LA FAILLITE DU FONDAMENTALISME DU MARCHE ET LA RECHERCHE D ALTERNATIVES EN AFRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FAILLITE DU FONDAMENTALISME DU MARCHE ET LA RECHERCHE D ALTERNATIVES EN AFRIQUE"

Transcription

1 LA FAILLITE DU FONDAMENTALISME DU MARCHE ET LA RECHERCHE D ALTERNATIVES EN AFRIQUE Demba Moussa Dembele 1 INTRODUCTION Pour nombre de penseurs et de philosophes, la crise du néolibéralisme peut être caractérisée comme la fin des certitudes. En effet, la grave crise multiforme que traverse le monde est le reflet de la fin de l arrogance néolibérale et surtout du fondamentalisme du marché. A cet égard, il est remarquable de lire cette profonde réflexion de l Archevêque de Canterburry sur la notion d aliénation, en rappelant l analyse formulée il y a plusieurs siècles de cela par Karl Marx à propos de la tendance à attribuer un pouvoir exagéré à des choses créées par l homme. L Archevêque dit ceci : «Nous en sommes venus à parler des capitaux ou du marché comme s il s agissait d individus agissant en fonction d objectifs et de stratégies propres, capables de faire des choix et de délibérer raisonnablement des moyens d atteindre un but. Nous oublions que c est nous qui avons créé ces entités. Les marchés ne sont que des assortiments de pratiques, d habitudes et de conventions surgies d un mélange de choix et de possibilités. Dès lors que nous parlons d eux comme s ils menaient leur vie indépendamment des actions et des relations humaines, nous tombons dans des erreurs destructrices.» 2 LE MYTHE DE LA «MAIN INVISIBLE» Cette réflexion souligne l ampleur du discrédit qui frappe aujourd hui ce qu on a appelé «fondamentalisme du marché», qui est le produit direct du mythe de la «main invisible». En effet, ce mythe, formulé il y a plus de deux siècles par Adam Smith et raffiné par les idéologues de l économie néoclassique, a fini par conférer au marché des vertus et une puissance démesurées au point d en faire une sorte de démiurge omniscient et omnipotent. Ce faisant, les idéologues du néolibéralisme en étaient venus à considérer que les mécanismes du marché étaient des forces inexorables, comme des lois immuables s imposant aux Etats et aux individus. En d autres termes, ils en étaient venus à considérer le marché comme un être supérieur capable de corriger instantanément ses erreurs et de repartir dans la bonne direction. L être humain devenait ainsi un instrument au service du marché et non l inverse. C est cela qui a généré ce fondamentalisme destructeur dont les conséquences sont loin d être complètement évaluées. Aveuglés par leur adoration du marché, transformé en divinité, les idéologues du néolibéralisme avaient sans doute oublié que la «main invisible» pouvait bien être celle de l étrangleur, comme l illustrent les innombrables et innocentes victimes des crises en 1 Forum Africain des Alternatives, Dakar & Jubilé Sud 2 Gardons-nous des idoles», Courrier International, no. 937, du 16 au 22 octobre 2008, p.40 1

2 cours résultant politiques prônées avec un zèle quasi-religieux par la Banque mondiale et le FMI ainsi que l Organisation mondiale du commerce (OMC). L ASSENSION ET L EFFONDREMENT DU SYSTEME NEOLIBERAL Vers le milieu des années 1970, l héritage keynésien avait commencé à s essouffler et la contre-révolution monétariste s était lancée à l assaut de l héritage keynésien. Au début des années 1980, l élection de Ronald Reagan à la Présidence des Etats-Unis et celle de Madame Margaret Tchatcher comme Premier Ministre en Grande Bretagne, renforcèrent la contre-révolution monétariste et déclenchèrent une croisade anti-étatique qui allait avoir de profondes répercussions dans le monde. Ce fut le début d une série d assauts et d attaques sans précédent contre l Etat et son intervention dans la sphère économique et sociale. La légitimité même de l Etat en tant qu acteur économique était remise en cause. La nouvelle idéologie, portée par des fanatiques du «marché libre» et du «libre-échange», des épigones de Adam Smith et David Ricardo, se chargea de démanteler ce qui restait de l héritage keynésien. Vu la position des Etats-Unis dans le monde, cette furie destructrice se répandit à une bonne partie du monde. Leur influence au sein de la Banque mondiale et du FMI transforma ceux-ci en instruments de la croisade anti-étatique. Le gospel du «libre marché» et du «libre-échange» fut bientôt imposé aux pays endettés du Sud. Cela donna les programmes d ajustement de triste mémoire. La chute du Mur de Berlin et l effondrement du camp soviétique semblèrent justifier le bien-fondé de ces politiques et donnèrent une nouvelle impulsion à l idéologie et aux politiques anti-étatiques. La création de l Organisation mondiale du commerce et le «Consensus de Washington» donnèrent naissance au fondamentalisme de marché. Partout, l intervention de l Etat était discréditée, voire ridiculisée comme une hérésie, comme une survivance d un âge révolu. C est l époque où des économistes de la Banque mondiale et du FMI croyaient dur comme fer qu ils avaient la science infuse pour apprendre aux pays du Sud ce que c était le «développement». On intima aux Etats africains et d autres pays du Sud de se retirer entièrement de toute intervention et d accorder une confiance aveugle aux «experts» venus de Washington. Comme le dit Stiglitz «Mais ce qui me paraissait stupéfiant, c est que, chez beaucoup de hauts dirigeants du FMI et de la Banque mondiale, ceux qui prenaient les décisions cruciales, il n y avait pas le moindre doute sur le bien-fondé de ces politiques» 3 C est cette foi aveugle dans l infaillibilité de leur jugement et la justesse de leurs politiques qui a fini de transformer celles-ci en un dogme intouchable. Aucun débat n était permis, puisque les «experts» savaient tout et ne pouvaient pas se tromper! Les dirigeants et décideurs africains à la fois intimidés et complices se plièrent sans résistance aux conditions imposées par la Banque mondiale et le FMI. Partout on démantela le secteur public. Partout on instaura des politiques d austérité du fait de la priorité donnée à la lutte contre l inflation au détriment de la croissance et de l emploi. Partout, on mit fin 3 La Grande Désillusion, Paris, Fayard, 2002, p.24 2

3 au contrôle des mouvements de capitaux et à la protection du marché national. Partout, on abaissa les barrières tarifaires et non tarifaires pour laisser le marché se faire inonder par des produits subventionnés avec pour résultat l effondrement de l industrie locale avec son cortège de pertes massives d emplois. Partout, on mit fin au soutien de l Etat à l agriculture et les producteurs furent abandonnés à eux-mêmes face à une concurrence déloyale et puissante bénéficiant de soutien à coup de milliards de dollars! Partout, on démantela la fonction publique au nom de «l efficacité» et de la «rationalisation» des effectifs de l Etat central. Dans le même temps, on demanda à l Etat d instituer des politiques de dumping social et fiscal dans le but d attirer des investisseurs étrangers, les fameux investissements directs étrangers (IDE), sans lesquels, disait-on, l Afrique ne pouvait se «développer»! Et ce qui devait arriver arriva : dans tous les pays soumis à ces politiques les indicateurs de développement se détérioraient et la quasi-majorité des pays ayant suivi les prescriptions de la Banque mondiale et du FMI se retrouvaient au bas de l échelle du développement humain du PNUD. Des pays qui avaient des performances acceptables au début des années 1980 se retrouvèrent sur la liste des «pays les moins avancés» (PMA) ou des «pays pauvres très endettés» (PPTE). Paniqués par l ampleur du désastre causé par leurs politiques et soumis à des attaques tous azimuts, y compris en leur sein, la Banque mondiale et le FMI substituèrent «la lutte contre la pauvreté» à l agenda de développement des pays africains. LA CRISE DE LEGITIMITE DU FMI ET DE LA BANQUE MONDIALE Mais ce n est pas seulement en Afrique que la faillite de leurs politiques a été constatée. Leur bilan est jalonné de désastres économiques et sociaux, comme la débâcle argentine de 2001/2002 ou la crise financière et monétaire des pays asiatiques de 1997/1998. Ainsi donc la Banque mondiale et le FMI portent-ils une large responsabilité dans la crise mondiale actuelle et ses conséquences pour les peuples avaient largement entamé leur crédibilité et même leur légitimité. Et du coup, les mythes néolibéraux, tels que le «libre-échange», le «libre marché» ; la libéralisation du commerce comme «moteur de la croissance»; le secteur privé comme «agent du développement» ; le «marché auto-régulateur et rationnel», «l Etat minimaliste» et autres escroqueries intellectuelles de ce genre sont en train de s effondrer comme des châteaux de cartes, accélérant ainsi leur crise de légitimité. Dans les pays occidentaux, comme dans le reste du monde, ce n est plus l inflation la préoccupation principale, mais la relance à tout prix, le sauvetage des entreprises et des emplois. Le spectre de Keynes, voire de Marx, est en train de hanter l Europe et les Etats- Unis! QUELLES ALTERNATIVES POUR L AFRIQUE? Il est plus que temps de penser de manière hardie et déterminée en dehors de l appareil idéologique et conceptuel du système dominant. Il faut oser réfléchir de manière autonome et défier les valeurs de ce système. Autrement dit, il faut libérer son esprit et construire une Nouvelle Utopie mobilisatrice 3

4 Celle-ci doit reposer sur un principe fondamental, à savoir que «les solutions aux problèmes de l Afrique se trouvent en Afrique et nulle part ailleurs». Ce principe a d abord une valeur idéologique en ce sens qu il implique que les Africains doivent avoir confiance en eux-mêmes et se départir de leur mentalité d éternels assistés pour prendre en mains leur propre destinée! Le principe exprime donc une vérité toute simple : les dirigeants et peuples africains ne doivent jamais attendre «le développement» de l extérieur. Celui-ci sera endogène ou ne le sera pas! Ni l Union européenne, ni les Etats-Unis, encore moins la Banque mondiale et le FMI, ne «développeront» l Afrique. Celle-ci sera développée par ses propres enfants, en comptant d abord sur leurs propres ressources et leur propre génie créateur. Cela ne signifie pas cependant que l apport extérieur sera refusé. Mais un tel apport doit s insérer dans les priorités définies par les Africains et compléter les efforts de ceux-ci S appuyant sur ce principe, nous affirmons que toute rupture d avec le paradigme dominant doit commencer par restituer au concept de développement sa signification originelle, aujourd hui complètement galvaudée par la vulgate néolibérale. REVENIR AU CONCEPT ORIGINEL DE DEVELOPPEMENT En effet, pour l économie néolibérale, le «développement» se réduit à des taux de croissance et à l expansion des marchés. D où l accent mis sur les cultures exportations et la «compétitivité» de celles-ci. Pour nous, le concept de développement doit se référer à un processus de construction sociale, appelant de profondes transformations économiques, sociales, politiques et culturelles, et non pas comme une simple accumulation de taux de croissance et de profits liés à l expansion des marchés. Il faut donc en revenir aux bases fondamentales de l économie de développement sur lesquelles le paradigme néolibéral a essayé de faire l impasse. Ces bases intègrent les politiques de l emploi, des revenus, de l éducation, de la santé, du logement et de l éradication de la pauvreté dans un même cadre cohérent, caractérisé par une lutte vigoureuse contre les inégalités, les discriminations et l exclusion sociale, avec l Etat comme catalyseur de ces politiques. En d autres termes, il faut replacer la politique au cœur du débat sur le développement, en restituant à l Etat et aux institutions démocratiques leur rôle légitime dans l élaboration des politiques économiques et sociales, en partenariat avec la société civile et le secteur privé national A) Reprendre le contrôle du débat sur le développement de l Afrique Il faut accentuer l'effondrement des mythes néolibéraux, évoqués plus haut et approfondir la crise de légitimité du paradigme néolibéral et de ses institutions Cela permet de libérer les esprits de l idéologie dominante et de donner confiance aux peuples et dirigeants. Cela devrait se traduire par la conviction qu ils sont les maîtres de leur propre avenir et les encouragera à forger une Autre Vision du développement de l Afrique, donc d oser envisager un changement de paradigme.. L Afrique doit penser pour elle-même et par elle-même. Les pays africains doivent retrouver leur souveraineté sur l élaboration de leurs politiques de développement. Ils doivent faire confiance à l expertise nationale et africaine et utiliser les résultats de la recherche par les instituts de recherche du continent et les mouvements sociaux africains. Cela exige un leadership qui ait la volonté de rompre d avec le 4

5 paradigme dominant et de s engager dans une autre voie. Dans cette optique, nous sommes d avis que les pays africains doivent revisiter les documents fondamentaux que sont le Plan d Action de Lagos (PAL) ; le CARPAS; la Charte d Arusha ; le Traité d Abuja, entre autres. Ils doivent également prendre en compte les acquis des luttes des mouvements sociaux dans les domaines de la dette, du commerce, de la souveraineté alimentaire, de la démocratie, de l égalité entre les sexes, etc. Pour cela, l Afrique doit avoir le courage de remettre en cause les concepts et valeurs du paradigme dominant. En somme, il faut remettre en question le modèle dominant de «développement», déconstruire ses concepts et remettre en cause ses valeurs afin de promouvoir un autre fonctionnement économique et social des sociétés africaines. Cela nécessite de concevoir un nouveau cadre théorique avec pour objectif la restauration des relations sociales détruites par le paradigme néolibéral, qui a essayé de transformer la nature et les relations humaines en marchandises et services accessibles seulement à une minorité de nantis. Ce nouveau cadre doit viser à réaligner le pouvoir au sein de la société et définir de nouvelles formes de solidarité dans lesquelles les plus faibles bénéficieront d une protection supérieure de la part de l Etat, avec notamment la justice sociale conçue comme un devoir et des lois et réglementations plus favorables aux faibles Pendant plus de deux siècles, l Occident a bâti son paradigme sur «la main invisible» de Adam Smith et la théorie des «avantages comparatifs» de David Ricardo. L Afrique doit sortir de ce paradigme et forger le sien propre et utiliser ces documents fondateurs pour forger une pensée autonome. Les instituions africaines, telles que la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique pour l Afrique (CEA) et la Commission de l Union africaine (CUA), doivent travailler étroitement pour contribuer à promouvoir une telle pensée, en collaboration avec les chercheurs africains et les mouvements sociaux du continent. B) Repenser le rôle de l Etat dans le développement Dans le processus de recouvrement de la souveraineté sur le débat sur le développement du continent, l Afrique doit repenser le rôle de l Etat. La propagande néolibérale avait fait de l Etat africain la source de tous les maux du continent. Cela avait contribué à considérablement affaiblir l Etat et à le confiner dans un rôle secondaire dans les activités économiques et sociales, avec les conséquences dramatiques que l ont peut observer dans de nombreux pays, comme l explosion de la pauvreté, la montée de l exclusion et de la marginalisation des groupes vulnérables consécutive au démantèlement de la propriété publique et à la dégradation des services publics. Repenser le rôle de l Etat implique de reconstruire un Etat social qui soit à l avant-garde de la croisade contre les inégalités et l exclusion sociales; pour la protection des couches vulnérables ; la protection des revenus des producteurs ; la provision de biens publics, tels que la santé, l éducation, l habitat social; l intégration sociale. C) Promouvoir des politiques de souveraineté alimentaire La souveraineté alimentaire est une option stratégique. Un pays et à fortiori un continent doit pouvoir se nourrir lui-même. Et l Afrique a tous les moyens de nourrir elle-même en comptant sur sa propre production. Les producteurs africains ont dit et répété qu ils sont capables de nourrir le continent si les gouvernements mettaient en place des politiques 5

6 nationales et sous-régionales cohérentes destinées à promouvoir et protéger les productions locales et leur consommation au niveau national. Cela passe par un changement radical de modèle de consommation en privilégiant une politique du consommer local. Et viser à réaliser l autosuffisance alimentaire collective, en changer notamment les systèmes de production et les habitudes de consommation La dépendance alimentaire a été un facteur aggravant de la dépendance extérieure et de l endettement du continent africain. La crise alimentaire mondiale et les émeutes qu elle a entraînées dans plusieurs pays ont souligné de manière dramatique le danger de la dépendance alimentaire. D) Promouvoir une croissance tirée par la demande domestique (sous-régionale) Se baser sur le développement de l agriculture pour promouvoir la culture et l utilisation des ressources locales afin de créer des emplois et favoriser la souveraineté alimentaire E) Accélérer l intégration et la coopération sous-régionales et continentales 1. Lever les obstacles politiques à l intégration 2. Construire des institutions autonomes 3. Créer des monnaies sous-régionales 4. Prendre exemple sur l Asie & l Amérique latine : 1) Fonds monétaire asiatique (Initiative de ChiangMai, Thaïlande) 2) Alternative Bolivarienne des Amériques (ALBA) 3) Banque du Sud Il faut renforcer l intégration et l'unité africaines afin que l Afrique parle d une seule voix. Il doit la priorité à la transformation des ressources locales et nationales et à l'utilisation de technologies et de savoir-faire endogènes A cet égard, les dirigeants africains doivent accélérer la création, comme déjà convenu, de la Banque centrale africaine (BCA), de la Banque africaine d investissement (BAI) et du Fonds monétaire africain (FMA), qui doivent être installés respectivement au Nigeria, en Libye et au Cameroun. La création de monnaies sous-régionales est un impératif. Il est temps de mettre fin à l existence de monnaies héritées de la colonisation, comme le franc cfa. Son rôle principal est le maintien de la domination de la France sur ses anciennes colonies. Ce n est guère un hasard si tous les pays utilisant le cfa sont soit dans la catégorie des pays les moins avancés (PMA, 10 pays) soit dans la catégorie des pays pauvres très endettés (PPTE), tels que le Cameroun, le Congo et la Cote d Ivoire. Sans souveraineté monétaire, il ne peut y avoir de développement autonome. Dans cette perspective, il faut renforcer la coopération entre les institutions africaines. La Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique pour l Afrique (CEA) et la Commission de l Union africaine doivent intensifier leur coopération pour aider à trouver des réponses collectives aux problèmes du continent et accélérer l intégration de l Afrique. 6

7 F) Développer la coopération Sud-Sud Le Sud est devenu un acteur majeur dans le changement du rapport des forces en cours à l échelle mondiale. Aujourd hui, si l Afrique peut résister à la formidable pression de l Union européenne pour la signature des Accords de partenariat économique (APE) c est en partie parce qu elle peut compter sur la coopération avec des pays du Sud. Les développements en Amérique du Sud, tels que l Alternative Bolivarienne des Amériques (ALBA), le projet de création de la Banque du Sud et d autres initiatives en Asie comme le fonds monétaire asiatique en gestation, sont autant de signes que le Sud est en train de prendre son destin en mains et de mettre fin à des siècles de domination du Nord. L Afrique ne doit pas rester en marge du mouvement. Elle doit renforcer sa coopération avec les pays majeurs du Sud (Chine, Inde, Brésil, Venezuela, Iran, pays du Golfe), entre autres. Ces pays peuvent fournir une coopération originale non accompagnée des conditionnalités et de l arrogance des pays du Nord et des institutions internationales. G) Nécessité d un nouveau leadership imbu du panafricanisme Toutes les politiques énoncées ci-dessus n ont de sens que dans le cadre de l avènement d un nouveau type de leadership imbu de l idéal panafricain et capable de remettre en cause le système dominant et les politiques qui lui sont associées H) Politiques de Financement du Développement 1) Priorité à la mobilisation des ressources internes 2) Mobiliser les apports de la Diaspora 3) Campagne pour le rapatriement des biens mal acquis 4) Compensations par le système bancaire occidental pour avoir facilité la fuite des capitaux (évasion fiscale ; fuite des capitaux) 5) Annulation inconditionnelle de la dette de tous les pays 6) Droit à des réparations (écologique, économique, sociale) 7) Développer la coopération Sud-Sud 8) Attirer des IDE sous certaines conditions : (investir dans les secteurs à forte intensité de main d œuvre; transfert obligatoire de technologies adaptées; réinvestissement d une partie des profits; joint-venture avec entrepreneurs locaux) CONCLUSION Si la crise actuelle n annonce pas la fin des certitudes de manière générale, du moins elle a porté un coup terrible à l arrogance et aux certitudes des idéologues du néolibéralisme. L une des grandes leçons de cette crise c est qu il n y a pas un seul modèle de développement. L expérience occidentale le capitalisme dans sa version latine ou anglo-saxonne- ne peut être un modèle prétendument «universel». C est une expérience qui peut comporter des leçons utiles pour les autres pays, les autres sociétés et cultures, mais elle ne peut être assimilée à un dogme applicable partout et pour tout le monde. 7

8 La crise offre une occasion jamais rencontrée depuis environ un siècle pour briser la camisole de force idéologique qui a donné naissance au fondamentalisme du marché. Il faut libérer les esprits et oser penser et défier le système dominant et ses concepts et valeurs. Le moment est propice pour une pensée neuve et hardie capable d explorer une nouvelle façon de penser et de vivre l économie, qui n est en fait qu une autre manière d organiser les relations sociales. Ainsi donc, pour l Afrique, les maîtres mots doivent être : Résister ; Réorganiser ; Resurgir sur des bases plus solides et dans une relative autonomie par rapport au système dominant. Le concept de «déconnexion» cher aux Professeurs Samir Amin et Yash Tandon, deux prééminents penseurs africains, prend tout son sens dans le contexte mondial actuel de perte de légitimité du système néolibéral et des institutions multilatérales au service de ce système et de désarroi chez ceux qui pensaient être les «maîtres» incontestés et infaillibles du monde!. 8

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 2CO/F/6.1 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 1. Le Congrès exprime sa plus vive préoccupation face

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme?

Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme? Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme? Dans les années 90, la recherche d une plus grande efficacité des entreprises du secteur de l énergie alliée

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003 Charte de l aide publique au développement du Japon Le 29 Août 2003 Révision de la Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon La Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon,

Plus en détail

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance. Noël KODIA - Le franc Cfa : un instrument de domination économique? LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.com/noelkodia

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Casablanca, le 9 septembre 2014 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, C est pour moi un grand honneur et un réel plaisir d être

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Déclaration franco-grecque. Partenariat stratégique pour l avenir

Déclaration franco-grecque. Partenariat stratégique pour l avenir Déclaration franco-grecque Partenariat stratégique pour l avenir A l invitation du Président de la République hellénique, le Président de la République française a effectué une visite officielle en Grèce

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI IIM/3/2 ORIGINAL : anglais DATE : 18 juillet 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F TROISIEME REUNION INTERGOUVERNEMENTALE INTERSESSIONS RELATIVE A UN PLAN D ACTION DE

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte,

Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte, Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte, Nous, membres d ATN (Africa Trade Network) et d autres organisations

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

es services éducatifs

es services éducatifs Les services éducatifs es services éducatifs Il y a une quinzaine d années, le milieu associatif et quelques parents isolés ont lancé le débat sur l intégration en classe ordinaire des élèves handicapés.

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1 8. Les grande étapes du dilemme protectionnisme/ libre-échange Le contenu et la comptabilisation des échanges internationaux Les argumentaires favorables au protectionnisme et au libre-échange L évolution

Plus en détail

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique»

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» PREMIER FORUM DES AFFAIRES DE LA CEDEAO ACCRA, 21-29 octobre 2007 =========================================== «La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» Communication du Président

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Introduction : Etats-Unis Royaume-Uni France Allemagne Japon 500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 1820 1850 1870 1890 1910 Document 1 : Croissance

Plus en détail

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 Déclaration de Monsieur Fatiou AKPLOGAN Ministre de l Industrie, du Commerce et de la Promotion

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT

26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT 26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT FR FR 1 Introduction L'actualité récente et douloureuse nous a rappelé que le logement est un domaine qui demeure au cœur des problèmes de société que rencontrent

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Le changement climatique : un défi incontournable

Le changement climatique : un défi incontournable CEP G 12/02/2009. Le changement climatique : un défi incontournable Dominique Defrise Constat Le capitalisme génère non seulement une crise financière majeure mais aussi une crise climatique. Les réponses

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail