car il risque de vous concerner directement. En effet, avant l'intervention éventuelle du MES, il a été décidé que les créanciers et actionnaires... et les déposants des banques en difficulté allaient devoir encaisser des pertes. Chypre avait montré la voie avec la taxation des dépôts. Comme le souligne une note publiée par Natixis, nous assistons à "l'institutionnalisation du précédent chypriote, à peu de choses près". Les modalités du bail-in sont certes toujours en discussion mais le principe de faire payer créanciers, actionnaires et déposants est acté.

20 Qu'est-ce que cela signifie pour vous? Tout simplement qu'en cas de défaillance de votre banque vous pourriez être obligé de participer à son sauvetage. Quelques précautions ne sont donc pas inutiles. Avez-vous besoin de laisser plus de euros sur votre compte bancaire? Réponse, non, évidemment. Jusqu'à présent (c'est-à-dire dans le cas chypriote), le principe de garantie des dépôts inférieurs à euros a été respecté ce qui ne signifie pas qu'il ne pourra être remis en cause à l'avenir). N'hésitez donc pas fractionner vos dépôts entre différentes banques et évitez à tout prix d'avoir plus de euros dans le même établissement. Deuxième précaution, fractionnez vos dépôts entre les grandes banques too big to fail qui seront les premières à être sauvées par les Etats et des établissements plus petits et surtout moins exposés. La question que vous vous posez certainement doit être "et ma banque? Est-elle dangereuse?". Dans son rapport Banques, vos vrais risques, Mory Doré a effectué un véritable travail de fourmi. Il a passé au crible 27 banques françaises et européennes, identifiant les risques qu'elles encourent en cas de crise obligataire ou de krach des marchés actions. Bilan : 8 banques sont à éviter à tout prix mais 8 sont fiables. Retrouvez le travail d'analyses, les données, l'évaluation des risques et surtout les recommandations de Mory dans Banques, vos vrais risques... Le précédent chypriote nous enseigne aussi qu'en cas de crise bancaire, dépôts, retraits et transferts pourront être limités voire temporairement interdits. Là encore, vous pouvez prévoir des moyens de paiement en dehors du système bancaire classique. Dans la Stratégie de Simone Wapler, Simone avait recensé 3 moyens simples et parfaitement légaux! d'avoir de l'argent en dehors du circuit bancaire, dont Paypal. Simone vous explique cela en détail dans sa Stratégie. Source : La Chronique Agora Jeudi 11 juillet 2013 Articles reproduits par le cabinet DMF avec l'autorisation du CFC. Les documents reproduits sont des œuvres protégées et ne peuvent à nouveau être reproduits sans l'autorisation du CFC. Siège social 72 rue du Faubourg-Saint-Honoré Paris Tél Services administratifs 60 boulevard de La Rochelle Bar-le-Duc Tél. : Société de Conseil en Gestion de Patrimoine SNC au Capital de euros R.C.S. PARIS B Code APE 6622Z Carte Professionnelle n T9503 délivrée par la Préfecture de Paris "Garanties financières et Assurances de responsabilité civile et professionnelle conformes aux Articles L530-1 et 2 du code des Assurances" Société de courtage en assurance ORIAS n , sous le contrôle de l'autorité de Contrôle Prudentiel - ACP, 61 rue de Taitbout, PARIS Cedex 9 Conseiller en Investissements Financiers n D Membre de la C.N.C.I.F. Chambre Nationale des Conseillers en Investissements Financiers - Association agréée par l'amf Membre de la C.N.C.E.F. Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers

LETTRE FINANCIÈRE n 120

LETTRE FINANCIÈRE n 120 LETTRE FINANCIÈRE n 120 A - Septembre 2015 - Après Chypre, qui avait prélevé 10% des avoirs en banque à tout le monde + 47,5% des avoirs des clients des deux banques en faillite, la Grèce est le pays suivant

Plus en détail

C A. LETTRE FINANCIÈRE n 114. Janvier 2015

C A. LETTRE FINANCIÈRE n 114. Janvier 2015 LETTRE FINANCIÈRE n 114 Janvier 2015 C A omme vous le savez, les gains que nous avons réalisés ces 25 dernières années avec de l'immobilier en France, tant en appartements loués qu'avec des maisons de

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 93

LETTRE FINANCIÈRE n 93 Siège social 72 rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris Tél. +33 1 40 07 82 89 www.didiermaurinfinance.fr Services administratifs 60 boulevard de La Rochelle 55000 Bar-le-Duc Tél. : +33 3 29 70 61 61

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 119

LETTRE FINANCIÈRE n 119 LETTRE FINANCIÈRE n 119 A - Juin Juillet Août 2015 - en écouter certains, la France serait sortie de l'ornière économique car elle vient d'afficher un mirifique 0,6% de croissance dû pour beaucoup à la

Plus en détail

N A. LETTRE FINANCIÈRE n 115. - Février 2015 - ous sommes en plein stratagème géopolitique!

N A. LETTRE FINANCIÈRE n 115. - Février 2015 - ous sommes en plein stratagème géopolitique! LETTRE FINANCIÈRE n 115 N A - Février 2015 - ous sommes en plein stratagème géopolitique! Pour étrangler la Russie et la faire lâcher prise en Ukraine, elle qui a besoin d'un baril de pétrole à 110 dollars

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 107

LETTRE FINANCIÈRE n 107 LETTRE FINANCIÈRE n 107 A - Avril 2014 - près vous avoir exposé l'attrait de l'immobilier aux Etats-Unis et en Allemagne dans nos précédentes lettres financières, nous souhaitons mettre en lumière aujourd'hui

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 108

LETTRE FINANCIÈRE n 108 LETTRE FINANCIÈRE n 108 S - Mai 2014 - i nous martelons la nécessité de diversifier son patrimoine, nous ne suggérons pas pour autant qu'il faille souscrire à n'importe quel produit. Face à la profusion

Plus en détail

février 2017 LETTRE FINANCIÈRE n 111 - Octobre 2014 - Tout le monde se réveille en sursaut.

février 2017 LETTRE FINANCIÈRE n 111 - Octobre 2014 - Tout le monde se réveille en sursaut. LETTRE FINANCIÈRE n 111 - Octobre 2014-1717février 2017 février 2017 Tout le monde se réveille en sursaut. En effet, ce matin-là, à la télévision, à la radio, la nouvelle est tombée. Le Crédit Agricole,

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 116

LETTRE FINANCIÈRE n 116 LETTRE FINANCIÈRE n 116 D - Mars 2015 - es investissements au Brésil sont également faits pour être présents dans Iséa Mondialisation, telles ces fermes d'eucalyptus de 100 à 110 hectares par ferme qui

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 121

LETTRE FINANCIÈRE n 121 LETTRE FINANCIÈRE n 121 L - Octobre 2015 - es réductions d'impôts ont toujours un côté captivant dès lors que leurs supports d'investissements présentent un réel intérêt en termes de revenus et de plus-values

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 105

LETTRE FINANCIÈRE n 105 LETTRE FINANCIÈRE n 105 E - Février 2014 - n ce moment, le système de "planches à billets" des banques centrales porte ses fruits et assure le re-développement économique de plusieurs nations tout en permettant

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 123

LETTRE FINANCIÈRE n 123 LETTRE FINANCIÈRE n 123 L - Décembre 2015 - a population mondiale actuelle est de 7,4 milliards de personnes, mais dans 20 ans, nous serons 9 milliards. Source : Actualitix Bien entendu, ce phénomène est

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 88

LETTRE FINANCIÈRE n 88 Siège social 72 rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris Tél. +33 1 40 07 82 89 www.didiermaurinfinance.fr Services administratifs 60 boulevard de La Rochelle 55000 Bar-le-Duc Tél. : +33 3 29 70 61 61

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

L'union bancaire, quelle efficacité?

L'union bancaire, quelle efficacité? L'union bancaire, quelle efficacité? L'instauration d'une union bancaire par les instances européennes marque une avancée importante dans la gestion des crises financières. La supervision des principales

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 95

LETTRE FINANCIÈRE n 95 Siège social 72 rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris Tél. +33 1 40 07 82 89 www.didiermaurinfinance.fr Services administratifs 60 boulevard de La Rochelle 55000 Bar-le-Duc Tél. : +33 3 29 70 61 61

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

La Finlande annonce officiellement qu'elle préfère sortir de l'euro plutôt que de payer les dettes des autres

La Finlande annonce officiellement qu'elle préfère sortir de l'euro plutôt que de payer les dettes des autres La Finlande annonce officiellement qu'elle préfère sortir de l'euro plutôt que de payer les dettes des autres NOUVEAU COUP DE THÉÂTRE SUR L'EURO-TITANIC! Le bobard de "l'apocalypse en cas de sortie de

Plus en détail

LETTRE FINANCIÈRE n 85

LETTRE FINANCIÈRE n 85 Siège social 72 rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris Tél. +33 1 40 07 82 89 www.didiermaurinfinance.fr Services administratifs 60 boulevard de La Rochelle 55000 Bar-le-Duc Tél. : +33 3 29 70 61 61

Plus en détail

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE?

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE? COMMENT S Y PRENDRE? 1. L'ÉPARGNE-PENSION, C EST QUOI? L'épargne-pension vous permet de vous constituer une pension complémentaire à votre initiative individuelle. Au passage, vous pouvez déduire ce que

Plus en détail

LA RÉORGANISATION FINANCIÈRE

LA RÉORGANISATION FINANCIÈRE FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. LA RÉORGANISATION FINANCIÈRE Bureaux

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

LES CONTRÔLES DES COMPTES

LES CONTRÔLES DES COMPTES FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. LES CONTRÔLES DES COMPTES Bureaux : 270

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

REFORME FISCALE 2014 EN PRATIQUE!

REFORME FISCALE 2014 EN PRATIQUE! REFORME FISCALE 2014 EN PRATIQUE! L'ACTUALITE 12 février 2014 CGPME Ain Le 11 février dernier La CGPME de l'ain a organisé une réunion d'information pratique à la Chambre des Professions libérales, pour

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

Conseils & Accompagnement

Conseils & Accompagnement Conseils & Accompagnement Se lancer comme indépendant en personne physique ou en société? Aidez-vous de notre tableau comparatif pour prendre votre décision. N'hésitez pas à contacter nos conseillers pour

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les principales caractéristiques des livrets d'épargne sont synthétisées dans le tableau suivant : Dépôt maxi. Taux de rémunération

Les principales caractéristiques des livrets d'épargne sont synthétisées dans le tableau suivant : Dépôt maxi. Taux de rémunération Epargne bancaire : Les livrets d'épargne Définition : Les livrets d'épargne permettent la gestion sans contrainte et en toute sécurité d'une épargne disponible à tout moment en contrepartie d'une rentabilité

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Découvrez le placement qui rapporte jusqu'à 9% par an depuis quinze ans

Découvrez le placement qui rapporte jusqu'à 9% par an depuis quinze ans Découvrez le placement qui rapporte jusqu'à 9% par an depuis quinze ans Source : La Tribune.fr - 18/03/2011 10:27 Les chiffres 2010 de la "pierre-papier" a de quoi faire rêver : ces placements immobiliers

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

LE COMPORTEMENT BOURSIER EN TEMPS DE CRISE

LE COMPORTEMENT BOURSIER EN TEMPS DE CRISE Avril 2011 Vol. 11 n o 2 Jean-François G. Labbé, M.B.A. C.F.A. Planificateur financier jfglabbe@sympatico.ca Sylvain Fortier Conseiller en sécurité financière fortiersylvain@sympatico.ca www.investiafinance.com

Plus en détail

CONFÉRENCE DE BERTRAND LORDON, PROFESSEUR À L'UNIVERSITÉ JEAN MONNET SUR LA RESPONSABILITÉ DES BANQUES DANS LA CRISE

CONFÉRENCE DE BERTRAND LORDON, PROFESSEUR À L'UNIVERSITÉ JEAN MONNET SUR LA RESPONSABILITÉ DES BANQUES DANS LA CRISE CONFÉRENCE DE BERTRAND LORDON, PROFESSEUR À L'UNIVERSITÉ JEAN MONNET SUR LA RESPONSABILITÉ DES BANQUES DANS LA CRISE Saint-Etienne 25 JUIN 2014-18h30 -o-o-o-o-o-o-o-o- --- PRÉSENTATION DU COLLECTIF ROOSEVELT

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

FIRST Épargne-Pension. Épargnez pour votre retraite et payez moins d'impôts

FIRST Épargne-Pension. Épargnez pour votre retraite et payez moins d'impôts FIRST Épargne-Pension Épargnez pour votre retraite et payez moins d'impôts FIRST Épargne-Pension Épargnez aujourd hui avec un solide avantage fiscal Votre retraite, ce n'est peut-être pas pour tout de

Plus en détail

CRITÈRES DE CHOIX D UN CONSEILLER

CRITÈRES DE CHOIX D UN CONSEILLER FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. CRITÈRES DE CHOIX D UN CONSEILLER Bureaux

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Banque Crésus versus Famille Fernandez

Banque Crésus versus Famille Fernandez Banque Crésus versus Famille Fernandez Par Éric Toussaint Pas facile de se mettre dans la peau des dirigeants d une grande banque, que ce soit un grand actionnaire ou un haut dirigeant nommé, pour comprendre

Plus en détail

L observatoire LCL en ville

L observatoire LCL en ville L observatoire LCL en ville «LA RETRAITE» Résultats de l étude quantitative réalisée par OpinionWay Le 10 janvier 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Carl-Ludwig Thiele Membre du directoire de la Deutsche Bundesbank

Carl-Ludwig Thiele Membre du directoire de la Deutsche Bundesbank Carl-Ludwig Thiele Membre du directoire de la Deutsche Bundesbank Histoires de succès dans la zone euro : les billets et pièces en euro et les paiements en euro Ouverture de l'exposition sur l euro de

Plus en détail

La dette ou la vie. D abord, on cherche à nous culpabiliser. Ensuite on cherche à nous effrayer.

La dette ou la vie. D abord, on cherche à nous culpabiliser. Ensuite on cherche à nous effrayer. La dette ou la vie D abord, on cherche à nous culpabiliser. On nous répète partout «La France vit au dessus de ses moyens» C est faux, la France est le 5ème pays le plus riche au monde, les français produisent

Plus en détail

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Pages 14 à 16. Comment réduire les dettes publiques? - présente cinq options permettant de réduire les dettes publiques, en indiquant en quoi elles consistent,

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

La La stabilité de de la la pierre pierre au au service de de l'assurance-vie. Situation au 27 Septembre 2013. Chiffres clés

La La stabilité de de la la pierre pierre au au service de de l'assurance-vie. Situation au 27 Septembre 2013. Chiffres clés La La stabilité de de la la pierre pierre au au service de de l'assurance-vie P h i l o s o p h a l e Unité de compte LFP Multimmo - part Le support immobilier "Philosophale" a pour objet la constitution

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes 26 Mai 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Si le montant de dette des pays PIG est relativement

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Groupe Eyrolles, 2005, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3782-4 ISBN 13 : 978-2-7081-3782-0 Table des matières Sommaire....................................................5

Plus en détail

P a g e 2 GESTION DE FORTUNE JUILLET / AOUT 2011

P a g e 2 GESTION DE FORTUNE JUILLET / AOUT 2011 P a g e 2 GESTION DE FORTUNE JUILLET / AOUT 2011 P a g e 3 P a g e 4 INVESTISSEMENT CONSEILS JUIN 2011LYSE P a g e 5 LES ECHOS.FR 21/04/2011 Lancement de deux SCPI «Scellier BBC» Martine Denoune BNP Paribas

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

ÉPARGNER : INFORMATIONS UTILES

ÉPARGNER : INFORMATIONS UTILES ÉPARGNER : INFORMATIONS UTILES TABLE DES MATIÈRES 1.QU'EST-CE QUE L'ÉPARGNE?... 3 2.POURQUOI ÉPARGNER?... 3 3.COMMENT ÉPARGNER?... 4 4.LES CARACTÉRISTIQUES DU COMPTE D'ÉPARGNE... 5 4.1.LA LIQUIDITÉ DU

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 Avertissement Le présent document se fonde sur des données purement prévisionnelles,

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail