IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0"

Transcription

1 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x 0 + tx 1. Si on pense à un mouvement où t représente le temps, la position de x t au temps t = 0 est bien le point x 0 donné, et c est x 1 au temps 1. Définition. Si G est une fonction réelle définie sur un intervalle I de la droite réelle, on dit que G est convexe si pour tous les points x 0, x 1 de I et pour tout t [0, 1], on a l inégalité G ( (1 t)x 0 + tx 1 ) (1 t)g(x0 ) + tg(x 1 ). L inégalité signifie que sur le segment [x 0, x 1 ], le graphe de la fonction G est au dessous de la corde qui joint les points (x 0, G(x 0 )) et (x 1, G(x 1 )). Toute fonction affine, de la forme G(x) = ax+b, est convexe, ainsi que G : dans le cas affine, l inégalité de convexité devient une égalité ; on verra un peu plus loin de vrais exemples de fonctions convexes. Notons tout de suite que par l inégalité triangulaire, la fonction valeur absolue G(x) = x est convexe sur R ; en effet, (1 t)x 0 + tx 1 (1 t)x 0 + tx 1 = (1 t) x 0 + t x 1. La fonction x = max(x, x) est le maximum de deux fonctions affines. Plus généralement, on peut voir que le max d une famille finie de fonctions affines est convexe. n fait, si le sup G d une famille quelconque (G i ) i I de fonctions convexes sur I est une fonction finie sur I, alors G est une fonction convexe sur I. On a en effet pour tout i G i ((1 t)x 0 + tx 1 ) (1 t)g i (x 0 ) + tg i (x 1 ) (1 t)g(x 0 ) + tg(x 1 ), d où le résultat en prenant le sup en i. Le lemme qui suit permet de construire la plupart des exemples concrets de fonctions convexes. Lemme. Si g est une fonction réelle croissante sur un intervalle I, si a est un point fixé de I, b une valeur réelle et si on pose alors G est convexe sur I. x I, G(x) = b + 1 x a g(y) dy,

2 Preuve. Si x 0 < x 1 sont deux points de I, si 0 < t < 1 et si on pose z = (1 t)x 0 +tx 1, on a x 0 < z < x 1 ; on peut écrire d après la croissance de g, et en remarquant que z x 0 = t(x 1 x 0 ), x 1 z = (1 t)(x 1 x 0 ), et G(z) G(x 0 ) = G(x 1 ) G(z) = x1 z z x 0 g(y) dy (z x 0 )g(z) = t(x 1 x 0 )g(z) g(y) dy (x 1 z)g(z) = (1 t)(x 1 x 0 )g(z). n multipliant la première inégalité par 1 t et la deuxième par t on obtient (1 t) ( G(z) G(x 0 ) ) t(1 t)(x 1 x 0 )g(z) t ( G(x 1 ) G(z) ), qui devient, après regroupement des multiples de G(z), G ( (1 t)x 0 + tx 1 ) = G(z) (1 t)g(x 0 ) + tg(x 1 ), ce qui prouve que G est convexe sur I. xemples. On a déjà dit que les fonctions affines sont convexes. La fonction exponentielle est convexe sur R, ainsi que G s : x R e sx pour tout s réel. n effet, cette fonction G s est une primitive de la fonction g s : x s e sx, x R, G s (x) = e sx = 1 + x 0 s e sy dy = 1 + x 0 g s (y) dy, et g s est croissante sur R ; c est tout à fait clair quand s > 0, et quand s < 0, x e sx est décroissante, donc x s e sx croissante. La fonction x ln(1/x) = ln(x) est convexe sur ]0, + [. lle est en effet une primitive de la fonction croissante x 1/x. Pour p > 1 la fonction x x p est convexe sur R : la dérivée x p sign(x) x p 1 est continue et croissante. On note que a + b p a p + b p 2 2 ce qu on peut récrire sous la forme a + b p 2 p 1( a p + b p). Pour p = 1 la convexité de x x est vraie aussi, conséquence immédiate de l inégalité triangulaire comme on a vu ; mais on peut dire aussi que la fonction valeur absolue est obtenue en intégrant à partir de a = 0, avec valeur initiale b = 0, la fonction croissante g qui vaut 1 pour x < 0 et 1 pour x 0, G(x) = x = x 0 g(y) dy. Pour 0 < p < 1 la fonction x x p est convexe sur [0, + [ : on peut l obtenir en intégrant à partir de a = 1 la fonction croissante x px p 1, définie pour x > 0, x > 0, x p = 1 x 1 py p 1 dy. La dérivée est intégrable en 0, ce qui permet de prolonger en x = 0 la représentation intégrale. On dit qu une fonction f est concave quand f est convexe. Il est plus raisonnable de dire que pour 0 < p < 1, la fonction x x p est concave sur [0, + [. 2

3 Corollaire. Si ϕ est définie sur un intervalle ouvert I, si ϕ (x) existe et ϕ (x) 0 pour tout x I, alors ϕ est convexe sur I. Preuve. Puisque ϕ existe, la dérivée ϕ est continue, et elle est croissante sur I puisque ϕ (x) 0. On a donc, si a est un point quelconque choisi dans I, x I, ϕ(x) = ϕ(a) + ce qui permet d appliquer le lemme précédent. x a ϕ (y) dy, Au début de cette section, on est parti d une fonction croissante g, et on a montré que ses primitives G sont convexes. On va maintenant faire le chemin inverse. Lemme des trois pentes. On suppose que ϕ est une fonction convexe définie sur un intervalle I R. Si u, v, w sont trois points de I tels que u < v < w, on a ϕ(v) ϕ(u) v u ϕ(w) ϕ(u) w u ϕ(w) ϕ(v). w v Preuve. Posons t = (v u)/(w u) ; alors 0 < t < 1 et v = u + (v u) = u + t(w u) = (1 t)u + tw, donc par la convexité de ϕ on a (1) ϕ(v) = ϕ((1 t)u + tw) (1 t)ϕ(u) + tϕ(w) = ϕ(u) + t ( ϕ(w) ϕ(u) ), donc ϕ(v) ϕ(u) t(ϕ(w) ϕ(u)) et Pour l autre inégalité, on transforme (1) en ϕ(v) ϕ(u) v u ϕ(w) ϕ(u). w u (1 t)(ϕ(w) ϕ(u)) ϕ(w) ϕ(v) donc ϕ(w) ϕ(u) w u ϕ(w) ϕ(v). w v Théorème. Soit ϕ une fonction convexe sur un intervalle I, et soit y un point intérieur à l intervalle I ; la fonction p y définie par x I \ {y}, p y (x) = ϕ(x) ϕ(y) x y est croissante ; la fonction ϕ admet une dérivée à droite ϕ d (y) et une dérivée à gauche ϕ g(y), et < ϕ g (y) ϕ d (y) < +. Il en résulte que ϕ est continue au point y. Pour tout réel α tel que ϕ g (y) α ϕ d (y), la fonction ϕ majore la fonction affine x ϕ(y) + α(x y), x I, ϕ(y) + α(x y) ϕ(x). 3

4 Preuve. Considérons un point y intérieur à I ; d après le lemme précédent, la fonction pente p y : x (ϕ(x) ϕ(y))/(x y), définie pour x y élément de I, est croissante (on va donner les détails plus loin) ; la pente p y (x) a donc une limite à droite ϕ d (y) et une limite à gauche ϕ g(y) quand x tend vers le point y, et le lemme précédent indique aussi que ϕ g (y) ϕ d (y). Donnons les précisions annoncées ; considérons quatre points u, u 1, v 1, v dans I tels que u < u 1 < y < v 1 < v ; ces points existent parce que y est intérieur à I. Appliquons le lemme des trois pentes aux points u < u1 < y, u 1 < y < v 1 et y < v 1 < v ; on obtient ϕ(y) ϕ(u) y u ϕ(y) ϕ(u 1) y u 1 ϕ(v 1) ϕ(y) v 1 y ϕ(v) ϕ(y) v y, donc p y (u) p y (u 1 ) p y (v 1 ) p y (v) : la pente p y est croissante, donc admet des limites à gauche et à droite ; en passant à la limite quand v 1, u 1 tendent vers y on obtient ϕ(y) ϕ(u) y u ϕ g (y) ϕ d ϕ(v) ϕ(y) (y), v y ce qui montre que les deux demi-dérivées sont finies, et entraîne la continuité de ϕ au point y. Si on choisit α entre les deux demi-dérivées en y, on aura ϕ(y) ϕ(u) y u α ϕ(v) ϕ(y), v y ce qui montre que ϕ(v) ϕ(y) α(v y) pour tout v > y et ϕ(y) ϕ(u) α(y u) ce qui donne aussi ϕ(u) ϕ(y) α(u y) pour tout u < y. Il y a aussi égalité quand u = y, donc ϕ(y) + α(x y) ϕ(x) pour tout x I. Remarque. Dans le cas habituel, on a ϕ g (y) = ϕ d (y), le seul choix possible est α = ϕ (y) et la dernière affirmation de l énoncé revient à dire que le graphe de la fonction convexe ϕ est au-dessus de sa tangente au point (y, ϕ(y)), x I, ϕ(x) ϕ(y) + ϕ (y)(x y). Remarque. La fonction convexe ϕ admet une dérivée à droite à valeurs dans [, + [ en tout point y I qui n est pas un majorant de I (pour ϕ(x) = x, qui est convexe sur I = [0, + [, la dérivée à droite vaut au point y = 0) ; de même, la fonction convexe ϕ admet une dérivée à gauche à valeurs dans ], + ] en tout point qui n est pas un minorant de I. Dans le cas d un intervalle fermé [a, b], il est possible que la fonction convexe ϕ ne soit pas continue aux extrémités a et b, comme on le voit dans l exemple où ϕ = 0 sur ]a, b[ et ϕ(a) = 1, ϕ(b) = 2. Les propriétés d une fonction convexe sont plus agréables si on considère l intérieur de l intervalle de définition. lles sont résumées dans le corollaire qui suit. Corollaire. Soit ϕ : I R une fonction convexe sur un intervalle I ; sur l intérieur de I, la fonction ϕ est continue, admet une dérivée à gauche et à droite finies, qui sont deux fonctions croissantes ; la dérivée à droite est continue à droite, et la dérivée à gauche est continue à gauche. L ensemble D des points y de I où ϕ g(y) < ϕ d (y) est au plus 4

5 dénombrable, la fonction ϕ est dérivable en tout point y I \ D, et pour tous x, y dans l intérieur de I on a ϕ(y) ϕ(x) = y x ϕ (u) du. Preuve. Si y 0 < y 1 sont deux points intérieurs à I, on obtient, en appliquant les résultats du théorème précèdent à y = y 0 et à y = y 1, les inégalités (2) ϕ g(y 0 ) ϕ d(y 0 ) ϕ(y 1) ϕ(y 0 ) y 1 y 0 ϕ g(y 1 ) ϕ d(y 1 ). Cela montre que les dérivées, à droite ou à gauche, sont deux fonctions croissantes. La suite de la preuve est moins importante. Montrons la continuité à droite de ϕ d en y 0 ; par (2) et par la définition de la dérivée à droite, il existe y 1 > y 0 tel que ϕ d(y 0 ) ϕ(y 1) ϕ(y 0 ) y 1 y 0 ϕ d(y 0 ) + ε; par la continuité de ϕ au point y 0, on peut trouver h 0 > 0 assez petit pour que y 0 +h 0 < y 1 et pour que pour tout h ]0, h 0 [, on ait ϕ(y 1 ) ϕ(y 0 + h) y 1 y 0 h d après (2), appliqué à y 0 + h < y 1, ϕ(y 1) ϕ(y 0 ) y 1 y 0 + ε ϕ d(y 0 ) + 2ε; ϕ d(y 0 ) ϕ d(y 0 + h) ϕ(y 1) ϕ(y 0 + h) y 1 y 0 h ϕ d(y 0 ) + 2ε, ce qui termine la preuve de la continuité à droite de ϕ d. La preuve de la continuité à gauche de ϕ g est analogue. L ensemble D des points de discontinuité (qui sont des sauts) de la fonction croissante ϕ d est au plus dénombrable, et de plus, les propriétés d encadrement des dérivées gauche et droite, t h < t < t + h ϕ g(t h) ϕ d(t h) ϕ g(t) ϕ d(t) ϕ g(t + h) ϕ d(t + h) entraînent que ϕ g admet exactement le même ensemble D de discontinuités. n chaque point t de I \ D, la fonction ϕ est dérivable et ϕ (t) = ϕ g(t) = ϕ d(t). Le calcul de l intégrale de la dérivée peut se faire au moyen du théorème de Riemann sur la convergence des sommes de Riemann vers l intégrale. Si on découpe [x, y] en n parties égales au moyen de points x i, i = 0,..., n, on aura d après (2), en choisissant de former la somme de Riemann en sélectionnant dans chaque intervalle [x i 1, x i ] le point final x i, n n ϕ d(x i )(x i x i 1 ) (ϕ(x i ) ϕ(x i 1 )) = ϕ(y) ϕ(x), i=1 i=1 donc en passant à la limite par le théorème de Riemann, y x ϕ (u)du ϕ(y) ϕ(x). On obtient l inégalité inverse en sélectionnant le point initial x i 1 de chaque intervalle de subdivision [x i 1, x i ], n n ϕ d(x i 1 )(x i x i 1 ) (ϕ(x i ) ϕ(x i 1 )) = ϕ(y) ϕ(x). i=1 i=1 Remarque. Dans le cas d un intervalle fermé [a,b], il est possible que la fonction convexe ϕ ne soit pas continue aux extrémités a et b, comme on l a vu dans l exemple où ϕ = 0 sur ]a,b[ et ϕ(a) = 1, ϕ(b) = 2 ; dans ce cas, ϕ(b) ϕ(a) n est pas l intégrale de ϕ entre a et b. Mais si ϕ est continue sur I, la description intégrale s étend aux extrémités. 5

6 IV.2. Les espaces L p et L p On suppose que p est un nombre réel tel que 1 p < +. On désigne par L p K (, F, µ) l ensemble des fonctions F-mesurables f définies sur, à valeurs dans K = R ou C telles que f(x) p dµ(x) < +. On pose pour toute fonction f L p ( f p = f(x) p dµ(x)) 1/p. Il est clair que pour tout α K, la fonction αf reste dans L p et αf p = α f p. La fonction u u p est convexe, on a vu que u + v p 2 p 1( u p + v p), ce qui permet de montrer que la somme de deux fonctions de L p est dans L p, et on voit ainsi que L p est un espace vectoriel. L espace L K (, F) est formé des fonctions F-mesurables bornées à valeurs dans K. On le munit de la norme du sup ou norme uniforme, qu on désignera par la notation (non consacrée) f u = sup{ f(x) : x }. Pour cette norme l espace L est complet : une limite uniforme f d une suite de fonctions bornées reste bornée, et c est aussi une limite simple de fonctions F-mesurables, donc la limite f est F-mesurable bornée. Semi-norme sur L p, convexité de la boule unité Proposition. Quand 1 p < +, l application f L p (, F, µ) f p est une semi-norme sur L p, c est-à-dire que pour tout scalaire α K et toute fonction f L p, on a αf p = α f p ; pour toutes f, g L p, on a l inégalité triangulaire f + g p f p + g p. Preuve. On a déjà mentionné la propriété d homogénéité αf p = α f p. Pour prouver l inégalité triangulaire, considérons l ensemble B p := { f L p (, F, µ) : f p dµ 1}. C est un ensemble convexe : si f et g sont deux fonctions dans B p, on note que pour tous x et 0 t 1, par la convexité de u u p et par sa croissance pour u 0, (1 t)f(x) + tg(x) p (1 t) f(x) + t g(x) p (1 t) f(x) p + t g(x) p, donc (1 t)f(x) + tg(x) p dµ(x) (1 t) f(x) p dµ(x) + t g(x) p dµ(x) 1. L inégalité triangulaire en résulte : si a > f p et b > g p considérons f 1 = a 1 f et g 1 = b 1 g qui sont dans la boule unité B p, ainsi que la combinaison convexe a a + b f 1 + b a + b g 1 = f + g a + b B p ; 6

7 par l homogénéité de la fonction. p on en déduit que f + g p a + b, et on fait tendre a vers f p et b vers g p. À la limite, f + g p f p + g p. On a donc l inégalité triangulaire, et une semi-norme sur L p. L espace quotient L p, normé L ensemble N p = { } { } f : f p = 0 = f : f p dµ = 0 est le noyau de la semi-norme. p. Comme on a une semi-norme, le noyau est un sousespace vectoriel : si f, g N p, alors αf + βg p α f p + β g p = 0 ; de façon générale, tous les éléments f d une classe fixée f de L p /N p ont la même seminorme (on peut invoquer l inégalité triangulaire : si f 1, f 2 sont dans la même classe, on a f 2 p f 1 p + f 2 f 1 p = f 1 p, et on échange ensuite f 1 et f 2 ) ; on peut donc attribuer cette semi-norme constante à la classe, en posant f p = f p pour un représentant f quelconque. On obtient une semi-norme sur le quotient, qui est en fait une norme : en effet f p = 0 signifie que f p = 0 quand f est un représentant de cette classe f, donc f appartient à N p et f = N p, qui est le 0 de l espace quotient, f p = 0 f = 0 L p. Remarquons que N p coïncide avec le sous-espace vectoriel des fonctions négligeables { } N = f : f est F-mesurable et nulle µ-presque partout, qui est indépendant de la valeur de p ; en effet, si l intégrale de la fonction mesurable positive f p est nulle, on en déduit que f p, donc aussi f, est nulle µ-presque partout. Inversement, si f N, on a f p dµ = 0 donc f N p. L espace L L espace N des fonctions négligeables est contenu dans tous les espaces L p pour p < +, mais les fonctions négligeables ne sont pas nécessairement bornées. On introduit N = N L, l espace des fonctions µ-négligeables bornées. L espace L K (, F, µ) est formé des classes de fonctions F-mesurables bornées à valeurs dans K, L K (, F, µ) = L K (, F)/N. L espace L (, F) était déjà normé (par la norme uniforme), et on peut voir que son sous-espace N est fermé pour cette norme. On est dans le cadre du quotient d un 7

8 espace normé par un sous-espace vectoriel fermé : les éléments d une même classe n ont pas la même norme uniforme ; par définition, la norme d une classe f L (, F, µ) est l inf des normes des éléments de la classe. Cela revient à définir la norme ainsi : si f est un représentant de la classe f, alors f est le plus petit M tel que f M presque partout. On dit que M est le sup essentiel de la fonction f. Posons en effet M = f et soit f un élément quelconque de la classe f ; par définition de la norme quotient, il existe f n équivalente à f telle que f n u < M + 2 n, pour tout entier n 0, où cette fois la norme est la vraie norme du sup ; on a donc f n M + 2 n partout, et comme f est égale à f n µ-presque partout, µ ( {x : f(x) > M + 2 n } ) µ ( {f f n } ) = 0. n faisant varier n on obtient une famille dénombrable d ensembles négligeables, dont la réunion N = { f > M } est encore un ensemble µ-négligeable ; il en résulte que µ-presque partout, on a f M. Réciproquement, si f M µ-presque partout, on trouve une fonction f équivalente à f qui est partout M, donc f M. On peut dire tout de suite que L, quotient d un espace de Banach par un sousespace vectoriel fermé, est complet d après la théorie générale, mais on donnera aussi un argument ad hoc plus loin. Remarque : classes de fonctions et fonctions définies presque partout. À chaque fonction µ-intégrable f (donc, mesurable définie presque partout) correspond une unique classe, un unique élément de L 1 (, F, µ). n effet, toutes les corrections f de la fonction f forment une classe, élément de L 1. L espace normé L p est complet Théorème de Fischer-Riesz, L espace L p K (, F, µ) est complet, pour 1 p +. Preuve. On a déjà vu le cas de L, on suppose ici que 1 p < +. On suppose que ( f n ) est une suite de Cauchy dans L p. On choisit des représentants (f n ) L p, qui sont des vraies fonctions réelles ou complexes F-mesurables. On peut trouver une sous-suite (n k ) telle que f nk+1 f nk p = f nk+1 f nk p < 2 k pour tout k 0. Comme la suite de départ est de Cauchy, il suffit de trouver une limite f dans L p pour la sous-suite ( f nk ). Posons u 0 = f n0, u k+1 = f nk+1 f nk pour tout entier k 0, de sorte que U k := u u k = f nk, Û k = f nk ; il faut donc faire converger dans l espace normé L p la série de vecteurs û k, c est-à-dire montrer que la suite (Ûk) des sommes partielles converge vers une limite dans L p. Posons x, V k (x) = 8 k u j (x) ;

9 c est une suite croissante, de limite ponctuelle V(x) = + u j (x) à valeurs dans [0, + ]. La suite croissante (V k (x)) p tend vers (V(x)) p, où on a convenu que (+ ) p = +. Par l inégalité triangulaire pour la norme de L p, et en notant que les fonctions h L p et h ont la même (semi)-norme, h p p = h p dµ = h p, p on voit que V p k k dµ = u j p ( k p u j p ) p ( u 0 p + j 0 2 j) p =: M < +. Par le théorème de convergence monotone, on obtient que V p dµ = lim dµ M < + ; k l ensemble V p k N = {V p = + } = {x : V(x) = + } F est donc de mesure nulle. Quand x / N, on a V(x) = + u j (x) < +, ce qui permet de considérer la fonction f définie par f(x) = + u j(x) pour tout x / N, ce qui est vrai µ-presque partout, et f(x) = 0 sinon. Cette fonction f est F-mesurable, et (+ ) p f p u j V p est intégrable, donc f L p. Il reste à prouver que les sommes partielles U k tendent vers f pour la norme de L p. On a en dehors de N, c est-à-dire µ-presque partout, f U k p = p u j u j p V p j>k et f(x) U k (x) p 0 pour tout x / N, ce qui donne une convergence vers 0 dominée par la fonction intégrable V p. Donc f f nk p p = f U k p p = f U k p dµ 0. La classe f de f est un élément de L p, limite de la suite de Cauchy ( f n ). On a montré que L p est complet. 9 j>k

10 L espace L est complet aussi, on l a déjà expliqué par des raisons générales et promis une preuve ad hoc ; cette preuve n utilise pas de résultat d intégration, seulement un peu de théorie de la mesure et les résultats sur la convergence uniforme. Si (f n ) est de Cauchy dans L et si on choisit une sous-suite (f nk ) telle que f nk+1 f nk < 2 k, il existe pour tout k un ensemble µ-négligeable N k tel que x / N k, f nk+1 (x) f nk (x) < 2 k. n dehors de l ensemble négligeable N = k N k, la série de fonctions f n0 + k 0(f nk+1 f nk ) converge normalement ; sa somme f donne la limite voulue. 10

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours MSUR T INTÉGRATION N UN DIMNSION Notes de cours André Giroux Département de Mathématiques et Statistique Université de Montréal Mai 2004 Table des matières 1 INTRODUCTION 2 1.1 xercices.............................

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

M42. Compléments d analyse (résumé).

M42. Compléments d analyse (résumé). Université d Evry-Val-d Essonne. Année 2008-09 D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

4 Espaces topologiques vectoriels

4 Espaces topologiques vectoriels 4 Espaces topologiques vectoriels Il existe des exemples importants d espaces vectoriels pour lesquels la notion naturelle de convergence n est pas engendrée par une norme. C est le cas, par exemple, de

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Éléments d analyse convexe

Éléments d analyse convexe Éléments d analyse convexe Cours de M1 Mathématiques Fondamentales Université Paul Sabatier Pierre Maréchal Table des matières 1 Préliminaires 2 1.1 Notations et définitions élémentaires................

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Espérance conditionnelle

Espérance conditionnelle Espérance conditionnelle Samy Tindel Nancy-Université Master 1 - Nancy Samy T. (IECN) M1 - Espérance conditionnelle Nancy-Université 1 / 58 Plan 1 Définition 2 Exemples 3 Propriétés de l espérance conditionnelle

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

MATHEMATIQUES Option Economique

MATHEMATIQUES Option Economique Concours EDHEC 9 Classes Préparatoires MATHEMATIQUES Option Economique La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES CHAPITRE 13 COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES Dans tout le chapitre, (Ω, P) désignera un espace probabilisé fini. 1 Couple de variables aléatoires Définition 13.1 On appelle couple de variables aléatoires

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Construction de l'intégrale de Lebesgue

Construction de l'intégrale de Lebesgue Université d'artois Faculté des ciences Jean Perrin Mesure et Intégration (Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Construction de l'intégrale de Lebesgue 10 février 2011 La construction de l'intégrale

Plus en détail

UNIFORMITÉ DE LA DISTORTION DE ŚWIA TEK POUR LES FAMILLES COMPACTES DE PRODUITS DE BLASCHKE M.R. HERMAN

UNIFORMITÉ DE LA DISTORTION DE ŚWIA TEK POUR LES FAMILLES COMPACTES DE PRODUITS DE BLASCHKE M.R. HERMAN UNIFORMITÉ DE LA DISTORTION DE ŚWIA TEK POUR LES FAMILLES COMPACTES DE PRODUITS DE BLASCHKE M.R. HERMAN Note du transcripteur : ce document fait suite à Conugaison quasi symétrique des homéomorphismes

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions Systèmes différentiels Cours de YV, L3 Maths, Dauphine, 2012-2013 Plan du cours. Le cours a pour but de répondre aux questions suivantes : - quand une équation différentielle a-t-elle une unique solution

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Cours Intégration MA62. Université de Reims

Cours Intégration MA62. Université de Reims Cours Intégration MA62 Frédéric Hérau Université de Reims mai 2006 Table des matières Introduction 2 1 Préliminaires et Rappels 3 1.1 La droite achevée R............................... 3 1.2 Rappels sur

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org Analyse Gaëtan Bisson bisson@gaati.org Table des matières Nombres réels 4. Construction........................................ 4. Densité et distance..................................... 6.3 Exercices...........................................

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL

BACCALAUREAT GENERAL ACCALAUREAT GENERAL Session 2009 MATHÉMATIQUES - Série ES - Enseignement de Spécialité Liban EXERCICE 1 1) 2) C 3) C 4) A Explication 1. Chacun des logarithmes existe si et seulement si x > 4 et x > 2

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Aire sous une courbe et calcul de primitives

Aire sous une courbe et calcul de primitives Aire sous une courbe et calcul de primitives Le calcul de primitives d une fonction et celui de l aire de la surface bordée par le graphique de cette fonction sont intimement liés. Les exemples qui suivent

Plus en détail