RAPPORT RENCONTRE FRANCO-BRÉSILIENNE SUR L'ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT RENCONTRE FRANCO-BRÉSILIENNE SUR L'ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE"

Transcription

1 RAPPORT RENCONTRE FRANCO-BRÉSILIENNE SUR L'ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE 27 et 28 novembre 2014 Brasília Brésil Co-organisateurs: Contacts Mariana Nascimento Collin Représentante du FMDV au Brésil (Fonds Mondial pour le Développement des Villes) Carlos de Freitas Directeur de Programmes du FMDV à Paris Rose-Anne Bisiaux Attachée de Coopération Technique, Ambassade de France au Brésil Tatiana Reis Chargée de Mission du Secrétariat Exécutif du Réseau de Gestionnaires de Politiques Publiques de l'economie Solidaire Reynaldo Sorbille, Coordinateur du projet de renforcement du réseau de gestionaires de politiques publiques de l'economie Solidaire de la Fondation Unitrabalho // Paulo Oliveira Coordinateur des Relations Internationales de l'association des Maires Brésiliens (Frente Nacional de Prefeitos - FNP)

2 ACCORD NATIONAL DE COOPÉRATION FRANCE/BRÉSIL SUR L' ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La rencontre des 27 et 28 novembre dernier entre élus et gestionnaires français et brésiliens a été la première activité organisée dans le cadre de la "déclaration d'intention sur la coopération et l'assistance technique en matière d'économie sociale et solidaire" signée en décembre 2013 entre le ministre du Travail brésilien, Manoel Dias et le ministre d'economie Sociale et Solidaire français, Benoît Hamon. L'accord détermine trois axes de coopération: 1/ Développer la formation de professionnels engagés dans la conception et mise en oeuvre de politiques d'économie sociale et solidaire. 2/ Favoriser les échanges d'expériences et de bonnes pratiques: faciliter le transfert de connaissances et la participation réciproque lors d'événements nationaux et régionaux. 3/ Promouvoir les projets conjoints de coopération: identifier les innovations et expérimentations sociales qui présentent un intérêt mutuel. Parmi les thématiques prioritaires: politiques d'appui à l'ess; élaboration d'un cadre juridique et réglementaire adapté à l'ess; les réseaux de coopération et de développement territorial; la promotion d'incubateurs d'entreprises de l'ess; la reprise d'entreprises par les salariés, notamment lorsqu'elles sont en faillite ou sur le point de l'être; le développement économique des entreprises économiques solidaires, principalement dans les activités de recyclage des déchets informatiques, des vêtements, véhicules...; la recherche, le développement et la dissémination des technologies appropriées aux entreprises économiques solidaires; l'économie de proximité; la finance solidaire; le commerce juste et équitable. JEUDI 27 NOVEMBRE La rencontre franco-brésilienne s'est déroulée durant la 3ème Conférence Nationale de l'economie Solidaire (3a CONAES) qui a eu lieu à Brasilia du 27 au 30 novembre La Conaes, conférence organisée tous les quatre ans par le Secrétariat National de l'economie Solidaire (SENAES), a pour objectif la construction d'un Plan National de l'economie Solidaire, pour promouvoir le droit de produire et de vivre de façon associative et durable. L'agenda du jour a commencé par l'organisation d'une première table ronde dont l'objectif était d'analyser les contextes nationaux brésiliens et français en matière d'économie sociale et solidaire. Les interventions ont eu pour objectif de présenter les particularités de chaque pays en matière de politiques nationales et locales, identifier les principaux acteurs et thèmes de l'ess, les principales difficultés rencontrées et les opportunités existantes pour les politiques d'ess. La discussion a aussi cherché à présenter le fonctionnement et rôle des réseaux de gestionnaires et territoires de l'ess dans les deux pays. Elle était composée des intervenants suivants: Paul Singer, Secrétaire National de l'économie Solidaire (SENAES) Sonia Marise, Professeur de l'université de Brasilia et Secrétaire Exécutive de la Fondation Unitrabalho Juliana Braz, Centre de Recherche de l'ess de l'université de São Paulo (NESOL/USP) Hélio Rabelo, représentant du Forum National des Secrétaires d'etat du Travail (Fonset) Patrick Risselin, Conseiller Affaires Sociales de l'ambassade de France au Brésil

3 Anne Laure Federici, Déléguée Générale du Réseau des Territoires pour une Economie Solidaire (RTES) Tatiana Reis, représentante du Secrétariat Exécutif du Réseau de Gestionnaires de Politiques Publiques de l'economie Solidaire Carlos de Freitas, Directeur de Programmes du FMDV (Fonds Mondial pour le Développement des Villes) Gerson Martins, Chargé de Mission de l'association des Maires Brésiliens (Frente Nacional de Prefeitos - FNP) Le Professeur Paul Singer, Secrétaire National de l'economie Solidaire depuis la création de la Senaes en 2003, a ouvert la discussion en rappelant l'importance du partage d'expériences entre pays pour tirer des enseignements avec les succès et échecs des uns et des autres. Il a souligné les similitudes idéologiques et politiques ainsi que les différences de réalité entre la France et le Brésil, qui rendent le partage d'expériences encore plus enrichissant. Il a aussi souligné l'importance des partenariats entre le gouvernement fédéral et les autorités locales, villes et Etats, pour une application effective des politiques d'économie solidaire, justifiant de cette façon la pertinence d'une rencontre entre autorités locales. Hélio Rabelo, du Fonset, a complété en soulignant que l'apprentissage sera mutuel et qu'aussi bien la France que le Brésil ont beaucoup à apprendre l'un de l'autre. Sonia Marise, Professeur de l'université de Brasilia et Secrétaire Exécutive du réseau universitaire et de centres de recherche sur le travail, Fondation Unitrabalho, a souligné le rôle central des universités dans la formation sur l'économie solidaire et a fait un panorama du contexte de l'écosol au Brésil. Prof. Marise a rappelé que l'écosol au Brésil est née pour faire face aux inégalités créées par le système capitaliste et participe à la stratégie d'éradication de l'extrême pauvreté du gouvernement fédéral. Les principaux thèmes

4 de l'écosol au Brésil sont: les politiques d'agriculture familiale, la gestion de déchets et notamment l'inclusion des chiffonniers ("catadores"), l'artisanat, les finances solidaires et le commerce équitable. Parmi les avancées de l'écosol au Brésil, elle a mentionné la création du Conseil National de l'economie Solidaire en 2006 et l'élaboration d'un projet de loi de Politique Nationale de l'economie Solidaire en Néanmoins, elle a souligné les nombreuses limites qui persistent, parmi lesquelles: le manque de politiques structurantes pour l'économie solidaire, l'absence d'une régulation effective qui protège le travail et la vie associative; l'absence d'un cadre juridique adéquat pour la relation entre l'etat et la société civile; la dégénération d'entreprises sociales du au manque de formation. D'autres défis identifiés incluent: la difficulté d'accès à l'assistance technique et au crédit dans de bonnes conditions; peu d'instruments de transfert de ressources financières entre le gouvernement fédéral et les autorités locales; ne pas être incluse dans la stratégie nationale et locale de développement durable des territoires; projet de loi de l'écosol coincé au Congrès. Juliana Braz du NESOL/USP a abordé le thème des finances solidaires, en rappelant notamment qu il s agit d un thème central pour le développement territorial vu que les finances doivent être "territorialisées", c'est-àdire s'adapter aux dynamiques et besoins locaux. Au Brésil, les finances solidaires sont encadrées par le Comité Thématique de Crédit et Finances Solidaires (fait partie du Conseil National de l'economie Solidaire), et se divisent en trois groupes: 1/ les coopératives de crédit, qui sont des institutions financières; 2/ les banques communautaires de développement, qui sont des institutions sociales mais qui ont des produits financiers (il existe 104 banques communautaires au Brésil); 3/ les fonds rotatifs et solidaires; organisés avec l'épargne locale et directement en lien avec les initiatives solidaires (plus de 1000 fonds identifiés). Mme. Braz a rappelé que le rôle des autorités locales dans l appui aux initiatives de finances solidaires est important pour exécuter la politique publique locale de l'économie solidaire et promouvoir les entreprises solidaires. Elle a aussi mentionné les principaux défis du Comité Thématique, parmi lesquels faire l'articulation des initiatives de finances solidaires avec la société civile et les autorités publiques, et définir un cadre juridique qui garantisse que les initiatives sociales puissent exercer une fonction de financement. Patrick Risselin, de l'ambassade de France, a présenté les données qui illustrent la place de l'ess pour l'économie de la France, montrant ainsi que le secteur est loin d'être marginal. L'ESS en France représente aujourd'hui: entreprises, 9% du total d'entreprises privées françaises, 10% du PIB, salariés, 11% des emplois du secteur privé (dont 17% de cadres). Il s agit d un secteur qui se caractérise par son dynamisme en matière de création d'emplois: entre 2000 et 2013, le secteur de l'ess a créé 24% d'emplois supplémentaires, tandis que le secteur de l'économie classique à peine 4%; de la même façon, la perspective pour les prochains 7 ans est de créer emplois dans le secteur de l'ess. En ce qui concerne les domaines d'action, ce secteur représente 2/3 du secteur sanitaire et social (principalement le service aux personnes âgées et handicapées), 2/3 des activités de sport et loisir, 1/3 des activités financières (mutuelles de santé et prévoyance); 1/4 du secteur de l'éducation et la culture. M. Risselin a rappelé que les activités du secteur de l'ess sont anciennes, mais ont été reconnues récemment grâce à l'adoption de la Loi Nationale de l'ess en juillet Celle-ci reconnaît et réaffirme l'identité de l'ess, et a permis de définir un cadre juridique unique (l'ess était jusqu'alors régulée par huit codes juridiques différents). Son objectif est de donner une définition claire de ce qu'est l'ess mais aussi d'encourager un saut d'échelle du secteur et de garantir l'efficacité de l'appui institutionnel et financier pour le secteur. Il a présenté les cinq grands objectifs de la loi: 1) Reconnaitre l'ess comme un mode innovant et durable d'entreprendre en donnant une définition claire du secteur. Les entreprises de l'ess se basent sur trois principes: (i) solidarité: lucrativité limitée et objectif d'utilité sociale. (ii) répartition des bénéfices encadrée: les profits doivent être réinvestis dans l'entreprise. (iii) gouvernance participative qui respecte le principe 1homme = 1voix. L'ESS réunit quatre grandes familles: associations, fondations, coopératives et mutuelles. La loi permet dorénavant que les entreprises commerciales du secteur traditionnel qui respectent les trois principes de l'ess soient aussi considérées comme faisant partie du secteur. 2) Consolider les réseaux de gouvernance du secteur et définir les instruments de financement. Il a par exemple été cité la création du Conseil National de l'ess dont l'objectif est de favoriser le dialogue avec les conseils locaux et de définir le Plan National de l'ess tous les trois ans. La loi a aussi donné une définition juridique de la subvention afin de protéger aussi bien les associations que les autorités locales. 3) Augmenter le pouvoir des salariés. Pour cela, la loi a créé l'obligation pour les chefs de petites et moyennes entreprises (jusqu à 250 salariés), d'informer ses salariés lors du transfert de l'entreprise avec deux mois d'avance. De cette façon, les salariés auront la possibilité de reprendre l'entreprise s'ils le souhaitent (si c'est le cas, le chef d'entreprise aura l'obligation de former les salariés à la gestion de l'entreprise). La loi définit aussi de nouvelles formes de coopératives pour garantir la récupération des entreprises par les salariés: SCOP (Société Coopérative et Participative) et SCIC (Société Coopérative d'intérêt Collectif).

5 4) Créer un "choc coopératif" pour potentialiser le secteur de l'ess, en simplifiant les procédés administratifs et développer de nouveaux instruments qui devraient par ex. permettre d'identifier les entreprises sociales et vérifier qu'elles correspondent aux critères définis par la loi. 5) Renforcer les politiques de développement local. La loi encadre en particulier le thème des achats publics, reconnaît les monnaies complémentaires, et crée un cadre pour les Pôles Territoriaux de Coopération Économique (PTCE) dont l'objectif est de créer des emplois non délocalisables. Anne-Laure Federici, du Réseau des Territoires pour une Economie Solidaire (RTES), a présenté le fonctionnement du réseau créé en 2002 qui réunit 130 élus de collectivités territoriales de tous les échelons (commune, communauté de communes, départements et régions). Le RTES a deux objectifs: 1/ être un espace pour l'échange de bonnes pratiques entre élus et techniciens des autorités locales françaises. 2/ rôle de lobby pour renforcer la place de l'ess au sein des politiques publiques locales et nationales. Les activités organisées par le réseau incluent: séminaires d'échange d'expériences et débats; formation de gestionnaires (élus et techniciens); publications; partenariats; activités de lobby et promotion de l'ess. Le RTES, par exemple, pour accroitre la compréhension de l'ess, a produit un document destiné aux gestionnaires des autorités locales, qui explique pourquoi il est important de développer des politiques publiques locales de l'ess et comment elles peuvent soutenir les initiatives solidaires locales. L'intérêt pour les collectivités locales de participer au réseau est: (i) faire connaitre les actions qu'ils développent; (ii) échange d'expériences avec les paires sur les actions et difficultés; (iii) s'informer sur le contexte national, international, sur les sources de financement, etc.; (iv) bénéficier d'accompagnement et de formations. Mme Federici a complété avec quelques commentaires sur le contexte de l'ess en France: le secteur a eu une importance accrue au sein des politiques publiques nationales et locales en France depuis les crises financières et économiques de 2008 qui ont contribué à une prise de conscience généralisée des limites du mode de développement actuel, basé sur des visions de court terme, déconnectées des réalités économiques locales et des besoins de la population. Elle souligne trois thèmes importants des politiques publiques de l'ess en France: i) la notion de co-construction de la politique avec les acteurs locaux, d'où le rôle important des Conseils de Développement de l'ess; ii) la question de la transversalité des politiques publiques de l'ess qui souvent reste marginale et non intégrée dans les autres politiques par ex. de transport, agriculture, etc.; iii) la question de l'évaluation des politiques publiques de l'ess: d'autres indicateurs que l'emploi pourraient être utilisés pour démontrer l'impact de l'ess sur le développement du territoire. Tatiana Reis, du Réseau de Gestionnaires de Politiques Publiques de l'economie Solidaire a aussi présenté le fonctionnement du réseau brésilien. Créé en 2003, le réseau réunit plus de 230 gestionnaires des trois niveaux de gouvernement: municipal, États fédérés; État fédéral. Ses objectifs sont: (i) construire un agenda commun pour l'élargissement, la consolidation et l'institutionnalisation de politiques publiques de l'économie solidaire dans le pays. (ii) étendre l'articulation à d'autres acteurs de l'économie solidaire dans le but de renforcer un espace commun pour la discussion. (iii) favoriser l'interlocution entre les échelles de gouvernement par l'intégration de stratégies, programmes et instruments qui structurent les politiques publiques de l'économie solidaire. iv) contribuer à la formation de gestionnaires publics de l'écosol pour le renforcement de la place de celle-ci dans les programmes de gouvernement. v) stimuler l'organisation de réseaux et chaînes productives entre initiatives de l'écosol. Mme Reis a aussi rappelé que l'écosol au Brésil est une stratégie née de résistances et luttes sociales contre le chômage et la pauvreté, composée d'activités socio-économiques qui réaffirme la primauté du travail sur le capital, de caractère coopératif, associatif et autogestionnaire; qui produit travail et richesse et qui a le potentiel de promouvoir l'inclusion citoyenne et le développement économique, social et culturel avec plus grande durabilité, équité et démocratisation. Les acteurs du secteur se divisent en quatre catégories: initiatives de l'écosol (EES), institutions de soutien et promotion (EAF), institutions gouvernementales, forums et réseaux d'articulation. Mme Reis a identifié quelques points nécessaires pour améliorer le contexte de l'écosol au Brésil, parmi lesquels: la définition d'un cadre légal (Loi Nationale de l'economie Solidaire, mais aussi les lois d'encadrement des coopératives et finances solidaires); un plus grand soutien aux réseaux et chaînes de l'écosol; une plus grande territorialité et développement local dans l'analyse de l'élaboration et mise en oeuvre de politiques publiques d'écosol; plus grande institutionnalisation pour garantir la continuité des politiques locales d'écosol; la création de fonds spécifiques (aux niveaux national et local). Gerson Martins a présenté l'association Nationale des Maires (FNP), une institution de représentation des villes brésiliennes, dirigée exclusivement par maires en exercice, dont un des objectifs est de promouvoir l'interlocution des autorités locales et la société civile avec le Gouvernement Fédéral, le Congrès National et les instances supérieures du judiciaire. Depuis l'organisation de la première édition en 2012 de la Rencontre des Villes avec le Développement Durable (EMDS), qui est le plus grand événement sur la durabilité au

6 Brésil organisé par la FNP en partenariat avec le Service Brésilien d'appui aux Micros et Petites Entreprises (Sebrae), le thème de l'entrepreneuriat et du développement durable ont occupé une place plus importante dans l'agenda de la FNP, et par conséquent sur celui des gestionnaires municipaux. Aussi, la FNP peut agréger en synergie au partenariat des gestionnaires de politiques publiques d'économie solidaire brésiliens et français, en offrant des espaces de dialogue et de présentation d'alternatives pour le développement durable des villes, tout comme stimuler et élargir la participation des ces gestionnaires à l'élaboration et la mise en oeuvre de politiques publiques pour promouvoir la durabilité économique, sociale et environnementale au Brésil. L'après-midi, la deuxième table ronde a permis aux gestionnaires de l'économie sociale et solidaire français et brésiliens de présenter les expériences en matière de politiques d'ess développées par leurs gouvernements locaux. Les intervenants suivants étaient présents: Florian Ancel, Chargé de mission ESS, Région Nord-Pas de Calais (France) Didier Cujives, Président Conseiller regional, représentation à Bruxelles de la Région Midi-Pyrénées (France) Sophie Vally, Maire-adjoint déléguée à l Econoçie sociale et solidaire à la mairie d Aubervilliers, et Conseillère Générale à la communauté de communes Plaine Commune (France) José Celso Carbonar, Directeur de Science et Innovation du Secrétariat Municipal du Développement Economique et de l Emploi de la ville de Palmas (Tocantins, Brésil) Nelsa Nespolo, Secrétaire de l Economie Solidaire de l Etat du Rio Grande do Sul (Brésil) Vladimir de França, Gestionnaire de l Economie Solidaire de l Etat du Paraná (Brésil) Wagner Baraldi, Gérant à l Economie Solidaire et Inclusion Productive de l Etat de l Espírito Santo (Brésil) Tatiana Reis, représentante de la Superintendance de l Economie Solidaire du Secrétariat du Travail de l Emploi et du Revenu de l Etat de Bahia (Brésil)

7 Florian Ancel, a présenté les politiques de l ESS de la Région Nord-Pas de Calais (France), région du nord de la France de 4 millions d habitants, qui développe déjà des activités de coopération avec l Etat du Minas Gerais principalement sur des questions liées au climat. Il a rappelé que les initiatives de l ESS sont anciennes sur le territoire, et que la région a défini sa politique d ESS en Aujourd hui, la région définit un plan de développement de l ESS tous les six ans dans un processus de co-construction avec les acteurs de l ESS locaux (représentants institutionnels, coopératives, etc.) pour créer un consensus autour des objectifs et des méthodes. Dans la région, l ESS représente structures, emplois, 10% de l économie régionale. Étant donné l importance du secteur, le gouvernement de la région a choisi de placer l ESS comme une orientation de développement économique, à la même hauteur que la création d entreprises classiques, le commerce, l innovation, etc. De cette façon, entre 2009 et 2012, ont été investis plus de 34 millions d euros dans le secteur de l ESS dans la région. M. Ancel a souligné trois axes du Plan de l ESS: 1) Communication sur l ESS aussi bien pour faire connaître le thème au grand public et inciter à la consommation responsable, que pour informer les créateurs d entreprises concernant les possibilités du secteur (focus spécifique sur l éducation et la sensibilisation des jeunes). 2) Coopération avec les initiatives locales, et en particulier renforcer le lien avec les villes de la région pour promouvoir des politiques locales d appui à l ESS. 3) Accompagnement technique (formation pour la création d entreprises sociales) et création d instruments financiers (prêts fléchés, subventions, garanties bancaires, etc.). Didier Cujives, a présenté l expérience de la Région Midi-Pyrénées, située au sud de la France peuplée de près de 3 millions d habitants. Il a souligné l importance du secteur de l ESS pour la région vu que celui-ci représente 11,7% des emplois de la région, entreprises, employés (en comparaison, la région, qui est le 1 er fabricant industriel aéronautique de France, embauche employés dans ce secteur). Entre 2001 et 2013, la région a investi plus de 16 millions d euros dans le secteur de l ESS, et plus de 2 millions en Parmi les actions développées par la région pour promouvoir le secteur de l ESS, M. Cujives a mentionné : l accompagnement des entreprises avec la création en 2014 d un Incubateur Régional de l Innovation Sociale (Catalys), qui sera administré par l union des coopératives de la région ; le financement d activités de formation des entrepreneurs sociaux ; la création d instruments financiers qui visent à faciliter l accès à l emprunt aux institutions du secteur ou bien qui permettent à la région d investir directement dans les entreprises sociales. M. Cujives a aussi présenté un partenariat existant entre la région et l Etat du Pernambuco depuis 2012, sur le développement économique local et l économie sociale et solidaire. La coopération inclu un partenariat avec l Intercommunalité Matasul, qui produira une étude sur l agriculture familiale et développera un projet pilote de renforcement de l économie solidaire sur le territoire après qu une industrie de canne à sucre ai cessé ses activités. Le projet sera financé par la région Midi-Pyrénées et réalisé avec l appui de deux associations, une française et l autre brésilienne. Un autre exemple de coopération entre les deux pays est une expérience de commerce équitable où l entreprise «éthicable» de la région Midi-Pyrénées développe un partenariat avec une coopérative de l Etat de São Paulo qui réunit 35 producteurs d oranges, afin d importer les produits sans intermédiaires. Sophie Vally, a partagé l expérience de la communauté d agglomération de Plaine Commune qui réunit neuf communes de la périphérie de Paris, et qui, entre autres, a pour compétence la gestion des déchets, du système de voirie, et l économie sociale et solidaire. Le territoire se caractérise à la fois par une importante activité économique due à la présence de grandes entreprises, et par de fortes difficultés socioéconomiques, dues en grande partie à la forte immigration. Aussi, l intercommunalité a parmi ses priorités les politiques d insertion et de création d emplois. Par ailleurs, une forte tradition associative sur le territoire a contribué à la création d une politique d ESS depuis Plaine Commune a pour objectif la création sur son territoire, d emplois solidaires et non délocalisables ; en outre, l ESS est perçue comme un secteur économique à part entière qui contribue au développement du territoire et qui fait partie de la politique de la ville. Les grands axes de la politique d ESS sont : 1) éco-activités, liées à l écologie, l économie circulaire, la production alimentaire et les circuits courts. 2) la diversité culturelle. 3) la protection de la petite enfance. Les activités développées par les autorités publiques pour encourager les initiatives d ESS incluent : des appels d offre annuels pour soutenir les projets du secteur ; soutien à la location et achat d infrastructures immobilières ; formations d acteurs (incubateurs) ; communication sur les achats responsables pour sensibiliser la population et les entreprises à privilégier les produits issus de l ESS (créer un marché de l ESS) ; organisation d une foire annuelle de savoirs et savoir-faires locaux où les producteurs locaux exposent leurs produits. Mme Vally a aussi mentionné le projet de «ressourcerie» prévu pour 2015, un centre dont l objectif est de construire une filière de recyclage, depuis la collecte, recyclage et revente des matériels produits avec les déchets ; projet issu d une coopération avec l association des chiffoniers de Belo Horizonte, et en coopération avec la Prefeitura de Canoas.

8 Nelsa Nespolo a présenté la politique du Département de Promotion et Soutien à l Economie Solidaire (Difesol), qui fait partie du Secrétariat Étatique de l Economie Solidaire et du soutien aux Micros et Petites Entreprises (Sesampe) du gouvernement de l Etat du Rio Grande do Sul. Son objectif est de réduire les inégalités de l Etat et de renforcer les entreprises économiques solidaires. Pour cela il a eu pour objectif de construire une politique d Etat en renforçant le cadre juridique de l Ecosol de la région, et développer des mécanismes de financement direct aux entreprises solidaires. Parmi les mesures légales adoptées, Mme Nespolo a mentionné : la Loi Étatique de l Economie Solidaire de 2010, dont la première initiative a été la création du Conseil Etatique de l Economie Solidaire. La loi de 2011 qui exonère les coopératives de l impôt ICMS (impôt sur la circulation de marchandises et prestation de services). Loi de 2012 qui oblige que 30% des achats publics de produits et services soient issus du secteur de l écosol et l agriculture familiale (par ex. pour les prisons, hôpitaux, écoles, etc.). Loi de 2013 qui crée un système de certification pour les initiatives solidaires, où pour obtenir ce certificat celles-ci doivent respecter quatre critères : être formées d au moins cinq personnes ; être démocratique et organiser au moins trois assemblées par an ; que la répartition des bénéfices entre associés ne soit pas supérieure à six fois ; que l initiative fasse partie d un forum d économie solidaire. Une autre loi qui devrait être votée d ici fin 2014 devra permettre des investissements directs du gouvernement dans les initiatives solidaires, et possibiliter la création d un Fonds Public Étatique de l Economie Solidaire. Mme. Nespolo a aussi présenté la politique de création de Maisons de l Economie Solidaire, centres qui émettent des certificats d écosol et offrent des formations. Une autre politique importante du gouvernement du Rio Grande do Sul a été de renforcer les chaînes de production autour de six thèmes (le PET, la laine, les fruits natifs, pierres précieuses, les os) en renforçant le lien direct entre les entreprises sociales correspondant aux différentes étapes de la chaîne. Mme. Nespolo a aussi souligné un obstacle majeur rencontré par les gestionnaires d économie solidaire au Brésil : la difficulté de continuité des politiques dues aux changements de gouvernement. Vladimir de França, a partagé l expérience de l Etat du Paraná et la politique d économie solidaire développée par le Secrétariat du Travail depuis La politique d économie solidaire de l Etat a trois axes : artisanat, alimentation et vestimentaire. L Etat a établi divers partenariats pour promouvoir l écosol sur le territoire, et notamment avec le BNDES (Banque Nationale de Développement Economique et Social) et la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Par ailleurs, est en cours de discussion la création du Conseil Etatique de l Economie Solidaire et la Loi de l Economie Solidaire. José Celso Carbonar a présenté le programme de soutien à l économie solidaire de la ville de Palmas (Etat du Tocantins), développé en partenariat avec le Secrétariat National de l Economie Solidaire (Senaes) depuis L objectif du programme sera d atteindre 2000 familles en soutenant 50 initiatives, et de positionner l économie solidaire comme stratégie pour le développement sociocommunautaire. Le projet s organise autour de plusieurs phases : mapping de projets, formation et assistance technique ; création d entreprises sociales ; soutien aux finances solidaires ; appui à la commercialisation. Pour cela a été créé, au sein du Centre de l Innovation et des Technologies Sociales, un Centre Public d Economie Solidaire qui est un incubateur technologique d initiatives d écosol. Wagner Baraldi a partagé l expérience du Gouvernement de l Espírito Santo en matière de politiques publiques de soutien à l économie solidaire, initié en 2010 avec la création de l Agence de Développement de l Espírito Santo (Aderes), pour le soutien aux micros et petites entreprises, l agriculture familiale, la création d entreprises individuelles, le coopérativisme et l économie solidaire. En 2012, l agence a créé un plan de développement pour chaque secteur, y compris le plan de développement de l économie solidaire. Par ailleurs, l agence a créé le Conseil Etatique de l Economie Solidaire, avec une forte représentation du Forum de l Economie Solidaire, participation qu il a soulignée comme indispensable pour le succès de la politique d écosol au Brésil. La politique de l Agence a aussi cherché à renforcer l artisanat issu de l écosol en le différenciant de l artisanat traditionnel, grâce à un processus de certification, et une plus grande sensibilisation de la population. Une autre expérience forte de l Etat de l Espírito Santo sont les banques communautaires et les monnaies complémentaires : le gouvernement soutient 10 banques en employant les fonctionnaires, offrant un soutien financier pour les dépenses fixes et l infrastructure, sans pour autant intervenir dans la gestion de la banque. M. Baraldi a aussi souligné la politique d intégration des catadores de matériel recyclable à travers la promotion de la création d associations et de la fourniture de matériel. La politique d appui à l agriculture familiale agit de façon semblable à travers la formation et la mise à disposition de matériel. Il a conclu en soulignant le fait que le succès de la politique d écosol de l Etat se doit en grande partie à la structure en agence de développement. Tatiana Reis, de l Etat de la Bahia a montré une vidéo de présentation de la politique d économie solidaire développée sur le territoire depuis La vidéo a présenté des initiatives comme les associations de

9 catadores et les coopératives de recyclage, les foires d artisanat d écosol, l agriculture familiale, les finances solidaires comme les fonds rotatifs, la formation d entrepreneurs sociaux, entre autres. La vidéo peut être vue en copiant ce lien : youtu.be/2ieioykuwng Pendant le débat qui a suivi les présentations d expériences, les gestionnaires brésiliens ont à nouveau souligné la difficulté rencontrée liée aux changements de gouvernements, et notamment de parti au pouvoir qui tendent à interrompre les politiques d économie solidaire, encore associées aux partis de gauche. Ils sont aussi convaincus que la principale façon de surmonter cette difficulté est de créer un cadre juridique, aussi bien au niveau national que local. Didier Cujives, a souligné que la construction d un cadre légal en France n a pas non plus été simple, et que cela a en grande partie été dû à un contexte politique favorable, et à l existence d un certain consensus entre tous les partis sur l importance de l économie solidaire pour le développement du pays (principalement depuis les crises financières et économiques de 2008). La discussion a aussi permis d identifier quelques différences entre l économie solidaire en France et au Brésil, parmi lesquelles : en France, les initiatives de l ESS sont définies par leur statut (par ex. toutes les coopératives et associations sont considérées comme faisant partie du secteur de l ESS) ou par leur finalité sociale (toutes les institutions qui respectent les règles de gouvernance et ont un objectif social, même qu il s agisse d une entreprise commerciale traditionnelle, sont considérées comme appartenant à l ESS) ; tandis qu au Brésil, la définition des initiatives sociales semble être plus restreinte à certaines catégories spécifiques (agriculture familiale, production d artisanat, association de «catadores» et coopératives de recyclage, etc.). De la même façon, il existe au Brésil des initiatives qui sont considérées comme faisant partie de l économie solidaire mais qui ne le sont pas en France : c est par exemple le cas pour le microcrédit qui, en France, est offert aux personnes en difficulté, mais non seulement aux initiatives solidaires, mais aussi aux entrepreneurs individuels traditionnels ; par ailleurs, le thème de la gestion des déchets n est pas fortement lié à l ESS en France, comme il l est au Brésil. La journée s est conclu avec la participation à la cérémonie d ouverture de la 3ª Conaes, où était présente la Présidente de la République Dilma Roussef, accompagnée de certains ministres comme Gilberto Carvalho, ministre-chef du Secrétariat-Général de la Présidence de la République ; Tereza Campello, Ministre du Développement et du Combat à la Faim ; entre autres. Dans son discours, la présidente a réaffirmé son compromis à renforcer l économie solidaire et continuer les politiques d inclusion sociale. VENDREDI 28 NOVEMBRE Le deuxième jour, la délégation française a participé à deux activités. Le matin la délégation a réalisé une visite technique organisée avec le soutien du Secrétariat de la Micro et Petite Entreprise et de l Economie Solidaire du Gouvernement du District Fédéral autour du thème de la gestion des déchets. Pour cela, la délégation a échangé avec Rônei Alves da Silva, coordinateur du Mouvement National des Catadores de Matériel Recyclable (MNCR) et Président de la Centrale de

10 Coopératives de Recyclage du District Fédéral (CentCoop). Ensuite, la délégation a visité le Lixão de Cidade Estrutural (décharge à ciel ouvert). Lors de la discussion avec Rônei, la délégation a pu en savoir plus sur l historique du mouvement de «catadores» de matériel recyclable qui a surgi en 1999, avec l objectif d organiser les catadores et conquérir un cadre juridique qui cherche à valoriser et protéger la catégorie. Le mouvement a contribué à la définition des politiques de gestion des déchets et à la législation qui régule l action des catadores, les principales sont : le Décret Présidentiel 5940 de 2006 qui prévoit l obligation pour les institutions publiques fédérales de séparer les déchets recyclables, et les destiner aux associations et coopératives de catadores de matériel recyclable ; la Loi d assainissement urbain de 2010 qui, entre autres, prévoit que les coopératives de recyclage puissent être contractées par les institutions publiques sans appel d offre (aujourd hui elles agissent en parallèle aux entreprises de nettoyage public des mairies) ; et la Politique Nationale de Déchets Solides de Il existe au Brésil environ catadores, qui se divisent entre ceux qui travaillent dans le tri, directement dans les décharges, et ceux qui collectent le matériel dans la rue. Moins de 10% est organisé en coopératives. Dans le District Fédéral (GDF), il y a environ 4500 catadores et 33 coopératives de recyclage. La CentCoop, créée en 2006 est une coopérative de second degré qui réunit 24 coopératives de recyclage, qui regroupe 4000 catadores du District Féderal. Elle fonctionne selon la Loi 5764 de 1971 des coopératives de la façon suivante : un président est élu pour 3 ans par le Conseil de Gestion, composé quant à lui d un représentant de chaque coopérative, élus quant à eux directement par les catadores. Les objectifs de la Centcoop incluent : négocier directement avec les entreprises acheteuses de matériel, afin d éliminer la figure de l intermédiaire ; donner plus de pouvoir de négociation aux catadores ; maintenir des prix justes pour le matériel collecté et trié ; promouvoir un meilleur revenu et qualité de vie aux travailleurs de la collecte de matériels recyclés. La coopérative a, par exemple, eu un rôle important dans l opposition au projet du GDF de privatiser la gestion des déchets à travers un partenariat public-privé. Par ailleurs, fin 2013, la CentCoop a bénéficié d un Projet d Inclusion Productive du gouvernement fédéral en partenariat avec le Secrétariat National de l Economie Solidaire (Senaes) et la Banque Nationale de Développement Economique et Social (BNDES). Le projet a pour objectif de renforcer la CentCoop et par là même l autonomie des catadores à la réception du matériel collecté, le triage, la séparation, destination et commercialisation directe avec l entreprise finale. Le projet suppose la construction d un site d enfouissement sanitaire, un système de collecte sélective ; la construction de 12 hangars de triage. Il est aussi important de souligner que la Centcoop est organisée nationalement puisqu elle fait partie du Mouvement National des Catadores de Matériel Recyclé (MNCR) et de la Centrale de Coopératives et Entreprises Solidaires du Brésil (UNISOL Brasil). La décharge à ciel ouvert visitée dans les alentours de Brasília est la plus grande d Amérique Latine. Elle existe depuis 54 ans, et compte environ avec 2100 catadores qui y travaillent. Elle se trouve au sein de Cidade Estrutural, une ville composée de familles construite autour de la décharge. Au Brésil il existe encore près de 3000 lixões à ciel ouvert malgré la Politique Nationale de Déchets Solides (PNRS) qui prévoyait l élimination des lixões jusqu en août 2014.

11 L après-midi, la délégation française a participé d une réunion au Palais Présidentiel du Planalto, dont l objectif était d identifier les opportunités pour renforcer la coopération entre les deux pays en matière d économie solidaire. Ont participé à la réunion les personnes suivantes : De la Sous-direction des Affaires Fédératives du Secrétariat de Relations Institutionnelles (SAF/SRI) de la Présidence de la République : Gilmar Dominici, Sous-Directeur des Affaires Fédératives de la Présidence de la République Paula Ravanelli, Coordinatrice du secteur international de la SAF/SRI Ana Carolina, chargée de mission de la SAF Antonio Cruvinel, chargée de mission de la SAF De la délégation française: Anne-Laure Federici, du RTES, Didier Cujives, de la région Midi-Pyrénées, Florian Ancel, de la région Nord-Pas-de-Calais, Sophie Vally, de la communauté de communes Plaine Commune, Des gestionnaires brésiliens de l économie solidaire: Sandra Faé Praxede de la ville de São Paulo, Wladimir França de l Etat du Paraná, Maurivan Tenório de la ville de Recife, Raphael Reis du Governo do Distrito Federal, Maria Penha da Prefeitura de la ville de Joinville (Santa Catarina) Wagner Baraldi de l Etat du Espírito Santo, Michelli Larissa de la ville de Maceió De l Ambassade de France au Brésil: Rose-Anne Bisiaux, de la coopération technique Des réseaux spécialisés et généraux: Reynaldo Sorbille de la Fondation Unitrabalho, Tatiana Reis du Réseau de Gestionnaires de l Economie Solidaire, Carlos de Freitas, du FMDV, Mariana Nascimento, du FMDV Brésil, Paulo Oliveira de l Association des Maires Brésiliens (FNP) Valentina Velkenstein de l Association Brésilienne des Villes (ABM) Pendant la rencontre, les parties présentes ont réitéré leur intérêt pour la coopération entre la France et le Brésil pour l échange d expériences en matière d économie sociale et solidaire et ont identifié les axes possibles de coopération pour l année suivante (thèmes et agendas). Ci-dessous les principaux points abordés : Aussi bien Paula Ravanelli de la SAF, que Paulo Oliveira de la FNP et Rose-Anne Bisiaux, de l Ambassade de France, ont rappelé l existence d une coopération décentralisée forte et ancienne entre la France et le Brésil, sur des thèmes variés comme le transport, l adaptation au changement climatique ou la gestion des déchets. Celle-ci se matérialise en coopérations bilatérales (par ex. entre Plaine Commune et Canoas, ou Midi-Pyrénées et Pernambuco) ou à travers l organisation de rencontres tous les deux ans (la prochaine aura lieu dans la région Nord-Pas de Calais en 2015). Concernant les thèmes possibles pour la coopération, Tatiana Reis, du Réseau de Gestionnaires a souligné l intérêt pour l échange d expériences sur le fonctionnement du réseau de gestionnaires publics et territoires

12 sur l économie solidaire. D autres gestionnaires brésiliens présents ont démontré un fort intérêt à travailler sur les thèmes de formation de gestionnaires publics, de commercialisation de produits d artisanat, et sur la cadre juridique de l économie solidaire. Reynaldo Sorbille, de la fondation Unitrabalho, a suggéré que la coopération cherche à articuler avec les entreprises sociales et les universités. Tous les participants français ont démontré une forte volonté d apprendre de l expérience brésilienne et de continuer les activités concrètes de coopération au-delà de celles qui existent déjà. Parmi eux, Anne-Laure Federici, du RTES, a souligné les fortes différences qui existent entre la France et le Brésil en matière d organisation du territoire et de politiques d économie sociale et solidaire, mais a insisté sur l existence de similitudes entre les deux pays en matière de défis rencontrés par ceux-ci dans les politiques d ESS. Elle a aussi identifié quelques thèmes possibles pour la coopération entre les deux pays, parmi lesquels : Lien entre les universités et les acteurs de l économie solidaire Finances solidaires et mobilisation de l épargne locale pour les projets locaux Achats publics pour favoriser et appuyer les entreprises sociales locales Différentes formes de coopératives Transversalité de l économie solidaire : comment renforcer l ess au sein d autres politiques publiques locales comme l éducation, la santé, l agriculture, la coopération internationale, etc. Pôles territoriaux de coopération économique Sophie Vally, de Plaine Commune, a identifié les thèmes suivants pour la coopération avec le Brésil : 1) gestion de déchets ; 2) agriculture urbaine et familiale, jardins partagés ; 3) mobilisation citoyenne, participation de la société civile à la vie économique et sociale du territoire. Florian Ancel, de la région Nord-Pas de Calais a rajouté le thème du lien entre le monde de l économie solidaire et celui de l innovation technologique et innovation sociale. Concernant les agendas possibles pour les prochaines rencontres, l Association des Maires Brésiliens (FNP) a invité les gestionnaires français et brésiliens à participer de la 3 ème Rencontre des Villes avec le Développement Durable (3ºEMDS), qui aura lieu à Brasília les 7, 8 et 9 avril Il y a eu consensus entre les participants pour que ce soit le moment pour la prochaine rencontre franco-brésilienne sur l ESS. Par ailleurs, Anne-Laure Federici du RTES, a invité les gestionnaires brésiliens à participer de la réunion annuelle sur l économie sociale et solidaire des autorités locales françaises membres du réseau qui aura lieu en juillet De la même façon, Sophie Vally, de Plaine Commune, a invité les gestionnaires brésiliens à visiter la foire de savoirs et savoir-faires de son territoire qui aura lieu fin Carlos De Freitas, du FMDV a rappelé que le thème de l Economie Sociale et Solidaire est chaque fois plus important dans les discussions internationales. Il a mentionné notamment la création de deux groupes de travail sur l économie sociale et solidaire au sein du système des Nations Unies, et identifié quelques rencontres importantes pour 2015 : Juin : conférence sur le financement du développement à Adis Abeba Septembre : conférence à New York sur les Objectifs du Développement Durable Octobre : 3 ème Forum de Développement Local à Turin Novembre : rencontres du Mont Blanc en France qui devra discuter la création d un fonds international pour financer l ESS Octobre 2016 : conférence des Nations Unies Habitat III Il a souligné l importance d accompagner ces débats vu qu ils iront définir un cadre juridique international de l économie solidaire, et cela aura des répercussions importantes sur les politiques nationales et locales.

13 CONCLUSION Les deux jours de la rencontre ont souligné la richesse et variété des expériences solidaires au sein des deux pays et confirmé la pertinence de la coopération au niveau des autorités locales. Aussi, ont été identifiés des thèmes d intérêt pour les deux parties, et définit un agenda possible pour les prochaines rencontres comme indiqué ci-dessous. THÈMES: Gestion des déchets Cadre juridique Mobilisation citoyenne, participation de la société civile à la vie économique et sociale du territoire Finances solidaires et mobilisation de l épargne citoyenne pour les projets locaux Pôles territoriaux de coopération économique Lien entre les universités et les acteurs de l économie solidaire Fonctionnement du réseau de gestionnaires et territoires Achats publics pour favoriser et soutenir les initiatives sociales locales Différentes formes de coopératives Transversalité de l économie solidaire : comment renforcer l ESS au sein d autres politiques locales comme l éducation, la santé, l agriculture, la coopération internationale, etc. Agriculture urbaine et familiale, jardins partagés Lien existant entre le monde de l économie sociale et solidaire et l innovation technologique, et l innovation sociale Formation de gestionnaires publics Commercialisation de produits d artisanat AGENDA: 3ème Rencontre des Villes avec le Développement Durable (3º EMDS) de l Association Brésilienne des Maires (FNP) qui aura lieu à Brasília les 7, 8 et 9 avril 2015 Rencontre Nationale des Collectivités Locales pour une Economie Solidaire du RTES à Paris, juillet 2015 FORMES DE COOPÉRATION ET ACTIVITÉS POSSIBLES: Participation aux événements nationaux (par ex. 3º EMDS et rencontre du RTES) Visites techniques et ateliers (par ex. à l Etat de Bahia après le 3º EMDS et dans la région de Paris après la rencontre du RTES) Coopération bilatérale: identifier des binômes (régions et Etats ; et entre villes) pour des projets concrets d échanges d expériences Publication: élaboration d une publication qui rassemble des études de cas français et brésiliens

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire Evolution et Gouvernance Depuis 1996, la région Nord Pas- de- Calais soutient des initiatives à caractère économique dans le secteur des services

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

L économie solidaire. Un secteur et son contexte. 16 novembre 2010

L économie solidaire. Un secteur et son contexte. 16 novembre 2010 L économie solidaire «Une autre façon de concevoir l économie» Un secteur et son contexte 16 novembre 2010 1 Plan de la présentation 1. Economie solidaire au Luxembourg : Historique 2. Un document de référence

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

Charte de tourisme solidaire. Palabres Sans Frontières

Charte de tourisme solidaire. Palabres Sans Frontières Charte de tourisme solidaire Palabres Sans Frontières Préambule L'association Palabres Sans Frontières se positionnant comme un acteur du tourisme solidaire et équitable, elle souhaite par la présente

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

CONVENTION de PARTENARIAT entre

CONVENTION de PARTENARIAT entre CONVENTION de PARTENARIAT entre La Direction des services départementaux de l Education Nationale de Haute- Savoie L Union Sportive de l Enseignement du Premier degré de Haute-Savoie La Fédération des

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Appel à manifestations Mois de l'économie sociale et solidaire Pau Porte des Pyrénées novembre 2011

Appel à manifestations Mois de l'économie sociale et solidaire Pau Porte des Pyrénées novembre 2011 Appel à manifestations Mois de l'économie sociale et solidaire Pau Porte des Pyrénées novembre 2011 Le Mois de l'ess est coordonné et soutenu au niveau régional par : L'économie sociale et solidaire, des

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Adaptation des Objectifs du Millénaire pour le Développement au contexte brésilien

Adaptation des Objectifs du Millénaire pour le Développement au contexte brésilien Adaptation des Objectifs du Millénaire pour le Développement au contexte brésilien Comment le Brésil réalise-t-il le suivi des OMD sur son territoire? Depuis 2004, le Brésil a réalisé un suivi de ses OMD

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT AU SERVICE DE LA STRATÉGIE EUROPE 2020 Stratégie

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

Dossier de Presse. 20 novembre 2013

Dossier de Presse. 20 novembre 2013 Dossier de Presse 20 novembre 2013 Contact Julien BALLAIRE Administrateur en charge des relations presse 01 56 80 84 08 / 06 81 66 19 35 presse@lmde.com 2 Sommaire Présentation du Prix de l Etudiant Entrepreneur

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse FICHE D AIDE A LA LECTURE DU GUIDE DU PROGRAMME ERASMUS+ 2015 Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse #ERASMUSPLUS #DIALOGUESTRUCTURÉ des politiques Références Critères d

Plus en détail

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE Avec le soutien de L épargne solidaire, c est quoi? L épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant de placer son épargne au bénéfice d activités

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE "DURABLE ET SOLIDAIRE"

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE DURABLE ET SOLIDAIRE RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 3ème Commission de l'environnement, du développement durable et des transports N 2005-03-0036 SÉANCE DU 15 DÉCEMBRE 2005 POLITIQUE : MOYENS DE L'INSTITUTION SECTEUR

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN DIVISION DE L 'ÉCONOMIE ET DE L' ADMINISTRATION PUBLIQUES DES NATIONS UNIES - DÉPARTEMENT DE S AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES OMMENT DÉFINIR LE RÉSEAU? Le Réseau

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail