CCONAD Fiche 5. Avertissement. Identité. Variables connexes : cconad1, cconad2, cconad3, cconad4. Table pb60_pevdependance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CCONAD Fiche 5. Avertissement. Identité. Variables connexes : cconad1, cconad2, cconad3, cconad4. Table pb60_pevdependance"

Transcription

1 Avertissement Les éléments présentés dans cette fiche se basent sur des croisements statistiques et les connaissances actuelles du pôle Foncier et stratégies foncières. Si les informations présentées vous semblent contradictoires avec les éléments en votre possession, merci de nous contacter afin d éclaircir cette différence ou d améliorer ces fiches. BAL : fichiers durable.gouv.fr Identité Table pb60_pevdependance Définition Cconad est une variable explicitant la «nature des dépendances qui n'ont pas de rattachement ou de communication intérieure avec un bâtiment principal» 1. Disponibilité depuis 2009 Type de la variable Texte (2) 1 Article 324 D du code général des impôts (CGI). DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

2 Modalités Il existe 20 modalités, toutes usitées à divers degrés. Le site des impôts 2 précise certaines définitions (mises en remarques). Modalités Significations Remarques BC Bûcher BD Buanderie BX Box CD Chambre de domestique La chambre de domestique est indépendante CL Cellier mais rattachée à un appartement situé dans CV Cave Attention, lien étroit avec cconad2 DC Dépendance de local commun GA Garage Attention, lien étroit avec cconad1 GC Grenier/cave GP Garage/parking GR Grenier Attention, lien étroit avec cconad3 JH Jardin d'hiver Autrement dit, véranda PA Élément de pur agrément Piscine, terrain de jeux, etc PI Pièce indépendante PK Parking Les emplacements individuels (et à usage privatif) aménagés dans les immeubles collectifs pour le stationnement des véhicules automobiles au moyen de travaux d'appropriation tels que nivellement, cimentage, goudronnage PS Piscine RS Remise SR Serre TR Terrasse Attention, lien étroit avec cconad4 TT Toiture-terrasse Variables connexes Cconad1, cconad2, cconad3, cconad4 sont des dépendances d'habitation. Chacune explicite une nature précise de dépendance d habitation 3 : garage (cconad1), cave (cconad2), grenier (cconad3) et terrasse (cconad4). Ce sont des éléments bâtis, avec obligatoirement une communication intérieure avec le bâtiment principal d'habitation. Ces 4 variables concernent donc principalement les maisons (en France, pev maison contre pev appartement). Attention, cconad peut aussi englober des garages, caves, greniers, si ceux ci ont un accès extérieur. 2 PGP.html 3 Il existe une petite marge d erreur. Ainsi, sur la France, cconad1 renseigne pev dans la catégorie garage et 199 pev dans une autre catégorie de dépendance. De même sur les pev concernées par cconad2, 188 pev ne sont pas des caves. DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

3 Nom de la Table Type de variable Définition variable d'appartenance cconad1 pb40_pevprincipale Nature de dépendance 1 Variable déjà existante décrivant les garages cconad2 pb40_pevprincipale Nature de dépendance 2 Variable déjà existante décrivant les caves cconad3 pb40_pevprincipale Nature de dépendance 3 Variable déjà existante décrivant les greniers cconad4 pb40_pevprincipale Nature de dépendance 4 Variable déjà existante décrivant les terrasses Dans ce cas précis, les variables cconad1 et cconad2 sont renseignées (accès possible par l'intérieur du garage et de la cave) via la table pb40_pevprincipale. Le bûcher, la piscine et la construction accessoire (par exemple un autre garage) seront dans cconad via la table pb60_pev_dependance. Source : CETE Nord Picardie et schéma de la DGFiP DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

4 Taux de renseignement Le taux de renseignement, en 2011, est de 99,99% sur la France entière et en région. Seules pev ne sont pas renseignées sur pev. Territoires Pev non renseignées Réunion 0,019% Martinique 0,014% Auvergne 0,013% Nord Pas de Calais 0,013% Franche Comté 0,013% Languedoc Roussillon 0,012% Guadeloupe 0,012% Corse 0,009% Midi Pyrénées 0,008% Bretagne 0,008% Pays de la Loire 0,008% Picardie 0,008% Poitou Charentes 0,007% Aquitaine 0,007% Basse Normandie 0,007% France 0,007% Centre 0,007% Lorraine 0,006% Haute Normandie 0,006% Guyane 0,006% Limousin 0,006% Bourgogne 0,005% Rhône Alpes 0,005% Provence Alpes Côte d'azur 0,005% Ile de France 0,005% Champagne Ardenne 0,005% Alsace 0,003% Taux de renseignement en 2011 Source : DGFiP Fichiers fonciers 2011 Utilisations Utilisation avec cconad seul Déterminer la nature des dépendances composant un bien. Étudier sur un territoire le nombre de piscines, garages (dans le cadre d étude mobilités/stationnement), etc. DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

5 Utilisation avec d'autres données Avec des données de prix immobiliers, voir l'incidence de certaines dépendances sur le prix d'un bien immobilier. Données de cadrage Cconad prend de nombreuses valeurs. Si on veut, on peut les rassembler en 4 catégories : espaces annexes, garages ou parkings, éléments de pur agrément, et terrasses. Intitulé Espaces annexes Garages ou parkings Éléments de pur agrément Terrasses Description Bûcher Buanderie Chambre de domestique Cellier Cave Grenier Grenier ou cave Jardin d'hiver Pièce indépendante Remise Dépendance de local commun Box Garage Garage ou parking Parking Élément de pur agrément Piscine Serre Terrasse Toiture terrasse DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

6 Territoires Île de France Champagne Ardenne Picardie Haute Normandie Centre Basse Normandie Bourgogne Nord Pas de Calais Lorraine Alsace Franche Comté Pays de la Loire Bretagne Poitou Charentes Aquitaine Midi Pyrénées Limousin Rhône Alpes Auvergne Languedoc Roussillon Provence Alpes Côte d'azur Corse Guadeloupe Martinique Guyane Réunion France Espaces annexes Garages / parkings Éléments de pur agrément Terrasses Territoires Espaces annexes Garages / parkings Éléments de pur agrément Terrasses Île de France 52% 41% 4% 3% Champagne Ardenne 59% 37% 3% 1% Picardie 57% 39% 2% 1% Haute Normandie 55% 42% 2% 1% Centre 57% 37% 4% 2% Basse Normandie 53% 40% 5% 2% Bourgogne 61% 33% 4% 3% Nord Pas de Calais 49% 47% 3% 2% Lorraine 57% 35% 3% 5% Alsace 51% 34% 6% 9% Franche Comté 58% 34% 4% 4% Pays de la Loire 49% 41% 5% 5% Bretagne 51% 43% 3% 3% Poitou Charentes 47% 40% 7% 6% Aquitaine 37% 43% 12% 8% Midi Pyrénées 40% 42% 9% 9% Limousin 54% 38% 5% 3% Rhône Alpes 50% 37% 7% 7% Auvergne 54% 38% 5% 4% Languedoc Roussillon 30% 40% 20% 11% Provence Alpes Côte d'azur 36% 38% 17% 9% Corse 46% 29% 13% 12% Guadeloupe 13% 24% 4% 59% Martinique 14% 24% 2% 59% Guyane 20% 14% 6% 60% Réunion 16% 40% 3% 41% France 48% 39% 7% 6% Répartition de cconad par type de dépendance et par région en 2011 Source : DGFiP Fichiers fonciers 2011 DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

7 Pour le schéma suivant, nous avons additionné les valeurs des variables cconad, cconad1 à 4. De fait, l'analyse est plus proche de la réalité pour décrire toutes les dépendances liées à l habitation, qu'en étudiant uniquement cconad. 8% 4% 51% 37% Espaces annexes Garages/ parkings Éléments de pur agrément Terrasses Répartition en France par type de dépendance (variables cconad, connad1,2,3,4) en 2011 Source : DGFiP Fichiers fonciers 2011 DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

8 Remarques ou précautions d'usage Ne pas confondre les définitions de dépendance Dans les fichiers fonciers, il y a plusieurs définitions du mot dépendance selon l'échelle où l'on se place. Au niveau du local (dteloc=3), une dépendance correspond à un bâti isolé de toute partie principale d'habitation. D'après le code général des impôts, un local ne correspond pas à un seul bâti, mais à un «groupement topographique» 4. Cette définition n'est pas très précise. Dans tous les cas, on peut dire que : - un local correspond à une seule déclaration fiscale, - deux bâtis avec des adresses différentes forment deux groupements topographiques différents 5, - deux bâtis séparés par une route forment deux groupements topographiques. Prenons un exemple. Un propriétaire déclare séparément son garage de sa maison (parce qu il les a acheté à deux époques différentes ou parce qu il loue son garage et occupe la maison, etc.). Ceux ci forment deux locaux séparés pour les services des impôts, même si ces deux bâtis sont sur la même parcelle. Au niveau de la pev, la dépendance est souvent incluse dans la pev d habitation principale. Le seul cas contraire est lorsque la pev est un élément de gestion du bâti 6, c'est à dire qu'elle correspond à une fraction de local caractérisée par son affectation et faisant l objet d une évaluation distincte. On aura donc toujours une pev différente entre l'habitation et la piscine, car elles font l'objet de deux taxes différentes. Au niveau des variables cconad1,2,3,4 et cconad, la distinction porte uniquement sur l'accès intérieur ou non aux parties principales d'habitation. Un garage en sous sol sera dans cconad1, un garage dont l'entrée est extérieure à la partie principale d'habitation sera dans cconad. Le plus dur est de faire la relation entre ces trois éléments. A retenir, on peut retrouver renseignée la variable cconad dans de nombreux cas mais cconad1,2,3,4 sera toujours dans la pev principale d'habitation et dans un local dteloc habitation (1 ou 2). 4 PGP.html. Extraits : «un certain nombre de constructions accessoires ne font pas partie du même groupement topographique que les locaux qu'elles desservent. Tel est le cas d'une remise à usage non agricole séparée du bâtiment d'habitation par une route. Leur isolement ne peut, toutefois, les faire considérer comme la partie principale d'un local au sens du II de l'article 3 24 D de l'annexe III au CGI, et nonobstant cette situation, elles demeurent par destination des ''dépendances bâties''. [ ] Il s'ensuit que lorsqu'une construction accessoire isolée est aménagée pour recevoir plusieurs occupants (groupe de garages individuels en bande par exemple), chacun des éléments constitutifs de cette propriété bâtie doit être considéré comme «un élément bâti formant dépendance» au sens de l'article 324 E de l'annexe III au CGI. [ ]». A l'inverse (324 I CGI), «lorsqu'ils sont situés sur la même propriété que la partie principale dont ils constituent l'accessoire, les dépendances bâties et les éléments bâtis formant dépendances autres que ceux visés à l'article 324 G II sont rangés dans la catégorie à laquelle appartient la partie principale». 5 D après un entretien du 14 octobre 2013 entre le PCI Foncier et stratégies foncières, CETE Nord Picardie et la DRFiP Nord Pas de Calais 6 DGUHC, Certu, IETI Consultants, Les fichiers fonciers standards délivrés par la DGI, appelés communément fichiers MAJIC II, Volume 2 : Annexe du guide méthodologique pour leur utilisation, avril 2008, 60 p. DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

9 Dans ce cas précis, La maison est la pev principale. Cette pev comprend aussi le garage (cconad1), la cave (cconad2), la construction accessoire et le bûcher (cconad). La partie professionnelle est une autre pev. La piscine est une 3 ème pev (cconad). Au niveau de la construction tout sera référencé comme un seul local. En revanche, si la construction accessoire est séparée par une route, alors on a deux locaux dans dteloc : une maison et une dépendance (pour la construction accessoire). On aurait alors 4 pev : 3 liées au premier local d'habitation et une liée au local dépendance. Représentation de la relation entre pev et local Source : Cete Nord Picardie basé sur un schéma de la DGFiP DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

10 Comprendre la spécificité des champs Certains champs de cconad sont spécifiques à un type de local : DC, GP ne concernent que les dépendances, GC est plus utilisé pour les appartements, etc. Ceci se comprend par l utilisation même des dépendances : on trouve plus facilement, un bûcher dans le cas d une maison que dans celui d un appartement. Nom du champ Modalités Maison Appartement Dépendance BC Bûcher 84% 7% 9% BD Buanderie 67% 21% 11% BX Box 2% 8% 90% CD Chambre de domestique 3% 15% 82% CL Cellier 49% 32% 19% CV Cave 54% 32% 13% DC Dépendance de local commun 0% 0% 99% GA Garage 58% 3% 39% GC Grenier/cave 0% 95% 4% GP Garage/parking 0% 0% 100% GR Grenier 48% 34% 18% JH Jardin d''hiver 70% 27% 3% PA Élément de pur agrément 6% 90% 4% PI Pièce indépendante 4% 4% 92% PK Parking 1% 8% 91% PS Piscine 78% 1% 21% RS Remise 75% 6% 19% SR Serre 77% 14% 8% TR Terrasse 10% 89% 1% TT Toiture-terrasse 42% 56% 3% Répartition en France des pev cconad selon les types de locaux dteloc en 2011 Source : DGFiP Fichiers fonciers 2011 DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

11 Prendre en compte la fiabilité des données Définir les dépendances non bâties Attention, les données des fichiers fonciers sont des données fiscales basées en grande partie sur les déclarations des particuliers. De ce fait, des incohérences peuvent exister avec la réalité : un propriétaire peut être en infraction et ne pas avoir déclaré certains travaux. Par exemple, le propriétaire ne déclare pas qu'il a aménagé son grenier en surface d habitation (surestimation des dépendances). un propriétaire n'a pas l'obligation de déclarer certains travaux (par exemple, son abri de jardin si sa superficie est inférieure à 5m²). Ces dépendances bâties ne seront pas prises en compte. Certains champs de dépendance ont des usages très proches. Certains particuliers utilisent leur cave comme buanderie, tandis que d'autres l'utilisent pour le cellier. Le classement dans un champ d'une pev n'assure pas que son occupation est conforme à ce classement. Il est donc conseillé de regrouper ces données. Cette fiche propose un regroupement possible, mais il est à adapter en fonction des régions et du contexte local. Les variables cconad, cconad1,2,3,4 sont des dépendances bâties. Il ne faut pas les confondre avec les dépendances non bâties : cours, passages, jardins, parcs, aires de stationnement collectives à ciel ouvert, terrains, etc. qui peuvent aussi être prises en compte pour des surfaces fiscales. DGALN, PCI Foncier et stratégies foncières CETE Nord Picardie décembre /11

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Quelle nature de local choisir sur la déclaration?

Quelle nature de local choisir sur la déclaration? Quelle nature de local choisir sur la déclaration? La nature du local est à choisir obligatoirement parmi l une des 4 rubriques présentes au sein du cadre 2 de la déclaration n 6650-H-Rev, à savoir : -

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas Taxe d Apprentissage Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours Présentation : DPMA CLOUET Thomas Définition Impôt versé par les entreprises afin de financer le

Plus en détail

11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS

11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS 11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS Mercredi 29 avril 2015 XX/XX/XX Ordre du jour du Comité Régional des Achats Lyon 29 avril 2015 Horaires 14h00-14h10 14h10-14h30 14h30 14h55 Ordre du jour proposé Introduction

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Octobre 2015 CONTEXTE La loi et ses décrets d application donnent aux OPCA un rôle et des

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI)

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) Ce document est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le fonds européen de développement régional. Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) 15 octobre 2015 1

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 Vous avez été invités par la commission des écoles de kite à participer entre le 21 octobre et 31 décembre 2013 à une enquête sur le fonctionnement du réseau des écoles

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011

Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011 Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011 www.idc.com Copyright 2008 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved. Objectifs du Black Book France Vous

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Point d information 1 er décembre 2011 M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Depuis son lancement en 2007, la participation au programme de

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

DISPOSITIF NATIONAL DE FORMATION A L ECO-RESPONSABILITE

DISPOSITIF NATIONAL DE FORMATION A L ECO-RESPONSABILITE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

Données formation continue 2013 : Rapport de Branche EAC

Données formation continue 2013 : Rapport de Branche EAC Données formation continue 2013 : Rapport de Branche EAC Introduction... 2 L Afdas et l organisation du système de la formation professionnelle continue... 2 I) Les entreprises bénéficiaires... 5 A) Répartition

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

G U I D E DES LABELS HS

G U I D E DES LABELS HS LES LABELS COURSES SUR ROUTE 2016 SOMMAIRE 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL 3 LES ENGAGEMENTS 4 REFERENCES REGLEMENTAIRES 5 PRESENTATION FAMILLES COURSES HORS STADE 6 PRESENTATION LABELS

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

Messagerie Sécurisée de Santé

Messagerie Sécurisée de Santé Messagerie Sécurisée de Santé Principes et déploiement du service Réunion Inter Régionale du 4 décembre 2012 Ordre du jour 1 Vue d ensemble du service 2 En pratique : premier accès et Webmail 3 Les grandes

Plus en détail

à l habitation LOCAUX ENTIÈREMENT PRIVATIFS

à l habitation LOCAUX ENTIÈREMENT PRIVATIFS 1Locaux affectés à l habitation La réduction de la TVA à taux réduit est réservée aux locaux affectés à l habitation, pour les travaux concernant l amélioration, la transformation, l aménagement et l entretien

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

Baromètre. Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre BODACC

Baromètre. Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre BODACC Baromètre BODACC Baromètre Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Annonces publiées au BODACC au 1 er semestre 2013 Au 1 er semestre 2013 les acheteurs temporisent,

Plus en détail

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES 64 ÈME CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LES CENTRES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ENTREPRISE EN DIFFICULTÉS : ANTICIPATION, ACCOMPAGNEMENT ET FINANCEMENT CE ET

Plus en détail

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Préface En mars 2013, CarSonar a été lancé afin de réunir dans un même site toutes les offres d autopartage

Plus en détail

Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping

Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping Table ronde Tourisme Durable ROCHEFORT le 4 mai 2010 Muriel LUZU 2 LE GROUPE AFNOR Groupe international de services organisé autour de 4 grands domaines

Plus en détail

Plus de 600 associations 30 000 membres adultes 1100 jeunes, 1500 scolaires

Plus de 600 associations 30 000 membres adultes 1100 jeunes, 1500 scolaires Plus de 600 associations 30 000 membres adultes 1100 jeunes, 1500 scolaires I / Ile de France Gaphil II / Nord-Pas de Calais IIA / Picardie III/ Champagne Ardenne IV / Lorraine VI / Alsace Belfort VII

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

Accès Raccordement d ERDF

Accès Raccordement d ERDF Direction Raccordements Accès Raccordement d ERDF Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.2.1 Nombre de pages : 13 Résumé Ce document décrit le rôle : - des Accueils Raccordement Électricité (ARÉ)

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA»

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» Les Journées Normandes Urgences Cardiologiques 2015 «VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» RECOMMANDATIONS GACI 2013 René Koning Rouen 2014-2015 Past- Président H. Le Breton Président R. Koning B. LaBuca

Plus en détail

SOMMAIRE DES 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL LES ENGAGEMENTS REFERENCES REGLEMENTAIRES DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE

SOMMAIRE DES 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL LES ENGAGEMENTS REFERENCES REGLEMENTAIRES DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE SOMMAIRE 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL 3 LES ENGAGEMENTS 4 REFERENCES REGLEMENTAIRES 5 DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE 6 CRITERES ET CONDITIONS DES LABELS TRAIL 7 CRITERES

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE Version du 07/10/2014 à 08:46:07 PROGRAMME 787 : RÉPARTITION RÉGIONALE

Plus en détail

L'Ile-de-France, Amour et désamour.

L'Ile-de-France, Amour et désamour. L'Ile-de-France, Amour et désamour. 1 Dans quelles régions souhaite-t-on rester? Dans quelles régions souhaite-t-on partir? Lille Nantes Lyon Strasbourg Parmi les régions où l on souhaite rester le plus,

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2014 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2014... 3 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...3

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE

REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE UNE VRAIE MUTUELLE UN CONTRAT CLAIR UN HAUT NIVEAU de PROTECTION JUIN 2013 REGLEMENT INTERIEUR REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE N 75M035933 SIRET 784 394 413 00040 SIREN 784 394 413 - APE 6512Z

Plus en détail

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Septembre 2010 1 SOMMAIRE 1. Présentation de la Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la soustraitance

Plus en détail

LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE

LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Qui est commanditaire

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

REGION BASSE-NORMANDIE

REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le nouveau paradigme de l IT IDC Visit us at IDC.com and follow us on Twitter: @IDC 2 L arrivée de nouvelles technologies insuffle

Plus en détail

Disparités régionales de consommation pharmaceutique. Stéphane Sclison Directeur de la Stratégie, IMS Health

Disparités régionales de consommation pharmaceutique. Stéphane Sclison Directeur de la Stratégie, IMS Health Disparités régionales de consommation pharmaceutique Stéphane Sclison Directeur de la Stratégie, IMS Health Agenda Contexte et objectifs Méthodologie Résultats Focus pathologies : diabète et cancer Pistes

Plus en détail

! Le Réflexe Cyclamed

! Le Réflexe Cyclamed ! Le Réflexe Cyclamed ! Les textes réglementaires! La collecte des MNU par les officines est obligatoire (loi n 2007-248, J.O. du 27/2/2007 et décret d application n 2009-718 du 17/6/2009)! Approbation

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans

Plus en détail

Tourisme et environnement

Tourisme et environnement Colloque UNAT Aquitaine Tourisme et environnement Muriel LUZU Les différentes formes d étiquetage Les écolabels officiels (type I) : Marque NF Environnement Ecolabel Européen Selon la norme EN ISO 14 024

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON ACO S S STA T SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON N - JANVIER 5 Le 1er juillet 3, une réduction unique des cotisations patronales de Sécurité sociale

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS

L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS Février 2007 - N 07.1 L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS Le réseau des missions locales et permanences d accueil, d information

Plus en détail

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est :

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est : 1 En complément de la publication des informations routières sur le site internet Bison Futé, un service gratuit de diffusion par messagerie électronique est ouvert aux professionnels. Pour recevoir l'information

Plus en détail

Tableau de Bord de la certification

Tableau de Bord de la certification Tableau de Bord de la certification Observatoire BBC - Effinergie 2015 Rénovation Bureau Grand Site Saint Victoire Architecte : Bolikian Architecte Mandataire Ce tableau de bord a pour objectif de présenter

Plus en détail

Analyses sectorielles

Analyses sectorielles Analyses sectorielles Coiffure et soins esthétiques Bâtiment et travaux public Economie verte Sanitaire et social Production agricole Hôtellerie-restauration Industrie Métallerie et mécanique Comptabilité

Plus en détail

Fédération Nationale de CFA - Sport Animation Tourisme - 7, rue de la République - 13002 Marseille Tel : 04 96 11 56 44 -Fax : 04 91 90 88 39 - Email

Fédération Nationale de CFA - Sport Animation Tourisme - 7, rue de la République - 13002 Marseille Tel : 04 96 11 56 44 -Fax : 04 91 90 88 39 - Email BILAN 2015 Sur l activité 2014 des CFA ACTIVITE 2014 DES CFA LES APPRENTIS Nombre d apprentis ayant suivi des heures de formation en 2014 (en nombre de contrat d apprentissage) et total des heures de

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

LE POINT SUR LA PROFESSION

LE POINT SUR LA PROFESSION LE POINT SUR LA PROFESSION Edition 2011 Données 2009 1 / 44 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 3 1ERE PARTIE: POSITIONNEMENT ECONOMIQUE DE LAPROFESSION 5 I Dénombrement 6 II -Chiffre d

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

SOMMAIRE. Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p.

SOMMAIRE. Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime. Fiche d identité p. Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

www.financeimmo.com Subvention du conseil régional (propriétaires privés) pour la Création de logements locatifs : aides à la décision.

www.financeimmo.com Subvention du conseil régional (propriétaires privés) pour la Création de logements locatifs : aides à la décision. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 Article 1 : Société Organisatrice BPCE Assurances, Société Anonyme au capital de 61.996.212 euros,

Plus en détail

1ACCOMPAGNER LA CROISSANCE 2PRÉPARER LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES AVEC : DE DEMAIN AVEC : le financement et la garantie 10-15 16-23 24-29

1ACCOMPAGNER LA CROISSANCE 2PRÉPARER LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES AVEC : DE DEMAIN AVEC : le financement et la garantie 10-15 16-23 24-29 1ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES AVEC : 10-15 le financement et la garantie l investissement 2PRÉPARER LA COMPÉTITIVITÉ DE DEMAIN AVEC : 16-23 l innovation les secteurs d avenir l export 3Développer

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Site internet de la CNIEFEB

Site internet de la CNIEFEB Compagnie Nationale des Ingénieurs et Experts Forestiers et des Experts Bois Commission Informatique Site internet de la CNIEFEB Notice d utilisation à l usage des Membres de la Compagnie Version 1.0 L.

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel

Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel 1 Plan de la présentation Introduction au projet ViaTrajectoire Déclinaison du projet en Martinique Présentation détaillée du processus de gestion des demandes

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IF-TFB-20-10-20-50-20120912 DGFIP IF - Taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail