Art. 14. Avis de distribution. Certificat de paiement. - Nul ne peut procéder à une distribution mentionnée dans le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Art. 14. Avis de distribution. Certificat de paiement. - Nul ne peut procéder à une distribution mentionnée dans le"

Transcription

1 '", Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 " Page 1 Art. 14. Avis de distribution de biens. Avant de distribuer des biens sous son contrôle, tout cessionnaire ou toute personne, à l'exception d'un syndic de faillite, qui, pour une autre personne ou un créancier de cette autre personne, liquide, administre ou contrôle les biens, les affaires, la succession, le revenu ou les activités commerciales d'une telle personne, doit informer le ministre, par avis donné au moyen du formulaire prescrit, de son intention de procéder à la distribution prévue. (1983, c. 49, a. 35(1); 1986, c. 15, a. 211; 1987, c. 67, a. 202; 1990, c. 7, a. 221; 1992, c. 1, a. 213; 1993, c. 16, a. 357.) Concordance fédérale: 159(2) avant a) Avis des droits exigibles par le ministre. - Sur réception de cet avis, le ministre peut exiger de la personne mentionnée au premier alinéa la production de tout document prévu par règlement, de la déclaration visée à l'article 1002 de la Loi sur les impôts (L.R.Q., c. 1-3) et de toute déclaration ou rapport que l'autre personne devait produire en vertu d'une loi fiscale; il fait ensuite connaître par écrit le montant des droits, intérêts et pénalités exigibles de l'autre personne ou qui le deviendront dans les 12 mois suivants, en vertu de toute loi fiscale. Il fait également connaître le montant des frais exigibles de l'autre personne en vertu des articles 12.1 et (1983, c. 49, a. 35(1); 1986, c. 15, a. 211; 1997, c. 14, a. 294.) Certificat de paiement. - Nul ne peut procéder à une distribution mentionnée dans le premier alinéa sans avoir obtenu du ministre un certificat attestant qu'aucun montant n'est exigible, que des sûretés pour le paiement d'un montant exigible ont été accep~ées conformément à l'article 10 ou qu'un créancier a priorité de rang sur la créance de l'etat, auquel cas le certificat indique le nom de ce créancier ainsi que le montant de sa créance et la distribution ne peut être faite qu'à ce créancier et jusqu'à concurrence de ce montant. (1983, c. 49, a. 35(1); 1998, c. 16, a. 299(3).) Refus de délivrer le certificat. - Le refus du ministre de délivrer le certificat ou le fait de ne pas donner suite à l'avis mentionné dans le premier alinéa dans les 90 jours qui suivent la date de sa mise à la poste équivaut à une décision confirmant un avis de cotisation en vertu de l'article (1983, c. 49, a. 35(1); 1997, c. 85, a. 338(1).) Responsabilité. - Toute distribution de biens faite sans l'obtention du certificat du ministre rend le contrevenant personnellement responsable des montants mentionnés dans le deuxième alinéa jusqu'à concurrence de la valeur des biens qu'il a distribués. (1983, c. 49, a.35(1).) Concordance fédérale: 159(3) Administrateurs tenus au paiement. - S'il s'agit de la distribution de l'actif d'une société, tous les administrateurs de cette dernière, ainsi que son agent dans le cas d'une société ayant son principal établissement en dehors du Québec, en fonction à la date de l'envoi de l'avis mentionné au premier alinéa ou à la date à laquelle la distribution a lieu, sont tenus solidairement au paiement de ces montants s'ils ont consenti ou acquiescé à cette distribution ou s'ils y ont participé. (1997, c. 3, a. 2000, Publications CCH Imprimé le

2 '",- Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 '. Page 2 Dispositions applicables. - Les articles 1005 à 1014, 1051 et 1052 de la Loi sur les impôts s'appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, aux cinquième et sixième alinéas. (1980, c. 11, a. 66; 1983, c. 49, a. 35(2); 1995, c. 1, a. 362(2); 1995, c. 63, a. 279(2); 1997, c. 85, a. 338(2).) Exception. - Malgré le présent article, dans le cas d'une succession, des biens d'une valeur n'excédant pas $ peuvent être distribués avant que l'avis mentionné au premier alinéa ne soit transmis au ministre. (1986, c. 15, a. 211; 1993, c. 64, a. 212; 1999, c. 65, a. 22.) (1978,c. 37,L 71; 1980,c. 11,L66; 1983,c.49,L 35; 1986,c. 15,L 211; 1987,c. 67, L202; 1990,c.7,L221; 1992,c. I,L213; 1993,c. 16,L357; 1993,c.64,L212; 1995, c. 1, a. 362(2); 1995, c. 63, a. 279(2); 1997, c. 3, a. 82; 1997, c. 14, a. 294; 1997, c. 85, a. 338; 1998, c. 16, a. 299(3); 1999, c. 65, a. 22.) , Publications CCH Imprimé le

3 Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page 1 LMR. 14-1/R1 Distribution de biens -principes généraux Date: 29 mai 1987 Loi(s): Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., chap. M-31), articles 14, 15 et 24.1 Le présent bulletin expose la politique du ministère du Revenu lorsqu'une personne distribue des biens sous son contrôle sans avoir obtenu un certificat attestant qu'aucun droit ou impôt n'est exigible. Il explique la portée de l'article 14 de la Loi sur le ministère du Revenu (L.M.R.) tel que modifié par l'article 211 du projet de loi 2, sanctionné le 27 mai 1986 (1986, chap. 15). APPLICATION DE LA LOI 1. Généralités 1.1 L'article 14 L.M.R. concerne une personne qui, en vertu de fonctions qui lui sont propres, est ou peut être appelée, selon les circonstances, à distribuer des biens appartenant à une autre personne. 1.2 Avant de distribuer des biens sous son contrôle, une personne est obligée, en vertu de l'article 14 L.M.R., d'aviser Revenu Québec par écrit préalablement à cette distribution. 1.3 Toutefois, dans le cas d'une succession, une distribution de biens d'une valeur n'excédant pas le montant prévu par règlement (3 000 $) peut être effectuée avant qu'un avis de distribution soit transmis au ministre. 2. Personne visée 2.1 La personne visée au premier alinéa de l'article 14 L.M.R. doit être, en fait ou en droit: 1 soit un cessionnaire; 2 soit un liquidateur; 3 soit un administrateur; 4 soit un exécuteur testamentaire; 5 soit toute autre personne qui liquide, administre ou contrôle les biens, les affaires, la succession ou le revenu d'une autre personne (à l'exception d'un syndic de faillite). 2.2 L'expression «toute autre personne qui liquide» comprend une personne qui agit à titre de liquidateur, qu'elle soit nommée officiellement ou non. 2.3 Lorsque, dans le cas de dissolution volontaire d'une corporation, aucun liquidateur n'a été nommé officiellement, il se peut que la responsabilité en soit assumée par un vérificateur ou un administrateur de la corporation, un agent ou une autre personne. Ce sont les faits particuliers à chaque cas qui déterminent si une personne est visée par l'article 14 L.M.R. 3. Obtention d'un certificat ~ 2000, Publications CCH Imprimé le

4 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page Sous réserve du sous-paragraphe 1.3, la personne mentionnée au paragraphe 2 ne peut procéder à la distribution prévue sans avoir d'abord obtenu un certificat attestant: 1 qu'aucun montant n'est exigible; 2 que paiement a été fait des droits, intérêts et pénalités exigibles ou qui le deviendront dans les 12 mois suivants en vertu de toute loi fiscale; 3 que des sûretés pour le paiement des montants dus ont été acceptées; ou 4 qu'une distribution de biens peut être faite à un créancier prioritaire jusqu'à concurrence du montant de sa créance. 3.2 La personne qui distribue des biens d'une autre personne sans l'obtention d'un certificat devient personnellement responsable des droits, intérêts et pénalités dus par l'autre personne en vertu d'une loi fiscale. Sa responsabilité est alors égale à la valeur totale des biens qu'elle a distribués. 4. Acceptation de sûretés En vertu du troisième alinéa de l'article 14 L.M.R., un arrangement peut être conclu avec Revenu Québec en vue du paiement des droits, intérêts et pénalités dus. Revenu Québec peut, conformément à l'article 10 L.M.R., accepter des sûretés réelles ou personnelles tenant lieu du paiement immédiat en espèces. Cet arrangement peut s'avérer utile dans le cas où, par exemple, le contribuable n'a pas suffisamment de fonds en main pour effectuer le paiement en entier. 5. Cotisation 5.1 Une personne qui contrevient à l'article 14 L.M.R. peut être cotisée pour les droits, intérêts et pénalités dus par le débiteur dont on a distribué les biens jusqu'à concurrence de la valeur desdits biens. Toutefois, aucun avis de cotisation ne sera émis à l'égard d'une personne qui distribue des biens pour et au nom d'une personne déjà visée au paragraphe 2. Dans une telle situation, seule cette dernière sera cotisée si elle contrevient à l'article 14 L.M.R. 5.2 En procédant par avis de cotisation, la dette demeure la même, mais il y a adjonction d'un nouveau débiteur. Le ministre peut, de cette façon, percevoir la même créance contre deux personnes. 5.3 Il est à noter que la faillite du débiteur principal ne libère pas une personne déjà cotisée en vertu de l'article 14 L.M.R. En effet, la faillite n'éteint pas la dette du débiteur principal, mais la rend seulement irrécouvrable de lui. Ainsi, la personne qui a distribué les biens se trouve alors seule tenue au paiement du total ou du résidu de la dette du débiteur principal, selon que le ministre a ou non retiré des dividendes dans la faillite. 6. Articles 15 et 24.1 Les articles 15 et 24.1 de la Loi sur le ministère du Revenu s'appliquent de façon identique à l'article 14 L.M.R. quant aux éléments précisés dans les sous-paragraphes 5.1, 5.2 et 5.3. <e>2000, Publications CCH Imprimé le

5 Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page 3 Le présent bulletin remplace et annule le bulletin LMR du 23 février LMR. 14-2/R1 Distribution de biens et délivrance du certificat - Procédure Date: 30 novembre 1990 Loi(s): Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., chap. M-31), article 14 Règlement(s): Règlement sur l'administrationflscale (R.R.Q., 1981, chap. M-31, r. 1), articles 14Rl et 14R2 Ce bulletin annule et remplace le bulletin LMR du 29 ma; 1987 Le présent bulletin vise à faire connaître les exigences du ministère du Revenu relativement à l'application de l'article 14 de la Loi sur le ministère du Revenu (la «loi»). APPLICATION DE LA LOI 1. Généralités 1.1 Avis de distribution de biens Toute personne visée au premier alinéa de l'article 14 de la loi doit, avant de procéder à la distribution de biens placés sous son contrôle, donner un avis écrit au ministre. 1.2 Succession Dans le cas d'une succession, l'avis de distribution de biens doit être donné au moyen de la formule prescrite TPX-l et transmis au ministre par poste recommandée ou certifiée Cependant, la distribution de biens est autorisée, que l'avis de distribution ait ou non été transmis au ministre, pourvu que la valeur des biens ainsi distribués n'excède pas le montant de $ prévu par règlement. Toutefois, même si la valeur totale des biens de la succession est inférieure à ce montant, une telle personne n'est pas dispensée pour autant de donner un avis de distribution et peut en cas de défaut être cotisée pour la valeur des biens distribués. 1.3 Autres cas Lorsqu'il s'agit d'une distribution de biens autrement que dans le cas d'une succession, l'avis de distribution de biens peut être donné au moyen de tout écrit transmis par poste recommandée ou certifiée et notamment au moyen du formulaire TP-2l0 qui vise essentiellement ce type de distribution. 2. Documents 2.1 Le ministère du Revenu exigera les documents suivants: 1) dans le cas d'une succession, le formulaire TPX-l dûment complété et, pour les (Ç;) 2000, Publications CCH Imprimé le

6 Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page 4 autres cas, le formulaire TP-210 ou tout avis écrit au même effet; 2) toute déclaration ou tout rapport que le contribuable devait produire en vertu d'une loi fiscale et qui n'ont pas été produits. 2.2 En plus des documents mentionnés au paragraphe 2.1, les documents suivants prévus par règlement pourront être exigés de la personne qui a donné l'avis: 1) une preuve de citoyenneté; 2) un document officiel établissant le décès; 3) copie, authentique selon le cas, du testament et de tout codicille s'y rapportant ou copie certifiée par le protonotaire des documents mentionnés à l'article 6'0898du Code de procédure civile (L.R.Q., c. C-25); 4) une description de chaque bien indiquant notamment l'endroit où il se trouve, sa juste valeur marchande et, le cas échéant, son prix de base rajusté; 5) une description des dettes; 6) tout document officiel, s'il en est, établissant le statut et le régime matrimonial ou le statut de conjoint de fait; 7) copie, authentique selon le cas, du titre d'acquisition ou d'aliénation d'un immeuble, d'une convention entre associés ou actionnaires, d'un acte de transmission de biens et, dans le cas d'une succession, d'un acte de fiducie à laquelle le défunt participait; 8) copie de tout contrat d'assurance; 9) la liste des bénéficiaires de la distribution des biens indiquant leurs nom, prénom, adresse, numéro d'assurance-sociale, lien de parenté ainsi que la proportion des biens qui leur échoit; 10) preuve de l'évaluation municipale de tout immeuble; 11) copie du rapport d'évaluation, s'il en est, de tout actif; 12) copie de toute procédure judiciaire en cours. 3. Certificat Un certificat du ministre est finalement délivré pour permettre, distribution totale ou partielle des biens. 3.1 Totale selon le cas, une Le certificat délivré autorise une distribution totale des biens dans les cas suivants: 1) aucun droit n'est exigible du contribuable; 2) il y a eu paiement des droits exigibles; 3) des sûretés données conformément à l'article 10 de la loi ont été acceptées pour le paiement total de la dette fiscale exigible. ~ 2000, Publications CCH Imprimé le

7 ... Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page Partielle Le certificat délivré autorise une distribution partielle des biens dans les cas suivants: 1) l'avis donné au ministre vise une distribution partielle et il n'y a aucun droit, intérêt et pénalité exigible connu au moment de la délivrance du certificat; 2) l'avis de distribution donné au ministre vise une distribution partielle et les droits, intérêts et pénalités exigibles et connus au moment de la délivrance du certificat ont été payés; 3) l'avis donné au ministre vise une distribution totale mais, le montant total des droits, intérêts et pénalités exigibles ou qui le deviendront dans les 12 mois suivants, en vertu de toute loi fiscale, ne peut être établi; dans ce cas la valeur des biens dont la distribution pourra être autorisée sera calculée en tenant compte d'une provision suffisante pour couvrir le solde estimé de la dette fiscale; 4) des sûretés données conformément à l'article 10 de la loi et du Règlement sur l'administration fiscale ont été acceptées pour le paiement partiel de la dette fiscale exigible; 5) un créancier a priorité de rang sur la créance de la Couronne, auquel cas le certificat indique le nom du créancier et le montant de sa créance. Mention est faite au certificat à l'effet que la distribution ne sera faite qu'à ce créancier et jusqu'à concurrence de ce montant. 4. Délai de traitement Le refus du ministre de délivrer le certificat ou le fait de ne pas donner suite à un avis de distribution dans les 90 jours qui suivent la date de sa mise à la poste équivaut à une décision confirmant un avis de cotisation en vertu de l'article 1059 de la Loi sur les impôts. La personne qui a donné l'avis peut alors interjeter appel de cette décision à la Cour du Québec (chambre civile) suivant les articles 1066 à 1079 de la Loi sur les impôts. (Q 2000, Publications CCH Imprimé le

8 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page Obtention d'un certificat de distribution dans le cadre d'une vente d'actifs Date: 13 juillet 1995 Expéditeur: Service des affaires juridiques, de l'accès à l'information ententes de la Direction des affaires juridiques Loi(s): Loi sur le ministère du Reven" (L.R.Q., chap. M-31), 14 et des La présente donne suite à la conversation téléphonique que vous avez tenue le 29 mai dernier avec ****** concernant le sujet identifié en rubrique. Les faits entourant la présente affaire se résument commc suit: - ****** est président et unique administrateur de la compagnie à numéro ******; - le 30 janvier 1990, ****** a acquis de la compagnie ****** un immeuble à revenu. Cet immeuble représente le seul actif de la compagnie ******; - ****** détenait sur cet immeuble une hypothèque de 1er rang pour une somme supérieure à $ avec clause de dation en paiement; - ne pouvant assumer ses paiements hypothécaires depuis le mois de novembre 1991, ****** vend le 19 octobre 1993 à ****** son immeuble alors vacant au prix de $; - n'ayant pas avisé le ministre du Revenu (ci-après le «Ministre») de la vente de cet actif, ce dernier a informé ****** qu'il projetait de le cotiser sur la base de l'article 14 de la Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., c. M-31, ci-après «L.M.R.») pour un montant de $; - le 17 janvier 1995, l'avocat de ****** a donc écrit au ministère du Revenu (ci-après le «Ministère») afin de lui faire part de son désaccord à l'encontre du projet de cotisation. Selon cet avocat, le Ministère ne peut cotiser son client en vertu de l'article 14 L.M.R. puisque lors de la vente de l'immeuble en octobre 1993, ****** n'avait pas le contrôle sur ce bien. Selon ce même avocat, ******, au lieu d'exercer ses droits en vertu de la clause de dation en paiement, aurait trouvé un acheteur pour ensuite contraindre ****** à lui vendre l'actif immobilier de sa compagnie; - au surplus, le procureur de ****** précise que même si son client avait avisé le Ministre de la vente de cet actif, le Ministère n'aurait pu percevoir sa créance car le produit de la vente était inférieur à celui de la créance prioritaire de ******. La question essentielle à laquelle il faut répondre consiste à déterminer si ****** avait le contrôle de l'immeuble appartenant à la compagnie ****** lors de la vente du 19 octobre 1993, auquel cas, l'obtention du certificat de distribution prévu à l'article 14 L.M.R. s'avère indispensable. «) 2000, Publications CCH Imprimé le

9 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 2 En effet, le premier alinéa de cet article impose à toute personne qui désire distribuer les biens dont elle a le contrôle mais qui appartiennent à une autre personne, l'obligation d'en informer le Ministre afin d'obtenir un certificat de distribution. Dans le cas qui nous occupe, le recours dont disposait ****** en vertu de sa sûreté consistait à exercer une dation en paiement. Selon une lettre émanant de ******, ****** a toléré 10 mois d'arrérages avant de notifier la compagnie débitrice de ses manquements. La décision de préférer la vente à un tiers plutôt que l'exercice de la clause de dation en paiement est personnelle à ******. En signant l'acte de vente, l'administrateur a en fait exercé les pouvoirs de contrôle qui lui étaient conférés par son statut d'administrateur unique. Ayant consenti à la vente, il nous apparaît donc difficile de retrouver un changement de contrôle de l'immeuble en faveur de ******.*(1) La jurisprudence s'est rarement prononcée sur la notion de contrôle prévue à l'article 14 L.M.R. Une décision de la Cour du Québec a toutefois étudié cet aspect dans le cadre d'un nantissement commercial. *(2) Selon nous, en appliquant par analogie le raisonnement de la Cour, une perte de contrôle de l'immeuble serait plutôt survenue si ****** s'était prévalue de son droit de devenir propriétaire de l'immeuble suivant l'article lo40a du Code civil du Bas-Canada. Par conséquent, nous croyons que ****** avait le contrôle de l'actif de la compagnie ****** lorsqu'il l'a vendu le 19 octobre La vente des actifs d'une compagnie étant considérée comme une distribution de biens visée à l'article 14 L.M.R., cet administrateur aurait dû requérir au préalable l'émission d'un certificat de distribution auprès du Ministre. *(3) Quant à l'argument subsidiaire invoqué par l'avocat de ******, il n'y a pas lieu de le considérer valable. En effet, les premier, troisième et cinquième alinéas de l'article 14 L.M.R. précisent que: «[A]vant de distribuer des biens sous son contrôle, tout cessionnaire ou toute personne, à l'exception d'un syndic de faillite, qui, pour une autre personne ou un créancier de cette autre personne, liquide, administre ou contrôle les biens, les affaires, la succession, le revenu ou les activités commerciales d'une telle personne, doit informer le ministre, par avis donné au moyen du formulaire prescrit, de son intention de procéder à la distribution prévue. (...) Nul ne peut procéder à une distribution mentionnée dans le premier alinéa sans avoir obtenu du ministre un certificat attestant qu'aucun montant n'est exigible, que des sûretés pour le paiement d'un montant exigible ont été acceptées conformément à l'article 10 ou qu'un créancier a priorité de rang sur la créance de la Couronne, auquel cas le certificat indique le nom de ce créancier ainsi que le montant de sa créance et la distribution ne peut être faite qu'à ce créancier et jusqu'à concurrence de ce montant. (...) Toute distribution de biens faite sans l'obtention du certificat du ministre rend le contrevenant personnellement responsable des montants mentionnés dans le deuxième alinéa jusqu'à concurrence de la valeur des biens qu'il a distribués.». ~ 2000, Publications CCH Imprimé le

10 Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page 3 Selon ******, d'aucune façon le libellé de ces dispositions ne peut laisser croire que la contravention à l'obligation de demander au Ministre la délivrance d'un certificat de distribution de biens est éteinte si, dans les faits, l'émission d'un tel certificat suite à une demande présentée conformément à l'article 14 L.M.R. n'avait pas permis au Ministère de récupérer sa créance en raison de la présence de créanciers prioritaires. Au contraire, ces dispositions prévoient explicitement que la distribution de biens effectuée par une personne qui n'a pas préalablement obtenu un certificat du Ministre attestant qu'un créancier a priorité de rang sur la créance de la Couronne, rend cette personne personnellement responsable du montant des droits, intérêts et pénalités exigibles de l'autre personne en vertu des lois fiscales. Écarter l'application de l'article 14 L.M.R. pour ce motif mettrait en péril l'objectif même de cette mesure, à savoir permettre au Ministère de prendre les moyens nécessaires aux fins de récupérer, le cas échéant, sa créance. Si une telle application de l'article 14 L.M.R. peut sembler inéquitable à l'avocat de ******, ****** pourra toujours tenter de se prévaloir des dispositions de la Loi sur le ministère du Revenu prévoyant la remise de droits. Pour les motifs qui précèdent, ****** est d'avis que l'application des dispositions de l'article 14 L.M.R. et de la jurisprudence afférentes aux circonstances entourant la vente des actifs de la compagnie ****** n'empêchent pas le Ministère de cotiser ****** sur la base des prescriptions de l'article 14 L.M.R. ~ 2000, Publications CCH Imprimé le

11 . " Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 4 Endnotes 1 (Popup) Dans Gaudet c. Sous-ministre du Revenu du Québec, Cour du Québec, Montréal, , le 15 mai 1992, l'article 14 L.M.R. a reçu application à l'encontre d'un administrateur qui avait vendu de gré à gré l'actif de sa compagnie puis remis le produit de cette vente à une banque en remboursement partiel de son emprunt. Dans ce cas, la banque avait préalablement accepté de na pas réaliser les garanties qu'elle détenait sur ces actifs en vertu d'un acte de nantissement commercial. 2 (Popup) Morganti c. Sous-ministre du Revenu du Québec, (1992) R.D.F.Q En effet, dans cette affaire, il a été décidé que l'administrateur d'une compagnie ayant la responsabilité de garder les biens de cette compagnie qui avaient été saisis par une banque en vertu d'un acte de nantissement commercial, n'avait pas le contrôle de ces biens tel qu'exigé à l'article 14 L.M.R. Ce contrôle appartenant plutôt à la banque en tant que possesseur des biens saisis. Conséquemment, le Ministère ne pouvait cotiser cet administrateur en vertu de l'article 14 L.M.R. Cette décision a été portée en appel par le Ministère. 3 (Popup) Gaud.et c. Sous-ministre du Revenu du Québec, Cour du Québec, Montréal, et L'Ecuyer c. Sous-ministre du Revenu du Québec, (1993) R.D.F.Q. 2000, Publications CCH Imprimé le

12 Collection fiscale du Québec -Décembre2000 Page Certificat autorisant la distribution de biens - Paiement d'une créance hypothécaire avant son obtention Date: 28 février 1997 Expéditeur: Direction des affaires juridiques Loi(s): Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., chap. M-31), art. 14 Veuillez trouver, ci-après, mes commentaires concernant votre demande soumise le 4 novembre 1996 à l'égard du dossier mentionné en titre. LES FAITS Les faits présentés sont les suivants: En février 1993, la compagnie débitrice a vendu un immeuble, son seul actif, à un acquéreur avec lequel elle n'avait aucun lien de dépendance; le montant de la transaction a été fixé à $ alors que l'évaluation municipale était de $; le prix de vente a été distribué à un créancier prioritaire au ministère; la compagnie débitrice doit $ au ministère du Revenu (ci-après le «Ministère»). QUESTION Considérant la position adoptée par le Ministère dans le cadre de l'application de l'article 14 de la L.M.R., le Ministère peut-il cotiser les administrateurs de la compagnie débitrice pour sa dette fiscale compte tenu de la valeur des biens qu'elle a distribués? NOTRE OPINION L'article 14 ce lit comme suit: «Avis de distribution de biens.- Avant de distribuer des biens sous son contrôle, tout cessionnaire ou toute personne, à l'exception d'un syndic de faillite, qui, pour une personne ou un créancier de cette autre personne, liquide, administre ou contrôle les biens, les affaires, la succession, le revenu ou les activités commerciales d'une telle personne, doit informer le ministre, par avis donné au moyen du formulaire prescrit, de son intention de procéder à la distribution prévue. Sur réception de cet avis, le ministre peut exiger de la personne mentionnée au premier alinéa la production de tout document prévu par règlement, de la déclaration visée à l'article 1002 de la Loi sur les impôts (chapitre 1-3) et de toute déclaration ou rapport que l'autre personne devait produire en vertu d'une loi fiscale; il fait ensuite connaître par écrit le montant des droits, intérêts et pénalités exigibles de l'autre personne ou qui le deviendront dans les 12 mois suivants, en vertu de toute loi fiscale. Nul ne peut procéder à une distribution mentionnée dans le premier alinéa sans avoir obtenu du ministre un certificat attestant qu'aucun montant n'est exigible, que des sûretés pour le paiement d'un montant exigible ont été acceptées conformément à l'article 10 ou Qu'un créancier a priorité de rang sur la créance de la Couronne, auquelcas le certificat indique le nom de ce créancier et <02000, Publications CCH Imprimé le

13 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 2 iusqu'à concurrence de ce montant. Le refus du ministre de délivrer le certificat ou le fait de ne pas donner suite à l'avis mentionné dans le premier alinéa dans les 90 jours qui suivent la date de sa mise à la poste équivaut à une décision confirmant un avis de cotisation en vertu de l'article 1059 de la Loi sur les impôts et les articles 1066 à 1079 de cette loi s'appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires à cette décision. Toute distribution de biens faite sans l'obtention du certificat du ministre rend le contrevenant personnellement responsable des montants mentionnés dans le deuxième alinéa jusqu'à concurrence de la valeur des biens qu'il a distribués. S'il s'agit de la distribution de l'actif d'une corporation, tous les administrateurs de cette dernière, ainsi que son agent dans le cas d'une corporation ayant son bureau principal en dehors du Québec, en fonction à la date de l'envoi de l'avis mentionné au premier alinéa ou à la date à laquelle la distribution a lieu, sont tenus solidairement au paiement de ces montants s'ils ont consenti ou acquiescé à cette distribution ou s'ils y ont participé. Les articles 1005 à 1014, 1041, 1051 à 1062 et 1066 à 1079 de la Loi sur les impôts s'appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, aux cinquième et sixième alinéas. Malgré le présent article, dans le cas d'une succession, des biens d'une valeur n'excédant pas $ peuvent être distribués avant que l'avis mentionné au premier alinéa ne soit transmis au ministre.»(soulignementajouté) Dans la présente affaire, le prix de vente a été distribué à un créancier prioritaire au Ministère conformément au troisième alinéa de l'article 14. Dans l'éventualité où un certificat avait été demandé, une priorité de paiement aurait été indiquée en faveur de ce créancier garanti sans que le Ministère puisse récupérer de montants en paiement de sa créance. De plus, le législateur ne permet pas au ministre, à cette étape, d'intervenir afin que soit fixé un montant minimal relativement aux transactions à venir dans le cadre de la distribution ou de la liquidation des biens d'un débiteur fiscal. Dans les circonstances, il ne fait aucun doute que le Ministère n'avait droit à aucun montant. Le seul défaut constaté est donc l'omission de demander au Ministère la délivrance d'un certificat, ce qui ne peut justifier l'émission d'une cotisation sous cet article. En effet, ce que cherche à sanctionner l'article 14 est une distribution d'actif en faveur de créanciers non prioritaires au Ministère donc faite en fraude des droits de ce dernier. Ce n'est que dans ces circonstances que le cinquième alinéa trouvera application et qu'une cotisation sera émise. En ce qui concerne la notion de valeur énoncée dans ce cinquième alinéa, comme je vous le mentionnais lors de notre dernier entretien téléphonique, nous croyons qu'il s'agit d'une valeur réelle qui doit s'évaluer à l'aide de plusieurs indices et selon les faits au dossier. À cet égard, je vous soumets un jugement que rendait la Cour du Québec dans l'affaire Tep c. Sous-ministre du Revenu du Québec qui détermine le sens à donner à «valeur» tel qu'employé au cinquième alinéa. Dans cette affaire, la vente s'est réalisée pour le coût initial du bien et afin de libérer un créancier détenteur d'un nantissement commercial donc non prioritaire au ministre. Dans son jugement, le juge Tremblay a considéré la valeur réelle du dernier actif de la compagnie plutôt que la valeur de la transaction. Il s'exprime en ces termes: «Le requérant, qui a participé à la distribution de l'actif de la compagnie sans avoir obtenu de certificat du ministre, a admis sa responsabilitémaisjusqu'à concurrence du prix obtenu lors de (Ç) 2000, Publications CCH Imprimé le

14 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 3 la vente. Or, comme la vente a été conclue pour le coût de l'équipement et dans le but de libérer le requérant d'un nantissement commercial, elle ne peut refléter la valeur réelle. 1/faut plutôt retenir la valeur établie par le vérificateur de l'intimé (SMRQ) a l'aide de documents fournis par le requérant. (..).» Le tribunal semble donc reconnaître que le Ministère peut cotiser pour un montant supérieur au prix de vente s'il est convaincu que la valeur réelle des biens distribués est supérieure à ce prix. Il y aurait donc lieu d'évaluer cas par cas les dossiers afin d'établir le montant de la cotisation lorsqu'il y aura des motifs de croire que le prix donné pour le bien distribué ne représente pas la valeur réelle. ~ 2000, Publications CCH Imprimé le

15 ... Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page Administration temporaire d'un bien par un créancier hypothécaire -Délaissement volontaire Date: 3 février 1997 Expéditeur: Direction des affaires juridiques Loi(s): Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., chap. M-31), art. 14 La présente fait suite à votre question formulée lors d'un entretien téléphonique en date du 16 janvier courant. Vous vous interrogez sur la question de savoir si le ministre du Revenu (ci-après désigné le «Ministre») peut, dans le cadre factuel que vous nous soumettez, émettre un avis de cotisation en vertu de l'article 14 de la Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., c. M-31, ci-après désignée «L.M.R.») à l'égard de ******. 1. Cadre factuel Les faits soumis peuvent être ainsi résumés. En 1992, ****** a prêté à la compagnie une somme de $ pour la construction d'un immeuble; ce prêt était garanti par une hypothèque affectant l'immeuble. ****** aurait déboursé le prêt au fur et à mesure de l'avancement des travaux jusqu'à concurrence d'une somme qui représentait la retenue approximative de 10 % payable dans les 30 jours des travaux. Cette somme fut déposée dans un compte d'épargne au nom de la corporation en attendant la fin des travaux. Au 31 mai 1995, cette somme et les intérêts accumulés s'élevaient à la somme totale de ,18 $. La corporation fit défaut d'effectuer ses remboursements mensuels à compter du mois de mars 1995 de même qu'elle fit défaut de payer ses taxes scolaires et municipales. Suivant une correspondance émanant des représentants de ***** *, ****** signifia un avis de retrait de percevoir les loyers et perçut, à compter de juillet 1995, les revenus provenant de l'exploitation de l'immeuble. ******utilisa la somme de ,18 $ pour payer les frais suivants pendant la période couvrant les mois de juin à novembre 1995 (Voir le relevé de compte): - taxes scolaires, municipales, mensualités hypothécaires, frais, primes d'assurance, et remises TPSrrVQ; - un montant de $ dû au ministère du Revenu suite à un avis de tiers-saisi (novembre 1995); - un montant de $ à titre de frais légaux (novembre 1995); - un montant de $ à titre de remboursement de prêt. ****** agissait en cela en vertu de la convention de prêt hypothécaire laquelle, indique ce qui suit: «28. L'emprunteur autorise par les présentes, le prêteur à retenir et attribuer, sans avis préalable, le montant de tout dépôt d'épargne, présent ou futur, en paiement de toutes dettes dues en vertu des présentes et ratifie d'avance tout virement de fonds effectué à cette fin, la 2000, Publications CCH Imprimé le

16 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 2 autorisation n'engageant toutefois en rien la responsabilité du prêteur en cas d'omission ou d'erreur quelconque.» Votre questionnement a justement trait à l'utilisation par ****** des sommes d'argent apparaissant durant le printemps et l'été 1995 au crédit du compte bancaire de la corporation. En effet, il apparaît aujourd'hui que le Ministre détenait, à cette époque, une créance au montant d'environ $ et représentant la taxe sur le capital «estimée» pour l'exercice clos en septembre La corporation n'ayant pas produit de déclaration de revenus dans les délais requis, ce n'est que le 21 mai 1996 que le Ministre émet finalement un premier avis de cotisation «estimatif» pour ce montant. Le Ministre détenait donc le ou vers le mois de mars 1995 une créance exigible car la corporation aurait dû acquitter au plus tard 60 jours après la fin de son exercice ( ) tout solde impayé du montant de taxe due sur son capital versé montré aux livres et aux états financiers préparés, pour l'année, conformément aux principes comptables généralement reconnus en vertu des articles 1027, 1131 et 1145 de la Loi sur les impôts (L.R.Q., c. 1-3). Elle n'était toutefois pas encore à cette époque liquide ou déterminée; ce n'est en effet que vers le mois de mai 1996 que le Ministre émettra à l'endroit de la corporation une cotisation dite «estimative» à cet effet. Pendant ce temps ***** *, à titre de créancier garanti et sur la base de la convention de prêt hypothécaire, administre les activités commerciales reliées à l'immeuble à partir du mois de juin 1995 en percevant les loyers et revenus d'intérêts et en payant divers comptes suite aux défauts de la débitrice. Cette description des faits serait incomplète sans mention du fait que le 19 septembre 1995, la créancière signifie à la corporation un «préavis d'exercice d'un droit hypothécaire» (art. (02757 et (02758 C.c.Q.) de la nature d'une prise en paiement ainsi qu'un «avis de l'intention de mettre à exécution des garanties» résultant d'un acte de prêt hypothécaire (incluant notamment le droit pour ****** d'intenter une requête en délaissement contre le possesseur de l'immeuble et/ou de percevoir le loyer et/ou de prendre possession de l'immeuble, de le gérer et de l'administrer et/ou de devenir propriétaire de l'immeuble après avoir donné l'avis prévu par la Loi). Enfin, les 9 et 10 janvier 1996, les parties apposaient leur signature sur un «acte de délaissement volontaire et de prise en paiement» consenti par ****** à ******. Cet acte révèle que la remise factuelle de l'immeuble à la créancière aurait été faite en date du 12 octobre ******, par l'effet de la prise en paiement et en vertu de l'article (02783 C.c.Q., est considérée être devenue propriétaire de l'immeuble depuis le jour de l'inscription du préavis. 2. Ouestion en litige Compte tenu de ce qui précède, le Ministre peut-il tenter de récupérer auprès du créancier les sommes impayées par la corporation en émettant à son endroit un avis de cotisation en application du cinquième alinéa de l'article 14 L.M.R.. Cet article indique que toute «distribution de biens» faite par «toute personne» qui liquide, administre ou contrôle les biens, les affaires, le revenu ou les activités commerciales d'une autre personne et ce, sans l'obtention du certificat du ministre, rend ce contrevenant personnellement responsable des «droits, intérêts et pénalités exigibles de l'autre personne ou qui le deviendront dans les 12 mois suivants en vertu de toute loi fiscale» jusqu'à (Q 2000, Publications CCH Imprimé le

17 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 3 concurrence de la valeur des biens qu'il a distribués. Fait important à souligner, cette corporation existe toujours ïuridiquement et ne fait l'objet d'aucune procédure de dissolution et/ou de mise en faillite. Plus, elle a institué une poursuite contre ****** devant la Cour supérieure pour le recouvrement d'une somme totalisant $. Selon le responsable du dossier au sein du Centre de perception fiscale, ce montant correspond aux sommes apparaissant au crédit du compte bancaire ****** en mars Argumentation Lorsque ****** commence à percevoir les loyers et à payer les comptes, nous sommes d'opinion qu'elle contrôle ou administre temporairement les activités commerciales reliées à l'exploitation de l'immeuble, propriété de la corporation. Cette conclusion s'appuie sur la preuve documentaire disponible et s'impose à défaut de renseignements additionnels non disponibles compte tenu du fait que le ministère ne. dispose pas d'une copie de l'acte hypothécaire intervenu en 1992 entre les parties en présence. ****** administre certes sur la base d'une clause conventionnelle en vue de la protection de ses droits et de sa sûreté mais elle le fait aussi pour autrui compte tenu du fait que l'immeuble et le compte bancaire sont toujours la propriété de la corporation. Ceci dit, pour justifier l'émission d'une cotisation contre ******, il faudrait conclure que les paiements effectués par ****** durant cette période constituent pour celle-ci «une distribution des biens sous son contrôle» au sens de l'article 14 L.M.R. et nous ne pouvons souscrire à une telle conclusion pour les raisons suivantes. Les paiements faits aux créanciers concernés durant les mois de juin à novembre 1995 ne peuvent être assimilés à des paiements effectués à des créanciers dans le cadre d'une dissolution, de la cessation définitive des opérations de cette entreprise ou de l'abandon de sa charte par celle-ci. S'il est exact de dire que la corporation se trouve impliquée dans une procédure qui sort quelque peu du cours normal de ses opérations (défauts donnant ouverture à l'intervention d'un créancier garanti), les paiements eux sont majoritairement imputés à des comptes qui de par leur nature sont courants dans le quotidien d'une entreprise (taxes, assurances, TPS/TVQ, hypothèque, etc.) et ils ne peuvent être assimilés à la distribution d'un reliquat ou des actifs importants ou monnayables d'une entreprise. Ils sont tous, incluant la compensation qu'elle opère pour un montant de $ en novembre 1995 en vue d'une éventuelle affectation au paiement des privilèges de construction affectant l'immeuble, assimilables aux «actes nécessaires» à l'exploitation et au maintien de l'usage d'un bien tel que la loi le prévoit au chapitre de l'«administration du bien d'autrui» (art. 6'01299 et ss. C.c.Q.). Nous concluons donc que les «paiements» sous étude ne correspondent pas à une distribution de biens mais sont plutôt des paiements d'états de compte courants et en cela, ils n'ont pas pour conséquence d'appauvrir le patrimoine de la corporation. Rappelons également que la corporation est durant cette période toujours propriétaire de l'immeuble. L'article 14 L.M.R. ne peut donc trouver ici application considérant l'inexistence d'un (Ç;) 2000, Publications CCH Imprimé le

18 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 4 élément essentiel pour donner lieu à son application, soit une distribution de biens par laquelle on liquide ou diminue grandement la valeur des actif d'une personne sans ce soucier de son endettement fiscal. Il n'y a donc pas lieu d'appliquer l'article 14 L.M.R. à l'égard de ****** dossier. dans ce (Q 2000, Publications CCH Imprimé le

19 Collection fiscale du Québec -Décembre 2000 Page Omission d'un vendeur dans d'entreprise - Responsabilité des administrateurs Date: 20 juin 1997 Expéditeur: Direction générale de la législation une Loi(s): Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., chap. M-31), 14 et vente La présente note donne suite à votre demande verbale du 10 juin dernier concernant l'objet identifié en rubrique. En raison des particularités de la situation que vous nous avez décrite, nous croyons qu'une réponse écrite s'avère pertinente..... Les faits à l'origine de votre demande se résument comme suit: Le ******, la société «******» a vendu son entreprise en l'occurrence ******; Il ne semble pas y avoir de lien de dépendance entre les parties; Le contrat de vente stipule que celle-ci comprend tout ce qui constitue l'actif du commerce sauf le compte de banque du vendeur et les comptes recevables; L'acte de vente renferme également une mention à l'effet que le vendeur a complété une déclaration suivant laquelle il n'a aucune dette, ni personnelle, ni relative à l'entreprise vendue. Cette déclaration a été complétée en conformité avec l'article to 1768 du Code civil du Québec; Aucun certificat en vertu de l'article 14 de la Loi sur le ministère du Revenu (L.R.Q., c. M-31) n'a été demandé;. ****** a été cotisée après la vente d'entreprise soit au mois de ****** pour une dette fiscale concernant la taxe sur le capital non payée antérieurement à la vente d'entreprise à savoir avant le ******;. Depuis, ****** a fait faillite. Suivant ce qui précède, vous nous demandez d'identifier quels sont les recours du Ministère. Il s'agit ici d'une vente d'entreprise au sens des articles to 1767 et ss. du Code civil du Québec (ci-après «C.C.Q.»). En vertu de ces dispositions, l'acheteur doit, avant de se départir du prix de vente, obtenir du vendeur une déclaration sous serment identifiant les créanciers du vendeur et mentionnant les informations pertinentes aux créances. Or, même si à la date de la vente d'entreprise, le Ministère n'avait pas encore cotisé ******, le Ministère aurait dû être identifié comme un créancier de cette entreprise puisqu'un montant de taxe sur le capital n'avait pas encore été versé. En effet, il est établi qu'une dette fiscale naît par le simple effet de la loi. Ainsi, à l'égard de la taxe sur le capital, nous pouvons conclure que la dette fiscale ({;) 2000, Publications CCH Imprimé le

20 Collection fiscale du Québec - Décembre 2000 Page 2 existait lors de la vente d'entreprise bien qu'elle ne pouvait alors être exigible. La jurisprudence reconnaît d'ailleurs qu'une créance non liquide existe quand même.*(i) Dans l'affaire en question, l'acheteur n'a, selon nous, rien à se reprocher. Il a suivi les formalités prévues. C'est le vendeur qui a fait défaut de compléter adéquatement sa déclaration sous serment. Conséquemment, le Ministère ne dispose d'aucun recours contre l'acheteur (6'01775 C.C.Q.). Toutefois, n'ayant pas participé à la distribution, le Ministère conserve le droit d'exercer les droits et recours que lui accorde la loi. Contre le vendeur, ceux-ci demeurent à toute fin pratique de peu d'utilité puisque ce dernier est en faillite. À l'encontre des administrateurs, deux avenues doivent être examinées, à savoir une cotisation basée sur l'article L.M.R. et une cotisation reposant sur l'article 14 L.M.R. Une cotisation émise sur la base de l'article L.M.R. ne peut être retenue. En effet, la taxe sur le capital n'est pas un montant qu'une société doit retenir, déduire ou percevoir ou un montant qu'elle doit verser en tant qu'employeur en vertu des lois particulières qui y sont énoncées. En conséquence, le non-paiement de la taxe sur le capital ne peut donner ouverture à la responsabilité des administrateurs sur la base de l'article L.M.R. Quant à l'application de l'article 14 L.M.R., ******. Or, tel que précisé ci-dessus, en ne désignant pas le Ministère en tant que créancier, le vendeur n'a pas respecté toutes les formalités auxquelles il était assujetti. Puisque la vente a été faite par l'entremise de ******, président, secrétaire et administrateur de la société et puisque la vente constitue en fait une distribution de l'actif de la société, le Ministère, conformément au sixième alinéa de l'article 14 L.M.R., conserve ses recours contre le ou les administrateurs du vendeur à savoir cotiser ****** et, le cas échéant, les autres administrateurs au motif qu'ils ont consenti ou acquiescé à la distribution des biens de la société débitrice fiscale. (Q 2000, Publications CCH Imprimé le

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau).

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). PROMESSE D ACHAT La présente promesse d achat est conclue entre : l' «acheteur» (nom), (domicile actuel) (téléphone, domicile) (avec coacquéreur) (nom) domicile actuel) (téléphone, domicile) et le «vendeur»

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE Avis est, par les présentes, donné à d'administrateur d'une compagnie en faillite. de ses obligations et responsabilités à

Plus en détail

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre D-5 Loi sur les dépôts et consignations SECTION I DU BUREAU DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS Bureau des

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE LES BUREAUX DE CRÉDIT DU NORD DOSSIER 03 00 49 MARS 2003 1. Mise

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités des dépôts, fonds et portefeuilles de la Caisse de dépôt et placement du Québec

Règlement sur les conditions et modalités des dépôts, fonds et portefeuilles de la Caisse de dépôt et placement du Québec R.R.Q., c. C-2, r. 0.1 Règlement sur les conditions et modalités des dépôts, fonds et portefeuilles de la Caisse de dépôt et placement du Québec Loi sur la Caisse de dépôt et placement du Québec (L.R.Q.,

Plus en détail

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de perception régulièrement mis en recouvrement sont exécutoires contre

Plus en détail

Inutilisable pour. une transaction. Spécimen. Elle est située sur un terrain loué appartenant à et décrit comme suit :

Inutilisable pour. une transaction. Spécimen. Elle est située sur un terrain loué appartenant à et décrit comme suit : FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 PROMESSE D ACHAT MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ Inutilisable pour NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier 2015. 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

COMPTE DE DIVIDENDES EN CAPITAL

COMPTE DE DIVIDENDES EN CAPITAL COMPTE DE DIVIDENDES EN CAPITAL Les dividendes versés par une société à ses actionnaires sont généralement imposables et les particuliers qui les reçoivent doivent payer des impôts pouvant s'élever à 38,5

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MME et MM. les Directeurs Date : des Caisses Régionales d'assurance Maladie 10/06/97 MM. les Directeurs

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Demande de soumissions

Demande de soumissions Demande de soumissions Dans l affaire de la faillite de 43-1861735, Cliche Madore inc., syndic, requiert des soumissions à l'égard de l actif décrit ci-dessous. Description de l actif Bâtiments et terrain

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

Cession d un contrat d assurance vie en garantie d un emprunt

Cession d un contrat d assurance vie en garantie d un emprunt Cession d un contrat d assurance vie en garantie d un emprunt Introduction En règle générale, les primes d un contrat d assurance vie ne sont pas déductibles du revenu. Une exception à cette règle serait

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014 BULLETIN FISCAL 2014-134 Mai 2014 NOUVEAU CRÉDIT D IMPÔT DU QUÉBEC : LOGIRÉNOV Le gouvernement du Québec a annoncé les modalités d application d un nouveau crédit d impôt remboursable pour la rénovation

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

ACTE D HYPOTHÈQUE IMMOBILIÈRE SUR BIEN SPÉCIFIQUE TABLE DES MATIÈRES

ACTE D HYPOTHÈQUE IMMOBILIÈRE SUR BIEN SPÉCIFIQUE TABLE DES MATIÈRES ACTE D HYPOTHÈQUE IMMOBILIÈRE SUR BIEN SPÉCIFIQUE TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE... 5 0.00 INTERPRÉTATION... 6 0.01 Terminologie... 6 0.01.01 Acte... 6 0.01.02 Activités... 6 0.01.03 Cas de défaut...

Plus en détail

Deux sociétés sont associées si, à un moment quelconque de l'exercice, l'une des sociétés contrôle l'autre directement ou indirectement.

Deux sociétés sont associées si, à un moment quelconque de l'exercice, l'une des sociétés contrôle l'autre directement ou indirectement. Mai 2008 SOCIÉTÉS ASSOCIÉES Les lois fiscales renferment plusieurs dispositions concernant les sociétés associées. Entre autres, la notion de sociétés associées est importante pour le partage de la déduction

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ DE LA LOTERIE INTERPROVINCIALE INC. Règlements relatifs aux loteries et billets de loterie

LA SOCIÉTÉ DE LA LOTERIE INTERPROVINCIALE INC. Règlements relatifs aux loteries et billets de loterie 1. Dans ce règlement, DÉFINITIONS (a) «billet» signifie un billet, un certificat ou tout autre titre émis en vertu d une loterie et dont la vente est autorisée par la Société ou par un organisme de distribution

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi.

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi. Glossaire des prêts Acompte : Montant en espèces que l'acheteur doit verser au vendeur pour prouver sa bonne foi. Si l'offre est acceptée, l'acompte est affecté à la mise de fonds. Si l'offre est subséquemment

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION Le mécanisme de la subrogation Introduction La subrogation est un mécanisme juridique qui permet au créancier (A) qui est payé par une autre personne (B) que son

Plus en détail

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT entre Monsieur/Madame NOM NOM À LA NAISSANCE PRÉNOM DATE DE NAISSANCE ADRESSE PERMANENTE ADRESSE DE CORRESPONDANCE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Dans l'affaire de la faillite de : Centre du Pneu M.C. inc. Débitrice - et - DEMERS BEAULNE INC. Syndic CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Voici les conditions de vente de DEMERS BEAULNE INC. Les conditions

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE LE CONTRAT DE VIE COMMUNE CLAUSES À PRENDRE EN CONSIDÉRATION INTRODUCTION Cette liste a pour objectif de servir d aide-mémoire dans la rédaction d un contrat de vie commune. Elle doit être lue avec la

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT FONDS DE REVENU VIAGER DU MANITOBA (FRV-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT FONDS DE REVENU VIAGER DU MANITOBA (FRV-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT FONDS DE REVENU VIAGER DU MANITOBA (FRV-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations immobilisées

Plus en détail

Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur)

Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur) SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur) Note : Certains renseignements contenus dans la présente liste peuvent ne pas s

Plus en détail

INTRODUCTION OBJECTIF

INTRODUCTION OBJECTIF Page 1 de 8 A INTRODUCTION Le mandat de La Financière agricole du Québec est de stimuler les investissements et de protéger les revenus des entreprises agricoles. Pour assurer son mandat, elle a mis en

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

BULLETIN NO 98003. DATE : Le 14 décembre 1998

BULLETIN NO 98003. DATE : Le 14 décembre 1998 @ Ontario Ministbre de la Consommation et du Commerce BULLETIN NO 98003 DATE : Le 14 décembre 1998 Loi sur I'enregistrement des droits immobiliers 1 1 Divlslon de I'enregistrement Direction de I'enregistrement

Plus en détail

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... I APERÇU... 1 DÉFINITIONS... 1 ADMISSIBILITÉ... 2 ADHÉSION... 2 RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES... 3 ACTIONS... 4 FRAIS...

Plus en détail

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes :

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : Avril 2007 Bulletin fiscal Faillite et insolvabilité Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : un syndic de faillite un contrôleur un séquestre un créancier garanti

Plus en détail

ANNEXE I (a. 3) FORMULAIRE DE FIXATION DES

ANNEXE I (a. 3) FORMULAIRE DE FIXATION DES CANADA Province de Québec District de N 0 du dossier ANNEXE I (a. 3) FORMULAIRE DE FIXATION DES PENSIONS ALIMENTAIRES POUR ENFANTS FORMULAIRE : du père de la mère produit conjointement établi par le juge

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, pars. g et h et 94, par. p) SECTION I OBJET 1. Un médecin

Plus en détail

Le pouvoir de percevoir et d'exiger le recouvrement des créances fiscales avant et après le décès

Le pouvoir de percevoir et d'exiger le recouvrement des créances fiscales avant et après le décès Le 7 juin 2004 Affaires juridiques et fiscales Les impôts n'expirent jamais et sont même héréditaires Le pouvoir de percevoir et d'exiger le recouvrement des créances fiscales avant et après le décès Hélène

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur.

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur. Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT.

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR- FRATERNITE-JUSTICE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES

Plus en détail

PRÊTS PAPLT (MAISONS MOBILES)

PRÊTS PAPLT (MAISONS MOBILES) INSTRUCTIONS POUR COMPLÉTER L'HYPOTHÈQUE MOBILIERE SANS DEPOSSESSION (PERSONNES PHYSIQUES) (Formule 50805) PRÊTS PAPLT (MAISONS MOBILES) (1) Compléter la clause 1.1 (a) (1) en insérant la date de signature

Plus en détail

Offre d achat propriété résidentielle*

Offre d achat propriété résidentielle* Offre d achat propriété résidentielle* (unifamiliale, copropriété ou terrain) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : Téléphone (jour) : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Téléphone (jour): Téléphone (jour):

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ Le capital-actions autorisé de la société se compose de quatre catégories d actions. Les droits et restrictions

Plus en détail

RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE

RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE 1 RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE Division des entreprises et des publications Direction des décisions de l'impôt Direction générale de la politique et de

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

A reçu le présent acte authentique comportant

A reçu le présent acte authentique comportant REPUBLIQUE FRANÇAISE -=-=-=- DOCUMENT HYPOTHECAIRE NORMALISE 12-D4-548 PARTIE NORMALISEE 1 - L'an deux mil treize Et le En l'hôtel de la Sous-Préfecture de VALENCIENNES Le Sous-Préfet de VALENCIENNES agissant

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

L À-PROPOS JURIDIQUE FISCAL

L À-PROPOS JURIDIQUE FISCAL Mars 2008 Le groupe d expertise en droit fiscal de Miller Thomson Pouliot publie périodiquement des bulletins à l intention des clients du cabinet. Nous vous invitons à acheminer ce courriel à toute personne

Plus en détail

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV CHAMP D APPLICATION DÉFINITIONS POLITIQUE DE PLACEMENT INFORMATION

Plus en détail

DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT

DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT TP-1016 2001-02 DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT Ce formulaire s adresse à tout particulier qui demande au ministère du Revenu d autoriser son employeur (ou le payeur) à réduire sa retenue d

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

RÈGLEMENT relatif au programme Remise en argent

RÈGLEMENT relatif au programme Remise en argent RÈGLEMENT relatif au programme Remise en argent Règlement Le programme Remise en argent Banque Laurentienne est assujetti au règlement suivant, sous réserve de modifications sans préavis. Si vous décidez

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail

MENTIONS OBLIGATOIRES EN VERTU DE LA LOI DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

MENTIONS OBLIGATOIRES EN VERTU DE LA LOI DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR MENTIONS OBLIGATOIRES EN VERTU DE LA LOI DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR COMPLÉMENT AU CHAPITRE 25 PAGE 199 Ce document contient le texte des mentions obligatoires exigées par la Loi de la protection

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD CONVENTION ENTRE LA FRANCE ET LE ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIERE D'IMPOTS SUR LES SUCCESSIONS signée à Paris le 21 juin 1963, approuvée

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 13 - Se lancer en affaires

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 13 - Se lancer en affaires Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 13 - Se lancer en affaires Réponses aux questions 13.1 Les cinq formes juridiques d'une entreprise qui n'est

Plus en détail

Avantages sociaux futurs

Avantages sociaux futurs Avantages sociaux futurs Traitement comptable des obligations émises en vertu du projet de loi (PL) 54 État de la situation L article 255 du PL 54 (voir l annexe A) permet l émission d une obligation municipale

Plus en détail

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La rente viagère I. Définition et principes 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La vente en viager est la vente d'un bien dont le vendeur (le crédirentier) cède la pleine ou la nue-propriété

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

DEMANDE DE SOUMISSIONS

DEMANDE DE SOUMISSIONS DEMANDE DE SOUMISSIONS Pierre Roy & Associés inc. (ci-après le «Séquestre») a été nommée séquestre aux biens de 7319983 Canada inc. (Système APM 2010) (ci-après «APM») par le tribunal en vertu d une ordonnance

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

Manuel du tarif et de la facturation. 6. Dépens et contributions

Manuel du tarif et de la facturation. 6. Dépens et contributions Manuel du tarif et de la facturation 6. Dépens et contributions Aide juridique Ontario Titre : Manuel de tarif et de la facturation Auteur : Les services aux avocats et paiements Dernière mise à jour :

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

Hypothèque sur les montants payables par l État

Hypothèque sur les montants payables par l État Hypothèque sur les montants payables par l État Introduction Le domaine des sûretés a considérablement évolué depuis l avènement du Code civil du Québec («Code civil») en 1994. En effet, l hypothèque mobilière

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

Nous sommes avec vous, au décès d un proche

Nous sommes avec vous, au décès d un proche Nous sommes avec vous, au décès d un proche Le décès d un proche peut bouleverser votre monde. Votre conseiller financier peut alléger votre fardeau. Nous savons que vous traversez une épreuve difficile

Plus en détail

9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle»

9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle» 9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle» MODALITÉS ET CONDITIONS DE VENTE À : NATHALIE BRAULT SYNDIC INC.., es-qualités de syndic à la faillite de 9119-5982 Québec inc. (ci-après désigné par le «Syndic»).

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT En principe, l'accord sur la chose et sur le prix vaut vente; mais toutes les conditions d'une vente sont rarement réunies lorsque les parties

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

AVENANT DE COÛT UNIFORME JACK HELPER & JILL HELPER

AVENANT DE COÛT UNIFORME JACK HELPER & JILL HELPER AVENANT DE COUVERTURE SUPPLÉMENTAIRE annexé à la police n o établi par la Transamerica Vie Canada Assuré au titre de l'avenant : JACK HELPER & JILL HELPER Date d'établissement de l'avenant : 01 octobre

Plus en détail

FIDUCIE FAMILIALE (À titre gratuit et avec donation entre vifs) TABLE DES MATIÈRES

FIDUCIE FAMILIALE (À titre gratuit et avec donation entre vifs) TABLE DES MATIÈRES FIDUCIE FAMILIALE (À titre gratuit et avec donation entre vifs) TABLE DES MATIÈRES PAGE 0.00 INTERPRÉTATION... 6 0.01 Terminologie... 6 0.01.01 Acte... 7 0.01.02 Bénéficiaires... 7 0.01.03 Bénéficiaires

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC CONVENTION D'HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE ENTRE SAISIE. ci-après nommé(e) le "créancier", SAISIE

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC CONVENTION D'HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE ENTRE SAISIE. ci-après nommé(e) le créancier, SAISIE Cet acte de garantie a été conçu pour répondre aux situations suivantes : - pour garantir un prêt qui n est pas à risque partagé, mais sans les dispositions de l hypothèque continue; - pour garantir un

Plus en détail

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER ENTRE : LA MINISTRE DES RESSOURCES NATURELLES, pour et au nom du gouvernement

Plus en détail

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC P6NOV05F C/S P.006 ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT ET LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC CONCERNANT LES EXEMPTIONS, LES AVANTAGES FISCAUX ET LES PRÉROGATIVES DE COURTOISIE CONSENTIS AU PROGRAMME, AUX REPRÉSENTANTS

Plus en détail

- Financier/Fiscalité

- Financier/Fiscalité Tél. : 514.931.2602 Courriel : jhgagnon@jeanhgagnon.com LISTE DE THÈMES À DISCUTER AUX FINS DE LA RÉDACTION D UNE CHARTE DE L ENTREPRISE FAMILIALE HELPCF Aider le conseil de famille pour les objectifs

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU YUKON. DIRECTIVE DE PRATIQUE N O 21 Procédure successorale Directives concernant l'état de l'actif et du passif et la répartition

COUR SUPRÊME DU YUKON. DIRECTIVE DE PRATIQUE N O 21 Procédure successorale Directives concernant l'état de l'actif et du passif et la répartition COUR SUPRÊME DU YUKON DIRECTIVE DE PRATIQUE N O 21 Procédure successorale Directives concernant l'état de l'actif et du passif et la répartition Les lignes directrices suivantes pour la préparation d'un

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL?

LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL? 0 LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL? Rien n interdit au propriétaire de mettre en vente le bien loué pendant la durée de la location. En soi, la vente du bien loué ne met pas fin au bail, mais

Plus en détail

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître?

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître? BIENS SANS MAITRE Qu'est ce qu'un bien sans maître? Il ne peut s'agir que de biens immobiliers. Ces immeubles par leur nature sont susceptibles de propriété privée mais ils ne font l'objet d'aucune appropriation

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION VILLE DE MONTRÉAL ARRONDISSEMENT DE VILLE-MARIE CA-24-107 RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION Vu l article 119 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19.1);

Plus en détail

Règlement sur l exercice de la profession d optométriste en société

Règlement sur l exercice de la profession d optométriste en société c. O-7, r. 8 Règlement sur l exercice de la profession d optométriste en société Loi sur l'optométrie (L.R.Q., c. O-7, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. g et h, a. 94, par. p) c.

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ

Plus en détail

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13 LSSSS Fonctions reliées à l'identification et à la certification des résidences privées pour aînés et de certaines ressources offrant de l'hébergement pour des clientèles vulnérables 346.0.1. Afin d'identifier

Plus en détail